Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 14:00

Ninja Tune   23/05/2011

amon-tobin-isam.jpg

Vous m’avez fait peur. Vous m’avez fait peur, parce que plusieurs parmi vous sont venus me dire que le nouveau Tobin était vraiment décevant, voire raté. Et si le génial Amon Tobin se met à sortir des albums médiocres, l’électro est mal barrée. Fort heureusement… vous aviez tort. Ce nouveau Tobin est, comme à chaque fois, un très bon cru. Une suite logique et pertinente dans son évolution esthétique. Un album qui est à la fois dans la lignée des expérimentations de Foley Room, et qui lui permet de se renouveller encore (ma seule réserve est sur la fin de l'album). Avec Foley Room, la démarche, comme je l’expliquais ici, se rapproche de celle de la musique concrète par le travail sur des « bruits du réels », ce qu’il continue de faire sur ISAM, en utilisant de nouveaux instruments pour les synthétiser. Exit le breakbeat, le groove, l'électro-jazz et les samples. Tobin explique notamment :

 

*                               I love the idea of playing futuristic non existent instruments built a high level of detail in their construction but playing them actually quite badly : ) (J’aime l’idée de jouer d’instruments futuristes qui n’existent pas, construits de manière très détaillée, mais joués assez mal)

Et, pour devancer les critiques : anyone looking for jazzy brks should look elsewhere at this point or earlier : ). it's 2011 folks, welcome to the future. (tous ceux qui recherchent des breaks jazzy devraient regarder ailleurs ou en arrière :) On est en 2011, les gars, bienvenue dans le futur.)

 

 

Il est vrai que ce nouveau Tobin coule moins facilement que ses précédents albums, il est beaucoup plus déstructuré, demande une écoute plus attentive et quelques efforts de concentration de la part de l’auditeur pour parvenir à le saisir. Mais sa musique n’est pas pour autant que pure intellectualité ou abstraction, elle reste sensuelle, un plaisir sonore peu commun pour qui accepte de s’y abondonner. Une chronique argumentée pour faire apprécier cet album me semble assez vaine, l’essentiel, c’est de l’écouter bien fort et de se régaler de la luxuriance sonore de cette nouvelle œuvre du sorcier électro. Le paradoxe de cet album, dans la lignée du travail entrepris depuis Foley Room, c’est qu’il faut s’accrocher un peu plus que d’habitude pour s’abandonner réellement. Un plaisir sonore qui se suffit déjà à lui-même, mais, puisque sa musique est aussi instinctive et aventureuse que technique, sensuelle que cérébrale, pas de raison de se priver non plus des quelques explications que donne Amon Tobin qui, sur Soundclound, commente brièvement l’album au fil des minutes. Pour que ce soit plus lisible que sur le site, je vous les propose ici, avec l’écoute de l’album :

 

'ISAM' - Full album with track-by-track commentary from Amon Tobin by Amon Tobin

 

 

Amon Tobin :

0 :17 : this track starts with what I imagined might be a large discarded machine powering up slowly after years of disuse. the machine is from the future of course but is still old.

1:08 : I tried to set a contrast between advanced futuristic sound and clunky dust covered mechanisms throughout this record.

 2:20 : I didn't want to use any drums in this album. this section required it though. they are still not "real drums" which satisfied at least in part my desire to make an album of 'made up' instruments that don't exist in the real world.

 4:44 : this section is heavily influenced by bands like pink floyd who weren't afraid to explore tangents and offshoots in their musical arrangements. it is shamelessly self indulgent and driven by an emotional desire to go off track without feeling compelled to return at all.

 6:26 this track is made up mainly from my own voice and the chair in my studio which creaks allot. I analysed the sounds and built small working engines from them that react to pressure to control rates of revolution. paper was also harmed in various ways.

08:16 voice engine decides it's got ideas of it's own and leaves to create a new life for itself which I encourage in the final section.

9.37 this is nothing but sound porn. granular and spectral synthesis applied to a range of sounds less than half a second long.

9.26 this is not a real whistle :)

10.09 pretty straightforward synths in the low frequencies although allot of the texture in the higher ranges are morphed against the previously mentioned granular and spectral analysed sounds.

11.02 my own vocals synthesised and gender modified here.

12.25 taking influence from great modern day producers such as noisia and spore in this track.

13.47 not everything on the record is built from nothing. the main sound in this track is easily found. this isn't a concept record after all.

