Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 16:36

L'Elite de Brooklyn (Brooklyn's Finest) - Antoine Fuqua

 

 

LLITE--1.JPGL'Elite de Brooklyn... une bande de super-flics virils et inflexibles qui font régner l'ordre à Brooklyn ? Non, bien au contraire, il ne s'agit pas de ce genre de nanards ; le titre est ironique (mais certains pourraient s'y tromper, surtout avec sa traduction française). Très loin de ces mauvais films, Brooklyn's Finest n'est pas simplement un bon film policier, c'est un grand film, un superbe "polar crépusculaire" dans la lignée du génial Collateral de Michael Mann, des films de James Gray ou du très sombre Le Prix de la Loyauté.  

 

Trois destins croisés de flics de Brooklyn, mais, à la différence des films d'Inarritu ou, plus récemment, du très réussi Ajami, on n'y observe pas avec quelques distances une "mécanique implacable" où les actions des protagonistes vont, malgré eux, avoir des effets inattendus sur la vie des autres. Antoine Fuqua ne traite pas ses personnages comme des pions sur un échiquier, ne cherche pas à faire le malin avec un clin d'oeil au spectateur histoire de lui dire "admire cette brillante construction", ce qui l'intéresse, c'est avant tout l'humanité de ses (anti-)héros.

 

Un flic dépressif à quelques jours de la retraite, usé par des années à fréquenter ce qu'il y a de plus sordide dans Brooklyn (Richard Gere), un autre infiltré dans un gang et ne sachant plus trop de quel côté il est (Don Cheadle), et un troisième ne voyant plus que la corruption pour subvenir aux besoins de sa famille nombreuse (Ethan Hawke)... a priori, rien de bien original, rien que l'on n'ait déjà vu ou lu des centaines de fois par ailleurs. Mais peu importe, c'est bien pour cela que le style est aussi déterminant en art : selon la façon dont il est traité, le sujet le plus original peut donner naissance au film le plus soporifique, et le sujet le plus banal au film le plus fascinant. Dans Brooklyn's Finest, Antoine Fuqua ne révolutionne certes pas le polar ou le cinéma, mais livre un film d'une telle maîtrise, d'une telle justesse et d'une telle force que l'on ne s'y ennuie pas une seconde. Pas de fusillades spectaculaires et chorégraphiées à la John Woo, ici, lorsqu'une balle est tirée, l'effet est toujours brutal et soudain, et les détonations assourdissantes. Un trio d'acteurs remarquable (on avait oublié que Richard Gere pouvait être un si bon acteur), complété par un Wesley Snipes impeccable en caïd (d'ordinaire plutôt habitué aux navets, le voir si convaincant dans un film de cette qualité est une bonne surprise). 

 

Brooklyn's Finest vs The Wire

 

La référence à The Wire n'est pas seulement pertinente parce que plusieurs seconds rôles du film sont des acteurs de la série, mais bien parce que l'influence de la géniale The Wire est assez patente dans Brooklyn's Finest. Les deux sont habités par une grande mélancolie, des flics touchants et un peu paumés, des voyous "humains" qui ne sont pas uniquement des caricatures de petites frappes bling-bling, et un vrai souci de réalisme. Forcément, Brooklyn's Finest n'atteint pas la complexité d'écriture et le réalisme de The Wire... mais ce qu'il perd de ce point de vue, il le gagne en atmosphères, en puissance dramatique, et dans la réalisation et la beauté visuelle. C'est bien pour cela que l'une est une série, l'autre un film (qu'il faut impérativement voir sur grand écran)... chacun utilisant au mieux les caractéristiques du format qui est le sien. Depuis une dizaine d'années, il est vrai que les séries, en général, se sont montrées beaucoup plus inventives et passionnantes que le cinéma... mais tant qu'il y aura de magnifiques films comme Brooklyn's Finest, qui prennent toute leur dimension sur grand écran, le cinéma continuera à rester une expérience irremplaçable, même lorsqu'il lorgne du côté des séries.

 

En guise de conclusion, mention spéciale à la BO de Marcelo Zarvos, qui accompagne le film à la perfection... et qui ne fait pas "qu'accompagner", d'ailleurs, elle joue un rôle à part entière, apporte au film un souffle, une gravité et un dramatisme peu communs, et le fait baigner dans des climats sombres et envoûtants.

La BO est disponible sur deezer... mais, aussi réussie soit-elle (elle ressemble pas mal par endroits à une BO dont je suis un fan absolu, celle de Crash de Cronenberg) il est certain que de l'écouter sans avoir vu le film ne permet pas de l'apprécier à sa juste valeur (par exemple, ces percussions qui semblent un peu lourdes, parfois, mais qui contribuent à merveille à l'ambiance pesante du film).

 

En écoute : BO Brooklyn's Finest      

 

La fiche du film sur Allocine

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

GT 24/05/2010 20:55



PYROX : Et tu as bien raison !



pyroX 24/05/2010 13:32



ca tombe bien, je voulais justement aller voir le film. ^^



G.T. 22/05/2010 19:40



SUNALEE : Terence Mallick vaut bien trop pour qu'on s'arrête à un acteur


 


Entièrement d'accord...


 


THIERRY : Le cinéma, avec deux p'tits bouts de 20 mois, c'est compromis pour encore un bon moment ;-)


 


Je comprends... même si moi, j'ai choisi le cinéma :-)



Thierry 22/05/2010 14:28



Le cinéma, avec deux p'tits bouts de 20 mois, c'est compromis pour encore un bon moment ;-)


Sinon, moi, j'ai rien contre Richard Gere, du moins en V.O.


 



Sunalee 22/05/2010 11:30



Mouais, Richard Gere, c'est pas top ! Je ne fais absolument pas partie des filles qui l'adulent... Par contre, ce n'est pas une raison pour ne pas regarder Les moissons du ciel. Terence
Mallick vaut bien trop pour qu'on s'arrête à un acteur



G.T. 22/05/2010 02:21



THIERRY : Content que tu l'ais vu et qu'il t'ait plu... mais dommage, tout de même, que tu n'aies pas pu en profiter
sur grand écran !


 


DR. F : Moi aussi, la présence de Richard Gere a failli me faire renoncer à aller le voir... mais j'ai été très agréablement
surpris de le voir aussi bon dans ce rôle...



dr frankNfurter 22/05/2010 00:08



Le problème du film est simple, Richard Gere... et quand on fait un bloquage sur le type, on va pas plus loin... et dire qu'il faudra attendre juin pour avoir en France Hatchi, remake d'un film nippon... trop dur... le pépère au ouah ouah
Hatchi sait-il où c'était son pépère...


Sans doute pour ça aussi que je n'ai toujours pas vu Les moissons du Ciel de Mallick au fait, rien que de savoir qu'il y a l'autre glandu



Thierry 21/05/2010 22:42



Vu sur écran beaucoup moins grand il y a déjà près de deux mois (mais comment cela est-il possible ? ^^) et fortement apprécié quand même !