Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 16:14
Quoi ? Un morceau de Muse dans la catégorie "chansons d'exception" ? Non, cher lecteur, je ne suis pas devenu fou, et oui, cette chanson le mérite, car elle est exceptionnellement... mauvaise. Sans doute un des pires trucs qu'il m'ait été donné d'entendre ces 10 dernières années.

Muse - United States of Eurasia




Dès les premières notes du chant - ce "You" hyper-mielleux - on sait qu'il faut s'attendre au pire... et, de ce point de vue, on ne va pas être déçu. Le chromatisme (notes qui descendent de 1/2 tons en 1/2 tons) dans l'accompagnement au piano et aux cordes, pourquoi pas... sauf que le chromatisme, en général, ça sonne mystérieux, douloureux, sombre, mélancolique, tendu etc (mais on peut aussi le faire swinguer, comme le font les jazzmen)... pourtant, même le chromatisme, chez Muse, sonne variétoche. Du "chromatisme-guimauve". Et cette intro au piano ne vous rappelle rien ? Réécoutez celle de
Let it Be, c'est, d'une certaine manière, Let It Be chromatisé... non pas pour le meilleur, mais vraiment le pire. Et cette descente chromatique en intro... a aussi de quoi faire penser à celle du génial Strawberry Fields... mais n'est pas les Beatles qui veut, et en mélangeant Let it be et Strawberry Fields pour leur intro, Muse ne parvient pas à atteindre le quart du dixième de la séduction pop du premier, ni le quart du centième de la créativité du second. C'est un peu comme mélanger de la mousse au chocolat à de la paëlla... les deux sont peut-être bons séparément, mais sûrement pas dans un même plat... 
Ca ne s'arrange pas pendant le couplet qui suit... l'orchestration de cordes est lamentable, sirupeuse au possible... au lieu de (mal) pomper sur Let It Be ou Strawberry Fields, ils auraient mieux fait d'écouter et réécouter Eleanor Rigby, qui montrait la voie il y a plus de 40 ans sur "comment intégrer des cordes dans la musique pop sans tomber dans la soupe ou la mélasse". Puis entrée bateau de la batterie (0'56), et crescendo rapide vers un passage où les voix (avec la doublure de guitare) sont honteusement pompées sur Queen (1'17 à 1'20). Qu'ils appellent ça "clin d'oeil", ou "hommage", peu importe, c'est grotesque, et ils recommenceront ensuite, les bougres, avec ces voix fortes dans l'aigu qui nous propulsent en plein flash gordon queenien...
Juste après, on a droit à un malheureux thème instrumental "classicorientalisant" (1'34 à 1'57), avec espagnolade à la fin, dans la droite lignée des Dream Theater et autres pénibles groupes de metal-prog (et là, ils auraient mieux fait d'écouter The End des Doors, pour comprendre comment "orientaliser" le rock avec finesse, intelligence, mystère et atmosphère). Comme si ça ne suffisait pas, le rythme qui l'accompagne est pompé sur We will Rock You. Dire qu'à leurs débuts, on voyait en Muse des sous-Radiohead... maintenant, ils ne sont plus que des sous-Queen. Dieu sait que je déteste Queen, mais on peut au moins leur reconnaître une certaine créativité, et du second degré, parfois. Alors que Muse ne fait que bêtement copier leur modèle, sans aucune forme d'humour.
Ensuite... rien. On prend les mêmes et on recommence. Le couplet, mièvre et calme à sa première apparition, est repris de manière plus "musclée" et énergique, le genre de choses qu'on a déjà entendu des milliers de fois, retour du thème classicorientalisant, voix queeniesques... decrescendo, on respire, on se dit que cette bouillie indigeste est enfin terminée... mais non ! Ces grands malades sont arrivés à tomber encore plus bas. Ou monter encore d'un cran dans le mauvais goût. Et ça, c'est vraiment exceptionnel. Les voilà qui nous jouent le Nocturne n°2 en mi bémol de Chopin. Bordel... laissez ce pauvre Chopin tranquille ! Vous pensez qu'il n'a pas suffisamment souffert ? Entre son exil, sa faible condition physique, sa mort à moins de 40 ans, et cette salope de George Sand (oui, je sais, après
cette salope d'Alma, voilà que je m'en prends à Sand... mais c'est comme ça, j'ai trop d'admiration pour ces grands génies de la musique, surtout quand ils ont eu une vie difficile, je leur pardonne tout, et rien à ceux qui les ont trahis ou maltraités).
Pourquoi Chopin ? Il est justement l'exact opposé de ce qu'est Muse, sa musique est l'incarnation de la grâce, de l'élégance, de la subtilité, de la délicatesse. Et lui, avant même Wagner et Liszt, a été particulièrement novateur dans son utilisation du chromatisme. Qui est à des années-lumière de celle de Muse en accompagnement, cela va sans dire.
Et pourquoi ce Nocturne n°2 ? Faudra un jour qu'on m'explique pour quelles raisons, dans le prog, metal-prog et affiliés, les groupes qui pompent ou reprennent des thèmes classiques ne s'attachent en général qu'aux gros tubes du genre. Ils ne connaissent le classique qu'à travers un CD du style 'les meilleurs tubes classiques des musiques de pub" ? Il y a tant de chefs-d'oeuvre dans le classique, et tant de magnifiques pièces pour piano de Chopin moins connues que celle-là (et même dans ses Nocturnes, celui-là n'est pas son meilleur, à mon humble avis), pourquoi diable aller vers une telle facilité... 
Pire, encore... non content de s'approprier Chopin, voilà que Muse le réorchestre en ajoutant de nouveaux violons sirupeux, dans le plus pur style... de Clayderman. Après Queen, le prog et metal-prog, le massacre de Chopin, manquait plus que Clayderman pour compléter cet effarant tableau de mauvais goût. Mais p*** de b*** de m*** d'e*** de v** r***... si le génial Chopin avait voulu des violons sur ce Nocturne, il les aurait mis lui-même ! Comme un grand ! Il a fait deux concertos pour piano, et même s'il n'est pas le plus grand orchestrateur qui soit, il s'y connaissait déjà 100 fois mieux que Clayderman ou Muse. Un musicien de génie peut orchestrer une oeuvre pour piano d'un autre génie, comme Ravel l'a fait de manière admirable avec les Tableaux d'une Exposition de Moussorgsky. Mais on ne laisserait pas Marc Lévy réécrire des passages d'A la Recherche du Temps Perdu, ni Anna Gavalda ajouter des vers dans les poèmes de Baudelaire... alors pourquoi permettre à Muse ou Clayderman de faire à Chopin ce qu'on ne supporterait pas en littérature ?