14.09 I was looking for a sort of calm violence like controlled explosions that can be shaped into prolonged tones. like a tesla coil thermion or something..

14.29 sometimes you need space for a few elements to reach their full potential. I wanted this track to be simple and still full without clutter. a simple melody call and response.

14.50 actually I'll let TwoFingers clutter this up with beats on the remix : )

15.46 these strings are acoustic modeled synth played from the continuum fingerboard. there are no samples on this album.

15.10 I want this to feel hand made despite being electronic. so timing is imperfect and sounds are rough around the edges.

16.45 My own vocals analysed and gender modified.

18.59 this is where I imagine the hatch being lifted on the torso of the westworld robot and technology shows itself as the true driving force of all you are experiencing. nothing is real, it's all computers. even the old man playing wonky banjo in the corner.

21.10 all sounds are treated with objectivity on this record. my voice is up for grabs as much as my chair or my synths.

22.03 so here we have the first of two imaginary characters I've featured on the album. I performed the vocals which were then synthesised and turned into a female.

23.17 mass and spring is based on acoustic modelled 'made up' string instruments that behave very strangely when played due to the conflicting physical properties I've assigned to them.

24.50 no samples featured on the album instead sythesised instruments are combined with multi-sampled instruments all of which are playable.

26.16 I love the idea of playing futuristic non existent instruments built a high level of detail in their construction but playing them actually quite badly : )

27.30 this track is influenced by early electronic pioneers. there is a human emotion that is all the more palpable when expressed through a synthesisers limited range. sad robot syndrome. if a piano played this it would be sentimental.. perhaps it still is a bit.

29.31 the one fingered synthetic westworld banjo player returns. robots from the future are highly advanced but quite naive.

29.50 here's the second made up character vocalist on the record. this time she's supposed to be older and has an american twang like some folk singer.

30.53 probably best to ignore the words.. they are pretty silly and more of a necessary biproduct of the experiment with synthesising vocals to create convincing characters.

33.37 this is what my son sounds like just before I put him to bed. it's a fierce cry and very defiant.

37.30 grains and fragments cluster together to make something that resembles a beat.

38.01 fragments disassemble and they fall apart again.

45.09 so now we have a melting pot of various elements and techniques employed throughout the album. electronics, vocal synthesis etc.etc.

45.55 influences from tom waits to the sgt. pepper album to frank zappa all in an ultimately electronic context.

50.00 ATHQ & Ninja Tune - thanks for listening! To buy a download of ISAM, or pick up a limited edition photobook/CD or 12" please go to: http://bit.ly/DOWNLOADISAM

 

Et quelques réponses aux questions que se posent les auditeurs sur son site.

 

A chaque album, Amon Tobin semble combler toujours un peu plus le gouffre qui sépare la musique « populaire » de la musique savante contemporaine. D’ISAM à l’IRCAM. Expérimentations, richesse et strates sonore, travail acousmatique couplés à ce qui est souvent un grand oublié de la musique contemporaine : le plaisir...  

 

Précédentes chroniques d'albums d'Amon Tobin : Permutation , Out from out where et Foley Room

La fiche d'Amon Tobin (avec tous ses albums en écoute)

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Electro
commenter cet article

commentaires

avion radiocommandé 06/04/2012 11:23


Très bon album mais peut-être que le fond aurait du être plus travaillé, ici, seulement la forme prend l'espace.

Arno 01/07/2011 12:16



Je comprend parfaitement que les gens ne soient pas fan de cet album. Mais je suis sur que c'est un premier pas dans une nouvelle directoin. Qu'on aime ou pas, c'est une nouvelle création, une
nouvelle voie, avec ses qualités et défauts. C comme de créer une nouvelle sorte de vin... faut lui laisser le temps de se bonnifier ...


 


De plus, même si pour moi ce n'est pas non plus l'album parfait et le meilleur de Tobin, je trouve bien plus existant d'écouter cet album qui va de l'avant et qui ouvre de nouvelles voies que de
se contenter aux albums parfaitement défentables mais qui sentent le déjà entendu à 200km! En electro comme dans tous les styles, bonne ou pas, toutes les nouvelles voies sont bonnes à prendre.


C comme ca aussi que je vois ce que tu dis, plus difficile d'accès, demande une écoute plus attentive... peut-être pas que c'est les bons mots, mais c'est d'écouter le travail sur les sons, les
textures...


