Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 09:06

De sa conception à sa consommation, il en va de la musique comme de l'art culinaire... car pour faire de la bonne musique, il faut de bons ingrédients, de la précision, du goût et du talent. Et pour l'apprécier comme il se doit, il faut un palais / des oreilles capables d'en saisir les saveurs avec subtilité...

 

La formation du goût

Faites goûter un quintette de Schumann à un gamin, et il vous dira "beurk", ce con. Si vous laissez vos gamins décider de chaque repas, si vous les laissez manger uniquement ce qu'ils préfèrent... il y a  des chances qu'ils ne se nourrissent que de frites, hamburgers, pizzas, gâteaux et sucreries en tous genres. Et, plus tard, ils auront du mal à s'habituer à une cuisine plus saine, plus fine, et de meilleure qualité. C'est un peu ce qui se passe en musique... à force de proclamer que "tous les goûts se valent", on finit par ne plus avoir de goût du tout, ou renoncer à éduquer les oreilles/palais. Il ne s'agit pas vraiment de "forcer" les goûts car, en musique comme en cuisine, vous avez de grandes chances de susciter ainsi une réaction de rejet, de dégoût, mais plutôt de savoir orienter vers des nourritures plus saines, ou du moins d'apprendre à manger/écouter. Tout n'est que question de conditionnement (pas toujours évident, par exemple, d'aimer les musiques/plats traditionnels exotiques quand on n'a pas l'habitude de ces saveurs). Difficile d'apprécier les qualités gustatives et saveurs de produits sains, bios, du terroir, lorsqu'on est habitué à engloutir des sandwichs steak/frites/ketchup et de la junk food, plus facile et attractive au premier abord. On ne savoure pas les produits plus sains comme on "dévore" de la junk food... Dévorez sans prendre le temps de saisir les saveurs, nourrissez-vous chez McDo et de pizzas, tartes, plats surgelés et industriels... vous risquez de trouver "fades" ou peu agréables des produits plus naturels et de bien meilleure qualité nutritionnelle. Mais si vous faites cet effort, si vous avez un peu d'ouverture d'esprit, si vous savez écouter vos sens et êtes capables d'apprendre à manger plus intelligemment et subtilement, c'est la junk food qui finira par vous sembler plutôt fade, voire indigeste. Un quatuor à cordes d'un grand compositeur, ça ne semble pas aussi bon qu'un gros tube pop, mais si vous apprenez à le goûter, vous verrez que le tube pop semblera à côté trop peu "nourrissant" et bêtement bourratif...  Bien sûr, comme dans tout, il faut savoir être mesuré, et il n'y a aucun problème, une fois de temps en temps, à se faire un bon gros steak frites ketchup, manger quelques sucreries... le problème, c'est qu'en musique comme en cuisine, dans nos sociétés de loisir, de plaisir "immédiat" sans grande conscience, c'est en général l'inverse qui se produit, junk food et junk music dominent et conditionnent les citoyens. Résultat : des oreilles et des palais grossiers, incapables de goûter pleinement les finesses de nombre de saveurs gustatives et auditives.  

Le bon dosage

Le sucre, c'est bon, mais à trop forte dose, ça peut vite être écoeurant... une mélodie douceureuse, avec de trop grandes rasades de violons sirupeux et une production trop lisse, ça ne peut plaire qu'aux accros au sucre. C'est comme mettre du nutella sur une meringue déjà remplie de confiture. Ce qui revient à ce que je disais sur ce très beau morceau d'Amalia Rodrigues, rendu écoeurant pour toute personne ayant un minimum de goût, dans la version d'Hélène Ségara. Un morceau dont la mélodie est déjà suffisamment charmante pour ne pas rajouter des tonnes de sucre.

Ce qui est valable pour le sucre l'est aussi pour le sel et les épices. Il en faut, pour titiller les papilles, amener du piquant, interpeller... mais si on  en fout trop, on ne sent plus que ça. Tous les grands génies de la musique ont parfaitement su saupoudrer de suffisamment de sel et d'épices leur musique pour exciter le goût des auditeurs, mais ils n'en ont pas pour autant négligé les ingrédients de base. Le sel et les épices, ce sont, par exemple, ces "dissonances piquantes"... et je vous vois venir, non, la musique atonale de Schoenberg, Berg et Webern n'est pas que "sel et épices", il y a derrière des ingrédients de base (orchestration, formes, genres), parfaitement maîtrisés... mais il s'agit là d'une cuisine expérimentale qui s'adresse à de fins gastronomes déjà bien habitués aux épices wagnériennes, et qui pouvaient en supporter plus. Rien à voir avec des groupes, par exemple, qui imaginent que de ne balancer que des dissonances, c'est forcément de la "grande cuisine", alors qu'il n'y a pas de vraie matière, juste un mélange indigeste de sel et d'épices...
  