Les cons et les génies ont un point commun : ils osent tout, et c'est à ça qu'on les reconnaît. Mais il y a une différence de taille, le génie le fait avec intelligence et subtilité. Et il a en général suffisamment de créativité pour ne pas se contenter de balancer un patchwork d'influences mal digérées. Je vous laisse juger dans quelle catégorie se trouve Muse (il n'y a pas de piège)...        
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Affamus 25/08/2015 19:08

En effet, les cons osent tout..
S'il y a bien une merde sur cette page, c'est ton article. Muse est créatif, musical, ou du moins l'était. Eurasia est un morceau que j'apprécie. Ton seul problème c'est la créativité, quand ça ne rentre pas dans un cadre tu te sens paumé, parce que tu ne connais rien à la musique créative.
J’espère pour toi que tu racontes pas à tout le monde que tu tu prends pour un blogueur. Parce que j'ai jamais rien lu d'aussi atroce.
Génie (il y a un piège).

GT 01/09/2015 10:27

@Affamus : je ne connais rien à la musique créative ? Parce que des Beethoven, Wagner, Scriabine, Schoenberg, Coltrane, Mingus, Beatles, Swans, Radiohead, Amon Tobin, Aphex Twin & co ne font pas de la musique "créative" ?

Muse fait de la musique "créative", pas Coltrane ? bah, on doit pas avoir la même définition de la "musique créative", alors...

GT 12/05/2013 03:03


SURPRENANT : Je tombe dessus par hasard et me demande bien qui tu peux être pour critiquer avec autant de haine la musique
des autres.


 


Quelqu'un qui, 90% du temps sur ce blog, parle avec beaucoup de passion de la musique des autres... mais parfois, quand je tombe sur un truc vraiment atroce, il m'arrive aussi de le dire. Et
alors ? On n'a pas le droit de parler de temps en temps de ce qu'on déteste ?


 


Tu crois avoir tout compris à la musique peut-être comme s'il n'y avait qu'un avis possible. Tu es un dieu alors. Bravo.


 


Euh... en 7 ans d'articles sur ce blog, je ne me souviens pas avoir jamais écrit "Sachez que j'ai tout compris à la musique, je détiens la vérité absolue et vais vous délivrer la bonne parole !"
Ce que j'écris ici n'est que mon avis ! Et alors ? Où est le problème ? Je ne me contente pas de dire "c'est de la merde", j'explique pourquoi je trouve que c'est la cas... après, libre à
chacun de trouver mes arguments crédibles, d'y adhérer ou pas... c'est vraiment pas plus compliqué...


 


Ça t'apporte du plaisir au moins?


Et comment !


 


Faut vraiment vouloir chercher à critiquer, c'est pas possible de comparer et de faire le lien sinon! mdr Ou alors tu es jaloux.


 


Arf, en voyant le début de ton message, j'étais sûr que tu allais y venir... c'est ce que j'appelle "l'argument ultime des gamines de 12 ans". C'est typiquement ce qu'elles écrivent dès qu'on
critique un truc qu'elles aiment. Comme si chaque fois que l'on n'aimait pas une oeuvre ou un artiste, c'était obligatoirement parce qu'on était "jaloux". Curieuse façon de penser, tout de
même... Mais - attention, scoop - je t'assure qu'il est possible de ne pas aimer une oeuvre ou un artiste sans être jaloux pour autant. Réfléchis deux secondes, tu verras, c'est possible...


 


PS: je ne suis pas fan de Muse, ni de cette chanson. Par contre je suis pianiste profesionnel et crois-moi je m'y connais en musique en restant par contre très humble et modeste. 


 


Bien content pour toi, cher pianiste professionnel très humble et modeste...

