Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 17:55

On ne dira jamais assez tout le mal que la pub fait à la musique.

Transformer les génies que sont Bach, Mozart, Beethoven en VRP pour des marques de pâtes, ordinateurs, parfums, crédits immobiliers ; utiliser les plus grands chefs-d’œuvre de l’histoire de la musique comme vulgaires emballages pour des produits à la con… peut-être la revanche de « créatifs de pubs » qui savent qu’ils n’auront jamais le talent nécessaire pour créer de grandes œuvres, et se contentent de saloper celles des autres. 

 

Dernier méfait de la pub : The Ecstasy of Gold de Morricone, tiré du génial « Le bon, la Brute et le Truand » de Sergio Leone, ridiculisé par ces ******* de GDF-Suez.

 

On me dira : « Tu viens de nous expliquer ici qu’une œuvre n’appartient pas qu’à son auteur, et que tout le monde peut se l’approprier, et là, tu viens pester contre les publicitaires qui s’approprient de grandes musiques… c’est très paradoxal. » Bien au contraire. Cet article sur la musique de pubs, je l’ai pensé avant le précédent, et si j’ai eu besoin de faire cette mise au point sur l’auteur et son œuvre, c’est pour faire comprendre que l’auteur, même s’il est d’accord pour vendre son œuvre à une pub, ne devrait pas en avoir le droit (à moins, évidemment, que cette œuvre ait été créée spécialement pour une pub, où qu’il s’agisse d’un tube débile sans autre prétention que de faire du pognon), car, après tout, elle n'appartient pas qu'à lui. Je ne sais pas dans quelle mesure Morricone a pu approuver que l’on utilise ce morceau dans une pub… peut-être est-ce sa maison de disques qui en décide, peut-être s’en fout-il parce que ça concerne juste la France, peut-être n’a-t-il pas autant d’estime pour ce titre que pour certaines de ses œuvres plus ambitieuses… peu importe. 

 

Je ne m’arrête pas uniquement sur le cas de The Ecstasy of Gold parce que Le Bon, La Brute et le Truand est un des 2-3 films qui m’ont le plus captivé dans l’enfance, mais aussi, comme vous le verrez, parce qu’il est particulièrement intéressant...

 

Pour comprendre l’imbécillité de l’utilisation de cette musique dans la pub GDF, il faut la replacer dans son contexte original :

 

 

 

 

 

A la seule écoute de cette musique, on imaginerait volontiers une chevauchée héroïque de fiers cow-boys partant sauver la veuve et l’orphelin. Pourtant, le génie de Leone et Morricone, c’est d’avoir su l’utiliser dans un cadre totalement opposé. Pas de fiers cow-boys, mais un seul type affreux, sale et méchant. Il est « The Ugly » dans « The Good, The Bad and the Ugly ». Après toutes les crasses que les personnages principaux se sont faites durant le film pour s’emparer du trésor, Tuco, « The Ugly », pense avoir réussi à berner les deux autres et court dans le cimetière à la recherche de la tombe qui contiendrait le fameux butin. Il n’est pas question d’héroïsme ici, uniquement d’avidité et de fourberie. Mais bon, ça n’a pas dû déranger les cadres d’EDF, qui ont dû se dire « on s’adresse à des cons, on s’en fout que cette musique, à la base, soit destinée à illustrer l’avidité et la fourberie… personne ne fera le rapprochement. A part peut-être un fan de Morricone sur un blog quelconque dont l’audience ne représentera pas le millième des gens que l’on touchera avec cette pub. »

 

Ce qui fait tout le talent du duo Morricone-Leone dans l’utilisation de cette musique, GDF le gomme, en la sortant de son contexte et en la prenant au premier degré, avec cette pub pompeuse et dégoulinante de bons sentiments où l’on voit les gentils p’tits gars de GDF se démener avec enthousiasme pour nous satisfaire. Les gros bourrins de Metallica ont aussi pris ce morceau au premier degré, puisqu’ils l’utilisent comme intro emphatique avant de monter sur scène… mais ça, c’est moins grave, il existe un moyen très simple de ne jamais tomber dessus : ne pas aller voir Metallica en concert. Alors qu’éviter la pub, c’est déjà beaucoup plus compliqué… même moi qui zappe ou coupe le son en général quand il y a des pubs, je n’ai pu éviter de la subir plusieurs fois.

 

Tout l’art de Leone et Morricone, dans cette scène, n’est pas simplement cette géniale opposition qui fonctionne à merveille, entre ce que peut vouloir signifier la musique et ce que dit le film, il est aussi dans la façon avec laquelle ils parviennent à rendre cette scène fascinante.

Sur le papier, que se passe-t-il ? Rien. Un type, seul, en plein jour, sans dire un mot, cherche un nom sur une tombe dans un grand cimetière. Imaginer le casse-tête que cela pourrait représenter pour un cinéaste de moindre talent. Pas moyen de faire parler l’acteur, pas moyen de créer des effets plus ou moins inquiétants ou stylisés comme cela pourrait être le cas dans une scène de nuit au cimetière… comment tenir 3 minutes avec ce type de scène ? Impossible pour un cinéaste lambda, alors que Leone en fait une formidable scène épique, un classique, un tourbillon sonore et visuel captivant que l’on peut écouter et regarder sans modération. Mais tout ça, GDF le balaie… je plains les malheureux qui ne découvriraient Le Bon, la Brute et le Truand que maintenant. Lorsqu’ils tomberont sur ce passage génial, au lieu d’être complètement envoûtés, ils ne pourront que se dire « tiens, c’est marrant, c’est la musique de la pub GDF »… enfoirés de publicitaires…

 

Autre cas qui me tient à cœur : Such a Shame de Talk Talk. J’ai eu maintes fois l’occasion de le dire ici, avec Shake the Disease de Depeche Mode, c’est le morceau qui a vraiment fait naître ma passion pour la musique dans l’enfance. Un morceau que j’adorais, qui m’obsédait, que j’ai écouté en boucle plusieurs mois. Et lorsque je le réécoutais quelques temps plus tard, il était LE morceau qui faisait remonter à la surface tout mes souvenirs de cette période. C’est aussi ça, la magie de la musique, cristalliser des images, des sensations, des sentiments, etc… Mais la pub l’a détruit. Car Such a Shame a eu le malheur d’être utilisé par Peugeot pour vendre une putain de bagnole. Et cette pub a tourné de longues années sur les écrans. Lorsque j’entends ce morceau, plus aucun de mes souvenirs d’enfance ne reviennent, tout ce que je vois, systématiquement, ce n’est plus qu’une bagnole à la con qui fait des dérapages dans le désert. Voilà par quoi les publicitaires ont remplacé mes souvenirs les plus précieux, les sensations qui étaient liées à ce moment de mon existence. Heureusement qu’il m’en reste quelques autres liés à des chansons qui n’ont jamais été pourries par la pub… mais ceux de cette période précise ont disparu... Such a Shame, le titre est de circonstance…

On se croirait dans un film SF de série B, mais c’est la triste réalité : des types qui viennent trafiquer votre cerveau pour vous déposséder de certains souvenirs, sensations, des moments forts de votre existence, constitutifs de votre identité, et qu’ils remplacent par des conneries.

