Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:12

Bullhead Rundskoptake shelterkiller joeCosmopolisMartha Marcy May Marlene-copie-1the descendants 

The-dark-knight-rises.jpgKilling-Them-Softly.jpgla-taupe.jpg 

 

 

 

 

     Après la quête du père en 2009, la séparation en 2011, le thème qui m’aura semblé le plus marquant dans les films de 2012 est celui du « cocon »… Les pertes et séparations, douloureuses, de 2011, mènent d’une manière somme toute logique, à un retour au cocon. Il est loin, le cinéma hollywoodien conquérant des années 50 ou 60… conquêtes de l’ouest, du monde, de l’espace… en 2012, on préfère se recroqueviller dans son cocon.

C’est le premier grand film américain de l’année qui a donné le ton, Take Shelter… un homme qui, pour protéger sa famille d’une menace dont on ne sait si elle est réelle ou le fruit de sa folie, se lance dans la construction d’un bunker. Difficile de trouver mieux comme métaphore du cocon… C’est aussi l’héroïne du très beau Martha Marcy May Marlene qui passe de cocons en cocons, celui d’une communauté / secte à la maison de sa sœur. Des cocons, aussi, pour les héros… James Bond, archétype s’il en est du héros viril sans attaches et conquérant, voyageant de pays en pays et de femmes en femmes ; pour la première fois depuis 50 ans, retourne vers son passé et ses origines, dans son cocon qu’est le manoir familial. Autre manoir-cocon, celui de Batman, reclus depuis des années lorsque débute The Dark Knight Rises, ayant laissé tomber toute vie sociale, professionnelle, aventurière et héroïque. Et s’il reprend du service, c’est moins par volonté de puissance que par désir d’en finir, et, d’une certaine manière, de fuir le monde… Reclus eux aussi, les américains d’Argo en Iran… ils ne sont pas « en cavale », mais planqués dans une maison dont ils ne sortent jamais, en espérant un retour dans le grand cocon qu’est la mère patrie… Un cocon n’est pas forcément une maison, ce peut être une voiture, telle la limousine du Cosmopolis de Cronenberg, au sein de laquelle se déroule les ¾ du film, cocon en mouvement qui protège le personnage principal d’un monde extérieur qui plonge dans le chaos. Ou, dans un registre très différent - mais une idée de mise en scène assez proche - le bus de The We and the I dont on ne sort qu’à la toute fin du film… (voire la barque de L’Odyssée de Pi, film que je n’ai pas vu).

Le cocon, c’est aussi la relation fusionnelle du ménage à trois de Savages d’Oliver Stone, celle des trois frères de Lawless (Des Hommes sans Loi, scénario de Nick Cave), qui cherchent seulement à faire leur petit business tranquillement, dans leur coin, en famille, ou encore celle du héros de Ted incapable, à 35 ans, de se séparer de son ours en peluche (qui vit et parle, certes, mais ours en peluche tout de même). C’est l’islamisme radical dans la Désintégration, la fuite d’un monde extérieur hostile, et l’impression de n’être compris et intégré que lors de ces petites séances intimistes et coupées du monde où le personnage principal se laisse manipuler par un rabatteur. The Secret propose aussi en quelque sorte un « retour au cocon » (je ne peux en dire plus sans dévoiler la fin), quant au « Dictator », il n’est au fond qu’un grand enfant dont le pays est un immense cocon (pour lui, et seulement pour lui), satisfaisant le moindre de ses désirs et caprices, et il n’aspire qu’à une chose, bien entendu, y retourner (contrairement aux deux personnages précédents de Sasha Baron-Cohen, Borat et Bruno, qui, eux, avaient pour souhait de « conquérir » l’Amérique). C’est aussi dans un cocon que vivent les personnages de Margin Call, trader et financiers dans leur bulle… et c’est aussi ce que recherche le héros de Looper, heureux et comblé seulement dans le petit cocon qu’il est parvenu à créer dans une des réalités.

