Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 19:36

L’éclectisme des goûts musicaux assez fréquent actuellement doit sans doute beaucoup au net. Pour la simple et bonne raison qu’il permet de découvrir gratuitement, chez soi, en quelques secondes, des genres musicaux vers lesquels on ne se serait pas tourné autrement. Mais le net n’est que ce qu’on en fait, il favorise tout autant les communautarismes, le regroupement d’amateurs de tel ou tel genre musical en petites chapelles. Ce n’est donc pas véritablement le net qui rend les individus « éclectiques », ce besoin d’ouverture, de découverte était déjà présent chez beaucoup, le net ne fait que le faciliter, le rendre plus accessible à tous.

 

Lorsqu’on parle d’éclectisme des goûts musicaux, on pense avant tout en terme de « genres musicaux ». Mais l’éclectisme, ce n’est pas que cela. J’en vois au moins deux autres :

 

- Une forme d’éclectisme postmoderne, on estime que tout se vaut, et on mélange allégrement références pointues et références « bas de gamme ». Ou références élitistes et populaires. Par exemple, le Velvet Underground et Phil Collins pour rester dans le genre pop et rock. Dälek et Kanye West pour le hip-hop. Aphex Twin et David Guetta en électro (mais j’avoue qu’un si grand écart, j’ai du mal à y croire… pourquoi pas Stockhausen et Justin Bieber...)      

 

- Un éclectisme lié aux « émotions » associées à telles ou telles musiques. Si je vous dis

que j’aime Nick Drake comme James Brown, ce qui peut étonner, c’est moins qu’ils appartiennent à deux genres différents que « l’opposition de styles » entre le funk brut, énergique et festif de James Brown d’un côté, et les chansons si mélancoliques, délicates et fragiles de Nick Drake de l’autre.

 

On dit toujours quelque chose de soi par le biais de ses goûts musicaux, notamment – et ce, en particulier à l’adolescence - une image que l’on désire véhiculer. L’adolescence est souvent considérée comme une période où l’on se cherche, je pense que c’est surtout une période où l’on se trouve. Une période où l’on n’arrête pas de se trouver. Les goûts musicaux en sont une bonne illustration. Les ados sont très souvent convaincus que leur genre musical de prédilection est le seul valable, le seul véritablement digne d’intérêt, et leur artiste favori le musicien le plus génial de l’histoire… en vieillissant, ils apprendront la nuance et s’ouvriront plus facilement à d’autres styles et d’autres conceptions de la musique. Enfin, dans le meilleur des cas, celui où l’on s’intéresse vraiment à la musique, sinon, cela donne des individus qui écoutent mollement ce qui passe sur la bande FM ou se recroquevillent sur leurs premières amours. Un « vieillissement musical prématuré », sans passer par la case « adulte », sans ressentir un besoin d’ouverture, d’exploration.

  

L’exemple typique de cette forme de sectarisme adolescent, ou d'exclusivité musicale, c’est le jeune garçon qui a besoin d’affirmer sa virilité, et trouve dans le rock ou le rap des musiques musclées, puissantes, mais ne pourrait rien écouter – si ce n'est en cachette – de plus doux, sensible, de peur de passer pour une « tapette » ou une « gonzesse ». Ou le jeune révolté qui ne peut supporter que des musiques très violentes et sombres… comme si écouter les Beatles ou Mozart allait fissurer cette image de révolte à laquelle il s’accroche, et par laquelle il se définit.

 

Pour devenir véritablement éclectique, il faut pouvoir renoncer à ces images très marquées qui exprimeraient un trait dominant de notre personnalité. Je pourrais difficilement me faire passer pour un rockeur rebelle pur et dur, moi qui suis fana de Chopin, Schubert, Chet Baker, Marissa Nadler ou Matt Elliott. Ni pour un mélomane intransigeant et pointu, puisque j’aime certains trucs pop assez légers. Ni pour un doux rêveur sensible et raffiné, puisque j’adore le Wu-Tang Clan, Public Enemy et les Sex Pistols. Et l’inconditionnel de Beethoven, Chostakovitch, Wagner, Joy Division, Autechre, Portishead et Scott Walker que je suis aura beaucoup de mal à se présenter comme un type « funky »…     

 

Plus on devient éclectique, plus il est difficile d'associer nos goûts à une image, un trait de personnalité bien défini. Mais en, contrepartie, il y a le plaisir de se « surprendre », remettre en cause certains de ses préjugés, et apprécier de se plonger dans des univers musicaux que l’on n’aurait jamais imaginé aimer quelques années auparavant.   

