Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 13:44

John Lydon, Keith et Kent Zimmerman – Rotten : no Irish, no Blacks, no Dogs, 1994 (Camion Blanc, 1996, 2005)

 

 

rotten_par_lydon.jpg“On a écrit beaucoup de choses sur les Sex Pistols. La plupart étaient soit du sensationnalisme, soit du blabla psychotique de journaliste. Le reste n’était que pure malveillance. Rotten par Lydon est la véritable histoire des Sex Pistols. Ce livre est aussi fidèle à la vérité que l’on puisse l’être et examine de l’intérieur des événements qui se sont déroulés il y a dix-huit ans. Je n’ai pas le temps pour les mensonges et les fabulations, et j’espère que vous non plus… Appréciez ou crevez… »

 

 

 

 

 

 

     

 

Cette mise au point sur la 4° de couverture annonce la couleur… et si Rotten dit n’avoir pas de temps pour les mensonges et fabulations, il en a encore moins pour les amabilités. Lydon a peut-être vieilli, il n’a pas beaucoup perdu de sa hargne et de sa rage. Et c’est tant mieux. Un bouquin nostalgique et bienveillant sur les Sex Pistols aurait été plutôt déplacé… mais on peut toujours compter sur ce bon vieux Johnny Rotten pour gueuler haut et fort, qu’il chante ou qu’il écrive (enfin, il semble plutôt que Keith et Kent Zimmermann aient retranscrits de longues conversations avec Lydon).

 

L’ennemi public n°1 en Angleterre à la fin des 70’s en a toujours autant contre l’establishment, la bourgeoisie, la famille royale, le business de la musique etc… mais ici, ce sont surtout ses compagnons de route qui en prennent pour leur grade. Rassurez-vous, il ne s’agit pas non plus de ce type de bouquins pathétiques où l’auteur « balance » pour satisfaire la curiosité malsaine des lecteurs, Lydon est fidèle à lui-même : il dit ce qu’il pense et ne cherche pas plus à réécrire l’histoire qu’à se réconcilier avec quiconque. Et forcément, il ne fait pas dans la dentelle. Son père et Steve Jones (le guitariste des Pistols) sont parmi les rares personnes qu’il a fini par réellement apprécier après avoir eu avec eux des relations très conflictuelles (ce qui vaut quelques pages assez touchantes – inhabituel de la part de Lydon - surtout sur son père qui a d’ailleurs la parole dans un chapitre du bouquin). Mais il n’en épargne pas beaucoup d’autres.

 

Au premier rang de la liste de ses « ennemis », on trouve bien sûr Malcolm McLaren. Le manager des Pistols que l’on a souvent décrit comme un « manipulateur », apparaît ici bien plus dépassé par les événements que les contrôlant. McLaren savait faire des « coups », mais il n’assurait pas ensuite. Incapable de leur trouver des concerts, de négocier de bons contrats (pour lui comme pour le groupe) avec les maisons de disques, de subvenir à leurs besoins (ils étaient sans un rond en poche alors qu’ils faisaient la première page des magazines), de gérer les problèmes et tensions. Lydon a beau détester tous les –ismes et les systèmes, il en revient souvent à des questions de « lutte des classes »… entre le prog d’étudiants en art bourgeois et le punk des prolos, et surtout dans la relation désastreuse qu’il a eu avec McLaren (qui finira par un procès, dont on retrouve les témoignages de tous les protagonistes dans le livre, même celui de McLaren). John Lydon vient d’une famille d’immigrants irlandais particulièrement pauvres : le plus « crade » chez Rotten, ce ne sont pas ses tenues, ses obscénités, sa musique, son surnom, son chant rageur, mais bien ses conditions de vie dans l’enfance (appartement délabré sans toilettes à l’intérieur, avec des rats tellement gros qu’ils tuaient les chats). Jones, Cook et Matlock venaient aussi de familles ouvrières pauvres, mais faisaient confiance à McLaren. Pas Lydon, qui, de toute façon, a toujours eu un gros problème avec l’autorité, et n’a jamais été impressionné par les références culturelles et le « situationnisme » de McLaren. Pour Lydon, ce n’était que de la branlette intellectuelle bourgeoise.

