Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 15:13

 

 

black-keys-bothers.jpg

            Dead-weather-SeaOfCowards.jpg 

 

 

 

Dans la famille "rock rêche et bluesy", les Black Keys et Jack White se sont imposés la décennie précédente comme deux incontournables références. Et ce n'est pas tout ce qu'ils ont en commun : leur groupe d'origine est un duo (Black Keys, White Stripes), puis ils se sont lancés dans plusieurs "side-projects" (Raconteurs, Dead Weather pour Jack White ou, l'année dernière, l'album solo de Dan Auerbach et Blakroc pour les Black Keys). Ils poussent même le mimétisme jusqu'à sortir en même temps un nouvel album, et un nouvel album... quelque peu décevant. Dans les deux cas, rien de honteux (ils n'ont pas viré "pop pour gros stades" comme les Kings of Leon), rien de vraiment mauvais (les deux albums sont tout à fait écoutables), mais voilà, de leur part, on attend beaucoup mieux qu'un album "sympathique mais quelconque". Ce ne sont pas non plus deux albums paresseux, le Black Keys est assez long et varié, le Dead Weather plutôt bien foutu... mais il manque ce petit (ou grand) quelque chose qui permettrait à ces albums de décoller et retourner l'auditeur.

Trop de dispersion dans des projets parallèles ? Trop de sorties ? Le précédent et premier album des Dead Weather n'est sorti qu'il y a quelques mois (et plusieurs titres du dernier sonnent trop comme des imitations plus ou moins réussies de son prédécesseur), deux en 2009 pour les Black Keys (le Dan Auerbach et le Blakroc)... il faudrait un jour que quelqu'un se dévoue pour expliquer à tous ces artistes qui nous submergent d'albums qu'il vaut mieux un très bon album tous les 2-3 ou 4 ans qu'un album moyen chaque année.

 

Et l'on en revient toujours à ce même problème, fondamental actuellement dans l'industrie du disque... non, pas le téléchargement, mais la pléthore de sorties. Les amateurs de musique croulent sous les nouveautés, et, surtout, rares sont les albums qui sortent du lot. Même de la part d'artistes importants comme Jack White ou les Black Keys. En fin de compte, cette "croissance et diversification de l'offre" - pour utiliser le langage des mecs du marketing qui ont depuis longtemps pris le pouvoir dans les majors - ne suscite pas plus de consommation, au contraire, il y a tant de nouveautés anecdotiques que le consommateur est vite refroidi : pas la peine de claquer son pognon pour des albums qu'on n'écoutera plus dans un an, dans 1 mois, dans 1 semaine, voire dans 2 jours... Même de "bons albums" passent inaperçus, noyés dans le flot de sorties. Pour arriver à surnager, il n'y a que deux solutions : bénéficier d'une promo en béton armée, ou sortir des albums marquants et de très grande qualité... ce qui n'est ni le cas du dernier Black Keys, ni celui du Dead Weather....

 

Les albums en écoute sur deezer :

 

The Black Keys - Brothers

The Dead Weather - Sea of Cowards

 

Chronique du Black Keys chez Systool 

 

   

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Rock
commenter cet article

commentaires

GT 31/05/2010 21:19



KLAK : Oui, c'est vrai que la pochette des Black Keys, marrante deux secondes, ne fait pas du tout envie au bout de la 3°...
c'est le concept, un album flasque, une pochette morne...


 


ERIC : "vivement qu'il refasse du blues et qu'il rejoue de la guitare".


Tu l'as dit !


Et d'accord aussi avec toi sur le reste, il est sûr qu'on ne peut pas tout mettre sur le dos de Jack White, ce que peut laisser penser mon billet...  



Eric 31/05/2010 17:27



Je suis assez d'accord pour dire que les deux albums de Dead Weather sont d'un intérêt très discutable (on s'y ennuie ferme quand même), par contre je pense qu'il faut arréter de considérer cela
comme un album de Jack White.


Il chante peu (sur un ou deux morceaux peut-être) et se cantonne à son rôle de batteur (il joue très peu de guitare). Il est quand même entouré de musiciens qu'il aime et qu'il respecte, je le
vois mal mener le groupe de façon dictatoriale (Dean Fertita était le leader des excellents Waxwings, Alison Mosshart n'est pas n'importe qui non plus). Enfin, bref, je vois plus cela comme une
débacle collective où le trop-plein d'égos a tout pourri.