Même principe pour la sauce... si elle permet de relever un plat, il faut éviter de le noyer dans la sauce. Ou alors, c'est parce que le plat n'est pas terrible, trop fade, dans ce cas, on tente de le masquer sous la sauce. Ce qui arrive avec des albums sans "matière", sans chansons intéressantes, albums surproduits pour tenter d'accrocher l'auditeur par le son... ce qui peut toujours tromper ceux qui ont peu de goût, mais pas les gastronomes.

Le mélange des saveurs

Le sucré et le salé peuvent se mélanger, mais savoir le faire, c'est tout un art, et ce n'est pas à la portée de n'importe qui. Pour prendre un exemple qui me tient à coeur, arrêtons-nous sur le mélange pop/rock et musique classique. Il fallait le talent des Beatles et l'apport d'un expert cuistot comme George Martin pour parvenir à distiller quelques éléments classiques dans la pop des Fab 4. Le problème, c'est qu'après ça, des tas d'apprentis ont cru que pop et classique pouvaient se mélanger n'importe comment... d'où les plats indigestes de nombre de groupes rock-prog, jusqu'aux pitoyables
Muse. Rien à voir avec le subtil sacré-salé des Beatles, on est plus proche ici de l'aberration d'un risotto à la milanaise balancé dans une mousse au chocolat... avis aux amateurs.

Le rôle du critique

Le critique musical comme le critique gastronomique a développé son goût plus que les autres, et peut ainsi orienter le public vers les cuisines/musiques les plus intéressantes, savoureuses et de qualité.
Il n'y a pas de vérité absolue dans les goûts culinaires comme dans les goûts musicaux, tel critique va aimer particulièrement tel type de plats et tels ingrédients, avoir sa conception de la cuisine (préférer la sobriété ou le raffinement, les saveurs délicates ou les saveurs très relevées, la cuisine innovante ou traditionnelle etc...) et chercher à la défendre. Pour autant, tout ne se vaut pas, et on ne peut pas plus mettre sur un même plan la bouffe de chez McDo et les plats des plus grands chefs que la musique pop facile et celle des véritables grands artistes. 

Correspondances avec les styles musicaux

Les produits du terroir, les plats traditionnels, populaires, ce sont les musiques folkloriques, le blues... pas forcément très raffinés, mais naturels. Ils sont la "base" de toutes les cuisines/musique.  

La variétoche, la pop commerciale, ce sont les plats industriels, la malbouffe, McDo, tous ces produits formatés, bourrés d'additifs et colorants, qui n'ont pas "l'âme" et les saveurs des véritables musiques/plats populaires. Bref, en général, c'est de la merde...

La grande cuisine, celle inventive, riche, subtile, complexe que créent les meilleurs chefs à l'aide des ingrédients et produits de la meilleure qualité, c'est la musique classique.  

La musique contemporaine "savante", c'est la cuisine plus "expérimentale" de chefs qui, parfois, décontenancent le public avec des créations originales, des mélanges audacieux... peu accessibles à tous les palais / toutes les oreilles. 

Les meilleurs artistes des musiques populaires modernes sont un peu comme ces restaurants qui ne rivalisent peut-être pas avec la cuisine des plus grands chefs, mais n'en sont pas moins capables de proposer d'excellents plats. De la bonne bouffe, avec des produits frais (pas des conserves ni du réchauffé) et un cuistot qui a un certain talent pour les préparer.  

Le jazz, c'est cette capacité des grands chefs à partir de mêmes recettes (standards) pour livrer des plats finalement très diversifiés, où la touche personnelle fait toute la différence.

