Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 23:41

Après Dave Brubeck la semaine dernière, c'est au tour d'un autre grand musicien né en 1920 de décéder aujourd'hui... il y a des périodes, comme ça, où Music Lodge se transforme en "rubrique musicale nécrologique", mais impossible de ne pas dire un mot ici de l'un et de l'autre.

 

Ravi Shankar est une figure incontournable de la musique du XX° siècle. Grâce à lui, la musique indienne a influencé bon nombre de musiciens d'occidents, et pas les pires... les Beatles en premier lieu, puisqu'il a appris le sitar à George Harrison, sitar que l'on entend dès Norwegian Wood sur Rubber Soul, puis dans deux morceaux de George Harrison beaucoup plus "indiens", Love You To sur Revolver et Within You Without You sur Sgt Pepper. 

 

 

(Je vous recommande aussi en passant Within You Without You par Sonic Youth)

 

Une influence profonde sur les Beatles, mais aussi sur... les Coltrane - John et Alice - qui appeleront leur fils Ravi, ou Philip Glass avec lequel Shankar collaborera pour l'album Passages. Les Beatles, Coltrane, Glass, soit trois des plus illustres noms des 3 genres musicaux majeurs du XX° siècle en occident. (Non, je ne compte pas la musique minimaliste de Glass comme un "genre majeur", mais la musique classique contemporaine en général). Ravi Shankar est aussi le père d'une des plus célèbres chanteuses de ces dernières années, Norah Jones... comme quoi, tous les chemins mènent à Shankar.

 

 

L'ironie de l'histoire, c'est qu'au fond, il y a eu un peu le même type de malentendu entre la musique psychédélique 60's et la musique indienne qu'entre les hippies et le bouddhisme (ce dont je parlais dans rock et société de consommation). Les musiciens psychédéliques ont, pour la plupart, pris la musique indienne pour une musique libre, planante, et improvisée, alors qu'elle est une véritable "musique savante", au même titre que notre musique classique, basée sur des systèmes et théories particulièrement complexes. La certaine perplexité que montre Shankar dans la vidéo ci-dessus face aux musiciens pop qui font appel à lui, c'est un peu la même que celle des véritables bouddhistes qui ont vu débarquer des hippies défoncés au LSD prétendant atteindre le "nirvana"...

 

Un peu de musique pour conclure, tout d'abord deux morceaux de Ravi Shankar que je vous conseille :

 

 

Et un album qui mérite vraiment le détour, Passages, la collaboration de Philipp Glass et Ravi Shankar. Un très bel album, particulièrement accessible, plaisant, mélodieux et envoûtant, le genre d'album dont personne ne devrait se priver :

 

Ravi Shankar & Philipp Glass - Passages (en écoute sur grooveshark) 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires