Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Playlist 2020

Classements d'albums

11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 15:27

Pamela Hute - Turtle Tales from Overseas    WM / 2010

 

L'album en écoute sur deezer.

    

"PJ Harvey ne me fera jamais oublier Patti Smith". Voilà ce qu'on peut lire sur musicme de la part de la chanteuse du trio rock français Pamela Hute (je précise "français", car je ne m'en serais pas douté à la première écoute, ce qui est plutôt un compliment...) Mais balancer un truc pareil, c'est vraiment donner le bâton pour se faire battre. Car tout ce qu'on a envie de répondre à Pamela Hute, c'est : Pamela Hute ne me fera jamais oublier PJ Harvey. S'il y a quelques éléments dans leur musique qui font penser à du PJ (notamment sur You Made me a Lady et The Umbrella, des titres plutôt réussis dans leur genre, je les ai même mis dans ma radio), c'est du PJ tellement plus lisse et pop-rock que l'originale qu'ils souffrent vraiment la comparaison. Si j'étais salaud, j'irais jusqu'à dire "Pamela Hute ne nous fera pas oublier Mademoiselle K"...    

 

Turtle Tales from Overseas n'est pas suffisamment mauvais pour mériter un article dans la catégorie Poubelle aux côtés de Slash et Goldfrapp, ni suffisamment intéressant pour s'étendre dans une chronique plus détaillée... mais cette petite phrase, elle, mérite bien que l'on s'y attarde. 

Je sais pas vous, mais lorsque je lisais, dans ma jeunesse, des mags de rock et de nombreuses interviews de groupes, j'ai toujours été frappé par le fait que les groupes que l'on compare régulièrement à d'autres artistes plus prestigieux et toujours en activité rejetaient fréquemment la comparaison. Alors que n'importe qui doté de deux oreilles en état de marche pouvait entendre les similitudes. Comme si le groupe craignait de passer pour un "sous-machin" (ce qui est le cas en général), un ersatz, et avait besoin la plupart du temps de faire comme s'il n'avait jamais trop prêté attention à ceux qui, à leur époque, sont la référence du genre. Et ça - on va finir par croire que je m'acharne - je l'ai particulièrement observé dans le metal... Par exemple, fin des années 80, des groupes de thrash qui racontaient que non, Slayer ou Metallica ne les ont pas tant influencés que ça... en gros, ils sont passés directement, comme des grands, de Black Sabbath, Maiden et Judas Priest au thrash, sans passer par la case Slayer/Metallica. Limite s'ils n'ont pas inventé le genre seuls dans leur coin, découvrant, stupéfaits, que d'autres avaient fait la même chose un peu avant. Et pourtant, je réécoutais leurs albums puis ceux de Slayer/Metallica, j'y retrouvais les mêmes plans, les mêmes sons, les mêmes riffs... pure coïncidence, sûrement. Même chose pour les infâmes groupes de hard FM/Glam/Hair Metal style Poison et Warrant, qui faisaient comme s'ils n'avaient jamais entendu, apprécié ni chercher à copier les non-moins infâmes groupes du genre qui les précédaient. A les entendre, ils sont passés directement de Led Zep à leur style. Et là, je ressortais les vieux Led Zep, mais rien à faire, je ne voyais pas le rapport entre Led Zep et ces groupes. Tout ça prend parfois des proportions délirantes, on ne compte plus dans le monde du rock (voire de la pop en général) les groupes qui pompent tout, de la musique aux fringues, à tel autre dont le style fait recette, et font mine d'être surpris quand un journaliste leur fait remarquer ("c'est bizarre cette comparaison, parce qu'en fait, nous, juré craché, on les a jamais vraiment écoutés...")      

 

Pourquoi ce "déni d'influence" ?

