Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 23:56

Imaginez… imaginez que l’on invente, dans le futur, une « machine à dupliquer ». Une grosse machine tout d’abord, qui sera commercialisée ensuite en modèle réduit – le Duplicator S21 - composé de deux tubes d’environ 60 cm de hauteur et 50 cm de circonférence. On introduit un objet dans le premier, on met en marche la machine et, au bout de 5 secondes, une copie parfaitement identique  sort dans le second.

 

Bien évidemment, l’industrie dans son ensemble a tout fait pour empêcher la commercialisation de cette machine révolutionnaire. Mais, pour une fois, les gouvernements ont pris le parti du peuple et ont estimé que ce progrès technologique majeur devait profiter à tous. Pour la modique somme de l’équivalent de 1500 euros actuels, vous pouvez vous offrir le Duplicator S21. C’est pas donné a priori, mais vu les incroyables bénéfices que vous pourrez en tirer, vous la rentabiliserez très vite. En 2100, tout le monde aura son Duplicator S21.

 

Objets, nourriture, et même de petits animaux (un chat, mais pas un berger allemand) peuvent se dupliquer avec cette machine géniale. Pendant que le Duplicator S21 se vend comme des petits pains, l’industrie ne cesse de tenter de faire pression sur les gouvernements pour qu’on en interdise l’usage et la vente. Des pertes considérables pour tout le secteur industriel, et c’est bien ça son problème, mais puisque cet argument ne convainc pas, l’industrie axe toute sa communication sur les millions d’emplois perdus maintenant qu’il n’est plus besoin de fabriquer des objets à la chaîne…

 

Prenons l’exemple du secteur agro-alimentaire, particulièrement touché et virulent contre cette nouvelle technologie. Plus personne n’achètera 6 tomates, 8 pommes, 3 poires, un sachet de noix, 2 kilos de pommes de terre etc. Tout ne s’achètera plus qu’à l’unité. Vous achetez une pomme, vous la dupliquez chez vous, et pendant 2 semaines vous aurez des pommes à volonté. Une pomme = une pomme chaque jour pour chaque membre de la famille, des tartes aux pommes, compotes de pommes etc.

La machine duplique à l’identique, donc lorsque votre pomme (ou une de ses copies) est vieille de 10 jours, vous obtiendrez une pomme vieille de 10 jours… il vous faut donc renouveler régulièrement vos stocks de produits frais. Une fois toutes les deux ou trois semaines, vous faites vos courses, vous achetez une tomate, une pomme de terre, une poire, un citron, un poivron, une pomme, une salade (même pas, une seule feuille de salade suffit), un grain de raisin… les riches qui ne voudront pas s’emmerder à dupliquer un grain de raisin 40 fois achèteront une grappe… 

Avec un seul steak surgelé, un sachet de pâtes et un sachet de riz, vous pouvez faire manger des steaks, du riz et des pâtes pendant 3 ans à toute votre famille. Plus besoin de tuer des milliers de bovins pour les steaks surgelés, une seule vache suffit à nourrir la planète…

 

L’industrie râle, elle est en crise, mais elle diminue aussi de manière considérable ses coûts de production. Un objet à fabriquer, machine à dupliquer, et elle peut l’envoyer partout dans le monde… L’abondance de biens dans les foyers créera plus de déchets ménagers, mais ce ne sera rien, d’un point de vue écologique, face à tout ce qu’on gagnera par ailleurs. Des milliers d’usines fermeront. On ne pillera plus les ressources naturelles de la terre. Il suffit d’extraire une poignée de matières premières, et de dupliquer. Plus besoin de faire tourner d’énormes machines qui créent des centaines d’exemplaires d’un objet. Il n’y a qu’à créer un objet unique, et le dupliquer. Plus de gros camions qui transportent des centaines de caisses d’un même produit à travers toute l’Europe. Un seul objet à envoyer par colis aux distributeurs, qui dupliqueront eux-mêmes. Plus besoin de grandes étendues de terrain pour produire des objets ou de la nourriture. Un plant de tomate ou un poirier suffisent, vous dupliquez ensuite. Les produits jetables ? Pas besoin de rasoirs jetables en paquets de 5, on les achète à l’unité, et ils durent des années. Tout s’achète à l’unité. Des emballages beaucoup plus petits, et un seul emballage, dupliqué, pour emballer chaque objet. Bref, le gain écologique sera gigantesque. Et, surtout, la machine à dupliquer signera la fin de la faim dans le monde ! Une avancée exceptionnelle dans l’histoire de l’humanité. Une baisse spectaculaire de la délinquance, aussi… et une sociabilité beaucoup plus grande entre les hommes. Pourquoi voler ce qui peut se dupliquer gratuitement ? Les cambrioleurs ne vous braqueront plus avec une arme pour vous forcer à leur filer vos bijoux et objets de valeur, ils frapperont gentiment à la porte, et vous demanderont si vous auriez l’amabilité de leur dupliquer cette jolie Rolex qu’ils ont vue à votre poignet dans la rue. A 50 ans, tout le monde aura une Rolex, tout le monde aura réussi sa vie…

