Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Playlist 2020

Classements d'albums

15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 18:22

Nous discutons musique sur le web depuis de nombreuses années pour la plupart, nous lisons régulièrement les articles des uns et des autres, notons des tas d'albums dans le CDB… et pourtant, il me semble que l'on ne connaît ou ne cerne pas toujours l'univers musical de nos interlocuteurs. Ou, pour le dire autrement, on peut tout savoir de l'avis de tel blogueur sur un album anecdotique à propos duquel on s'est confronté, mais ignorer l'essentiel de ses goûts musicaux. C’est pourquoi j’ai eu l’idée de cette « carte d’identité musicale », la plus simple et synthétique possible, qui permettra à chacun de mieux comprendre les « goûts et dégoûts des autres ».

 

 (Enfin, la vérité vraie, c’est que dans la perspective d’un plus grand contrôle du web, le gouvernement m’a confié pour mission de ficher tous les internautes mélomanes… mais ça, vous n’êtes pas censé le savoir…)   

 

Le principe : vous répondez au questionnaire (copiez le questionnaire vierge du premier commentaire), publiez votre « carte d’identité musicale » sur votre blog, et je les listerai tous sur une page avec le lien vers votre article, accessible dans la colonne de gauche (cf. module « Pages »). Si vous n’avez pas de blog (parce que ça m’intéresse tout autant de mieux cerner les visiteurs habitués de mon site que mes confrères blogueurs), ou si vous ne désirez pas publier cela chez vous, il suffit de répondre au questionnaire dans les commentaires, je ferai un copier-coller pour réunir ceux-là dans un même article.

 

Bien sûr, les goûts musicaux évoluent avec le temps, ils ne sont pas figés… rien ne vous empêchera, alors, de mettre à jour votre... CIM. 

 

 

Carte d’Identité Musicale :

 

 

Musicien que vous admirez le plus : Beethoven

 

Groupes / artistes qui ont le plus compté dans votre adolescence (5 max.) : Depeche Mode, Cure

 

Styles musicaux favoris : rock, jazz, classique, electro / trip-hop, rap, folk, soul...

 

Un album : Mezzanine – Massive Attack

 

Une chanson : Red Right Hand – Nick Cave

 

Une oeuvre classique : Beethoven - Sonate Appassionata  

 

Groupes / artistes qui vous ont le plus marqué (par ordre d’apparition dans votre vie, et 15 max.) : Depeche Mode – Pink Floyd – Beethoven – Coltrane – Chopin – Wagner - Beatles - Sonic Youth –  The Doors - Mingus – Radiohead – Massive Attack – Nick Cave - Wu-Tang Clan – Aphex Twin

 

L'artiste qui vous a le plus fasciné en live : Tricky

 

Plaisir coupable (3 max) : Kelis - Tasty

 

Jouez-vous (ou avez-vous joué) d’un instrument, si oui, le(s)quel(s) : Guitare, et un peu de claviers.

 

Ce que vous préférez en musique : Atmosphères sombres et hypnotiques, groove, intensité (pas forcément tout ça dans un même morceau non plus...)

 

Par quel biais découvrez-vous de nouveaux artistes et albums : Blogs musicaux, deezer.

 

Lisez-vous toujours la presse musicale (si oui, quels magazines) : non

 

Combien de temps passez-vous à écouter de la musique : Puisque je travaille chez moi ces temps-ci, j'en écoute toute la journée, ou presque...

 

 

 

Hors de votre univers musical :

 

 

Groupe / artiste “respecté” que vous n’avez jamais supporté : Beach Boys

 

Styles musicaux que vous détestez le plus (3 max.) : Variété française, metal prog/symphonique, rock FM. (Il y aurait bien aussi le bal-musette mais, rassurez-moi, ce style est bel et bien mort et enterré depuis longtemps, non ?) 

 

Genre musical qui ne vous a jamais touché, mais que vous ne méprisez pas pour autant : Reggae

 

Ce qui vous rebute le plus en musique : La mièvrerie, l'enflure 

 

Chanteurs que vous détestez viscéralement (5 max) : Johnny Hallyday, Jean-Louis Aubert, Lara Fabian, Patrick Bruel, Zazie.

