Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 13:30

the-dark-knight-ost.jpgSi je ne devais retenir que trois choses de la trilogie de Nolan, ce seraient les suivantes :

1.      La volonté de revisiter l’univers de Batman en s’adressant à un public mature. Un public, notamment, qui n’est pas prêt à accepter comme allant de soi qu’un milliardaire mette un costume de chauve-souris la nuit pour aller traquer les criminels à l’aide de gadgets et de ses capacités physiques hors-norme. Dès le premier film de la trilogie, tout est mis en place pour nous rendre cet univers cohérent, de la psychologie du héros à ses capacités physiques en passant par son arsenal et ses ennemis. Une trilogie parfaitement en phase avec son héros, super-héros plus « crédible » et humain que l’essentiel des autres personnages de comics (car lui n’a pas de pouvoirs surnaturels). Et un Christian Bale impeccable dans le rôle.

2.      La prestation d’Heath Ledger dans The Dark Knight. « Plus le méchant est réussi, plus le film l’est aussi », disait Hitchcock à Truffaut. Et peu de films ont eu des méchants aussi fascinants que le Joker de The Dark Knight. Loin du cabotinage grand-guignolesque de Jack Nicholson (amusant, certes, mais un peu fatiguant à la longue) dans le premier Batman de Tim Burton ; chez Nolan, Heath Ledger campe un joker aussi crédible que barré, jubilatoire que flippant, chaotique que machiavélique.

3.      La musique. L’élément sur lequel, sans surprise, je vais m’attarder ici. Et si The Dark Knight est le meilleur de la trilogie, ce n’est pas seulement grâce à l'interprétation d'Heath Ledger, mais aussi à la musique de Hans Zimmer / James Newton Howard et à son utilisation (dans la continuité du premier, Batman Begins, par ses thèmes et son orchestration, mais c’est dans le 2 où elle est le mieux exploitée et développée).  

Les BO de blockbusters, faut bien l’avouer, c’est souvent chiant. Trop emphatique, trop naïf, trop pompier. A l’image des blockbusters eux-mêmes, et en particulier des films de super-héros. Le secret, pour qu’une œuvre fonctionne, réside toujours dans l’alchimie et l’équilibre. Et tout comme Nolan a su trouver le bon équilibre entre film spectaculaire et divertissant d’un côté, tragédie intense et poignante de l’autre, la musique parvient elle-même à éviter de tomber dans l’emphase héroïco-pompière habituelle  par une noirceur peu commune, ainsi qu’une cohérence et une fluidité assez remarquables. Suffisamment d’ampleur, de lyrisme et de puissance pour donner le souffle nécessaire à ce genre de films, et suffisamment de noirceur et de profondeur pour que le film soit plus proche d’une tragédie que d’un bête pop-corn movie héroïque.

Les deux éléments qui, à mon sens, caractérisent le mieux la musique de The Dark Knight, qui lui donnent toute sa cohérence et parviennent à créer une véritable atmosphère sont d’un côté les motifs d’accompagnement répétitifs, plutôt dans l’aigu et souvent aux violons. De l’autre, ses thèmes amples et sombres (aux cordes graves en général). Traditionnellement, on accompagne plutôt avec les basses, et les thèmes sont plus aigus, ici, c’est fréquemment l’inverse. Les motifs d’accompagnement dans l’aigu ont un effet obsédant et tendu, les thèmes et motifs principaux dans le grave baignent le film dans une noirceur envoûtante.

 

Les premières minutes de « I’m not a Hero » illustrent parfaitement la musique que l’on retrouve tout au long du film :

 

 

La musique proposée dans The Dark Knight par Zimmer et Howard se situe quelque part entre la musique romantique et la musique minimaliste. Romantique par ses thèmes amples et sombres, sa richesse harmonique, ses chromatismes ; minimaliste par ses motifs d’accompagnements répétitifs qui donnent l’impression de vagues musicales obstinées. Le tout enrobé de quelques éléments électro et électriques.

 

La musique de The Dark Knight est-elle pour autant une des grandes BO de l’histoire du cinéma ? Je n’irais pas jusque-là. Tout comme le film, aussi réussi, plaisant et plus adulte et profond qu’on aurait pu l’imaginer soit-il, n’est pas un Vertigo, Citizen Kane, Taxi Driver ou Mulholland Drive ; Hans Zimmer a des qualités, a su créer une musique parfaite pour l’univers de Nolan, mais ce n’est pas non plus un Bernard Herrmann, un Badalamenti (chez Lynch) ou un Howard Shore (chez Cronenberg).