Surprenant 12/05/2013 01:57


Je tombe dessus par hasard et me demande bien qui tu peux être pour critiquer avec autant de haine la musique des autres. Tu crois avoir tout compris à la musique peut-être comme s'il n'y avait
qu'un avis possible. Tu es un dieu alors. Bravo. Ça t'apporte du plaisir au moins? J'essaye de comprendre, car pour comparer l'intro des Beatles et celle de Muse, faut vraiment aller loin, très
loin. Faut vraiment vouloir chercher à critiquer, c'est pas possible de comparer et de faire le lien sinon! mdr Ou alors tu es jaloux. Je ne te comprends pas, en tout cas ce qui es certain c'est
que tu ne dois pas être un grand musicien. 


PS: je ne suis pas fan de Muse, ni de cette chanson. Par contre je suis pianiste profesionnel et crois-moi je m'y connais en musique en restant par contre très humble et modeste. 

G.T. 27/03/2012 01:12


BUENO-COCO : Merci pour ce témoignage "courageux" (et très intéressant, surtout... d'autant plus que la façon dont les goûts
d'un individu évoluent me passionne, je l'avais d'ailleurs fait pour moi, dans l'article "mon parcours musical")

bueno_coco 24/03/2012 16:07


Ah, The Resistance... que serais-je aujourd'hui sans cet album ? euh non ne me lynchez pas hein, je vais tout expliquer... il faut replacer les choses dans leur contexte, à l'époque où est sorti
ce... truc, j'avais découvert Muse quelques mois plus tôt par hasard un matin où j'avais rien d'autre à foutre sur MTV ou une autre chaîne du genre via le clip de Time is running out puis Plug in
baby... (non ne riez pas s'il vous plaît...) faut me comprendre, à l'époque la musique je m'en foutait royalement, les seuls trucs que j'avais dans l'oreille c'était les merdes commerciales qui
passent en boucle à la radio ou le metal de guitar-hero de mes quelques potes de lycée, et il se trouve que déjà à l'époque j'avais le bon goût de ne pas vénérer ces étrons (moi, vaniteux ?
noooon...). Ben oui, quand jusque là dans son inconscient la musique ça se limite aux conneries de Lady Gaga ou David Guetta, Time Is Running Out ou Plug In Baby ça passe pour les tubes du
siècle... il ne m'en fallait pas tant pour démarrer une période de fanboyisme aïgu pour Bellamy et sa bande, et voilà que j'achète OOS, Absolution et BH&R... bon, ma curiosité naissante va me
pousser à m'intéresser à d'autres groupes, comme Radiohead ou QOTSA par exemple (ceux là je les ait découvert encore plus par hasard en offrant le Them Crooked Vultures à mon frangin pour noël
après les avoir vu sur Canal +) mais j'avais pas assez de maturité auditive pour apprécier la subtilité des premiers et le côté plus cool et incandescant des seconds, je ne jurait que par les
geignardises et le lyrisme dégoulinant de Muse... jusqu'à ce fameux The Resistance donc... album que j'ai en bon fanboy acheté aveuglément dès sa sortie (voilà un autre argument pour casser les
mecs qui jugent les groupes/chanteurs au nombre d'albums vendus), et si au début mon côté fan me faisait dire que cet album était bon (putain que c'est con un fan, que ce soit en musique ou
ailleurs...), il y avait au fond de moi une petite voix qui ne supportait pas le côté totalement prétentieux et kitsch de cet album, qui finalement dans un autre style se rapproche un peu des
pires groupes de hard des années 80... l'insupportable Guiding Light, l'immonde intro d'orgue de Unnatural Selection, le riff de synthé de MK Ultra, bref, si je devais citer tous les trucs
immondes qui sont dans cet album j'aurais pas fini avant l'apparition de l'Homo Sapiens Sapiens Sapiens... et finalement c'est grâce à cet album que j'ai arrêté d'être un bête fan de Muse et que
je me suis mis à écouter de la vraie musique, et aujourd'hui je n'écoute pratiquement plus ce groupe, même pas Showbiz qui n'est pourtant pas si mauvais que ça, mais bon quand depuis on a
découvert et aimé Radiohead, The Cure (enfin, la trilogie du parfait dépressif, parce que le reste bof bof...), Joy Division, les Doors, etc etc... ben la discographie de Muse après tout ça ça
parraît aussi fade que du Madonna après avoir écouté Showbiz... et j'en reviens à ma première phrase de ce long commentaire très nombriliste, en fait je crois que je dois remercier Bellamy
d'avoir sorti un album aussi pourri, parce que sans lui peut-être que je n'aurais jamais pu découvrir la richesse d'un OK Computer...

Vincent 13/06/2010 16:43



"Certainement l'un des meilleurs concert de toute l'histoire de l'humanité..." Oui oui...



theshaman 13/06/2010 14:49



Les commentaires sont pas mal non plus :


C'est qui Muse?


L'un des meilleurs groupe sur scène au monde ! Et beaucoup mieux qu'Halliday !


 


De toute manière, les concerts en stade en rêgle générale, c'est le comble du mauvais goût. Voir le groupe jouer sur un écran géant en entendant un truc amplifié trafiqué et artificiel à mort,
merci... Comme si une enceinte immense conçue pour les matchs de football pouvait être adaptée à de la musique.