Le cocon, c’est le refuge et le fantasme du paranoïaque, celui de Take Shelter évidemment, mais aussi J. Edgar (d’Eastwood), enfermé dans son bureau où il écoute et répertorie les secrets des puissants, ces secrets qui le protègent de tous ceux voulant l’expulser de sa création et son cocon : le FBI. C’est la réalité fantasmée du remake de Total Recall, ou encore le hacker de Aux Yeux de Tous, qui, sans mettre un pied hors de sa chambre, parvient à explorer et manipuler le réel. C’est aussi, mais à l’opposé, Jack Reacher, refusant la « vie moderne », sa technologie et ses facilités afin d’être impossible à repérer. Pour vivre heureux, vivons caché, dans son cocon…

Autre thème important, lié au cocon : en 2012, les héros sont fatigués, et de moins en moins « solaires ». Le héros de Bullhead a beau se shooter aux hormones de bœufs, il reste face à la femme qu’il aime un petit garçon timide et fragile… et malgré ses excès de violence ou sa musculature qui en impose, il n’a rien du héros fort, dynamique et charismatique, il est hanté par son passé et traîne sa misère tout au long du film. L’aîné des frères de Lawless est le chef de famille, le « mâle dominant »… mais comme le héros de Bullhead, c’est un grand taiseux, un homme toujours sur la défensive. Idem pour le héros du Territoire des Loups, traumatisé par son passé tragique, au bord du suicide au début du film… voire le héros de Looper, pas beaucoup plus solaire que les autres…

On n’avait jamais vu James Bond aussi affaibli, incapable, après son accident et après s’être un moment « coupé du monde », de faire quelques exercices physiques sans s’essouffler, ou de toucher une cible à quelques mètres. Il est même déclaré inapte à reprendre su service, et ne doit sa réintégration qu’à une falsification de son dossier. On n’avait jamais vu non plus Batman aussi déprimé, usé, ne se déplaçant plus depuis des années que dans son manoir, et à l’aide d’une canne… à peine parvient-il à en sortir qu’il se retrouve – pendant une bonne partie du film – au fond d’un puits… bref, il passera la majeure partie du film à simplement tenter de « sortir de son trou ».

Les nouveaux super-héros de cinéma ne partent pas, capes et cheveux au vent, sauver le monde, leurs ambitions ont été revues à la baisse… ils utilisent leurs pouvoirs pour se faire des blagues de potache, jouer à la baballe au milieu des nuages, et se laissent dominer par leurs émotions négatives (tout ça dans Chronicle).

Nous vivons dans un monde hostile et déprimant, qui pousse à se recroqueviller dans son cocon. Que nous reste-t-il, faire la révolution ? Même ça, les anars rigolards de Groland n’y croient plus, Le Grand Soir est un constat d’échec ; les lendemains qui chantent, c’est de l’histoire ancienne, plus qu’une chimère dans l’esprit de sympathiques losers…

Tous les héros n’auront pas été fragiles, déprimés, taiseux, tourmentés ou affaiblis… il y en a eu au moins deux particulièrement sûrs d’eux, virils, efficaces et imposants, bref, deux héros à l’ancienne… sauf qu’il s’agit de deux crapules cyniques, deux tueurs implacables, Killer Joe & Cogan. Auxquels on pourrait ajouter le « héros » de Cosmopolis, tout autant cynique et sûr de lui que les deux autres… En 2012, il faut être un salaud sans états d’âme pour oser être sûr de soi, dominant et bien dans sa peau…

Pourquoi au juste, ce cocon et cette déprime ? La réponse la plus simple serait bien entendu « la crise ». Sauf que c’est un peu court… comme je l’ai déjà dit dans mon bilan de l’an dernier, ce n’est pas tant la crise économique qu’une crise plus profonde qui sourd dans les œuvres. Car on n’attend pas du cinéma et de l’art en général qu’ils nous expliquent qu’il y a une crise économique et que les gens sont inquiets… Pas besoin d’œuvres et d’artistes pour cela ; une télé, un journal et de simples journalistes font l’affaire… Non, ce que nous disent plutôt tous ces films, c’est qu’à notre époque, l’aspiration majeure est de se créer son petit cocon et s’y fondre (même les homos veulent reproduire la cellule familiale traditionnelle, couple + enfants)…  signe de peur et de déclin pour les uns, de prudence et de sagesse pour les autres, ou un peu des deux, à chacun de l’interpréter comme il l’entend.

