Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 20:36

Au moment même où, aux Etats-Unis, les lois « anti-piratage » SOPA et PIPA suscitent de nombreuses critiques et contestations (même Obama et son administration prennent leurs distances), coup de tonnerre sur le web, le FBI vient de fermer MegaUpload et d’arrêter ses dirigeants !

 

Coup de tonnerre et coup dur, pour tous les défenseurs de la liberté et du partage sur le net. Car le problème principal est moins de ne plus avoir à disposition le contenu hébergé sur le site que de voir le FBI capable de fermer en toute impunité un des 20 sites les plus importants au monde. Certes, MegaUpload est un des sites privilégiés par les « pirates », un des meilleurs moyens de stocker et récupérer illégalement des œuvres… tout simplement parce qu’il est un des meilleurs moyens de récupérer et stocker n’importe quel type de contenu ! MegaUpload (MU pour les intimes) n’est qu’une plate-forme de stockage, aux usagers d’en faire ce qu’ils veulent. MegaUpload, comme le p2p, ne met pas à disposition des œuvres, mais de l’espace de stockage, ce sont les usagers qui y partagent ce que bon leur semble. Et MegaUpload supprimait déjà les contenus illégaux, lorsqu’un ayant droit se plaignait.

Que des ayants droit, en s’appuyant sur une institution, puissent maintenant, si facilement, si brusquement, sans procès au préalable, obtenir la fermeture d’un site aussi gros, ça fait froid dans le dos. Et ça a de quoi susciter la colère des internautes, en particulier des Anonymous qui ont mené une attaque ciblée contre plusieurs sites (celui d’Universal,  du FBI, et même d’Hadopi…) La guerre est déclarée ? 

Des entreprises ont des comptes MegaUpload, non pas pour télécharger le dernier film de Bruce Willis, mais bien pour échanger facilement des données. Des artistes ont des comptes MegaUpload, qu’ils utilisent pour partager leurs œuvres en toute légalité, des particuliers ont des comptes MegaUpload destinés à stocker et faire circuler pour leurs proches des photos, vidéos et documents personnels, sauvegardes de leurs créations diverses, sites webs, disques durs… et tout ça, poubelle. Le site est fermé par la volonté aveugle du FBI et des ayants droit, impossible d’y avoir accès. 

Quelle sera la prochaine étape ? La fermeture de Youtube ? Parce qu’on y trouve toujours quantité de contenus « illégaux ». Clips, extraits de films, reprises de chansons, jusqu’à de simples vidéos personnelles avec pour bande-son des musiques qui ne sont pas libres de droit.

Ensuite… la fermeture des blogs et plate-formes de blogs, des forums, des réseaux sociaux ? Après tout, on y trouve beaucoup de contenus illicites, de photos, vidéos ou  liens vers des œuvres qui ne sont pas libres de droit. Et les boîtes mails, tant qu’on y est.

Il est vrai que les dirigeants de MegaUpload ne sont pas accusés seulement de fournir de l’espace de stockage, mais aussi d‘avoir rétribué des uploaders de contenus illégaux, ainsi que de blanchiment d’argent. Et alors ? Qu’ils soient jugés pour cela et  bénéficient d’un procès équitable avant que l’on ne pense à fermer leur site. Au plus haut sommet de l’Etat en France, on a bien un individu accusé d’être impliqué dans l’affaire Karachi (et plusieurs membres de son parti accusés de rétro-commissions, blanchiment d’argent)… le même qui est le premier politique à se féliciter de la fermeture brutale du site, avant procès, et de l'arrestation de ses dirigeants.

Deux poids deux mesures. Les banques ont leur part de responsabilité, et non des moindres, dans la crise qui a fait tant de dégâts ces dernières années (c’est là encore bien plus grave que ce dont on accuse MegaUpload). Est-ce qu’on a fermé les banques, est-ce qu’on les a sévèrement sanctionnées ? Non, on leur a filé plus de pognon ! Mais la grande différence, c’est que MegaUpload ne fait pas partie du sérail, on peut donc tout se permettre avec leur site. Sans prendre en compte une seconde toutes les utilisations parfaitement légales et utiles de cette plate-forme.