GT 13/06/2010 13:53



THIERRY : En effet... mais bon, de la part de quelqu'un qui bosse sur TF1, on ne peut pas s'attendre à trouver ne
serait-ce qu'un minimum de goût... 



Thierry 12/06/2010 16:49



Merci Google actu.


C'est quand même incroyable de lire des trucs pareils


http://lci.tf1.fr/culture/musique/muse-au-stade-de-france-j-y-etais-5880210.html



Christophe 06/05/2010 23:33



"Ce n'est pas l'exigence artistique qui remplit les stades, c'est la chansonnette..."


 


Même si c'est du pipeau que joue Zahia pour remplir les stades...



G.T. 06/05/2010 20:27



TAITAI : Sinon chacun sait que les rockers sont des
rebelles, les jazzmen des intellectuels et les bluesmen des ignares, sans ça, comment le monde pourrait-il tourner ?


????


Donc les gars de Muse ont osé. Et en plus ça se vend et les stades sont pleins à leurs concerts. Incroyable, non
?


Non, ça n'a rien d'incroyable, c'est même ce qu'il y a de plus logique... plus un groupe tombe dans le kitsch, le
racolage et la niaiserie, plus il a de chances de vendre des flopées d'albums et de remplir les stades... Ce n'est pas l'exigence artistique qui remplit les stades, c'est la
chansonnette...



Taitai 06/05/2010 16:16



"... et que dire de l'avion à réaction qui vient cloturer magnifiquement le chopin..."


Si on pouvait plutôt clore, on est pas de boeufs... Et mettre une majuscule à Chopin s'il vous plaît.


Sinon chacun sait que les rockers sont des rebelles, les jazzmen des intellectuels et les bluesmen des ignares, sans ça,
comment le monde pourrait-il tourner ? Donc les gars de Muse ont osé. Et en plus ça se vend et les stades sont pleins à leurs concerts. Incroyable, non ? Bin pas tant que ça, moi je me régale à
écouter cet album (je suis donc un rocker, ignare en plus...), j'y retrouve des influences diverses, ça se mange sans faim, ça coule tout seul quoi. Mais sacré bon sang, pourquoi diable écoute-je
une daube pareille ? Sûrement parceque quelque chose me plaît là-dedans, va savoir quoi... C'est un peu comme disait Coluche: "elle est pas belle cette fille, mais elle a un truc qui provoque en
moi un développement de la personnalité" !


Donc j'ai payé cet album, donc du coup je l'écoute, et finalement j'aime bien... Et je n'aurais aucune honte à le ranger
entre mes CD de Zappa, Debussy, Blue Oyster Cult, Bootsy Collins et Stevie Ray Vaughan ! Désolé !



Léa 13/04/2010 20:21



Mouhaha, par contre la référence à Christophe Lambert, c'est bien fait pour sa face, l'avait qu'à pas tourner dans Highlander (le "there can be only one").



G.T. 13/03/2010 13:55


LEA : :-)

MA-CHAN : Bien sûr que tout artiste a ses influences et qu'on les perçoit dans ses oeuvres, je n'ai jamais dit le
contraire... le problème n'est pas l'influence en ell-même, c'est ce qu'on en fait. Que Bellamy aime la musique de Chopin, c'est très bien... mais qu'il la respecte, au moins ! Là, c'est du
massacre, ce Nocturne tombe comme un cheveu sur la soupe, et c'est totalement kitsch de le placer là, derrière un gros morceau de rock... il n'y a même pas de second degré, de décalage, c'est juste
grotesque.
Ce que je dis dans ce billet, je ne pourrais le dire pour n'importe quelle chanson, il y a une grande différence entre "s'inspirer" du travail d'autres artistes pour en faire quelque chose de
très personnel et "pomper" ou faire bêtement du collage comme le fait Muse ici...


Ma-chan 13/03/2010 12:48


 Honnêtement, si on fait comme ça avec tous les artistes, tout le monde ferait un copier/coller sur les autres alors.

 Chaque groupe ou artiste a ses propres influences musicales ; il est vrai qu'on remarque une grane influence de Queen dans United States of Eurasia (le riff de guitare avec les choeurs par
dessus), mais bon, moi j'aime beaucoup ce morceau, surtout les mélodies orientales.

 Après, c'est sûr, chacun a son propre avis. Mais je pense pas que ça soit utile de démonter un groupe à cause de ses influences musicales. Surtout que celles de Muse sont loin d'être
négligeables !

 Puis bon, je veux pas dire mais, si je pouvais être à leur niveau dans la musique, j'en serais ravie !


Léa 19/02/2010 00:38


Mais non, ils ont du mérite. Y aurait pas eu la référence (subtile ?) à 1984, j'aurais même pas écouté la chanson tellement je suis pleine de préjugés à l'encontre de ce qui se fait actuellement,
c'est triste. J'aurais vraiment loupé un truc.


G.T. 19/02/2010 00:26


THOM : Il va falloir que tu penses à modérer à nouveau tes commentaires, faut pas se laisser emmerder par ce genre de trolls à la
con^^

LEA : Ah oui, Orwell, en plus... mais qu'ils laissent les grands artistes tranquilles ! Est-ce que les grands artistes font
référence à Muse  ? Non ! Et faut que ça marche dans les deux sens :-)


Léa 18/02/2010 22:29


Je suis désolée. Y a un point positif dans leur chanson. Un seul, certes. Mais quand même, faut être gentil avec les simples d'esprits. Le titre, ils n'ont pas été capables de le trouver tous seuls
(étonnant ça) alors ils ont été "fortement inspirés" par 1984. Et Orwell, personne se lamente sur son sort. Hein le pauvre, il avait mérité quoi pour subir un tel outrage ?


