Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Playlist 2020

Classements d'albums

17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 21:33
Cela fait un an que je pense à ce projet, que d'autres occupations ne m'ont pas permis encore de concrétiser, mais maintenant que j'ai le temps, je vous le soumets. Avant d'expliquer de quoi il retourne, les 3 constatations qui m'ont amené à cette idée sont les suivantes :

1. Il faut aider les labels indépendants, qui semblent souvent un peu perdus sur le net.
2. Lorsqu'on se donne du mal, sur son blog, pour faire découvrir des artistes, il est dommage de ne pas en être un minimum récompensé.
3. Les services de presse des labels et les intermédiaires entre labels et sites manquent souvent d'efficacité.

Lorsque vous avez un blog musical qui marche pas trop mal, on vous envoie des CD loin de votre univers musical (pitié, arrêtez de m'envoyer du sous-BB Brunes), et on pollue votre boîte mail avec des tas d'infos et propositions qui ne vous concernent pas (expos à 200 km de chez moi, billets pour des petits concerts à Paris - alors que je vis dans le sud de la France - pour des groupes qui ne m'intéressent pas...)  Les intermédiaires qui font la promotion de tel ou tel album ou artiste semblent ne pas avoir plus écouté l'album que lu le blog auquel ils s'adressent. Et puisque j'écoute des centaines d'albums par an, et répertorie tout au long de l'année depuis 3 ans les notes d'une quarantaine de blogueurs dans le CDB, je me dis que je ne serais pas trop mal placé pour servir d'intermédiaire entre blogs et labels. 

Le principe de ce projet, "musiconneXions", c'est de proposer des partenariats entre blogs et labels. La plupart d'entre-nous refusons de mettre des fenêtres de pubs sur nos blogs, tout simplement parce qu'on n'a pas vocation à faire vendre des assurances, des bagnoles ou du jambon et que l'on préfère - moi le premier - ne pas gagner d'argent du tout avec son blog que d'en gagner de cette manière. Par contre, de la publicité "ciblée", qui correspond à nos goûts et, donc, à ceux de nos lecteurs, serait bien plus pertinente. De toute façon, c'est ce que l'on fait déjà, lorsque l'on se lance dans une critique enthousiaste de tel ou tel album. 
Le principe serait donc que chaque blogueur puisse avoir un partenariat "privilégié" avec un ou deux labels, et des labels qu'il apprécie particulièrement, qu'il veut défendre et promouvoir. Le blogueur met en évidence, en haut d'une colonne de son blog, la pochette d'un disque du label "partenaire", avec lien vers une chronique et le site du label.
Je n'ai pas le blog le plus lu de la blogosphère, mais en bientôt 4 ans d'existence, près d'1 million de pages de mon blog ont été vues. Ce n'est pas rien, comme visibilité, pour un label - et particulièrement un petit label. Si un label qui me plaît - par exemple, Warp - avait eu ses albums mis en évidence et vus un million de fois sur mes pages, ce n'est pas négligeable comme pub (même s'ils n'ont bien entendu pas besoin de moi ou des blogueurs pour exister). Si votre blog est assez récent ou s'il est beaucoup plus confidentiel, si vous n'avez qu'une centaine de pages vues chaque mois... ce n'est pas énorme, mais ce n'est pas rien non plus pour un petit label.

Comment se déroulera ce projet ?

1. A vous de me dire si vous voulez en être, et n'hésitez pas à me faire des suggestions, de donner votre avis, vos critiques, ils sont les bienvenus.
2. Je contacterai dans les jours qui viennent de nombreux labels, pour voir ce qu'ils en pensent et lesquels sont intéressés.
3. Vous me direz ensuite quels sont les labels que vous préférez (sinon, je mettrai aussi des liens vers les catalogues d'artistes de labels, que vous puissiez faire votre choix), puis vous me communiquerez vos coordonnées par mail, coordonnées que je ferai passer aux labels pour qu'ils vous envoient des albums.
4. Je me chargerai de mettre en relation blogueurs et labels, et de "négocier" des partenariats.
5. Une fois un partenariat trouvé, le blogueur s'engage à laisser en évidence en haut d'une colonne de son blog la pochette d'un disque du label, avec lien vers une chronique. Le partenariat dure tant que le blogueur et le label le souhaitent...   
6. Les labels me proposeront des albums qu'ils souhaitent faire parvenir à des blogueurs, et je me chargerai de donner les adresses des blogueurs les plus susceptibles d'apprécier tel ou tel album (donc, avoir un partenariat avec un label n'est bien entendu pas "exclusif" dans le sens où d'autres labels pourront vous envoyer des disques, s'ils correspondent à votre univers musical).

