Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 12:21

Dimanche soir, Arte propose un doc sur le rock et la révolte : Forever Young. Un doc à ne pas louper, en particulier pour la qualité de ses intervenants, notamment… hum… moi-même. Eh oui, fidèles lecteurs, vous aurez enfin l’occasion de mettre un visage sur l’auteur de ce blog. J’ai pourtant tout fait pour rester anonyme jusque-là, pas de compte facebook personnel, pas de photos ou vidéos sur le net, mais bon, participer à un documentaire sur Arte, ça ne se refuse pas. D’autant plus que le type qui a fait ce doc était particulièrement sympathique. Il cherchait un regard critique sur la « révolte rock », il est tombé sur le rock, c’est de la merde, m’a contacté, on a longuement discuté au téléphone, puis il est venu m’interviewer (en mars, si mes souvenirs sont bons).

Vous aurez donc enfin l’occasion de voir mon visage, que j’ai pourtant tenu à garder caché le plus longtemps, visage déformé par la vie, par mon enfance en cage, élevé par des lions qui avaient le coup de griffe facile, puis par la boxe, la guerre, la maladie, les excès, le saut à l’élastique sans élastique… c’est pas pour rien que je suis un tel fan de Lynch, Elephant man, c’est moi ! J’exagère histoire que vous vous disiez dimanche « bah, il est pas aussi horrible qu’il le dit »… c’est mon côté rock’n’roll, j’peux pas m’empêcher de faire la coquette…  en vérité, plus que des considérations esthétiques, c’est mon léger fond paranoïaque qui accepte difficilement que je me montre devant des centaines de millions de gens (c’est un doc sur Arte en 2° partie de soirée, pendant les vacances, il y en aura peut-être un tout petit peu moins) qui sont, eux, bien planqués derrière leurs écrans… J’ai pourtant proposé de faire l’interview avec un casque de moto, une cagoule, un masque de batman, en burqa, dans le noir, derrière un mur, flouté ou avec un bas nylon sur la tête, mais, curieusement, tout ça ne lui disait rien…

Trêve de plaisanteries, j’espère surtout ne pas avoir raconté trop de conneries pendant l’interview… de toute façon, comme le dirait tout interviewé : si c’est bien, c’est moi, si c’est con, c’est la faute du montage… Et qui sait, peut-être que j’ai même été entièrement coupé au montage final… dans ce cas, ça ne peut venir que de pressions haut placées. Philippe Manœuvre qui n’aurait pas accepté qu’on donne la parole à un blogueur lambda ayant commis un texte tel que « le rock, c’est de la merde ». De toute façon, avec ou sans moi, faut le voir, c’est un sujet qui doit intéresser tout amateur de rock…

Fidèle à moi-même, lors de l'interview, j’ai fait long, j’ai pas mal digressé, je suis parti dans des phrases interminables, et ça n’a pas dû être évident de tirer quelques minutes (voire quelques secondes) cohérentes des 2 heures de discussion, même si le réalisateur a su régulièrement me recadrer… L'occasion, dans le prochain article, de développer et creuser un peu plus le sujet. 

Après tout ça, je vais pouvoir ajouter un sticker jaune fluo « Vu à la télé » sur la bannière de mon blog, pile sur la tête de Ludwig… classe, non ?

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

G.T. 24/08/2012 02:18


LYLE : Ca concerne plutôt l'article suivant, je viens d'y répondre là-bas...

lyle 22/08/2012 19:07


Je ne sais si je dois répondre là ou dans ton nouveau billet, mais je ne peux pas être d'accord. Si tu oublies les trucs les plus mainstream, le rock n'est pas forcément une musique de plaisir et
des tas de "petits" groupes actuels sont composés de tout sauf de bourgeois. Ils ne sont pas là que pour tirer des gonzesses et faire une musique palisante à l'oreille, ils savent qu'ils n'ont
aucune chance de cartonner et ils collectionnent souvent les boulots de merde rien que pour pouvoir tourner, à perte la plupart du temps. Le rock n'est pas né de la société de consommation, le
rock mainstream, oui. Mais il se passe toujours des choses à côté...