Il faudrait aussi parler de quelques mauvais produits périmés que l'on continue de manière scandaleuse à vendre au public... regardez bien sur le couvercle des Johnny, Sardou, Julien Clerc & cie, la date de péremption est dépassée depuis bien longtemps. Dans la pop, ce n'est pas forcément dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures surtout quand, à l'origine, ces vieux pots n'étaient pas d'une grande qualité. C'est aussi le cas pour quelques vieux pots au départ de belle facture, mais que le temps a sacrément détériorié (Stones, Pink Floyd...)


Les métaphores culinaires se prêtent particulièrement bien à la musique... car elle est, d'une certaine manière, une "nourriture spirituelle". Il faut savoir varier les plaisirs (manger toujours la même chose ne permet pas à votre corps de récupérer tous les éléments dont il a besoin), goûter avec finesse plutôt que d'engloutir bêtement afin d'apprécier un aliment à sa juste valeur et faciliter la digestion. Mais la musique n'est pas que du "spirituel" ou de "l'immatériel"... ce sont des vibrations qui agissent sur votre corps comme sur votre esprit. Alors des sucreries pop, comme du chocolat de temps en temps, peuvent avoir un effet positif ; mais s'en gaver quotidiennement n'est pas ce qu'il y a de mieux, la gourmandise est un vilain défaut, paraît-il...

Pourtant, il existe une différence de taille entre la cuisine et la musique : en musique, les meilleurs produits, les meilleurs plats, eux, ne valent pas plus chers que la junk food... alors pourquoi s'en priver ? Pourquoi ne pas faire l'effort d'affiner ses sens et ainsi apprécier ce qu'il y a de meilleur ?      

En guise de conclusion et d'illustration de ce petit voyage musiculinaire, j'ai choisi de vous servir un plat délicieux, de la vraie grande cuisine, un régal pour les oreilles les plus fines (mais accessible à toutes celles qui sont un minimum... ouvertes) Le 3° mouvement du premier quatuor de Brahms... bon appétit !
 


     

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

alice 25/02/2013 11:14


super article, très interessant, audacieux même ! :) merci!

G.T. 25/02/2010 19:47


VINCENT : Ah, les jeunes, vous êtes trop frileux...

SUNALEE : Oui, j'ai vu ça^^

THIERRY : La métaphore culinaire pourrait en effet aussi s'étendre aux blogs... en fait, on pourrait l'étendre à à peu près
n'importe quoi, mais on ne retrouverait pas forcément les mêmes fins et moyens...


Thierry 25/02/2010 10:46


Christian n'a a priori pas trouvé le bon dosage. Les nouveaux chants éthérés ont a priori à nouveau disparu ...


Sunalee 24/02/2010 20:06


la tektonik, quelle horreur ! donnez-moi plutôt les musiques dont parle Berceuse Electrique dans son dernier article !


Vince 24/02/2010 19:31


le néo jazz core, c'est un poil trop anguleux pour moi. Soit dit en passant.


G.T. 24/02/2010 19:02


DR. F : La tektonik ? Sûr que c'est déjà moins ringard et ridicule que le metal, mais quand même... non, je ne danse que le
dubstep et le neo-jazz-core...


dr frankNfurter 24/02/2010 18:55


tu veux dire que ton satané rhumatisme t'empêche de danser la tektonik? pas cool!


G.T. 24/02/2010 18:54


THOM et DR. F : Si ce satané rhumatisme ne me clouait pas à mon fauteuil, je quitterai mes pantoufles pour vous botter
les fesses, garnements !
Quant à votre metal qui n'a qu'un rapport lointain avec la musique... il était déjà ringard lorsque j'avais encore toutes mes dents !


dr frankNfurter 24/02/2010 12:09


... et sa verveine!!!


Thom 24/02/2010 11:07


Comment ça, "ça fait bizarre" ? dire que le metal, c'est de la merde, ça n'a rien de bien original, je suis très loin d'être le premier ni le dernier...
Oui, oui, tata... allez, finis ton lait au miel ;-)


G.T. 24/02/2010 01:42


ETIENNE : Black Sabbath et Môtörhead, moui; Judas Priest, ça dépend, mais Iron Maiden, non, ça je peux pas... sauf, à la
limite, les deux premiers albums, avant que ne débarque l'insupportable Bruce Dickinson et qu'ils ne tombent dans des trucs pompiers et niais...

THOM : Comment ça, "ça fait bizarre" ? dire que le metal, c'est de la merde, ça n'a rien de bien original, je suis très loin
d'être le premier ni le dernier...