 

Lydon n’a pas plus de sympathie pour McLaren que pour sa « complice », la styliste Vivienne Westwood (la boutique « Sex » qu’elle tenait avec McLaren a été à l’origine du look punk) :

 

« Quand je voyais des gens aller dans le magasin et payer 40 livres pour une chemise teinte – la photo de Karl Marx et un symbole nazi inversé – je pensais, quels imbéciles ! Faites-la vous-mêmes. Bon Dieu, moi, je le faisais bien ! Une fois de plus, les gens préfèrent que leurs propres idées leur soient vendues plutôt que de les réaliser eux-mêmes. C’est pourquoi une boutique comme celle de Vivienne marchait si bien. […] Je n’ai jamais trouvé Vivienne attirante. Dès la première minute où je l’ai vue, je l’ai tout de suite pris pour une espèce de grande dinde. Je sais qu’elle ne m’a jamais aimé. » (p.217)

« Vivienne Westwood m’a toujours fait rire, et cela la contrariait perpétuellement. Elle est comme Malcolm : elle aime manipuler les gens et s’ils ne sont pas d’accord avec elle, elle ne veut plus les avoir dans son entourage. Stupide salope. Elle n’est plus allée bien loin après l’ère punk et elle s’est vite retrouvée en manque d’idées. […] Paraître bizarre juste pour faire comme tout le monde, c’est incroyablement inintéressant et c’est ce que fait Vivienne maintenant. » (p.218)     

 

 

Autre personnage que Lydon n’a jamais supporté, le premier bassiste des Pistols, Glen Matlock :

 

« Dans son livre, Glen proclame que la seule chose que je lui ai dite était « Va crever ». C’est vrai, Glen. Va crever. Malheureusement, il ne semble pas croire que je le pensais. Et pourtant, putain, je le pensais ! En permanence. Mais, une fois au moins, je dois dire de Glen qu’il a été le seul à tenter un semblant de contact amical avec moi, ce qui est curieux car je le détestais tant. Tout ce pour quoi il se battait était faible, des trucs de pédale crédule. Il n’aimait pas choquer. Il voulait que tout le monde l’aime et avoir du bon temps. Tellement emmerdant. » (p.130)

 

Le pire, pour lui, c’est que Matlock refusait de jouer sur God save the Queen, il tenait à ce que Lydon change ses paroles… mais Lydon ne pouvait comprendre que Matlock refuse de jouer un titre sous prétexte qu’il pouvait choquer sa mère. Il y avait une incompatibilité totale entre les deux.

Lydon parvient à faire remplacer Matlock par son pote d’enfance, Sid « Vicious », ce qui lui permettait d’avoir au moins un allié dans le groupe, contre McLaren. Et si Lydon garde une certaine tendresse pour Sid, il ne lui tresse pas de couronne de lauriers non plus… Lydon ne respecte pas même les morts. Sid était complètement obsédé par son image, c’était un fan absolu de Bowie et du Velvet (mais on apprend aussi… qu’il aimait Abba ! Ce qui donne lieu à une anecdote marrante, avec Sid qui voulait demander un autographe aux deux filles d’Abba sortant de l’aéroport, et lorsqu’elles l’ont vu arriver vers elles, elles se sont enfuies en courant…). Un mec narcissique, très influençable, et parfois carrément débile. Quand Rotten et Vicious se retrouvaient juste tous les deux, les choses se passaient plutôt bien, Lydon voulait même qu’ils quittent les Pistols et lui a demandé de le suivre dans son nouveau projet, PiL… Sid était partant mais voilà, il avait un très gros défaut : Nancy. Et on arrive sans doute à la personne que Lydon a le plus détesté durant ces années-là.

 

Le bouquin contient de nombreuses interventions de personnages-clé de cette période (Steve Jones, Paul Cook, Caroline Coon, Chrissie Hynde, Don Letts, Julien Temple, Steve Severin, le père et la femme de Lydon… et même Billy Idol) et, Lydon en tête, ils s’accordent tous à dire que Nancy était une plaie, et ne croient toujours pas que Sid l’ait tuée. Pour Lydon, ce n’est pas Sid qui a tué Nancy, mais Nancy qui a détruit Sid. Il était sous son emprise, c’est elle qui l’a fait tomber dans l’héroïne et en a fait une loque.