 


Je suis un peu trop fan de Tobin que pour être totalement objectif, mais étant qqu qui ne se pose pas 30000 questions quand j'écoute un album, je dois dire que sur celui-ci, je réfliéchis un peu
plus et vois en lui un avenir qui me réjouit d'avance. J'espère ne pas me tromper.



G.T. 30/06/2011 21:41



DAHU : C'est marrant, parce que ce n'est pas du tout ce que je ressens, je ne trouve pas du tout cet album "glacial" ou
désincarné... Foley Room est pour moi nettement plus froid que celui-là (il n'empêche que je préfère Foley Room...) 



Dahu Clipperton 29/06/2011 17:21



CD de test d'équipement audiophile, faut pas déconner.


C'était pour te faire hurler (mais je le pense un peu tout de même^^).


 


C'est de la musique, avec des thèmes qui se développent, se répondent... Certes, cet album est plus déstructuré et hâché que ce que faisait Tobin jusqu'alors


Ouais, c'est pas le souci (c'est pas son côté déstructuré qui va me faire fuir, ça tu le sais mon biquet), c'est que ça sonne terriblement froid et désincarné à mes oreilles, la démonstration est
peut-être impressionnante, malgré tout ça reste une beauté parfaitement glaciale, qui ne donne guère envie d'y revenir. Je n'y trouve guère d'émotion, de "sentiment", ça en jette mais ça me
laisse franchement de marbre (et je vois bien que Just, par exemple, n'a pas du tout le même ressenti). Désolé ^^


 


il y a toujours une vraie musicalité, ça n'a rien à voir avec les bidouillages pseudo-expérimentaux que font certains.


Rhô, tout ça pour dire du mal d'un certain James B...



G.T. 28/06/2011 21:54



DAHU : CD de test d'équipement audiophile, faut pas déconner. C'est de la musique, avec des thèmes qui se développent, se
répondent... Certes, cet album est plus déstructuré et hâché que ce que faisait Tobin jusqu'alors, mais il y a toujours une vraie musicalité, ça n'a rien à voir avec les bidouillages
pseudo-expérimentaux que font certains. Après, on peut bien sûr ne pas accrocher, rester à côté de cet album, mais, musicalement, ça reste fouillé, comme toujours chez
Tobin.  


 


THOM : Harranguer... c'est justement parce que plusieurs, ici ou ailleurs, sont venus dire que cet album était mauvais que je
n'avais pas envie de commencer cet article comme si de rien n'était, comme si je n'avais rien lu ou entendu, et partir dans une chronique type "critique de journaliste"...  Je défends
ce pauvre Amon comme je peux, bordel^^  


Si ça m'a fait réagir ici, c'est sans doute parce que je n'ai pas compris à la fin de ton article ce qu'ISAM avait du plus complexe ou de moins accessible que Foley Room.


 


Pourtant, je commence par ça quand je dis "Il est vrai que ce nouveau Tobin coule moins facilement que ses précédents
albums, il est beaucoup plus déstructuré, demande une écoute plus attentive et quelques efforts de concentration de la part de l’auditeur pour parvenir à le saisir." C'est ce côté plus
déstructuré, rythmiquement en particulier, qui le rend moins "fluide" que les précédents, Foley Room inclus.


 


JUST : Oui, je pense aussi qu'il faut avant tout "se laisser
emporter"... c'est pour ça que je n'ai pas vraiment développé cette chronique (et pas uniquement par flemme, faut pas croire^^), à chacun d'essayer de se plonger dans cet album
en s'abandonnant à cet univers sonore...



Just 28/06/2011 16:58



Pour ma part, lors des premiers instants d'écoute, je me suis dit "c'est quoi ce machin, il est parti dans une autre dimension le Tobin". Mais dans les minutes suivantes je me suis laissé
absorber dans l'univers, et les mots qui me viennent sont "froid, lointain, mécanique, et humanité". Ce qui m'a vraiment saisi est une humanité palpable, voir attirante, dans un ensemble
mécanique et étranger.


Je ne dirais pas qu'il faille de nombreuses écoutes pour être convaincu, je pense qu'il faut simplement se laisser emporter, même si au début l'univers de cette musique n'est pas des plus
conviviale...