DR. F : Kyuss ? Du bison flambé à la tequila^^

LUSK : En effet, cet article - comme beaucoup de mes articles plutôt "généraux" sur la musique, ne s'adresse pas particulièrement à
ceux qui me lisent régulièrement (qui y trouvent forcément beaucoup de choses déjà dites), mais sont une manière de présenter, expliquer, faire comprendre cette vision "esthétique de la
musique"...

Concernant la comparaison avec les tableaux de maître et bd... certes, ce n'est pas forcément l'exemple le plus "similaire", mais c'est le premier qui m'est venu à l'esprit... dans tous les cas, il
y a pour moi un monde entre le classique et la pop, ce sont deux manières d'appréhender la musique vraiment très différentes, avec, bien entendu, une exigence dans le classique qui n'a rien à voir
avec celle de la pop...

Quant au prix... tu as un peu raison, mais, en général, manger "sain" demande plus de temps de préparation... et là, je parlais aussi plutôt de la "grande cuisine"...

LOU : un bon positionnement de produit^^


lou 23/02/2010 22:40


 
Un art de la mise en bouche que seuls tes intimes connaissaient jusqu'à présent.

Et la couleur des casseroles ?
http://www.libellus-libellus.fr/article-19157515.html
 


lusk 23/02/2010 21:23


Euh, il manque un bout, dsl^^. Enfin, quand tu dis ça:
"Il existe pourtant une différence de taille entre la cuisine et la musique : en musique, les meilleurs produits, les meilleurs plats, ne valent pas plus chers que la junk food... alors pourquoi
s'en priver ? Pourquoi ne pas faire l'effort d'affiner ses sens et ainsi apprécier ce qu'il y a de meilleur...    "


lusk 23/02/2010 21:21


C'est marrant, au début, j'avais pas trop apprécier l'article. Je l'avais trouvé un peu trop superficiel, enfin, disons que je trouvais que l'article ne faisait que répéter plus ou moins ce que tu
dis régulièrement dans ce blog. Mais, en y repensant ce matin, je me suis dis que non, justement, cette chronique est très intéressante, car elle est "justement" simple et accessible. N'importe qui
peut comprendre ce que tu y dis facilement, et avoir accès de manière concise à ce que tu développe sur la musique dans d'autres article plus complexe où dans les commentaire. Bref, une sorte de
résumé de ce que tu as pu dire de plus intéressant sur la musique. Bravo!

Par contre, je voulais juste dire que je ne suis pas d'accord avec toi, sur deux sujets. La comparaison Tableau de Maître- case de BD est excessive selon moi ^^, et peut-être pas adapté (tu parle
de deux arts différents: peinture et BD, du moment qu'on considère la BD comme un art à part entière puis de deux styles différents à l'intérieur d'un même art, la Musique, à moins que la musique
classique soit un art à part entière).


Enfin, quand tu dis ça :

Tu stop l'analogie, alors que pour moi elle continue. La bonne musique ne coûte pas plus cher, alors que la bonne nourriture si. Je pense que se qui pousse les gens à écouter des choses pop ou à
aller à Mc do sont globalement les mêmes, c'est la même logique, la même dynamique. Certes, la bouffe saine ou bio coûte carrèment plus chère (je le sais je suis étudiant, et les choix que je fais
sont souvent en contradiction avec ce que je préfererai faire), mais pour le prix d'un menu Mc Do, on peut manger quand même de la nourriture vachement plus saine, voire meilleure (même si je suis
d'accord, c'est chiant de cuisiner^^).


Thom 23/02/2010 21:15


Je compatis, cher Etienne.

La première fois qu'on voit GT dire ça ça fait toujours bizarre, mais après on s'y fait, ça devient comme un doux ronron familier, ou le radotage d'une vieille tante... :-)


dr frankNfurter 23/02/2010 21:13


c'est vrai que tu fais ch** G.T. avec ta métalophobie primaire. Gustativement, y'a matière, comme ce bon vieux sludge des familles, un bon ragoût d'opossum faisandé arrosé à un tord boyau cajun


Je te laisse une définition culinaire pour Kyuss


Etienne 23/02/2010 19:49


Meme pas le vieux heavy metal comme Black Sabbath, Judas Priest, Iron Maiden ou Motorhead?
En plus tu écoutes du trash metal!


