Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 17:14
Rough Trade / Beggars

nullComme tout bon amateur de rock, lorsque j'entends le mot hype, je sors mon bazooka. Et s'il y a bien un groupe "hype", actuellement, c'est The Xx.

Puisqu'il faudra l'intégrer dans le classement des blogueurs, je profite qu'il soit sur musicme pour l'écouter rapidement, histoire de voir s'il mérite un 2 ou un 4. Première approche... putain qu'est-ce que c'est mou !  Du rock neurasthénique pour pauvres petites choses dépressives, vraiment pas mon genre. Comme me le disait encore hier
Christophe, mieux vaut réécouter en boucle ce bon vieux Ramblin' Jack Elliott que de perdre son temps avec ce type de musiques flasques pour ados amorphes. Pourtant, au fur et à mesure de l'album, je lui trouvais bien plus de qualités que je ne le prévoyais. 

En tout premier lieu, ce qui est plutôt rare pour un groupe hype, pas de racolage ni de maniérisme irritant. Une musique plutôt digne, sobre, élégante, apaisée, toute en finesse : on est loin des conneries hype habituelles. Le revival 80's a été cette décennie au coeur des groupes hype, et The Xx n'y échappe pas avec sa musique évoquant parfois du Cure intimiste, voire les Cocteau Twins... mais au moins eux ne ressemblent pas à de mauvaises versions modernes des déjà mauvais Duran Duran ou Tears for Fears, et c'est toujours ça de pris. S'il fallait les rapprocher d'un groupe plus récent, ce serait sans doute de The Notwist, en beaucoup plus calme.
Mais la vraie grande qualité de l'album... c'est cette sensation d'espace. Plus qu'une musique aérienne, c'est une musique aérée, qui laisse de l'espace à l'auditeur. Contrairement aux grosses productions actuelles, elle ne cherche pas à en foutre plein les oreilles à chaque seconde en saturant tout l'espace sonore. Comment font-ils ? Des voix qui sussurent, des tempos modérés, une orchestration très légère... et, surtout, l'idée la plus intéressante du groupe, un accompagnement de guitare sans accords grattés mais par de petites lignes mélodiques, sur une ou deux cordes. Certes, ce n'est pas du contrepoint à la Bach, mais c'est tout de même assez original dans un cadre pop/rock.

Pas étonnant que cet album a priori discret et pas spectaculaire pour un sou parvienne à se faire entendre.... il colle parfaitement au contexte de l'époque et à cette période de crise. Tout est à l'économie (sans même parler du nom de l'album et de la pochette, qui n'ont pas dû demander des heures de brain-storming ni l'aide d'une armée de graphistes), on oublie le superflu et le seul moyen de ne pas se morfondre et sombrer face à un avenir morose, c'est cette légèreté, cette élégance - voire même cette grâce - qui permet de rester debout, même si le pas est mal assuré...

L'album en écoute intégrale, sur
musicme.  

Les albums de 2009

     

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Rock
commenter cet article

commentaires

Vince 03/03/2010 15:15


@Boeb'is

Ben... non c'est pas la même chose. J'ai fini par être d'accord avec GT sur la défense légitime de certaine valeurs qui peuvent passer par
l'attaque ( il est 'achement persuasif, GT), mais le parallèle reste inadapté.

Dans le sens, où, la diversité d'opinion musicale est bien plus grande que la diversité de valeurs dans une même société. Comment dire... Une société se base, à son fondement originel
(c'est dire si j'insiste) sur des valeurs communes, plus ou moins, afin de pouvoir communiquer raisonnablement.

Enfin, je ne sais pas si ce débat là est bien productif... Mais j'insiste, il suffit de lire Bourdieu et surtout Durkheim pour "s'en rendre compte". Il s'agit là de vérités sociologiques...


Boeb'is 21/02/2010 16:44


Les valeurs morales comme les goûts musicaux sont à la fois personnelles et culturelles. Donc c'est la même chose et je vois pas en quoi il faudrait être plus tolérant pour l'une que pour l'autre.
Dans la société française les valeurs sont bien différentes, que ce soit selon la position sociale, les origines diverses, les métissages, et les personnalités, et ça nous empêche de vivre ensemble
non?

