Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Playlist 2020

Classements d'albums

10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 11:16

 

clipping midcity 

1. Clipping - Midcity (9)

 

John Zorn Dreamachines

 

2. John Zorn - Dreamachines (9)

 

3. North Mississippi Allstars - World Boogie is Coming (9)

 

aes-dana-pollen.jpg

 

4. Aes Dana - Pollen (8,5)

 

Autechre---Exai.jpg  

 

5. Autechre - Exai (8,5)

6. The Knife - Shaking the habitual (8,5)

7. Ocoeur – Light as a feather (8,5)

8. Ghostface Killah - Twelve Reasons to Die (8,5)

9. The Haxan Cloak - Excavation (8,5)

10. Inspectah Deck - Czarface (8,5)

11. Family Atlantica – s/t (8,5)

12. Matt Elliott – Only Myocardial Infraction Can Break Your Heart (8,5) 

 

   

Classement par genres :

Rock, pop

  

1. Girls Names – The New Life (8)

2. Tropic of Cancer - Restless Idylls (8)

3. Nick Cave - Push the Sky Away (8)

4. Queens of the Stone Age – …Like Clockwork (8)

5. Agnes Obel - Aventine (8)

6. David Lynch - The Big Dream (8)

7. Unknown Mortal Orchestra - II (8)

8. Sallie Ford & the Sound Outside - Untamed Beast (7,5)

9. Jim James - Regions of Light and Sound of God (7,5)

10. Driving Dead Girl - I Think the Drums are Good (7,5)

 

Thee Oh Sees - Floating Coffin (7,5)

The Black Angels - Indigo Meadow (7,5)

I Am Kloot - Let it all In (7,5)

Primal Scream - More Light (7,5)

The Cave Singers - Naomi (7,5)

John Grant - Pale Green Ghosts (7,5)

Guadalupe Plata - Guadalupe Plata (7,5)

Jay-Jay Johanson - Cockroach (7,5)

Johnny Marr - The Messenger (7,5)

Deerhunter - Monomania (7)

Iceage - You're nothing (7)

Depeche Mode - Delta Machine (7)

Low - The Invisible Way (7)

Tunng - Turbines (7)

Camera Obscura - Desire Lines (7)

Au Revoir Simone - Move in Spectrums (7)

B.R.M.C. - Specter at the Feast (7)

Crystal Stilts - Nature Noir (7)  

Detroit - Horizons (7)

The Veils - Time Stays, We Go (7)

Savages - Silent Yourself (7)

Suuns - Images du Futur (7)

My Bloody Valentine - M B V (6,5)

The Men - New Moon (6,5)

David Bowie - The Next Day (6,5)

Anna Calvi - One Breath (6,5)

Chelsea Light Moving - Chelsea Light Moving (6,5)

Kate Nash - Girl talk (6,5)

Jagwar Ma - Howlin (6,5)

Girls in Hawaï - Everest (6,5)

Arctic Monkeys - AM (6,5)

Fidlar - Fidlar (6,5)

Paul McCartney - New (6,5)

Jonathan Wilson - Fanfare (6,5)

Yo La Tengo - Fade (6,5)

Midlake - Antiphon (6)

Mudhoney - Vanishing Point (6)

Veronica Falls - Waiting for something to happen (6)

Steven Wilson - The Raven that refused to sing and other Stories (6)

Christopher Owens - Lysandre (6)

STRFKR - Miracle Mile (6)

Yeah Yeah Yeahs – Mosquito (6)

Gary Numan - Splinter (6)

Iggy & the Stooges – Ready to Die (6)

The National - Trouble will find me (6)  

Phosphorescent - Muchacho (6)

Franz Ferdinand - Right Thoughts, Right Words, Right Action (5,5)

Dog & Panther - Our Bodies (5,5)

Ty Segall - Sleeper (5)

Youth Lagoon - Wondrous Bughouse (5)

Touche Amore - Is Survived by (5)
Bastille - Bad Blood (4,5)

An Pierlé - Strange Days (4,5)

Frightened Rabbit - Pedestrian Verse (4,5)

Suede - Bloodsports (4,5)

Shout Out Louds - Optica (4,5)

The Naked and Famous - In Rolling Waves (4,5)  