 

Les habitués de ces lieux étant, pour la plupart, assez éclectiques, j’aimerais vraiment savoir en quoi ils ont pu « se surprendre ». Ou, plus simplement : quels sont vos grands écarts musicaux. Vous pouvez ne m’en donner qu’un, celui qui vous semble plus extrême, ou les plus significatifs (oui, Christophe, je sais, c’est une invitation au flood…)

 

Par exemple, certains des miens :

 

-         J’aime Aphex Twin et John Lee Hooker

-         Reign in Blood de Slayer et les Préludes de Debussy (un grand écart musical difficile à battre)

-         Psoriatic de Scott Walker et It don’t mean a Thing de Duke Ellington

-         I like it Like That de Pete C. Rodriguez et la Messe en si mineur de Bach

-         Espers et le Wu-Tang Clan

-         Webern et Queens of the Stone Age

 

L’occasion de vous en faire une petite playlist, complètement schizo, à l’inverse des playlists « d’atmosphère » que j’aime élaborer… ici, le grand écart entre chaque morceau est chaque fois énorme :

  

 

 

 

 

Maintenant, à vous de jouer et de me donner vos "grands écarts musicaux" !

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

GT 18/05/2011 23:57



CHRISTOPHE : Excellent^^


 


 


VINCENT: Moui... Je suis à demi convaincu. Si le nombre d'erreurs que l'on peut trouver sur internet
est grand, ça ne veut pas dire pour autant que les livres sont fiables. Il serait bon de tordre le cou à cette idée commune selon laquelle un jugement gravé dans la pierre a valeur d'éternel et
donc de vrai.


 


Bien sûr, et je n'ai jamais dit le contraire. Il n'en reste pas moins qu'un livre offre des garanties que
l'on n'a pas sur le net. Ce n'est pas n'importe qui qui peut publier un bouquin sur Bach, et le livre ne sera pas publié - en général, dans une maison d'édition un minimum sérieuse - sans
des relectures pour vérifier qu'il n'y a pas de conneries. Ca n'empêche pas certaines erreurs de passer, mais c'est un moyen de connaissance bien plus sûr. On a des infos sur l’auteur
d’un livre, en 4° de couverture en général, on sait que le type, par exemple, est prof au conservatoire, auteur d’ouvrages sur la musique baroque etc. Ce qui lui donne une légitimité. Mais c’est
qui… G.T. ? ^^ Quelle est la légitimité de ce « blogueur anonyme » ?


 


Ce qui donne une légitimité – on peut le déplorer, mais c’est comme ça, particulièrement en France – n’est pas la
pertinence de ce que tu écris, mais avant tout tes titres, ta fonction. Une connerie écrite par un Professeur de la Sorbonne ou du Conservatoire de Paris sera toujours bien plus prise au sérieux
qu’une idée intéressante trouvée sur un blog musical…


 


Et puis il y a tant de spécialistes qui ont écrit des bouquins profonds, intelligents, riches sur Bach...
que d'aller citer un article de blog pour parler de Bach, ça fait pas vraiment sérieux...


 


Par contre, pour parler de rock, de pop ou de rap, citer des blogs est déjà plus "acceptable", ce sont des
genres qui n'ont pas suscité une littérature aussi dense et aussi exigeante que le classique.