On peut porter un jugement même violent sur des pratiques culturelles quelqu'elles soient sans pour autant être insultant, ça vaut pour la morale comme la musique. Après l'important c'est seulement
la forme et savoir dire les choses de manière à ne pas blesser ou braquer son interlocuteur. Qu'on soit poli ou seulement pour pas être contreproductif.  On peut tout dire mais pas avec tout
le monde ou plutôt en adpatant son discours à l'auditeur, comme aurait pu dire un célèbre comique...




G.T. 21/02/2010 16:36


VINCENT : Pourquoi ne pas "dénigrer" les oeuvres ? L'art se construit aussi en "réaction"... bon nombre de grandes
oeuvres le sont parce que leur auteur ne supportait pas l'académisme ronflant du moment, la médiocrité de ce qui était servi au public, le consensualisme... Le respect, en art, on s'en tape...
ce qui compte, c'est la qualité des oeuvres... Quand une oeuvre est ratée, de mauvaise qualité, stupide, il n'y a aucune raison de ne pas le dire. Ce n'est pas manquer de tolérance, c'est avant
tout avoir de l'exigence. Et c'est cette exigence qui pousse les artistes à se dépasser, tout comme elle pousse les critiques à ne pas accepter et valoriser n'importe
quoi...      


Vincent 21/02/2010 14:53


(ça faisait longtemps que je devais répondre à ton commentaire, et ton article culinomusical m'y a poussé... ;-) )


Vincent 21/02/2010 14:51


"C'est à peu près la même chose en art (mais à un niveau différent)"

Selon moi, c'est très différent. En effet, des valeurs morales doivent nécessairement être relativement similaires afin qu'une société puisse être stable (encore une fois, relativement) : on
n'imagine pas une communauté d'êtres ou certains violent les enfants tandis que d'autres se battent pour leurs droits ; du moins cet état serat-il très provisoire (quelques dizaines d'années...
selon la dichotomie).

En revanche, en musique, la société entière ne doit pas impérativement partager les mêmes goûts. Je t'accorde tout à fait que

"Ce n'est pas parce que ces valeurs morales sont subjectives [...]qu'il n'y a pas de légitimité à les défendre, s'y accrocher."
 (enfin, si on supprime /remplace "moral" par "musicales"...)

Je pense qu'il est légitime de les défendre, mais pas de dénigrer les autres, de leur supprimer tout respect. La diversité des opinions, en somme, "absolutise" les valeurs musicales -- ce qui
n'induit pas qu'il faut tout relativiser en jetant : "ah, bah, tout est relatif".

Evidemment, en pratique... C'est difficile de se contenir et la jouer boudhiste tolérent.


G.T. 29/01/2010 19:39


Ah merde, encore pas mal de commentaires auxquels je n'avais pas répondu (ce qui m'arrive bien trop souvent...)

RAPHAEL : J'explique justement que "hype" on pas, cet album m'a plu, donc que sa hype n'a pas été un paramètre pour le juger...

VINCENT : Le bazooka... peut-être, mais je trouvais marrant de commencer mon article sur cet album délicat et très posé en
sortant l'artillerie lourde^^

Quant à la question de l'art "entièrement subjectif"... vaste débat, mais je ne suis pas d'accord avec toi. Bien sûr que dans l'absolu, la musique et l'art sont "entièrement subjectifs"... mais on
n'est pas dans l'absolu. C'est par exemple, la même chose pour les valeurs, la morale... dans l'absolu, rien ne dit que tuer un autre être humain "pour le plaisir" est mal (à moins d'être
croyant... mais la religion est aussi subjective). Faire souffrir ses congénères, tuer n'importe qui, violer un enfant... ce n'est mal que parce que nous l'avons décidé, et parce qu'une société a
besoin de valeurs, de repères, de règles, pour s'organiser et pour que l'on puisse vivre ensemble... Ce n'est pas parce que ces valeurs morales sont subjectives, sont le fruit de
constructions humaines, qu'il n'y a pas de légitimité à les défendre, s'y accrocher. C'est à peu près la même chose en art (mais à un niveau différent)... les oeuvres s'inscrivent dans
une histoire, un contexte particulier, elles ne se jugent pas de manière scientifique en s'appuyant sur une prétendue "objectivité absolue" (qui n'existe même pas en science, d'ailleurs), mais
selon des critères "humains", des conceptions esthétiques que l'on défend et valorise... 


Vincent 29/01/2010 14:30


Oui, je suis plutôt d'accord avec l'article... Mais en plus modéré. Si je suis en train de bosser, ça passe très bien... Mais je ne resterai pas des heures à écouter l'album en boucle. Quant à
:

Comme tout bon amateur de rock, lorsque j'entends le mot hype, je sors mon bazooka.