Cold War Kids – Dear Miss Lonelyhearts (4,5)

Lanterns on the Lake - Until the Colours Run (4,5)

Connan Mockasin - Caramel (4,5)

Parquet Courts - Light up Gold (4,5)

Kings of Leon - Mechanical Bull (4)
Vampire Weekend – Modern Vampires of the City (4)

AFI - Burials (4)

Haim - Days are gone (2,5)

Moby - Innocents (2) 

Charli XCX - True Romance (2) 

Biffy Clyro - Opposites (2) 

OneRepublic - Native (1)

Blake Shelton - Based on a True Story (0,5)

 

Post-Rock, instrumental 

 

1. Gamardah Fungus - Night walk with me (8.5)

2. Ensemble Pearl – Ensemble Pearl (8)

3. Russian Circles - Memorial (8)

4. These New Puritans - Field of Reeds (8)

5. Calibro 35 - Traditori di Tutti (7.5)

6. Arrington de Dionyso’s Malaikat dan Singa – Open the crown (7,5)

7. Master Musicians Of Bukkake – Far West (7,5)

8. The Flaming Lips - The Terror (7,5)

9. Akron/Family - Sub Verses (7,5)
10. Sigur Ros - Kveikur (6,5) 
 
Ampacity - Encounter One (6,5)
 
Mountains - Centralia (6)
 
  
Folk-rock, Folk, Blues

 

1. North Mississippi Allstars - World Boogie is Coming (9)

2. Matt Elliott – Only Myocardial Infraction Can Break Your Heart (8,5) 

3. Jacco Gardner – Cabinet of curiosities (8)

4. Goldfrapp - Tales of Us (8)

5. Laura Marling - Once I was an Eagle (8)

6. Mazzy Star - Seasons of your Day (7,5)

7. The Devil Makes Three - I'm a stranger here (7,5)

8. Lisa Germano – No Elephants (7,5)

9. Mark Lanegan & Duke Garwood - Black Pudding (7,5)

10. Mathis Haug - Distance (7,5)

 

The Deep Dark Woods - Jubilee   (7,5)

 

Bill Callahan - Dream River (7,5)

Ben Harper & Charlie Musselwhite - Get Up ! (7)

Emily Jane White - Blood / Lines (7)

Patty Griffin - Silver Bell (7)

Of Montreal - Lousy with Sylvianbriar (7)

Josh Ritter - The Beast in its Tracks (7)

Matt Berry - Kill the wolf (6.5)
Nancy Elizabeth - Dancing (6,5)

Mount Moriah - Miracle Temple (6,5)

Wooden Wand - Blood Oaths of the New Blues (6,5)

Iron & Wine - Ghost on Ghost (6,5)

Valerie June - Pushin' against a stone (6)

Lonnie Holley - Just before Music (6) 

Devandra Banhart - Mala (6)

Deer Tick - Negativity (5) 

  

Hard, metal

 

1. Tomahawk - Oddfellows (7)

2. Cult of Luna - Vertikal (6,5)

3. Red Fang - Whales and Leeches (6,5)

4. Motörhead - Aftershock (6) 

5. Heaving Suns - Giants (6)

6. Soulfly - Savages (5)

7. Black Veil Bride - Wretched and Divine : "The Story of the Wild Ones" (0,5)

8. A Day to Remember - Common Courtesy (0)  

 

 

Electro, Downtempo



1. Aes Dana -  Pollen (8,5)

2. Autechre - Exai (8,5)

3. The Knife - Shaking the habitual (8,5)

4. Ocoeur – Light as a feather (8,5)

5. The Haxan Cloak - Excavation (8,5)

6. Boards of Canada - Tomorrow's Harvest (8)

7. Bluetech - Dreaming Into Being (8)

8. Shpongle - Museum of Consciousness (8)

9. Woob - Ultrascope (8)

10. PVT - Homosapien (7,5)  

 

Fuck Buttons - Slow Focus (7,5)

Akkord - Akkord (7,5)

Atoms for Peace – Amok (7,5)

Ghostheory - The Wailing Wall (7,5)

Forest Swords - Engravings (7,5)

Juno Reactor - The Golden Sun of the Great East (7,5)  

David August - Times (7,5)