Quelques questions inévitables...

Ces partenariats ne risquent-ils pas de nous faire perdre notre indépendance ?
Absolument pas. C'est un point essentiel pour moi, il est hors de question que nous devenions des "plateformes promotionnelles" de labels, nous garderons la plus totale liberté de ton et de critique. On connaît tous les travers de la presse où l'on peut voir telle maison de disques qui achète des pages de pubs dans un magazine y avoir ses disques surévalués dans les chroniques... Il n'y a aucune obligation d'écrire des chroniques de tous les albums qu'on nous enverra, juste de mettre en valeur ceux que l'on apprécie sincèrement. A partir du moment où l'on a un partenariat avec un label dont on aime les productions, il est logique que l'on dise le plus souvent du bien de leurs albums. Plus que de la "publicité", ce sera une forme de "sponsoring" pour un label que l'on veut défendre.

Faut-il payer pour participer ?
Ce projet me demandera pas mal de travail, et, comme tout travail, il mérite salaire. Seulement, pas question de demander aux blogueurs qu'ils paient quoi que ce soit, ce sont les labels qui me financeront. Mon but n'est pas de m'en foutre plein les poches non plus - c'est pourquoi j'exclus les majors - mais avant tout d'aider les plus petites structures, en leur proposant des partenariats intéressants, beaucoup moins chers que de la pub, et plus rentables proportionnellement car mieux ciblés. Je pense demander 150 euros par an à 500 (pour ceux qui veulent s'investir plus et avoir les meilleurs partenariats) à chaque label désirant participer... le problème est qu'il y a de tout dans les labels, de très petits comme de très gros, et je ne veux pas non plus que les gros ne laissent que des miettes aux petits.

Quels blogs peuvent participer ?
Tous. Ou presque. Seules 4 conditions sont nécessaires :
1. Avoir un blog encore en activité (ça tombe sous le sens)
2. Respecter les règles des partenariats (donc, avoir en permanence la pochette d'un label partenaire en haut d'une colonne de son blog, je serai chargé de le vérifier et je viendrai mettre des coups de règles sur les doigts de ceux qui ne le font pas)
3. Avoir un blog qui parle de musique (et s'il ne parle pas que de ça, il faut que la musique y ait tout de même une place non négligeable)
4. Avoir un blog qui soit un minimum de qualité (bref, si tu as un skyblog écrit en SMS et si tes chroniques de disques se limitent à "C du bon son, tro kiffant, qui déchir a mor, laché vo com", passe ton chemin)

Qu'a-t-on à y gagner ?
La fierté de permettre aux labels qu'on aime d'être plus visible, et, plus prosaïquement, des CD. Maintenant, je pense aussi que des blogs qui ont une bonne audience mériteraient une petite rémunération (genre 5, 10 ou 15 euros par mois)... parce qu'avoir ces albums mis en évidence dans la colonne d'un blog qui a des dizaines de milliers de pages vues chaque mois, ce n'est pas rien. Je vais voir ça avec les labels.
Un des problèmes qui se pose à moi depuis le départ est le fait que si les labels sont prêts à offrir une rémunération, il leur faut des preuves de la bonne audience d'un blog. Et l'on ne peut savoir réellement quelles sont les audiences. Si je sais que je peux faire confiance à la plupart d'entre-vous, d'autres pourraient gonfler leurs stats et me dire qu'ils ont 1000 visiteurs uniques par jour alors qu'ils n'en ont que 100... de plus, les appareils de mesures du nombre de visiteurs des plateformes de blogs ne sont pas toujours très fiables. Donc, à moins que quelqu'un connaisse un moyen sûr d'évaluer ces stats, je me baserai surtout sur le bon référencement d'un blog, la qualité de ses articles, son rythme de publication régulier, le nombre de commentaires... le plus important n'est pas forcément la quantité de visiteurs, mais la confiance que l'on peut apporter à un blogueur. Mieux vaut un blog qui a 150 visiteurs uniques par jours et qui est de qualité qu'un blog à 800 visiteurs par jours sur lesquels on passe rapidement parce qu'il est bien référencé, mais dont le contenu est assez pauvre.