Thom 03/02/2010 10:20


Peut-être que si je ne le dis pas, c'est parce que moi, il m'emmerde ! ^^

Tu es dur mais je te comprends. Moi j'ai récupété un gros lourd sur mon blog, il arrête pas de parler de Twin Peaks, dès qu'on prononce le mot il perd raison réserve et encore plein de trucs en "r"
(résistance, rationnalisme, ravisemment-pour-autre-chose...). :-D

(je plaisante, bien sûr)


G.T. 03/02/2010 00:37


THOM : Peut-être que si je ne le dis pas, c'est parce que moi, il m'emmerde ! ^^
(je plaisante, bien sûr, VINCENT... j'ai une telle admiration pour Baudelaire qu'il est impossible de m'emmerder en dérivant
sur le sujet...)   


Vincent 02/02/2010 22:14


"Mais on ne laisserait pas Marc Lévy réécrire des passages d'A la Recherche du Temps Perdu, ni Anna Gavalda
ajouter des vers dans les poèmes de Baudelaire... alors pourquoi permettre à Muse ou Clayderman de faire à Chopin ce qu'on ne supporterait pas en littérature ?"

Cette phrase est particulièrement bien tournée, by the way.

Merci Thom, je me sens bien mieux... ;-)


Thom 02/02/2010 22:00


Puisque GT n'a pas la politesse de te le dire, cher Vincent, je vais le faire : tu ne nous emmerdes pas du tout :-)


G.T. 02/02/2010 19:50


CHRISTOPHE : Tant que ce n'est pas "un côté Eric Zemmour de la rock critic", ça me va...^^   


Vincent 02/02/2010 19:38


Thom : J'ai peur de ne pas être assez calé pour répondre. J'avoue que je passe pas mal de temps en ce moment à lire Baudelaire, à examiner aussi de fond en comble sa biographie, je suppose
que pas mal d'éléments sont en rapport direct avec son oeuvre : la mort de son père, sa relation avec son beau-père et sa mère, avec les femmes en général et Jeanne Duval en particulier... Ce que
je voulais dire par ce n'est pas un salon littéraire, c'est surtout que je n'avais pas envie d'emmerder tout le monde avec mes interrogations (qui peuvent se résoudre plus facilement ailleurs) et
mes inepties, dues probablement à mon âge nettement inférieurs au vôtre en général...(ainsi qu'à moi même tout seul, oui, ne me balencez pas Sartre... ;-) )

Christophe : Je ne connaissais pas J-E Hallier jusqu'à il y a quelques minutes (merci wiki... ) ; je ne suis pas sur de saisir. Il polémiquait, c'est ça ? Ha, je ne trouve pas que GT
polémique tant que ça. M'enfin.


Christophe 30/01/2010 11:11


L'arrogance de la semaine :

"Enfin soit, ce n'est pas un salon littéraire ici."
Voyons ! Reconnaissons à GT un côté Jean-Edern Hallier de la rock critic. 


Thom 29/01/2010 21:00


Vincent >>> les passages de Baudelaire que tu cites sont tout de même à mettre en regard de l'époque à laquelle ils ont été écrits. La seconde moitié du XIXe est l'apogée, au sein
de la société européenne, de la vision de la femme comme d'une créature démoniaque dérivée de l'Eve pécheresse biblique (amusant d'ailleurs que l'idée ait été principalement véhiculée par des
poètes totalement impies ^^). Au niveau sociétal cette époque témoigne même d'un recul criant dans le traitement réservé à la femme, par rapport au XVIIIe ou à la première moitié du XIXe. De fait
ce qu'il écrit ici ne peut être jugé uniquement à l'aune de notre "pensée contemporaine", car cela appartient en fait à une esthétique beaucoup plus vaste (que l'on retrouve également chez d'autres
à la même époque, notamment Barbey d'Aurevilly) qui culminera une quinzaine d'année après la mort de Baudelaire avec l'apogée du décadentisme. On peut être un visionnaire ET un homme de son époque,
il n'y a pas de contre-indication (c'est même le cas de quasiment tous les visionnaires ^^).

(comment ce n'est pas un forum littéraire ?!!!)


G.T. 29/01/2010 20:05


VINCENT : J'avais compris, mais c'est ce que, moi, je voulais en dire :-) (je rebondissais surtout sur le début...) 


Vincent 29/01/2010 19:10


Ce n'est pas ce que je voulais dire... Enfin soit, ce n'est pas un salon littéraire ici.


G.T. 29/01/2010 19:03


VINCENT : Oui, Baudelaire écrivait des horreurs, c'était un grand provocateur... autrement plus subversif, d'ailleurs, que
tant de rock-stars actuelles... et, justement, j'aime chez lui cette audace et, même, cette "violence"...


