Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 19:36





Things we said today n'est sûrement pas la chanson la plus étonnante, novatrice, saisissante des Beatles... elle semble presque anecdotique à côté des géniales A day in the Life, I'm the Walrus, I want You, Happiness Is a warm Gun et autres Tomorrow never knows. Pourtant, même les chansons de "second plan" des Beatles sont de meilleure qualité que les plus réussies de 99% des artistes pop qui les ont suivis.

Pour l'auditeur distrait, Things we said today n'est qu'une agréable chanson pop. Mais lorsque l'on s'y plonge, elle est bien plus que ça : un véritable modèle de cohérence, de finesse, de sensibilité et de musicalité. La preuve que l'on peut faire des chansons touchantes, émouvantes, agréables, sans tomber dans le racolage et le vulgaire déballage de tripes. C'est ça, en fait, la vraie bonne musique pop; une musique plaisante, accessible, légère, mais sans maniérisme. Si cette chanson a quelque chose à nous apprendre, c'est qu'il n'est pas nécessaire de tomber dans la guimauve et le pathos pour susciter l'émotion.

D'un premier abord, c'est une ballade plutôt mélancolique, en mineur... cependant, dès le départ, c'est une autre piste qui est proposée à l'auditeur : un accord gratté à la guitare de façon sèche et rapide introduit le morceau, et revient à plusieurs reprises par la suite. Une manière tout à fait inhabituelle de débuter une ballade mélancolique ; on attend de doux arpèges, et l'on se retrouve face à cet accord nerveux. De plus, pour une ballade, le tempo est particulièrement rapide. La musique "avance", constamment...  
 
Une fois n'est pas coutume, je vais m'attacher aux paroles pour l'expliquer. Non pas que le texte soit exceptionnel - ça reste une chanson pop - mais la cohérence texte-musique est assez remarquable. De quoi est-il question ? D'un homme qui imagine comment il se rappellera avec nostalgie des paroles que lui et sa bien-aimée se sont dites aujourd'hui. Ce n'est pas une mélancolie "traditionnelle", où le regard est tourné vers le passé... mais une sensation plus originale et subtile, où l'on se projette dans l'avenir pour y regarder le présent avec nostalgie... de la "nostalgie anticipée" en quelque sorte. Le narrateur n'est pas un nostalgique "mou", plombé par son passé, mais un nostalgique "vif", qui n'a pas de temps à perdre et anticipe déjà l'avenir. Et tout cela est traduit à la perfection par la musique : tonalité mineure et balancement assez doux de la mélodie du couplet (qui n'est pas sans évoqué celui d'une berceuse) pour la nostalgie ; accord d'introduction nerveux, rythme rapide, et musique qui avance d'un pas décidé parce que le regard est déjà tourné vers le futur.

Passé, présent et futur se rejoignent, dans un cycle ou le présent devient passé et le futur présent. La chanson a d'ailleurs un côté très cyclique, elle tourne sur elle-même comme le regard se tourne du futur au présent. La transition entre le refrain et le couplet est très habile, naturelle, participe d'un même mouvement, c'est la même phrase qui termine le refrain et commence le couplet, et il sont liés par le même mot.  

Refrain                                      Couplet
Love is here to stay and that's e-nough to make you mine, girl

La chanson a a beau parler de "nostalgie anticipée", ça n'en reste pas moins de la nostalgie, il y a donc cette répétition cyclique avec passages du présent au passé (ou du futur au présent, dans ce cas, si vous avez suivi).
Pourtant, le début du refrain tranche avec le couplet, il est plus "rock", et passe à l'homonyme majeur (la mineur, la majeur), sur Me i'm just the lucky kind. Celui qui ne connaît pas l'harmonie pourrait trouver normal de passer de la mineur à la majeur, mais le passage à l'homonyme majeur n'est en fait pas si "naturel" (ce ne sont pas des tonalités voisines contrairement à ce que laissent penser leurs noms)... et les Beatles savaient le faire admirablement (Schubert aussi, d'ailleurs, mais ce n'est pas la question). 

Autre subtilité, le petit chromatisme descendant, au chant, sur When I'm lonely. Un chromatisme, c'est une suite de notes séparées chacune par un demi-ton (et il y en a donc forcément au moins une étrangère à la gamme). Bien entendu, ce ne sont pas les Beatles qui ont inventé le chromatisme. On retrouve souvent des chromatismes descendants chez Bach, par exemple, pour figurer "la souffrance humaine", la "détresse de l'homme sans Dieu"... pas d'ambitions métaphysiques dans cette chanson pop, mais au moment où il est question de solitude, ce léger chromatisme descendant "jazzy" est bien trouvé, d'autant plus que lui fait écho When I'm dreaming, plus tard, sur la même mélodie. La solitude et le rêve... deux moments où l'on est en-dehors du monde, comme la note étrangère du chromatisme est en-dehors de la tonalité d'une musique...

