Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 22:31

Comme promis, le début des bilans de chaque année musicale et leur "bande-son". 

1955, année cruciale s'il en est dans l'histoire des musiques populaires, puisque c'est l'acte de naissance "officiel" du rock'n'roll. Officiel, car il n'est bien entendu pas apparu en 1955, mais c'est vraiment cette année-là qu'il s'est fait connaître du très grand public, grâce au single qui va marquer l'arrivée du genre : Rock around the Clock de Bill Haley & the Comets.  

Fin Juin, le single arrive à la première place des charts américains, et il y restera 8 semaines, devenant donc la bande-son de l'été de la jeunesse américaine. Aucun autre single n'aura si longtemps, en 1955, tenu à la première place des charts. En Angleterre, ce n'est que fin Novembre qu'il deviendra n°1, pour n'y rester "que" 3 semaines, détrôné en Décembre par l'inévitable - malheureusement - single de Noël, Christmas Alphabet de Dickie Valentine. Mais il reviendra en tête 2 semaines en Janvier (ce qui fait 5 semaines en tout, si vous suivez bien...) Par contre, pas d'album rock en tête des charts. A cette période, le rock est une musique de "singles", d'immédiateté et de simplicité. Pas d'autres singles rock non plus que Rock Around the Clock dans les n°1. L'année 1955, c'est le règne de Bill Haley. Qui ne durera pas longtemps, 1956 sera l'année Elvis...

  

[Edit : suite à la fermeture de Jiwa, j'ai dû recommencer mes playlists et les mettre sur grooveshark] 



Les n°1 US et UK de 1955

 

 

 

Les n°1 des charts r'n'b aux EU :

 

 

 

La première playlist permet de bien saisir le cadre dans lequel débarque le rock. Des chansons sucrées, des crooners, des touches exotiques latino (Mambo Italiano, Hernando's Hideaway)... mais rien de vraiment honteux, la plupart conservent un certain charme (désuet, souvent...) Les vieux cons diraient que la musique populaire, c'était mieux avant, ils n'auraient pas tout à fait tort. 

Le rock a donné un coup de vieux à ces titres... mais pas aux n°1 des charts r'n'b. Je les ai mis à part pour, tout d'abord, "sentir" la musique dominante de l'époque avec la première playlist, et la rupture qu'est - et sera encore plus avec Elvis - le rock'n'roll, ainsi que la continuité entre les musiques noires et le rock.

Rien de vraiment honteux disais-je à propos des n°1... sauf deux titres devenus inécoutables - ils ne sont donc pas dans ces playlists - mais qui resteront 5 semaines n°1 des charts US pour le premier et 6 pour le second, les consternantes et ringardes "western songs" que sont The Ballad of Davy Crockett de Bill Hayes et The Yellow Rose of Texas de Mitch Miller
.     

Dans les charts "blancs", c'est Bill Haley qui triomphe, et dans les charts "noirs"... c'est aussi un single rock qui reste le plus longtemps en tête. Mieux que le célébrissime Only You des Platters (7 semaines), Pledging my Love de Johnny Ace (10 semaines) et les deux titres de Ray Charles ; Maybellene de Chuck Berry (sorti en Juillet 55) va rester 11 semaines n°1. 

Dans les charts blancs américains :

Bill Haley & the Comets - Rock around the Clock (8 semaines n°1)
McGuire Sisters - Sincerely (6)
Mitch Miller - The Yellow Rose of Texas (6)

Et plus que Rock Around the Clock et même Maybellene, le single de l'année, à mon sens, c'est le remarquable Sixteen Tons de Tennesse Ernie Ford.  Un swing irrésistible, et qu'une aussi bonne chanson ait pu être n°1 pendant 6 semaines montre bien qu'à cette époque, on n'était pas encore complètement sourd :
 


 

En Angleterre, la chanson qui va marquer l'année 1955 et rester 11 semaines n°1 est Rose-Marie de Slim Whitman... pas très rock'n'roll :



On notera aussi, toujours chez les anglais, le succès de Stranger in Paradise de Tony Bennett, un morceau basé sur une mélodie du Prince Igor de Borodine. Pas totalement déplaisant, mais tout de même trop sucré et un peu kitsch : 

 

 
Dans la musique populaire, on pompe, on reprend, on adapte, et ce n'est pas nouveau... on a, dans la même année, des titres qui seront n°1 par tel interprète... puis de nouveau n°1 par un autre. En Avril, Cherry Pink & Apple Blossom White de Perez Prado est à la fois n°1 aux EU et en Angleterre.  A la fin du mois suivant et en Juin, ce même titre, par Eddie Calvert, sera 4 semaines n°1 en Angleterre. En Mai et Juin, Unchained Melody de Les Bexter est n°1 aux EU. Et dès la fin Juin, il est n°1 en Angleterre interprété par Jimmy Young.

