Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 18:39

Cela fait maintenant des semaines que j’entends en boucle des éditorialistes, politiques et journalistes répéter que la « quenelle » de Dieudonné serait un salut nazi inversé, donc un symbole antisémite. Curieuse interprétation. La première fois que je l’ai entendue, je me suis dit : c’est un journaliste pas très malin qui, dans « symbole inversé », ne comprend pas le sens du mot « inversé », on va très vite le corriger et mettre fin à cette polémique inutile. Mais les jours passent, et cette interprétation est reprise partout, sans que personne ne semble questionner réellement le caractère « inversé » du symbole.  

Les deux symboles inversés les plus célèbres sont sans doute :

1.      La croix inversée. La croix est LE symbole chrétien, la croix inversée est LE symbole anti-chrétien, et même satanique.

 

2.      Le pentagramme. A l’endroit, c’est le « bien », la pointe vers le haut représente l’élévation spirituelle.

 

pentagramme-1-copie-1.jpg

 A l’envers, c’est la mal, la pointe est vers le bas (la terre), signe de matérialisme : 

pentagramme-2.jpg

      Il donne ainsi l’impression d’avoir deux cornes, celles du bouc, du diable. Ce qui en fait un autre signe satanique.  

Pas besoin d’être un féru d’ésotérisme pour le savoir, ni d’être particulièrement cultivé, n’importe quel ado vaguement gothique ou fan de metal comprend le sens de l’inversion d’un symbole.

On est là dans la logique la plus élémentaire : inverser un symbole, c’est signifier l’inverse de ce que dit ce symbole. Donc, toujours dans une logique accessible à n’importe quel individu ayant atteint l’âge de raison, le salut nazi inversé symbolise l’inverse du salut nazi, un « salut antinazi », ou un « anti-salut nazi ».

Rien ne prouve que la « quenelle » de Dieudonné soit liée au salut nazi. Et si jamais elle l’était, elle ne serait, d’un point de vue purement symbolique, qu’un signe antinazi. Mais bizarrement, cette interprétation tout ce qu’il y a de plus logique, on ne l’entend pas dans les médias. Je dis « bizarrement » pour la forme, car au fond, il est là encore très logique qu’on refuse de prendre en compte cette dimension. Parce qu’il est plus intéressant, excitant et vendeur de laisser se propager l’idée que ce prétendu « salut nazi inversé » soit un signe antisémite. Et tant pis pour le sens des symboles. Car si les symboles ont un sens, leur inversion aussi en a un. Le meilleur moyen, sans doute, d’emmerder les antisémites qui utilisent ce signe aurait été d’appuyer l’idée qu’en tant que « symbole nazi inversé », s’ils l’utilisent en face d’une synagogue ou d’une école juive, symboliquement, ils ne font que manifester leur hostilité au nazisme par cet « anti-salut nazi ».

Nous sommes dans une société qui sur-interprète beaucoup trop les signes et les discours. Car si la référence au salut nazi est totalement hypothétique dans cette fameuse « quenelle », ce qui ne l’est pas, c’est son sens initial, limpide, qui signifie « je vous la mets bien profond », point barre. C’est du même ordre qu’un bras d’honneur. Le salut nazi est un signe de respect au chef et à l’idéologie nazi, la « quenelle » de Dieudonné est fondamentalement un signe d’irrespect. Qui n’a rien de réservé aux juifs, il l’utilise, de ce que j’ai pu voir, régulièrement contre Hollande. La « chasse aux quenelles » qui est en cours est donc particulièrement ridicule. Que l’Etat français accorde une telle importance à ce geste, que la république se sente menacée parce que des petits malins (ou de gros abrutis, c’est au choix) se prennent en photos en exécutant une quenelle, c’est complètement disproportionné, et ça ne pourra que rendre Dieudonné plus populaire (je n’ose imaginer le nombre d’ados qui vont s’amuser, à l’école et ailleurs, à faire ce geste… mais Valls n’a semble-t-il jamais été ado pour ne pas se rendre compte qu’il fait la meilleure publicité possible pour la quenelle auprès des jeunes).