Trentemoller - Lost (7,5)
James Holden - The Inheritors (7,5)

Klaus Schulze - Shadowlands (7,5)

Death Grips - No Love deep Web (7,5)

Zef Bloemen - Nuss (7,5) 

Tricky - False Idols (7)

The Field - Cupid's Head (7)

Nils Frahm - Spaces (7)

Destroid - The Invasion (7)

Darkside - Psychic (7)

Pantha du Prince & The Bells Laboratory - Elements of Light (7)

Still Corners - Strange Pleasures (7)

Emika - DVA (7)

Julia Holter - Loud City (7)

Machinedrum - Vapor City (7)

Angel of Violence - Strength from Scarring (7)

The Stranger - Watching Dead Empires in Decay (7)

College - Heritage (7)

Ugasanie - White Silence (7)

Moderat - II (7)

The Black Dog - Tranklements (6,5)

Jon Hopkins - Immunity (6,5)

How to Destroy Angels – Welcome Oblivion (6,5)

Bonobo - The North Borders (6,5)

The Digital Connection - Stasis (6,5)

Wraetlic - Wraetlic (6,5)

Woodkid - The Golden Age (6,5)

Astrid Engberg - Poetry is Gone (6,5)
Tim Hecker - Virgins (6,5)
Four Tet - Beautiful Rewind (6,5)
Egyptrixx - A/B Til Infinity (6,5)
Majical Cloudz - Impersonator (6,5) 
Booka Shade - Eve (6,5)
Lazerhawk - Skull and Shark (6.5)
Aseptic Voids - Psychosis (6)
Noja Things - Home (6) 
RJD2 - More is than Isn't (6)
Amatorski - TBC (6)
Thriftworks - Terry-D (6)
Emancipator - Dusk to Dawn (6)

Oneohtric Point Never - R plus Seven (6)

Morcheeba - Head Up High  (6)

Logos - Cold Mission (6)

Darkstar - News from nowhere (6) 

Kavinsky - Outrun (5,5)

Thundercat – Apocalypse (5,5)

DJ Rashad – Double Cup (5,5)

The Orb (feat. Lee Scratch Perry) - presents the Observer in the Star House (5,5)

Baths - Obsidian (5)

Daft Punk - Random Access Memories (4,5)

Flume - Flume (4,5)

PrototypeRaptor - Nostalgiarithm (4,5)

Modestep - Evolution Theory (4)

The Impossible Girl - The Sky is Calling (3,5)

Diana - Perpetual Surrender  (3,5)

Disclosure - Settle (3)  

Autre Ne Veut - Anxiety (2,5) 

Rap 

 

1. Clipping - Midcity (9)

2. Ghostface Killah - Twelve Reasons to Die (8,5)

3. Inspectah Deck - Czarface (8,5)

4. Alchemist & Prodigy - Albert Einstein (8,5)

5. El-P - Run the Jewels (8)

6. Kanye West - Yeezus (8)

7. Danny Brown - Old (8)

8. The Doppelgangaz - Hark (7,5)

9. Tyler, The Creator - Wolf (7,5)

10. Apojii - Beautiful Imperfection (7,5)

 

Black Milk - No Poison No Paradise (7,5)

Blu - York (7,5)

Childish Gambino – Because of the Internet (7,5)

Statik Selektah - Extended Play (7)

Kid Cudi – Indicud (7) 

Blake Allee - Televisionn (7)

Ghostpoet - Some Say I So I Say Light (7)

Freddie Gibbs - ESGN (Evil Seeds Grow Naturally) (6,5)

Sadistik - Flowers for my Father (6)

The Uncluded - Hokey Fright (6)

Eminem - The Marshall Mathers LP 2 (6)

Quasimoto - Yessir whatever (6)

Tinie Tempah - Demonstration (6)

Pusha T - My name is my name (6,5) 

Tech N9ne - Something Else (5,5)

Drake - Nothing was the same (5)

Deltron 3030 - Event II (5) 

M.I.A. - Matangi (5)

Juels - Gigawatts (5)

Tray Samuels - A Class by Myself (4)

Orties - Sextape (4)

Joe Budden - No Love Lost (3,5)

Dizzee Rascal - The Fifth (0,5)

 


Soul, Funk, R&B 

 

1. Fat Freddy's Drop - Blackbird (8)

2. Charles Bradley - Victim of Love (7,5)

3. Robert Glasper Experiment - Black Radio 2 (7,5)

4. José James - No beginning No End (7)

5. Nicole Willis & The Soul Investigators - Tortured Soul (7)

6. Rhye - Woman (6,5)

7. Janelle Monae - Electric Lady (6)

8. The Internet - Feel Good (6)

9. James Blake - Overgrown (5,5)   

 

 

Jazz, musique contemporaine, musiques du monde...