Vous faites une soirée chez vous… chacun repartira avec un sac de livres, DVD, CD et objets divers qu’il aura dupliqué chez vous. Fini, les amis qui vous rendent un livre avec des marques de cafés ou de doigts sales, des CD rayés (quand ils vous les rendent)… ils se contenteront de dupliquer l’objet chez vous. On se partagera tout, puisque ça ne coûte rien de le faire.

 

L’ère de la duplication, c’est aussi le renouveau de l’artisanat. Exit les grosses usines qui fabriquent en série, il suffit de créer un objet, et le dupliquer en autant d’exemplaires nécessaires.        

Finie, aussi, l’attente pour les greffes d’organes… on aura toujours un foie, un rein, un cœur à dupliquer et transplanter.

 

Gain de temps à tous les niveaux, même pour les producteurs. Un boulanger n’a qu’à faire,

 le matin, une baguette, un croissant, un pain au chocolat etc. puis il duplique pour chaque client. Pas de surplus, pas de manque.

 

(D’ailleurs, si les boulangers du temps du Christ - le premier « duplicateur », capable de multiplier les pains - avaient eu la mentalité des rapaces de l’industrie du disque, il aurait été crucifié bien avant l’heure pour « concurrence déloyale et contrefaçon »…)

L’arrivée sur le marché du Duplicator S21, il faut l’avouer, va entraîner une vague de chômage comme on n’en avait jamais vu auparavant. A travers le monde, cela ne se chiffrera pas en dizaines de milliers, mais en centaines de millions. Une crise sans précédent, le chaos total ? Non. Parce que cette nouvelle société, révolutionnée par la machine à dupliquer, ne sera plus une société basée sur l'économie de la rareté, mais une société d’abondance. Il y aura toujours des riches et des très riches (constructeurs automobiles ou de tout objet trop gros pour les duplicateurs individuels…) mais il n’y aura plus vraiment de misère. Les avantages considérables procurés par la machine à dupliquer font qu’un pays peut se permettre d’avoir la moitié de sa population au chômage, et de lui fournir le nécessaire pour vivre et se loger. C’est tout le système économique qui en est bouleversé, mais à lui de s’adapter à ce progrès incroyable, pas l’inverse…  

 

Les producteurs vont pourtant augmenter leur prix, sachant qu’à partir d’un seul de leur objet, les distributeurs pourront en vendre des centaines. Les distributeurs aussi, puisqu’à partir d’un objet vendu, le consommateur en aura autant qu’il voudra.

 

Tout le monde sera riche, il suffira de dupliquer des billets ? Non, bien sûr. L’argent n’aurait aucune valeur dans ce cas. On en aura fini avec les pièces et billets, les transactions ne se feront plus que de comptes à comptes, par cartes bancaires. Vous pouvez dupliquer autant de fois que vous le voudrez votre carte bancaire, ça ne dupliquera pas l’argent dont vous disposez sur votre compte…

 

Mais reprenons le cas de la tomate. Les producteurs souhaiteront vendre « leur » tomate 200 euros, les distributeurs la dupliqueront et revendront ces tomates dupliquées 15 euros pièce. Même chose pour tous les produits alimentaires. Le consommateur trouvera que ça fait tout de même cher, 15 euros pour un produit frais, même s’il peut le dupliquer à l’infini pendant le temps de sa conservation. Alors les gens s’organiseront. Par exemple, dans un immeuble, chacun pourrait avoir la charge d’acheter un produit. Un premier achète un œuf, un deuxième une feuille de salade, un troisième une tomate, un quatrième un poireau, un cinquième une pomme, un sixième du lait etc. Et tout ce petit monde se retrouve un soir toutes les deux semaines autour de la machine à dupliquer… avec un sachet de course, vous nourrissez un immeuble pendant deux semaines, et à un prix très abordable. Encore un gros manque à gagner pour les producteurs et distributeurs, qui augmenteront à nouveau leurs prix !