Quand tu as la chance de jouer avec Jack White, s'il joue de la merde tu n'oses sans doute pas lui dire, idem dans l'autre sens, si tu es avec Mosshart dans la pièce, tu n'as pas forcément envie
de froisser son égo. Du coup ça donne un groupe où tout le monde se laisse aller sans contrôle qualité. L'album de Dead Weather est une gigantesque jam entre musiciens. Les amateurs de jam-bands
à la Govt Mule seront heureux, les autres iront se faire voir. A mon avis la responsabilité est partagée dans ce désastre.


Le seul truc de bon dans cet album en fait, c'est sa production, vraiment bien foutue, et là pour le coup c'est White qui s'en est occupé seul... 'fin, bref, tout ça pour dire "vivement qu'il
refasse du blues et qu'il rejoue de la guitare".


 


 



klak 28/05/2010 17:20



1) The Black Keys:


- hors de question que j'achète un disque avec une pochette pareille.


- je les ai toujours trouvé bon, rarement géniaux mais régulier dans le bon. là franchement, ça ne l'ai pas, c'est fade, limite flasque


2) Dead Weather


- je pourrais très bien acheter un disque avec une pochette pareille, j'aime beaucoup


- hélas si le 1er ne m'avait pas spécialement convaincu, il en est exactement de même pour celui là.



GT 26/05/2010 20:30



PHILIPPE : Oui, je comprends cela parfaitement, d'autant plus que si j'ai créé ce blog, c'est en grande partie en réaction
contre ce que je lisais notamment dans les mags de rock, où l'on encense tout et n'importe quoi, et où des albums "sympathiques" reçoivent autant d'éloges que de vrais "grands" albums...... 



philippe 26/05/2010 13:43



Completement d' accord avec GT, le DW est bien anecdotique...comme tant d' autres...


Moi qui suis trés attaché à l' album "parfait" (à ne pas prendre au premier degré, hein!) genre "fantaisie militaire", "daydream nation", "harvest", etc.. ou du moins des albums "équilibrés", j'
aimerais bien qu' on m' indique les albums de 2010 voir 2009 qui tiennent la comparaison...


C' est bien gentil les albums sympathiques, mais quels sont ceux qu' on retiendra dans 5,10,30 ans?


J' ai rien contre les projets alternatifs qui permettent à l' artiste de souffler, de respirer, afin de trouver d' autres horizons, mais à condition de revenir avec des choses à dire!


J' ai l' impression que "l' echelle  de valeur" de la critique musicale (à prendre avec des pincettes, on va pas revenir sur le débat "notation de la musique") est tombé bien bas.
Aujourd'hui, on crie au génie de toutes parts pour un album qui a 2 ou 3 pistes corrects...


Voilà, coup de gueule d' un mélomane qui est perdu dans ce marasme actuel...



GT 25/05/2010 18:11



SYST : OK, je vais mettre ta chronique en lien...


 


SKA et TIREUB : Pour moi, le "calcul" n'est pas la question, que ce soit du côté de l'industrie ou des artistes... Je
préfère un bon disque "calculé" qu'un disque insipide "non calculé". Si Jack White prend du plaisir en jouant avec les Dead Weather et en sortant albums sur albums... tant mieux pour lui !
Mais c'est pas mon problème, ça me fait une belle jambe de savoir qu'il s'éclate à enregistrer et jouer sa musique si moi, je m'emmerde à l'écouter et si l'album me semble franchement
anecdotique...


 


GUIC : D'un côté, je trouve aussi ce 2° Dead Weather peut-être plus "convaincant" que le premier... en fait, il me fait l'effet
inverse, j'étais emballé la première fois que j'ai écouté le précédent, puis, rapidement, il m'a déçu au fil des écoutes... alors que Sea of Cowards m'a ennuyé à la première écoute,
mais, après 3 ou 4, je l'ai trouvé pas si désagréable... mais bon, rien de transcendant non plus, ça reste anecdotique, et, surtout, j'ai trop l'impression d'entendre des copies de
certains morceaux du premier...  