Est-ce que tout ça est bien légal ?
J'ai contacté le type qui s'occupe de la pub chez Over-Blog, et il m'a expliqué que, normalement, ces pratiques n'étaient pas vraiment autorisées, parce qu'elles concurrencent leurs propres partenariats publicitaires, mais qu'elles étaient tolérées, parce qu'ils ne peuvent faire autrement. Il me disait : "on sait bien, quand on voit sur des blogs cuisine une blogueuse mettre en évidence tel autocuiseur que c'est parce que la marque lui en a envoyé un. Mais on ne va pas se mettre à interdire ça, sinon les blogueurs partiraient tous de chez nous pour aller chez des hébergeurs qui l'autorisent."
De plus, un autocuiseur de telle marque mis en évidence sur un blog où il est question de recettes de cuisine, on peut se douter qu'il y a derrière de la pub... mais un album sur un blog musique, rien de plus normal. Mettre en évidence la pochette d'un album qu'on apprécie réellement, est-ce vraiment à considérer comme de la pub...

Pourquoi m'inscrire à ce projet au lieu de démarcher seul les labels ?
Parce que les labels feront beaucoup moins confiance à un blogueur isolé qui tenterait de se "vendre" en leur certifiant qu'il a beaucoup de lecteurs, qu'à ce projet où je garantis un suivi des partenariats et où je leur mâche une bonne partie du travail.

Pourquoi cette idée me tient à coeur ?
Parce que c'est bien joli, comme je l'ai si souvent fait, de gueuler contre les politiques des majors. Mais il faut aussi agir plus concrètement, et trouver des moyens d'aider au mieux les labels indépendants. Et puis... labels indépendants et blogs musicaux sont faits pour se rencontrer, travailler ensemble, car ce qui nous relie est - en général - la passion de la musique plutôt que celle du profit. Personne ne gagnera des millions dans ce projet, mais tout le monde pourra y trouver son compte.

A vous de me dire si vous êtes intéressés...
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 09:27
Comme promis, Christian a formulé dans un article ce qu'il cherche à nous expliquer depuis un moment... et comme promis, j'y consacre un article pour vous inviter à aller le lire, c'est sur Chants Ethérés.
Malheureusement, il a fermé les commentaires, impossible de lui répondre directement, donc je vais le faire ici...

1. Je ne comprends pas comment on peut critiquer si durement un système qui exclurait bon nombre de gens... tout en faisant l'apologie d'un autre qui en excluait beaucoup plus ! Car maîtriser le HTML et le CSS, ce n'était pas à la portée de tout le monde, ça demandait du temps, des compétences techniques... et à moins de penser qu'internet a pour vocation d'être la chasse gardée d'une poignée de nerds, on ne peut que se réjouir de la plus grande simplicité du web 2.0

Lorsque j'ai voulu créer un site pour parler de musique, j'ai galéré, et fini par renoncer, car je suis loin d'être une brute en informatique. Je n'y suis revenu qu'en découvrant les blogs et leur facilité d'utilisation. C'est bien parce que le net s'est "démocratisé" que tout le monde peut créer son blog.

2. Christian a souvent insisté dans d'autres débats sur l'importance du temps libre qui permet à certaines classes sociales d'acquérir une plus grande culture que d'autres. Pourtant, dans le web 1.0, seuls ceux qui avaient du temps - ou une formation en informatique - pouvaient se démerder pour apprendre le HTML et créer leurs sites. Un passionné de musique qui n'était pas journaliste, qui ne faisait partie d'aucun réseau, avait un travail qui lui prenait une bonne partie de son temps et aucune connaissance en informatique avait ainsi peu de chances de pouvoir partager sa passion sur le net en créant son propre "espace". Il était exclu... maintenant, il ne l'est plus... où est le problème ?