 

Seuls quelques films ne m’auront pas vraiment plu en 2012, les 6 derniers du classement, les autres se tiennent à pas grand-chose, quasiment tous les films que j’ai vu cette année (et tous vus au cinéma, à part Wrong et Ted) ont des notes entre 7 et 8… de bons films, même si j’ai des réserves pour chacun (ce qui n’est pas le cas pour les premiers du classement)…

1.      Bullhead – Michael R. Roskam  9

2.      Take Shelter – Jeff Nichols  8,5

3.      Killer Joe – William Friedkin

4.      Cosmopolis – David Cronenberg

5.      Martha Marcy May Marlene – Sean Durkin

6.      The Descendants – Alexander Payne

7.      The Dark Knight Rises – Christopher Nolan 8

8.      Killing Them Softly (Cogan)- Andrew Dominik 

9.      La Taupe – Tomas Alfredson 

10.  Millenium – David Fincher

11.  Argo – Ben Affleck 

12.  Margin Call – J.C. Chandor 

13.  Savages – Oliver Stone 

14.  La Cabane dans les Bois – Drew Goddard 

15.  Chronicle – Josh Trank 

16.  Des Hommes sans Loi – John Hillcoat

17.  The We and the I – Michel Gondry

18.  La Désintégration – Philippe Faucon

19.  J. Edgar – Clint Eastwood

20.  Skyfall – Sam Mendes 7,5

21.  Moonrise Kingdom – Wes Anderson

22.  The Dictator – Larry Charles

23.  Wrong – Quentin Dupieux 

24.  Total Recall – Len Wiseman 

25.  Prometheus – Ridley Scott

26.  Jack Reacher – Christopher McQuarrie

27.  Aux Yeux de Tous – Cédric Jimenez

28.  Sherlock Holmes 2 : Jeu d’Ombres – Guy Ritchie

29.  Le Grand Soir – Kervern / Delépine

30.  Looper – Rian Johnson 

31.  The Secret – Pascal Laugier

32.  End of Watch – David Ayer

33.  La Dame en Noir – James Watkins

34.  The Amazing Spider-man – Marc Webb

35.  Faust – Alexandr Sokurov  7

36.  The Bourne Legacy – Tony Gilroy 

37.  La Part des Anges - Ken Loach

38.  Securité Rapprochée – Daniel Espinosa

39.  Ted – Seth McFarlane

40.  The Avengers – Joss Whedon

41.  Le Hobbit, un voyage inattendu – Peter Jackson

42.  Blanche neige et le Chasseur – Rupert Sanders

43.  Le Territoire des Loups – Joe Carnahan  6,5

44.  John Carter – Andrew Stanton 5

45.  Les Infidèles – Collectif

46.  Félins – Keith Scholey, Alastair Fothergill

47.  The Expendables 2 – Sylvester Stallone

48.  La Colère des Titans – Jonathan Liebesman

49.  Hunger Games – Gary Ross 4

Envie de noter ces films (ou d'autres) ? Direction le Cinéma Des Blogueurs (ouvert à tous), il ne reste que très peu de temps avant que je ne fasse les comptes et publie le classement 2012 définitif...

Bilans cinéma des années précédentes :

Les films de 2011 

Les films de 2010 

Les films de 2009

Les films de 2008

Les films de 2007

Les films de 2006 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

GT 03/02/2013 23:41


RAPHAEL : Oui, j'ai vu le dernier Tarantino, mais non, je ne partage pas tes réserves... je suis toujours un grand fan de
Tarantino, j'avais même adoré les Kill Bill et Death Proof, qui, pourtant, avaient suscité quelques critiques chez certains tarantinophiles... le seul Tarantino qui ne m'a pas
totalement convaincu, c'est le précédent, Inglorious Basterds, que j'ai trouvé un peu décevant... j'avais donc une légère appréhension avec ce nouveau Tarantino, mais elle s'est évanouie
très vite, au bout de quelques secondes de film, j'ai trouvé Django jubilatoire du début à la fin... (bon, je mettrais tout de même un petit bémol pour les 20 dernières  minutes, mais rien
de rédhibitoire non plus)...

Raphaël 02/02/2013 03:51


une parie de mon message s'est un peu décalé par rapport à la structure de base, je vois que ça change pas trop le sens de mon post mais si jamais ya une incohérence dans mon texte, vous saurez
qu'elle vient de mes abus du venredi soir...

Raphaël 02/02/2013 03:49


As-tu vu le derniet Tarantino ?


Est-ce que tu trouves toi aussi que le "ressort" Tarantino commence à être surexploité et son côté provoquant passerait presque pour de la bien pensence et de la facilité, je veux dire, pour un
réal, il se foule plus trop et Django passe un peu pour un inglorious 1,5 qui ne m'avait pas laissé un souvenir exeptionnel.


Par contre niveau bande son je le trouve toujours top !


 


Je sais que Tarantino est acclamé par une bonne part de la critique mais j'ai toujours émis des doutes quant à ses derniers films tout du moins