 

Trois tubes que vous haïssez plus que tout (vous avez beau être pacifique, le simple fait de les entendre vous donne des envies de meurtre) :

Queen – We are the Champions

Johnny Hallyday – Allumer le Feu

Sheila – Les Rois Mages

 

 

Pour finir sur une note positive, vos dernières grandes claques musicales cette année (3 max.) :

Daniel Bjarnason - Processions 

Land of Kush's Egyptian Light Orchestra - Monogamy

 

 

PS : Ceci n'est pas un tag. Il ne s'agit pas de le refiler à des blogueurs de votre choix, le but est que toutes les bonnes volontés s'y collent. Il est fréquent que dans les commentaires, chez l'un ou l'autre, on tombe sur quelqu'un que l'on ne connaissait pas, sur lequel on aimerait en savoir un peu plus... on parcourt son blog et, malgré tout, il n'est pas toujours facile d'y cerner ses goûts.  

 

  

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 19:04

Pourquoi diable est-ce que Every You and Every Me de Placebo me plaît ? Pas pour les paroles, je ne sais pas de quoi il parle, pas pour le groupe, qui est une de mes têtes de turc favorites...

Et il y a bien pire encore... Not Gonna Get Us de T.A.T.U. Ce morceau représente à peu près tout ce que je déteste (les entendre hurler "Not gonna Get Us" à tout bout de champ, quelle horreur)... pourtant, il y a quelque chose dans cette chanson à la con qui me touche :

 

A l'époque où je l'ai découvert, j'étais en Italie, et il passait constamment à la radio. Je me disais : peut-être le dépaysement, on s'attache à un morceau qu'on associe à ce voyage... mais non, je rentre en France, et là, c'est le drame, j'entends leur 2° single, All The Things She said, et, si je le trouve encore plus racoleur et lamentable que le précédent, j'avoue qu'il a lui aussi un petit quelque chose qui me plaît. 

 

 

 C'est tout mon monde qui s'écroule, je me dis que ça y est, je suis foutu, je n'ai plus aucun goût, je suis tombé dans le côté obscur de la pop... tout cela m'interpelle, je prends ma guitare pour jouer le premier et voir de quoi il est fait... une suite d'accord

A G#m C#m E (que l'on jouerait plutôt en accords de quinte : A5 G#5 C#5 E5). 

A - G#... pas étonnant que ça me plaise, j'aime bien les 1/2 tons... et, surtout, de C#m à A, il y a une sixte (certes, on passe plutôt de A à C#m, mais ce n'est que le renversement de la sixte), et une "véritable sixte" de C#m à E. J'avais déjà remarqué, en composant et en reprenant des morceaux que j'aimais, un certain goût pour les accords du VI° degré et les intervalles de sixte, ça se confirme. Et Every you and Every me de Placebo est particulièrement centré sur la sixte, puisque dans le court riff qui se répète tout au long du morceau, après la première mesure et le premier accord, on passe chaque fois à la basse sur la sixte.  

 

Je reprends ensuite le 2° morceau de T.A.T.U, All The Things She said... et c'est exactement la même suite d'accords que le premier. Il y en a qui ne s'emmerdent pas... une suite d'accords, deux gros tubes. Efficacité et rentabilité maximum pour Trevor Horn (Buggles, Franky Goes to Hollywood, Art of Noise et l'homme derrière T.A.T.U.) 

 

Une suite d'accords que j'ai déjà entendu par ailleurs... je cherche un peu, et réalise qu'elle est (à peu près) celle du riff d'une de mes chansons pop préférées, This Is Not A Love Song de P.I.L. (dont j'ai déjà parlé ici). La basse lourde du célèbre Relax de FGTH est très similaire à celle de This is Not a Love Song, là, c'est la suite d'accords empruntée à celle du refrain (et riff) du morceau de P.I.L....

A G#m C# (en le transposant, sinon, c'est F Em Am sur l'original) :

 

PIL - This is not a Love Song :

 

 

Et cette suite est à peu près la même que celle d'Un Jour en France de Noir Désir :


 

 (G#5) A5 G#5 C#5  G#5 A5 G#5 E5

 

Noté comme ça, ce n'est peut-être pas évident, mais écoutez This Is Not A love Song puis Un jour en France, vous verrez que la similitude saute aux oreilles.