  

1. John Zorn - Dreamachines (9)

2. Family Atlantica – s/t (8,5)

3. The Heliocentrics - 13 Degrees of Reality (8)

4. Melt Yourself Down – s/t (8)

5. Mop Mop - Isle of Magic (8)

6. Recomposed by Max Richter - Vivaldi : The Four Seasons (8)

7. Steve Coleman - Functional Arrhythmias (8)

8. Colin Stetson - New History Warfare Vol. 3 : To see More Light (7,5)

9. Omar Souleyman - Wenu Wenu (7,5)

10. Femi Kuti - No place for my dream (7,5)

 

Ana Moura - Desfado (7,5)

Dengue Dengue Dengue - La Alianza Profunda (7,5)

Rokia Traoré - Beautiful Africa (7,5)

Secret Chiefs 3 - Book of Souls Folio A (7,5)

Henri Texier – At l’improviste (7,5)

Gabriela Friedli Trio – Started (7,5) 

Bachar Mar-Khalifé - Who's Gonna Get the Ball from Behind... (7)

Joshua Redman – Walking Shadows (7)

Marco Cappelli Acoustic Trio - Le Stagioni del Commissario Ricciardi (7)

Olafur Arnalds - For Now I am Winter (6,5)

Ludovico Einaudi - In a Time Lapse (6)

 

 

Classique

 

Steve Reich - Radio rewrite (8)

Christopher Rouse - Symphonie n°4 (7.5)

Philip Glass - Quatuor à Cordes n° 6 (7)

John Adams - Saxophone Concerto (6.5)

Edward Gregson - Aztec Dances (6)

 

 

Bandes Originales

 

1. Chris Bacon - Bates Motel (8,5)

2. Roque Banos - Goya en Burdeos (8.5)

3. Alexandre Desplat - Zero Dark Thirty (8)  

4. Cliff Martinez - Only God Forgives (8)

5. Hans Zimmer - Man of Steel (8)

6. Christopher Drake - Batman Arkham Origins (BO) (8)

7. Roque Banos - Oldboy (8)

8. Gustavo Santaolalla - The Last of Us (BO) (8)

9. Johann Johannsson - Prisoners (8)

10. Thierry Newman - Side Effects (BO) (8)

 

 

Marco Beltrami - World War Z (8)

Ramin Djawadi - Game of Thrones saison 3 (7,5)

Tom Tykwer - Cloud Atlas (7,5)

Power Glove - Far Cry 3 Blood Dragon (7,5)

Mike Patton - The Place beyond the Pines (7)

Mogwai - Les Revenants (BO) (7)

Hans Zimmer - The Lone Ranger (7)

Roque Banos - Ayax (7)

Cliff Martinez & Skrillex - Spring Breakers (6,5)

Marco Beltrami - Die Hard V (6,5)

Ryan Amon - Elysium (6,5)

Danny Elfmann - Oz : the Great and Powerful (6)

James Newton Howard - After Earth (5)

Brian Tyler - Iron Man 3 (4,5)  

 

A venir :
   
Pearl Jam - Lightning Bolt
Glasser - Interiors
Deep Vally - Sistrionix
Dead Meadow - Warble Womb 
 
  
Barème :

10. Chef-d'oeuvre
9. Exceptionnel
8. Très bon album
7. Bon album 
6. Ecoutable, sans plus
5. Bof...
4. Pas terrible
3. A éviter
2. Vraiment mauvais
1. Nul
0. Nullité absolue    
 
Autres classements évolutifs sur : 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 19:38

