Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Playlist 2020

Classements d'albums

18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 14:22


amon-tobin-out-from-out-where.jpg
 
1. Amon Tobin - Out from out where
2. Queens of the Stone Age – Songs for the deaf
3. Bohren & Der Club of Gore - Black Earth
4. Beth Gibbons & Rustin Man - Out Of Season
5. The Herbaliser - Something Wicked This Way Comes
6. Tom Waits - Alice
7. The Cinematic Orchestra - Every Day
8. Sixteen Horsepower - Folklore 
9. Esbjörn Svensson Trio - Strange Place for Snow
10. ...And You Will Know Us By The Trail Of Dead - Source Tags & Codes
11. Tom Waits - Blood Money 
12. El-P - Fantastic Damage 
13. Buck 65 - Square 
14. Tue-Loup - Penya 
15. Dave Holland Big Band - What Goes Around
16. Godspeed You Black Emperor! - Yanqui U.X.O.
17. N*E*R*D * - In Search Of... 
18. Low - Trust
19. Jurassic 5 - Power in numbers
20. Johnny Cash - The man comes around



Rock, pop :

1. Queens of the Stone Age – Songs for the deaf (10)
2. ...And You Will Know Us By The Trail Of Dead - Source Tags & Codes (9)
3. Tue-Loup - Penya (9)
4. Godspeed You Black Emperor! - Yanqui U.X.O. (8)
5. Low - Trust (8)
6. The Black Keys - The Big Come Up (8)
7. Alain Bashung - L'imprudence (8)
8. Liars - They threw us all in a trench and stuck a monument on top (8)
9. Sonic Youth - Murray Street (8)
10. The Coral - The Coral (8)
11. Spoon - Kill The Moonlight (8)
12. Broken Social Scene - You Forgot It In People (8)
13. Sigur Ros - ( ) (8)
14. Piano Magic - Writers without Homes (8)
15. The Notwist - Neon Golden (8)
16. An Pierlé - Helium Sunset (7.5)
17. Jon Spencer Blues Explosion - Plastic Fang (7)
18. Sleater-Kinney - One Beat (7)
19. Black Dice - Beaches & Canyons (7)
20. Supergrass - Life On Other Planets (7)

(7)
Deerhoof - Reveille (7)
The Datsuns - The Datsuns
The Vines - Highly Evolved 
Jean-Louis Murat - Le Moujik et sa femme
Benjamin Biolay - Rose Kennedy
Guided By Voices - Universal Truths And Cycles

(6)
Bryan Ferry - Frantic (6.5)
Beck - Sea Change
Primal Scream - Evil Heat
David Bowie - Heathen
The Flaming Lips - Yoshimi Battles the Pink Robots
The Hellacopters - High Visibility 
Coldplay - A Rush Of Blood To The Head
The Libertines - Up The Bracket 
Interpol - Turn On The Bright Lights
The Doves - The last broadcast
Madrugada - Grit
Radio 4 - Gotham
The Walkmen - Everyone Who Pretended To Like Me Is Gone
Chris Isaak - Always Got Tonight 
Gomez - In Our Gun

(5)
Shivaree - Rough dreams

(4)
Red Hot Chili Peppers - By the way
Audioslave - Audioslave
Black Tape for a Blue Girl - The Scavenger Bride 


Folk-rock, Folk

1. Beth Gibbons & Rustin Man - Out Of Season (9)
2. Tom Waits - Alice (9)
3. Sixteen Horsepower - Folklore (9) 
4. Tom Waits - Blood Money (9)
5. Johnny Cash - The man comes around (8)
6. Neko Case - Blacklisted (8)
7. Radar Brothers - And The Surrounding Mountains (8)
8. Lambchop - Is a Woman (8)
9. Richard Hawley - Late Night Final (8)
10. Nina Nastasia - The Blackened Air (8)
11. Wilco - Yankee Hotel Foxtrot (8)
12. Peter Case - Beeline (7.5)
13. Neil Young - Are you passionate ? (7)
14. Bright Eyes - Lifted Or The Story Is The Soil: Keep Your Ear To (7)
15. Iron & Wine - The Creek Drank The Cradle (7)
16. Norah Jones - Come Away With Me (7)
17. Badly Drawn Boy - Have you Fed the Fish ? (6)
18. Devendra Banhart - Oh Me Oh My... (6)
19. Mark Eitzel - Music for Courage and Confidence (6)
20. Beth Orton - Daybreaker (5)