Au-delà de ces quelques explications, si j'ai tenu à parler de ce morceau, c'est vraiment parce qu'il a fait partie des quelques premières chansons des Beatles qui m'ont fait comprendre les bienfaits de la simplicité en musique. Car être simple, ce n'est pas être simpliste, ce n'est pas gratter 3 accords au hasard en chantant n'importe quelle connerie dessus... car faire une vraie bonne chanson pop, évidente (du moins en apparence), et simple, ce n'est au fond pas si simple. Sauf pour les Beatles.

Songs of the Beatles   


         

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Rock
commenter cet article

commentaires

Sophie 15/06/2015 11:51

Salut, les tubes de The Beatles m’ont toujours inspiré. Je trouve les paroles de Things We said Today très touchantes.

Un nostalgique "mou". 16/11/2009 13:37


aah... C'est un peu bizarre.

J'ai l'impression qu'on vient de m'expliquer le fonctionnement d'un tour de magie... C'est à la fois vachement excitant, mais aussi ça casse le truc...

Très bon article pourtant.

(Et sinon, histoire de revenir sur Terre, la fille pour laquelle il a écrit ça l'a trompé, puis a rompu leurs fiancailles. Bref, quand Paulo a été Sixty Four elle etait plus là... :-) )


Monzoeil 14/11/2009 14:06


pas si simple en effet ! bien vu !


G.T. 13/11/2009 19:30


CHRISTOPHE : Moi non plus, je n'avais jamais fait attention aux paroles avant...

CHRISTIAN : La vidéo a été supprimée, malheureusement... sinon, "énergique et pudique", c'est aussi une très bonne description
du morceau.

LOU : Je n'avais pas du tout pensé à Morricone, mais maintenant que tu le dis... c'est plutôt bien vu.

THOM : Sûr que ça n'est pas un des morceaux les plus marquants et "spectaculaires" du groupe, mais bon, je trouve qu'il a un
charme assez exceptionnel...  


Thom 13/11/2009 13:45


Bon. Je trouve quand même que cela reste une chanson assez mineure, voire même anecdotique, dans la carrière des Beatles. Tu en dégages cependant une analyse tout à fait passionnante (ça compense),
il est vrai qu'elle est assez représentative du groupe, qui a fait pas mal de morceaux comme celui-ci. Ceci dit j'aurais trouvé ton analyse encore plus géniale si elle avait été accolée par exemple
à "I Will" ou "Julia", immenses ballades elles aussi, à la fois très premier degré et extrêmement subtiles... enfin bref ! C'est un très bon article malgré cette petite réserve :-)


lou 12/11/2009 11:33


 
J'avais oublié ce titre.
Il y a du Morricone dans l'accord sauvage que tu soulignes. Ecoute la BO de Pour une poignée de dollars (1963). L'art de la citation, c'est l'histoire de l'art (je ne reviens pas sur ce
que j'ai déjà écrit ici ou là).
[il va falloir que je trouve les citations-références du titre de L...e que j'ai choisi pour toi, GT - il est pas encore publié celui-là !]
 


Christian 12/11/2009 10:35


Découvert également sur le live au Hollywood Bowl (jamais remasterisé en CD et absent du coffret tout récent) :

http://www.youtube.com/watch?v=NLlPogZSc0U

j'adore cette version, c'est à la fois énergique et pudique, de la pop toute en retenue, sans aucunes dégoulinades.


Christophe 11/11/2009 23:12


Découvert en 77 sur le monumental live at the hollywood bowl, où l'on entend plus les cris de furies que les chansons, ce morceaux fait partie de mes classiques de toute la musique de tous les
temps; je n'avais bien évidemment pas fait atteution aux paroles, mais bon, on ne se refait pas.

très bon choix. 


G.T. 11/11/2009 17:32


THIERRY : Muse... oui, faudra bien qu'il soit proposé dans le classement, mais j'avoue que je n'ai toujours pas trouvé le courage
pour l'écouter ! :-)

YOSEMITE : La descente chromatique, une marque de fabrique chez les Beatles ? Je sais pas trop... je vais réécouter
l'intégrale des Beatles pour m'en assurer, et je te confirmerai ça ensuite :-)

VANESS : Oui, et ils nous ont même appris que le bonheur est un pistolet chaud^^  


Vaness 11/11/2009 15:40


Ils ont appris la musique à certains, l'anglais pour d'autres.... Des génies ces mecs, des génies !


yosemite. 11/11/2009 09:26


tiens, je ne connaissais effectivement pas ce morceau très beau.
et cette descente chromatique me fait penser que c'est peut-être chez eux une marque de fabrique en quelque sorte (comme sur Eleanor sur laquelle je me suis penché récemment), qui permet de
"desecendre l'échelle" entre deux accords et qui n'est pas si évidente !


Thierry 11/11/2009 07:55


Car être simple, ce n'est pas être simpliste, ce n'est pas gratter 3 accords au hasard en chantant n'importe quelle connerie
dessus... 
Tu penses à qui ?

Des noms, du sang, du fight ?

Quand je pense à Muse qui essaient de nous faire croire qu'ils font des ftrucs hyper chiadés.
Alors, Muse, ils sont quand en compèt pour détrôner U2 ?