 

Mais voilà qu’arrive une nouvelle révolution… le Duplicator S25 ! Qui permet de connecter votre duplicateur à internet, et ainsi de partager un objet avec n’importe qui à travers le monde.  

 

L’industrie râle de plus belle, « ses » objets se retrouvent maintenant à disposition de tous, gratuitement, illégalement, sans que cela ne lui rapporte rien. Les gens ne vont même plus au marché, il suffit qu’un internaute achète une tomate, la « mette en ligne », pour que tout le monde la « téléplique ». Les médias nous parlent alors des dangers du Duplicator S25, de la possibilité pour des terroristes d’empoisonner des produits alimentaires et de les mettre à disposition sur le web… mais les internautes ne sont pas cons, ils savent s’organiser et se débrouiller pour se refiler les bonnes adresses. 

 

La question des « droits » reviendra sans cesse, les producteurs de tomates voudront toucher des « droits d’auteurs » sur leurs tomates télépliquées, on créera des labels NourriPUR avec des produits alimentaires à télépliquer légalement…mais l’industrie devra se faire une raison, elle n’a pas su s’adapter suffisamment à ces nouvelles technologies, elle continue de vendre ses produits beaucoup trop chers alors que cette technologie lui permettait de réduire fortement les coûts. Et puis les consommateurs ont très peu apprécié l’introduction des DRM (Duplication Rights Management). Une tomate de l’industrie pouvait se dupliquer 5 fois seulement, puis s’auto-détruisait. Voilà qui a radicalisé bon nombre de consommateurs qui estiment qu’en 2105, quand on a acheté un produit, on a le droit de le dupliquer comme on le souhaite. Ne parlons même pas de ces clips ridicules de l’industrie agro-alimentaire, où l’on voit le jeune Sigismond (les prénoms anciens seront tendance au début du XXII° siècle) rêver de créer un « cassoulet aux chamallows » qui ne verra jamais le jour si ces salopards de tépliqueurs continuent de se partager illégalement de la nourriture…

 

 

L’industrie agro-alimentaire, entre autres, nous expliquera que le téléplicage aura des conséquences désastreuses, qu’on « pensait en avoir fini avec la faim dans le monde, mais que ce sera l’inverse, plus personne ne produira de nourriture puisqu’elle se téléplique librement, et tout le monde va crever de faim ». Sauf que les gens, encore une fois, sauront s’organiser, les adeptes du partage pour lesquels la nourriture, comme la culture, ne doit pas être un luxe mais un droit à partir du moment où elle ne coûte quasiment rien, feront pousser leurs produits, et les mettront à télépliquer librement.   

 

Les industries voudront que se mettent en place des systèmes de contrôle de tout ce qui se transmet par le Duplicator S25… téléflicage vs téléplicage, toujours la même histoire.

 

Je pense que vous avez compris où je veux en venir. Si les gouvernements, dès le départ, s’étaient rangés du côté de l’industrie, le Duplicator n’aurait peut-être jamais pu voir le jour. Soit on l’aurait interdit, soit on l’aurait tellement taxé qu’il aurait peut-être eu beaucoup de mal à se développer, avec chaque industrie voulant récupérer une part du gâteau puisque se sentant « lésée » par cette machine capable de reproduire leurs produits.

 

La nourriture libre, gratuite (après avoir tout de même acheté le Duplicator) et reproductible à l’infini pour tous, ce serait un immense progrès pour l’humanité, non ? Peu importe que certains perdent leurs emplois, que les producteurs se retrouvent dans des situations difficiles, soient obligés de revoir tout leur système de fonctionnement, de fermer des usines… A chacun de s’adapter, à l’état de gérer et de trouver d’autres moyens de financement. La seule vraie question à se poser est : est-ce un progrès pour l’humanité ou pas ?