Electro, trip-hop

1. Amon Tobin - Out from out where  (10)
2. The Herbaliser - Something Wicked This Way Comes (9)
3. The Cinematic Orchestra - Every Day (9)
4. Programme - L’enfer tiède (8)
5. Zenzile - Totem (8)
6. Thievery Corporation - The Richest Man In Babylon (8)

7. Lemon Jelly - Lost Horizons (8)
8. Barry Adamson - The King Of Nothing Hill (7)
9. Rjd2 - Deadringer  (7)
10. Mùm - Finally We Are No One (7)
11. DJ Shadow - The Private Press (7)
12. Dot Allison - We Are Science (7)
13. Archive - You all look the same to me (7)
14. Natacha Atlas & Marc Eagleton Project - Foretold in the Language of Dreams (7)
15. Boards Of Canada - Geogaddi (7)
16. Boom Bip - Seed To Sun (7)
17. Bumcello - Nude For Love (6)
18. Future Sound Of London - The Issness (6)
19. Perry Blake - California (6)
20. Mr. Scruff - Trouser Jazz (6)
 
(6)
Entheogenic -  Entheogenic  
Diary of Dreams - Freak Perfume 
Chemical Brothers - Come With Us

(5)
Craig Armstrong - As if to nothing
Death In Vegas - Scorpio Rising
Morcheeba - Charango 
Moby - 18

(4)
Mint Royale - Dancehall Places
Daft Punk - Discovery

(3)
Jay-Jay Johanson - Antenna (3)


Hip-Hop, Soul...

 

1. El-P - Fantastic Damage (9)
2. Buck 65 - Square (9)
3. N*E*R*D * - In Search Of ... (8)
4. Jurassic 5 - Power in numbers (8)
5. Eminem - 8 Mile (8)
6. Anti-Pop Consortium - Arrhythmia  (8)
7. Eminem - The Eminem Show (8)
8. Awol One & Daddy Kev - Number 3 On The Phone (8)
9. Sixtoo - Duration (8)
10. Tony Allen - Homecooking (8)
11. Talib Kweli - Quality (8)
12. Dälek - From Filthy Tongue of Gods and Griots (8)
13. The Roots - Phrenology (8)
14. Ms. Dynamite - A Little Deeper (8)

15. Blak Twang - Kik Off (7)
16. Solomon Burke - Don't Give Up On Me (7)
17. Nas - God's Son (7)
18. GZA - Legend Of The Liquid Sword (7)
19. Snoop Dogg - Paid tha cost to be da bo$$ (7)
20. Blackalicious - Blazing Arrow (7)

(7)

Busta Rhymes - It Aint Safe No More 
Missy Elliott - Under Construction 
Sage Francis - Personal Journals

(6)
The Streets - Original Pirate Material 
La Rumeur – L’ombre sur la mesure
X-Ecutioners - Built from scratch
DJ Mehdi - (The Story of) Espion

 

 

Jazz

 

1. Bohren & Der Club of Gore - Black Earth (9,5)

2. Esbjörn Svensson Trio - Strange Place for Snow (9)

3. Dave Holland Big Band - What Goes Around (8,5)

4. Brad Mehldau - Largo (8)

5. Nik Bärtsch's Ronin - Randori (8)

6. Tomasz Stanko Quartet - Soul of Things (7.5)

7. Medeski, Martin & Woods - Uninvisible (7.5)

8. Nik Bârtsch - Hishiryo: Piano Solo (7.5)

9. Spaceways Incorporated - Version Soul (7,5)

10. Cassandra Wilson - Belly of the Sun (7)

 

 

Soundtracks

 

Michael Andrews - Donnie Darko (8)

 

 

Classique

 

Philipp Glass - Symphonie n°6 "Plutonian ode" (8)

John Adams - On the transmigration of souls (7.5)

Steve Reich - Three tales (6.5)
 

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 14:44

En musique comme en politique, le noir aura été la couleur de l'année. Couleur de l'espoir en politique, mais essentiellement du désespoir pour les groupes rock et folk qui la revendiquent...











