Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Playlist 2020

Classements d'albums

22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 17:03

Le rock, style musical simple, énergique, inspiré du rythm'n'blues et destiné à la jeunesse, est né dans les années 50 aux Etats-Unis. Elvis Presley en fut le plus célèbre représentant. Dans les 60's, un chanteur venu du folk, Bob Dylan, apporte au rock poésie et intelligence. A l'apogée du genre, 4 jeunes anglais, les Beatles, révolutionneront le rock par leur exceptionnelle musicalité, qui se révèle autant dans leur génie mélodique que leurs trouvailles musicales et fusions de styles divers. Les Rolling Stones, leurs rivaux, se contenteront de revenir à des bases plus bluesy, et, surtout, à incarner l'attitude rock'n'roll rebelle. Les Beatles ont ouvert des voies ambitieuses, trop, sans doute, pour les rockeurs qui suivront, et les années 70 seront ainsi marquées par le lent déclin du genre. Le rock progressif, dont le seul mérite est d'avoir prouvé que l'on peut être à la fois emphatique et soporifique, en sera la triste illustration. Dans un ultime sursaut de vie, le rock, agonisant, poussera son dernier râle avec la courte vague punk menée par les Sex Pistols, qui enverront se faire foutre les groupes progressifs qui les précédaient. Ensuite... rien.   

Partager cet article
Repost0

commentaires

L


 


Pétard ! IL m'a shinté la fin de mon commentaire !


 


[copyright !!! ; - ) attention ! ce commentaire pourrait être
repris en article sous le titre « GT dans ses pompes et ses œuvres » --- le titre est également copyright]



[[[je connais personnellement tantine hip-hop]]]



 



 



Répondre
L


 


Une brève histoire du rock


Le rock, style musical simple, énergique, inspiré du rythm'n'blues et destiné à la
jeunesse, est né dans les années 50 aux Etats-Unis. Elvis Presley en fut le plus célèbre représentant. Dans les 60's, un chanteur venu du folk, Bob Dylan, apporte au rock poésie et intelligence.
A l'apogée du genre, 4 jeunes anglais, les Beatles, révolutionneront le rock par leur exceptionnelle musicalité, qui se révèle autant dans leur génie mélodique que leurs trouvailles musicales et
fusions de styles divers. Les Rolling Stones, leurs rivaux, se contenteront de revenir à des bases plus bluesy, et, surtout, à incarner l'attitude rock'n'roll rebelle. Les Beatles ont ouvert des
voies ambitieuses, trop, sans doute, pour les rockeurs qui suivront, et les années 70 seront ainsi marquées par le lent déclin du genre. Le rock progressif, dont le seul mérite est d'avoir prouvé
que l'on peut être à la fois emphatique et soporifique, en sera la triste illustration. Dans un ultime sursaut de vie, le rock, agonisant, poussera son dernier râle avec la courte vague punk
menée par les Sex Pistols, qui enverront se faire foutre les groupes progressifs qui les précédaient. Ensuite... rien.


 


Délayage et superflu, l’art du suremballage


 


Le titre


« Une brève histoire du rock »


Pourquoi « Une » ? Cela implique qu’il y en ait d’autres : on s’y tient ou on les cite et on les
efface.


 


« Brève histoire du rock »


Effaçons « Brève », abrégeons !


 


« Histoire du rock »


« Sex Pistols » convoqués, on se doute qu’il ne s’agit pas d’un essai sur le tango.


« Rock » ! la brève commence par « Le rock ». On n’écrit pas en titre « A la recherche du temps
perdu », puis en incipit « A la recherche du temps perdu, longtemps je me suis couché de bonne heure. ». Que de temps perdu !


 


« Le rock, style musical simple » : laissons le style aux déhanchés de la haute couture, on parle de musique ?
y aurait-il un « rock » minéral dans cette histoire ? restons simple.


 


« Energique », à définir : Seventeen seconds, est-ce bien « énergique » ?
coupons.


 


« Inspiré du rythm'n'blues » ! une « brève histoire » ou on remonte aux sources
magdaléniennes ?


 


« Destiné à la jeunesse » : je pouffe, le privilège de l’âge.