 

« …quand Nancy a débarqué, c’est devenu insoutenable. Elle rendait la vie absolument et complètement pénible – et sans aucune bonne raison. […] Tout droit descendue de son arbre, méchante, blasée, et complètement ravagée. Sid s’est vite mis à devenir pareil. Il se détestait tant qu’il a fait la pire chose qu’il ait jamais faite – sortir avec cette bête. Il n’y a rien de rancunier quand je dis qu’elle était une bête. Elle était un être humain autodestructeur déterminé à entraîner autant de gens que possible dans sa chute. Nancy Spungen était le Titanic cherchant l’iceberg, et elle voulait afficher complet. Elle était réellement une pauvre connasse… » (p. 206)      

   

« Nous faisions tout pour réussir à nous débarrasser de Nancy. Malcolm, Steve, Paul et moi avons mis au point un petit plan, nous lui avons acheté un billet d’avion et une course en taxi pendant que Sid était quelque part ailleurs. Nous l’avons littéralement poussée dans le taxi et nous l’avons envoyée à l’aéroport avec son billet. Du vent. Voilà de l’argent. Maintenant dégage. Va donc te perdre où tu voudras, débarrasse-nous le plancher. Nous étions allés aussi loin car elle était si mauvaise pour Sid. Elle devait partir. Elle le tuait. J’étais absolument convaincu que cette fille était dans une mission lente de suicide, comme en effet le sont, à mon avis, la plupart des drogués à l’héroïne. Seulement elle ne voulait pas partir seule. Elle voulait entraîner Sid avec elle. C’était son unique but. […]

Nous lui interdisions d’être sur la tournée avec nous, mais elle s’arrangeait toujours pour trouver dans quel hôtel nous étions. Quand nous lui interdisions de venir, Sid devenait de nouveau génial. Quand il n’était pas sous l’emprise des drogues, il était bien et était d’accord avec nous. A la minute où elle se pointait avec tout son matos, cela recommençait à nouveau. Il avait besoin d’elle, mais il luttait contre. Il s’est rapidement mis à consommer plus de drogues qu’elle. Mon Dieu, je ne sais pas combien de nuits j’ai passées avec Sid à essayer de le tirer de ces drogues. C’était ridicule. Je l’avais littéralement enfermé à sa propre requête. J’ai passé des week-ends, une semaine, peu importe combien de temps, à l’empêcher de sortir de la maison. C’est ce que nous faisions, mes amis et moi – ces prétendues mauvaises influences sur moi. » (P.207-208)

 

Moins glorieux, Lydon avoue qu’un soir, avec Jah Wobble, ils sont allés jusqu’à trafiquer une aiguille de Nancy… tant pis si elle en crevait, au moins, ils pourraient sauver Sid.

 

Autre tête de turc de Lydon, Alex Cox, le réalisateur du film Sid & Nancy. Là encore, mieux vaut laisser parler Lydon : « Je n’arrive pas à comprendre pourquoi quelqu’un peut avoir envie de sortir un film comme Sid & Nancy sans s’être donné la peine de venir m’en parler à moi. Alex Cox, le réalisateur, ne l’a pas fait. Il a choisi comme seul point de référence – parmi tous les gens sur cette terre – Joe Strummer ! Ce chanteur guttural des Clash ! Putain, qu’est-ce qu’il connaissait de Sid et Nancy ? […] Pour moi, ce film représente la plus basse forme de vie. Je crois honnêtement qu’il fait l’apologie de la toxicomanie à l’héroïne. Il la glorifie réellement à la fin, quand ce stupide taxi part vers les cieux. C’est tellement con. Les scènes sordides à l’hôtel de New York étaient assez bien, sauf qu’elles méritaient d’être encore plus sordides. Toutes les scènes à Londres avec les Pistols sont n’importe quoi. Je trouve que le type qui tient le rôle de Sid, Gary Oldman, était plutôt bien. Mais même lui ne joue que le personnage du film, pas celui de la réalité. Je ne considère pas que ce soit la faute de Gary Oldman, car il est un sacrément bon acteur. Si seulement il avait eu l’opportunité de parler avec quelqu’un qui avait connu Sid. […] L’ironie finale est que les gens n’arrêtent pas de me questionner sur ce sujet. Je dois expliquer que tout est faux. Tout n’est que la putain d’imagination de quelqu’un d’autre, d’une espèce de lauréat d’Oxford qui a raté l’ère punk. Le salaud. » (p.209-210) 