Name in black

Depuis quelques temps, c'est l'inflation dans les noms en "Black" ou "Dark". Et trois des albums rock les plus remarqués cette année auront été :

The Black Keys -
Attack & Release 
The Black Angels -
Directions to see a Ghost 
Black Mountain - In the future

Si on leur ajoute le très kinksien Casting Shadows des Black Hollies, on tient là 4 albums particulièrement influencés par les années 60/70, le psychédélisme et/ou le blues-rock 60's. Certains leur préfèreront des groupes plus hype dont le regard est moins tourné vers le passé (comme Partie Traumatic, le premier album plutôt fun et festif des... Black Kids), mais on ne peut contester la maîtrise de ces quatre-là... les Black Mountain et Black Hollies sont les plus "rétro", le Black Angels le plus original.

Pourtant, aussi réussis soient les albums de ces "named in black", la vraie perle de l'année, dans le genre rock psyché, c'est le Fuzz Against Junk, Netti Netti...

Dans le style expérimental/post-rock, deux albums à ne pas manquer :

The Nebulous Dreams de Kiss The Anus of a Black Cat... certes, il y a le "black" de rigueur... mais ça n'en reste pas moins un nom de groupe très original et surprenant... et un album qui ne l'est pas moins.

Requiem, de The (Fallen) Black Deer. Un des albums qui m'aura le plus fasciné cette année. Du post-rock très sombre et hypnotique, tout à fait remarquable dans le genre.  

Toujours dans les noms de groupe en "black", notons le "best-of" de Black Tape For A Blue Girl, A Retrospective ; Black Milk, dont l'album est un des meilleurs albums rap de l'année, et Black Affair en électro (pas forcément génial, mais écoutable...) 

Dans un registre plus pop, j'ai beaucoup aimé l'album de Jim Noir (Jim Noir), bien plus fin et intéressant que le MGMT...
Et n'oublions pas que l'année 2008 est aussi celle du retour du plus grand groupe rock français, Noir Désir, retour discret avec deux titres moyens, on attend des choses un peu plus conséquentes par la suite...

Cette année, il ne manquait plus que Black Rebel Motorcycle Club, Black Heart Procession et Black Dice... 
 
Quand c'est pas "black", c'est "dark"... normal, l'année de The Dark Knight...

Dans la catégorie "nom de groupes abscons", mention spéciale à Dark Captain Light Captain... qui a sorti un bel album indie-pop, Miracle Kicker. Oubliez la grosse machine Coldplay, Dark Captain Light captain est bien plus subtil dans le genre... Si vous préférez la pop plus speedée et psyché, ne loupez pas le très recommandable 2 de Darker my Love (les mauvaises langues diraient "du Kula Shaker en bien") pas forcément mon truc, mais un des albums de l'année pour Lyle, et je peux le comprendre...  Plus à mon goût, Dark Lotus et son
The Opaque Brotherhood aura été une des meilleures surprises hip-hop de l'année...
Enfin, des petits malins ont bien compris que "Black" et "Dark" sont les grandes tendances actuelles dans les noms de groupe, et l'exploitent à fond... comme Dark Dark Dark  (The Snow Magic)... non, il ne s'agit pas de black metal, mais de folk... on attend pour l'année prochaine des "Black Black Black Black", des "Black Dark Black" "Kiss the Dark Anus of a Black Cat"et autres "Black Dark Captain Dark Light"...

Idem dans les noms d'albums...  

