Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Playlist 2020

Classements d'albums

15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 18:49
Infected Mushroom – Friends on Mushrooms

J’aurais pu commencer 2015 (il était temps) avec le Ghostface Killah (encore et toujours !) & Badbadnotgood, ou A Place To Bury Strangers… deux excellents albums, intenses et homogènes, sans fautes de goût. Mais avec le nouveau Infected Mushroom, quelque peu inégal, il y a plus à défendre.

 

Friends on Mushrooms est impressionnant à plusieurs niveaux. Impressionnant de maîtrise, d’inventivité, d’énergie et de liberté. Peut-être même l’album le plus riche de ce début d’année (album un peu particulier, puisqu’il est en fait la réunion de 3 EP). Il pourrait sembler légèrement bourrin à qui l’écoute distraitement, mais il fait au contraire preuve d’une remarquable alchimie, cultivant autant le sens du détail que le souci d’une efficacité maximale. Cette dernière ferait d’ailleurs parfois penser à du Daft Punk (en bien, c’est-à-dire s’ils étaient vraiment barrés et s’ils ne s’étaient pas mis en tête de viser la ménagère de plus de 50 ans…)

 

Seulement, il y a un hic. Les rengaines assez pénibles des quelques morceaux chantés (plus le dénommé Kipod) plombent un peu l’ensemble. D’autant qu’elles sont presque toutes dans la première partie de l’album : Savant on Mushroom, Kipod, Rise Up (voire Now is Gold, pour lequel je serais plus indulgent) font partie des 7 premiers morceaux. Rien de très surprenant non plus de la part d’Infected Mushroom, ils nous ont habitué à cela depuis plus de 10 ans : après avoir été un des meilleurs groupes de trance, le duo israélien a cherché à se diversifier au début des années 2000, intégrant du chant, des instruments acoustiques, des solos de guitar-heroes… avec plus ou moins de réussite (plutôt moins à mon goût, je les préférais nettement lorsqu’ils restaient dans le cadre de la trance). Et pourtant, leur dernier album est sans doute leur meilleur, et mérite même qu’on leur pardonne ici ces quelques « fautes de goût » qui seraient rédhibitoires chez d’autres. C’est un album tellement hédoniste, ludique, virtuose et jubilatoire que tout leur est permis… alors pourquoi pas quelques gros refrains pop pour ados, si ça les amuse ? Un album très ambitieux par ses audaces, ses alliages sonores et sa profusion d’idées, mais qui ne cherche en rien à rivaliser avec les Autechre, Aphex Twin et Amon Tobin, le triple A de l’électro. Plaire aux plus pointus fans d’electro expérimentale, c’est vraiment pas leur problème. Et heureusement, au fond, qu’existe aussi cet entre-deux, heureusement que l’électro (voire la musique dite populaire) ne se réduit pas à des David Guetta d’un côté, et des Autechre de l’autre. Il y a parfois des Infected Mushroom au milieu, capables de séduire autant les amateurs de thèmes accrocheurs et morceaux qui sortent l’artillerie lourde, que les amateurs de titres plus exigeants, complexes et inventifs, le tout sans tomber dans l’écueil de l’album lisse et consensuel.

 

 

L'album sur youtube :

 

 

 

Au sein de cet album, un titre est pour moi un véritable chef-d’œuvre electro… peut-être pas le plus original de l’album, mais le plus abouti, un formidable trip électro de 10 minutes… à écouter, bien sûr, à fond :

 

Astrix on Mushrooms

 

 

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 22:11

Cybernetika.jpeg

 

Nom : Lars Goossens    

Origine : Allemagne (Cologne)

Genre : Trance, techno, drum'n'bass, psytrance, darkstep

 

Après le français Mondkopf et le grec Mobthrow ; l'allemand Cybernetika. Comme quoi, la "vieille Europe" bouge encore, avec 3 artistes tournés vers le futur et 3 des meilleurs albums électro (et meilleurs albums tout court) de cette année. Trois albums très différents, aussi, le Mondkopf est aussi froid et planant que le Cybernetika est intense et puissant. D'une certaine manière, entre Mondkopf et Cybernetika se retrouve une part de cette vieille opposition entre musique française et musique allemande (en particulier chez les compositeurs de la 2° moitié du XIX° et de la première partie du XX°) : un style français plus élégant, sec, onirique et retenu ; un style allemand qui privilégie la puissance dramatique, les émotions fortes et la quête d'absolu.

L'évolution de Cybernetika est particulièrement intéressante, il a commencé par des albums très "Trance", plutôt bons, mais qui manquent parfois un peu d'originalité, puis il s'est peu à peu détaché des gimmicks de la Trance pour créer des oeuvres électro à la fois plus universelles et personnelles. En témoignent ses deux formidables derniers albums, Colossus en 2011 et Solar Nexus cette année, Une constante néanmoins depuis ses débuts : sa musique est toujours particulièrement sombre, speed et intense...  

 

Discographie

 

2005 : Paralysis (7,5)

 

2005 : Brainwash (7,5)

 

Cybernetika---Promo.jpg

 

2006 : Promo#1 (7)

 

Cybernetika-Neural-network-expansion.jpg

 

2007 : Neural Network Expansion (7,5)

 

Cybernetika---Nanospheric.jpg

 

2008 : Nanospheric (7,5)

 

Cybernetika---Atropos.jpg

 

2009 : Atropos (8)

 

Cybernetika_The-Scythe-of-Orion.jpeg

 

2010 : The Scythe of Orion (8)

 

Cybernetika---Colossus.jpg

 

2011 : Colossus (9)

 

Cybernetika_Solar-Nexus.jpeg

 

2014 : Solar Nexus (9)

 

Les albums de Cybernetika en écoute sur Grooveshark


Sa page Soundcloud


Ses albums sont aussi disponibles en téléchargement gratuit et légal sur le site du label : Ektoplazm

 

 

Si vous ne deviez écouter qu'un titre, je vous conseille Bio-Mechanic Tunnel Transport (je ne compte plus le nombre de fois cette année où je l'ai écouté sur le chemin du boulot : idéal le matin pour se réveiller, et le soir pour évacuer l'adrénaline). A savourer au casque et à fond, cela va sans dire...


Bio-Mechanic Tunnel (2014 - Solar Nexus)


 

 

 

Pour saisir l'évolution de Cybernetika, et parcourir rapidement (façon de parler, ses titres font rarement moins de 8 minutes) ses différents albums, une playlist chronologique avec ses meilleurs titres :

 

Playlist Cybernetika

 

Partager cet article

Repost0
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 21:59

En règle générale, je ne participe pas (ou plus) aux « chaînes de blogs ». Mais je vais faire une exception, parce que c’est Lou, et parce que de faire découvrir un morceau, faut pas me pousser beaucoup pour que je cède.  


C’est l’occasion, donc, de mettre en valeur mon morceau favori de l’année, Midnight Dub Radio, extrait de l’excellent Unfolded du grec Mobthrow. Un album d’electro particulièrement riche et planant, qui marie à merveille downtempo, ambient, trance et IDM. De nombreux morceaux de grande qualité sur Unfolded, mais j’ai un faible pour ce Midnight Dub Radio, le morceau le plus envoûtant de ces derniers mois. Rien que ça.


A écouter au casque et à fond pour profiter pleinement du voyage…

 

 

 

 

L’album sur Bandcamp : Mobthrow –  Unfolded

 

 

Le premier maillon de la chaîne de la « Radio des blogueurs »

 

Partager cet article

Repost0