 

Tout d'abord parce que se réclamer d'un groupe en activité, c'est pas très rock'n'roll, ça fait limite "fan"... C'est une forme de posture de soumission, où vous admettez que dans le genre que vous pratiquez, vous n'êtes qu'un second couteau, un suiveur, voire un mauvais clone... pourquoi vous écouter plutôt que l'original, qui est, de plus, toujours créatif ? Voilà la raison pour laquelle les types d'influences le plus souvent revendiquées par les groupes rock sont soit de "grands anciens", qui ont fait leur temps (là, vous ne passez plus pour un suiveur, mais pour la "relève"), soit d'obscurs petits groupes qui ne vous feront pas d'ombre... et dans ce cas, vous aurez l'air d'un artiste pointu très au fait de tout ce qui sort. Il existe une 3° possibilité : se référer à des artistes dans des styles très différents de celui que vous pratiquez. Par exemple, tel groupe d'indie-rock qui dit ne jurer que par le hip-hop et l'électro, être fan de Dälek et s'en inspirer... mais sonne comme la copie conforme du groupe indie-rock du moment. Non seulement c'est un bon moyen pour éviter de se ranger volontairement dans l'ombre du groupe qui domine le genre, mais aussi une manière de prouver son "ouverture d'esprit".

 

Vous jouez du rock bluesy/garage nerveux, on vous prend pour des clones des White Stripes ? Et pourtant, vous ne les connaissez que mal, votre truc, ce sont juste de vieux bluesmen inconnus, et vous avez pas mal écouté les Sonics dans votre jeunesse.

 

Vous faites, comme tant d'autres, du sous-Radiohead ? Mais non, Radiohead, connais pas, vos influences, ce sont Mark Hollis, Eno, les Beatles, Robert Wyatt (vous pouvez citer des artistes encore en activité si leur période la plus créative est derrière eux).

 

Lorsqu'on vous écoute, on jurerait entendre du sous-Placebo (ce qui relève de l'exploit) ? Etrange coïncidence, parce que vous, vous n'écoutez que Johnny Cash, Public Enemy, Coltrane, Ravel et de la musique d'Inde du sud... allez, c'est vrai que dans votre jeunesse, vous avez écouté un peu de Joy Division et de Cure, ceci explique sûrement cela...     

 

   

Qui sait, peut-être que Pamela Hute (qui ne sonne pas non plus comme un clone de PJ Harvey... mais qui sonne encore moins comme du Patti Smith) n'a jamais vraiment écouté ou apprécié PJ, mais même dans ce cas, cette phrase, typique de ce que l'on peut entendre chez nombre de groupes rock, ne peut prêter qu'à rire, tant l'écart qui sépare la grande PJH de la petite PH est immense... L'arrogance, dans le rock, c'est bien, encore faut-il en avoir les moyens... sous peine de franchir la limite qui sépare le "cool" du "ridicule".

 

(J'ai commencé ce billet comme une "mini-chronique" de l'album, il est devenu un article sur la question des influences revendiquées dans le rock, et, au final, il ressemble à un nouveau chapitre du Guide du rockeur...)    

      

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 15:15

Je ne vous mentais pas, Art-Rock, c'est bel et bien terminé, le voilà remplacé par... Music Lodge ! (et vraiment désolé pour la petite frayeur, mais c'était trop tentant...) 

 

En tout premier lieu, un très très grand merci à Christophe, qui m'a fait cette nouvelle bannière (il était aussi l'auteur de la précédente). Sans lui, pas de bannières, et j'en serais encore à faire "à la main" les comptes du CDB... bref, je lui suis une nouvelle fois redevable, que lui et toute sa famille soient bénis sur 10 générations...

Lorsque je lui ai demandé s'il pouvait modifier la bannière en utilisant comme fond les rideaux rouges et le sol à damier de la  "loge" de Twin Peaks, tout en gardant les photos de Thurston Moore, Morrison et du scarabée de Massive Attack, et en ajoutant deux photos de Mingus et Beethoven avec le nom "Music Lodge", je craignais que ce soit un peu compliqué, et que le résultat ne soit pas forcément celui que j'espérais... mais ce qu'il a fait dépasse toutes mes espérances. Donc, merci et encore merci Christophe.