Original Darkness de Christina Carter aura été une de mes plus belles découvertes cette année. Dans un même style folk dépressif (mais en moins original), le Dark Undercoat d'Emily Jane White a obtenu un franc succès chez les blogueurs. Pas du tout été convaincu par Made in The Dark de Hot Chip, album qui a pourtant eu droit à de nombreuses critiques élogieuses cette année...

Deux LP qui valent qu'on y jette une oreille :
Atomic Neon - Darkenia (une consolation pour ceux qui attendaient avec impatience le dernier Cure... tant on jurerait entendre les Cure, mais dans une meilleure période que l'actuelle) 
Xavier Rudd - Dark Shades of blue (un vrai bon album rock, assez diversifié et efficace)

Deux EP :
Cat Power - Dark end of the street
Piano Magic - Dark Horses

Deux albums de pop délicate :

When Your Blackening Shows de Our Broken Garden (si vous aimez la pop éthérée, lente et mélancolique, précipitez-vous sur ce très bel album). 
Black Forest (tra la la) des Pale Young Gentlemen

Enfin : Sunlight To Blue... Blue To Blackness... album essentiellement instrumental, pas mauvais mais pas indispensable non plus des vétérans The Durutti Column, toujours présents et dont on parle toujours très peu... contrairement à AC/DC de retour avec un Black Ice très marketé, et surproduit à mon goût (de toute façon, AC/DC, depuis la mort de Bon Scott...)

Back in Black  

2008 aura surtout été l'année du grand retour de Portishead... on ne les attendait plus, on finissait par se dire "depuis le temps, le trip-hop est passé de mode, ils n'auraient jamais dû attendre si longemps, ils vont avoir l'air con avec leur trip-hop d'une autre époque..." mais non, ils reviennent avec la grande claque de l'année, un album d'une noirceur étonnante et radicale... le chef-d'oeuvre de l'année aura été noir, très noir. 
(chronique de Third)

"Portishead 10 - Guns n'Roses 0" : Cette année, les deux plus célèbres arlésiennes musicales des 15 dernières décennies ont enfin vu le jour. A ma droite, des artistes, Portishead, qui se réinventent et osent des choix esthétiques forts, à ma gauche, un "vieux" rockeur, Axl Rose qui a perdu l'urgence et le côté rêche de ses débuts (donc le rock'n'roll) pour se lancer dans une grosse production pyrotechnique, lisse et pompière. Portishead vainqueur par KO, donc.   


Nick Cave, "l'homme en noir" (depuis que Johnny Cash est parti, le titre revient au grand Nick), est toujours aussi prolifique... ce qui ne l'empêche pas de sortir d'excellents albums, comme ce très accrocheur et rock'n'roll Dig, Lazarus, Dig!!!, deuxième de mes albums de l'année derrière l'intouchable Third

Deux de mes artistes favoris de la décennie, Greg Weeks et Matt Elliott, ont sorti un album cette année... et comme à chaque fois, je n'ai pas été déçu. Des orfèvres dans le genre folk sombre et mélancolique... Howling Songs de Matt Elliott clôt sa "trilogie des songs" avec son album le plus noir et tourmenté, quant à Greg Weeks, non content de sortir un très bel album, a aussi produit un autre des meilleurs albums folk de l'année, celui de Fern Knight
Dans un registre moins sombre et plus "classique", je n'oublie pas le magnifique Sunday at Devil Dirt de Campbell/Lanegan... à consommer sans modération. 

En électro/trip-hop, juste après Portishead, mention spéciale à deux très bons albums électro-dark, Anne Clark, de retour, et Olga Kouklaki, une de mes découvertes de l'année.
  
En hard/metal, comme chaque année... rien. Si ce n'est le très efficace et rageur The Chemistry of Common Life de Fucked Up et, pour revenir aux noms en black The Black Post Society de Prurient, que je conseille vivement aux amateurs de musiques extrêmes. Plus original et moins lourdaud que les productions metal habituelles... mais à déconseiller aux oreilles sensibles.