 

La musique de The Dark Knight (ainsi que celle des 2 autres de la trilogie), comme toute bonne musique de film, demande à être appréciée avec le film, où elle prend toute sa dimension, mais elle peut aussi s’écouter « pour elle-même », elle a suffisamment de richesse, de musicalité et d’intérêt pour cela. Bien évidemment, mieux vaut être un amateur de BO et musique symphonique du XIX° comme je le suis, et aimer se plonger dans des musiques très sombres et lyriques. Quelques-uns de ses thèmes sont vraiment somptueux, fascinants, et m’obsèdent depuis la sortie du film il y a pourtant déjà 4 ans.

Si vous ne deviez écouter qu’un autre titre de la BO, en plus du « I’m Not a Hero » ci-dessus, je vous recommande le plus long, qui clôture la BO « A Dark Knight ». Les 3 premières minutes ne sont pas ce que je préfère, mais ensuite, c’est magistral dans le genre :

 

 

 

Les BO des trois films à écouter en intégralité :

 

La BO de Batman Begins

 

La BO de The Dark Knight

 

La BO de The Dark Knight Rises

 

 

Un dernier mot sur The Dark Knight Rises, qui vient de sortir… un peu en-dessous du précédent, malgré une alchimie et une cohérence qui me semblent toujours plutôt bien fonctionner. Le rythme, relativement lent dans la première partie (assez mélancolique), a beau être en adéquation avec son héros blessé et dépressif, ça traîne peut-être parfois un peu trop en longueur, et la musique est moins bien exploitée que dans les deux précédents… mais ça reste un bon film, toujours bien au-dessus des films de super-héros que nous assène Hollywood (ce qui n’est certes pas un si grand exploit).

 

L'article suivant sur la BO de The Dark Knight, avec un thème de Zimmer / Newton Howard bien pompé sur Debussy

 

Article sur la BO chez Raw Power Mag 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

GT 19/09/2016 22:27

@ Lise : Curieux que le nom de Wagner n'apparaisse pas au générique (je n'y ai pas prêté attention à l'époque), puisqu'il ne s'agit pas dans ce film de "pompage", mais de vraies "citations" de Wagner (en tout cas, c'est au moins mentionné sur la BO). Et si l'on faisait la liste de toutes les musiques de films hollywoodiens qui ont bien pompé sur Wagner durant tout le XX°, on n'en finirait pas...

Lise Lefebvre 15/09/2016 21:02

J arrive un peu tard, mais j espère être lue quand même. En parlant de plagiat, Howard Shore ne s en est pas privé non plus dans la B. O de "A Dangerous Method". Presque tous ses themes musicaux reprennent, parfois note pour note, parfois en l affadissant, la musique de Wagner. Le nom de celui-ci n apparait pas une seule fois au générique; et pire, dans le making of, Shore n y fait jamais allusion, prétendant "créer " sa musique d apres les personnages et situations du film. Quand Franz Liszt retranscrivait des extraits de Wagner pour le piano, il citait toujours sa source d inspiration... et c etait le beau-père du compositeur. De quel droit Howard Shore a-t-il pillé cette musique sublime?

G.T. 12/08/2012 20:37


JEREMY : Oui, et vu le succès public comme critique de Dark Knight, la "signature" de Zimmer se retrouve maintenant copiée dans
pas mal de films dont la musique n'est pas de lui (car, malgré ce que l'on pourrait penser, il reste tout de même pas mal de films dont la BO n'est pas de Zimmer^^)  


Quant au passage pris dans la BO du Roi Arthur, bravo pour avoir réussi à l'entendre (si c'est bien le cas... je n'irai pas vérifier, mais je te fais confiance).


IKKI : On a donc un avis diamétralement opposé ici, car je trouve au contraire que la musique de Zimmer, très présente dans
The Dark Knight (moins dans le dernier), par son omniprésence et ses répétitions, ses ostinato rytyhmiques, plutôt que de "noyer" le film, maintient l'intensité, transcende le film et lui
donne une dimension tragique proche de l'opéra... J'aime beaucoup Danny Elfman (même si le côté "féérique" de sa musique me lasse parfois), mais, d'après mes souvenirs, ses BO des
Batman de Burton n'étaient pas aussi captivantes que celles de Zimmer...     