 

Un Jour en France et T.A.T.U, même combat (harmonique)... si vous jouez de la guitare ou du piano, essayez de jouer ces accords et chanter en même temps, vous pouvez facilement passer de Noir Désir à T.A.T.U, qui ont la même base (si j'ai réussi à faire jouer et chanter du T.A.TU. à un de mes lecteurs, je n'aurais pas perdu ma journée...)

 

Et cette suite A G#m C#m E chez T.A.T.U, vous la retrouvez sur Where is my Mind des Pixies... à l'envers : E C#m G#m A 

 

Revenons à Not gonna Get Us, si vous le voulez bien (vous ne le voulez pas, et vous avez raison, mais tant pis... au cas où ça n'était pas clair suite à la discussion dans le précédent article, je n'en fais ici qu'à ma tête...)

 

A ma grande honte, j'aime particulièrement le 2° couplet (à 2'15, We run away...), et ces décrochages en voix de tête... je joue la mélodie, premier saut, une quarte augmentée (sur sim-ple), le fameux "diabolus in musica", intervalle dont je suis friand, et le 2° saut... une sixte (sur an-gel). On s'y retrouve.  

 

Le saut de sixte... un des plus connus, c'est celui par lequel commence une des oeuvres que j'ai le plus écouté et aimé, Tristan et Isolde de Wagner. Ce saut de sixte (mineure, celle que je préfère) aux violoncelles qui ouvre l'oeuvre et amène sur le plus célèbre accord de l'histoire de la musique, l'accord dit "de Tristan" :

 

 

 

Dans un genre tout à fait différent, un morceau qui m'a lui aussi longtemps fasciné (et continue), Overcome de Tricky :

 

 

 

Le "riff" du morceau est entièrement basé sur le saut de sixte (mineur, le meilleur) : un premier saut, que l'on répète 1/2 ton plus bas. Deux sixtes mineures qui se suivent, séparées par un demi-ton, voilà de quoi faire mon bonheur...

 

Bref, Wagner -Tricky, même combat (pour la sixte mineure...)

 

Je pourrais aussi parler de la Marche Funèbre de Chopin, un des premiers morceaux classiques que j'ai adoré... avec sa basse pesante qui descend sur la sixte...

 

 

(Je mets tous les morceaux qui vont suivre dans un même lecteur, pour ne pas surcharger la page)

 

 

 

 

Les Red Hot, par contre, ça n'a jamais été vraiment mon truc. Sauf une petite ballade, jolie mais un peu mielleuse, Road Trippin'... la suite d'accords ?  Em C B (il y a un passage avec d'autres accords, dans tous ces exemples, je vais me contenter de donner ceux qui sont à la base du morceau). On est dans la tonalité de mi mineur, et on passe par l'accord de do, VI° degré de la tonalité (le superbe Eleanor Rigby des Beatles est construit sur ces deux accords Em et C). Je n'ai jamais aimé non plus Eurythmics, sauf Here Comes the Rain Again, et, forcément, Sweet dreams, un des tubes de ma jeunesse... la suite d'accords ?

Em C B

 

Je défie quiconque de me dire qu'avant de lire cet article, il trouvait un air de ressemblance entre Road Trippin et Sweet Dreams. Pourtant, écoutez Road Trippin, chantez Sweet Dreams dans votre tête en même temps (il faut le ralentir un peu pour suivre les accords), et vous verrez aussi que les deux mélodies ont des points communs (c'est frappant dans le 4° vers : Let's go get lost anywhere in the USA chez les Red Hot, Everybody's lookin' for something chez Eurythmics ....) Comme quoi, certains disent qu'en musique, on a déjà tout fait, il n'y rien de nouveau à apporter, ne les croyez surtout pas, avec une même suite d'accord et des mélodies qui suivent le même mouvement, on peut faire deux morceaux qui n'ont rien à voir...

 

Quelques autres exemples de morceaux que j'ai beaucoup aimé où l'accord du VI° degré est mis en évidence :

Portishead - Wandering star

La suite d'accords est

B5 G  B5  F#, le G est le VI° degré de B, la tonalité initiale. 

Radiohead - Karma Police

Le moment que je préfère dans Karma Police... a toujours été le passage sur le Fa (donc le VI° degré, puisqu'on est en en la mineur), pendant "he talks" (in maths) ou "her hitler" (hairdo)... 