 

Le Bon la Brute et le Truand, c’était le grand film de ma jeunesse… Such a Shame, la chanson de mes 10-11 ans… maintenant, les voilà devenus des putains d’emballages pour Peugeot et GDF…  paraît même qu’on paie cher, très cher, les connards qui polluent d’une manière aussi dégueulasse l’art, nos cerveaux et nos souvenirs…

Il n'y a aucune bonne raison pour un artiste d'accepter de se vendre à la pub. Si l'artiste est installé, gagne déjà suffisamment d'argent pour vivre ; accepter que des pubs s'approprient ses oeuvres ou son image, tout le monde en déduira que c'est par pure vénalité. Et s'il débute et n'arrive pas vraiment à vivre encore de sa musique, c'est un mauvais calcul, il se fera connaître comme "le chanteur de la pub machin". Il n'existe qu'un seul cas où l'on puisse comprendre cette forme de "prostitution artistique", celle d'un artiste totalement ringard, qui n'a plus un rond, et pense que c'est le seul moyen qui lui reste pour gagner un peu de sous. Mais s'il est totalement ringard, ses chances d'intéresser les publicitaires seront maigres... et même dans ce cas, accepter de se vendre serait l'ultime constat d'échec de sa carrière... Tant qu'un artiste a un minimum de talent et d'espoir d'arriver à remonter la pente, il ne devrait jamais accepter que les sinistres parasites que sont les publicitaires pourrissent ses oeuvres...    

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Boebis 04/12/2010 19:03



Thom: certes, les coupures pubs sont prises en compte par les scénaristes/réalisateurs de séries, mais ça reste quand même affreux comme coupure,
enfin je m'y suis jamais fait. C'est pour ça que les séries françaises qui tiennent sur font 52min (ou 26) et je crois, et les américaines plutôt 45, sauf sur le cable (mais c'est toi le
spécialiste). C'est même pour ça que les chaînes françaises ont adoptées les soirées avec 2 épisodes d'une petite heure, car ça permet de caser plus de pub qu'un téléfilm de 1h30 à cause des
restrictions légales qui interdisent de couper trop les oeuvres (règle très louable mais qui a eu comme effet pervers de rendre plus intéressant de faire des jeux télévisés afin de caser plus de
pub!).


Mais c'est effectivement moins pire quand c'est anticipé par les scénaristes. Après, ça a créé ces 10 cliffangueurs par épisodes qui m'insuportent également un peu. Et ça ça vaut que quand la
diffusion est adaptée, ce qui n'est pas le cas pour les films notamment qu'heureusement on ne coupe qu'une fois. Il parait que pour la diffusion il y a quelques jours de Bienvenue chez les chtis,
google a réussi à faire déplacer l'heure de la pub pour qu'elle soit au milieu d'une scène avec la pub qui était lié à la scène en question je crois. C'est fou non?



GT 04/12/2010 15:33



DRF : EDF... GDF... Tu sais pourquoi je n'ai même pas vérifié (alors que je me suis posé la question en écrivant
l'article) ? Parce que je fais tout pour éviter au maximum cette pub, ne voulant pas que cette association entre the Ecstasy of Gold et cette pub s'installe dans mon esprit comme ça a été le
cas pour d'autres morceaux... mais bon, merci de le signaler, je vais le modifier dans l'article...


Quant au fait que la diatribe soit "amenuisée" par cela, je ne pense pas, "l'ennemi" que je pointe, ce n'est pas tant EDF, GDF ou Peugeot, c'est la pub et ces enfoirés de publicitaires qui
polluent des musiques ne méritant pas un tel traitement...



dr frankNfurter 04/12/2010 14:46



Après on est d'accord, cette pub est une m**** dégoulinante de bons sentiments, ridicule, et l'accompagnement musical est plus que maladroit ou raté... j'espère que GDF n'a pas payé pour un
bousin pareil.


C'est pas ce genre de pub qui va nous réconcilié avec la pub ou certaines sociétés (comme Orange par ex ;-) )



dr frankNfurter 04/12/2010 14:39



Désolé d'être cassant, mais critiquer les musiques de pub qui pillent le répertoire musical personnel de quelqu'un, je trouve ça un peu dépassé (disons que c'est du combat d'arrière-garde), je
suis trop cynique de ce point de vue...


MAIS le plus important (en plus comme Arbobo il me semble qu'il n'y ait pas une once d'humour dans cet article), c'est que tu te plantes de société, il s'agit de GDF Suez et non d'EDF. L'un ou
l'autre, on s'en carre, mais tu me permettras quand même d'admettre que ta diatribe se trouve méchamment amenuisée une fois découvert que tu n'es même pas foutu de pointer la bonne personne...



GT 04/12/2010 02:39



THOM : Surtout que c'est le pire exemple à choisir, ce morceau ayant été recyclé des milliers et des milliers de fois
(presque autant que le Boléro) en ayant jamais rien perdu de sa superbe. En quoi EDF lui ferait plus de mal que les 900 et quelques trucs avant ?... bah on ne sait pas...


 


Ben si, on sait... Ce qui fait toute la différence, c'est surtout le matraquage. Pourquoi crois-tu que les pubs sont diffusées en boucle à la télé, sur de longues périodes, alors que
tout le monde les a vues et revues ? Car plus tu les martèles, plus les associations se créent fortement, que le spectateur le veuille ou non. Tu montres une femme qui prend un plaisir
extrême à manger telle marque de glace, et à force de tomber desus, l'association "plaisir extrême" - "telle marque de glace" va s'incruster profondément dans l'esprit des gens, plus ou
moins consciemment.


Lorsque j'entends Sush a Shame maintenant, alors que la pub n'est plus diffusée depuis 15-20 ans, je vois toujours cette putain de bagnole dans le désert... alors que je n'ai jamais été un
grand "téléphage"...


Que The ecstasy of Gold ait été utilisé des centaines de fois pour des occasions diverses, ça n'a pas grande importance (d'autant plus que je ne l'ai vraiment pas entendu tant que
ça en dehors de mes visionnages du film ou de l'écoute d'albums de Morricone...) Rien à voir avec la puissance de "l'ogre publicitaire", et de ce matraquage...  


    



Thom 04/12/2010 00:58



" Dans deux ans, quand la campagne de pub EDF aura été oubliée par tout le monde, t'inquiètes pas que tu reverras Tuco trainer au cimetiere, et non pas les ouvriers d'EDF en entendant "The
Ecstasy of Gold"."


 


Surtout que c'est le pire exemple à choisir, ce morceau ayant été recyclé des milliers et des milliers de fois (presque autant que le Boléro) en ayant jamais rien perdu de sa superbe. En quoi EDF
lui ferait plus de mal que les 900 et quelques trucs avant ?... bah on ne sait pas...