G.T. 29/01/2010 18:58


VINCENT : Je recopie ton message, en caractères normaux, et supprime l'autre, parce que là, c'était vraiment trop gros :


Baudelaire... Effectivement, il est un génie, et un des plus grands. Tu as certainement lu mon coeur
mis à nu, et tu sais plus ou moins qui il est, certainement... Mais là, je me permettrai de citer quelques autres passages.

"La femme est le contraire du Dandy. Donc elle doit faire horreur.
La femme a faim, et elle veut manger ; soif, et elle veut boire.
Elle est en rut, et elle veut être f...
Le beau mérite !
La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable.
Aussi est-elle toujours vulgaire, c'est-à-dire le contraire du Dandy."

J'avoue avoir sursauté d'horreur en lisant ces mots, écrits de la même main que l'Albatros le fut, ou enore la cloche fêlée... Ces hymnes de tristesse, de détresse. Et puis je me suis dit que d'une part, ces écrits n'étaient pas faits pour être lu par autrui, ni publié (et
il ne faut pas oublier que Baudelaire est un poète maudit...il ne s'attendait probablement pas à son succès postérieur ; son héritage lottéraire fut racheté à sa mort pour 1750 francs
seulement...), peut-être y a-t-il seulement purgé en partie son dégoût... et son désespoir. En passant par une violence crue.

"A chaque minute nous sommes écrasés par l'idée et la sensation du temps. Et il n'y a que deux moyens pour échapper à ce cauchemar, pour l'oublier : le plaisir
et le travail. Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie. Choisissons.
Plus nous nous servons d'un de ces moyens, plus l'autre nous inspire de répugnance"

allié à :

"Il faut travailler, sinon par goût, au moins par désespoir, puisque, tout bien vérifié, travailler est moins ennuyeux que s'amuser. "

et à :
 
"Qu'est-ce que l'amour ?
Le besoin de sortir de soi."

Et enfin :

"Plus l'homme cultive les arts, moins il b..de.
Il se fait un divorce de plus en plus sensible entre l'esprit et la brute.
La brute seule b..de bien, et la fouterie est le lyrisme du peuple.
F....., c'est aspirer à entrer dans un autre, et l'artiste ne sort jamais de lui-même.
J'ai oublié le nom de cette salope... Ah ! bah ! je le retrouverai au jugement dernier." On peut conclure que Baudelaire choisit le travail, bien qu’en choisissant la débauche ; mais d’un autre côté, la débauche n’est pas l’idéal
artistique, elle fait de vous une brute…Non seulement la débauche, mais aussi l’amour. Baudelaire étant un solitaire forcené, on peut comprendre son point de vue, mais pas l’étendre
universellement… Et ; surtout, ce que je veux montrer, c’est que les idées globales de Baudelaire ne sont pas forcément celles présente dans mon cœur mis
à nu… Je le vois plus comme le dégoût d’un homme justement, seul, incompris, et gravement malade (physiquement). La souffrance physique en entraine une morale… Ce qu’il a pu penser pendant
quelques temps il a pu le coucher sur le papier simplement pour lui, pour personne… (je fais peut-être quelques références
indirectes au reste du contenu de ce recueil, mais puisque tu l’a lu…)



Vincent 29/01/2010 17:15


Ooooops c'est écrit très gros. Désolé.


G.T. 29/01/2010 16:43


ALFRED : Satanées fièvres... elle en avait aussi fréquemment lorsqu'elle était avec Fredo^^

VINCENT : Non seulement je préfère 100 fois la musique de Chopin aux livres de Sand, mais, surtout, j'ai été conditionné par
Baudelaire, que je lisais religieusement... et qui détestait Sand... il a notamment dit
"Il ne faut pas croire que le diable ne tente que les hommes de génie. Il méprise sans doute les imbéciles, mais il ne dédaigne pas leur concours. Bien au contraire, il fonde ses grands espoirs sur
ceux-là.
Voyez George Sand. Elle est surtout, et plus que toute autre chose, une grosse bête ; mais elle est possédée. C'est le diable qui lui a persuadé de se fier à son bon
coeur et à son bon sens, afin qu'elle persuadât toutes les autres grosses bêtes de se fier à leur bon coeur et à leur bon sens.
Je ne puis penser à cette stupide créature, sans un certain frémissement d'horreur. Si je la rencontrais, je ne pourrais m'empêcher de lui jeter un bénitier à la tête."
Je trouvais ça tellement drôle et brillant qu'il m'a été impossible d'apprécier Sand... impossible de la lire sans penser à ces mots du génial Baudelaire...

BENJAMIN F. : En revanche c'était un brin tardif par rapport à la sortie du titre (sérieux, t'en as mis du temps à réaliser que
c'était pas bien^^)

Non, c'est surtout que j'ai eu besoin de beaucoup de temps avant de trouver le courage de l'écouter ! :-) J'avais vraiment pas envie, mais pour le CDB, je l'ai fait juste ce lundi...

Et c'est vrai que l'on peut argumenter tant qu'on veut, essayer de ne pas ajouter la moindre dose de mauvaise foi (d'ailleurs, il n'y a aucune mauvaise foi dans cet article, j'assume chaque
phrase...), on aura toujours droit à des fans transis pour nous traiter de tous les noms... alors tant qu'aà faire, autant y aller carrément, surtout avec ce genre de grosses baudruches...