Dans cette histoire, nous devons tous nous sentir concernés. Car si l’on se met à fermer aussi brutalement, sans procès préalable, tout site qui ne rentre pas totalement dans la légalité, il ne restera très vite plus grand-chose sur le net (qui n’aurait d’ailleurs jamais pu se développer autant si l’on avait suivi cette politique). Vous pensez être à l’abri parce que vous n’avez jamais mis de liens pour télécharger des œuvres protégées par le droit d’auteur ? Mais êtes-vous sûr d’avoir les droits sur toutes les photos placées en illustration de vos billets ? Etes-vous sûr que les vidéos Youtube hébergées sur votre blog sont celles d’uploaders qui en ont les droits ? Est-ce que vous payez la taxe SACEM ? Avez-vous bien vérifié (puisque l‘on est responsable des propos tenus sur nos sites), dans les commentaires de vos blogs, messages de vos forums, qu’absolument rien ne tombe sous le coup de la loi, qu’il n’y a pas de propos diffamatoires, homophobes, racistes, insultants etc. ? Que celui qui peut assurer être dans la légalité la plus totale et détenir les droits sur tous les contenus disponibles, visibles ou linkés sur son blog me jette la première pierre… Car, d’une manière ou d’une autre, nous nous sommes tous développés dans une relative illégalité, et si l’on voulait nous chercher des poux, fermer nos sites et ainsi détruire des années de travail et de passion, on le pourrait…

Que l’on censure un site destiné essentiellement à la diffusion de contenus criminels (site pédopornographique, par exemple), c’est bien normal. Que l’on censure un site basé uniquement sur le téléchargement illégal de contenus protégés par le droit d’auteur, on peut le comprendre. Que l’on taxe (sans les étouffer non plus), des sites genre MegaUpload qui se font beaucoup d’argent grâce au téléchargement illégal, soit. Tout comme on taxe déjà disques durs, CD et DVD vierges, qui sont aussi de l’espace de stockage. Mais on ne devrait pas pouvoir fermer si facilement un site qui ne tourne pas qu’autour du téléchargement illégal. Peu importe ce dont leurs créateurs sont responsables.

Il y a  de quoi s’interroger sur les méthodes du FBI… si plusieurs appartements d’un immeuble hébergent des terroristes, ils font sauter tout l’immeuble ? Je l’avoue, j’aime les exemples extrêmes et caricaturaux. Pas le meilleur moyen de saisir précisément un phénomène, j’en conviens, mais assurément celui de pousser dans leurs retranchements les logiques imbéciles. Et pour en rajouter une couche, en cette période où sort le film d’Eastwood sur J. Edgar Hoover, ne faudrait-il pas penser fermer le FBI ? Qui a, au fond, bien plus à se reprocher que Megaupload. Créé et dirigé pendant près d’un demi-siècle par une des grandes crapules du XX°, il s’est développé dans l’illégalité : chantages, écoutes, manipulations politiques, campagnes de diffamations, assassinats, liens avec la mafia etc. Les responsables de Megaupload sont des enfants de chœur à côté du sinistre J. Edgar Hoover.

Pour en revenir au sujet, la grande question, dans cette affaire, c’est de savoir si MegaUpload a été fermé avant tout parce qu’on y trouve des contenus illicites, ou principalement pour les autres chefs d’accusation. Mais dans les deux cas, cette fermeture est une… connerie.

- Si le seul stockage de contenus illégaux n’est pas une raison suffisante pour le fermer, ce n’est qu’un coup d’épée dans l’eau, il existe des tas d’autres sites de stockage, les « pirates » se déplaceront sans problème de l’un à l’autre, cela n’aura en définitive pas une grande incidence sur le téléchargement illégal. Une stratégie qui n’aura servi à rien d’autre, de ce point de vue, que de susciter encore un peu plus la colère et la radicalisation des internautes contre des ayants droit et une police qui ne font pas dans le détail et pénalisent tout le monde pour les fautes de responsables d’un site. Car fermer Megaupload (4% du trafic total de l’internet, c’est pas rien), ce n’est pas comme fermer le blog d’un individu lambda ayant tenu des propos condamnables, c’est priver les internautes d’un outil universel de partage de contenus qui peuvent très bien être légaux et personnels.

- Si le stockage de contenus illégaux est une raison suffisante… c’est peut-être le début d’une vraie cyber-guerre, déclenchée par cette atteinte à la liberté des internautes et au développement du web. Car TOUS les sites de stockage seraient maintenant visés. Mais il est impossible de contrôler les contenus qui y transitent. Demander aux sites de stockages de supprimer les liens vers des contenus protégés par le droit d’auteur, ça existe déjà, et Megaupload s’y pliait. Mais on ne peut les menacer de fermeture sous prétexte que des œuvres protégées circulent, puisqu’il ne leur est pas possible de vérifier chacun des contenus avant de les mettre en ligne… ou alors, les internautes, après y avoir uploadé un de leurs documents, devraient attendre des jours, des semaines, des mois avant que leur document soit certifié « légal », ce qui serait le comble de l’absurde, à l’ère de « l’info en temps réel ».