Christophe 03/12/2010 21:33



Référencement erroné (compléments informatifs)


 


D'ailleurs, en commentant ce chef d'œuvre musical inédit, j'eus pu (je subjonctive comme le nain moi) faire référence à Bernard Hermann pour ces violonnades anxiogènes du début, puis à Howard
Shore pour les arpèges, puis à Klaus Nomi pour la pureté sainctopreusofarinellienne du chant, puis à Muse pour (ha ha ha ! mais nan j'déconne, pas à Muse, z'avez qu'à écouter, ça ne souffre pas
la comparaison, je disais ça pour taquiner GT).


 


Quelle pub en tout cas.



Christophe 03/12/2010 21:17



Lien aveugle


 


Les palimpsestes sur Music Lodge ont été maquetté par je ne sais quel connard qui a proposé qu'ils soient non pas surlignés mais colorés en rouge.


 


Donc, ceci était un lien où on clique dessus pour étayer ma démonstration du com 57 : le plus
grand groupe de rock du monde 


 


(nan, j'm'énerve pas, je précise)



Christophe 03/12/2010 21:14



Marketing viral


 


Tiens, à propos de Purcell : il a bien composé une pub pour la Reine Mary, hein ! Alors ?! Alors ?! On fait pu le mariole hein GT ! On est hu-mi-lié ! ha ha ha ! comment j'lui ai tout pourri son
billet à GT en sortant l'argument qui tue. Ha ha ha !


 


(bon allez, je me remets le dernier morceau du dernier Muse, en hommage à Purcell).



Christophe 03/12/2010 21:11



Chef d'œuvre musicopublicitaire


 


Bon ok, faut aimer Jude Law (trop fastoche), Guy Ritchie qui a réalisé ce "film" (euh...) mais le plus facile c'est la bande son par le plus grand groupe de rock du monde qui a offert l'an dernier un bijou d'album clos par une pièce qui
renvoie Purcell, Wagner et Mozart au Macumba.


 


Découvrez cette version longue, on dirait du Melville orchestré par la Callas.



Christophe 03/12/2010 21:10



Chef d'œuvre musicopublicitaire


 


Bon ok, faut aimer Jude Law (trop fastoche), Guy Ritchie qui a réalisé ce "film" (euh...) mais le plus facile c'est la bande son par le plus grand groupe de rock du monde qui a offert l'an dernier un bijou d'album clos par une pièce qui
renvoie Purcell, Wagner et Mozart au Macumba.


 


Découvrez cette version longue, on dirait du Melville orchestré par la Callas.



Dahu Clipperton 03/12/2010 19:23



Merci Christophe pour ces saines paroles, et pour le fou rire du au commentaire 46 (pourtant, dans le fond, je ne te félicite pas ) (et moi non plus d'ailleurs)



Christophe 03/12/2010 19:03



Bon, sérieux


 


Je me suis quand même fait offrir Architecture & morality (l'album d'OMD) grâce à Souvenir utilisé par la Beuneupeu (qui tremble à l'appel de Canto ha ha ha !).


Et j'ai découvert Jacques Loussier grâce à l'électricité faite par des hommes qui relient des hommes.


Et un remix épatant d'Elvis pour une pub N*ke (re-salut Canto)


Et je pense que j'en passe des tas. Non, franchement, je m'en branle : la musique est un art populaire et que des pubeux vendent de la merde avec n'est qu'une conséquence difficilement
contrôlable : trop de morceaux tombés dans le domaine public, trop d'argent qui peut convaincre n'improte quel artiste.


 


Sérieux, même Radiohead utilisé pour des boulettes de poulet lyophilisées, je m'en branlerais grave les couilles.



Christophe 03/12/2010 18:57



Dim


 


Je ne sais pas pourquoi, mais maintenant, j'ai un début d'érection à chaque fois que je regarde l'inspecteur Harry. Merci Lalo !



GT 03/12/2010 18:51



ARBOBO : Et quand un même groupe qu'on aimait ouvre pour un chanteur à la con, se retrouve dans la discothèque d'un type qu'on ne
supporte pas au milieu de best-of nrj, est cité par des groupes putassiers, et, en plus, retrouve son meilleur morceau cité comme "la chanson de la pub Crédit Lyonnais", j'te raconte même
pas... :-)


 


Est-ce que je "trahis" Gainsbourg quand j'écoute "Je suis venu te dire que je m'en vais" en faisant ma vaisselle? Est-ce que je compromets "Know your enemy" quand la première image qui me vient
en tête à l'écoute de ce morceau, c'est ma salle de bains d'étudiant, où le premier album de RATM est resté ma B.O. de douche pendant un an?


 


Ben.. non, je ne vois pas trop le rapport... Je pense que chacun, individuellement, peut faire ce qu'il veut des oeuvres, les écouter et apprécier comme il l'entend... par contre, dans l'espace
public, c'est autre chose... Si tu aimes te couper les ongles de pied en écoutant Venus In Furs, c'est ton problème, tu fais ce que tu veux... par contre, si tu apparaissais des centaines et
centaines de fois dans l'année sur les écrans dans une pub où tu te coupes les ongles de pied sur Venus In Furs, j'ai beau avoir aussi une "histoire" très forte avec ce morceau, je risque de voir
apparaître tes pieds dans mon esprit quand je me mettrais Venus In Furs... et, franchement, j'ai moyennement envie que se crée cette association :-)


 


Après, voilà, j'écoute "Never Get old", je pense même pas à la pub que Bowie avait faite à l'époque... "Wouldn't it be nice", je vois pas des bébés qui nagent. JE sais pas, mes souvenirs, les
images que je crée en écoutant des chansons sont suffisament fortes, suffisament à moi pour que putain les pubeux puissent fair ce qu'ils veulent sans y rien changer.


 


Si toi, DAHU ou quelques autres ici avez cette chance assez rare d'être imperméables à ces associations, de pouvoir vous-même décider totalement de ce que vous associez à un morceau... ça n'a
rien à voir avec une question de "force du lien" qu'on entretient avec un morceau (puisque celui que j'avais avec Such a Shame et les associations de souvenirs qu'il drainait étaient extrêmement
puissants). Mais vous êtes une petite bande de privilégiés, soyez un minimum compréhensif et tolérant avec ceux qui n'ont pas ce "pouvoir mental", et qui sont comme moi soumis à ces
associations...  


 


Je pense que c'est plus le fait de te ronger les nerfs avec le fait que tel ou tel morceaux ait été utilisé à ces fins plus que l'utilisation elle-même qui t'en dépossède.


 


Pas du tout, j'en reviens encore à Such a Shame, que le morceau soit utilisé dans une pub ne me dérangeait pas a priori... ça m'a dérangé quand je me suis apperçu de l'effet que ça a ensuite créé
sur moi lorsque je "réentendais" ce morceau...


SKA : Et si on listait (sincèrement) des (bons) morceaux que nous avons découverts
grâce à une pub ?