 


« Né dans les années 50 aux Etats-Unis »


Henry Cording, Rock'n'roll-mops, album Alias Henry Cording, 1956


[…]


« Bob Dylan apporte au rock poésie et intelligence »


On voudrait dire que le rock, c’est ordinairement de la merde, on ne dirait pas mieux.
Quand on dit rien, il arrive jamais
rien.


[…]


« Ensuite... rien »


 


Exactement. Ardoise noire.


 




Répondre
D


pis bon dans le blues la progression en accords a beau être basique (en mi/la/si quand même en général vu que à la guitare c'est plus simple) mais les gammes bien que pentatonique se permettent
l'introduction de notes amusantes mais bon les pentatoniques c'est bien pratiques pour faire du majeur/mineur tout en un



Répondre
D


Bon, ben, vous me ferez signe quand vous aurez fini de faire les cons !


Au fait :


 


 


Une brève histoire du rock :


 


Phil Collins



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Johnny Hallyday


 


...


 


...


 


HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!


aaaah...


 


...


 


bon ok, je sors



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Jeff Buckley (le rockeur sans alcool, un volume de rock, 5 volumes d'eau)



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Sid vicious



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Brian Jones



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Buddy Holly



Répondre
G


@GT


Désolé, je me suis complètement planté. C'est pas sur ce topic que je voulais publier mon commentaire outragé mais sur un autre ou tu brossais de long et en large l'insuffisance du rock rapport
au classique. Pas inintéressant d'ailleurs car très érudit.J'éssaie de retrouver et je copie-coller la dessus.


 



Répondre
G


CHRISTOPHE CLIPPERTON : Vous êtes fou ("oh oui", comme le chantait je ne sais plus quel grand du rap, Chuck B. ou Benny D. je
sais plus, je les confonds toujours) et j'adore ça^^



Répondre
C


Une brève histoire d'art-rock :


 


Combien de fois faudra-t-il le répéter ? Dahu et Christophe ne font qu'un !



Répondre
D


 


Quelques corrections à la volée :


Une brève histoire du rock  (one more for the road):


 


Le krautrock est un style musical inventé pour redonner un sens aux krautoradios.(cf. Für immer, Lila Engel, Krautrock, Mother
sky...)


 


Une brève histoire du rock (keep your hands on the wheel):


 


Quand j'écoute Roll over Beethoven, ché pas pourquoi, j'ai une furieuse envie d'écouter ensuite le Greatest hits d'Electric Light Orchestra (978% rock'n'roll !)


 


Une brève histoire du rock :


 


Jean-Patrick Capdevielle 


 


Une brève histoire du rock :


 


DDDDDDDDGD DDDDDDDDGD


 


Une brève histoire du rock (slight return) :


 


There's one for the money and chicks for free.Sans oublier les microwave ovens et autres custom kitchen delivery.


 


Une brève histoire du rock (around the clock):


 


Tic tac tic tac tic shrkliiiiiing greeeliiiiing cling sking tic briiiiing kling schblang chdong kling klang schkriiiiiiing!


(bien sûr vous avez tous reconnu une célèbre intro de Pink Floyd)


 


 


Une brève histoire du rock (I send an SOS to the world):


 


GT prépare sa migration sur Twitter. Manœuvre, réveille-toi, la rockosphère est devenue folle !


 


>> Combien de fois faudra-t-il le répéter ? GT et Philippe Manoeuvre ne font qu'un !


 


Une brève histoire du rock :


 


Que celui qui n'a jamais zappé Moss Garden me jette la première pierre !


 


>> Vas-y, tends tes fesses, mon Christophe ! J'adore Moss Garden ^^


 


Une brève histoire du rock (2'45, solo inclus) :


 


Nicotine, valium, vicodin, marijuana, ecstasy, and alcohol

C-C-C-C-C-Cocaine


 


bon ok, je sors


 



Répondre
C


Une brève histoire du rock...


 


...vaut mieux qu'un triple live de Yes



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Que celui qui n'a jamais zappé Moss Garden me jette la première pierre !



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


EEEE EEEE AAAA EEEE BAEB



Répondre
C


Une brève histoire du rock  (one more for the road):


 


Le rock est un style musical inventé pour redonner un sens aux autoradios.