G.T. 23/02/2010 19:42


ARBOBO : C'est quoi cette émission ? Le truc avec les crétins qui s'invitent à bouffer ? ^^

ALEX TWIST : bien sûr que la pop a ses propres qualités, et ce n'est pas le fana de rock que je suis qui dirais le contraire...
mais bon, quand on regarde attentivement une oeuvre classique et une chanson pop (même une très bonne), il y a autant de différences entre les 2 qu'entre un tableau de maître et une case de bd...
il y a certes des tableaux de maître moyen et des cases de bd absolument superbes, mais les deux ne jouent pas dans la même catégorie...

Quant à la correspondance avec la motown, je fais confiance à DIANE CAIRN, bien plus calé que moi en cuisine^^ 

MONZOEIL : Bon appétit ! ^^

DIANE CAIRN : je n'aurais jamais imaginé mettre un lien pareil sur un blog musical mais bon
http://en.wikipedia.org/wiki/Fusion_cuisine

Et je n'aurais pas imaginé découvrir ce genre de choses en postant cet article^^ En tout cas, merci pour la découverte !

ETIENNE : tu penses vraiment que le metal, c'est de la merde?
A part Reign In Blood et 2-3 autres albums, oui...

 Et j'ai lue(vite fait) ton guide du rockeur, c'est un article ironique ou pas?Car pour moi un rockeur n'a pas besoin de guide, il fait ce qu'il lui plait!

Chacun sa "conception" du rockeur... pour moi, il a suffisamment de second degré pour comprendre ce qui en est...


Etienne 23/02/2010 18:57


Hey, salut l'auteur; tu penses vraiment que le metal, c'est de la merde?
Et j'ai lue(vite fait) ton guide du rockeur, c'est un article ironique ou pas?
Car pour moi un rockeur n'a pas besoin de guide, il fait ce qu'il lui plait!



diane cairn 23/02/2010 11:44


je n'aurais jamais imaginé mettre un lien pareil sur un blog musical mais bon
http://en.wikipedia.org/wiki/Fusion_cuisine

la dessus bon appétit !

motown on pourrait rapprocher de la chaîne subway ou exki en belgique...


Monzoeil 23/02/2010 08:20


Rahhhhhh ! Ca donne faim tout ça !


alex twist 23/02/2010 02:00


sinon je me lasse pas personnellement de la chanson pop qui tue de trois minutes, et j'ai pas spécialement envi de m'écorcher les oreilles avec des trucs plus savants, sous prétexte que ce serait
mieux
c'est tellement difficile de juger de la qualité d'une musique et classer de suite la musique classique comme étant LA forme par excellence, c'est un gros partie pris
après je dis pas que c'est pas celui que je pourrai prendre dans certaines circonstances, mais néanmoins la conséquence logique, c'est ces gens qui sont admiratifs devant le classique et essaie de
le copier villement, alors que la pop a des qualités qui lui sont propres et que l'on ne retrouve pas tjs dans le classique :)

enfin c'est un sujet amusant et très bien mené, même si je chipotte :p


alex twist 23/02/2010 01:55


je sais curieux de savoir comment tu places la Motown des années 60 à début 70 niveau cuisine

c'est un exemple manifeste d'application des règles de standardisation à la pop (enregistrément à la chaine, team de compositeurs, producteurs et musiciens, des disques destinés à plaire au plus
grand nombre etc)
et en même temps on peut qu'être admiratif du succès général de l'entreprise, car même si c'est profondément commercial, c'est une musique assez inventive et surtout qualitativement (ou
gustativement) très élevée

bref ça a tout de la junk food mais en même temps c'est comme si les produits étaient biesn, le plat original et bien conçu
en gros à ma connaissance ça ne pourrait pas être transposé en l'état en style de cuisine!



arbobo 23/02/2010 00:36


merdalors, M6 vient de tirer une émission de ton article.

dingue.


et la musique pourrait être signée Charles Villeneuve 0_x


G.T. 22/02/2010 23:53


DIANE CAIRN : Avant que le père Ronald tombe sur mon blog en tapant McDo sur Google, j'ai du temps devant moi^^

Quant à la "cuisine fusion" dont vous parlez avec ARBOBO... c'est la première fois que j'entends ce nom-là !