 



Thom 25/05/2010 14:40



Guic' >>> Elephant est sorti en 2003.



En revanche les trois premiers White Stripes sont bien tous sortis à un d'écart...



Guic' the old 25/05/2010 13:19



Même plus que ça!!


Jack White bosse à un disque par an depuis au moins ça! (White Stripes par défaut, indiqué sinon), ca donne ça:


2004: Elephant, 2005: Get Behind me, Satan, 2006: Broken Boy Soldier (Raconteurs), 2007: Icky Thump ,2008: Consolers of the lonely (Raconteurs), 2009: Horehound (Dead Weather), 2010: Sea of
Cowards (Dead Weather)


 


Or on voit quoi? On voit qu'il est capable d'enchainer 2 très bon disques en deux ans (2007 / 2008). Le disque par an, il est en passe de le tenir, avec des albums de qualité fluctuante, certes,
mais bon, c'est presque une habitude pour lui maintenant...


Alors des fois, on a droit à de très bon albums, parfois à de trèsbonnes chansons (Steady as she goes, Treat me like your mother...) Ce mec n'est pas un génie. Mais il est quand même capable de
torcher de sacrés bons trucs...


 


Après, ce nouveau Dead Weather n'est peut-être pas forcément convaincant, mais je le trouve presque plus... "agréable" que le premier, quand même. Je l'écoute avec plus de plaisir.



Tireub 25/05/2010 12:40



Je suis assez d'accord avec Ska sur le Dead Weather. Je pense sincerement que Jack White essaye simplement de prendre son pied en faisant de la musique avec plein de gens differents, et surtout
en ne s'arretant jamais.


Si je me souviens bien il n'y avait eu qu'un an egalement entre Consolers Of The Lonely des Raconteurs et Horehound. Juste une constante pour lui sans vraiment de calcul.


Apres j'ai cesse d'esperer voir un chef d'oeuvre estampille Jack White sortir un jour. Je prend juste ce qu'il y a a prendre a chaque nouvel album. D'ailleurs je prefere celui la au premier.



Ska 25/05/2010 11:06



Il faudrait savoir... D'un côté, on stigmatise régulièrement l'industrie musicale, et de l'autre, on reproche à des artistes mus pas la seule envie (enfin, je crois) d'enquiller les disques sans
calcul... Bon, je ne veux pas jouer le naïf, peut-être y a-t-il du calcul dans ce que fait Jack White, mais j'avoue que je trouve son fonctionnement assez sain : caser les White Stripes dans un
coin (de gré ou de force) pour bosser avec un pote de longue date (Brendan Benson) ou tenter de nouvelles expériences de jeu (The Dead Weather). J'aime bien cette démarche, comme le fait de
sortir un deuxième album très vite, sans tenir compte de "ce qui se fait habituellement". Par ailleurs, je ne demande pas à chque disque d'être un chef-d'œuvre. Peut-être que ce que j'aime le
plus dans The Dead Weather, c'est le plaisir manifeste qui émane de cette collaboration (et particulièrement dans ce deuxième disque, plus convaincant, pour moi, que le premier).


Concernant The Black Keys, j'avais été très déçu par l'album solo d'Auerbach et encore plus par Blakroc. Du coup, ce nouvel album du duo me rassure, d'autant qu'il a le mérite de mettre un peu de
côté les fondamentaux garage pour laisser se déployer les penchants soul du groupe. D'où un disque en effet très varié (peut-être trop long aussi). Ça ne remplace pas Thickfreakness ou Rubber
Factory, mais ça reste un bon disque des Black Keys...



SysTooL 25/05/2010 10:42



En effet, plutôt déçu par le nouveau BLACK KEYS, dont ma chro est à peine parue... je n'attends rien de DEAD WEATHER après un premier album qui ne m'avait pas enthousiasmé...



Par contre, je ne pense pas qu'il s'agisse d'une question de "trop plein" d'albums de la part de ces groupes... qu'ils en sortent tous les ans ou tous les 4 ans, le résultat est le même :
difficile de surprendre et de proposer de la "top quality" à chaque fois

SysT



GT 24/05/2010 23:52



THOM : les Stooges n'avaient aucun problème pour enchaîner The Stooges et Fun House


 


Certes, mais après ces deux-là, combien de grands albums ? 1. :-)


Dans les 60's et 70's, on trouvait en effet facilement des groupes qui enchainaient chaque année de grands albums (les Beatles, pour ne citer qu'eux...) Mais il n'y avait pas non plus autant de
groupes que maintenant...