Black Music

L'année rap n'aura pas été exceptionnelle. Beaucoup moins que l'année précédente avec ses El-P, Dälek, Public Enemy, Wu-Tang Clan, Dizzee Rascal.
Heureusement qu'il y a eu les très bons albums de Look Daggers, Kenny Segal et Dark Lotus pour apporter un peu de sang neuf, sinon, on aurait vraiment pas eu grand chose de réjouissant à se mettre dans les oreilles. Les RZA et GZA ont sorti des albums tout à fait écoutables, mais un peu décevants - forcément - comparés à leurs chefs-d'oeuvre.
Chez les grosses pointures du hip-hop, le Snoop Dogg est assez anecdotique, le Nas pas terrible, le 50 cent sans surprise... le pire étant le Kanye West. Qui n'a rien compris - si ce n'est au business - puisqu'il choisit de blanchir sa musique en se vautrant dans la pop mielleuse.
Les deux qui s'en sortent le mieux, dans le genre grosse production hip-hop, sont sans doute le Black Milk, puissant, et Lil'Wayne, cool, malin et légèrement barré.
Rising Down de The Roots a divisé... pas moi, qui l'ai trouvé - malgré quelques titres un peu moyens - vraiment très bon. Avec ce qui est le meilleur titre rap de l'année, à mon sens, l'imparable 75 Bars (Black's reconstruction), dans la playlist ci-dessous.

Deux albums soul ont eu un certain succès, le Duffy et le Rapahael Saadiq. Des albums bien foutus, c'est incontestable, mais trop propres, trop lisses... trop blancs. Mieux vaut se tourner vers les excellents disques de Baby Charles et Erykah Badu, qui, elles, font du vrai soul/funk intense (Baby Charles, surtout) et groovy (les deux).

Deux magnifiques albums de musique africaine, aussi, de Toumani Diabate (le plus traditionnel) et Rokia Traoré... il y en a sûrement eu d'autres, mais j'en ai écouté assez peu et ce sont les deux qui m'ont vraiment marqué.  

Pour terminer, parce qu'il n'est pas question non plus de tout voir en noir... un mot sur 3 albums de rock anglais qui m'ont vraiment enthousiasmé. Je suis toujours assez méfiant sur ce type de groupes, mais les Rascals, Foals et Last Shadow Puppets sont de grandes réussites dans leur genre, loin des Kooks et autres Kaiser Chiefs...
Deux sublimes albums pour les amateurs de musiques raffinées et très subtiles, le jazzy The dreamer de Jose James, et l'orientalisant Lucifer : Book of Angels vol.10 de Bar Kokhba. Ils ne sont pas dans mon "top 20", parce que je ne les mélange pas à ce qui est pop/rock/folk/rap/électro, sinon, ils seraient sans doute dans mes 5 albums favoris de l'année...
Ma dernière découverte de l'année : Villainaire de The Dead Science... formidable album de rock indie original, riche, inquiétant, fascinant, je le recommande très vivement.


Je vous laisse avec cette petite (il manque beaucoup de choses sur deezer, comme les Black Angels, The (Fallen) Black Deer...) "black playlist", de 10 titres, noms de groupes ou d'albums en black, pas tous forcément indiqués pour un réveillon festif (quoique...), mais les meilleurs de ces noms en black. Excellente année à tous !

Black Playlist



Découvrez The Roots!




Les meilleurs titres de 2008

Les Bilans de Nyko,
 Ska, Arbobo et Guic'

Mon classement des meilleurs albums 2008

Bilan 2007
Bilan 2006
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 11:02