 

Mais au fait... pourquoi "Music Lodge" ?

 

- "Art-Rock" n'était pas censé au départ être le nom du blog. Je l'ai juste utilisé comme URL pour créer le blog, puis je pensais réfléchir plus tard pour trouver un meilleur titre. Au tout début, j'avais mis "Musiques Actuelles, Musiques Intemporelles" à la place de la bannière, puisque je comptais parler surtout de musiques qui ne soient pas de simples effets de mode... mais "Art-Rock", c'est plus simple, et le nom a fini par s'imposer chez les visiteurs. Pourtant, il ne m'a jamais satisfait... c'est tout de même déjà le nom d'un festival et d'un style musical (qui est loin d'être représentatif de ce dont je parle ici), et un peu trop pompeux... depuis le temps que je voulais changer le nom, voilà, c'est fait. Maintenant, il faudra aussi que je pense à changer le nom de domaine... ce qui ne coûte pas grand chose lorsqu'on a son propre site (3 à 5 euros par an), mais sur OB, on est obligé de passer par le premium et payer 50 euros par an...  

 

- Une des choses qui me dérangeait le plus dans le nom "Art-Rock", plus encore que la référence au festival et au genre... c'est le mot "rock". Car même si le rock reste le style musical à la "base" de ma passion pour la musique, et le style que j'écoute toujours le plus, il donne l'impression que ce blog se focalise sur le rock, ce qui n'est pas du tout le cas. Je voulais donc un nom sans "rock", mais qui contienne "Music" ou "Musiques", pour mettre en évidence le fait qu'ici, il est question de toutes les musiques (ou presque)...

 

- Je n'apprendrais rien à ceux qui me lisent régulièrement en disant que je suis un fan absolu de David Lynch. En cherchant un nouveau nom, j'ai tout de suite pensé à la fameuse "black lodge" de Twin Peaks (et son pendant, la "white lodge")... noire ou blanche, c'est au fond la même loge, tout dépend de ce qu'on y "apporte". Un espace onirique, impalpable, qui se modèle en fonction de l'interprétation que l'on s'en fait... une bonne métaphore de ce qu'est la musique... et si j'aime tenter de décrypter la musique, j'aime plus encore le fait qu'elle garde toujours cette part de mystère, d'irréductibilité à des significations concrètes et précises. Une explication qui semblera à certains quelque peu emphatique, mais au moins, le nom l'est moins... 

 

- Si j'avais choisi comme nouveau nom "Le Glob"... ça aurait été un clin d'oeil marrant au début, mais un beau bordel, ensuite, avec de la confusion à tous les étages... (et avoir comme sous-titre "Le Glob, c'est comme un Golb, mais en mieux", ça aurait sans doute amusé Thom la première fois... mais au bout de plusieurs mois à tomber dessus chaque jour, je ne suis pas sûr...)  

 

- J'écoutedela musiquedemerde était déjà pris...

 

Voilà voilà... Art-Rock n'est plus, alors bienvenue à tous sur Music Lodge ! De toute façon, vous connaissez le chemin (je ne vais sans doute pas changer dans l'immédiat le nom de domaine), et vous ne serez pas dépaysés, changer le nom et la bannière ne signifie pas que je vais changer tout le reste, même si je compte bien faire le nettoyage de printemps annoncé et modifier quelques autres petites choses...

 

Enfin, ce à quoi vous avez échappé :

 

 

funkylounge 

 

 

 

    

 

       

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 14:12

Tout est dans le titre. Ce billet est bien le dernier d'Art-Rock, et pour une fois, pas question de faire long, je conclus de la manière la plus sobre et concise possible. Sans tambours ni trompettes...  

Partager cet article
Repost0