05/02/2013

 

clipping-midcity.jpgL’album qui m’a le plus captivé en ce début d’année n’est pas le dernier Nick Cave, mais bien ce Midcity de Clipping (d’obscurs rappeurs bruitistes – non, ne fuyez pas). Pourtant, il est très réussi, le Push the Sky Away du grand Nick. Un album qui s’écoute en boucle avec plaisir, rien à redire sur les mélodies, les instrumentations, le chant, c’est du bel ouvrage à tous les niveaux…  il était même jusqu’à la semaine dernière mon album préféré de ce début d’année. Mais il a beau être plein de qualités, il y manque tout de même un petit quelque chose… un grain de folie, peut-être. Ce qui fait basculer un album de la catégorie « très bon album » à « grand album » : le fait qu’il vous mette une grande claque. Et, au hasard de recherches sur bandcamp, j’ai découvert ce formidable album de Clipping qui m’en aura mis, lui, une belle.

Du rap sur des instrus bruitistes…  une alchimie qui fonctionne ici à merveille. Il y a deux types d’alchimie en musique, celle, stylistique, qui consiste à mélanger des éléments de styles divers, et l’autre, que l’on pourrait définir comme la « musicalité », l’art de faire de ce mélange quelque chose qui va fonctionner plus ou moins bien. L’alchimie stylistique de cet album est particulièrement efficace et pertinente, car on a plus que jamais besoin, lorsque le hip-hop se fait un peu trop lisse et consensuel, de rappeurs qui se radicalisent pour continuer à porter haut le flambeau d’un rap insoumis et original. Pour autant, le « bruitisme », ce n’est pas nouveau… il y a tout juste un siècle, en mars 1913, Luigi Russolo publiait L’art des Bruits, manifeste du mouvement futuriste italien. Parler sur des musiques non tonales et agressives, c’est encore un peu plus ancien, il faut remonter quelques années avant, avec Schönberg (« Sprechgesang » (parler-chanté) et musique expressionniste). Mais, bien entendu, la comparaison avec Clipping s’arrête là, il s’agit de deux époques et deux univers musicaux très différents. Précisons aussi que Clipping ne sont pas non plus les tous premiers à faire du rap bruitiste… mais eux le font particulièrement bien.

La 2° forme d’alchimie musicale… peut se diviser en deux. En premier lieu, la manière d’agencer des sonorités / styles / éléments musicaux, ce qui est encore remarquable chez Clipping, car il ne s’agit pas de « rap bruitiste » où les textes seraient hurlés sur un déluge de bruits, c’est bien plus subtil et « musical », puisque la voix est claire, c’est du vrai rap, avec un excellent flow, du groove, une scansion incantatoire et accrocheuse, le tout ponctué par de brèves et intenses instrus bruitistes. Enfin, dernier stade de cette alchimie, le plus subjectif mais aussi le plus important, le fait que tout cela fonctionne ou pas. Le plus important, car après tout, n’importe quel abruti peut faire du rap sur du bruit… ça ne devient véritablement intéressant que si les compositions et l’interprétation sont bien foutues et convaincantes, ce qui est le cas ici. Je suis souvent sceptique face aux musiques dites expérimentales ou bruitistes, car le geste artistique qui consiste à faire des musiques purement dissonantes n’est, depuis longtemps, plus une fin en soi. La musique atonale existe depuis plus d’un siècle, elle était un geste radical, surprenant, dérangeant…  mais en 2013, elle n’a plus rien de novateur. Le bruit pour le bruit, la dissonance pour la dissonance (ce qui n’était déjà pas le cas chez Schönberg, dont la musique très riche et complexe ne peut se réduire à cela), on connaît, et il n’est pas plus possible de s’en contenter maintenant que de se contenter actuellement du caractère « abstrait » d’un tableau pour s’extasier.

D’une certaine manière, Clipping me fait penser à Sonic Youth… la même intelligence musicale qui leur permet d’intégrer des éléments de musiques atonales en général inaudibles pour le grand public, sans pour autant « trahir » le genre auquel ils appartiennent et sans pour autant négliger de faire de vrais bons morceaux. Sonic Youth, ça reste avant tout du rock, intense et accrocheur, comme Clipping fait du rap, tout aussi intense et accrocheur… Alors certes, pas plus que Sonic Youth ne pourrait séduire le premier fan de U2 venu, Clipping ne saurait séduire le premier fan de Kanye West venu. Mais pour peu que l’on soit ouvert à de nouvelles expériences musicales et qu’on n’ait pas l’oreille trop fragile ni frileuse, même sans être un inconditionnel de musiques expérimentales, on peut sans problème être captivé par ce grand album.