 

Chris Isaak - Go walkin' down there :

Em C A A7 (on retrouve ce Em -C) 

Blue Hotel :

La suite de base est

Bbm Eb Ebm puis on passe sur 

Gb F7 (Gb est le VI° degré de la tonalité de Bbm)

 

Salad - Drink The Elixir

 

Je me suis longtemps demandé pourquoi cette chanson indie-pop m'avait autant charmé à l'époque (et je ne suis pas le seul, n'est-ce pas Lyle...) c'est pas compliqué, sur les 3 accords qui reviennent constamment, après l'accord de do, on a ce passage à la basse sur la bémol auquel je ne résiste pas (la bémol est la sixte mineure de do).   

 

Scott Walker - The 7th Seal 

 

J'en parlais pour illustrer mon article sur les tonalités, en disant à quel point j'adore cette chanson... sa suite est :

Em D - Em   C-D Am

On fait tourner le mi mineur et le ré, puis on passe au VI° degré, le do... et on finit la grille sur le VI° degré de do, le Am.

 

 

Un de mes morceaux de musique traditionnelle russe favori... Plaine, ma Plaine. On est en Bm, on joue sur Bm - F#m, puis on passe sur le VI° degré, le G. 

Bm F#m Bm F#m G  F#m G F#m :

 

Découvrez la playlist plaine avec L'Orchestre National Du Tatarstan

 

 

Lorsque j'ai découvert mon penchant très prononcé pour la sixte, je me suis dit qu'il serait tout de même marrant que les deux morceaux qui ont vraiment été à l'origine de ma passion pour la musique, les deux morceaux qui ont le plus marqué ma jeunesse (j'en parlais ici), utilisent aussi ce VI° degré... et c'est le cas, plus encore que je ne l'imaginais, le VI° degré n'y est pas qu'un simple accord de passage, mais un accord déterminant.

 

Talk Talk - Such a Shame

La chanson commence sur un C#m... puis on passe sur la sixte, A. Et on fait tourner C#m A Fm Fm. 

A est à une sixte de C#m, Fm est à une sixte de A...

 

Depeche Mode - Shake the Disease 

Le morceau qui aura été vraiment "la" révélation de ma jeunesse... et ici, je tombe sur une véritable orgie de sixte / VI° degré.

On a d'abord :

Dm C F Bb Dm

Le C est un accord de passage, puis on passe sur le F (tierce, donc renversement de la sixte en Dm), et le Bb (VI° degré de la tonalité initiale de Dm) pour revenir au Dm.

Après un pont (F C F C Bb), arrive le refrain :

Dm Fm Db Bb

 

De Fm à Db, il y a une sixte, puis de Db à Bb, une nouvelle sixte. Bref, un refrain composé essentiellement d'accords qui passent de sixte en sixte (et en tierce, le renversement de la sixte, pour le premier...)

 

A tout hasard, je jette aussi un oeil sur Billie Jean, autre morceau qui a vraiment eu un grand impact dans ma jeunesse... et ça ne loupe pas. On est dans la tonalité de fa # mineur, on tourne sur les accords de fa # mineur et si mineur (le I et le IV), et le troisième accord important, celui qui va faire monter en intensité vers le refrain (sur People always told me, etc...), c'est ici le VI° degré, le ré majeur.  

 

Tout ça pour quoi ?

 

Pour deux raisons :

 

1. Maintenant, si on se fout de vous et remet en cause votre bon goût parce que vous aimez tel ou tel morceau lamentable, vous pourrez toujours dire : "c'est pas ma faute, je suis particulièrement sensible à tel intervalle, tel enchaînement d'accords, et ce morceau en abuse..."

Pour être honnête, il faut avouer que ça n'excuse pas tout, il y a des morceaux qui jouent sur l'accord du VI° degré et que je n'aime pas... comme, heureusement, des tas de morceaux sans VI° degré que j'adore... Ce n'est pas parce que vous avez un penchant pour les blondes que vous ne pouvez pas tomber amoureux de brunes...

