Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 16:42

Chers lecteurs, aujourd'hui, c'est à un moment d'histoire que je vous convie (eh oui, carrément). Un des plus importants de l'histoire du rock... si ce n'est le plus important. Un acte fondateur pour tout le rock qui a suivi. 

Le 5 juin 1956, Elvis est invité au Milton Berle Show. Ce n'est pas la première fois que l'on voit du rock à la télé, ni la première apparition d'Elvis. Cela fait 6 semaines qu'il est n°1 des charts américains avec son single Heartbreak Hotel et 7 semaines avec son premier album. Mais c'est la première fois qu'il va interpréter à la télé son nouveau single, Hound Dog. Plus de 40 millions d'américains sont devant leur poste pour voir le phénomène du moment... et ils ne vont pas être déçus. Fascinés ou scandalisés, oui, mais sûrement pas insensibles au Hound Dog d'Elvis. 

Pour apprécier pleinement cette vidéo et l'événement qu'elle représente, il faut se replacer dans le contexte. Avant Elvis, les chanteurs populaires blancs, c'étaient les crooners. Délicats, sentimentaux, et, surtout... immobiles. Quelques claquements de doigts et mouvement du buste sur leurs titres les plus rythmés, et c'est tout. Puis il y a eu Bill Haley et ses Comets, en 1955, qui, avec Rock around the Clock, signe l'acte officiel de la naissance du rock et son entrée dans les foyers américains :   

 


C'est entraînant, sympathique, la jeunesse adore... mais rien de bien sexy, rageur ou sulfureux. Ce qui n'empêche pas une bonne partie des adultes de trouver cette musique dégénérée, sauvage, bruyante et abrutissante... On imagine alors sans peine leur choc face à l'interprétation qu'Elvis va faire de Hound Dog chez Milton Berle. Une bombe dans l'Amérique puritaine des 50's. Et une bombe sexuelle, car ce qui va provoquer ce scandale, ce sont bien sûr les "déhanchements suggestifs" d'Elvis. Lors du prochain passage d'Elvis à la télé, il sera interdit au réalisateur de le filmer en-dessous de la ceinture... Mais l'intérêt de Hound Dog, ce ne sont pas seulement les mouvements d'Elvis, c'est aussi sa musique. La première fois qu'un blanc se met à danser et bouger comme les noirs, certes, mais aussi à chanter et faire de la musique comme eux. Dans les années 50, la ségrégation était aussi musicale... les noirs avaient leurs propres charts, bien différenciés des charts blancs... et, au fond, qu'ils crient et s'agitent frénétiquement dans leur coin, ça ne dérangeait pas tant que ça les blancs réacs et racistes, ça confirmait aussi leur idée qu'ils restaient des "sauvages"... mais qu'un blanc en fasse autant, c'était déjà beaucoup moins acceptable. Avec le Hound Dog d'Elvis, le rock'n'roll blanc affiche fièrement ses origines noires, il devient plus teigneux, bluesy, "dirty"... Rock around the Clock, à l'image de son auteur, paraît bien lisse à côté.     

En 2010, la danse d'Elvis chez Milton Berle peut nous sembler assez inoffensive, on a vu bien pire, et bien plus subversif depuis dans le rock... mais pour les années 50, elle est nettement plus "scandaleuse" que ne le sera pour les années 70 un type qui bouffe des chauve-souris sur scène. Et, surtout, elle est un acte fondateur : le rock désormais sent le souffre et bouscule les moeurs en vigueur... ce qu'il ne cessera de faire ensuite dans ses plus grandes heures. 
Alors imaginez que vous êtes dans les années 50, que vous ne connaissez que les crooners, la country et que Bill Haley est le truc le plus "excitant" que vous ayez vu à la télé... vous allumez le poste, et vous tombez sur ça :


 