 


Je ne suis pas examinateur, mais si je l'étais, je t'assure - alors même que je tiens un blog et défends le net
depuis de longues années - qu'un élève qui me citerait des choses trouvées sur le net, sur wikipedia ou les blogs, j'aurais plutôt tendance à le pénaliser... même s'il cite mon blog^^


 


Après, ça dépend aussi des autres références qu'il donne... s'il cite des choses lues dans plusieurs livres,
des écrits d'artistes reconnus sur le sujet et, à un moment, ajoute qu'il a trouvé "tel point de vue intéressant sur tel blog", pourquoi pas... mais s'il ne cite que des choses
trouvées sur le net, ou autant de références qui viennent du livre que du net, on a tendance à penser qu'il s'informe avant tout sur le net, et qu'il ne réalise pas que ce n'est pas la source
la plus fiable…   


 



Christophe aka Mario C Jr 18/05/2011 11:39



Soyons francs : dans chacun de mes livres (en fait non, dans 4/7 mais en tout cas dans les 4 derniers), je cite à chaque fois une fausse référence, avec un faux auteur (certains connaissent l'un
de mes plus vieux avatars, jean-Pierre Chaubert, créé le 9 novembre 1989 et rapidement passé à la postérité dans des conférences à Sciences Po et dans des fanzines moins glorieux).


 


Dalloz, Vuibert, des maisons dont on ne saurait accroire d'une quelconque mansuétude à l'égard des bidonnages dans les livres qu'elles éditent (je précise : je rédige des ouvrages techniques de
référence, non des pamphlets, romans ou libelles ne requérant aucune solidité argumentative).


Et pourtant : je suis persuadé que les lecteurs révèrent mes références, y compris les bidons.


De la vérité livresque...



Vincent 15/05/2011 21:51



Moui... Je suis à demi convaincu. Si le nombre d'erreurs que l'on peut trouver sur internet est grand, ça ne veut pas dire pour autant que les livres sont fiables. Il serait bon de tordre le cou
à cette idée commune selon laquelle un jugement gravé dans la pierre a valeur d'éternel et donc de vrai.


Lorsque l'on pousse quelqu'un dans ses retranchements et que l'on gratte la couche de vernis, il n'y a plus de si grandes différences entre celui qui dit "comme l'analyse tel écrivain" et celui
qui cite le JT de 20h. Ce qui compte c'est l'appropriation d'arguments pertinents. La référence a pour rôle de pouvoir faire allusion d'une part, ou bien de rendre à GT ce qui lui
appartient, et de ne pas se prendre pour un démiurge quand tant de travail a été fait en amont !


Certes, il y a une dose d'artifice dans un examen comme le bac, qui reste un exercice technique. Mais déjà, nous est permise une certaine souplesse, et je crois que c'est d'autant plus vrai lors
d'un oral : il est dans ce cas là facile de moduler l'argumentation en fonction de l'examinateur, de doser l'ironie ou bien le type de références.


(Je note au passage que tu élude la question implicite, le mystère reste entier sur ton identité).



GT 15/05/2011 20:28



VINCENT : Je n'ai pas de liens avec des examinateurs et n'ai pas été prof au lycée ou au collège, mais s'il n'est pas très
judicieux de citer des sources web, c'est pour une raison toute simple : on trouve bien plus d'erreurs, de choses non vérifiées sur le net que dans les bouquins. Et les examinateurs
sont des profs, ils tiennent au livre (ce qui ne veut pas dire qu'ils méprisent le net, mais ils savent bien qu'on ne peut pas autant s'y fier). Ce n'est pas une question "d'anti-modernisme",
mais juste une question de sérieux. Et de prouver, quand on est élève, qu'on a bien compris qu'il faut prendre avec du recul ce qu'on trouve sur le web, et qu'il faut mieux vérifier ces
infos dans des ouvrages de référence (et, du coup, citer plutôt ces ouvrages).



Vincent 15/05/2011 20:06



Au fait GT, tu me conseillais de ne pas citer explicitement de blogs/sites wiki etc... Mais qu'en sais tu au juste ? Je ne veux pas avoir l'air négatif, je suis simplement curieux ; tu es prof,
ou tu as des liens avec des examinateurs ...? Après tout rien ne les oblige à être de vieux barbons brandissant un crucifix devant internet, non ?



GT 22/04/2011 18:03



VINCENT : Au temps pour moi, je suis allé un peu vite en besogne, c'est en effet pas la même chose...


 


PYROX :Mais qu'est-ce que vous avez tous avec Joe Dassin ? Thom, Christophe, puis toi... au secours, je suis cerné par des fans
de Joe Dassin !


 


GUIC : On est d'accord...