 

Longue est la liste de ceux qui se font descendre en flèche par Lydon. De Mick Jagger « cette vieille sorcière bourrée de coke nous montrant du doigt en nous traitant de dégoûtants » à Rick Wakeman (qui refuse de rester chez EMI s’ils ne virent pas les horribles Sex Pistols). Mais il ne s’arrête pas à ces dinosaures du rock et pompeux groupes progs contre lesquels s’est dressé le punk, il n’épargne pas non plus les autres groupes punks : « La tournée « Anarchy » de décembre 1976 avec Johnny Thunders a été une histoire hilarante. Malcolm avait organisé la plupart des détails. Une agence avait réservée toute la tournée et c’était très drôle d’avoir tous les groupes dans le même bus. Nous nous entendions comme chiens et chats – les Damned, les Heartbreakers et les Clash. Les Clash se sont désistés car ils voulaient être en tête d’affiche ou quelque chose du même genre. Alors ils ont voyagé séparément. Puis les Damned ont décidé qu’ils étaient la meilleure création au monde depuis le pain en tranches. Les divergences d’ego ont tout démoli. La seule raison qui a fait rester les Heartbreakers, c’est qu’ils n’avaient aucun ego. Thunders était complètement mis hors circuit par la drogue, rien ne lui importait. » (P. 195)

 

Car – Dieu soit loué (même si je doute qu’il ait quoi que ce soit à voir là-dedans) – Rotten n’est absolument pas un nostalgique du punk. Il l’a d’ailleurs prouvé artistiquement, rebondissant tout de suite après les Sex Pistols pour partir dans une direction tout à fait différente avec PiL. Imaginer en « gardien du punk » tonton Rotten nous raconter les belles histoires de l’époque et nous expliquer à quel point c’était mieux avant aurait été assez pathétique. Il vaut mieux que cela. Comme Jim Morrison (et comme la plupart des artistes), Rotten n’est pas un révolutionnaire, mais un révolté. Il ne cherche pas à faire valoir telle ou telle idéologie, reconstruire le système, mais à le bousculer. Et peu de rockeurs peuvent s’enorgueillir d’avoir autant bousculé le rock et la société qu’il ne l’a fait…

 

Les livres sur le rock ne sont pas toujours « rock’n’roll »… mais, comme les nombreuses citations que j’ai mises ici le prouvent, celui-ci l’est vraiment. Vif, tranchant, mal élevé, dur, jubilatoire, sarcastique, sans fioritures ni sentimentalisme, à déconseiller aux âmes sensibles, et à recommander à tous les autres…

 

En guise d’illustration, l’inévitable vidéo de God save the Queen, où comment 4 gamins ont su envoyer une des plus belles claques au monde du rock – et à l’Angleterre :

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Livres
commenter cet article

commentaires

GT 14/08/2014 00:41


HAKATU : C'est vrai, il faudrait un tome 2 avec PiL !

Hakatu 31/07/2014 14:44


J'ai lu le bouquin il y a un an ou deux, et ce qui est dommage c'est qu'il parle peu de PIL dedans et j'aurai aimé en savoir plus sur leurs 3 premiers albums (même si ils sont parfois inégaux).

G.T. 17/08/2012 23:54


LEA : En effet... les rockeurs sont souvent décevants quand on les écoute parler, mais pas Lydon...