C'est l'occasion aussi de dire un mot sur la première interprète de Hound Dog, Big Mama Thornton (la chanson a été écrite par Leiber & Stoller et Johnny Otis)... sa version, rythm'n'blues, a été éclipsée par celle d'Elvis, mais elle est néanmoins excellente et n'a pas à rougir face à celle du King :

 


Il y a bien sûr eu de nombreuses versions de Hound Dog... une petite playlist avec celles d'Etta James, Jerry Lee Lewis, Little Richard, Clapton, Lennon, Albert King et Johnny Otis :

Découvrez la playlist 0000 Hound dog avec Jerry Lee Lewis




(Je viens de reprendre mon second blog, Music of The Times, et je vais donc, ici, vous livrer un bilan de l'année 1956 très prochainement... mais Hound Dog méritait bien un article qui lui soit exclusivement consacré.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

G.T. 02/04/2010 02:06



JUTHOVA : Désolé d'avoir tardé à te répondre... je découvre cette reprise, très chouette...


LAURENT : Une grande dame, en effet, "big" dans tous les sens du terme...



Laurent 01/04/2010 22:28



Oh merci pour Big Mama Thornton, une très grande dame. 



Juthova 27/03/2010 20:56



"You ain't nothin' but a hound dog..."
Bravo pour ton article sur l'excellent titre Hound Dog. Bcp ont découvert ce morceau grace au film Grease. Et comme tu parles aussi de reprises sur ce titre, je conseille fortement le
cover plutot rock garage de Buff Medways: http://latragedie.canalblog.com/archives/2009/04/03/13255467.html
Bon week 



Vince 25/03/2010 18:49


Pas de souci alors, si c'était le but il est atteint !


G.T. 24/03/2010 22:31


ARBOBO : La grande classe :-)

ARNO : Bonne chance...

LUSK : il se murmure aussi dans les milieux autorisés que Poutine est un grand fan des New York Dolls :-)

HI-HAT : Excellent !

VINCE : Là, le but n'était pas de faire une analyse muszicale de la chanson, seulement de la replacer dans son contexte historique,
suffisamment riche... pourquoi est-elle excellente... à mon sens en grande partie pour le début de raison que je donne : pour l'époque, elle est vraiment teigneuse, "dirty", ce n'est pas
du rock gentillet et lissé, mais du rock qui sait d'où il vient, du rythm'n'blues noir... 



Vince 24/03/2010 19:54


GT,

En fait, je trouve ton article interessant, puisqu'il place remarquabement bien ton article dans son contexte, ce qui permet de mieux cerner l'oeuvre (ce qui n'est pas négligable). Je déplore
cependant que tu ne fasse pas une analyse plus profonde ; en gros la seule chose que tu dis, à part quelque remarques de ci de là, c'est "le rock'n'roll blanc affiche fièrement ses origines noires, il devient plus teigneux, bluesy, "dirty"".

Il faut avouer que de ce côté ci, tu ne m'apporte pas, à moi en tout cas, vraiment d'analyse ; qu'est-ce qui fait qu'il est excellent, en fait ?

Peut-être ne veux-tu pas être trop technique, ne pas rentrer trop profond pour ne pas t'embourber et ne plus être accessible... mais je ne peux que le regretter. C'est pure spéculation de ma part,
bien sûr.

A part ça, l'ouverture est extremement interessante, avec ces reprises ou ces originales, qui effectivement sont souvent très bon.

Bref, [...]