 


CHRISTOPHE : idem


 


DIANE C : Ah ouais, Howard Shore et Britney Spears, c'est pas mal du tout... comme le Sex Pistols-Wham! d'AURELIA.


 


SUNALEE : Faudra que je trouve ça, alors... 


 



Christophe 20/04/2011 01:07



Avec plaisir Vlad !


 


Sinon, Mike Brant/Neil Young m'a fait pisser de rire.


 


Côté grand écart, il y a aussi la prétention de jouer dans un registre et la réalité de ce qui est exécuté.


 


Par exemple le dernier Muse...



Vlad 19/04/2011 22:28



Bon moi je remercie Christophe grâce à lui j'ai découvert Detachments.



Sunalee 19/04/2011 20:59



Sur un même disque, une rencontre entre polyphonies corses et koto japonais/chansons d'Okinawa: Voce Ventu & Mieko Miyazaki



Aurélia 19/04/2011 18:27



Je pourrais en citer beaucoup mais faute de temps : Sex pistols vs Wham!


Hendrix vs "All I want for christmas is you" de Mariah Carey etc


En fait il y en a toujours un qui fait bof (bon, temps que ce n'est pas les Jonas Brothers ça va) et un qui fait cool... comme sur les playlists en soirée. ça commence avec des trucs "à la mode"
(que je n'aime pas souvent) façon "le dernier titre de David Guetta" et ça fini par du Patrick Fiori quand tout le monde est creuvé (j'aime encore moins).


www.electricgirl.over-blog.com



diane cairn 19/04/2011 12:20



howard shore et britney spears


tommy february6 et mendelssohn


vivaldi et jimi hendrix


leadbelly et mucky pup


la musique cajun et les chants bouddhistes tibetains


le khoomei et le flamenco


nan mais c'est sans fin ton truc en fait ... je me rends compte ceci dit de la poubelle a musique a laquelle me serve mes portugaises desensablées !



pyroX 19/04/2011 11:27



guic' a raison, on peut apprécier des genres apparament antagonistes, pour des raisons différentes... le côté fleur bleu qui fait kiffer les ballades de Bon Jovi, le côté énervé qui est attiré
par le rap conscient.



Guic' the old 19/04/2011 10:28



"Les Smiths et Mötley Crue, c'est du rock, mais j'imagine plus facilement un fan des Smiths être sensible à Chopin ou Chet Baker qu'à Motley Crue..."


 


L'un n'empèche pas les 3 autres, tu sais.  On est en droit d'apprécier Chopin ET Musset, d'ailleurs. De toutes façons les Smiths et Mötley ne s'écoutent pas du même point de vue narratif. Il
est possible de s'identifier à Morrissey et à ce qu'il chate dans les morceaux des Smiths,  mais c'est strictement impossible avec MCrüe. La différence entre la narration premiere personne
et la narration extérieure, quoi. De plus, les Smiths c'est une question de sentiments et de vécu. Mötley, une question de vécu, certes, mais d'action aussi.


C'est différent mais pas incompatible. Pas plus incompatible que d'apprécier avec une égale mesure (mais pour des raisons différentes) Le Parrain II et Les Sous-doués passent le bac, quoi.



pyroX 18/04/2011 23:39



la variétoche mollasson / le hard rock...


le paradoxe, c'est découvrir de plus en plus de trucs, tout en continuant d'écouter ce qu'on écoutait avant...


genre enchaîner un best of de Joe dassin, et un album de Miles Davis ;)



pyroX 18/04/2011 23:34



mike brant / Neil Young?



Vincent 18/04/2011 22:40



Non non, attend : il s'agit du monde diplomatique, pas du monde tout court ! Il me semble que le premier a été créé à partir du second, mais s'est rapidement émancipé, du point de vue financier
comme intellectuel.


 


Rien à voir donc.



GT 18/04/2011 22:15



GUIC : Grand écart temporel. On est en 2011, j'ai moins de 30 ans, et hier j'ai acheté un 45 de Echo & the Bunny
men.