Malgré sa véracité, quelle laide expression. Je me doute que le second degré prend sa part là dedans... Cela reste désagrèable, en particulier le "bon amateur de rock". Derrière ça, il y a "comme
tout amateur qui se respecte", ce qui induit qu'il y ait des amateurs qui ne se repectent pas. La musique est entièrement subjective ; théoriquement l'amateur de Tokyo Hotel a autant de légitimité
que n'importe qui d'autre...


Raphaël 23/11/2009 12:34


Dommage de devoir lire tant de fois le mot "hype", qui n'est absolument pas un terme musical, et n'a pas à rentrer dans les critères d'appréciation d'un album...

Heureusement que ça se termine bien, et je suis assez content de voir que nous nous retrouvons sur certaines sensations procurées par ce disque. :)
(Etant un visiteur très occasionnel, parfois très intéressé, parfois mis hors de moi par ce que je lis.)

Cordialement,
R



cherokee 22/11/2009 09:51



Rien de nouveau sous le soleil noir, Robert Smith doit se retourner dans sa tombe. Le début de Vcr me fait penser à Heroes de Bowie. Certaines parties de guitares à Durutti Column
(night time). Pas trop d'inventivité...
Ceci dit agréable à écouter un dimanche de novembre pluvieux...



YanG 21/11/2009 17:11


oui assurément, ya du Young Marble Giant là-dedans... le côté cuculte en moins... (je me méfie aussi de la hype, mais tout autant du cuculte)...

Cela dit, je trouve XX carrément addictif...


lou 21/11/2009 16:48


 
Alors, ça, c'est la hype ?
C'est très bien, la hype !

Excellent service de presse :)
 


Mmarsupilami 21/11/2009 15:48


XX me semble digne de recommandation!
Je rejoins Dahu et lyle sur A Sunny Day In Glasgow, même si je ne vois pas très bien pourquoi on en parle ici. Vous voyez un parallèle entre les deux groupes?
Ou c'était un simple coq à l'âne de Dahu?




lyle 21/11/2009 12:30


The XX m'ennuie profondément.
Par conte je ne peux que chaudement recommander A Sunny Day In Glasgow...


El Funcionario 21/11/2009 02:14


J'ai écouté une ou deux fois, pas assez en profondeur pour découvrir s'il cassait 3 pattes à un canard... Mais je pense aux Young Marble Giants, à la rigueur aux Cowboy Junkies, et tout ça n'arrive
pas souvent :)


yosemite. 20/11/2009 21:18


pour la pochette, attention de bien tenir l'original dans les mains qui est quand même gatefold avec un X pré-découpé sur un fond blanc, qui semble presque phosphorescent (ils auraient dû
!) et qui est finalement beaucoup mieux que n'importe quelle pochette en boîtier plastique avec une photo de X blanc sur fond noir !!!


G.T. 20/11/2009 18:05


DAHU : Désolé, je t'ai oublié... en tout cas, merci du conseil, je vais essayer de trouver ce A sunny day in Glasgow !
(Sinon, j'ai réussi à écrire l'article sans utiliser le mot "épure", mais je vois que tu as craqué...)

MONZOEIL : Beaucoup pourraient tout de même trouver l'album bien trop mou... 


Monzoeil 20/11/2009 15:03


que leur reprocher à part de pomper un peu les Cure première époque


G.T. 20/11/2009 14:06


VANESS : C'est pour être dans le ton de l'album, j'y suis allé à l'économie ! :-)

YOSEMITE : Ni même filles en mini-shorts au look punk-sexy soigné, qui chantent sur des Hey hey hey ! 

ARBOBO : Oui, il laissent de la place à l'auditeur et s'en laissent autant les uns les autres, en acceptant de ne pas
tous jouer constamment...

ARNO : En effet... et merci, tu m'as donné l'idée de rajouter deux lignes à la fin de l'article !

GUIC : Bien sûr que c'est positif, les lendemains de fête avec gueules de bois font autant partie de l'univers du rock ! :-)

CHRISTIAN : Je suis d'accord sur les Cocteau Twins, c'est pourquoi j'ai hésité à en parler, et que je n'ai finalement mis que
"voire les Cocteau Twins"... mais si leur musique ne ressemble pas à celle des Cocteau Twins, je voulais tout de même l'évoquer, car ils sont dans une lignée pop/rock aérien,
mélancolique, élégant, délicat, inspiré par les 80's... donc impossible, esthétiquement, de ne pas penser aux Cocteau Twins.