G.T. 22/08/2012 00:45


THOM : Je n'ai pas voulu dire que le rock était une musique de "petit bourgeois", je me suis sans doute mal exprimé... bien sûr
que le rock 50's-60's-70's a été souvent joué et écouté par des "prolos" ou des gens de milieu plutôt défavorisés... Elvis, Jerry Lee Lewis, Beatles, Sex Pistols pour citer les premiers qui
me viennent en tête. La différence, c'est que le rap, lui, se fait porte-parole d'une communauté vraiment défavorisée. La "street credibility"... qui peut-être très factice, avec des
types qui ne viennent pas forcément de "ghettos", qui n'ont jamais été des "gangsta", mais font tout pour qu'on l'imagine... Quand tu fais du rap, t'es censé être à la base un mec de
banlieues défavorisées qui s'adresse d'abord à des mecs de banlieues défavorisées. Le rock, lui, s'est fait le porte-parole d'une jeunesse aspirant à plus de liberté et de plaisir,
pas d'une classe sociale particulière... 

Thomas 21/08/2012 00:06


"En grande partie parce qu'il s'adresse à la base à une jeunesse plus pauvre que ne l'était celle du rock, et pour laquelle se faire un max de pognon est un fantasme majeur."


 


Euh... autant je trouve le constat sur la place rap/rock tout à fait pertinent (et même indiscutable), autant je trouve cette remarque complètement, mais alors vraiment complètemet fausse. Le
rock des 50/60/70 était à peu près tout sauf une musique de petit bourgeois ou à l'adresse des classes moyennes, tu avais certainement bu avoir de laisser entendre. Certes, dans les 50's, les
prolos blancs étaient toujours plus riches que les Noirs... enfin tout de même...

G.T. 20/08/2012 23:14


LYLE : Je trouve que le doc prend tout de même le temps de nous montrer au début le "pourquoi" de cette révolte...


 


CHRISTOPHE : Bueno_coco a donné un peu plus haut le lien pour le regarder...


 


WILL STRIFE : La rébellion est surtout différente parce que les jeunes des années 50 et 60 vivaient dans une société
beaucoup plus rigide, avec une éducation beaucoup plus stricte...


De toute façon, comme "musique rebelle de la jeunesse", le rap a supplanté le rock depuis un bon moment... le rap a tout autant cette dimension "commerciale" que le rock, la différence, c'est
qu'il le cache nettement moins. En grande partie parce qu'il s'adresse à la base à une jeunesse plus pauvre que ne l'était celle du rock, et pour laquelle se faire un max de pognon
est un fantasme majeur...

Will Strife 20/08/2012 19:46


GT: Le rock a perdu de son côté sulfureux peut être parce que les jeunes d'aujourd'hui ont un besoin de rébellion différent de l'époque. Je veux dire, tout ado en a besoin, j'en ai eu besoin mais
pas pour les mêmes raisons qu'avant parce qu'on a plus facilement de liberté aujourd'hui. Les mentalités ont changé. 


Quand je lis les paroles de groupes comme Led Zep, The Doors, Black Sabbath ou même Queen, même si les gros thèmes reviennent à chaque fois on remarque beaucoup de différence avec les paroles
d'aujourd'hui... Je trouve les groupes rock d'aujourd'hui moins "fun" et groovy, peut être plus dramatiques et même nos punk nous pondent aujourd'hui des balades prétentieuses avec cordes pour
nous émouvoir. Dernièrement avec la crise on a eu un bon paquet de groupes qui ont pondu pour nous les jeunes des hymnes pompiers pour protester contre ce monde qui semblait ignorer notre place.
Ca tombait à pic, les paroles n'étaient jamais vraiment intéressantes mais elles étaient directes et efficaces. Prenons exemple avec des groupes massivement écoutés par les ados d'aujourd'hui :
Muse "Uprising" : "Ils ne nous forceront pas, ils vont arrêter de nous humilier, ils ne nous controleront pas, nous serons victorieux" ou alors 30 Seconds to Mars "This is war" : "A gauche, à
droite, nous nous battrons jusqu'à la mort pour le destin de notre planète, c'est un monde meilleur que nous créerons". Forcément, les adultes qui intellectualisent le rock aujourd'hui vont
trouver ces paroles ridicules, pourtant nous ça nous suffit et avant ce n'était pas forcément mieux :). Moins sulfureux, moins dérangeant, mais tout aussi direct !