Répondre
C


Une brève histoire du rock (dies irae) :


 


Au matin du 7e jour, faisant une pause clope, Dieu podcasta la semaine de JD Beauvallet. Alors il décida de remplacer la pomme par le NME.



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Saez



Répondre
C


Une brève histoire du rock (6'32, solo inclus) :


 


On a dark desert highway, cool wind in my hair


Warm smell of collitas, ris...


 


bon ok, je sors



Répondre
C


Une brève histoire du rock 2.0 :


 


T'imagines si Elvis était né à Cupertino ? On aurait l'iPad depuis 50 ans !



Répondre
C


Une brève histoire du rock (around the clock):


 


A wap bambelam belam bam boom !



Répondre
C


Une brève histoire du rock (I send an SOS to the world):


 


GT prépare sa migration sur Twitter. Manœuvre, réveille-toi, la rockosphère est devenue folle !



Répondre
C


Une brève histoire du rock (short term effect):


 


"J'ai trop saigné sur des Gibsons" Jean-Jacques Page



Répondre
C


Une brève histoire du rock (keep your hands on the wheel):


 


Quand j'écoute Roll over Beethoven, ché pas pourquoi, j'ai une furieuse envie d'écraser Clayderman avec ma ZX.



Répondre
C


Une brève histoire du rock (and I like it):


 


Chantes, chantes, danses, mets tes baskets, chouette, c'est sympa tu verras.



Répondre
C


Une brève histoire du rock (slight return) :


 


There's one for the money and chicks for free.



Répondre
C


Une brève histoire du rock :


 


Tout ça pour arriver aux Libertines... gasp...



Répondre
G


DAHU : je me disais aussi qu'il y avait des chances que ce soit un fake... mais dans le doute...


(sinon, c'est qui Pat the Rock ? et c'est qui, François Gorin ?^^)


THOM : J'ai hésité à l'expliquer, à terminer par "ensuite... rien. Rien qui n'ait autant marqué les esprits et la société, rien
qui n'ait autant apporté au genre"... mais je trouvais beaucoup plus marrant de finir par "ensuite... rien." :-)



Répondre
T


"Et je ne vois pas le rapport avec cet article qui, d'une manière un brin provocatrice, pose juste la question de ce qui restera vraiment du rock s'il ne fallait garder que l'essentiel...
car même s'il y a des tas de groupes plus récents que j'adore, ils n'intéressent plus qu'une poignée de fans du genre, et n'ont plus de "prise" sur la société comme ont pu en avoir Elvis, Dylan
ou les Beatles..."


 


Ah bon ? C'est ça que tu voulais dire ?


 


Mais pourquoi tu l'as pas dit, patate ! On voyait du jmenfoutisme là où il y avait une magnifique ellipse :-)



Répondre
D


GT : t'excite pas, je suis sûr que c'est un fake ! ;-D


 


Par contre, c'est pas moi sur ce coup-ci ^^


C'est peut-être le neveu illégitime de l'inénarrable et grotesque Pat The Rock qui sévit dans les commentaires du blog de François Gorin...



Répondre
G


GJB : Passons sur le fait que je ne vois pas trop ce que ce commentaire vient faire ici, puisque je n'y parle pas de classique,
passons aussi sur les ridicules procès d'intentions que tu me fais, rien à battre de ces conneries, comme tu dis...


Le classique serait du "délayage et de l'irréel" ? Je ne vois pas en quoi... quant aux émotions, elles n'appartiennent pas à un style musical plus qu'un autre, j'en ressens autant quand j'écoute
du rock que du classique... les émotions que l'on ressent à l'écoute d'une musique sont avant tout subjectives, on peut s'ennuyer ferme en écoutant du rock, et être complètement
transporté en écoutant du classique, et vice-versa... quant à dire que le classique est une musique écrite pour des "rois de France"... Beethoven t'aurait foutu un gros coup de boule s'il
était encore de ce monde et si tu lui avais dit un truc pareil^^


Et je ne vois pas le rapport avec cet article qui, d'une manière un brin provocatrice, pose juste la question de ce qui restera vraiment du rock s'il ne fallait garder que l'essentiel... car
même s'il y a des tas de groupes plus récents que j'adore, ils n'intéressent plus qu'une poignée de fans du genre, et n'ont plus de "prise" sur la société comme ont pu en avoir Elvis, Dylan ou
les Beatles...