Ikki 12/08/2012 01:45


Pour moi les BO des derniers Batman sont très moyennes, voire ratées.


Dès Batman Begins, j'ai vraiment été frappé de voir comment la musique avait tendance à noyer le film. Différentes scènes s'enchaînent avec plus ou moins d'action, et on a toujours les mêmes
notes sur le même rythme. Pour moi au final ça écrase toute l'intensité dramatique et handicape le film.


La BO du premier Batman de Tim Burton est franchement bien plus épique, et perso je préfère Jack Nicholson en Joker, car rire avec les méchants me diverti au plus haut point.

Jeremy 08/08/2012 23:01


J'adhère totalement! 


Comme tu le dis si bien, Zimmer ne se contente pas de faire de la simple musique illustrative comme celle que l'on peut entendre dans tout bon pop-corn movie et autres films populaires: il arrive
à traduire par les sons ce que l'on voit à l'écran, et ça c'est fort. 


Cela dit, il ne donne pas le meilleur de lui-même dans la trilogie de Nolan et tout comme Beethoven semblait adorer les grupettos dans son oeuvre et sa signature rythmique dont la plus connue est
celle qui ouvre la Cinquième, Zimmer semble chercher à remettre dans toutes ses oeuvres une signature rythmique et/ou mélodique, ce qui est amusant mais peut être lassant au bout d'un certain
temps. Je dis ça parce que je crois me souvenir que dans le dernier épisode de la trilogie de Nolan, quand Wayne s'échappe du puits où Bane l'y a fourré, on peut entendre au fond une phrase que
l'on peut entendre dans la BO du Roi Arthur, dont il est également le compositeur. 

G.T. 07/08/2012 17:50


RAPHAEL : Tout à fait d'accord, notamment sur Cotillard, faut dire que... je ne sais pas pourquoi, mais elle m'irrite depuis
toujours. Lorsque je me posais la question d'aller voir De Rouille et d'Os, c'est elle qui a fait pencher la balance vers le "non" (mais je pense que j'aurais dû tout de même y aller).


Zimmer sort souvent du réchauffé, c'est vrai, faut dire qu'il est très demandé et cachetonne beaucoup, mais je trouve que chez Nolan, il a su se surpasser et créer quelque chose de vraiment
intéressant... d'ailleurs, depuis The Dark Knight, j'ai entendu pas mal de musiques de films qui s'en inspiraient et en pompaient des éléments...


 


DIANE C : Oui, bien sûr, Why so Serious?, magnifique entrée en matière, un des grands morceaux de cette BO !


 


(SYST : ça fait toujours plaisir de te voir, une fois de temps en temps, faire un petit signe !) 

diane cairn 07/08/2012 16:03


dans un genre moins lyrique que pense-tu des b.o. de the grey, de wolf creek, de from hell et de united 93 ?

diane cairn 07/08/2012 11:12


Ce score, avec The thin red line, prouve que, quand il se secoue un peu la couenne, Hans Zimmer est capable de grandes choses (c'était déjà entrevu dans black rain d'ailleurs). J'aurais illustré
avec why so serious ceci dit, c'est la plongée dans la nuée de chauve-souris éffrayées et la découverte de grottes insondables, si je devais illustrer les mots sourdre, tension, crissement, nerfs
a vif je te balancerais du why so serious directement, plus besoin de mots là... Why So Serious

SysT 06/08/2012 08:42


Hello, merci pour ces liens


Tout à fait d'accord avec toi concernant la qualité des films (le troisième un poil moins bon) et de leur BO respective!

A+

SysT 

Raphaël 05/08/2012 17:53


Tout à fait d'accord avec la critiques du batman rises, à mon avis ce qui plombe un peu le film c'est que Nolan a du coupé pas mal de scènes pour faire tenir le film en moins de trois heures et
l'histoire avec Talia (Cotillard) semble un peu décousue surtout que cette dernière a un jeu un peu faiblard en comparaison des autres acteurs qui sont niquelles (Catwoman en tête qui est très...
charmante !)


 


Un bon film qui ne déçoit pas mais qui m'a pas foutu la claque de son prédécesseur.


 


Et je vais courir réécouter la BO qui m'avait laissé une bonne surpprise venant de Zimmer qui nous sort souvent du réchauffé, c'est le compositeur à la mode en ce moment mais il lasse un peu..