Pour se faire une idée de la musique de l'époque, il faut aussi écouter l'album 
Love me or Leave me de Doris Day. Entre jazz soft, music-hall, musique populaire raffinée (dans le bon et mauvais sens du terme à la fois), ce sera l'album à succès de l'année aux EU. Il sort en Mai, devient n°1 fin Juillet, et le reste... jusqu'à mi-décembre. 21 semaines en tête des charts. Dans la première partie de l'année, de Janvier à Mai, The Student Prince de Mario Lanza sera 19 semaines n°1... entre les deux, Sammy Davis Jr., arrivera à glisser son album Starring Sammy Davis Jr. 6 semaines n°1. 

Cependant, le plus intéressant dans la musique de 1955 reste le Jazz. Aucun album qui n'ait "trusté" les premières places des charts, mais de grands disques, par des musiciens exceptionnels. L'année commence plutôt mal, avec la mort prématurée (à 34 ans), le 12 mars, d'un de ses plus grands génies, Charlie Parker (deux mois avant naissait un certain Nicolas S., le rock'n'roll n'arrive pas dans la meilleure période qui soit). 

Les albums que je vous recommande pour cette année sont ainsi tous des albums jazz :

Sarah Vaughan featuring Clifford Brown

Sarah Vaughan - Sarah Vaughan 

Clifford Brown & Max Roach - Study in Brown  
Miles Davis and Milt Jackson Quintet/Sextet
Kenny Dorham - Afro-Cuban
Lee Konitz / Warne Marsh - Lee Konitz / Warne Marsh
Miles Davis - Bag's Groove 
Dinah Washington - For Those in Love
Louis Armstrong - Satch Plays Fats
Julie London - Julie is her Name

Quant au rock... il vient de faire une entrée spectaculaire dans le monde de la musique, mais il n'en est encore qu'à ses balbutiements.

Symboliquement, le rock ne pouvait que faire une entrée fracassante dans les charts en Juin 1955. Deux mois plus tôt s'ouvrait le premier MacDonald's (15 Avril), et un mois après, c'est Disneyland (17 Juillet). Le rock deviendra musique de rébellion, mais à la base, il cadre parfaitement à cette époque de jeunisme, de "fun" et de consommation ludique. Le rock'n'roll est bien une musique pour la société de loisir et de consommation qu'incarnent McDonald's et Disneyland. De la "fast-music" comme il y a des fast-food, diraient les plus critiques... Mais il est aussi l'expression de ce besoin de liberté, de rejet des carcans et préjugés (se passionner pour des blancs qui jouent de la musique de noirs n'était vraiment pas du goût d'une bonne partie de la société blanche). A l'image du "mythe" (drive-in, décapotable, college, cheerleaders, flirt, McDonald's, Coca-Cola & co) de la jeunesse américaine de ces années dont il sera la bande-son, il est insouciant, libertaire, et propose bien avant Mai 68 de "jouir sans entraves". Les musiques ne naissent pas de rien, elles sont les résultantes d'un contexte, d'une histoire, s'inscrivent - comme tout art - dans une époque particulière. Il n'y a aucun hasard à ce que le rock soit né dans une société aux valeurs très conservatrices et à l'économie hyper-libérale. Pas étonnant que les français soient si peu doués pour ce qui est du rock... ce n'est pas tant parce qu'il n'est pas leur "culture", mais plutôt parce que le terreau dans lequel il s'est développé n'est pas le leur. Il fallait une société schizophrénique, coincée dans des principes et valeurs rigides d'un côté, et faisant l'apologie de la consommation, du libéralisme et donc du plaisir immédiat de l'autre (ce que sont, certes, un peu toutes les sociétés occidentales, mais pas autant que les anglo-saxons). Le rock, c'est la catharsis qui permettra de se libérer du poids des normes sociales pour succomber totalement à ce plaisir de l'instant...