De la même façon que les rockeurs soi disant mythiques de l'époque comme les Stones cernaient ce que les jeunes voulaient entendre, nos rockeurs d'aujourd'hui font pareil... Les uns comme les
autres n'y connaissent de toute façon rien, c'est du rêve en boite de conserve et j'aimerais que les adultes d'aujourd'hui le réalisent enfin...

Christophe aka Mario C 20/08/2012 17:38


Rha feuque, j'ai raté ça.


 


J'étais venu faire de la pub pour l'orgue à humeurs StereoMood

Barbarismiths 20/08/2012 13:08


La deuxième partie du documentaire n'avait rien à voir avec le rock, seule la première partie y était consacrée. La deuxième partie c'était sur les réseaux sociaux, nouvelles technologies et les
jeunes.

lyle 20/08/2012 12:25


Oui mais justement, ils auraient pu aller beaucoup plus loin dans la destruction du "mythe" r'n'r (OK, ça a déjà été fait, en particulier pour le punk) avec la récupération et la
commercialisation de la rebelle attitude tout en montrant qu'en dehors du mainstream certaines musiques "rock" restent un peu "subversives"... Mais c'est peut-être dans les autres docs
du "Summer of rebels"...


 


Mais du coup celui-là reste bien trop gentiment didactique, ne montrant vraiment ni en quoi le rock fut révolte, ni en quoi il fait actuellement partie du quotidien.

Guic' the old 20/08/2012 12:20


Cela dit, je remarque que, sur le site de Arte, c'est indiqué 1/2... Il y aurait donc une seconde partie?

G.T. 20/08/2012 12:08


WILL STRIFE : Je suis assez d'accord avec toi, je n'ai jamais trop aimé ce discours de "vieux rockeurs nostalgiques"
pour lesquels tout ce qui sort depuis 30 ans, c'est de la merde, et tout ce qui sortait dans leur jeunesse, c'était génial. D'un autre côté, il est clair que l'apogée du rock, c'est les 60's, et
que le rock a forcément perdu beaucoup de son côté sulfureux et subversif, malgré quelques sursauts d'orgueil...


 


BARBARISMITHS : Non, il ne m'a pas filé l'interview en entier, et de toute façon, faudrait faire pas mal de montage car, comme je
le précisais ici, je digressais souvent, faisais de longues phrases, et il fallait régulièrement qu'il me reprenne et me demande de synthétiser ce que je viens de dire... et quand il ne le
faisait pas, c'est moi qui le faisais, en me coupant pour tenter de reformuler plus simplement ce que j'étais en train de dire. Bref, voir l'interview en entier, sans montage, ce serait très
chiant^^


 


LYLE : Tous les docs pourraient aussi se résumer en 5 minutes... et quand on voit le nombre de jeunes (et de vieux nostalgiques)
qui pensent vraiment que le rock c'est essentiellement "la liberté et la révolte", je trouve pas mal de prendre le temps de démonter le truc....