3. Cette idée d'une petite aristocratie de blogueurs qui "survivent" et monopolisent le monde des blogs me semble vraiment discutable... ça veut dire quoi "survivre dans la blogosphère" ? Il n'est pas question ici de vie ou de mort... et où placer le curseur ? On survit si l'on a plus de 1000 visiteurs par jours ? Plus de 500 ? plus de 100 ? Plus de 50 ? Plus de 10 ? Certains blogueurs ont 300 visiteurs par jours et en voudraient beaucoup plus, d'autres en ont une vingtaine et en sont satisfaits... De chacun selon ses moyens, a chacun selon ses besoins, comme dirait l'autre... Tenir un blog, ce n'est ni un métier, ni un sport de compétition. Il est plus difficile d'être lu maintenant qu'avant ? C'est justement parce que la blogosphère s'est démocratisée, parce qu'il y a une quantité innombrable de blogs, qu'il est beaucoup plus difficile d'être bien référencé... et alors ?

4. Enfin, si Christian dit certaines choses tout à fait intéressantes, le problème, c'est qu'il tombe dans des généralisations totalement abusives qui sont incapables, du coup, de saisir la réalité protéiforme de cette blogosphère où l'on trouve vraiment de tout.
Ce qui est même absurde, c'est qu'il vient souvent en parler par ici en nous prenant à partie, alors qu'on est justement le parfait contre-exemple de ce qu'il dit. Dans notre "communauté" de blogs (si l'on peut parler de communauté), il y a de tout... des "poids lourds" qui ont des milliers de pages lues chaque jour et publient très régulièrement, d'autres qui publient très peu et n'ont qu'une poignée de visiteurs, des érudits comme des fans de rock plus "bourrins", des amateurs de musique qui connaissent tout de Mahler, Debussy et Bartok comme d'autres qui n'ont jamais entendu du classique ailleurs que dans des publicités pour du parfum, des blogueurs qui écrivent avec style et d'autres fâchés avec l'orthographe etc... et tout le monde a sa place, la possibilité de donner son avis, de me contredire, de discuter et débattre... et de voter pour le classement des blogueurs ou les B.A.D... La note d'un blogueur qui a 500 visiteurs par jours, une grande érudition, et écoute 300 albums par an compte autant que celle d'un blogueur qui n'a que 5 visiteurs uniques, écoute une dizaine d'albums dans l'année et n'a jamais entendu parler d'Autechre. Ce qui nous relie tous, c'est avant tout la passion pour la musique, l'envie de la partager et d'en discuter, bien plus que des histoires de blog-rank ou de ce classement wikio qui ne signifie pas grand chose. On a tous - enfin, je l'espère - une vie en-dehors des blogs, et si l'on s'y retrouve, l'envie de découvrir et partager de la musique est bien plus importante que celle de voir ses stats grimper en flèche... sinon, tout ça n'aurait aucun sens...
Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'existe pas de concurrence, de hiérarchie ou d'inégalités dans la blogosphère, loin de là, juste qu'on peut parfaitement "survivre" sans s'en préoccuper, et s'intégrer dans une communauté sans avoir un blog qui casse la baraque.        
 
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 12:23
Comme promis, le compte-rendu de Monsieur Jean-Pierre Morignard, membre du cabinet conseil "Blog Brothers", spécialiste ès blog-marketing, et auteur des trois ouvrages de référence suivant :

Morignard, Jean-Pierre -  Essai de modélisation des logiques concurrentielles de la blogosphère,  Les Editions du Brochet, Paris, 2006
Morignard, Jean-Pierre - Etude structurelle et algorithmique de la dynamique des réseaux à l'ère du web 2.0, P.U.F., Paris, 2007 
Morignard, Jean-Pierre - Introduire son blog en bourse pour les nuls, Editions First-Gründ, Paris, 2009

Voilà donc ce qu'il a retenu de vos divers blogs musicaux :

Dr. Franknfurter : Ecrire en gris sur fond gris, avoir un nom de blog imprononçable, parler de nanars, de jazz, de disques inconnus, de groupes rock inaudibles... moi, tout ce que je vois ici, c'est un blog qui me crie "Me lisez pas ! Me lisez pas !" Qu'il soit rassuré, je ne le lis pas, et, d'ailleurs, je pense que personne n'a envie de lire un blog pareil. Seuls quelques blogueurs obsédés par l'idée de laisser des liens vers le leur laissent un petit commentaire, et il ne pourra jamais attendre mieux s'il ne se décide pas à revoir de fond en comble sa stratégie. Une stratégie d'autant plus consternante qu'il n'écrit pas trop mal, qu'il a de l'humour... mais ça, personne ne le saura jamais tant qu'il ne se remettra pas en question, puisque personne n'a envie de s'arracher les yeux pour lire des billets sur des albums ou films qui n'intéressent que monsieur Nfurter. La seule utilité de ce type de blog, c'est de servir de modèle pour comprendre ce qu'il ne faut surtout pas faire lorsqu'on se lance dans ce vaste marché en pleine expansion qu'est la blogosphère.  