Christian 20/11/2009 11:27


Bof, certaines pistes sont pas trop mal mais l'écoute m'a nettement moins convaincu que ton billet comme toujours fort bien troussé (sans lui, je ne suis pas sûr que j'aurais écouté ce groupe).

Plus que Cocteau Twins (absolument rien ne ressemble à du Cocteau Twins là dedans !) ça m'évoque de temps en temps le Cure de "Seventeen seconds" ou les pistes lentes de "Japanese whispers" (genre
"Lament" ou "The Upstairs Room "), sauf que le son des années 90 et 2000 (trip hop et co...) sont passés par là. En fait on sent parfois poindre une influence quasi dance music et soul dans la voix
féminine qui était totalement absente dans le post-punk archi "blanc" et épuré de Cure et Cocteau Twins. Le timbre ""soul" de la chanteuse est même aux antipodes de celui - très lyrique et presque
"classique" - de Liz Fraser.

Par contre "Fantasy" ressemble beaucoup aux sons "laqués" et glacés du Wire de "154" mâtiné aussi d'ambiances post-rock elles-même archi influencées par la grande "Kosmische musik" allemande. La
fin d'"Infinity" semble archi-pompée sur un tube des années 80 mais j'ai oublié lequel comme un con ... J'aime bien la
mélancolie de "Stars" mais je reste quand même sur ma faim, et ça vient en grande partie des voix.


Guic' the old 20/11/2009 10:26


Au début je l'aimais pas vraiment cet album, mais je suis en train de découvrir qu'il passe très bien dans le contexte "matinée au boulot, en ayant dormi 3 heures et avec la gueule de bois."

La question reste posée de savoir si c'est positif ou pas, en fait.


Arno 19/11/2009 23:47


waw, la pochette déchire... du grand art...


arbobo 19/11/2009 22:37


"cette sensation d'espace. Plus qu'une musique aérienne, c'est une musique aérée, qui laisse de l'espace à
l'auditeur"

pareil
ça m'a frappé, ils ont beau avoir été 4 (là ils sont en rade de guitariste), on a souvent que 2 instruments et 1 voix, ou 2 voix plus un clavier,
mais c'est très bien produit, c'est aéré sans faire cheap (l'inverse du US3, pour moi)

conoeux en effet, et pas très éloigné tant de la new wave, que de l'album de Chairlift paru l'an dernier et qui contenait aussi de belles surprises.


Dahu Clipperton 19/11/2009 22:32


Une agréable surprise pour moi aussi, ce disque, même si certains morceaux sont un peu trop "poppeux" à mon goût. Mais tu as très bien résumé ce qui "frappe" ici, c'est que ce n'est justement pas
spectaculaire et démonstratif pour 2 balles, ce sens de l'économie, de l'épure (on avait dit pas les gros mots !)

Ce sens de l'économie, c'était d'ailleurs le principal et quasi-unique intérêt du premier album de... Bat For Lashes (pour le second, quand y'a plus David Kosten de Faultline pour produire, hé bah
on voit ce que ça donne : y'a plus rien) 

(non non, je te jure, je ne suis pas venu pour foutre la zone)
(contrairement à toi pour l'Odyssée des séries ;-)) 

Par contre, ce disque sera fatalement surclassé par la curieuse perle de A sunny day in Glasgow, qui a refait l'histoire complète de la dream pop et de ses multiples ramifications, le
tout niché dans un fort dense strato-cumulus long d'une heure.
Mais c'est quand même assez délectable, The XX. Espérons qu'ils ne vont pas se mettre à déconner pour le 2ème...


yosemite. 19/11/2009 22:11


un disque hype et en même temps un peu plus :
ma description est "coton"...
je l'ai abordé de la même manière que toi à me demander pourquoi tout le monde s'excitait...
mais c'est vrai que cette production "coton" a quelque chose de sympathique...

je suis même étonné que ce disque "coton" puisse devenir hype sans contenir : drogue, vitesse d'exécution brodélique, Pete Doherty, jeans troués, drogue, mannequin insipide ou Jack White,
c'est dire.


Vaness 19/11/2009 22:03


oh purée, un article pas long... ça fait tout drôle ! :o)