Léa 17/08/2012 21:29


Je l'ai enfin lu et Lydon ne m'a pas décue : toujours aussi là où on ne l'attend pas et caustique ^^
La rubrique où les membres restant des Pistols parlent de la composition de leur chanson est assez intéressante aussi


 

shox nz 02/12/2010 05:03



 







shox MOSTER


http://www.shoxr4shoes.com/shox-moster-c-843.html




shox nz


http://www.shoxr4shoes.com/shox-nz-c-844.html




shox oz


http://www.shoxr4shoes.com/shox-oz-c-845.html




shox TZ


http://www.shoxr4shoes.com/shox-tz-c-847.html




shox TURBO


http://www.shoxr4shoes.com/shox-turbo-c-846.html




shox r2


http://www.shoxr4shoes.com/shox-r2-c-848.html




shox r3


http://www.shoxr4shoes.com/shox-r3-c-849.html




shox r4


http://www.shoxr4shoes.com/shox-r4-c-850.html






bon marché airmax 26/11/2010 03:38



new air max  chaussures
Air Max 24/7 chaussures
Air max HUARACHE
air zenyth chaussure
Air Max 180

Air Max 87
air max 88
air max 89
Air Max 90
Air Max 91
Air Max 92

Air Max 93
Air Max 95
Air Max 2003
air max 2009
Air Max 2010
Air Max 2011
air max 360

Air Max LTD
Air Max TN
Air Max Stucture
air MAX Terra Ninety
Air Max skyline
Air Max stab

Shox Rift
MBT chaussures



Léa 25/11/2010 22:36



http://www.nme.com/news/public-image-ltd/52152


J'ai remis la main sur l'intervew, si ça t'intéresse.



bon marché airmax 22/11/2010 02:36



new air max  chaussures
Air Max 24/7 chaussures
Air max HUARACHE
air zenyth chaussure
Air Max 180

Air Max 87
air max 88
air max 89
Air Max 90
Air Max 91
Air Max 92

Air Max 93
Air Max 95
Air Max 2003
air max 2009
Air Max 2010
Air Max 2011
air max 360

Air Max LTD
Air Max TN
Air Max Stucture
air MAX Terra Ninety
Air Max skyline
Air Max stab

Shox Rift
MBT chaussures



mb 21/11/2010 15:19



"Listen! It's techno!" ... "I feel a real sense of... AWE."  haha, excéllent!  Il est très... entertaining.  Tu me donne envie de lire ce livre!



Léa 21/11/2010 00:18



Lydon il est sexy en combinaison de plongée.



C'était une interview où il disait que Gorillaz c'était de la merde, et que PiL ça c'était innovant machin tout ça. Du Lydon tout craché quoi.



GT 20/11/2010 21:12



LEA : Je n'ai pas vu cette interview, et je ne sais pas non plus de quel groupe il s'agit...


Sinon, Lydon a ausi fait plus fort que les Sex Pistols, plus fort que PiL... il a nagé avec les grands requins blancs ! Ce type est vraiment barré... la preuve en images :


Dans un aquarium : http://www.youtube.com/watch?v=VmZKlxECKpw


Dans la mer, avec une cage : http://www.youtube.com/watch?v=ifaUrCdSMoI


 


Classé X : bien... merci, à toi aussi...



Classé..X..!!! 19/11/2010 16:39



Bon week end à toi et tes visiteurs...!!!


Loren't






Léa 18/11/2010 19:43



Et c'est en ça qu'il est fidèle à lui même. En faisant exactement des choses "infidèles à lui même".

C'était déjà ça PiL. Faire un truc infidèle à ce qu'il était avant. Il ne fait que poursuivre, finalement. Au fait, quelqu'un saurait où est l'interview où il dit qu'il se cache derrière un
groupe d'electro actuel ? (Et accessoirement, de quel groupe il s'agit ?)


Sinon sa façon de mettre en scène ses paroles et ses tons de voix dans la fin de PiL me rappelle pas mal Dick Valentine.


 


Désolée pour le double post, ça me stresse ces fenêtres à la con.



Léa 18/11/2010 19:40



Et même quand il fait de la merde, il a une excuse. Et là, elle est évidente : ne pas faire ce qu'on attend de lui, comme toujours. Bravo mon grand !



GT 18/11/2010 17:31



ERIC : Shocking ! :-)


 


(tss, suffit qu'on parle de sa "fidélité à lui-même" pour qu'il ponde un article souhaitant beaucoup de bonheur au jeune couple princier...)