 


Sincèrement, justement, je n’en vois pas… le fait qu’un morceau soit « la musique de la
pub machin » a toujours tendance à me refroidir, voire m’en dégoûter…


 


CHRISTOPHE : je
désespérais de ne pas te voir rebondir là-dessus, me voilà rassuré ^^


 



Christophe 03/12/2010 18:48



Groovebox 303


 


Je m'en suis acheté une à cause de la prestation de Jean-Marie Proslier pour les conventions obsèques de Norwich Union (je pense que ça aurait mieux donné avec un beat electrocore)



Christophe 03/12/2010 18:32



Gotainer akhbar


 


Depuis que j'ai baguenaudé dans les ritournelles primitives de Ritchie, je me suis toujours senti plus intelligent que la moyenne des téléspectateurs. Et je n'en fais jamais trop.



Christophe 03/12/2010 18:29



Whouf !


 


Je ne sais pas si c'est grâce à Ennio Morricone et sa magnifique scie pour le grotesque Professionnel dont je tombai amoureux (de la musique, pas de Bébel) mais il est à noter que je
nourris mon chien exclusivement aux croquettes Royal Canin (véridique sur toute la ligne !)



Christophe 03/12/2010 18:27



Merci Séguéla


 


C'est grâce à une pub pour l'Unicef avec des petits enfants filmés au ralenti avec des mouches dans les yeux que j'ai pu découvrir il y a 30 ans Heaven & hell et parachever mon grand
œuvre mélomaniaque qui me mènera à adorer le dernier Sufjan Stevens. Merci Vangelis Papathanassiou.



Christophe 03/12/2010 18:25



Et je coupe le son !


 


Je suis super content que les 4x3 soient des pubs silencieuses, vu que Bob Sinclar a prêté sa tronche aux dernières pubs Sennheiser.



Christophe 03/12/2010 18:23



Advertising killed the radio stars


 


Depuis que j'ai entendu La collegiala reprise par Afrika Bambataa (Café Frappé, vers 86), non seulement j'ai acheté dérechef le 45 tours (excellent) mais j'ai vomi le fameux
café frappé ci-alors vanté (à gerber, donc)



Christophe 03/12/2010 18:20



Découverte grâce à la pub


 


En 87, If you want blood (AC/DC) pour une pub Vania Pocket



Christophe 03/12/2010 18:13



Boycott


 


Du fait du déferlement de pubs sur le blog fighto-culturels dans les comms (jamais supprimés par la taulier juste pour faire augmenter son BR) et jusque dans ses billets, j'annonce que le 7
décembre prochain, je retirerai tous mes commentaires de Music Lodge (c'est con, j'avais prévu un super flood sur Bo Derek).



arbobo 03/12/2010 17:35



ska :


"i feel just like a child" devendra banhart (j'avais pas cet album et ne l'aurais probablement pas écouté sinon)


"mister sandman" part the trio (pub auc*an, encore un matraquage)
"truth from fiction" des supreme being of leisure (tgw)
"beggin" Frankie Valli & the four seasons


entre autres



Ska 03/12/2010 16:13



Ah ! The Beta Band, enfin ! :-)



Ska 03/12/2010 16:10



pardon "à cause" d'une pub...



Ska 03/12/2010 16:10



Et si on listait (sincèrement) des (bons) morceaux que nous avons découverts grâce à une pub ?



Dahu Clipperton 03/12/2010 16:08



Pour le coup, je trouve que tu fais ton douillet (aucun rapport avec David), Gitounet. Mon commentaire est sans doute inutile, vu qu'en fait je souscris tout à fait à ce qu'ont pu dire Thomas et
Eric (entre autres).


Et 100% d'accord avec Guic quand il dit : mes souvenirs, les images que je crée en écoutant des chansons sont suffisament fortes, suffisament à moi pour que putain les pubeux puissent fair ce
qu'ils veulent sans y rien changer.


 


(d'ailleurs, il me semble que les mecs de The Beta Band avaient toujours refusé de voir leurs morceaux servir pour des pubs. La seule fois où ils ont accepté, c'était "pour la bonne cause", sur
l'un des spots équivoques... des Produits Laitiers^^)


(encore une histoire de reste de yaourt sur la lèvre supérieure)



Guic' the old 03/12/2010 15:31



Précision utile : "Les mecs" au début de mon commentaire précédent, désigne Xavier et G.T., evidement.



Guic' the old 03/12/2010 15:28



Bon, s'il vous plaît, arrétez les mecs: les morceaux ne sont pas des gens, et on devrait comparer le comparable.


Le ressenti offert par les gens, c'est des sentiments, celui offert par la musique, de simples sensations (c'est tout le simulacre de l'art). Un morceau peut me faire me sentir triste, il ne peut
pas me rendre triste si je n'ai pas de raison de l'être. Alros vos exemples sont bien sympas (quoique, le coup de la fille... G.T., d'une part, supposer que je puisse coucher sans sentiments,
désolé, mais c'est mal me connaître (je déconne pas), et d'autre part, le coup de Sardou... je dois être  beaucoup moins sectaire conséquement aux goûts musicaux des gens que tu ne dois
l'être.), mais pour moi, ils sont juste hors de propos.


La musique compte énormément pour moi, mais non, la "trahison musicale", très peu pour moi.Est-ce que je "trahis" Gainsbourg quand j'écoute "Je suis venu te dire que je m'en vais" en faisant ma
vaisselle? Est-ce que je compromets "Know your enemy" quand la première image qui me vient en tête à l'écoute de ce morceau, c'est ma salle de bains d'étudiant, où le premier album de RATM est
resté ma B.O. de douche pendant un an? La musique fait partie de ma vie au quotidien, et, qu'on le veuille ou non, la pub aussi fait partie de nos vies quotidiennes. C'est même plus une question
d'éthique ou de comprimossion à ce niveau là, c'est juste... la vie.


Après, voilà, j'écoute "Never Get old", je pense même pas à la pub que Bowie avait faite à l'époque... "Wouldn't it be nice", je vois pas des bébés qui nagent. JE sais pas, mes souvenirs, les
images que je crée en écoutant des chansons sont suffisament fortes, suffisament à moi pour que putain les pubeux puissent fair ce qu'ils veulent sans y rien changer.


 


Après, on peut se poser la question du point de vue éthique, et là c'est autre chose... Mais du point de vue vie & sentiments, je sais pas, le problème, pour moi, ne se pose pas.