 


GUIC : En même temps, empiler des clichés, c'est ce que le rock fait depuis des lustres^^


 


THOM : Je ne suis pas vraiment d'accord, bien sûr... il est certes clair que, lorsqu'on est passionné de rock et qu'on a un
regard un minimum objectif sur le genre, on n'apprend pas forcément grand chose sur le sujet en regardant ce doc... mais le fait qu'Arte fasse toute cette série "Summer of rebels" montre bien
qu'il y a encore beaucoup de gens pour lesquels le rock des icônes 60's ou punk n'est que révolte, liberté, insoumission, rejet de la société etc. Et les jeunes qu'on voit interviewés n'ont
sûrement pas apprécié ce regard porté sur leur genre favori, et je trouve ça plutôt bien... Même si l'on sait que le rock est devenu "familial et consensuel", je trouve très forte, cette
superposition, que rappelle BARBARISMITHS, avec la famille modèle du début devenue "famille modèle rock"... ça en dit plus (et mieux) que plein de longs discours...


Quant à mon intervention, c'est sûr qu'il n'a pas pris ce que j'ai dit de plus original, il m'a surtout "utilisé" (ce que je ne critique pas, c'est le jeu, il était là pour prendre ce
qui servait le mieux son propos, ce n'était pas un documentaire sur moi et ma conception du rock - et crois bien que ça, je le regrette^^) pour rappeler quelques fondamentaux... peu
importe, je vais pouvoir développer un peu plus ici un point dont je parlais dans un article que je vais publier aujourd'hui...


Sinon, comme tu peux le voir au beau soleil derrière moi, c'est lui qui est descendu chez moi, dans le sud, et pas moi qui suis monté à Paris, même s'il le souhaitait au début, mais j'ai tenu
bon^^ (eh ouais, une première interview pour la télé, et je fais déjà ma star, en exigeant qu'on descende me voir chez moi et pas que je monte à Paris - même s'il aurait payé le billet,
évidemment).

Thomas 20/08/2012 11:25


"déçu pour toi"

Thomas 20/08/2012 11:25


Effectivement, j'ai trouvé le documentaire médiocre, malgré quelques bonnes idées. Bon, aller chercher mon Gitounet n'était pas de celles-ci, ce n'est pas te faire injure que de constater que ton
intervention ne sert à rien. J'ajouterai que c'est même assez remarquable d'avoir réussi à ne garder qu'un passage sans intérêt dans lequel, sans vouloir t'offenser, tu enquilles les lieux
communs, alors que quiconque te connaît un minimum sait que tu n'as pas dû faire que cela pendant deux heures. Bref, je suis surtout déçu pourquoi (ça fait longtemps que  je ne m'intéresse
plus aux docs sur le rock à la télé), j'espère juste que tu n'as pas été contraint de te déplacer pour ça :-)

Guic' the old 20/08/2012 10:14


C'est quand même un sacré empillement de cliché blindé de superficialité ce doc...


Mention spéciale au passage avec Daniel "Déchet humain" Darc - qui a cependant le mérite de passer pas le Silence de La Rue...

lyle 20/08/2012 08:43


Le problème du documentaire, à mon sens, outre le fait qu'on n'y parle pas de musique, est quand même qu'il semble bloqué en 1977 (à part Doherty, les squatteurs BCBG amateurs de bières et
les gentils petits français neuneus avec mémé, tu parles de rebelle attitude...) et se focaliser sur des icones (les Stones, Iggy) qui étaient déjà ringardes et des produits marketings il y a 30
ans.


Bref, si le but c'était de nous dire : le rock phénomène de rébellion de masse de jeunes choquant leurs anciens, c'est fini, c'est juste maintenant un outil de consommation de plus, c'était pas
la peine d'en faire une heure, 5 minutes suffisaient... La question aurait du être : qu'est ce qu'y est rock et rebelle en 2012 ? Pas Muse en tout cas...

Barbarismiths 20/08/2012 00:51


Je comprends tout à fait que tu sois moins critique sur ce documentaire. C'est juste que c'est dommage de pas avoir fait plus loin le parallèle entre la musique, parce que le rock c'est de la
musique et pas juste un mode de vie et une attitude (même si ça peut aller ensemble), et le phénomène de société en lui même. Après ça n'empêche pas qu'il y ait des analyses tout à fait
interessante, notamment celle de fin qui permet de fermer la boucle (on a beau passer par les Jim Morrisson, Iggy Pop et Jimi Hendrix au final on se coltine la famille et même la grand mère) et
celle un peu désabusée de Manitoba sur la récupération perpetuelle d'une posture rock'n'roll qui peut être sincère à la base.