A écouter : Playlist avec le meilleur de 1955      


L'année 1955 en détail


Partager cet article

Repost 0

commentaires

mb 12/07/2009 00:31

GT : Mais tu a écrit toi même dans ton lexique que les chanteurs et les guitaristes sont des poseurs. Puis tout le monde sais que si les garçons font la pose ou font leur l'intéressant avec leurs guitares que c'est pour attirer le regard de toutes les filles. ;) XD

G.T. 11/07/2009 20:13

MB : Pour ce vieil obsédé de Chuck, la scène envahie par une horde de jeunes filles, ça doit toujours lui faire plaisir (d'ailleurs, la sécurité laisse monter les filles, et éjecte les mecs...)YANG : Tu es là pour ça ! :-) TCS : Oui, et cette façon de théoriser très française, typique du pays de Descartes, c'est aussi ce qui rend les français moins rock'n'roll... on a une approche plus conceptuelle et rationnelle qui est plutôt un handicap dans le rock. Il n'empêche qu'il y a des groupes rock très cons en France, sans le moindre début d'intellectualisme, mais qui n'en sont pas meilleurs pour autant^^

mb 10/07/2009 16:46

Alors, du coup j'ai voulu voir 1) si Chuck Berry fait encore le duck-walk, 2) s'il est encore un bon performer et 3) ce que j'ai râté et j'ai trouvé ceci : http://www.youtube.com/watch?v=cF2-Ccc42hMLa scène est envahie, la securité débordé, il démande aux garçons de quitter la scène et continue le concert. Hahah!!! Si ce n'est pas Rock'n'Roll ça ! :D  Et a plus de 80 ans !!! 'Tain j'ai VRAIMENT de regrets !!! J'ai pensé qu'il y aurais que des vieux ringards, lol...

YanG 10/07/2009 14:19

Et pas un com pour réhabiliter le 78 tours ???

The Civil Servant 10/07/2009 12:09

et je rajouterai (publicité bien ordonnée commence par soi-même) que si vous voulez entendre un peu de R'n'R ou rockab ou country un peu vintage, c'est tous les jeudi chez moi dasn "C'est jeudi et c'est pas ravioli".Voilà (je te dois combien déjà G.T. pour le message publicitaire ?)

The Civil Servant 10/07/2009 12:06

"Il fallait une société schizophrénique..."§Je dirais même plus mon cher G.T., la schizophrénie est Le moteur unique du rock'n'roll. Et c'est en partie pour ça qu'il n'est de rock'n'roll qu'américain. Les britts y ont ensuite excellement collé leurs propres névroses (bien plus axées sur les porblèmes sociaux et sociétaux), mais le rock'n'roll reste une musqie américaine. J'irai même jusqu'à dire essentiellement une musique du sud conservateur.Quant aux françasi, ils ont fait ce qu'aucun autre pays n'avait vraiment fait avant : ils ont théorisé le rock, ce qui est quelque chose qui échappe complètement à l'entendement d'un anglais moyen.Excellent travail, cher ami. Mais je rejoint Gibus, le parallèle avec les hits français de l'époque serait amusant.

mb 09/07/2009 23:43

Mais avec Chuck Bery, une image ne peut rendre justice au talent... ce régard, cet façon de posseder ces chansons et cette facilité avec sa guitare... c'est la voix et une perte d'agilité physique qui m'a frèné (plus les mauvaise places) jaurais aimer dire que je l'ai vu...

Guic' the old 09/07/2009 21:58

D'apres ce que je sais, Chuck Berry possede depuis nombre d'années un bar à Saint Louis Missouri dans lequel il "perform" au minimum une fois par mois. Source: un pote qui y a bossé un an et l'a vu sur scène. Bilan apres avoir vu des photos: il se fait vieux.

mb 09/07/2009 21:11

Je ne suis pas allé parcque les billets restant étaient en balcon, et je me suis dit que quand même a plus de 80 ans ça ne pourrais pas être aussi bien qu'il y a ce n'est-ce que quelques années...

mb 09/07/2009 21:08

" Chuck Berry tourne encore ? Il ne doit plus faire sa "Duck walk", non ? ^^"Je ne sais pas, je ne suis pas allé, avec quand même des regrets. Je pense qu'il n'a jamais arrêter de tourner, même s'il a tombé dans l'oublie parmi le grand public. Moi, ce mec m'a toujours épaté, il est comme un poisson dans l'eau sur scène.