Si ton lien aux morceaux évoqués est si fort que celà... Je pense que c'est plus le fait de te ronger les nerfs avec le fait que tel ou tel morceaux ait été utilisé à ces fins plus que
l'utilisation elle-même qui t'en dépossède. Dans deux ans, quand la campagne de pub EDF aura été oubliée par tout le monde, t'inquiètes pas que tu reverras Tuco trainer au cimetiere, et non pas
les ouvriers d'EDF en entendant "The Ecstasy of Gold".



arbobo 03/12/2010 14:39



ou encore les jingles à répétition, comme celui de la bo de Kill bill, lui-même inspiré de Led Zep, qui a ponctué la moindre bande annonce et tournage de page sur tf1 pendant 2-3 ans.


ad nauseam



arbobo 03/12/2010 13:55



GT, ta phrase sur la pollution de l'imaginaire me plait beaucoup, et nous invite à éviter le cynisme,


mais malgré la puissance de la pub j'étendrais aussi le raisonnement là encore,
voir un groupe qu'on vénère ouvrir pour un autre plus connu mais sans intérêt, c'est dur,


voir son album préféré de tous les temps cotoyer les pires merdasses sur l'étagère d'une crétin, on se sent aussi un peu dépossédé,


lire des noms adorés cités comme "inspiration" en interview par des minables, ça fait encore mal au coeur... et je crois qu'on peut trouver d'autres exemples très réels et vécus :-/



GT 03/12/2010 13:52



ERIC : c'est génant parce qu'on aimerait garder l'image idéalisée qu'on a soi-même du morceau mais ça ne devrait pas affecter
le rapport qu'on a avec lui.


 


Ca ne devrait pas... et pourtant, ça le fait. C'est le fonctionnement de la pub même, créer des associations, fortes, par le matraquage (entre un produit et un slogan, un produit et une chanson,
un produit et un artiste...) On ne choisit pas de les accepter ou non, je n'ai jamais décidé qe mes souvenirs de mes 10-11 ans soient remplacés par l'image d'une voiture qui fait des dérapages
dans le désert...


 


Après... qu'Iggy joue avec son image c'est son problème, il fait ce qu'il veut. On exige de lui d'être incorruptible et de rester ce symbole du rocker rebelle souvent parce qu'on n'est pas
capable de l'être soi-même. Les gens se projettent beaucoup trop dans ce qu'il estiment être la chose qu'Iggy DOIT faire.


 


Sauf que ce n'est vraiment pas ça qui me dérange. Je me fous qu'Iggy ou Bowie fassent les cons dans des pubs, c'est effectivement leur problème (même si je trouve ça pathétique). Ce qui
me dérange vraiment, ce n'est pas qu'Iggy se vende à la pub, c'est qu'il lui vende I wanna be your Dog...  



Eric 03/12/2010 13:11



Mmmmouais. Je trouve qu'on fait tout un plat pour pas grand chose. Entendre "Picture Book" dans une pub pour des imprimantes ne m'a jamais fait détester les Kinks. La musique sert de fond sonore
à une pub, c'est génant parce qu'on aimerait garder l'image idéalisée qu'on a soi-même du morceau mais ça ne devrait pas affecter le rapport qu'on a avec lui.


 


Au moins la chanson n'est pas trop défigurée, et en plus elle peut faire connaitre le groupe à des gens (qui diront au début "ah c'est la chanson de la pub", mais qu'ils sauront apprécier
autrement s'ils ont la curiosité de creuser le répertoire du groupe).


 


Je suis plus emmerdé quand je vois Davies faire des duos affligeants avec Metallica et massacrer sa propre oeuvre pour renflouer ses caisses avec un disque de commande. Ou comme Guic le faisait
remarquer, quand on entend "Barabara Ann" transformé en "ba-ba-bybel". Là il y a outrage parce qu'on mutile des morceaux et qu'on se fout de la gueule des gens ouvertement (ces slogans c'est pas
possible). Idem pour la pub qui vient couper les films ou les séries en plein milieu - TF1 style, c'est un déni de l'oeuvre originale (quoique les séries américaines sont rythmées de façon à
coller au 3 coupures de pub, un peu comme les vinyles étaient séquencés en tenant compte de la pause "changement de face")


 


Après... qu'Iggy joue avec son image c'est son problème, il fait ce qu'il veut. On exige de lui d'être incorruptible et de rester ce symbole du rocker rebelle souvent parce qu'on n'est pas
capable de l'être soi-même. Les gens se projettent beaucoup trop dans ce qu'il estiment être la chose qu'Iggy DOIT faire. Personne ne s'indigne de voir Clooney faire des pubs pour du café parce
qu'il remplit son rôle de vieux beau.


 


Je n'ai jamais été convaincu qu'Iggy soit un puriste absolu. Son aura rock'n'roll sans compromission il la doit à son jeu de scène et son côté extreme (addictions, auto-mutilations, etc). Son
coté culte il le doit à l'insuccès original des disques des Stooges. Nul doute que s'il avait connu le succès et la gloire dès le début il aurait viré comme les Rolling Stones, au coeur d'un
cirque rock ambulant, jouant dans des stades, toujours autant camé mais pété pognon, et il n'aurait pas besoin de faire le guignol dans des pubs pour arrondir ses fins de mois.



GT 03/12/2010 12:54



THOM : C'est marrant il me semblait qu'il y avait un peu plus que ça dans mon commentaire, voire une certaine pertinence...
mais bon, j'ai dû avoir une hallucination.


 


C'est marrant, c'est ce que je me disais aussi de mon article après avoir lu tous ces commentaires... mais bon, un article, un commentaire, comme une oeuvre, échappe à son auteur
et les récepteurs se le réapproprient comme ils l'entendent :-)


 


LYLE : De toute façon, si les artistes perdent les procès en plagiat contre les publicitaires, il n'y aura plus de problème,
tu n'entendras plus 50 fois un morceau que tu aimes mais une "habile" copie qui leur coutera beaucoup moins cher...


 


De deux maux, c'est pour moi le moindre... parce que je place l'oeuvre toujours au dessus de son auteur...


 


GUIC : Euh, si une simple pub SFR suffit à tournebouler le lien que tu peux avoir à un morceau... Excuse moi mais ce serait
pas justement la preuve de la faiblesse de ton lien à ce morceau, aux morceaux que tu juges "essentiels"?


Pour moi c'est pas une question de lien "trop affectif", au contraire, le fait de son utilisation à des fins de promotions gache de sa superbe, et voilà, d'un coup il chute de son
piédestal... C'est totalement de contraire du lien affectif inconditionnel qu'on peut avoir à certains morceaux, je sais pas.


 


Non, en tout cas pas pour moi... comme le disait Desproges, ce qui différencie un véritable ami d'une relation, c'est sa capacité à vous décevoir...


Imaginons que tu rencontres une fille, elle te plaît vaguement, tu n'en tombes pas amoureux, vous passez une nuit ensemble... et au réveil, elle met un album de Sardou. C'est chiant,
mais bon... ça te décevra et sera moins pénible qu'une fille dont tu es tombé profondément amoureux, avec laquelle le lien affectif te semblait très puissant... La chute
sera beaucoup plus dure... Enfin, je sais pas pour toi, mais ce serait mon cas...  


 


Ou, comme le dit XAVIER qui m'a précédé, une trahison d'un ami est bien plus douloureuse et décevante que celle de n'importe
qui d'autre...


 


ARBOBO : Je ne suis pas un "puriste absolu" qui rejette toute forme de compromission, je peux en comprendre pas mal, mais,
pour moi, accepter que son oeuvre devienne "la musique de la pub machin", c'est dépasser la limite... après, chacun fixe le curseur où il veut... 