 

C’est un peu comme le débat actuel autour du nucléaire. S’il y a moyen de le remplacer par une énergie moins dangereuse sans que cela ne représente un coût exorbitant, il est absurde de s’y opposer sous prétexte que cela détruira des milliers d’emploi. A ce compte-là, on n’aurait jamais autorisé toutes les machines permettant de travailler dans les mines et les carrières, on aurait gardé des dizaines de milliers d’hommes pour faire ce travail à la place…   

 

L’arrivée de cette technologie révolutionnaire qu’est Internet permet de partager de manière simple, libre et gratuite tout le savoir et la culture de l’humanité. Vous scannez un livre, vous copiez une symphonie, vous les mettez sur le web, et tout le monde peut y avoir accès. Reproductible à l’infini, sans coût de production, que l’œuvre soit copiée 5, 100, 1000 ou 100 000 fois.

Une technologie qui permet la diffusion libre, gratuite (enfin, l’achat d’un ordinateur et le coût de la connexion exceptés) de l’information, du savoir et de la culture. Un progrès formidable dans l’histoire de l’humanité ? Pas au regard de l’industrie et de la plupart des gouvernants. Faut-il considérer le net comme une gigantesque bibliothèque ou un gigantesque supermarché ? Malheureusement, ils ont fait leur choix. Et ce, depuis le début. Sans ne jamais sembler être un tant soit peu intéressés par l’idée d’une véritable culture libre. Je ne dis pas qu’il faille absolument laisser toute œuvre à disposition libre et gratuite sur le net. Mais ce sont des choses qui auraient pu se discuter, se négocier. Il aurait dû y avoir un vrai débat sur le sujet. L’accès à la culture et au savoir, c’est tout de même fondamental dans une société, et ça mérite un débat de fond. Pas un « niet » catégorique d’une industrie qui dicte ses lois et de gouvernements qui exaucent ses volontés. Tout le monde est d’accord pour dire que les artistes doivent être rémunérés pour leur travail (si leur travail suscite de l’intérêt). Mais pourquoi ne pas réfléchir sérieusement à d’autres moyens de financement ? Une nouvelle économie de la musique ? Comment peut-on considérer comme avant tout néfaste pour la culture une technologie permettant l’accessibilité rapide et simple pour tous à des œuvres de toutes les époques et de toutes les régions du monde ? Cela reviendrait à condamner l’usage du futur « Duplicator S21 », et de préférer que les choses restent en l’état (pénurie, pollution etc.) plutôt que de risquer le « désordre » et le saut dans l’inconnu d’une technologie capable de rendre à peu près tout accessible à tous…     

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sandrine 04/02/2013 14:51


très intéressant!

G.T. 10/09/2012 21:27


CA : Oui, j'ai vu ça après coup, ce n'est pas encore une vraie "machine à dupliquer", mais on va y venir !

CA 10/09/2012 17:10


Avec les imprimantes 3D, ces possibilités pourraient arriver plus rapidement que prévu : http://yannickrumpala.wordpress.com/2012/02/02/impression-tridimensionnelle-et-reconfiguration-politique/

diane cairn 06/01/2012 16:55


rhooo le cretin dans l'article de libé: " A terme, il n’y aura plus de producteur, plus de structure, plus personne pour sortir le musicien de son anonymat. Peut-être ce dernier aura-t-il des
albums autoproduits, mais le travail individuel pourra-t-il être aussi bon qu’un travail d’équipe ? Bien sûr que non. Zinédine Zidane sans son équipe, c’est juste un mec qui court seul sur un
terrain avec un ballon au pied…" affligeant

diane cairn 06/01/2012 16:40


et la biodiversité dans tes duplications de tomates ? le vivant évolue sétu enfin ya déjà monsanto qui a pigé le truc pour dupliquer les semences et les vendre très chers...

diane cairn 06/01/2012 16:39


ou on pourrait dupliquer les bébés et faire une population de clones ce serait marrant

Thierry 31/12/2011 12:47


C'est la crise partout ! ^^

G.T. 30/12/2011 19:31


THIERRY : La machine à dupliquer les commentaires... ça me serait utile ces temps-ci... en même temps, c'est surtout d'une
machine à dupliquer les articles dont j'aurais besoin, j'ai rien publié depuis deux semaines ! ^^

Thierry 23/12/2011 06:36


J'ose même pas imaginer ce qui arriverait à l'article sur le prog

Thierry 23/12/2011 06:35


A quand la machine à dupliquer les commentaires ?