 

2. C'est une chose dont on ne parle que trop peu. J'ai souvent dit qu'il n'était pas nécessaire de connaître l'harmonie et la théorie musicale pour comprendre la musique, pour en parler de manière intelligente, profonde... mais sur 2-3 petites choses, ça peut apporter un plus, notamment pour comprendre, parfois, pourquoi telle musique nous parle et moins telle autre... Car que peu de personnes réalisent qu'on a tous des types d'accords, d'harmonies, d'intervalles qui nous touchent plus que d'autres. Tout n'est pas que question de timbre de voix, de style musical et d'instrumentation... Par exemple, je sais que j'aime particulièrement le mineur, les secondes et 9°, la quarte augmentée (le triton), les chromatismes, et, bien sûr, le VI° degré et les sixtes (labels, attachés de presse, si vous vous occupez d'un groupe qui utilise abondamment le mineur, les chromatismes et 1/2 tons, les 9° et les accords du VI° degré, ça peut m'intéresser....)

 

La question que l'on peut se poser est : d'où vient cette sensibilité particulière à tel type d'intervalle ou enchaînement d'accord ? Est-ce parce que je suis naturellement sensible au VI° degré que Billie Jean, Such a Shame et Shake the Disease ont marqué ma jeunesse ? je ne pense pas... Est-ce parce qu'avant ces morceaux, dans ma plus petite enfance (voire dans la vie intra-utérine), j'ai été marqué inconsciemment par une musique en particulier qui se basait sur le VI° degré ? pourquoi pas...

Un intervalle entre deux notes ou un enchaînement d'accord ne sont pas réductibles à une émotion particulière. Mais j'ai tendance à penser qu'au fond, c'est une forme de mélancolie que peut amener le VI° degré dans la musique tonale qui a "conditionné" mon penchant pour cet accord, parce que je la cherche, parce que j'ai associé à la sixte cette émotion-là... le débat reste ouvert...

 

A lire en complément :

Gammes et tonalités

La suite Flamenco

Symétrie mélodique

La tristesse du mineur

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 14:46

Quoi que vous regardiez ce soir à la télé... vous en serez fan. Car depuis un moment, sur le net, dans les magazines, à la télé, à la radio, il est devenu très fréquent d'appeler "fans" de simples spectateurs....   

 

Quelques exemples pris sur le net en tapant "millions de fans" :

 

Le Point : 11,2 millions de fans pour Les Bronzés 3 sur TF1

Les news de Ben : Audience US : 20 millions de fans pour les Experts

Allocine : Le "Docteur Who" fête Noël avec 10 millions de fans

Gala : Mentalist : Son super pouvoir attire 9,1 millions de fans !

Le Post : Mentalist : déjà 9 millions de fans pour Patrick Jane

Toute la Télé : Virginie Lemoine attire 3 millions de fans

TV Chronik : Plus de 5 millions de fans pour True Blood

Le Parisien : Super Nanny : 3,8 millions de fans devant le dernier épisode

Programme TV : Les Experts : Manhattan passionnent 7 millions de fans

Voici : Les Enfoirés : 12 millions de fans hier soir sur TF1

TV Mag : 7,4 millions de fans pour l'équipe de Esprits Criminels

OZAP : "Nouvelle Star" réunit 4,1 millions de fans

Télé 2 semaines : 3,2 millions de fans ont suivi la deuxième partie du Grand Journal spécial 20 ans des Guignols

TF1 : Plus de 8 millions de fans pour Arthur et les Minimoys !

 

Il ne leur viendrait pas à l'idée que l'on puisse simplement regarder un programme distraitement, par curiosité, par hasard, en somnolant, parce qu'il n'y a vraiment rien d'autre, en s'en moquant et en le trouvant mauvais etc... non, quand on allume sa télé, magie du petit écran, on devient instantanément fan de ce que l'on y voit. Du programme, comme des animateurs :

 

Telestar : 5,838 millions de fans de Christophe Dechavanne et Sandrine Quétier

 

5,838 millions de gens ont regardé cette émission, et pas un parce qu'il a eu une rude journée et a décidé de se vautrer devant une émission stupide pour se vider la tête, pas un qui aime ce genre de bêtisiers mais a trouvé les deux animateurs gonflants voire insupportables, non, puisqu'on vous le dit : tous ceux qui ont regardé l'émission sont des fans de Dechavanne et Sandrine Quétier. Le business des posters "Christophe Dechavanne" et des parfums "Sandrine Quétier" doit être ultra-lucratif. Je vois mal qui est cette "Sandrine Quétier", mais si elle a besoin d'un collaborateur pour écrire sa biographie, je signe tout de suite, 5,838 millions de livres vendus, voilà de quoi m'aider à renflouer mes finances... A moins que je ne choisisse de transformer mon blog en site sur Sandrine Quétier, 5 millions de visiteurs par semaine, je ne cracherais pas dessus...