 


tu as raison de détester la pub, GT, mais ne lui demande pas d'être autre chose que ce qu'elle est, d'ailleurs le paradoxe c'est que tu la rejettes en bloc tout en lui demandant implicitement
d'être vertueuse. Le seul intérêt de la pub c'est le fric qu'elle draine. Et je préfère qu'il aille à de bons artistes. Si en plus ça permet à des curieux de découvrir ces artistes, c'est encore
mieux.


Tu t'appliques ton purisme à toi-même, GT, fort bien, ça te donne encore plus qu'à d'autres le droit de l'ouvrir. Mais je te trouve un peu manichéen sur ce coup.


 


Tout ce que je peux répondre à ça, comme à la plupart des remarques de LYLE, SKA, THOM ou GUIC, c'est que... je n'ai pas inventé
les exemples que je prends dans cet article ! Ce que je dis sur Such a Shame est vrai, c'était le morceau qui, lorsque je l'entendais, m'évoquait toutes ces sensations, ces
souvenirs d'enfance, et à partir du moment où je suis tombé des dizaines et dizaines de fois sur cette pub, ça m'a "dépossédé" de ces sensations. Quand je l'entends, je n'ai plus
ces sensations qui reviennent, mais à la place l'image d'une voiture qui fait des dérapages dans le désert... Alors si la pub ne vous fait pas cet effet, si elle n'altère pas l'imaginaire que
vous avez pu construire autour d'un morceau, tant mieux pour vous, je vous envie sincèrement... mais je ne pense pas être le seul dans mon cas non plus...


Si vous pensez que la diffusion la plus vaste possible pour une bonne chanson vaut bien que l'imaginaire de beaucoup de ses premiers fans soit pollué par les images de cette pub, c'est sûr qu'on
ne tombera pas d'accord, c'est pour moi dépasser la limite des compromissions...  



arbobo 03/12/2010 10:46



une fois encore je trouve que se fixer sur les musiques de pubs est une belle erreur.


déjà, parce que la pub mélange beaucoup de dimensions, à commencer par le matraquage, qui est indépendant du contenu et la forme de la pub elle-même,


et puis parce que le gros mot de "compromission" s'applique à tant de choses...
un artiste qui se compromet c'est quoi?

les artistes qui se trouvent piégés par un contrat qu'ils ont mal lu ou mal négocié, et se trouvent à devoir pondre un album de pisse-copie pour y mettre un terme, sont-ils compromis?
les artistes qui filent leur thunes à un parti, une organisation, une secte, sont-ils compromis? ceux qui se produisent dans des festivals financés par des sponsiors ou des collectivités qu'ils
prétendent combattre sont-ils compromis?


pour 1 Morrissey qui pourrit la gueule des organisateurs pour qu'ils fassent interrompre les stands de merguez au moins le temps de son set, lui qui est veggie militant, combien d'artistes de
gauche acceptent d'aller au festival de la Défense, qui doit sa gratuité aux revenus énormes des sièges capitalistes qui y sont installés?


est-ce que ça fait de keren ann ou bashung, pour prendre le dernier exemple, des compromis?


la pub recycle tout, c'est une ogresse qui se nourrit d'évocations, d'associations d'idées, pompe allègrement les slogans, les figures légendaires, les oeuvres... un coup c'est Einstein qui a sa
bouille sur une pub idiote, le lendemain c'est une phrase de Hugo ou Pascal, ou une toile de Picasso...


tu as raison de détester la pub, GT, mais ne lui demande pas d'être autre chose que ce qu'elle est, d'ailleurs le paradoxe c'est que tu la rejettes en bloc tout en lui demandant implicitement
d'être vertueuse. Le seul intérêt de la pub c'est le fric qu'elle draine. Et je préfère qu'il aille à de bons artistes. Si en plus ça permet à des curieux de découvrir ces artistes, c'est encore
mieux.


Tu t'appliques ton purisme à toi-même, GT, fort bien, ça te donne encore plus qu'à d'autres le droit de l'ouvrir. Mais je te trouve un peu manichéen sur ce coup.



Ska 03/12/2010 10:45



"I Wanna Be Your Dog" n'est pas un bon exemple puisque Iggy Pop "cautionne" la démarche en jouant dans la pub. Mais qu'il soit un bel enfoiré n'est plus une surprise pour personne, non ? (voir
comment il piétine la tombe d'Asheton en embauchant illico Williamson alors que le corps du 1er guitariste - qui ne voulait pas jouer une note de Raw Power - a à peine refroidi...). Idem pour
Bowie dans la pub pour une eau minérale, une pub pour le coup assez amusante dans le lien entre la chanson utilisée et le jeu sur les différentes incarnations de Bowie...



Guic'the old 03/12/2010 10:31



Xavier: on doit pas fréquenter les mêmes gens ;-) (Les gens que je connais ne connaissent pas Radiohead généralement)


Mais ce que tu rappelles sur "No Surprises" est très vrai. Reste que je considère ta comparaison au "pote" peu valide: le morceau ne se compromet pas! Le groupe oui, et ça aura une conséquence
sur l'accueil ... des morceaux à venir.


Mais le morceau tel que tu l'as connu, découvert, et aimé, reste intact, tout mattraqué qu'il soit... Peu importe qu'il soit utilisé pour vendre je ne sais quoi.



Xavier 03/12/2010 10:13



Guic, je ne suis pas d'accord avec toi, le lien affectif avec un titre, meme s'il est fort, peut etre alteré par une compromission. Si ton meilleur pote te fait une vrai belle trahison, il est
probable que cela ne reste plus ton pote...


Il y a aussi une notion importante dans le discours de GT, c'est celle du matraquage. Ainsi j'ai dit que la bonne musique employée dans les séries était plutot une bonne chose, mais ton
exemple de "No Surprises" montre justement les effets négatifs du matraquage. A ma connaissance, ce titre n'a pas été utilisé dans une pub, mais à une époque (à la suite de l'Auberge
espagnole) pas une scène triste dans une série ou un reportage qu'on n'ait illustré avec "No Surprises", de quoi nous en dégouter. Et les gens n'ont rien à voir là dedans (de toutes facon,
pour ces gens, Radiohead est le groupe d'un tube, Creep)...



Guic' the old 03/12/2010 10:04



I wanna be Your Dog, c'était vraiment un titre phare pour moi (et pour beaucoup, évidemment), un titre essentiel... depuis ces pubs SFR, beaucoup moins... il a perdu de sa
superbe... Enfin bon, c'est peut-être moi qui ait un rapport trop affectif au rock, et à la musique en général :-)  


 


Euh, si une simple pub SFR suffit à tournebouler le lien que tu peux avoir à un morceau... Excuse moi mais ce serait pas justement la preuve de la faiblesse de ton lien à ce morceau, aux morceaux
que tu juges "essentiels"?


