Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 10:25

Plus difficile cette année que les précédentes de trouver de bonnes chansons pour débuter ma playlist évolutive... mais il y en a tout de même quelques-unes, parmi celles disponibles sur grooveshark, qui valent le détour. Rock, rap, folk, soul et musique touareg ; 14 titres pour bien commencer 2014 :


Playlist 2014

 

 

La playlist en écoute sur grooveshark

Repost 0
Published by G.T. - dans Playlist
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 23:19

Sharon_Jones.jpgJe tarde un peu à lancer ma playlist 2014, rares sont les chansons qui m’ont marqué en ce début d’année… mais il y en a au moins une qui me semble assez imparable, Retreat! de Sharon Jones.

 

A 57 ans, avec une telle voix et un tel son, on pourrait imaginer que Sharon Jones roule sa bosse dans le milieu de la soul depuis de nombreuses décennies, mais elle n’a sorti son premier album qu’en 2002, elle qui travaillait auparavant comme surveillante pénitentiaire et convoyeuse de fonds. On ne s’étonnera donc pas que la soul énergique qu’elle pratique soit assez éloignée de l’actuel r’n’b sucré pour fillettes. L’originalité de Retreat! tient d’ailleurs avant tout dans son riff, un riff de basse assez « sombre et guerrier », pas très courant dans la soul et le funk (avec cette fameuse sixte mineure à laquelle j’ai beaucoup de mal à résister). Tout le reste du morceau (chant, instrumentation) est typique de la bonne vieille soul des 60’s-70’s, c’est vraiment le riff qui lui donne sa singularité.

Sharon Jones & the Dap-Kings – Retreat!

 


 

 

Petit aparté pour les musiciens - puisque j’ai parlé de la sixte - le riff de basse est intéressant ; non pas qu’il soit particulièrement virtuose, mais parce que la difficulté réside dans le fait de placer les notes aux bons endroits. Si vous voulez l’essayer, on part du Sol, puis montée chromatique (sol-la b – la – si b), en glissant, on passe au mi b (la sixte du sol), c’est la première partie de la phrase, la « question » (ou antécédent, cf. mon article sur la symétrie mélodique), on est monté du sol au mi b (la sixte mineure), on va ensuite redescendre, c’est la « réponse » (ou conséquent), avec un saut de quarte si b – mi b qu’on descend ensuite d’un demi-ton, la – ré, et on termine sur la fondamentale le sol. Une boucle bien bouclée, puisqu’elle se termine par l’habituel passage de la quinte (ré) à la fondamentale (sol). Bien entendu, il y a plusieurs broderies au fil du morceau, quelques autres notes de basse s’intercalent, mais vous avez là le riff « de base ».

Sol – sol – la b – la – si b – mi b

Si b – mi b – la – ré - sol  

 

L’album de Sharon Jones « Give the people what they want », n’est peut-être pas son meilleur, mais il est un des meilleurs LP de ce début d’année... & écouter sur grooveshark :

Sharon Jones & The Dap-Kings - Give the people what they want

Sur spotify : 

Repost 0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 23:13

paco-de-luciaCe matin, un des plus grands musiciens de ces 50 dernières années s’est éteint. Paco de Lucia, virtuose de la guitare flamenco, a été victime d’une crise cardiaque, à 66 ans.

 

On a coutume de penser que les racines et la tradition priment dans les « musiques du monde » ou folkloriques mais elles ne sont pas figées pour autant, et Paco de Lucia est un très bon exemple de musicien qui a su faire évoluer la musique traditionnelle de son pays sans la dénaturer. Par de nouvelles techniques guitaristiques, par l’ajout d’instruments électriques, la fusion avec d’autres genres musicaux (notamment le jazz, mais aussi la musique brésilienne).

Pour découvrir Paco de Lucia, rien de tel que cette excellente version d’Entre dos Aguas, en 1976 :

 

Un album que je vous recommande :

Paco de Lucia – Fuente y Caudal (1973)

Sur grooveshark, la page des albums de Paco de Lucia

 

En 1981, il collabore avec deux autres géants de la guitare, John McLaughlin et Al di Meola, ce qui donnera lieu à un fameux concert et un album incontournable pour tous les passionnés de guitare :  Friday Night in San Francisco (1981).

Une « dream team » de guitaristes (ou même de musiciens), c’est souvent casse-gueule, mais là, ça fonctionne…

 

Pour terminer par un « retour aux origines » du flamenco pur et dur, et un sommet du genre, Cepa Andaluza :

 

Rest in Peace, Paco, l’Espagne devrait lui être éternellement reconnaissante pour avoir su si bien magnifier et faire évoluer sa musique…


Plus d’infos biographiques :

La page wikipedia de Paco de Lucia (celle en anglais est plus complète)

 

Paco de Lucia, 1947-2014

Paco-de-Lucia-2.jpg

Repost 0