Fermer de la sorte les espaces de stockage et rendre inaccessibles des milliers de données légales et personnelles, c’est véritablement scandaleux. Malgré Obama, les Etats-Unis semblent ne pas avoir compris que le web, comme le monde, ne leur appartient pas. Que la police d’un Etat, sans crier gare et sans aucune forme de procès rende inaccessible à la planète entière un site qui représente 4% du trafic total sur le net, ce n’est pas une avancée, un progrès, une victoire, mais bien une grande défaite pour le web et la liberté. Certains serveurs de MegaUpload se trouvaient en Virginie, ce qui a permis cette action, mais le site dépasse de très loin le seul territoire américain. Créé par un allemand, basé à Hong-Kong et, surtout, utilisé dans le monde entier par des millions d’individus chaque jour.

Protéger les artistes, je veux bien (le téléchargement illégal est-il un fléau si dangereux qu’ils nous le disent ? plus il est facile et rapide de télécharger illégalement des films, plus l’industrie du cinéma bat des records, ce qui a encore été le cas l’an dernier). Mais il faudrait surtout penser à protéger internautes et sites webs contre les polices autoritaires des Etats ! 

Il est aussi dommage que les industries du cinéma et de la musique aient si peu de connaissance de leur propre histoire… sinon, elles sauraient qu’elles se sont elles aussi en bonne partie développées par le « piratage » ou dans l’illégalité (ce sera le sujet d’un futur article). Et comprendraient ainsi que la censure n’est sûrement pas la meilleure réponse. Que les artistes, qui, à travers l’histoire, ont tant eu à souffrir de la censure pour les motifs les plus divers, se retrouvent maintenant si souvent du côté des censeurs face aux nouvelles technologies ne cesse de m'affliger.   

Plus les années défilent, plus les gouvernements s’immiscent sur le web, tentent de le contrôler, et plus nos libertés s’y réduisent. Jusqu’à quand faudra-t-il accepter de se laisser faire ? Jusqu’à ce que chaque article de blog soit validé, avant publication, par un « comité de censure » vérifiant qu’on n’y trouve pas de contenus protégés par le droit d’auteur, ou des passages qu’eux jugeront comme de la désinformation, de la diffamation, de l’injure ?

Quels que soient les délits des dirigeants de MegaUpload, cette fermeture brutale du site a tout d’une déclaration de guerre. De "guerre virtuelle", tout du moins... en tout cas, c’est ainsi que les Anonymous l’ont pris, et on les comprend. Nul doute que cette opération du FBI leur permettra de recruter en nombre (les Anonymous, pas le FBI…) Car c’est vraiment la question de la liberté sur le net qui se joue ici. Une question qui aurait pu se résoudre par la discussion, le débat, les compromis de part et d’autre, la réflexion, la prise en compte de tous les intérêts, y compris ceux, souvent oubliés, du public… malheureusement, nous sommes face à un mur, une industrie et des politiques qui ne veulent rien lâcher de ce qui concerne le droit d’auteur, et qui privilégient à chaque fois la répression au dialogue. S’ils veulent vraiment le conflit, qu’ils se rassurent, ils l’auront. Et tomberont sur plus de répondant et de capacité de nuisance qu’ils ne le pensent…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thom 27/01/2012 21:57


Tu fais comme tout le monde, tu fous ça sur un ftp. 


 


Ce qui est marrant dans la lutte anti-piratage, c'est qu'on régresse perpétuellement à l'étape inférieure. Les log de type Kazaa/e-mule étaient plus sophistiqués que les clients bitorrent qui
étaient plus sophistiqués que le DDL qui étaient plus sophistiqués que le ftp. Et finalement, on en revient toujours au constat que les vieux pots ne faisaient pas une soupe si dégueulasse :-))

G.T. 27/01/2012 21:49


THOM : J'ai en grande partie répondu à cela dans le commentaire du dernier article. Sinon, réuploader ne prend pas forcément que
3 minutes. Il existe beaucoup de gros mods, qui font des centaines de Mo, et je ne sais pas ce que tu utilises comme site de stockage, mais si tu peux y uploader 500 Mo en moins de 3 minutes,
faut me filer l'adresse^^

Thom 27/01/2012 19:37


"avec la fermeture de MU, ce sont des milliers de mods qui disparaissent."