SUNALEE : je suis bien sûr tout à fait d'accord... c'est juste que je n'ai pas développé sur le sujet, et dans les musiques
traditionnelles, je ne pensais pas à la musique "savante" indienne... mais on pourrait parfaitement appliquer tout ça aux musiques non-occidentales, avec de "vraies" musiques trad., fidèles à
leur... tradition, justement, des musiques trad. occidentalisées (avec parfois du bon, mais souvent de la "bouillie world" qui perd pas mal des saveurs originales) etc... il y a tout un tas de
nuances dans ces musiques-là, comme dans leurs cuisines...

ARNO : J'ai aussi un mot de mon médecin qui atteste que je suis psychologiqement incapable de comprendre le fonctionnement
d'une machine à laver... :-)

BENJAMIN F : N'en abuse pas^^

DR. F : Bah... Môtorhead, c'est pas ce qu'il y a de plus gras non plus, il y a heureusement pas mal de nerfs et de muscles... mais
bon, sûr que c'est bien frit, limite carbonisée, et noyé dans le Jack Daniels.. miam^^


dr frankNfurter 22/02/2010 18:04


Et Motörhead c'est du gras frit arrosé au Jack Da?


diane cairn 22/02/2010 16:43


t'as oublié le choix des ingrédients un riz de qualité bien cuit n'est pas crayonneux c'est comme un strdivarius et un crin-crin..


Benjamin F 22/02/2010 12:43


Aujourd'hui, j'ai écouté Two Door Cinema Club, c'était un chouette "Quick'n'Toast", je lui ai mis 4,5/10.


Arno 22/02/2010 12:14


@ GT et THOM : ben maintenant j'ai compris pourquoi vous avez le temps d'écrire des blogs... vous cuisinez tellement mal qu'on vous empêche de toucher au ménage... pas mal la ruse (même si
pour le riz, vous descendez quand même dans mon estime (mais vous étiez très haut donc ca va... ))


Sunalee 22/02/2010 11:41


"Les produits du terroir, les plats traditionnels, populaires, ce sont les musiques folkloriques, le blues...
pas forcément très raffinés, mais naturels. Ils sont la "base" de toutes les cuisines/musique."

Je ne suis pas vraiment d'accord avec ta phrase, enfin si, mais en partie seulement. Certaines musiques sont un peu brutes, peu raffinées mais que dire d'un raga
indien et de son pendant, les curries. Quant on voit le nombre d'épices qui entrent dans la composition d'un massala... et qu'il ne faut surtout pas surdoser l'une et sousdoser l'autre (ça me
rappelle un curry que j'ai fait où il y avait trop de cardamone, ce n'était vraiment pas bon).
De même dans les cuisines d'Asie du Sud-Est ou du Japon... mais je ne vais pas m'étendre ici.

En tant qu'amoureuse de la bonne cuisine et en tant que bonne cuisinière, j'espère juste que vous vous intéresserez un peu plus à cet art ! Il faut commencer par de petites choses, regarder
quelques émissions de cuisine comme celles de Jamie Oliver et ce n'est pas si difficile que ça... (d'ailleurs, la purée Mousseline, c'est beurk ! Il suffit de peler et cuire des pommes de terre
jusqu'à ce qu'elles soient molles, même un peu trop, ce n'est pas grave, puis de les écraser avec un peu de lait et de beurre, de poivre et de noix de muscade). Pour le riz, demandez à diane
!


arbobo 22/02/2010 11:29


la cuisine fusion on a des exemples, avec les Talking heads, Police, Gonjasufi, chemical brothers (galvanize), Natasha Atlas, Massive attack, Foals, et en effet tout un pan de lounge, par exemple
le "lebanese blonde" de Thievery corporation


diane cairn 22/02/2010 09:00


L'analogie est parfaite, un exemple flagrant c'est l'exotica et les recettes Tiki, on prend dans les 2 cas une base occidentale qu'on enrobe dans de pseudo influences asiatiques/polynesiennes. Par
contre je ne sais pas comment comparer la cuisine fusion vu que le genre du même nom n'a rien à voir, peut-être avec du trip hop/electronica et folktronica, certainement pas du lounge bouddha
bar... Sinon fais gaffe aux indexations google, le nom McDo revient bcp trops souvent, tu risques une attaque en règle pcq Le père ronald et la riaaa même combat.