Pour terminer sur un point plus anecdotique, il est assez surprenant et amusant de constater que Clipping vient de L.A., bastion du gangsta-rap funky et cool, pas le genre d’endroit où l’on s’attend à trouver ce genre de hip-hop…

L’album en écoute :

 

(Vous noterez aussi, dès le morceau d’intro, la virtuosité du flow…)

Une excellente vidéo du groupe en studio :

 

Laissons-leur la parole en guise de conclusion, voilà comment ils se définissent sur facebook, et c’est plutôt bien vu :

Clipping: make party music for the club you wish you hadn't gone to, the car you don't remember getting in, and the streets you don't feel safe on.

 

Le site web de Clipping

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 22:39

lincoln.jpg

Zero-Dark-Thirty.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux films sur deux moments importants de l’histoire de l’Amérique, par deux réalisateurs connus pour leurs œuvres divertissantes et efficaces, mais qui, ici, n’hésitent pas à perdre en accessibilité et en intensité (Bigelow) ou en grandiloquence (Spielberg) pour traiter leur sujet de la manière la plus sérieuse possible. On connaît le patriotisme de l’Amérique et son goût pour le grand spectacle… mais cela ne l’a jamais empêchée de s’emparer de moments clés de son histoire pour en faire des films intelligents et beaucoup moins manichéens qu’on pourrait le penser, loin des clichés du film de propagande héroïque et pompeux.

Lincoln, un biopic ? Sûrement pas. Aucune scène touchante sur la jeunesse de Lincoln, et si l’on y retrouve quelques scènes fortes sur les relations entre Lincoln et sa femme ou ses fils, elles ne sont que secondaires, ce n’est véritablement pas ce qui semble intéresser ici Spielberg. Lincoln délaisse parfois sa famille, met de côté ses émotions et tait sa douleur pour se concentrer essentiellement sur son grand projet qu’est l’abolition de l’esclavage, et Spielberg, d’une certaine manière, fait de même, s’attardant beaucoup moins sur les scènes familiales que sur le processus qui a conduit à la fin de l’esclavage.

Lincoln, un film grandiloquent qui exalte ce grand moment de l’histoire de l’Amérique où l’on a (enfin) voté l’abolition de l’esclavage ? Un film traversé par un grand souffle patriotique, célébrant avec lyrisme le « héros » Lincoln ?  Non plus. Si l’on ressent (parfois un peu trop) l’admiration de Spielberg pour l’homme qu’était Lincoln, il n’hésite pas pour autant à s’attarder (parfois un peu trop aussi) sur ses petites magouilles pour arriver à ses fins. Là où l’on aurait attendu de grands discours enflammés et humanistes, de belles paroles sur la liberté, l’égalité, la fraternité… Spielberg nous montre surtout un véritable « homme politique ». Pas un visionnaire porté par de grandes idées et qui en oublie les petits jeux de pouvoir, bien au contraire. Lincoln cherche moins à convaincre par de nobles paroles que par de nombreuses tractations en « achetant » des votes. Un film beaucoup plus politique qu’idéaliste, ce qui pourrait en rebuter certains, et ce qui m’a plutôt agréablement surpris de la part de Spielberg.

Autre agréable surprise, bien plus encore que Lincoln : Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow.