 

Une grande question me taraude... si ce soir je regarde le JT de France 2, serais-je catalogué comme "fan de David Pujadas ?"

 

Et tout cela n'est pas uniquement réservé à la télé, même tarif pour le cinéma :

 

Zoom cinema : Disco a réuni 3 millions de fans, soit deux fois moins que Camping

Excessif : Harry Potter a déjà séduit 2,3 millions de fans

                  2,4 millions de fans de l'Age de Glace 3

 

Avec l'énorme promo dont ces films ont bénéficié, pas un seul spectateur n'y est allé "un peu par hasard". Seuls les vrais fans de Harry Potter vont voir les films de la franchise au cinéma (ça tombe sous le sens, ce sont des petits films modestes et confidentiels qui n'attirent que les fans, pas de gros blockbusters destinés au plus large public). Il faudra aussi m'expliquer, dans le cas de Disco, l'équation : une place achetée = un fan. Il est si bien que ça, Disco, pour que chaque personne qui soit allée le voir en salle en devienne automatiquement fan ?

 

Et pour les jeux vidéos :   

 

Le Monde Informatique.fr : Succès critique et public de 2007 qui avait comblé huit millions de fans du plombier nippon, Super Mario Galaxy sera de retour

 

Non seulement les 8 millions de gens qui ont acheté ce jeu sont forcément des "fans de Super Mario", mais, en plus, ils ont tous été "comblés" ! Aucun de ceux qui l'ont acheté n'a été déçu, aucun de ces jeux offert pour Noël ou un anniversaire n'a pas plu à celui qui l'a reçu... l'auteur de l'article a soit d'incroyables dons de médium, soit poussé le professionnalisme jusqu'à enquêter auprès des 8 millions d'acheteurs du jeu pour ensuite affirmer que oui, tous ceux qui ont acheté ce jeu sont des fans, et tous sans exception ont été comblés. Une telle masse de travail et d'enquête pour publier un billet sur le site "le Monde Informatique.fr", je n'ai qu'un mot à dire : respect.    

 

Le genre où le mot "fan" est le plus souvent utilisé, c'est la série. A la limite, on peut comprendre ce raccourci simpliste si une série rassemble tant de millions de spectateurs en moyenne... sauf que ça reste un raccourci simpliste. Mettons qu'une série rassemble régulièrement 5 millions de spectateurs... ce ne sont pas toujours les mêmes, beaucoup "vont et viennent". De nombreux cas sont envisageables si on y réfléchit un quart de seconde au lieu de balancer du "fan" à tout va :

- Il y a ceux qui regardent quelques épisodes et abandonnent parce qu'ils s'en lassent.

- Ceux qui tombent dessus par hasard, la regardent une fois, mais n'y reviennent pas.  

- Ceux qui la suivent sans grande conviction parce que le soir où elle passe, il n'y a rien d'autre à la télé.

- Ceux qui la regardent d'un oeil, parce qu'elle ne vaut pas que l'on s'y consacre pleinement, et surfent sur le web en même temps.

- Les téléphages et sérievores qui regardent tout et n'importe quoi, mais ne sont pas fans pour autant.

- Les gens seuls qui laissent la télé allumée, parce que ça leur donne l'illusion d'une "présence".

- Ceux qui tentent de la suivre un moment, parce que tout le monde en parle, parce qu'un ami leur en a dit le plus grand bien, mais qui ne la trouvent pas terrible.

- Ceux qui veulent voir la série suivante, laissent l'image pour ne pas rater le début, mais coupent le son pour écouter de la musique ou faire des tas d'autres choses en même temps.

- Ceux qui la trouvent juste "sympathique", divertissante pour se vider la tête un moment, mais pourraient sans problème s'en passer.

etc, etc...

  

Ces gens-là seraient tous des fans de la série en question ?

 

Pire encore, une phrase typique de ce qu'on peut lire très fréquemment :   

 

Retrousa : Le 24 octobre 2000, "Buffy" réalise son meilleur score de la saison avec 6.4 millions de fans

 

D'une logique imparable... tous ceux qui ont regardé la série ce soir-là sont des fans, et puisqu'ils étaient plus nombreux que d'habitude, le surplus du 24 octobre 2000 est composé de "fans de Buffy" un peu particuliers, des fans qui n'ont pas regardé les épisodes précédents, ni les épisodes suivants de leur série favorite....