Vincent


Hi Hat 24/03/2010 18:35


en petite impro d'hendrix ça vaut les oreilles et les yeux
http://www.dailymotion.com/video/x2j2p1_jimi-hendrix-hound-dog-acoustic_music


lusk 24/03/2010 18:17


Des albums de Rock en cyrillique. Ca me fait penser que Medvedev est un grand fan de Deep Purple (et qu'il avait découvert avant la chute de l'union, le rebel). Comme quoi le rock mène à tout, même
à la présidence de la Russie.^^


Arno 24/03/2010 10:29


Très bonne idée cette article... je ne connais absolument rien de cette époque! C chouette d'apprendre tout ca... Prochaine soirée, je tente la danse Elvis pour entendre la salle crier...


arbobo 24/03/2010 09:46


à propos de diable, ma première galette d'Elvis, je l'ai achetée dans un Moscou encore soviétique, en 1990 ^^
un jour je vous ferai les honneurs de mes pochettes en cyrillique :-)


G.T. 23/03/2010 22:40


BOEBIS : C'est vrai qu'on en parle trop peu de cette période... alors que sans elle, on en serait toujours à écouter des crooners
(bon, ce n'est sans doute pas vrai, la musique populaire aurait évoluée différemment... mais quand même^^)

ARBOBO : C'était aussi ma chanson favorite d'Elvis avant que je n'apprenne que c'est par elle que le "scandale" est arrivé...
ce qui la rend deux fois meilleure^^  


arbobo 23/03/2010 11:05


je ne savais pas avec quel titre elvis the pelvis était devenu l'incarnation du diable, mais je suis bien content que ce soit avec un de mes titres préférés de lui :-)

dire que durant des années, les radios blanches ne passaient du rythm'n'blues que s'il était repris et affadi par quelque blondinet fallot...


Boeb'is 23/03/2010 00:53


Ca tape Big Mama Thornton, je connaissais de nom mais je suis pas sûr d'avoir déjà écouté. Je vais me faire une petite session de rattrapage.

Et le jeu de jambe de presley valait le coup d'oeil. En tout cas article intéressant sur une période du rock dont on ne parle pas assez.


G.T. 23/03/2010 00:44


NYKO :  je ne connaissais pas l'original de "hound dog". Du coup, maintenant j'ai l'impression d'entendre Danny Brillant
quand j'écoute la version d'Elvis
De "voir", pas d'entendre... je veux bien qu'on trouve que Dany Brillant ressemble physiquement à Elvis... mais il est loin d'en avoir la voix...

THIERRY : Non, pas Heligoland, bien sûr, restons sérieux^^


Thierry 23/03/2010 00:19


Même à Heligoland ? ^^


nyko 23/03/2010 00:06


je ne connaissais pas l'original de "hound dog". Du coup, maintenant j'ai l'impression d'entendre Danny Brillant quand j'écoute la version d'Elvis


G.T. 22/03/2010 23:57


LUSK : ça fait plaisir de voir qu'il y en a un autre que moi à qui servira "Music of the Times" :-)

THIERRY : Oui, une des plus importantes... et une de mes favorites. Pendant que j'écrivais l'article, j'ai dû me la repasser une
bonne dizaine de fois, et je ne m'en lasse pas... je pourrais y passer la journée^^
(et il faut mieux que j'évite, ce soir, de m'écouter un album récent pour l'intégrer dans mon classement, à côté du Hound Dog d'Elvis, je pourrais difficilement mettre plus de 3, même à de
bons albums^^)  


Thierry 22/03/2010 23:39


Très certainement l'une des chansons populaires les plus importantes de ces 60 dernières années, tout simplement.
Excellent article !


lusk 22/03/2010 23:08


Wouhou, super nouvelle que tu reprenne Music of The Times. J'allais justement te demander si tu voulais le réactualiser un peu, car c'est un super élément pour beaucoup de jeunes incultes, comme
moi de découvrir ces années, qui relèvent presque aujourd'hui de l'archéologie musicale (merde, c'était quasiment 40 ans avant ma naissance, c'est la préhistoire). Donc, merci GT.

Sinon, je trouve qu'il est facile d'être choquer par cette vidéo quand le contexte de l'époque revient en tête, c'est sur. Moi, sinon, le déhanchement d'Elvis me fait marrer, comme les jeunes
filles derrière, mais je crois qu'elles pouffent pour une autre raison.^^