Note : 1/10

Yosemitefolksinger : Je pensais qu'on ne pourrait jamais faire pire que le blog de Dr. Franknfurter en matière de marketing bloguien, je me trompais. Voilà le cas le plus désespéré qu'il m'ait été donné de voir dans toute la blogosphère. Un nom tendancieux et segmentant (sionisme ou second-degré antisémite ? A mon avis, rien de tout ça, le blogueur n'a sans doute même pas réalisé ce que son nom pouvait suggérer), et, là aussi, le pire design qu'on puisse imaginer : des textes en gris clair sur du gris foncé... ça lui coûterait quoi, de mettre une jolie image de paysage aéré et légèrement bleuté en fond, avec un texte en blanc ? A part une augmentation massive de sa clientèle ? Mais ça, Monsieur Folksinger ne semble pas en vouloir. Un rythme de publication proche du néant (un article par mois lorsqu'il est en forme), bref, c'est terne, vide, un blog qui semble nous dire "Lisez-moi si vous voulez vraiment vous emmerder et vous morfondre avec moi". Je n'ai même pas lu le contenu, la simple vue de la page d'accueil ne donne qu'une envie : fuir ! Je recommande vivement à ce monsieur Folksinger de prendre rendez-vous avec un des conseillers de notre cabinet Blog Brothers, il y a tout, mais vraiment tout à revoir sur son blog !

Note : 0/10  

Arbobo : Là, on a déjà du mieux : des articles très réguliers, un design plutôt attractif, du blanc pour aérer... on respire, après les deux sinistres blogs précédents. Mais voilà, c'est toujours le même problème lorsque l'on laisse les blogs à des amateurs, même quand il y a volonté de bien faire, il y a toujours des erreurs grossières et rédhibitoires que voit n'importe qui ayant un minimum de connaissance des fondamentaux du blog, le marketing ! Comment peut-on choisir comme pseudo et nom de blog "Arbobo" lorsqu'on sait bien que le "bobo" est un actuellement un repoussoir universel ? Pour les gens de droite, le bobo, c'est l'ennemi, la gauche-caviar devenue gauche-"caviar bio", le donneur de leçons qui ne connaît rien de la réalité difficile des gens qui se lèvent tôt. Pour les gens de gauche, il n'y a rien de pire que d'être considéré comme un "bobo", ce qui signifierait que l'on est complètement coupé de la base, de ce prolétariat qu'on défend et que l'on prétend comprendre. Pour les rockeurs, c'est le petit bourgeois précieux et ridicule qui est loin de leur univers de bière, de sang et de sueur. Pour le folkeux, c'est celui qui n'est pas vraiment "roots", une pièce rapportée en quête d'une authenticité qu'il n'a pas, etc, etc... je pourrais prendre chaque catégorie d'individus, le bobo est toujours le repoussoir. Tout le monde le sait, sauf Arbobo, qui aurait dû, comme tout bon blogueur moderne, faire une étude de marché afin de choisir le meilleur nom possible, pas le pire ! De plus, ce monsieur Arbobo s'adresse à des clients du milieu rock et folk indépendants. Et vante les mérites de chanteuses carlabruniennes... Il est là encore évident que Carla Bruni est devenue un des plus grands repoussoirs pour son coeur de cible. Dommage, vraiment, qu'il y ait d'aussi grosses erreurs stratégiques.