Pour moi c'est pas une question de lien "trop affectif", au contraire, le fait de son utilisation à des fins de promotions gache de sa superbe, et voilà, d'un coup il chute de son piédestal...
C'est totalement de contraire du lien affectif inconditionnel qu'on peut avoir à certains morceaux, je sais pas.


 


Enfin,; pour ce que j'en sais: moi ça n'a jamais été une pub ou un film qui m'nt gâché des morceaux, mais des gens, toujours des gens. 


"No surprises" a survécu à l'auberge espagnole. Pas àç tous les cons qui ont découvert Radiuohead par ce moyen et l'ont réduit au "groupe qui a fait la musique de l'Auberge Espagnole"
(Alors que merde, c'est aussi "Le groupe que son Guitariste joue dans Harry Potter IV")



lyle 03/12/2010 07:41



Tu ne réponds pas à mon argument G.I :-)


 


De toute façon, si les artistes perdent les procès en plagiat contre les publicitaires, il n'y aura plus de problème, tu n'entendras plus 50 fois un morceau que tu aimes mais une "habile" copie
qui leur coutera beaucoup moins cher...



Thom 03/12/2010 00:48



C'est marrant il me semblait qu'il y avait un peu plus que ça dans mon commentaire, voire une certaine pertinence... mais bon, j'ai dû avoir une hallucination.



GT 03/12/2010 00:32



BOEBIS : Et bien pourtant moi quand j'écoute la chevauchée des walkyries je pense à la scène de AN, que j'ai pas du voir plus
que 2 fois...  la musique est quand même (pour les incultes en musique classique comme moi) quand même associée aux hélicos


 


La très grande différence, c'est que je doute que tu aies été avant un fana de La Chevauchée des Walkyries, qui l'écoutait en boucle et construisait tout un imaginaire autour, imaginaire
disparu à la seule vue d'Apocalypse Now !


Et si elle évoque les Hélicos à beaucoup de monde, c'est parce que beaucoup de monde connaît cette musique surtout par Apocalypse Now, non ? Et alors ? Comme pour la Sarabande d'Haendel dans
Barry Lyndon (et de nombreuses oeuvres classiques que Kubrick a su avec talent utiliser dans ses films, leur "redonner du sens"), je ne vois vraiment pas où est le problème. Il n'y a
absolument pas ce phénomène dont je parle dans cet article, celui d'un morceau matraqué ad neauseam par la pub qui finit par "déposséder" un fana de ce morceau de l'imaginaire qu'il
avait construit autour...


 


LYLE : Et pour reprendre ton image, que ferais-tu si, sans possibilité réelle de te défendre légalement ton célèbre
restaurateur de hamburger affichait partout que "G.T de Music Lodge adore le Mc Do" sans te filer un sou...


 


Pour comparer ce qui est comparable, il faudrait plutôt prendre pour exemple McDo qui affiche "G.I. de Music Lounge adore le McDo", ce qui n'est pas tout à fait la même chose...


 


THOM : essayer d'être cohérent : d'un côté on se plaint que la radio matraque de la merde et abrutisse les gens, et de
l'autre on va aller se plaindre quand la pub matraque "I'll Be You Mirror" trente fois par jour ?


 


Mais je suis cohérent ! C'est justement ce minimum d'exigence musicale qui me fait souhaiter que l'on diffuse moins de merde qui se retrouve aussi dans le fait que je n'aime pas voir
des oeuvres dénaturées et rabaissées de la sorte. C'est justement parce que la musique, même le rock, n'est pas pour moi un banal "produit de consommation", un simple divertissement
sans prétention, que ça m'énerve de le voir pourri par des pubs à la con. C'est justement parce qu'I wanna be your dog est pour moi un titre fort, important, que je trouve pathétique et
désolant de le voir ridiculisé dans cette putain de pub... Merde, quoi, c'est tout de même I wanna be your dog, c'est pas du ABBA... c'est un morceau qui représentait beaucoup, et le
voir martelé dans cette pub, ça en a dégoûé plus d'un. 


I wanna be Your Dog, c'était vraiment un titre phare pour moi (et pour beaucoup, évidemment), un titre essentiel... depuis ces pubs SFR, beaucoup moins... il a perdu de sa superbe...
Enfin bon, c'est peut-être moi qui ait un rapport trop affectif au rock, et à la musique en général :-)  



Thom 02/12/2010 20:28



c'est plus quand elles coupent les films ou les séries, là ça porte atteinte à l'oeuvre qui ne pourra être appréciée à sa juste valeur


 


Ah non Boebis, pas pour les séries, puisque le temps de la publicité est décompté dès la production (beaucoup de séries US contiennent même des cliffs "intra-épisodes" rien que
pour cette raison (enfin pas sur le câble (mais en même temps les séries du câbles US ne passent pas sur TF1))). Il est d'ailleurs amusant, pour l'anecdote, de savoir que lorsque les chaînes
mainstream US ont diminué le temps de pub à la rentrée 2008... ça a été totalement néfaste pour les scénaristes, qui se sont retrouvé avec cinq minutes de plus d'épisodes dont ils ne savaient
absolument pas quoi faire tant ils avaient l'habitude d'un rythme précis et très calibré ^^ Je ne sais comment c'est pour les séries françaises, mais j'imagine que quand tu produis une série sur
TF1, où il y a deux coupures pubs (ce qui reste dérisoire par rapport aux Américains ou aux Anglais, ceci dit), c'est une donne qui compte également.


 


Sinon le débat en question euh... on a le droit de s'en branler ? ^^ C'est-à-dire que bon, ça m'insupportait il y a dix ans, mais j'avoue que je m'y suis fait. Et je connais plein de gens qui,
malgré tout, ont découvert le Velvet, Cash ou Bowie par la pub. Finalement la pub (et les séries, et les documentaires), c'est quasiment le seul moyen, pour le "grand public", d'avoir accès à une
musique différente des merdes qui passent à la radio ou au supermarché. Ce n'est pas le but, mais c'est un bénéfice collatéral qui se vérifie : la pub fait vendre de la musique (infiniment plus
que les blogs ^^). Tout comme d'ailleurs les séries US, c'est pourquoi ça ne me dérange pas outre mesure d'entre une merveille d'Iron & Wine utilisée 20 secondes dans une scène ultra-pathos
de Dr House. Peut-être que toi, quand tu avais un groupe, tu étais un "pur"... mais je ne connais pas un seul musicien, parmi tous ceux que je connais, qui n'accepterait pas une pub (ou un
reportage dans 7 à 8). Pas que pour l'argent, mais aussi parce que cela permet de toucher un public que jamais tu ne pourrais toucher sinon, tant les "barrières" sont insurmontables pour un
groupe plus ou moins indé. Je ne dis pas que c'est génial et que le monde dans lequel on vit est super bien... mais il faut voir aussi les bons côté des choses et, ajouterais-je même, essayer
d'être cohérent : d'un côté on se plaint que la radio matraque de la merde et abrutisse les gens, et de l'autre on va aller se plaindre quand la pub matraque "I'll Be You Mirror" trente fois par
jour ? Je comprends la réaction, et moi aussi cela peut m'irriter... mais pour moi ce sont quand même des réactions de "gardiens du temple", des poses un peu puristes qui ne sont pas forcément
raccords avec d'autres positions et avec la réalité du grand public. La musique des Stooges est ASSUREMENT bien plus connue depuis qu'Iggy Pop a fait la pub SFR, et je n'ai pas spécialement
l'impression, ni que ce soit un mal, ni qu'I Wanna Be Your Dog soit resté dans l'esprit des gens comme "la musique de la pub SFR avec ce mec qui danse torse-poil"...