Je me souviens des Inrockuptibles... je me souviens de ce journal découvert courant des années 90 chez une amie, de ce journal qui se démarquait vraiment de tout ce qu'on pouvait lire sur le rock. Des articles de fond, des groupes dont on entendait parler nulle part ailleurs (sauf chez Lenoir), une exigence esthétique et littéraire... mais tout ça, comme on a pu le constater depuis de nombreuses années, c'est de l'histoire ancienne.
Je n'oublie pas ce qu'ils m'ont apporté et m'ont fait découvrir (pas seulement en musique, d'ailleurs), et c'est pourquoi je ne pratique d'habitude qu'assez peu ce qui est un des sports favoris de la blogosphère rock : taper sur les inrocks (à force de racoler, les inrocks se trouvent maintenant pris entre deux feux : d'un côté, les rockeurs bourrins qui ont de toute façon toujours détesté leur élitisme ; de l'autre, les déçus, qui ne retrouvent plus l'exigence des débuts). Mais je n'oublie pas non plus pourquoi j'ai arrêté de les acheter depuis un bon moment déjà... la parfaite illustration en est leur classement des albums 2008. Le MGMT est, pour eux, l'album de l'année, alors que Third n'est que 7°... dans l'absolu, rien qui ne mérite qu'on s'acharne, ni même qu'on y accorde de l'importance. Sauf que c'est à mon sens particulièrement révélateur de tout ce qu'on peut reprocher actuellement aux Inrockuptibles.
Il ne s'agit pas d'un classement individuel, témoin des goûts d'une personne (après tout, on peut ne pas être sensible à Portishead et aimer la pop à la MGMT), mais de celui d'un journal, reflet de sa ligne éditoriale. Et force est de constater que la ligne éditoriale des inrocks est actuellement à l'opposé de celle de ses débuts. Ils revendiquaient une véritable esthétique : rejet de la superficialité, le fond est privilégié... maintenant, un seul mot d'ordre : la hype. Ils n'ont pas évolué avec l'époque... ils se sont fait bouffer par elle. A moins qu'elle ne révèle tout simplement ce à quoi ils aspiraient secrètement...

Il y a une dizaine d'année, je croisais de temps en temps une petite bande de gothiques/fans de rock indé... cheveux longs et fins, tous de noirs vêtus... ils se retrouvaient les samedis soir dans un bar PMU où passaient les pires tubes des années 80. Au début, plus ou moins par dérision, ils venaient y chanter, danser et se saouler... puis ce qui était une manière de "s'encanailler" est devenu une habitude. Ils ne pouvaient plus s'éclater autrement. Chaque fois que je rentrais chez moi et passais devant le bar, ils y étaient, sans faute, à chanter "les démons de Minuit" et autres "Boys boys boys"... Sans doute qu'au fond, leur attirance pour le gothique/rock indé n'était que de la pose, leur vraie nature était celle de gros bourrins.

Depuis quelques années, quand je lis les inrockuptibles, j'ai l'impression d'y voir cette petite bande... qui a finalement trouvé sa voie dans le fun et lâche chaque jour un peu plus de l'intransigeance de sa jeunesse. Sous le vieux pardessus noir du fan de rock indé de base se cachait un T-shirt "I love Britney"... et si sa coiffure était en bataille, c'est juste parce qu'il n'avait pas de fric pour se se payer une super-coupe fashion...

Les 4 premiers groupes de leur top, ce ne sont que des nouveautés symboles de la hype 2008 : MGMT, Fleet Foxes, Vampire Weekend, Santogold (maigre consolation : il reste le cinéma... le magnifique Two Lovers comme film de l'année, c'est tout de même bien plus classe que MGMT "album de l'année"). Je n'ai pas du tout été emballé par le Fleet Foxes, mais ça se défend... s'ils en avaient fait leur album de l'année, je n'aurais sans doute jamais ressenti le besoin d'écrire cet article.  

Il y a bien quelques anciens, plus loin... des anciens qui étaient auparavant parmi les icones des inrocks, comme Nick Cave. Ils reconnaissent que c'est du très bon Nick Cave... mais voilà, même un très bon Nick Cave se trouve maintenant loin derrière des conneries hype qui seront oubliées dans quelques mois (quand elles ne le sont pas déjà...)   