Je ne suis pas un sympathisant de Dieudonné, mais je suis pour la liberté d’expression la plus large possible. La vraie, hein, pas uniquement celle qui consiste à laisser les gens exprimer ce qui va dans le sens de la morale et de l’idéologie de l’époque. La liberté d’expression n’a de sens que si l’on accepte que des propos dérangeants, détestables et choquants puissent être tenus sans encourir les foudres de la justice. Le prix de la démocratie et de la liberté d’expression, c’est qu’il faut accepter que soient exprimées dans notre société des opinions qui vont totalement à l’encontre de l’opinion et de la morale dominantes, et capables de nous choquer considérablement. Je ne vois que deux exceptions à la liberté d’expression (la vraie) :

-          La diffusion publique d’informations d’ordre privé

-          L’appel à la violence

Et encore, même l’appel à la violence peut être acceptable, dans un cadre artistique. Par exemple dans cette très belle chanson de 1898 à laquelle j’avais consacré un article : Filles d’Ouvriers (écoutez-là, elle vaut le détour). Une chanson féministe et violemment anti-capitaliste, écrite par Jules Jouy (qui était aussi un antisémite notoire… décidément, ils sont partout…) Je vous laisse juger de la violence de la fin, un appel au meurtre des patrons :   

Patrons, tas d'héliogabales, d'effroi saisis,

Quand vous tomberez sous nos balles,

Chair à fusils,

Pour que chaque chien, sur vos trognes,

Pissent à l'écart,

Nous leur laisserons vos charognes,

Chairs à Macquart !

Faut-il interdire sa diffusion au motif qu’elle incite à la haine, et va jusqu’à légitimer l’assassinat des patrons ? Ou que son auteur a aussi écrit des chansons antisémites ? J’espère bien que non…  

Condamner un individu pour « incitation à la haine », même raciale, je n’ai jamais été pour… car où est la limite ? Tout propos virulent, engagé, pamphlétaire, radical, provocateur peut être perçu comme incitant à la haine. S’il fallait censurer toutes les œuvres capables d'inciter à la haine, on n’en finirait pas, faudrait purger les bibliothèques, discothèques et cinémathèques…

Le rock a été accusé de tous les maux : perversion des mœurs et de la jeunesse, apologie de la drogue, satanisme, il a utilisé des symboles nazis… et même pas inversés (j’en parlais dans mon article sur Joy Division). Le metal n’a cessé de jouer avec les signes et références « haineuses » (sataniques, morbides et mêmes - là encore - nazies). Le rap a été accusé maintes fois d’appel à la violence, à la révolte, d’homophobie, de sexisme, apologie du crime et de la vie de gangster, et accusé parfois d’antisémitisme (Professor Griff de Public Enemy est sans doute l’exemple le plus célèbre). Faudra-t-il un jour qu’un comité se réunisse pour interdire tous les artistes dont les textes sont susceptibles d’être perçus comme des incitations à la haine ? Il nous restera quoi ? You’re beautiful de James Blunt ? (ça doit être ça, l’enfer… quand j’entends cette horrible rengaine, j’ai de terribles envies de meurtre, sera-t-il aussi possible de la censurer ?)  

Plus sérieusement, la liberté d’expression, ce n’est pas que Dieudonné ait le droit de faire Vivement Dimanche et s’installe dans le canapé de Michel Drucker pour y dire ce qu’il pense d’Israël et des juifs en général, avec pour invités Soral et Faurisson. C’est juste d’accepter que puissent être tenus dans nos sociétés des propos virulents, subversifs et dérangeants, de quelque bord qu’ils soient...

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Lou de Libellus 04/02/2014 13:00


 


: - )))


 

G.T. 04/02/2014 00:32


LOU : Il y a encore actuellement un flou juridique sur  le "remonter de bretelle de sacoche", mais c'est pas loin
d'être assimilé à une "apologie de crime contre l'humanité"...

Lou de Libellus 03/02/2014 09:03


 


L'histoire de la quenelle est celle d'un lamentable montage médiatique, dont profite Dieudonné - et il a bien raison : sans cela on ne parlerait pas de lui à la télévision.


La "quenelle" n'avait aucune signification symbolique avant le délire.


