Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 20:38

John_Zorn_Dreamachines.jpgAvant de vous proposer le bilan de l’année passée, il me fallait dire un mot de Dreamachines, un des tous meilleurs albums de 2013 par un des plus illustres musiciens de ces dernières décennies : John Zorn, saxophoniste, clarinettiste et compositeur new yorkais.

 

 

 

 

 

 

Zorn ou l’art de la rupture…

 

Chez Zorn, la rupture est à tous les niveaux. Dans le mélange des genres, souvent déroutant : jazz, punk, musique classique contemporaine, musiques du monde (klezmer en particulier), musique expérimentale, death metal (par exemple dans sa formation « Naked City », avec un autre grand iconoclaste : Mike Patton), ou encore musiques de films. Des genres qui peuvent coexister au sein de mêmes albums ou donner lieu à des projets très différents les uns des autres. Ruptures, aussi, dans son jeu et son travail compositionnel, par de multiples breaks et changements brusques. Un « art du collage », en quelque sorte… On ne s’étonnera pas de ce que son dernier album ait été influencé par le travail de William Burroughs. Et pourtant, il est particulièrement fluide et homogène pour du Zorn (mis à part, peut-être, le premier morceau et le dernier).

 

D’un point de vue très personnel : ruptures, aussi, dans mes appréciations de ses œuvres. Zorn me fascine autant qu’il peut, de temps en temps, m’irriter ou m’ennuyer, parfois au sein d’un même morceau… La grande homogénéité de ce nouvel album n’est sans doute pas étrangère au fait que je le trouve particulièrement réussi ; l’homogénéité d’une œuvre musicale m’importe bien plus que sa diversité.  

 

Zorn a composé et produit l’album, mais il n’y joue pas, laissant l’interprétation à un quatuor d’une musicalité et d’une maîtrise exceptionnelles :

 

John Medeski - piano

Kenny Wollesen - vibraphone

Trevor Dunn - basse

Joey Baron - batterie


 

De la composition à l’interprétation en passant par la prise de son, tout est réuni pour faire de Dreamachines un grand album, et un des meilleurs albums jazz de ces dernières années.

 

Si ce n’est déjà fait, je vous conseille évidemment de vous plonger au plus vite dans ce dernier John Zorn, mais si vous n’êtes pas un amateur de jazz (ou de Zorn), écoutez au moins The Conqueror Worm, qui n’est autre, pour moi, que le meilleur morceau de l’an dernier :


 

Vibraphone onirique et mystérieux, riff entêtant, thème orientalisant et très belle montée en puissance : un morceau véritablement extatique…


L’album en écoute sur grooveshark : John Zorn - Dreamachines

 

A lire sur wikipedia :

John Zorn

Dreamachines


Dreamachines dans le Classement des albums 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Jazz - Blues
commenter cet article

commentaires

GT 17/01/2014 15:25


RAPHAEL : Ah, Mr. Bungle... j'ai vraiment beaucoup aimé dans les années 90. Pourtant, je préfère de très loin les musiques
"hypnotiques et homogènes" aux musiques "foutraques et déstructurées", mais chez Mr. Bungle, c'est tellement délirant - et génial dans le genre - que j'adorais ça. J'y suis venu via Faith No
More, un de mes groupes favoris au début des 90's, et c'est aussi par Faith No More que j'ai découvert Naked City puis l'oeuvre de Zorn...

Raphaël 16/01/2014 21:02


Mr. Bungle* arf

Raphaël 16/01/2014 21:00


John Zorn m'intéresse pas mal depuis que j'ai découvert Naked City grâce à... Lastfm :s.


D'ailleurs ça m'intéresserait bien de connaître ton avis sur Mr.Buggle, qui est un bon représentant de groupes mélangenant les genres où les ruptures sont fréquentes.


 


Bonne soirée à toi^^

GT 16/01/2014 01:48


ELNORTON : Je remarque que je suis souvent assez réceptif à ce qu'il fait, mais sur un disque complet, je perds rapidement ma
concentration.


 


Normal, il fait souvent tout pour nous la faire perdre, le bougre, avec ses ruptures...


 


LaBuZe : C'est vrai, ce qui aurait été un album de jazz assez intense pour d'autres, pour du Zorn, c'est plutôt soft...

La bUze 15/01/2014 18:35


c'est sa voix presqu'easy listening ;)


pas mal du tout ce titre en écoute !

elnorton 14/01/2014 16:54


Très bon cet extrait. John Zorn, je n'ai pas encore approfondi sa discographie. Il faut dire que je n'aime pas trop le jazz (pas faute d'avoir essayé). Je remarque que je suis souvent assez
réceptif à ce qu'il fait, mais sur un disque complet, je perds rapidement ma concentration.