Guic' the old 28/06/2011 15:18







Guic' the old 28/06/2011 15:17



Dahu >>>Je pense qu'en fait, Thom a du penser, comme moi, à cette pochette là en voyant celle du Amon Tobin:






Thom 28/06/2011 11:41



Non non, je n'ai pas dit que tu disais ça bien entendu, cela dit tu commences aussi ton article en haranguant le lecteur (qui ne t'a rien demandé... vu que comme toute personne normalement
constituée il a arrêté d'écouter cet album depuis un mois :D)


Plus sérieusement, je suis assez las de lire des remarques sur l'album-complexe-qui-demande-un-effort-et-qui-se-mérite, c'est parfois vrai, mais c'est souvent un cliché. Si ça m'a fait réagir
ici, c'est sans doute parce que je n'ai pas compris à la fin de ton article ce qu'ISAM avait du plus complexe ou de moins accessible que Foley Room.



Dahu Clipperton 28/06/2011 09:47



Pour le moment, je me contenterai de dire que mon avis est très proche de ceux de Joris et Arbobo


Et depuis The foley room, y avait déjà Two Fingers qui était sympa mais... assez vain et démonstratif. M'enfin là, c'est le pompon, j'ai du mal à capter en quoi un CD de test
d'équipement audiophile serait "l'avenir de la musique électronique" 


Cela dit, j'assume d'avoir une vision "d'arrière-garde" de l'électronique (le "progrès" en musique, c'est décidément une notion qui me laisse souvent sceptique...).


Du coup, j'ai pas pu m'empêcher de dire du mal de cet album.


 


Quant à la pochette, elle n'a rien de prog, Thomas, on la dirait échappée d'une pub pour Imagina circa 98 (Ouah quand même, y déchire ce papillon en 3D, hé bé). L'avenir, qu'on vous dit
^^



VIENSBOIREUNPTITCOUPALAMAISON 27/06/2011 18:31



tiens v'là du saucisson §



GT 27/06/2011 13:56



FRANZ : On est au moins 4, avec ARNO et Nyko... c'est toujours
ça^^


 


ARNO : Tout à fait d'accord, je vois Foley Room comme une forme de transition (et quelle belle transition), entre le Tobin ancien
et le nouveau... et ce nouveau Tobin m'a l'air aussi passionnant, j'attends la suite avec impatience...


 


THOM : L'argument du "ah mais c'est sûr qu'il est plus difficile d'accès" est tout de même assez fallacieux et s'essuie quand
même bien les pieds sur ceux qui n'ont pas aimé, sur le mode "vous n'avez pas assez essayé", ou pire "votre écoute n'était assez pointu", "try again"...


Euh... je n'ai vraiment pas l'impression d'avoir voulu dire ça. je ne fais que dire ce qu'on dit tous pour bon nombre d'albums, il faut une écoute attentive pour vraiment les saisir. Je ne parle
que de mon point de vue et de mon expérience... j'ai été un peu dérouté au début, ce n'est pas un Tobin qui, comme les autres, peut s'écouter en fond, mais quand je rentre
vraiment dedans, c'est fascinant. Après, je ne prétends pas détenir la vérité absolue sur cet album pas plus que sur aucun autre, et je ne pense pas avoir suggéré (d'autant plus que je
ne le pense pas une seconde), qui quiconque n'aime pas cet album n'a rien compris ou ne l'a pas écouté avec suffisamment d'attention...


 


JORIS : Et puis je vois pas comment un album qu'il faut écouter de nombreuses fois en étant bien concentré pour en saisir
toute la substantifique moelle pourrait être qualifié de sensuel.


De mon côté, je ne vois vraiment pas en quoi c'est incompatible. C'est avant tout pour des raisons sensuelles/sensorielles qu'ISAM me plaît, et je pense qu'on peut très bien l'apprécier juste
pour le plaisir du son, du jeu, des sens...


Je parlais de l'IRCAM... la musique de Boulez est souvent considérée comme une des plus intellectuelles et com:plexes qui soient, et pourtant, elle a une vraie part de sensualité, et si l'on
est vraiment ouvert à des musiques différentes, on peut goûter sa sensualité sans pour autant comprendre de quoi il retourne (attention, ça ne veut pas dire que quiconque ne trouve
pas de sensualité dans la musique de Boulez n'est pas ouvert d'esprit^^)  



arbobo 27/06/2011 13:34



ah ah oui thom la pochette !!!!!!!!!!!!!  ^^


cela dit, indépendamment de la pochette (dont je me fous) je trouve ce disque assez onaniste, trop pour moi en tout cas, je crois qu'il a dépassé le stade des ampoules, c'est des cals qu'il doit
avoir aux pognes ;-)



Joris 27/06/2011 12:24



Je rejoins Thomas. Je comptais attendre qu'il arrive dans le CDB pour faire part de mes impressions, mais c'est exactement ce que je ressens. Et puis je vois pas comment un album qu'il faut
écouter de nombreuses fois en étant bien concentré pour en saisir toute la substantifique moelle pourrait être qualifié de sensuel. Je peux pas à la fois m'abandonner à ISAM et fournir des
efforts pour le comprendre.