 


Ah ouais pas mal (et je m'en vais de ce pas me mettre un bon vieux Louis Armstrong sur mon grammophone^^)


 


DAHU : Après, si tu veux, je peux continuer avec d'autres choses que j'aime et que j'ai pas chez moi, hein^^


 


Tu n'oserais pas ! (qu'est-ce que je raconte...)


 


VINCE : Merci pour ce très bon article, ça fait du bien de lire ça dans le Monde...


 


XAVIER et ARBOBO : Entièrement d'accord, et ça rejoint un peu ce que je disais sur l'éclectisme lié aux émotions, et pas
seulement à telle différence de genre... Sonic Youth et les Smiths, c'est du "rock indé", mais on y cherche (et trouve) absolument pas la même chose... 


Les Smiths et Mötley Crue, c'est du rock, mais j'imagine plus facilement un fan des Smiths être sensible à Chopin ou Chet Baker qu'à Motley Crue...


 


DIANE C : Pas mal, Marvin Gaye et Godspeed... 


 


PIETRO : Je vois qu'on a des grands écarts assez similaires... (enfin, pour le comm 57, pas le 58, hein !) (ouf, ma
couverture reste intacte... je vais pouvoir lancer la phase 2 des "Cartes d'Identité Musicale" sans éveiller le doute...)


 



arbobo 18/04/2011 21:58



mec, tu viens de griller ta couverture, maintenant on sait que tu bosses pour les forces spéciales et que tu t'entraines à résister à la torture


c'est con de finir sa carrière comme ça, désolé sergent



Pietro 18/04/2011 21:31



Sinon pour la déconnade, Captain Beefheart et Céline Dion, et Brutal truth et Barbelivien.



Pietro 18/04/2011 20:25



En ce qui me concerne, ce sont les pièces pour piano de Chopin et Slayer (je me passe les Nocturnes puis j'enchaîne sur le "Reign in blood"). Sinon Sonic Youth et Chet Baker, les Beatles et
Dälek, Cohen ou Drake et Zappa.



arbobo 18/04/2011 19:09



ben alors bambino, qu'est-ce que j'ai dit??????????????


 


(ce que je disais est un peu exagéré, mais Brel est pour moi dans un ensemble asez large de très bons à grands chanteurs où je mets Montand, Barbara, Reggiani, Greco, Trenet, jeanne moreau... la
catégorie au-dessus c'est gainsbourg, bobby lapointe, et peut-être brassens)



diane cairn 18/04/2011 18:28



amalia rodriguez et sick of it all


marvin gaye et godspeed you black emperor



Guic' the old 18/04/2011 15:59



@arbobo: "Jacques Brel versus Dalida (j'ai une préférence pour la seconde, d'ailleurs)"


N'envisage même plus de m'adresser la parole ne serait-ce qu'une fois de nos vies respectives.



arbobo 18/04/2011 15:02



bien vu xavier,


l'écart peut aussi bien être entre des styles incommensurables (à quoi bon comparer le classique, le jazz, le rap, en tant que genres, si ce n'est pour exprimer des préférences individuelles),


là on est dans l'éclectisme brut, disons,


le grand écart c'est aussi entre des registres (comme on parlerait de registres de langue) voire des degrés de légitimité si on va par là : Jacques Brel versus Dalida (j'ai une préférence pour la
seconde, d'ailleurs), black eyed peas vs Michael Jackson, ou... Grégoire vs Berrtand Belin (ça je edmande à voir, j'ai pas encore croisé l'&étrange phénomène qui les écouterait
indifféremment)



Xavier 18/04/2011 13:52



Article intéressant, mais attention à ne pas se tromper sur le sens de "grand écart musical". Instinctivement, je pense à la rencontre que j'ai faite avec Damien, pote de mon groupe, où j'avais
été bluffé par le fait qu'on aime tout les deux à la fois Mogwai et Alela Diane. Cela correspond à priori à l'idée développée ici de grand écart musical, et pourtant: arpèges, coté mélodique et
mélancolique, le rapprochement peut se faire. Si je cite Nine Inch Nails et Cat Power, on peut quand meme les rapprocher par un "ton" (je ne sais comment mieux le dire) commun....


du coup moi, le vrai grand écart serait de trouver un groupe pop, fun, sans aucune felure, dont je sois fan. Belle and Sebastian? je suis surtout fan du Boy with Arab Strap, qui est assez
mélancolique... etc etc... je cherche et je reviens, mais pas sur que je trouve un grand écart de "tonalité". Pour toi GT, je pense qu'un Portishead vs James Brown, ca le fait !!