 


>>> Sans rire ? Comme le notait avec humour Lil' sur Le Golb, MU n'était pas un DD externe. Quand on a les compétences pour modder, on les a pour sauvegarder son fichier. Le réuploader
ailleurs ne prend que trois minutes, n'importe quel neuneu en est capable (sans oublier que créer soi-même son propre lien DDL, sans passer par un filtre comme MU, est assez facile quand on a ce
niveau de compétences informatiques...) Quant aux artistes, je leur souhaite d'avoir entendu parler de bandcamp, myspace, Noomiz, Facebook, Soundcloud, Grooveshark, mais aussi Mediafire,
Yousendit, Rapidshare, les serveurs FTP, les pigeons voyageurs... franchement il n'y a aucun drame dans la "mort" de MU de ce point de vue, à moins d'avoir vraiment cherché les coups.

G.T. 27/01/2012 19:03


IRISH STEW : Je ne suis pas sûr d'avoir vraiment compris le problème... mais dans le doute, brûle tout ! ^^


 


DR. F : Quant à l'utilisation de MU pour le partage de fichiers, allons bon, ça représentait combien en pourcentage comparé
au reste illégal? Pas grand chose. Faut pas non plusverser dans l'hypocrisie.


Ce n'est pas une question d'hypocrisie. Peu importe le pourcentage du légal sur MU, il existait, il y avait de très nombreux fichiers légaux, comme sur tous les sites de stockage. Bien sûr, dans
la plupart des cas, les uploaders les ont toujours sur leur PC. Mais ce sont aussi des milliers de liens vers des légaux qui disparaissent. Des milliers de contenus légaux mis sur des forums
ou blogs, que les uploaders ont pu ne pas garder chez eux s'ils n'en avaient plus besoin. Par exemple, il existe un phénomène important et très intéressant : les "mods". Non, pas ceux des 60's,
mais dans le monde du jeu vidéo actuel. Les mods, ce sont des contenus faits par les internautes pour "customiser" les jeux. Des mods qui améliorent la qualité graphique d'un jeu,
qui ajoutent des personnages, qui retravaillent certains détails, qui corrigent des bugs que les créateurs du jeu n'ont même pas pris la peine de faire eux-mêmes après coup etc, etc. Je ne suis
pas spécialiste de la question et ne suis pas un "modder", je ne sais pas tout ce qu'ils peuvent faire, mais c'est assurément quelque chose de remarquable, et typique du net. Ou comment passer de
bêtes consommateurs à créateur et acteur. Des gamins aiment par exemple particulièrement tel jeu vidéo, ils vont trouver des mods qui vont leur plaire, vont vouloir en faire eux-même, et ainsi
développer considérablement leurs compétences et techniques en informatique. Ces contenus sont tout à fait légaux, les développeurs du jeu ne vont pas interdire ces fichiers qui ne leur
coûtent rien et enrichissent ou embellissent leurs jeux, donc tout le monde est content... sauf qu'avec la fermeture de MU, ce sont des milliers de mods qui disparaissent. Ou qui seront plus durs
à trouver parce que celui qui l'a fait ne pensera pas à réuploader et changer les anciens liens sur tous les forums, sites ou blogs où il a pu mettre ses mods. Pourquoi
interdire l'accès à toutes ces créations légales et intelligentes ? Pour une raison simple : le pouvoir s'en tape. Ces "modders" sont des gens qui créent, qui bossent, mais ce n'est pas
une industrie qui rapporte du pognon et qui fait du lobbying... donc, apparemment, on a bien le droit de les emmerder et les envoyer se faire foutre.


Même chose pour tous les artistes qui ne font pas partie de l'industrie, qui tentent de se débrouiller par eux-mêmes, qui ont envoyé le lien vers certaines de leurs chansons ou albums sur MU dans
de nombreux forums, blogs... et qui doivent tout recommencer (bon, par leurs chansons, mais le stockage, la recherche de lieux où les promouvoir et mettre des liens,
etc.)     

dr frankNfurter 27/01/2012 12:48


Un peu comme Thom, je suis partagé.


D'un côté, oui la méthode étatsunienne est liberticide, d'un autre on parle aussi d'un site qui se faisait du fric sur le dos des internautes et (accessoirement?) sur celui des artistes. Le fait
que fileserve et filesonic se soient sabordés dès lors n'est pas étonnant.