Note : 4,5/10  

Pop-hits : Le plus grand gâchis de la blogosphère. Et je pèse mes mots. Un excellent titre de blog, parce que "pop" et "hits", voilà des mots que le grand public qui cherche de la musique peut être amené à taper (alors que personne ne tapera spontanément "Dr. Franknfurter" "Arbobo" et encore moins "Yosemitefolksinger"). Mais, surtout, un humour, une férocité, un style, une faconde qui lui permettraient sans peine d'être le "roi" de la blogosphère musicale... s'il n'allait pas gaspiller son talent à flooder chez les autres pendant des heures alors qu'il ne publie qu'un article par mois ! Mais bon dieu, qu'il floode chez lui au lieu d'augmenter les commentaires et les stats de ses concurrents ! C'est d'ailleurs une des toutes dernières tendance bloguienne, le "self-flooding", où comment donner l'illusion que son blog intéresse plein de monde en y ajoutant des tas de commentaires sous divers pseudos. Faut vous tenir à la pointe, les gars, si vous voulez atteindre les hautes sphères de la blogosphère !
Bref, je m'interroge vraiment sur ce monsieur Cavallero. Un grand malade ou un abruti de première ? Parce que bafouer de la sorte toutes les règles élémentaires du blog-marketing, c'est hallucinant ! Et je ne parle même pas de tous ces articles sur des pochettes d'albums ringardes dont tout le monde se contrefout alors qu'il a tant à dire sur les albums et artistes qui passionnent les fans de rock. 

Une note : 1,5/10 (pour le style, et le nom, et c'est tout)

Libellus : Pffff... que dire... pour en dire quelque chose, encore faudrait-il comprendre ce dont il est question sur ce blog. Autant dans la forme que le fond, c'est du grand n'importe quoi. Du surréalisme, de l'ellipse, de la poésie ? Mais enfin, ces choses-là n'ont rien à faire sur le net ! Le blog, c'est un business sérieux... on ne devrait pas laisser ce type de blogs polluer le web. Vivement que les plateformes de blog imposent un examen d'entrée aux apprentis blogueurs, que l'on en finisse avec cet amateurisme qui décridibilise le marché !
Pourtant, on avait ici un design correct : des photos, des écoutes, du blanc, c'est aéré... bref, tout est bien lisible, sauf ses textes...

Une note : 1/10 

Laisseriez-vous votre fille coucher avec un rock-addict... C'est à croire qu'un blogueur concurrent lui a refilé ce nom pour couler son blog. Imaginons un visiteur qui tomberait chez lui, qui trouverait son blog pas trop mal... mettons qu'il veuille y revenir une semaine plus tard, rien que l'idée de taper le nom du blog (s'il s'en souvient) dans un moteur de recherche, il abandonne ! On est dans l'ère de l'hyper-communication, de l'information en temps réel, de la vitesse à tout prix, personne n'a de temps à perdre pour taper des noms pareils, ni les garder en mémoire !
Deuxième point préoccupant, monsieur "The Old" ne cesse - chez lui et chez les autres - de s'auto-flageller, et de tendre la bâton pour que tout le monde le batte. Il passe son temps à avouer qu'il aime des trucs "honteux" (Mötley Crue, BB Brunes, Billy Idol, Libertines, Buffy contre les Vampires...), qu'il ne connaît pas tel grand classique du genre dont il prétend avoir des choses à dire... mais que l'on aime des trucs honteux ou que l'on ait de grosses lacunes, on s'en fout ! Le but, c'est de donner l'impression d'être au top dans son domaine d'expertise, puis d'écraser la concurrence, pas de crier à la concurrence "Ecrasez-moi, je ne suis qu'une merde !"

Une note : 1,5/10   

Le Golb : Ah, enfin un bon p'tit gars qui a tout compris des règles du blog-marketing :
1. Des classements, des concours (le top of the flops, c'est très bien, flatter les bas instincts, rien de tel pour vendre), bref, de l'interactif, essentiel à l'ère 2.0. 
2. Un nom court, qui sonne bien et que l'on tape facilement sur les moteurs de recherche.
3. Un très bon rythme de publication, de la diversité dans les choix de sujets, des chroniques, des éditos, et, surtout, le Golb a su trouver un très bon créneau, moderne, où il y avait un vrai déficit d'offre par rapport à la demande : les chroniques de séries.    