Dahu Clipperton 18/04/2011 00:05



...pis vu que j'ai l'occase de sauter une page, hop.


...


...


...


Fairport Convention / NTM, ça marche aussi ?



Dahu Clipperton 18/04/2011 00:02



Nan mais c'est trop fastoche ton truc


Hop, je jette un oeil à ce que j'ai chez moi :


The Stooges / Cocteau Twins


Wu-Tang Clan / David Crosby


The Damned / Steely Dan (Aja, tant qu'à faire^^)


Daft Punk / Kevin Coyne


Kiss : Love gun / Talk Talk : Laughing stock


The Beach Boys / Univers Zéro


...


Après, si tu veux, je peux continuer avec d'autres choses que j'aime et que j'ai pas chez moi, hein^^



Vincent 17/04/2011 22:32



Rien à voir, mais je viens de tomber sur un article du monde diplo datant d'un peu plus d'un an sur le téléchargement, et qui fournit une argumentation assez serrée et bien illustrée sur le
sujet.


 


http://www.monde-diplomatique.fr/mav/109/CHEMLA/19340#nh3



Guic' the old 17/04/2011 15:43



Grand écart temporel.


 


On est en 2011, j'ai moins de 30 ans, et hier j'ai acheté un 45 de Echo & the Bunny men.



GT 17/04/2011 12:45



MMARSUP : C'est justement parce qu'il y a eu une époque avec des clans assez marqués que ce jeu n'est pas "privé de sens", à mon
avis...


 


DIANE C : Ah non, pas Sardou et Céline Dion...


 


LOU : Pas mal, le U2 et Ligeti...


 


VINCE : J'ai toujours envie de parler de cette pièce, donc pas de problème, je vais le faire...  



GT 17/04/2011 12:39



THOM : Excellent^^


 


Du coup, moi aussi je vais jouer... mais bon, je ne vais tout de même pas flooder mon propre blog, donc je les mets dans un commentaire :


 


Jay Jay Johnson et Jay Jay Johanson


 


Peter, Björn & John et Peter, Paul & Mary


 


Le Scott Walker 60's et le Scott Walker 90's  


 


Where the Wild Roses Grow


 


Carlos le chanteur et Carlos le terroriste


 


America et Spain


 


New York Dolls et L.A. Guns


 


Franck Black et Black Francis


 


Mono et Stereo Mc's


 


The Black Angels & The Angels of Light


 


Ryan Adams & Brian Adams


 


EL-P et ELP


 


Massive Attack et Nuclear Assault


 


Jim Noir et Jack White


 


Alpha et The Beta Band



Vincent 17/04/2011 12:21



Ah, mon message était plutôt ironique, mais écoute si tu en as envie ce serait parfait ! Sinon, n'ai pas trop peur pour mes oraux je saurai doser la naïveté
"tout-ce-qui-est-écrit-sur-le-net-est-vrai" et le modernisme des moyens de communications.



diane cairn 17/04/2011 12:02



la comme ça en grand ecart je dirais


agathocles et eric satie


jamelia et atari teenage riot


ultraphonist et louis armstrong


chet baker et galeon


dengue fever et iron maiden


biohazard et vic chestnutt


le gamelan, bollywood, le no, la kora, l'oud, le fanta bottle, la bossa nova, le ragtime, le yoik, le pipa, le klezmer, le khen, les chants trditionnels ainu, geinoh yamashiroigumi, la polka, la
country, les chants cajun, boulez et stockhausen, pierre henry,


je peus continuer longtemps comme ça, tout ne se vaut pas mais il y a du bon dans tout la je viens de decouvrir avec 2 ans de retards la new rave j'etais fan de new beat mais d'ebm et d'indus
aussi et je peus fondre sur certains morceaux de sardou ou de celine dion... la musique parle avant tout et j'ai abandonné la catégorisation, j'écoute, ça me parle ou non voilà tout je peus
adorer un concert d'apocalytica comme être déçu de mark lanegan, aimer suuns et marissa nadler, m'étonner d'un concert de chant shamanique coréens et m'emmerder à un concert/danse de
barhathanyam, suivre avec interet une chanteuse de fado et me defouler sur du deicide.



mmarsupilami 17/04/2011 12:01



Ce jeu est un peu privé de sens.