Thierry 23/12/2011 06:34


A quand la machine à dupliquer les commentaires ?

G.T. 22/12/2011 22:50


ARNO : C'est vrai que la "machine à dupliquer", l'industrie de la musique connaît bien, avec ses chansons au kilomètre, et
ses artistes-clones...


 


DR. F : Tu m'as fait une fausse joie ^^ En voyant le titre, j'ai pensé que ça y est, on allait vraiment en finir avec
l'industrie telle qu'elle existe actuellement... mais non, c'est encore un alarmiste, qui voit le problème à travers un petit bout de la lorgnette, et répète ce qu'on entend depuis déjà plus
de 10 ans... sans que ça ne soit jamais "bientôt la fin"...


 


BRIMSTONE : Merci !   

Brimstone 21/12/2011 00:39


J'aime cet article.

dr frankNfurter 20/12/2011 14:54


Tiens cadeau: http://next.liberation.fr/musique/01012378581-maison-de-disques-et-producteurs-bientot-la-fin


 

Arno 19/12/2011 13:23


Je pensais que tu allais en arriver au merde RnB et autre pop song (y compris au niveau des stars au look identique) qui tronent les hit parade depuis maintenant 10 ans... (j'aurais du aussi me
dire que t'allais pas perdre ton temps à écrire sur le sujet)...


 


Sinon oui... un article sur un sujet bien compliqué au final mais qui donne a chacun envie d'y réflechir à sa manière... et j'aime bien cette phrase que tu cites souvents : "faut 'il considérer
le web comme un bibliothque ou un supermarché".... ca résume toujours tout...

G.T. 18/12/2011 12:58


BOEBIS : Je suis en partie d'accord. Et c'est pourquoi je ne dis pas que c'est "exactement" la même chose, je voulais juste
montrer comment l'arrivée d'une nouvelle technologie doit nous inciter à repenser les questions de droit, de partage, et ne pas prendre systématiquement le parti de l'industrie et des
"producteurs".


L'exemple des médicaments est judicieux, je voulais en parler aussi, d'ailleurs... car avec le "Duplicator", on soignerait bien plus facilement et à faible coût des populations entières. De mon
point de vue, toute technologie qui permet la reproduction à l'infini de biens, matériels ou immatériels, est une technologie bénéfique pour l'humanité. Un monde d'abondance de médicaments, de
nourriture, d'oeuvres, pour tous, est forcément meilleur que le nôtre. Même s'il oblige les industriels à à se serrer la ceinture, à revoir leur manière de fonctionner.


Quant aux milliards de l'industrie pharmaceutique... quand on voit tous les boulets qu'elle traîne, toutes ses pratiques douteuses, et que, malgré ses milliards, elle nous vend tout de même
des médicaments dangereux, capables de faire plus de mal que de bien, pas sûr que ce modèle mérite d'être gardé en l'état à tout prix...

boebis@hotmail.com 18/12/2011 11:36


Mais la différence avec la musique, c'est que si on pourrait se satisfaire de manger les variétés de tomates existantes, pour la musique on a besoin de nouveaux artistes/cds, qui eux ont besoin
qu'à un moment ou un autre ils soient rémunérés. C'est même pour prendre en compte la spécificité des oeuvres immatérielles qu' a été créé le droit d'auteur, bien avant l'apparation d'internet,
qui ne s'attahe pas au produit matériel (le livre) mais à l'oeuvre immatérielle (son contenu). C'est la même chose pour les brevets, c'est certes dégeulasse d'empecher la reproduction de
médicaments faciles à reproduire, mais sans ça, les  industries pharmaceutiques ne feraient pas les investissements qui peuvent se chiffrer en milliard pour développer des nouveaux médocs,
si leur découverte n'était pas ensuite protégée.


C'est pour ça que ce genre de comparaison a des limites. De la même manière que dire "le piratage c'est du vol" est faux, puisqu'on ne peut pas voler un mp3, l'exemple de la duplication de biens
matériels me semble pas très pertinente pour démontrer l'illogisme de la lutte contre le piratage ou son caractère non productif.