Quant à l'utilisation de MU pour le partage de fichiers, allons bon, ça représentait combien en pourcentage comparé au reste illégal? Pas grand chose. Faut pas non plusverser dans l'hypocrisie.


 


Bref, on ne va pas pleurer sur la mort de MU. Juste regretter que celle-ci fait chimériquement le beurre des majors pour une culture réservée aux riches (aux pigeons)?


En tout cas, ça fait bien c**** que la caverne soit désormais fermée :-(

IrishStew 26/01/2012 11:18


Hello, 


J'ai une question à te poser: je possède chez moi pas mal de partitions classiques éditées chez Henle Verlag, Lemoine ou Peters. Sur ce point-là, je ne pense pas que je risque grand chose vu que
ces maisons existent depuis quelques temps, bien avant que le souci de la protection des oeuvres apparaissent. Mais bon, on est sûr de rien, et comme tu le démontres si bien dans ton article, on
est jamais à l'abri de l'absurde, voire du ridicule de la part des autorités. Etant pianiste et bassiste, je possède également des songbooks pour ces deux instruments de Bob Marley, les Beatles,
Elton John, Norah Jones ou encore Offspring et Iron Maiden. Est-ce que tu crois que je dois craindre la venue un jour ou l'autre d'un mec du service anti-terrorisme un matin dans mon appart, me
préparant pour aller en cours comme un mec qui jusqu'à aujourd'hui se croyait franchement clean? Parce que bon... On sait jamais! Je les ai payées, ces partitions. Et comme elles représentent une
coquette somme, je me dis que l'Etat pourrait convoiter ce petit trésor. 


 


 

G.T. 25/01/2012 23:43


BRIMSTONE : Je n'oublie et ne néglige pas qu'ils ont rétribué des uploaders de contenus illégaux, mais c'est juste que je ne suis
pas là pour faire le procès de MegaUpload (d'autres l'ont fait... avant qu'il y ait un vrai procès). Et ça ne change rien au fait que l'on supprime l'accès à un nombre considérable de contenus
légaux.


Entièrement d'accord avec le reste de ton commentaire, c'est grave qu'ils ne comprennent toujours pas qu'ils ne pourront jamais empêcher les échanges d'oeuvres "illicites" sur le net, et que plus
ils durciront leurs positions et continueront dans la restriction des libertés, plus ils déplaceront les internautes vers le crypté... s'ils n'en voient pas les dangers, c'est à
désespérer... 


 

Brimstone 25/01/2012 15:56


Hello la compagnie

Très bel article G.T. , j'aime bien les trucs caricaturaux d'ailleurs, c'est plus sportif, ça détend! ... :D

Hormis le fait que MU m'évoque aussi l'équipe de foot de Manchester United (moins bon que Christophe j'avoue), quelques commentaires à mon tour.

* Pour faire croire un instant que je me fais l'avocat du diable... quand tu dis ceci :

"Et MegaUpload supprimait déjà les contenus illégaux, lorsqu’un ayant droit se plaignait."

Tu laisses entendre que MU répondait vraiment aux demandes des ayants droits. Tu oublies de préciser un élément, c'est que les contenus retirés étaient ré-uploadés régulièrement et que finalement
leur retrait n'était que temporaire. Pour les contenus considérés comme toxiques/illégaux en tant que tels, par exemple les contenus pédophiles, MU avait mis en place un système (simple) qui
permettait automatiquement de blocker les re upload d'un fichier préalablement retiré (hachage MD5 du fichier + comparaison dans une BDD pour les intimes avec la geekitude). Et il semble qu'ils
avaient délibérément omis d'appliquer ce procédé pour les contenus vidéo/audio "classiques". Ca rejoint ce que tu évoques déjà sur leur supposé (mais probable) financement des uploaders (je suis
plus sceptique sur les histoires de blanchiment d'argent). Je ne suis pas en train de justifier l'arrêt de MU et encore moins la méthode employée, c'est juste important d'avoir à l'idée que MU
n'est pas non plus blanc comme neige et ne respectait pas la loi en vigueur (qu'elle nous plaise ou non, c'est un autre débat sur lequel globalement on se rejoint un peu tous ici
j'imagine...).