Depuis que l’Amérique a découvert les mensonges de son administration qui ont mené à la guerre en Irak, difficile de faire des films de guerre manichéens avec de bons américains d’un côté, et des méchants de l’autre. Pourtant, sur la traque de Ben Laden, ils auraient légitimement pu tomber dans ce penchant « héroïque », car à moins d’anti-américanisme primaire ou de sympathies terroristes, je ne vois pas trop comment, face à Ben Laden et Al-Qaïda, on pourrait reprocher aux américains de se présenter comme les bons en guerre contre les mauvais. Là, ils avaient vraiment – comme avec les Nazis lors de la seconde guerre mondiale – un ennemi indéfendable et l’occasion de faire un grand film patriotique. On aurait pu imaginer une équipe d’agents charismatiques et attachants, mettant tout en œuvre pour retrouver Ben Laden, puis un groupe de soldats tout aussi charismatiques, prenant d’assaut la villa, avec le traditionnel héros qui portera la coup fatal à l’ennemi public N°1… Mais non, rien de tout ça. Bigelow s’intéresse peu aux « hommes et femmes » que sont les agents de la CIA, elle reste principalement focalisée sur son héroïne, aussi fascinante par sa détermination que froide et peu sociable. Là encore, le film est à l’image de son héroïne : pas de sentimentalisme, de sensiblerie ou de lyrisme, mais une certaine froideur, et une telle obsession des faits et de la mécanique qu’elle(s) – Bigelow comme son héroïne - délaisse(nt) un peu l’humain (ce qui rejoint là aussi Lincoln). Quant à la dernière partie sur l’intervention militaire, pas d’héroïsme et de gloriole non plus, mais un combat déséquilibré entre une vingtaine de soldats surentraînés et suréquipés face à des femmes et enfants en pleurs, et à 3 barbus à peine réveillés.

Là où l’on devrait féliciter Kathryn Bigelow d’avoir réussi, sur ce sujet, à faire un très bon film (comme l’était son précédent, l’excellent Démineurs), sans ne jamais tomber dans la grandiloquence et le manichéisme ( Zero Dark Thirty pourra même sembler un peu trop long et austère à ceux qui ne se passionnent pas pour cette histoire – autre point commun avec Lincoln), ça n’a pas loupé, il a fallu que le film fasse polémique et qu’on l’accuse de faire « l’apologie de la torture ». Tout comme j’ai défendu la série 24 sur cette question, ici, je ne vais pas manquer de le faire pour le film de Bigelow…

« Apologie de la torture »… Bigelow a même été comparée à Leni Riefenstahl (ce qui mérite déjà l’oscar du point godwin de l’année). Maintenant, il suffit que vous ne preniez pas un parti très clair contre tel ou tel phénomène pouvant choquer l’opinion dominante pour que l’on vous accuse d’en faire « l’apologie »… plutôt que de tourner 7 fois la langue dans leur bouche avant de s’exprimer, il faudrait que certains commencent déjà par saisir le sens des mots qu’ils emploient. Il n’y a aucune apologie de la torture dans Zero Dark Thirty. Tout juste une légère ambiguïté, laissant au spectateur la possibilité de se faire sa propre opinion. Il me semble pourtant que, dans une œuvre, laisser la porte ouverte aux interprétations diverses, ne pas surligner que tel acte est bon ou mauvais, moral ou pas, et ne pas faire de sermons, est plutôt une qualité. C’est la « jurisprudence Madame Bovary » (idem pour American Psycho de Bret Easton Ellis), on devrait avoir intégré, depuis le temps, qu’une œuvre n’est pas un cours de morale, et qu’elle a bien le droit de ne pas porter de jugement définitif sur les pratiques condamnables, choquantes ou immorales qu’elle présente. Si les indignations et condamnations morales des œuvres étaient plutôt traditionnellement réservées à la droite (enfin, dans les pays occidentaux, je ne parle pas des dictatures communistes), il me semble depuis un certain temps qu’elles sont de plus en plus fréquentes à gauche. Et, au fond, je les trouve plus acceptables à droite… parce qu’après tout, la droite est ici dans son rôle, c’est même devenu une forme de « jeu » entre les artistes et les ligues de vertus (aux EU, en particulier) ou moralistes de droite. Plus ces derniers sont choqués, plus les artistes en rajoutent… choquer le bourgeois, de droite. On pense évidemment aux stickers « explicit lyrics », imposées par les ligues réactionnaires aux EU sur les albums dont les textes peuvent être orduriers, violents, choquants… et que les musiciens, notamment de metal ou de rap, espèrent chaque fois obtenir, car ils savent que ça sera plus vendeur auprès de la jeunesse. Mais la gauche n’a pas d’excuse, elle qui, d’ordinaire, défend la liberté d’expression des artistes, et leur liberté à être transgressifs, choquants, amoraux… on aurait le droit d’être transgressif quand on choque le bourgeois de droite, pas quand on choque le bourgeois de gauche ? On ne devrait pas juger une œuvre sur des critères moraux ou idéologiques… sauf si elle est de droite ? (ce qui n’est d’ailleurs pas le cas de Zero Dark Thirty, qui n’est pas vraiment marquée idéologiquement… peut-être est-ce cela, d’ailleurs que lui reprochent les moralistes de gauche, ne pas être assez à gauche…)