Souvenez vous de la grande époque au  début des réseaux sociaux musicaux. Des chercheurs ont établi des cartographies du rock and roll montrant comment se fédéraient les genres et, surtout,
quels groupes passerelles permettaient de relier entre eux des groupes qu'on n'eusse jamais imaginé voir fricoter ensemble. Ce fut même un jeu à une époque sur emusic . Un outil automatique vous
renseignait : si vous aimiez X, les statistiques laissaient présager que vous pourriez aimer  Z; et, si vous ailmiez Z, il y avait des chances que vous pyissiez aimer Y. Des réseaux parfois
étonnants se créaient ainsi...


Le jeu était de mettre en relation des groupes improbables. Pour quasiment tous, on trouvait tujours bien un groupe lien.


Les vrais grands écarts de l'époque étaient dans les attitudes et ils relèvent de l'époque dévolue des clans dans le monde du rock. Aujourd'hui, tout le monde cohabite.


Ecart historique, donc : réaliser une interview du groupe fétiche folk Malicorne en étant en habits de ville punk, T-shirts troués, cheveux rasés, badges nazis, godillots (contre foulards mauves,
sabots et longs cheveux).  Et terreur dans les yeux des vieux hippies face aux nazillons qu'ils imaginaient être leurs interlocuteurs!!!



Thom 17/04/2011 08:54



(ah merde, je me suis gouré...)



Thom 17/04/2011 08:54



Phil Collins et Supertramp



Thom 17/04/2011 08:54



Phil Collins '81 et Phil Collins '11



Thom 17/04/2011 08:53



Phil Collins et Mötörhead



Thom 17/04/2011 08:53



Phil Collins et Marduk



Thom 17/04/2011 08:53



PiL et Phil Collins



Thom 17/04/2011 08:52



Michel Sardou et Love



Thom 17/04/2011 08:52



Section d'Assaut et Queen



GT 17/04/2011 01:32



CHRISTOPHE : Tu m'as fait peur avec ton premier commentaire... mais je savais que tu n'y résisterais pas^^ (j'aime
particulièrement le "je suis fan de Smog et je déteste Bill Callahan")



Christophe 16/04/2011 23:45



Déchirure du périnée


 


J'ai un tee-shirt de Front 242 et une casquette d'Hélène et les garçons.



Christophe 16/04/2011 23:42



Saut périlleux


 


J'ai un disque de Johnny Hallyday et j'en ai plusieurs de M.



Christophe 16/04/2011 23:40



Le sampa, c'est sympa


 


Je suis capable de sautiller de la disco comme une pupute en plein milieu d'un concert des Jesus & Marychain à l'Élysée Montmartre en 1992. 



Christophe 16/04/2011 23:38



2000 light years


 


J'apprécie à la fois GT et Thom.


 


Quand je vous dis que je bouffe à tous les rateliers !



Christophe 16/04/2011 23:36



Slam depuis le mur d'enceintes


 


Début septembre 1980, à l'Euromarché de la Porte d'Aubervilliers, j'ai acheté les deux premiers 45T de ma vie (pas que j'avais, que j'achetais, avec mon argent à moi).


Y avait One step beyond, de Madness.


 


...


 


 


...


 


Et Funky Town...


 


...


 


Ah j'vous avais prévenu hein !



Christophe 16/04/2011 23:34



Pas de bourrée


 


J'ai une cassette Agfa 90 enregistrée en 1982 avec en face A Pierre Henry (Musique pour le temps présent) et en face B News of the world (Queen).


Ah b'en ça, je vous l'avait dit que quand je dirai des trucs vrais, ça paraîtrait quand même bidon.



Christophe 16/04/2011 23:31



Moonwalk


 


J'adore Prince et je ne déteste pas Jackson (ah b'en ui, y a parfois des super grands méga écarts)