 


Enfin bref, le seul critère au final qui compte vraiment dans le rock c'est la qualité de la musique parce que au delà de l'attitude, de la posture, de la sincérité de la rebellion si tu fais de
la merde tu passe quand même pour un con.


 


Sinon, je voulais savoir si le créateur du documentaire vous avait envoyé une copie de l'interview dans son intégralité parce que ça m'aurait interessé de la voir en entier.

Will Strife 20/08/2012 00:49


Je ne pense pas que tout le monde sera d'accord avec ce que je vais dire là et pourtant je tenais à le dire après le visionnage de ce documentaire :).


Faisant parti de la génération ado années 2000, j'assiste sans arret aux critiques des adultes des générations rock précédentes vis à vis du "manque de renouvellement du rock" style qui
pataugerait et aurait perdu sa mythologie alors que finalement, d'après ce documentaire les rockeurs d'avant n'étaient pas moins vendeurs et sans âme que nos rockeurs mainstream d'aujourd'hui.
Tous les jours nous les jeunes nous lisons des chroniques sur nos groupes favoris qui répètent la même chose "c'est naze, c'est pompé sur ceci, cela mais mal fait" ou alors "c'est bien, ça fait
penser à" comme si rien de surprenant ne sortait aujourd'hui. Il n'y a plus le plaisir direct et les adultes intellectualisent le rock, là où nous le découvrons encore comme ces même adultes en
leur temps. Avec la simple envie de s'amuser sur des refrains simples.


Parfois j'ai l'impression que c'est la nostalgie des auditeurs de rock des générations précédente qui crée un avis si mauvais sur nos groupes d'aujourd'hui.


Les rockeurs d'avant s'inspiraient déjà de déjà fait, de déjà entendu et des mêmes stratégies de vente, et après tout on s'en fouttait, c'était le plaisir simple qui comptait. Pour nous
aujourd'hui c'est pareil. Nos Arctic Monkeys ressemblent trop aux punks d'avant ? On s'en fou. Nos Muse sont des pâles copies de Queen ? On s'en fout, ils sont énergiques sur scène et c'est ça
qui compte. Pareil pour The Black Keys et tellement d'autres exemples. Peut être que ces artistes vus comme "secondaires" aujourd'hui trouveront leurs lettres de noblesse quand ce sera à nous que
nous donnerons la parole dans les médias...et que nous commettrons aussi l'erreur d'être trop sévères avec ceux de nos enfants :).


Bref j'ai aimé ce documentaire qui m'a permis peut être d'ouvrir les yeux sur la mystification que font certains adultes sur les groupes de leur adolescence. Après ce n'est que mon avis mais
qu'en pense tu ?

bueno_coco 20/08/2012 00:25


le doc est déjà en diffusion sur le site d'arte : http://videos.arte.tv/fr/videos/forever_young_rock_attitude_1_2_-6867142.html


pour ceux qui n'ont pas pu voir qui était GT, ou qui comme moi n'ont absolument pas tilté quand ils ont regardé en live ^^

G.T. 20/08/2012 00:12


EL-F : Alors ça, j'en ai aucune idée ! J'ai juste été interviewé, hein, je ne m'occupe pas encore de la diffusion web d'Arte^^


 


 


LYLE : Pour vivre heureux, vivons caché, je vais devoir changer de nom et de visage^^


 


 