Je vous invite à visiter le site de mon ami Des pas perdus


http://www.despasperdus.com/index.php?post/2014/01/19/Accord-et-d%C3%A9saccords...


Regardez la jeune quenellisante. Elle remonte la bretelle de sa sacoche, comme tout le monde. "La"... c'est peut-être un inverti : - )


 

GT 11/01/2014 22:26


MOUMOU : Excellent^^ Je ne m'étais pas rendu compte que mon message n'était pas passé en entier, heureusement que j'en fais des
copies sous word au cas où ça plante, je peux donc redonner ma réponse à Raphaël :


 


RAPHAEL : Je suis
entièrement d'accord avec toi (sauf que Dieudonné n'est pas mon humoriste favori, je suis plus "vieux", donc, c'est Desproges^^)


 


Je ne m'intéressais pas particulièrement à ses spectacles, jusqu'à il y a 2-3 ans...
à force de lire ou d'entendre toutes ces diatribes contre lui, je voulais me faire une idée, m'attendant à de terribles spectacles antisémites, et pas drôles pour un sou... mais ce n’est pas le
cas ! Alors certes, il franchit parfois la limite, certes, il y a quelques moments où l'on peut être mal à l'aise face à ses attaques plus virulentes que drôles, des moments où il est plus dans
le règlement de comptes que dans l'humour ou la provoc grinçante... mais on nous brandit depuis quelques semaines chaque fois Desproges, pour bien nous asséner que Dieudonné et Desproges n'ont
rien à voir, que Dieudonné est devenu un "tribun" et n'est plus un humoriste... mais il y a des phrases et des textes terribles de Desproges, où il exprime de la colère, de la rage, et même de la
haine, bien plus qu'une volonté d'amuser la galerie. Est-ce qu'il aurait fallu censurer Desproges, cette fois non pas pour "incitation à la haine contre une communauté", mais "incitation à la
haine contre le genre humain" ?


 


Pas étonnant qu'Alexandre Astier tienne les propos que tu rapportes, pas étonnant
qu’un type aussi brillant que lui soit peut-être le seul humoriste connu à oser encore défendre Dieudonné aujourd’hui, et ce qu’il dit est tout à fait vrai (Astier, hein, pas Dieudonné^^).


 


Et Valls qui vient nous dire que de toute façon, Dieudonné ne fait plus rire personne
depuis des années... c'est quoi ce pays où le ministre de l'intérieur décrète quel humoriste fait rire et quel autre pas ? Que Valls dise que Dieudonné ne le fait pas rire du tout, ok, mais
comment peut-il dire ça alors que Dieudonné joue devant des salles hilares ? Comment les spectateurs de Dieudonné peuvent prendre ça autrement que comme une propagande mensongère du gouvernement
afin de bâillonner Dieudonné ? Je n'ai pas vu son tout dernier spectacle, mais le précédent, Foxtrot, il y a 2-3 jours, avant d'écrire cet article... il est vrai qu'il y a des passages que l'on
peut sans peine trouver antisémites, mais il y en a d'autres franchement drôles. Dieudonné est toujours capable, aussi, de faire d'excellents sketchs sans rapport avec les juifs. Son skecth tiré
d'un de ses spectacles de l'an dernier, je crois, sur le Cancer en est la preuve. Un des meilleurs sketchs que j'aie pu voir ces dernières années... c'est sûr qu'il faut aimer l'humour noir, très
noir, mais bon, est-ce qu'on a encore le droit de trouver Dieudonné toujours plus drôle que Florence Foresti ou Gad Elmaleh sans se voir taxé d'antisémitisme ?


 

Moumou 11/01/2014 21:09


GT, martyr de la liberté d'expression lâchement assassiné par les services secrets français sur ordre de Manuel Valls en pleine rédaction d'un message défendant le droit de l'humoriste Dieudonné
à donner des représentations. Il a cependant eu le temps d'envoyer le message inachevé, le dernier d'une oeuvre fournie et complexe.