Des ligues féministes avaient hurlé au scandale lorsqu’est paru American Psycho… parce que des femmes se faisaient violer et torturer sans que cela soit explicitement condamné dans le livre. L’exemple-même de polémique débile, le narrateur étant le psychopathe qui commet ces crimes, il n’allait tout de même pas chaque fois nous dire à quel point c’était mal. Aurait-il fallu que Bret Easton Ellis, lors de chaque meurtre, précise en note de bas de page : « Cher lecteur, je tiens à préciser que je ne cautionne absolument pas cet acte immonde. Torturer, violer et tuer, c’est mal. Très mal. » Ou que le seul psychopathe « acceptable », comme personnage principal d’une œuvre de fiction, ne tue pas de femmes innocentes, mais seulement d’horribles crapules ? Ca existe déjà, ça s’appelle Dexter… et ça suscite tout de même l’indignation et certaines « condamnations morales », de droite (pour la violence, le côté malsain, le héros psychopathe) comme de gauche (parce que la série légitimerait la peine de mort et le fait de se faire justice soi-même).

Pour revenir à Zero Dark Thirty, Kathryn Bigelow a beau avoir bien insisté lors de nombreux plans (peut-être même trop à mon goût) sur le visage de dégoût de l’héroïne face aux actes de torture, elle a beau ne pas nous montrer un « monstre » que le spectateur aurait pu accepter de voir torturé, ni un tortionnaire dont on justifierait les actes (par exemple l’héroïne qui lui dirait, sur une montée de violons «c’est dur, mais n’oublie pas tous les enfants que tu pourras sauver une fois que ce salopard aura fini par nous dire ce qu’il sait »)… ce n’est pas assez, elle aurait dû en faire encore plus pour nous montrer à quel point la torture, c’est mal. Ou alors, ne pas la montrer ? Mais si Bigelow ne l’avait pas fait, c’est là où elle aurait été critiquable, c’est là où l'on aurait pu l’accuser de faire de la propagande, en cachant que l’on a utilisé la torture pour débusquer les terroristes. Une œuvre a bien le droit, évidemment, d’être marquée à droite ou à gauche, de défendre les idées qu’elle veut… en revanche, les vraies œuvres de propagande sont critiquables, moins pour les idées qu’elles défendent que pour leur naïveté, leur grandiloquence, et leurs mensonges. Mais Zero Dark Thirty est tout sauf une œuvre de propagande. Ce qui est plutôt bon signe, c’est qu’elle ne racole ni à droite - puisqu’il ne s’agit absolument pas d’un grand film patriotique et lyrique avec des « héros américains charismatiques » - ni à gauche, parce que même si l’héroïne n’aime pas la torture… elle ne fait rien pour l’arrêter, et en attend des résultats pour avancer. Les scènes de torture de Zero Dark Thirty ne sont pas condamnables, elles sont, au contraire, parfaitement mises en scène. Comme dans 24, il n’y est pas question d’apologie, d'éloge de la torture, loin de là, mais plutôt de nous questionner sur les limites que l’on peut être prêt à franchir pour sauver des innocents menacés par le terrorisme…

Il faut toujours parier sur l’intelligence du public… car même s’il ne l’est pas, le simple fait d’éviter de lui imposer une morale toute faite et une idéologie bien sous tous rapports, c’est le pousser à la réflexion, ce qui, jusqu’à preuve du contraire, est toujours plutôt une bonne chose…

Enfin, pour terminer sur une note très personnelle et plus anecdotique… Zero Dark Thirty était le titre d’un de mes morceaux favoris de l’an dernier (par Aesop Rock), il sera assurément celui d’un de mes films préférés de 2013.

Partager cet article
Repost0