BARBARISMITHS : Merci, c'est une idée à creuser^^


Je ne serais pas aussi critique que toi sur le doc - ne serait-ce que, subjectivement, parce que le type qui l'a fait est vraiment sympathique - mais aussi, plus objectivement, parce qu'un
doc qui porte un regard critique comme ici sur le rock, c'est pas si banal. Et il y a eu pas mal de choses intéressantes qui ont été dites, j'ai bien aimé ce que raconte Kim Fowley, de
manière radicale et caricaturale certes, mais pas complètement fausse, sur le fait que dès qu'on sort sa guitare de chez soi, on est un businessman... le seul truc que je regrette un peu, c'est
qu'il n'ait pas mis mon couplet sur le téléchargement et les rockeurs "rebelles" qui se rangent subitement en masse derrière l'industrie dès qu'ils craignent pour leur portefeuille
(alors que les musiques "rebelles" se sont toutes nourries du pillage illégal d'autres oeuvres).


Je te rejoins en tout cas sur le fait qu'on ne parle pas assez de la musique en elle-même, ce qui est le cas dans tous les docs de ce genre, je crois avoir parlé lors de
l'interview des éléments musicaux rock qui en font typiquement une "junk-music" comme existe la junk-food, mais ça n'a pas été retenu...


 

Barbarismiths 19/08/2012 23:50


Franchement ils auraient pu passer l'interview en intégralité parce que c'était pas vraiment interessant ! Le documentaire a le mérite de remettre quelque trucs à leur place mais bon c'était pas
génial et comme d'habitude dès qu'un documentaire sur le rock à la télé on parle de tout sauf de la musique (le documentaire s'interesse aux poncifs sexe, drogue et apparence sans faire aucun
parallèle avec la musique en elle même). La construction du documentaire était par contre assez intéressante et les conclusions qu'on en tire assez marrantes.


 


Enfin en tout cas je suis le blog depuis longtemps et c'était marrant d'en voir enfin le propriétaire. Maintenant que des milliers de téléspectateurs ont pu admirer votre qualité d'analyse et vos
connaissances en matière de rock'n'roll vous pouvez enfin faire comme les Rolling Stones, jouer de votre image, balancer toutes vos postures d'esthètes à la poubelle et aller vous exiler en
Suisse ! Je vous souhaite donc une bonne continuation !


 


A+

lyle 19/08/2012 23:41


Bon, là, t'es grave grillé... :-)

El Funcionario 19/08/2012 22:01


Excellent, mais je vais rater ça... y'aura-t-il du replay sur le site d'Arte ?

G.T. 19/08/2012 16:45


PTYX : Ah non, rien de tout ça, je suis un pur esprit ! Ils ont juste pris le premier mec qui passait par là pour lire ce que je
lui ai écrit (ils auraient pu en choisir un avec plus de soin, ceci-dit)... du coup, LYLE, c'est sûr que ça ne vaut sans doute
pas la peine de t'emmerder à le regarder tout ça pour voir une doublure réciter mon texte^^

Ptyx 19/08/2012 12:20

Les amateurs d'attaques ad personam vont enfin avoir du grain à moudre! "Mais il n'a aucune crédibilité ce mec, regardez, il a un nez et DEUX oreilles!"

Arno 18/08/2012 19:13


... ok... rendez-vous programmé...

lyle 18/08/2012 16:44


Se farcir un magazine musical d'Arte (non, parce que souvent, c'est d'un chiant...) juste pour voir ta tête... j'hésite quand même... :-)

G.T. 17/08/2012 23:50


WILL & FRED : Merci !


 


ARBOBO : Arte c'est de la merde  ^^


C'est clair, sinon, ils m'auraient mis en prime time^^


(avec mes deux heures d'interview en intégralité, au lieu de n'en garder que quelques secondes... ou minutes, je n'ai aucune idée de ce qui a été gardé...)

arbobo 17/08/2012 22:44


Arte c'est de la merde 


 


^^


 


(parodie d'un article célèbre :-D

Fred Camino 17/08/2012 20:31


C'est noté! (et bravo!)

Will Strife 17/08/2012 15:42


Excellente nouvelle ! Je regarderai ça. J'ai également lu ton article "le Rock, c'est de la merde" et je le trouve vraiment bon.