Répondre
G


Le classique, c'est mieux que le rock. Et na!


Et vas-y que je te le démontre par A+B, à grands renforts de références rock histoire de montrer à quel point je maîtrise mon sujet.


Allez, avoues le : le but c'était de montrer à quel point tu est rock'nrollement parlant sur-cultivé mais avec en plus, cette connaissance de la musique et du classqiue qui te place au dessus de
n'importe quel amateur de rock qui serait autant sinon plus cultivé que toi. Avec de surcrôit la volonté de polémiquer et de faire du chiffre sur ton blog ! Bravo, tu y es arrivé.


A part ça, rien à battre de tes conneries.


Perso, j'ai écouté pas mal de jazz et un zest de classqiue aussi. Pourtant j'ai 40 balais et j'écoute toujours du rock avec le même amour que quand j'avais 15 ans. Parcequ'ilo y a une chose qu'il
faut dire : un morceau de classique, c'est souvent du délayage et de l'iréel. Et un morceau de rock, des émotions humaines en instantanée, certes souvent basique mais au tellement réelles.


Alors la complexité,j'en  rien à battre. Ce que je recherche en écoutant du rock, c'est de l'authentique et des émotions de mon époque.Pas des trucs écrits pour des rois de france.



Répondre
G


VANESS : Je pense qu'avec un article de cet taille, tu vas exploser les stats de lectures "réelles" !


bien vu^^


Par contre, même pas UN MOT sur les Doors, c'est inadmissible.... Tu files un mauvais coton mon pépère !! ;)


C'est bien parce que cet article se veut 100% objectif, sinon j'aurais évidemment parlé de mon groupe favori ! :-)


 


YanG : Excellent :-)


 


LAIEZZA : C'est vrai... mais je suis encore un amateur face à JP, qui m'aurait dit d'en faire 3 articles : chacun avec
2-3 lignes pour une décennie, et plein de photos et vidéos pour les rendre attractifs... 



Répondre
L


Texte court, titre facilitant le référencement, propos superficiels, mais ouvrant sur de possibles polémiques... ça y est, tu appliques enfin les conseils de Jean-Pierre ! :D



Répondre
Y


Et ensuite... Dieu vit que cela était bon et se mis au scrapbooking.



Répondre
V


Je pense qu'avec un article de cet taille, tu vas exploser les stats de lectures "réelles" !


Par contre, même pas UN MOT sur les Doors, c'est inadmissible.... Tu files un mauvais coton mon pépère !! ;)



Répondre
G


DR. F : Si j'avais dû m'attarder sur tous les petits groupes, ça n'aura plus été une "brève histoire du rock"^^


ARBOBO : Ca marche aussi comme ça... mais bon, je peux pas m'empêcher de faire long, même quand je fais court^^  


THOM : Franchement si j'écrivais un truc pareil j'ose pas imaginer ce que me dirait GT dans les commentaires :-)


J'aurais dit "bordel, mais pourquoi n'ai-je pas eu l'idée avant toi ?"^^



Répondre
T


Euh... c'est quoi ce truc ?


 


Franchement si j'écrivais un truc pareil j'ose pas imaginer ce que me dirait GT dans les commentaires :-)


 


Allez Madame Gété, on t'a reconnue, rend le clavier à ton mari maintenant ;-)



Répondre
A


si tu veux j'ai une version abrégée :


poum-tckak, poum-tchak


yeah!!!!!!!!!!


tatapoum tatapoum tatapoum


oh yeah.


poum



Répondre
D


ouah et un peu mot sur le Velvet, bien joué!



Répondre
G


VINCENT : Pas vraiment, plutôt une interrogation^^


 


MAX : Il y a tout de même eu aussi ce moment important où un type s'est mis à chanter pendant que l'autre tapait avec son
bout de bois... mais c'est vrai que depuis, il n'y a pas eu grand chose de vraiment neuf :-)



Répondre
M


Mieux, il y a quelques milliers d'années une personne a tapé sur un bout de bois et depuis plus rien....



Répondre
V


Aii aii... Une décéption aujourd'hui ? Une prise de conscience ? ;-)



Répondre