 


RIP

GT 11/01/2014 14:02


BOEBIS : D'accord
avec ta conclusion, mais pas d'accord sur la quenelle, Dieudonné l'utilise depuis des années, la signification est claire, c'est "je vous la mets bien profond" (d'où tout le "jeu" sur la longueur
de la quenelle). Il l'a utilisé dans des cadres très différents, et, actuellement, c'est avant tout Hollande qu'il vise avec cette quenelle (il en a même fait une chanson sur le "chant des
partisans", chanson qu'il reprend régulièrement). Hollande n'est pas juif, que je sache. Après, il est sûr qu'il l'utilise plus souvent contre des juifs que d'autres... non pas parce que la
"quenelle" serait un geste antisémite, juste parce que la majorité des gens qu'il critique depuis des années (et qui le critiquent, et auxquels il répond en leur "glissant une quenelle"), sont
juifs. Depuis des années, des tas de gens se sont mis à faire des "quenelles", dans des cadres divers et variés, il existe apparemment des centaines, ou même plutôt des milliers de photos de gens
faisant des quenelles dans des cadres qui n'ont rien d'antisémites... mais, bien sûr, il en existe beaucoup aussi qui le font dans des lieux juifs, puisqu'il est évident que Dieudonné fédère
beaucoup d'antisémites. Et même ces "quenelles" faites devant des synagogues ou écoles juives ne sont pas forcément le fait d'odieux antisémites, parfois elles le sont de jeunes qui trouvent ça
marrant car transgressif, comme il était possible fin des années 70 d'utiliser, là, de vrais symboles nazis dans le punk, non pas pour manifester une hostilité aux juifs, mais pour dire "merde" à
la société et au système en brandissant ce qu'il y a de plus choquant. Et plus le système "politico-médiatique" s'acharne sur Dieudonné (d'autant plus lorsqu'il le censure et cherche à
l'interdire), plus Dieudonné pourra fédérer des révoltés en tout genre, et pas forcément des antisémites. Si, plutôt que de chercher à tabasser des juifs ou brûler des synagogues, l’antisémitisme
actuel se manifeste surtout par "faire une quenelle" devant une synagogue et d'en faire une photo, franchement, je vois pas l'intérêt de tomber dans le psychodrame national... si ce n'est pour
faire le jeu de Dieudonné qui peut encore plus se poser en victime du système, en agitateur qu'on bâillonne parce qu'il s'attaque aux "vrais" puissants. Censurer, bâillonner et interdire un
polémiste ou un "théoricien du complot", c'est toujours en quelque sorte lui donner raison, lui prouver (à lui et à ses suiveurs), qu'il a frappé juste.


 


Concernant l'appel à la violence, je n'ai peut-être pas été très clair, mais je parle
ici de limite à la liberté d'expression lorsqu'il y a appel à la violence "physique" contre des individus (isolés, ou d'une communauté, religion, nation etc.), et quand cet appel est clair et
sans ambiguïté. Mettons qu'un membre d'une association juive trouve mon article "insupportable", considère que je fais le jeu de l'antisémitisme etc. Il a parfaitement le droit de le penser (même
si ce n'est évidemment pas le cas), de l'écrire dans les commentaires, d'écrire un article pour me taper dessus... aucun problème. De mon point de vue, il peut même me traiter de "connard",
"d'ordure antisémite", de nazi, de facho où de tout ce qu'il voudra, je suis pour la liberté d'expression la plus large possible, donc pour le droit à l'insulte... Non seulement je ne le
poursuivrais pas (alors que j'en aurais le droit, et que je serais évidemment atteint et choqué par de telles insultes), mais je ne censurerais même pas ses commentaires haineux et injustes. En
revanche, s'il parvient à prendre connaissance d'informations privées me concernant, et qu'il se met à donner publiquement mon nom et mon adresse en appelant à ce qu'on me casse la gueule, voire
qu'on me bute, ce n'est évidemment pas acceptable et pas envisageable dans une société civilisée (ne serait-ce que parce que c'est une grosse limite à la liberté d'expression, personne n'osera
publiquement exprimer des opinions qui ne sont pas consensuelles si des communautés peuvent, en toute légalité, appeler à des sanctions physiques voire au meurtre).    