G.T. 09/07/2009 20:18

DRGBS : En fait, j'ai un bouquin qui liste tous les n°1 américains et anglais de 1955 à 1990... c'est de là où je tire ça, et c'est pourquoi je ne vais pas non plus rechercher les n°1 français que je n'ai pas... par contre, tu as raison, pour les bilans de l'année, ce serait bien que je fasse quelques comparaisons avec ce qui marchait en France... CAIUS : merci... et, en effet, faudra parler de la Fureur de Vivre dans le bilan 1956, même si ce n'est pas de la musique...BOEBIS : Je conçois bien que l'intérêt du blog "base de données" est limité... mais il peut être vraiment utile à ceux qui veulent voir plus dans le détail ce qui s'est passé à telle époque, et surtout à tel mois (voire à telle semaine)... MB : Chuck Berry tourne encore ? Il ne doit plus faire sa "Duck walk", non ? ^^DR. F : En fait, moi aussi j'ai très peu d'albums rock avant 65... il m'a fallu du temps pour aimer le rock des années 50, j'ai été allergique un bon moment...

dr frankNfurter 09/07/2009 15:16

marrant cet article car il y a pas longtemps (pour joindre le côté archiviste que tu citais il n'y a pas si longtemps d'ailleurs), j'ai remis à jour ma liste d'albums sous excel (et ouais je suis un fou )... et en classant par année j'ai constaté qu'avant '65 et le premier album des Who, j'avais pas un seul album de rock (ne classant pas véritablement Cash dans cette catégorie, quant au Zimm', c'est justement à partir de 6( qu'il branche les amplis).

mb 09/07/2009 11:27

Très sympa comme theme d'articles, je reviendrai lire la suite !  Vous en avais pour quelques années, lol

mb 09/07/2009 11:23

Chuck Berry tourne encore, comme BB King... j'ai voulu le voir il y a deux ans, puis son frère est décédé et ça a été annulé, puis il est revenu et finalement je ne suis pas allé... il commence à être vraiment vieux !  Il reste pour moi un des très grands comme Hendrix (j'ai toujours aimé les guitaristes de talent qui savent aussi chanter, lol)

Boeb'is 09/07/2009 11:08

Autant je suis un peu sceptique sur l'intérêt de ton blog "base de donnée", surtout sous la forme d'un blog, autant des articles comme ça, j'en redemande.

Caius 09/07/2009 10:21

Je pense que tu résume bien la situation de l'époque. Ton paragraphe sur le contexte historique aurait presque pu être le pitch de la fureur de vivre qui sort début 1956

drgbs 09/07/2009 09:53

vas tu te focaliser uniquement sur les pays anglo-saxons ou vas tu parler de la France ?certes tu vas me dire que nos productions locales ne sont pas, ne seront jamais aussi affinées que celles de nos amis américains ou brittonsmais bon ceux ci n'ont pas produit que des titres immortels d'une part et d'autre part je ne serais pas mécontent de savoir ce qui se faisait à l'époque chez nous et ce qui en reste encore aujourd'huice n'est peut être pas ton idée de départ, je suggère juste(sinon beau travail de recherche)

drgbs 09/07/2009 09:00

bon d'abord je dois dire que je suis tjrs effaré ta productivité ici (et ailleurs aussi) arriver à parler d'autant de choses de manière souvent très juste est plutôt impressionnantele cirage de pompe étant terminé je voulais savoir si tu allais rester "bloqué" sur les E Unis et la G Bretagne ou si tu allais aussi parler de la France ?je sais que tu ne portes pas trop dans ton coeur les productions françaises mais ça pourrait être interessant de voir ce qui marchait chez nous, ce pour quoi nous nous passionions alors et voir aussi ce qui nous en reste aujourd'hui