Et pourtant, là encore, tout est bêtement gâché par une faute impardonnable... le fond grisâtre ! Le gris, c'est tout de même le pire code couleur. Tout ce que ça évoque, c'est la tristesse, la morosité, la saleté... bref, le gris, c'est terne, c'est laid ! Evident pour tout le monde, sauf le propriétaire du Golb et quelques autres blogueurs qui ne comprennent rien aux codes couleur. On ne leur demande pas de passer au rose fluo, mais un agréable petit fond blanc, c'est le minimum ! Le blanc, c'est propre, c'est rassurant. Ou du bleu clair, le bleu, c'est apaisant. Quand vous recevez des gens chez vous, le sol n'est pas gris de poussière, non ? Alors pourquoi les recevoir sur son blog de cette manière ?

Note : 6/10

7and7is : C'est à croire qu'ils le font exprès, ou que je suis tombé sur une communauté de blogueurs daltoniens... du gris, du gris, et encore du gris ! A moins que ce ne soit une petite bande de blogueurs dépressifs... Là aussi, du gâchis, vraiment, parce qu'il y a quelques bonnes choses : pas mal de photos, des vidéos - ce qui permet tout de même de contrebalancer légèrement la morosité du gris - mais bon, peu importe ce monsieur ne désire pas vraiment être lu, entre la tristesse du gris et son rythme de publication trop paresseux, il a peu de chances d'attirer des visiteurs ou d'être bien référencé.

Note : 2,5/10  

Le Bal des Vauriens : voir 7and7is, mêmes défauts, même note.

Jécoutedelamusiquedemerde... On veut bien le croire, puisque personne ne semble connaître les groupes dont il parle, et personne n'a envie de les connaître non plus tant ils sont confidentiels. Dommage, pourtant, car ici, la forme était pas mal : le fond bleu apaisant, des billets brefs et très réguliers, de nombreuses vidéos, des photos... Suffirait juste de remplacer les groupes anodins dont il parle par de vrais groupes pour avoir un blog musical correct. 

Une note : 2/10

Kill Me Sarah : Encore un cas pathologique. Pourtant, il y a du potentiel chez monsieur KMS : des billets très réguliers, pas trop longs, bien écrits (même si on regrettera le ton un peu trop "poétique", inadapté au monde des blogs). Un blog assez clair, aéré, des écoutes... bref, dans la forme, c'est bien, mais le fond, c'est une autre paire de manches. Le grand professionnel que je suis est allé jusqu'à écouter les titres qu'il propose... et dieu que je le regrette ! Des groupes sous tranxène incapables d'accorder correctement une guitare, des bidouillages électro de malades mentaux... bref, quand c'est pas lent et déprimant, c'est speed et inaudible. Ca lui ferait mal de penser un peu au public qui a envie d'écouter de jolies choses entraînantes ? Ca lui ferait mal de mettre un peu de Coldplay, de Coeur de Pirate, de Laurent Voulzy, de Pete Doherty, bref, des choses que tout le monde aime ? Non, monsieur KMS préfère rester avec sa petite poignée de clients snobinards et sociopathes, à s'extasier devant tout ce qui agresse les oreilles saines du public.
Plus grave encore... monsieur KMS va totalement à l'encontre d'un des préceptes de base du blog-marketing, respecté par l'essentiel des blogueurs : "je déteste mes concurrents et leurs goûts, mais je les flatte parce que l'essentiel est de se créer le plus grand réseau possible"... et lui n'arrête pas, chez l'un ou chez l'autre, de se foutre de leurs goûts et de balancer de laconiques "c'est de la merde"... Non seulement il cherche à se couper du public en diffusant des musiques inaudibles ou déprimantes, mais aussi des blogueurs ! Un blogueur misanthrope, c'est du non-sens total. Personne ne vous demande d'aimer les nullités qu'aiment les autres, mais faites comme tout le monde, suffit juste de dire "bel article, bravo", et tout le monde est content.  

Une note : 2,5/10 (parce que je suis sympa... contrairement à ce monsieur KMS)

Instant Critique : Peut-être le contenu de ce blog est-il très bien, j'en sais rien... puisque ce monsieur ne veut tellement pas qu'on le lise qu'il a choisi la police de caractère la plus petite possible. Renonçant à l'idée d'aller chercher une loupe pour décrypter ses billets, j'ai laissé tomber.