 


 


 


Tu dis que si on appliquait ma conception de la liberté d'expression, ça ferait un
paquet de délits à supprimer du code pénal... oui ! Parce que dans ce système de pénalisation des paroles "incitant la haine", il y a un paquet de propos que l'on pourrait ranger dans cette
catégorie, et l'on peut multiplier plus encore les procès à l'avenir. Balancer n'importe quelle phrase virulente sur n'importe quelle communauté, religion, classe sociale etc. est certes capable
d'inciter à la haine, voire d’entraîner des actes violents. Mais de mon point de vue, le pénaliser participe complètement de cette "infantilisation" du peuple : lui interdire l'accès à certaines
paroles, certaines œuvres, en estimant qu'il est tellement con et influençable qu'il pourrait être amené à violenter ou tuer des individus juste parce qu'il a entendu un discours haineux, c'est
en quelque sorte le déresponsabiliser. Et si je défends ici la liberté d'expression de Dieudonné, c'est de la même manière que je défends la liberté d'expression des artistes produisant des
œuvres violentes ou amorales, qu'il s'agisse de musique, cinéma, littérature, jeux vidéo... parce que je pense que le bon message à envoyer au peuple n'est pas "vous êtes influençables et
potentiellement dangereux, on va limiter et interdire tout ce qui pourrait vous pousser à la haine ou à la violence", mais "nous sommes dans une société d'adultes responsables, vous pouvez avoir
accès à des contenus et discours virulents, sulfureux, transgressifs, et même haineux ; mais si vous commettez des actes violents, vous êtes seul responsable". C'est en responsabilisant le
peuple, donc en misant sur son intelligence et son esprit critique, qu'on le rend plus "adulte"... et c'est en le déresponsabilisant, en limitant le plus possible toute parole "mal-pensante"
qu'on l'infantilise, et qu'il en vient à se mettre à faire de puériles quenelles à tour de bras partout où ça peut choquer...  


 


 


 


RAPHAEL : Je suis
entièrement d'accord avec toi (sauf que Dieudonné n'est pas mon humoriste favori, je suis plus "vieux", donc, c'est Desproges^^)


 


Je ne m'intéressais pas particulière

Raphaël 10/01/2014 22:12


Salut à toi,


Intéressant d'avoir ton avis là dessus.
Personnellement ça fait un bout de temps que je suis Dieudonné et ce qui se passe en ce moment, qui ne me concerne pas directement étant suisse, me trouble beaucoup.Je n'irai pas faire de
jugement sur les propos ou sur la personne de Dieudonné, que ce soit venant des "pro" ou des "anti", je déteste les intéprérations ultra subjectives provenant de ces deux
types.


Non c'est surtout les atteintes à la liberté d'expression qui me choque et surtout les conséquences qu'elles
peuvent avoir. C'est évident qu'empêcher une personne de se représenter est typiquement le genre d'action que les gens ne comprennent pas où interprètent ces censures avec tout un tas de
théories.


Le débat doit se faire, Dieudonné n'est pas un monstre, comme le disait justement
Zemmour, c'est un produit du métissage, il est bien ridicule de le traiter t'antisémite, cet homme est avant tout un antiraciste.Empêcher des débats sous prétexte que l'on considère son interlocuteur comme un "fils spirituel d'Hitler" est plus négatif qu'autre
chose. C'est manichéen à l'extrême, si ces gens en sont arrivés à leur raisonnement c'est pour une raison.


Si les médias français n'avaient pas taclé Dieudonné pour rien pendant toutes ces années, je suis quasiment
certain qu'il nous aurait pas bassiné avec ses Juifs. Pour moi son combat contre le sionisme était légitime et il n'aurait pas pu en être autrement, il fait partie de la jeunesse pro
Palestinienne et humaniste, il ne faut pas l'oublier. A force de le priver de dialogues, de vulgariser à outrance ses propos, l'évolution de l'homme n'est pas étrange. Les médias et le monde
médiatique en général ont leur responsabilité. Maintenant les cartes sont brouillées et votre gouvernement a tout intérêt à sauver son cul, la justice où la vérité ça passe au second plan.
Personnellement je suis capable d'écouter (et de converser dans un cas général) tout le monde et je considère les gens comme intelligents et raisonnés à priori. 