 


La house c'est sensuel, t'as beau l'intellectualiser autant que tu veux, ça parle plus à ton corps qu'à autre chose. Mais alors Amon Tobin... Tout au plus je dirais que cet album tente de récréer
l'émulation physique d'un live à travers un CD. Sauf que ça ne fonctionne pas sur moi.


 


En effet cet album est paradoxal, car la notion de plaisir n'agit pas en même temps que la notion de travail sonore. "Kitty Cat" = plaisir, et c'est un peu gentillet, et "Surge" = travail sonore,
et c'est chiant. Du coup j'arrive vraiment pas à écouter cet album en l'appréciant du début à la fin.



Thom 27/06/2011 09:38



L'argument du "ah mais c'est sûr qu'il est plus difficile d'accès" est tout de même assez fallacieux et s'essuie quand même bien les pieds sur ceux qui n'ont pas aimé, sur le mode "vous n'avez
pas assez essayé", ou pire "votre écoute n'était assez pointu", "try again"... surtout appliqué à des auditeurs qui écoutent Amon Tobin (pas les Strokes) depuis des années et ont porté aux nues
Foley Room, album qui n'est tout de même un EP de britpop. Je te souhaite d'avoir écouté cet ISAM aussi souvent que moi ces derniers mois pour ainsi laisser entendre que l'écoute de ceux qui ne
l'ont pas encensé - ou ont osé parler d'album raté (ce qu'il l'est jusqu'à sa pochette de mauvais prog rock) - ont pu se laisser déstabiliser par un album trop difficile d'accès et demandant plus
d'effort (ce qui n'est d'ailleurs pas nécessairement une qualité).


 


Je ne vais pas passer trois heures à casser cet album, il y a tout de même pire qu'Amon Tobin sur cette planète, mais non, je ne le trouve pas terrible. Pas mauvais, mais loin de la maestria de
Folley Room  (je ne parle même pas de Supermodified, qui constitue quasiment  la préhistoire de sa carrière, et qui d'ailleurs était pour sa part un album parfaitement accessible...
c'est peut-être bien cela qui en fait un classique, ce qu'ISAM ne  sera assurément jamais).



Arno 26/06/2011 20:00



Pareil... j'ai vraiment flipper quand j'ai lu que cet album était nul (c'était sur ton site d'ailleurs). Mais dés la fin de la première écoute, je me suis sentis rassuré, même si un peu perdu
quand même. Au fil des écoutes, on découvre un autre univers. Si il est vrai que c'est pas mon préféré, j'approuve à 100 % la démarche d'aller vers d'autre horizion. Et quoi qu'il en soit, cette
prise de risque, cette nouvelle direction prouve bien qu'il a encore plein de chose à nous faire découvrir. Je vois un peu cet album comme le premier jet d'une nouvelle musique de la part de
Tobin. Comme bricolage fut un "essai" (exceptionnel) qu'on a vu s'améliorer au fil de temps jusqu'a Supermodified... et puis Foley Room! Je pense que le prochain album montrera peut-être au
indécis ou décus que cette nouvelle voie de la part de Tobin est assez existante... et qu'il reste encore (selon moi) à améliorer pour atteindre de nouveau somment (ils sont placés très haut chez
les fans)


 


Au niveau de son live...j'ai été le voir à l'AB a Bruxelles. Le show visuel était époustouflant. Vraiment une prouesse technologique et visuel, les graphistes ayant ateint un niveau de qualité
qui heureusement, est à la hauteur du niveau de Tobin. Seul bémol, la musique étant totalement callée sur la vidéo, j'ai trouvé dommage que le visuel bride fort l'improvisation (c'est un live
quoi)(même si les sets sont généralement bien rodés). Mais au final, un très belle expérience.


 


En conclusion, comme tous les grands albums, on ne reste pas indifférent! On aime ou on déteste, mais je suis sur que le prochain album sera encore meilleur et ouvrira les yeux sur la voie qu'il
suit et à suivre...  



Franz Schubert 26/06/2011 18:05


ça me fait plaisir de voir qu'on partage le même avis. Je me sentais un peu seul à dire du bien de l'album.