Benjamin F 29/01/2010 15:50


Ah ah en fait sans trop de forcer, t'aurais pu réussir à faire une chronique de tout l'album sur ce ton. Parce que y en a des choses à dire également sur cette symphonie à la fin du disque. Enfin à
l'heure où Green Day fait des Opéras Rock, je crois qu'on peut bien donner le nom qu'on veut aux morceaux. Même si à ce rythme, j'ai peur de voir U2 sortir un concerto en ré mineur.

Oui les fans de Muse vont taper, mais tu aurais parlé sans mauvais esprit de cette chanson cela n'aurait rien changé. Voulant évité qu'on m'accuse de "provoc facile" j'avais opté à l'époque de
Resistance pour une chronique "modérée" et argumentée sans jamais insulter qui que ce soit. Résultat des courses je me suis fait quand même trainé dans la boue :) (comme d'hab quoi,
rétorquera Xavier...et il aura bien raison, lol).

Je pensais que quelqu'un aurait relancé le débat suite à cette phrase que tu avais lancé chez Thom : "Le top of the flops, c'est de la merde... parce que taper de la sorte sur un des rares
musiciens actuels qui ne le mérite pas, c'est n'importe quoi..." mais je constate avec plaisir que tout le monde considère que Muse le mérite :p

Sinon, le Q-Tip, je l'ai pas écouté mais c'est pas grave je peux écrire une chronique où je dis que c'est de la merde. Parce que quand on sait pas, on prend toujours moins de risque à dire que
c'est de la merde qu'à dire que c'est génial. Et puis plus facile de retourner sa veste dans ce sens que dans l'autre ;)

Merci à G.T. pour cette bonne tranche de rire ! En revanche c'était un brin tardif par rapport à la sortie du titre (sérieux, t'en as mis du temps à réaliser que c'était pas bien^^)

 


Vincent 29/01/2010 14:14


 Hmm... Et vous même, Alfred ?

Mais enfin, GT, si tu pardonne toute la vie publique d'un artiste, comment critiquer Sand ? Ses écrits me la rendent toute pardonnée...


A.M. sur P. 29/01/2010 13:56


Monsieur,

Sachez que vous vous trompez sévèrement. Aurore ne m'a point fait cornu. Elle souffrait d'une fièvre extrêmement forte, irrépressible, et s'est fort logiquement tournée vers un spécialiste.

Rien que de bien normal.


G.T. 29/01/2010 13:35


SYST : Ca fait du bien de l'écrire, et tant mieux si ça fait aussi du bien de le lire^^

CHRISTOPHE : Dingue, en effet^^

ALFRED : Je vous trouve bien bon avec Georginette... qui ne s'est pas beaucoup mieux comportée avec vous qu'avec Fredo...
baiser avec votre médecin pendant que vous souffriez le martyr, c'est tout de même pas d'une élégance folle...

XAVIER : Sûr qu'il y a  fort à parier que d'ici quelques temps, quand l'article sera pas trop mal référencé, les insultes
décérebrées de fans vont pleuvoir... pas grave, j'ai l'habitude...

SUNALEE : Ce n'est pas toujours aussi mauvais... ou, du moins, ça a été plus écoutable il fut un temps... mais plus ils
avancent, plus ils s'enfoncent...

PYROX : Depuis quand faut-il écouter un album pour se permettre d'en dire du mal ? :-)

DR. F : C'est malheureusement vrai...

CYBORG07 et GUIC : V et R... non, ce n'est pas du verlan, c'est
tout simplement "vos races" ! :-)

Pourquoi perdre son temps à écrire sur des trucs mauvais ? Pour les raisons que donne Guic... et je ne le fais que très rarement. là, c'est vraiment parce que je viens de découvrir l'album, et
cette chanson (entre autres) m'a tellement consterné, que je ne pouvais faire autrement que de le communiquer... et puis c'est un "modèle" de mauvais goût et de nullité, bien pratique pour montrer
tout ce qu'il ne faut pas faire...

ARNO : Ah oui, l'avion à réaction sur Chopin... là, je ne trouvais même plus de mots^^ 

VINCENT : Certes, il n'est pas encensé partout, et tirer sur Muse, c'est tout de même tirer sur une "ambulance" dans le monde
du rock... mais je ne me suis pas posé ces questions, j'ai été tellement effaré par la nullité de ce morceau que je ne pouvais faire autrement que d'en parler...

SKA : Ah oui, il faut l'écouter ce morceau, pour comprendre jusqu'où on peut tomber... en plus, il permet de nous "réconcilier"..
parce que je connais ton penchant coupable pour Queen, qui est une de mes bêtes noire... mais quand j'entends ce morceau de Muse, Queen me semble à côté vraiment remarquable... Bohemian rhapsody,
c'est une merveille comparée à cette daube intersidérale... 


Ska 29/01/2010 12:50


Eh bien, au moins tu m'as donné envie de le réécouter ce morceau (chose que je n'ai pas faite depuis ma seule et unique écoute de ce disque en streaming...)


Vincent 29/01/2010 12:49


KMS, c'est bien joué ;-)

GT et MUSETAFA

Pas sûr que tout le monde a du bon goût, blague mise à part... La majorité des trucs géniaux sont minoritaires, je crois. D'un côté il y a les artistes géniaux et inconnus aujourd'hui, et après les
géniaux reconnus mais minoritaires ; prend je ne sais pas Debussy ; la majorité de ses fans appartiennent à une certaine catégorie sociale quand même...