Là, on est submergé par une quantité hallucinante de sorties, et très peu qui valent vraiment la peine qu'on s'y arrête.


De toute façon, il n'y a pas de "règles", certains groupes peuvent être très prolifiques et sortir chaque fois d'excellents albums, d'autres prennent beaucoup de temps pour sortir des albums
médiocres etc... La phrase que tu cites, c'était une petite pirouette ironique, qui reflète le regard de "l'auditeur de musique" face à toute cette production moyenne/médiocre, mais ce n'est
pas comme ça, en général que raisonnent les groupes...


Est-ce que Black Keys et Jack White ne sont que des "gentils faiseurs" ? Le débat est ouvert^^ pour moi, ils sont tout de même plus que ça, mais, bien sûr, pas des "artistes importants" à la
hauteur des Beatles ou des Stooges...


 


THIERRY : On est d'accord, c'est toujours ça de pris...


 


VINCENT : En effet, j'en parlais ici : http://www.musiclodge.fr/article-25930195.html


 


CHRISTOPHE : J'attendais aussi beaucoup plus du Black Keys que du Dead Weather... mais ils auront tous les deux droits
à un sympathique 6,5 (pas tout à fait mérité, mais bon, je suis un gars sympa^^)  



Christophe 24/05/2010 23:01



"Mike Patton et le nombre délirant d'albums auxquels il a participé depuis le split de FNM... pour combien de grands disques
?"


À peu près zéro. Mais bon, il fait le show, c'est déjà ça...


Sinon, pour DW et BK, je ne sais que dire encore, et j'ai bien peur que si je n'arrive pas à m'y intéresser plus que ça, ça
va charcler (ce qui n'est pas grave pour DW mais pour les BK, ça m'emmerde quand même).



Vincent 24/05/2010 23:00



Mais est-ce que c'est pas un abuser d'essayer à tout prix "black" dans un nom de groupe ?  Black keys, Blakrok (en plus avec rok...) et dan auerb(l)ach...


 


Faut arrêter avec ce mot... Je sais pas pourquoi, en français ça peut faire élégant, romantique ou tout ce qu'on veut, mais en anglais ça m'évoque irrésistiblement le black metal, le satanisme ou
les émos (et pas forcément dans cet ordre).


Enfin..je sais pas...peut-être.



Thierry 24/05/2010 22:06



Deux albums 100 % inutiles, sauf à ceux qui "arriveront" au rock-blues par leur intermédiaire ...



Thom 24/05/2010 21:10



"il faudrait un jour que quelqu'un se dévoue pour expliquer à tous ces artistes qui nous submergent d'albums qu'il vaut mieux un très bon album tous les 2-3 ou 4 ans qu'un album moyen chaque
année."


 


Mouais. En même temps dans les 60s et la première moitié des 70s (au moins), la norme c'était un voire deux albums par an, et les Stooges n'avaient aucun problème pour enchaîner The Stooges et
Fun House, ni Tim Buckley pour se fendre de quatre albums phénoménaux en à peine 14 mois (oui oui, Happy Sad, Blue Afternoon, Lorca et Starsailor... c'est seulement 14 mois).


 


Non que je désaprouve tes remarques sur les derniers opus des Black Keys et de Dead Weather (un petit 6 et un gentil 5)... au contraire je suis parfaitement d'accord. Simplement peut-être que
l'erreur est juste de prendre ces gentils faiseurs pour des "artistes importants". Il y a des artistes surdoués et prolifiques qui peuvent enquiller un album par an pendant des années sans
faiblir (The Coral le faisait encore il n'y a pas si longtemps, Beck a eu un moment de grâce de cinq ou six ans où il tutoyait les dieux), le vrai problème de notre époque c'est que de même
qu'elle a souvent tendance à confondre quantité (d'albums vendus) et qualité, elle a un peu trop souvent tendance à croire que tout artiste prolifique est un génie (Cf Mike Patton et le nombre
délirant d'albums auxquels il a participé depuis le split de FNM... pour combien de grands disques ?).