* Sinon, sur le fond il y a je pense ces points importants, déjà pour bonne partie évoqués par toi ou par certains dans les commentaires :

- La méthode employée est clairement dangereuse, on peut vraiment s'interroger sur la forme de contrôle exercé par les états sur le contre pouvoir qu'est Internet. Le fait que les USA puissent
fermer un site mondial sans procès préalable et - pire encore - avec l'adoubement quasi global des dirigeants du monde est assez effrayant, ton article le dénonce très bien. Quand je regardais
les "Bienvenue à Gattaca" ou autre "Equilibrium" plus jeune, je me disais que c'était impossible d'avoir de telles évolutions de notre monde... et plus je grandis (hé oh c'est bon je suis pas un
rabougris non plus encore!) plus je m'interroge si on ne va pas en effet aller vers ce type de société totalement contrôlée/maitrisée et finalement bien asceptisée.

- L'offre légale est abusivement chère (et limitée la plupart du temps, c.f. sites spécialisés type lacaverne qui surfent carrément sur cette pénurie), et le pouvoir d'achat des individus limité:
les populations ne peuvent pas payer ce que les ayants droits réclament correspondant à leur consommation actuelle élevée de series+films+musique. Faudrait qu'ils comprennent que cette
consommation répond à une vraie attente, voire à un besoin: c'est notre bouffée d'air, notre petit plaisir (qu'on soit psychotique élitiste à aimer Matana Roberts :D ou qu'on soit friand de
Rihanna et du dernier blockbuster...), un plaisir qui est d'autant plus important vu les périodes difficiles et le monde triste qu'on a autour de nous.  Et puis les gens ont déjà pris
l'habitude d'avoir accès à tous ces contenus, qu'on soit d'accord ou non il est déjà trop tard pour leur retirer le joujou des mains... Bref, si rien ne change sur l'offre légale et la façon de
vendre l'accès aux contenus, il y aura toujours un mouvement de fond favorable à un accès "illimité" pour permettre cette "forte" consommation. Tiens, un lien intéressant, avec le comportement
des internautes depuis la fermeture de MU, malgré hadopi en plus : http://www.numerama.com/magazine/21393-le-p2p-explose-apres-la-fermeture-de-megaupload.html

- Ni ces dirigeants, ni les ayants droits ne semblent vraiment comprendre qu'à moins "d'éteindre Internet" ils ne pourront jamais gagner la course technologique concernant la distribution des
contenus sur Internet. Ils sont 1 contre 100, et d'un point de vue technologique la répartition des forces sur le globe est en plus un atout comparé à toute institution centralisée.

- Il y a d'ailleurs un vrai risque derrière leur bataille perdue d'avance avec des lois SOPA, HADOPI ou des GRIENCOMPRI, ou leurs assassinats de napster et maintenant de mégaupload ... c'est de
se retrouver avec un internet totalement "chiffré" (avec des belles clés incassables) et "dynamique" (sans serveurs centralisés, ou alors en les virtualisant suivant les besoins) qui leur posera
de nouveaux problèmes autrement plus préoccupants. En premier lieu, celui de rendre quasi impossible la lutte contre le terrorisme ou autres activités dangeureuses. Et oui, comment on reconnait
une activité dangereuse de ce type lorsque toutes les données échangées sur Internet le sont de façon chiffrée? Je leur souhaite vraiment du courage!

- A force de lire sur le sujet, je pense vraiment que la solution la plus adaptée pour l'accès aux contenus dans ce monde numérique est une forme de licence globale. Il faudrait par contre avoir
de vraies études en amont sur la chaîne de valeur de l'industrie du disque/film et à ma connaissance elles manquent cruellement. On entend parler de licence globale sans vraiment savoir ce qu'il
pourrait y avoir derrière... Et derrière ce sujet il y a un tel challenge immense et beau en plus, conccilier le fait que la création perdure (avec diversité/qualité/richesse) avec celui que le
plus grand nombre y accède... la classe comme défi en fait!

G.T. 24/01/2012 22:53


DANIEL : On est d'accord (même si tu pars dans des exemples extrêmes toi aussi, avec le fait d'étrangler sa femme et ses
gosses ^^)


 


GUIC : OK pour le 2., quant au 1., c'est possible, mais ce que je crains surtout, c'est que derrière ça, il y a aussi
un contrôle toujours plus grand du web (et donc nos libertés qui ne cessent de diminuer). Un peu comme Hadopi, la "vitrine", parce que c'est plus vendeur de défendre les "pauvres"
artistes, et derrière, LOPPSI & cie...