Eric 18/11/2010 13:01



La dernière prose de Lydon parue hier dans The Sun :


http://www.thesun.co.uk/sol/homepage/news/3233897/God-save-Wills-Katebrsays-Johnny-Rotten.html
 


Il a écrit un long papier pour féliciter le prince William de son mariage à venir et sort des phrases niaises telles que : "Willy and Katy look like they are genuinely in love and that's all
I look for. That's what being a human being is all about. That is what is important in life".


 


Assez surprenant.


 



GT 18/11/2010 00:25



LEA : Sur le "détachement", c'est là aussi où je vois un lien très fort entre Morrison et Lydon. Peu de stars du rock ont semblé
aussi "habités" sur scène que Morrison et Lydon, ils donnaient l'impression de "tout donner", comme si leur vie en dépendait... et en même temps, peu de stars du rock ont été aussi
"détachés" du cirque rock'n'roll... ils étaient dans les deux extrêmes, et, à mon avis, c'est sans doute justement parce qu'ils prenaient tout ce "grand cirque rock'n'roll" comme un jeu
(d'ailleurs, à propos de la fascination de Vicious pour le rock New Yorkais décadent, Lydon dit que lui ne se voit pas mourir pour un truc aussi infantile que le rock...), qu'ils se
permettaient tout, et qu'ils y allaient à fond... ce qui explique ce mélange d'extrême intensité sur scène et de détachement... ce qui est d'ailleurs l'inverse du prog où là, il n'y a pas (ou
peu) d'intensité, mais un très grand sérieux...  



Léa 17/11/2010 21:21



Ça faisait longtemps que je l'attendais cet article. Et je suis pas déçue.

En fait Lydon, je l'aime. Il fait de la merde des fois (suffit d'écouter la fin de PiL) mais il le fait avec un tel détachement qu'on peut pas lui reprocher. Et je le trouve beaucoup plus
"important" que Jim Morrison. Peut-être parce que Morrison est mort alors que Lydon a su survivre à son mouvement et ne pas être un papy du punk.
Même quand il en fout plein la gueule à Strummer, je l'aime.
Ce mec est trop fort.




GT 17/11/2010 21:20



EL-F : C'est vrai, j'avais oublié les Pixies... mais bon, à part Lydon et les Pixies, peu ont osé avouer l'évidence.


 


Et si dire ce qu'on pense sans prendre de gants est une preuve "d'intégrité rock'n'roll", difficile de battre Lydon à ce jeu...  



El Funcionario 17/11/2010 20:56



Oui... Être intègre sur l'essentiel en tout cas. On peut faire des concessions mais à la marge (comme j'aime bien les citations, il y a Gainsbourg aussi: "Se compromettre, d’accord. Mais dans mon
sens à moi, à la condition que ce soit un peu marrant. Pas rentrer dans le rang.")


 


Sinon je crois que les Pixies aussi, et sans doute quelques autres, ont été aussi francs sur l'objet de leur reformation, mais ce n'est clairement pas la majorité. (Sans compter ceux qui se
reforment tous les 5 ans, mais qui font comme s'ils ne s'étaient jamais séparés, hein les Stones?)



GT 17/11/2010 20:50



EL-F : On est d'accord... quant à l'intégrité, j'imagine qu'on te rétorquera "ouais mais la reformation des Pistols... et Lydon
dans une émission de télé-réalité..." sauf que Lydon est sans doute le seul rockeur qui a dit "on se reforme pour la thune", et dans l'émission de télé-réalité, il traitait le pubic de cons...
quoi qu'on en pense, il est toujours resté cohérent...



El Funcionario 17/11/2010 20:06



Franchement, j'idolâtre ce mec. Je crois qu'il est la définition, sinon de l'intégrité, du moins du fait d'être en accord avec soi-même, de ne pas céder sur l'essentiel. Avec lui, j'ai envie
d'être 1er degré.


 


En chiant sur le sentiment de nostalgie, il nous rappelle qu'aucune époque n'est bonne ou mauvaise en soi... Quand les autres découvraient les iroquois ou les épingles à nourrice, il en était
déjà à "Don't believe the hype".


 


Pendant 10, 20, 30 ans, les gens lui ont demandé si un 2ème album des Sex Pistols était prévu. Il répondait (c'est de mémoire, je paraphrase) "Pourquoi, vous n'avez pas aimé le premier?"