A. Musset
C'est amusant, Musset se modernise, je l'entend d'ici dire "Ah ! Que diable les alexandrains ! Foutaises que cela ! Ma pensée a besoin d'espace, sous peu je lancerai ma verve dans le vers libre !
Oh ! Nuit de juin !" (oups, ça c'est Rimbaud, aucun rapport, mais bon, le plagiat selon Musset est tout à fait moderne, la simplicité bientôt, et puis après quoi ! Le carré banc sur fond blanc,
mode expression ultime).


Ceci dit, même si Guic n'a pas complètement tort, ça fait du bien de taper sur un bidule encensé partout, ça n'est pas complètement le cas ici (même les inrocks ont écrit que
c'était nul, ça donne une idée)... Et Mr. Cyborg a raison, il y a tant d'autres bon albums qui sortent...

Mais ça fait du bien !


Arno 29/01/2010 12:26


... et que dire de l'avion à réaction qui vient cloturer magnifiquement le chopin... c'est hyper concept... c'est du génie quand même à ce niveau... vous n'êtes peut-être pas encore prêt à le
voir... c'est tout... c'est de la super écoeureantrie de super génie!


Guic' the old 29/01/2010 12:26


(Putain, c'est un "de vos reums"... Merde, G.T. s'exprime en verlan. C'est la décristallisation là. Le mec qui me reprend sur ma syntaxe parle en verlan!! ^^)

Sinon, pour répondre à Cyborg 07, bien sur que si c'est utile:

1. Ca fait du bien, ca détend.
2. Ca fait contrepied (détruire le mauvais pour augmenter la portée de l'encensement du bien)
3. C'est justifié quand, justement, l'objet de la critique fait l'objet d'un succès démesuré, qu'il soit critique ou public.

Reste que sortir le chromatisme pour détruire ce morceau, ca me parait être tuer des fourmis aux lance-flammes...


Cyborg 07 29/01/2010 12:19


Sans aller aussi loin dans la subjectivité qui pique, j'ai un peu de mal avec ce morceau aux séquences copier-coller, je ne capte pas les choix de batterie, les bruits de fin sont déplacés, et je
peux pas blairer les rimes. Qu'ils aient rajouté des violons me paraît, au contraire, le choix le plus cohérent possible, vu la gueule du morceau (et puis après tout, il font ce qu'il veulent). Je
me demande également comment ils n'ont pas remarqué en studio ce trop plein de Queen qui empêche de rentrer dans la chanson (ou qui permet d'en sortir plus vite; c'est selon). Mais la grande
question que je me pose, c'est : c'est quoi le fin de l'insulte en astérisque (pas trouvé le V et le R)?
Pour finir, la critique de morceaux qu'on n'aime pas (même si la plume est belle), n'est-ce pas perdre son temps vu la quantité d'albums sympas qui sort ? Ne devrais-tu pas laisser ça aux inrocks
et à leur sens commercial de la hype ? A +


dr frankNfurter 29/01/2010 11:26


@ PyroX: Sauf que tout commentaire sur mon post vaut une absolution


pyrox 29/01/2010 11:24


j'aimerais bien critiquer l'album, mais je peux pas, je l'ai pas encore écouté... Mais de toute façon, j'aimais pas Muse de façon général avant ^^

Doc : merde faut que je fasse ma chronique de Q-tip alors :D


sunalee 29/01/2010 11:18


Waaaaa, super article ! Je n'avais jamais vraiment prêté attention à Muse et je ne m'étais donc jamais rendue compte que c'était aussi mauvais !


mb 29/01/2010 11:10


Oui, Muse prouve que la varièté se porte très bien...


dr frankNfurter 29/01/2010 10:53


@ Xavier: oui mais Benjamin F. n'a jamais chroniqué le dernier Q-Tip, dès lors, j'y vois comme un geste du destin

@ G.T.: vu les stades remplis à l'occasion de leur dernier tournée, le public et les fans de Muse aiment la merde, et ils en redemandent... est-ce une surprise, je ne crois pas, tout est un éternel
recommencement.


Xavier 29/01/2010 10:30



C'est vrai que le public habituel de ce bistrot aurait tendance à aller dans ton sens. Ce serait cependant fort décevant que ton bon article ne récolte pas les insultes décerébrées qu'il
mérite; benjamin F, qui n'en demande pas tant, en recoit quotidiennement pour des articles sur des groupes meme pas connus!



A.M. sur P. 29/01/2010 10:23


Monsieur,

Allez donc prendre un bon bol d'air pour vous remettre de vos emotions
Vous insultez ma chère et tendre sans aucun scrupule, mais vous
Faire la morale ne servirait à rien, tant votre propre bon goût,
Foutre Dieu, constitue de votre confiance les fondations.

Cordialement,

Alfred de Musset


Christophe 29/01/2010 06:39


J'adoooooooore cette bouse. C'est dingue comme ça me fait plaisir qu'une telle merde existe, et en plus j'aime l'écouter, même sans être bourré.

Dingue ! 


SysTooL 28/01/2010 23:50


En tout cas, je me suis délecté de ton coup de sang textuel