Et puis les industries américaines de la musique et du cinéma ont dépensé des centaines de millions de dollars en lobbying pour ces lois SOPA et PIPA... comme quoi, ils ont toujours pas mal
d'argent à jeter par les fenêtres, le téléchargement illégal ne leur nuit pas tant que ça, sinon, depuis le temps, ils aurairent mis la clé sous la porte...


 


CHRISTOPHE : Excellent ! ;-)   

Christophe aka Mario C 24/01/2012 22:00


'tain chuis trop lol moi ce soir.

Christophe aka Mario C 24/01/2012 22:00


MU, pour moi, ça veut dire MUsiclodge.


 


C'est tout.


 


ALORS LAISSEZ GT TRANQUILLE LES AMÉRICAINS !!!


 


 

Guic' the old 23/01/2012 20:10


2 petites choses sur lesquelles je voudrais préciser ma pensée.


1. Je ne pense pas que la chute de MU soit une conséquence du blackout. Juste que, celui-ci étant prévu de longue date, j'ai bien du mal à croire que cette action du FBI n'ait pas été conçue dès
le départ pour avoir une portée, en termes d'images et de symbolique, plus forte que celui-ci, et la coincidence des dates me conforte dans cette idée: regarde comment ça l'a éclipsé dans les
médias!


 


2. Quand je parle de morale, c'est pas au grand sens kantien du terme, juste la morale toute con et manicheenne qu'on essaie de nous faire avaler: le système actuel est parfaite, les pirates sont
des méchants , démantelons leurs réseaux pour sauver les artistes. Rien de plus.

daniel 23/01/2012 20:02


Télécharger les blockbusters sur internet , ce sera toujours possible . La riposte sera rapide . Je suis passé tout à l'heure sur un site où l'on peut récupérer des séries récentes et le site
n'envisage pas de fermer ; il se réorganise en conséquence .La caverne des introuvables a fermé et les inédits VHS envisage de le faire ...


On en revient aux mêmes conneries que pour la musique . On ne pourra pas empêcher tous les décérébrés du monde de télécharger tout un tas de merdes qu'ils n'écoutent d'ailleurs même pas . En
revanche , on va emmerder ceux qui achète de la musique et récupèrer sur le net des pirates ou des inédits qui ne rapportaient de toute façon pas un rond aux groupes en  traitant
 d'irresponsables .En ce qui me concerne, ce n'est pas difficile , c'st à cause de ce genre de discours que j'ai décidé d'arrêter d'acheter des disques. C'est une position discutable , je
l'accorde. Mais je ne reviendrai pas là-dessus . 


Si je n'avais pas pu télécharger de musique , peut-être que j'aurais fini par ne plus en écouter du tout : je suis à la campagne et j'ai deux enfants . Peut-être que j'aurais tué mes enfants . et
puis ma femme . Mais je ne l'ai pas fait parce qu'au moment où j'ai envie de les étrangler , je vais écouter un pirate de Joy Division ( un groupe dont le chanteur s'est suicidé . ce qui peut se
 comprendre dans la mesure où il  était marié et avait un enfant . )


 

G.T. 23/01/2012 19:24


XAVIER : Je ne suis pas toujours d'accord, sur la forme, avec les Anonymous (mais je les rejoints sur le fond), par
contre, là, je trouve leur action parfaitement justifiée. Si l'on peut interdire l'accès, sans procès, à des milliers de contenus légaux et personnels, il n'y a pas de raison de s'empêcher
de bloquer un moment leurs sites...


 


GUIC : Je suis un peu d'accord sur les "exemples extrêmes"... d'ailleurs, il y en avait beaucoup plus au début, j'en ai viré la
plupart... et j'hésite à supprimer ou nuancer plusieurs de ceux qui restent.


Sinon, je ne suis pas sûr que ce soit la conséquence du blackout, plutôt d'une politique qui devient de plus en plus répressive, comme l'a montré il y a peu la condamnation à 22 mois de prison de
la jeune femme co-créatrice de NinjaVideo.


 


SKA : Oui, c'est bien le problème majeur que cette interdiction d'accès à une grande quantité de contenus légaux et personnels.
Ajouté à cela la police d'UN etat qui décide pour toute la planète, et sans procès prélable... on est bien face à un abus de pouvoir considérable.