G.T. 22/02/2010 01:05


THOM : Ah oui, le riz, quelle galère... où as-tu vu que le riz était censé être un des trucs les plus simples ? C'est hyper
compliqué de le faire cuire comme il faut... Non, vraiment, la cuisine, c'est tout un art... la musique, à côté, c'est d'une simplicité déconcertante^^ 


Thom 21/02/2010 22:34


(je t'avais bien dit que 2010 serait l'année de la grande réconciliation ^^)


Thom 21/02/2010 22:33


Si ça peut te remonter le moral, les deux trucs que je foire SYSTEMATIQUEMENT sont... le riz (oui, même en sachet) et la purée (oui, même Mousseline), soit les deux trucs les plus faciles à faire
au monde avec les pates. Et je déteste la bouffe chinoise alors je ne risque pas d'essayer de faire une soupe comme ça... mais rassure-toi je serais tout à fait capable de la louper :)


G.T. 21/02/2010 22:09


THOM : Dernièrement, j'ai réussi à... louper une soupe chinoise en sachet... pas la bonne dose d'eau, et pas assez chaude... (je
suis donc super-légitime pour venir parler de grande cuisine^^) (mais bon, il m'arrive aussi parfois de réussir quelques plats...) (et, en effet, j'ai aussi beaucoup de mal à passer du
temps derrière les fourneaux...)

MASSALIA : Nick Cave est déjà une nourriture de qualité suffisante pour ne pas avoir forcément besoin de manger les meilleurs
plats en même temps :-) 


Massalia 21/02/2010 19:52


M'en vais manger une bonne pizza en écoutant Nick Cave. Et oui c'est dimache soir alors pas question de cuisiner un dimanche soir :p


Thom 21/02/2010 19:36


Ah, je te comprends, moi aussi j'ai horreur de passer 1h00/1h30 en cuisine...

Quoique depuis que ma moitié bosse 90 % du temps... bah je suis obligé de le faire, des fois je m'étonne, des fois je m'admire... des fois aussi j'ai envie de me suicider, ou j'insulte une plaque
électrique innocente, des fois je m'assoupis tellement ça m'ennuie de rester devant un plat en train de cuir...

Y'a pas à dire, c'est quand même pas un truc d'hommes :-D


G.T. 21/02/2010 19:20


THOM : Donc si je comprends bien le sous-texte tu régales régulièrement ta moitié de tes bons petits plats ? :-D

Euh... d'une sélection d'albums aux petits oignons, oui... par contre, je ne suis malheureusement pas très doué pour la cuisine... c'est plutôt elle qui me régale, moi, quand je réussis à
faire cuire des pâtes correctement, je suis déjà content^^ (bon, j'exagère... mais à peine...) (et c'est surtout que je ne prends pas suffisamment le temps de préparer des plats...)


Thom 21/02/2010 17:15


Très bon article, très juste et très drôle.

Alors évidemment je ne sais pas trop quoi dire de plus... en plus en ce moment je n'ai pas d'appétit alors je ne peux même pas meubler en disant "ouh ! ça donne fin"...

Donc si je comprends bien le sous-texte tu régales régulièrement ta moitié de tes bons petits plants ? :-D


G.T. 21/02/2010 16:43


BOEBIS : merci... et tu fais bien de passer, ça me fait penser que j'ai oublié ce que joulais dire sur les musiques/plats exotiques
(j'ai donc juste rajouté une petite parenthèse)...

VINCENT : Oui, mais en cuisine aussi, il y a des produits /plats/mélanges qui semblaient curieux, impensables... et qui ont
fini par devenir des "classiques" :-)  


Vincent 21/02/2010 14:37


"La grande cuisine, celle inventive, riche, subtile, complexe que créent les meilleurs
chefs à l'aide des ingrédients et produits de la meilleure qualité, c'est la musique classique.  

La musique contemporaine "savante", c'est la cuisine plus "expérimentale" de chefs qui, parfois, décontenancent le public avec des créations originales, des mélanges audacieux... peu accessibles à
tous les palais / toutes les oreilles. "


La frontière est cependant parfois difficile à discerner... Certains morceaux aujourd'hui dits "classiques" ont eu à l'époque de leur parution un impact alors étonnant, repoussant parfois (comme tu
l'as si bien montré dans un article sur Mahler je crois).

Article très interessant, et musique particulièrement appréciable. Merci !


Boebis 21/02/2010 14:03


Article très sympa qui ouvre l'appetit. La métaphore se file particulièrement bien.