lyle 02/12/2010 18:53



Et pour reprendre ton image, que ferais-tu si, sans possibilité réelle de te défendre légalement ton célèbre restaurateur de hamburger affichait partout que "G.T de Music Lodge adore le Mc
Do" sans te filer un sou...



lyle 02/12/2010 18:49



Euh, G.T... j'ai jamais dit que ç'était une bonne chose sur les artistes. C'est plutôt un moindre mal. Car si eux refusent (quand ils le peuvent d'ailleurs, ça dépend de leur contrat), ils
ne récupèrent pas de fric mais ça n'empêchera pas les publicitaires d'utiliser une musique étonnament similaire qu'ils ont commandé à un "compositeur" peu scrupuleux...



Boebis 02/12/2010 17:54



Et bien pourtant moi quand j'écoute la chevauchée des walkyries je pense à la scène de AN, que j'ai pas du voir plus que 2 fois...  la musique est quand même (pour les incultes en musique
classique comme moi) quand même associée aux hélicos, comme le morceau d'Handel à Barry Lindon. enfin bref, ça ne me dérange même pas d'ailleurs.


Et désolé d'encore ne pas être d'accord (mais sinon ça ne serait pas drôle), ça ne dérange pas qu'on adapte pour en faire des comédies musicales Mozart, ou Roméo et juliette, ou Notre dame de
Paris... (du moment qu'on ne me force pas à les écouter ) car ça n'enlève rien aux oeuvres originales. Non pas que ça me réjouisse qu'il y ait des comédies musicales super nulles, mais que ça
soit des adaptations super nulles ou des oeuvres originales super nulles, ça ne change vraiment rien pour moi.



Le vrai ennui des pubs (outre leur pénible mais nécessaire existence) à mon avis, c'est plus quand elles coupent les films ou les séries, là ça porte atteinte à l'oeuvre qui ne pourra être
appréciée à sa juste valeur (alors que la chanson utilisée dans une pub a eu une vie avant la pub qui ne lui donne que des auditeurs bonus en quelque sorte). Et la VF aussi, quelle horreur.
D'ailleurs c'est probablement plus la VF que les pubs qui m'ont fait complétement déserter la télé...



GT 02/12/2010 16:29



BOEBIS (ce qui me permettra de tépondre en même temps à tout le monde) : Je comprends que ça fasse mal au coeur de voir des
chansons qu'on aime utilisées pour vendre des produits, mais c'est quoi l'alternative? De la musique de merde? En quoi c'est mieux?


 


Mais avec ce type de raisonnement, on justifie cette comédie musicale débile sur Mozart en disant "Mieux vaut ue ce soit sur ce compositeur génial, ça permettra à certains de le découvrir, plutôt
que sur un énième sujet sans intérêt"... Je suis désolé, mais moi, ce type de compromis, je suis totalement contre, ça dénature et pourrit des oeuvres qui ne méritent pas ça. Question
d'intégrité. En fait, cette question revient à ce que l'on est prêt à faire pour du pognon.


 


Imaginons que l'on me propose une belle somme d'argent pour porter tous les jours le logo McDonald sur mon front. Si je suis les raisonnements de BOEBIS, LYLE, SKA et ARBOBO, après tout, pourquoi pas, ça me permettrait de sortir de la "précarité" dans laquelle je suis
actuellement, d'offrir une vie meilleure à ma compagne, de ne pas perdre mon temps dans des boulots à la con pour quelques sous, et mieux vaut que ces sous me reviennent plutôt que ce soit TF1
qui se goinfre en faisant payer MCDo pour leurs pubs... mais non, il me reste encore un peu de fierté, je préfère encore être pauvre que d'accepter de me "vendre à la pub". Idem
pour les oeuvres. Lorsque je jouais dans un groupe, on aurait préféré continué à galérer plutôt que de se faire du fric facile avec la pub. jamais on aurait accepté de vendre
un de nos morceaux à des publicitaires, ces morceaux, on les aimait, ils nous tenaient à coeur... pas question de les voir transformer en panneaux publicitaires, et encore moins de devenir
"le groupe de la pub Jambon Madrange"... encore une fois c'est une question de fierté et d'intégrité... 


 


Le contre-argument de BOEBIS sur apocalypse Now / Wagner ne tient pas non plus, ça n'a rien à voir... le type qui aime
particulièrement la Chevauchée des Walkyries ne l'a pas écouté avant juste une fois, donc la voir UNE fois dans un film ne va pas d'un coup changer totalement sa vision de l'oeuvre.
C'est le matraquage qui fait que l'on va finir par substituer des associations par d'autres. Et s'il n'aime pas du tout l'utilisation que fait Coppola  de cette musique, il ne va pas se
passer en boucle le film (surtout la version longue de près de 4 heures^^)


Ce qui rejoint aussi ce très bon exemple de XAVIER...


 


Et au moins pour les pubs avec musique, on a la possibilité de ne pas les écouter en ne regardant pas la télé et n'écoutant pas les radios avec pub.


 


C'est tout de même très difficile d'y échapper pour la grande majorité des gens. Même moi qui zappe ou coupe le son des pubs au maximum, j'en subis des tonnes, et j'ai dû tomber des dizaines
de fois sur cette pub EDF. Parce qu'on n'est pas systématiquement sur son canapé lorsqu'on met la télé, on peut regarder d'un oeil une émission en surfant sur le web, attendre un film,
une émission, une série, en faisant plus ou moins autre chose à côté, et on ne peut couper toujours le son pendant la pub sinon on rate le début (ou la reprise, pendant
les coupures entre films et séries), et dans des cafés, salles d'attente & cie il y a souvent la radio avec des pubs etc...


 


GUIC : oui, cette façon de remplacer les paroles d'un morceau par un slogan publicitaire est atroce... enfin,
heureusement que c'est la plupart du temps avec des tubes débiles, mais ça reste un procédé déguelasse...


 


DIANE C : Alors là, en effet, ils touchent le fond... c'est consternant et lamentable...  


   



Guic' the old 02/12/2010 15:55



En même temps, le truc marrant, c'est que... on entendrait de la musique qu'on aime dans le cadre de publicités de qualité (désolé, mais si, ça existe. Rare, mais ça existe), on ferait pas tout
un foin comme ça.



diane cairn 02/12/2010 15:07



crois-tu qu'ils l'ont fait ? oui mais ils ne se sont pas arrêtés là...