 


DANIEL et SKA : Et ça ne s'arrange pas, grande première : des oeuvres qui étaient dans le domaine public viennent de redevenir
"privées" : http://www.numerama.com/magazine/21374-aux-usa-des-oeuvres-sortent-du-domaine-public.html


On nous les avait données, on nous les reprend sans rien nous demander, est-ce que ce ne serait pas un peu du vol, là aussi ? ^^


Des oeuvres notamment de Freud, Hitchcock, Garcia Lorca, Prokofiev, Tolkien, Kipling, Virginia Woolf, Orwell.


Ce qui contredit un peu ce que dit Guic, ce n'est pas tant la morale qui s'impose face à la logique, que la victoire d'une logique d'intérêts privés.


C'est le monde à l'envers... alors que l'ère numérique, avec sa facilité de diffusion et d'échange, devrait impliquer que l'on baisse la durée des droits après la mort d'un auteur, que les
oeuvres soient intégrées plus tôt au patrimoine de l'humanité et accessibles à tous, on les rallonge toujours plus...


 

Ska 23/01/2012 18:19


Et Fileserve et Filesonic viennent de s'auto-saborder.


Bien d'accord avec Daniel sur La caverne des introuvables et tant d'autres sites ou le téléchargement de films n'était pas synonyme de "piratage" de films récents et super populaires.


Parce que plein de films ne sont pas édités ou, dans le meilleur des cas, sont épuisés... Si on doit attendre, par exemple, que La maman et la putain de Jean Eustache sorte un jour en DVD, on est
mal barrés pour revoir un des films les plus importants de l'histoire du cinéma français... Heureusement, on pouvait le trouver dans une qualité correcte sur un site comme celui-là, mis en ligne
par quelqu'un qui avait eu la bonne idée de l'enregistrer à la télé sans doute il y a très longtemps...

daniel 23/01/2012 18:01


J'avoue que je suis assez surpris par le peu de commentaires que suscite cet excellent billet . C'est la merde . La caverne des introuvables , excellent blog qui mettait en ligne des films non
édités en DVD ferme ses portes . 


C'est écoeurant . Je pensais que le débat sur le téléchargement étai clos et qu'on était passé à autre chose . Et bien non . Super pour tous ceux qui habitent loin des mediathèques ...

Ska 23/01/2012 16:19


Tout cela est assez juste. Et je retiens surtout de ces arguments le fait que, effectivement, Megaupload servait aussi à échanger (stocker ?) des fichiers personnels, voire à permettre à des gens
ou des boites de travailler sur des fichiers trop lourds à faire passer par un simple mail. À l'heure où l'on met en avant les "clouds" (je crois qu'on dit ça pour les contenus qui ne sont pas
stockés sur notre ordinateur mais en ligne), c'est très flippant...

Guic' the old 23/01/2012 11:33


Mis à part que ton goût pour la comparaison trop forte nuit assez souvent à ton argumentaire, je pense que tu négliges un truc super important: la logique, que tu appliques parfaitement bien, ne
gagne jamais vis à vis de la "morale" dans la vraie vie.


La fermeture de megaupload avant même discussion, si on prend un exemple fort, c'est un peu comme mettre un mec suspecté de meurtre en préventive. Justement, il n'y a pas deux poids deux mesures,
juste les mêmes poids trop lourds pour tous les cas.


 


Ensuite, à mes yeux, c'est aussi une volonté de marquer le coup: contre les PIPA et SOPA, jeudi, c'était le blackout du Web... Et jeudi soir, ils démentèlent Megaupload? Pour moi ça peut pas être
une coïncidence. j'y vois une volonté de montrer qui c'est le patron, parce que bon, ne nions pas, les liens entre congrès et F.B.I...  Et au final, après toute cette stigmatisation des
"pirates" de l'Internet, le pékin moyen voit forcément cette action comme étant du bon côté du point de vue "moral".

Xavier 23/01/2012 11:13


j'ai été surpris aussi que par décision d'un seul état des USA, on puisse arreter quelqu'un à l'autre bout de la planète et fermer un site mondial. Alors si un jour un tribunal
du Boujikistan déclare le hamburger illégal, ils viendront arreter Ronald Mc Donald aux etats Unis et fermer tout les McDo du monde?


j'ai du mal à comprendre les motivations du FBI, tu démontes d'ailleurs facilement leurs arguments officiels... peut etre y a t il quelque chose de plus important derrière...


en tout cas il y a un truc qui me fait bien plaisir, c'est la résistance intelligente d'Anonymous. Cc'est clair que si certains déclarent la guerre au web, ils vont en prendre plein la
gueule...