Une note, quand même : 0/10  
  
Le Gueusif online : Passons sur le titre ridicule... Quelle mauvaise idée de ne laisser qu'un article sur la page d'accueil ! Il faudra expliquer à Monsieur Systool que l'internaute moderne, ce n'est pas un type qui a du temps à perdre à écumer les archives des blogs, ce qu'il lui faut, c'est au moins 5 articles sur la page d'accueil, ce qui multiplie par 5 les probabilités qu'il tombe directement sur quelque chose qui l'intéresse. Sachant que les "oeuvres" dont parle ce monsieur Systool sont assez segmentantes, c'est vraiment ne pas vouloir s'attirer des lecteurs ni les garder sur sa page d'accueil que de n'y laisser qu'un article.
Un bon point, tout de même, une fenêtre de pub qui montre que monsieur Systool cherche à rentabiliser sa pratique du blog... sauf qu'elle est en plein milieu de sa page ! Si ça lui rapporte plus de la laisser là, pourquoi pas, mais ça m'étonnerait que son coeur de cible apprécie... 

Note : 2/10 

115th Dream : Un rythme de publication beaucoup trop paresseux... alors certes, la tenancière de ce blog a écrit qu'elle a eu un bébé il y a quelques mois, et trouvera sans doute cela comme excuse pour justifier de son faible rendement. Foutaises ! Quand on a un bébé, rien de tel pour alimenter son blog facilement, on publie des photos de l'enfant très régulièrement, tout le monde aime ça, c'est mignon, et c'est très vendeur ! Des photos de bébé qui dort, de bébé dans les bras de maman, de bébé qui boit son biberon... et on le fout dans la baignoire, avec un billet accroché à une canne à pêche, ce qui amusera tous les fans de rock qui la lisent ! S'emmerder à écrire un article sur José Carlos Somoza (!) - et emmerder ses lecteurs par la même occasion - alors qu'en deux secondes, suffit de prendre une photo du marmot et de la publier, faut vraiment n'avoir rien compris aux fondamentaux du blog-marketing... Et quand on est une jeune femme, on publie des photos de soi sur son blog, c'est la moindre des choses pour fidéliser le lectorat masculin !

Note : 1,5/10

Jazz, Blues & co : Toujours la même histoire sur vos blogs : soit le fond est bon, mais la forme est nulle, soit c'est l'inverse. Comme ici. Pas de longs textes ennuyeux ni de design pourri, mais beaucoup de photos, d'écoutes, de vidéos (le nerf de la guerre du monde des blogs), des couleurs plutôt sympathiques et attrayantes... sauf que les musiques dont il est question n'intéressent personne ! Des trucs hyper-ringards (jazz, blues, bossa)... où sont les nouveautés excitantes qui font le buzz actuellement ?

Note : 2,5/10

Chants Ethérés : Même problème que Jazz, Blues & Co, la forme est pas mal (couleur sympathique, articles courts, liens nombreux, photos, texte clair et compréhensible) mais encore, une fois, des musiques ringardes qui ne risquent pas d'accrocher le grand public. A quoi ça sert de soigner la présentation si c'est pour parler de choses que personne n'a envie de lire ?

Note : 2,5/10 
   
Berceuse Electrique : Et encore du gris sur fond gris ! Non, vraiment, il y a trop de cas désespérés dans ces blogs musicaux, je vais arrêter ici ce compte-rendu, au risque de répéter encore et toujours les mêmes règles de base pour vos blogs d'amateurs.

Note : 0,5/10

Pour terminer sur une petite note positive, il y a aussi quelques blogs qui s'en tirent pas trop mal (Alternative Sound, BlinkingLights, Chez Vaness, The Man of Rennes...), où je n'ai pas relevé d'erreurs stratégiques aussi graves que celles dont je viens de parler (mais bon, on reste encore très loin des vrais pros de la blogosphère).

Voilà, ne me remerciez pas pour tous ces précieux conseils qui vous permettront d'optimiser votre pratique du blog. J'espère que l'auteur du blog qui m'accueille aura au moins retenu ce dont je lui parlais précédemment : ne surtout pas livrer ce long compte-rendu dans son intégralité, ce serait bien trop indigeste et totalement contre-productif, mais vraiment en faire plein de petits billets : un billet pour chaque blog analysé !
Je travaille sur un compte-rendu plus détaillé des défauts majeurs de son propre blog, et je lui livrerai très bientôt...
Partager cet article
Repost0