Les quelques années précédentes, les inrocks avaient déjà coutume de privilégier dans leur classement les nouveautés plutôt que les artistes importants lorsqu'ils sortaient de grands albums... le classement des lecteurs rétablissaient l'équilibre, eux plébiscitaient les Radiohead ou autres PJ Harvey... et ils avaient raison, Radiohead et PJ Harvey restent des références incontournables, là où bon nombre des groupes mis en avant par la rédaction ont été plus ou moins oubliés. Ce n'étaient que des feux de paille. Mais à force de valoriser la hype, les inrocks ont contaminé une partie de leurs lecteurs... MGMT est maintenant aussi premier pour les lecteurs, Portishead 3°.  

MGMT plutôt que Portishead, ce n'est pas seulement une question de hype, c'est aussi le symbole du rejet progressif chez les inrocks de la profondeur, de la noirceur, de l'exigence, pour toujours plus de fun, de flashy et de pop...  Ils n'ont plus grand chose de rock, d'ailleurs, mais "les inpopucktibles", ça sonne moyen, sinon, ils auraient changé leur nom... 

Portishead est même derrière... Kanye West. Qui vient de nous sortir son album le plus "pop pour la ménagère". Tant qu'à mettre Kanye West, ils auraient pu mettre aussi Madonna, dont le dernier album est aussi racoleur, mais finalement bien plus efficace. Seulement, Madonna, ça leur aurait valu trop de critiques... Mais le pire n'est pas là... le pire est qu'ils osent dire du dernier Kanye West : Le quatrième album du producteur et rappeur de Chicago est une oeuvre majeure qui se ressource dans la pop synthétique des 80’s pour mieux révolutionner les années 2000.        
Le Portishead est pourtant bien plus novateur que le Kanye West, mais bon, plus difficile à chantonner sous la douche et moins indiqué pour une soirée de jeunes cadres sup' branchés.... alors on préfère Kanye West chez les inrocks.

Il y a là aussi une vraie prise de position esthétique de leur part... le Kanye West est pour eux - et de loin - le meilleur album rap de l'année, et la proposition la plus excitante et convaincante dans le genre. Mais que propose Kanye West dans ce 808s & Heartbreak ? De virer le rap... parce qu'il n'y a pas grand chose de vraiment rap dans cet album, c'est de la pop à la Justin Timberlake (en moins funky...), tout est chanté... exit le flow qui est la base du rap, on lui préfère les "jolies mélodies accrocheuses"... Si je veux bien admettre que l'album - comme le MGMT - est sympa et plaisant quand on a envie de facilité pop, il n'est pas défendable du strict point de vue esthétique. Car ce que nous dit l'album - si tant est qu'on veuille le considérer comme "révolutionnaire" - c'est que l'avenir du rap n'est pas dans l'exigence ou l'étrangeté de l'abstract hip-hop ni dans le respect de ce qui fait la force du genre (urgence, groove imparable, expression de la rue), mais dans la pop mielleuse et gentillette.
S'ils aiment tant que ça le rap "grand public", ils auraient au moins pu préférer à Kanye West le Lil'Wayne... très accessible, mais plus malin, distancié, cool et original. Au lieu de virer le flow, lui le renouvelle (ou, du moins, lui apporte une touche très personnelle)...

Dans le même ordre d'idées, ils ont adoré Santogold... et rien sur l'excellent London Zoo de The Bug. Qui est à Santogold ce que la vodka pure est au coca light. Un album jubilatoire, festif, mais d'une puissance et d'une hargne radicalement opposées au très lisse et dispensable album de Santogold. London Zoo est sans doute trop intense pour les frêles oreilles de la rédaction des inrocks... au moins Santogold, comme Kanye West, comme MGMT, ça ne dérange personne... sauf les passionnés de musique pour lesquels exigence, esthétique et profondeur ne sont pas des tares. 

Un dernier top of the flops de l'année, hors-compétition, pour les inrocks et leur top albums 2008, ça s'imposait, il me semble... d'autant plus que les inrocks ont fini par tomber dans ce qu'ils ont si souvent reproché aux artistes par le passé : faire passer la facilité avant le style...

Partager cet article
Repost0