Ceux qui n'ont regardé qu'un match de foot dans leur vie, la finale de 98, seraient des "fans de foot" ?

Ceux qui n'ont vu que l'épisode 8 de la 5° saison de 24 sont des fans de Jack Bauer ?

 

 

Tout cela va encore plus loin, maintenant, on est "fan" des objets que l'on achète :  

 

France Soir : L'Ipad a conquis plus de deux millions de fans en deux mois

Est Auto Mag : Renault Clio : 10 millions de fans dans 100 pays  

 

Vous achetez une voiture, vous en devenez fan.... Vous êtes "fan" de votre bagnole, vous ? 

Je me suis payé d'occase le lecteur/graveur Sony RDR HX650... faut-il que je me présente maintenant comme un fan de Beethoven, Lynch et du lecteur/graveur Sony RDR HX650 ? (non, Christophe, ne me remercie pas pour l'énorme perche que je te tends - en tout bien tout honneur - tout le plaisir est pour moi...)

 

 

Cette utilisation excessive et ridicule du mot 'fan" pourrait n'être qu'anecdotique et ne pas mériter un article si elle n'était, malheureusement, symptomatique d'une certaine forme de bêtise très moderne. Enthousiasme neuneu, hédonisme puéril et perte de toute idée de distance et d'esprit critique.

Une vague relation vous envoie un lien vers une vidéo youtube débile, vous avez le malheur de cliquer dessus pour voir de quoi il retourne, vous voilà rangé parmi les "millions de fans du bébé qui danse sur de la disco", ou du chat qui glisse dans la cuvette des chiottes. Des gens qui se calent devant un programme télé quelconque sans passion, juste pour oublier leur journée de travail harassante, leur solitude, ou parce qu'ils n'ont vraiment rien d'autre à faire... ça n'existe pas. Non, dans ce monde merveilleusement régressif et stupide, on s'émerveille forcément de tout, on n'a pas de cerveau, pas d'esprit critique, on est fan de tout ce qu'on voit et tout ce qu'on achète. Il n'y a plus de spectateurs, il n'y a plus que des fans... Vous allez à un concert, vous achetez un album : vous êtes fan. Vous regardez une série, un jeu télé : vous êtez fan. Vous lisez un roman, un essai, un livre de cuisine : vous êtes fan. Vous allez au cinéma pour faire plaisir à votre copine, le film ne vous branche pas vraiment : vous êtes fan. Vous achetez un Ipad, une voiture, un service à thé : vous êtes fan.

 

Pas moyen de savoir combien de gens différents sont venus sur mon blog (dans les "visiteurs uniques" s'ajoutent ceux qui sont déjà venus les jours précédents), mais, avec un peu plus d'un million de pages vues et 332 000 visites totales, il y a bien quelques dizaines de milliers d'individus qui sont passés par ici. C'est donc avec beaucoup d'émotion que je vous remercie tous, mes dizaines de milliers de fans (oui, même toi le fana de metal venu m'insulter dans les comms : tu as cliqué, tu en es... bienvenue au (fan-) club !).   

 

Plus sérieusement, je ne saurais trop conseiller à tous les grands naïfs qui voient des fans partout de lire La Culture des Individus, l'excellent ouvrage de Bernard Lahire (et je ne suis pas un "fan" de Lahire). Vous y apprendrez, avec de très nombreuses enquêtes à l'appui, que quel que soit leur niveau d'éducation ou de culture, les gens ne sont pas aussi dupes ou exaltés que vous ne le pensez. Ils n'aiment pas forcément les émissions qu'ils regardent (ils peuvent les regarder juste parce qu'elles sont "divertissantes" après une journée de boulot, mais sont très sévères sur leur contenu et les animateurs, et parfois sur eux-mêmes, se trouvant "cons" de regarder des trucs pareils), les films qu'ils sont allés voir au cinéma, les livres qu'ils ont lus, les albums qu'ils ont achetés et écoutés... C'est l'évidence même... mais pas pour tout le monde, bizarrement...

Partager cet article
Repost0