Et il y a aussi un lien avec les médias français ici aussi, j'ai été choqué
d'entendre en début de soirée dans l'émission C dans l'air, cette bande d'arnaqueurs de journalistes qui essayaient de catégoriser le public de Dieudonné, j'ai même été surppris d'entendre qu'un
entre eux (incapable de me rappeler de son nom...) accusait les spectateurs d'être complice de Dieudonné dans son racisme.
Comme le disait le brillant Astier, si on est droit dans ses bottes, on peut regarder 10000 heures de spectacle de Dieudonné et en tirer ce qu'on veut sans
vouloir faire partie des Einsatzgruppen après un sepctacle.


Et des attaques sur son public, on peut en entendre tout le temps, provenant même
des politiques.
Pris au cas par cas, ces attaques et ces insultes peuvent paraître assez anodine mais pour ma part c'est un réel indicateur qui montre bien que ces politiciens et une bonne partie des médias
"officiels" relayent des conneries et insultent toute une partie de la population qui s'en va voir un humoriste.


Si les gens ne peuvent plus aller voir un humoriste sans risquer de se faire embrigader dans son potentielle
antisémitisme, c'est que votre système éducatif est merdique, qu'on arrête d'inveser l'ordre des choses.


Quand aux risque aux troubles à l'odre public, si c'est pas un argument foireux,
je me demande bien ce que c'est. Dieudonné joue ses spectacle dans le calme depuis le début, les seuls troubles ont eu lieu à cause des interventions des CRS.


Mon avis reste pourtant mitigé sur le personnage, je ne sais pas ce qu'il fout
avec des types comme Soral, mais je n'irais pas le juger la dessus et extrapoler, cet homme a toujours été provocateur à l'extrême même si ça peut être mal perçu, ça restera mon humoriste
préféré, certains de ses sketchs, à la fois profondément cyniques et tournant en dérisions toutes sortes de dérives, me marqueront pour toujours, bien plus que ce que j'ai pu voir de Desproges et
Coluche, mais ce n'est pas mon époque alors...






Oula, je commence à tomber dans le pavé, je m'arrête là et je m'excuse d'avance
pour les fautes et la structure, je voulais juste donner mon point de vue même si ça me fait bizarre d'aborder des sujets comme ça ici, ça a le mérite de questionner


Bonne soirée à toi


 



Raphaël

boebis 10/01/2014 14:31


ça se défend une liberté d'expression totale, mais je vois pas pourquoi dans ce cas là protéger la vie privée et interdire appels à la violence. Sauf à dire que sont des intérêts légitimes (vie
privée, ordre public) qui peuvent donc mettre un frein à une autre liberté.


Et en droit français on a aussi l'injure, la diffamation, et ce qui est reproché à dieudonné au pénal, l'incitation à la haine raciale, et on pourrait ajouter le délit de négationnisme. QUi sont
sans aucun doute aussi des intérêts légitimes à protéger... si on accepte de protéger la vie privée ou l'ordre public (appel à la violence), en quoi une autre forme d'appels à la violence ,
qu'est l 'incitation à la haine raciale, ou une atteinte à la "vérité" qui est le pendant de la protection de la vie privée (négationnisme)  ne devraient pas être non plus être sanctionné?
  Après sur le plan de la police administrative, c'est plus délicat et la position de Valls ne tiendra peut être pas malgré le référé liberté rejeté, mais si on va jusqu'au bout de ton
raisonnement ça fait un paquet de délits à supprimer du code pénal...


 


Enfin sur la sur-interprétation du signe de la quenelle, même si ça n'a rien à voir avec un salut nazi, son utilisation systématique associé à des personnes juives par Dieudonné, ou qu'il prétend
soumises au lobby juif fait que le geste peut être sans trop d'imagination assimilé à une injure de caractère antisémite... 


De même qu'une croix gammée est aujourd'hui clairement un signe de caractère antisémite, faut pas chercher midi à 14h.


 


Même si je suis d'accord sur le plan politique c'est dangereux et inefficace et que la position de Valls d'avoir monté ça en épingle pour se faire de la pub est calamiteuse et que tout ça aurait
du rester dans les mains de la justice et pas instrumentalisé...