Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 19:37

 

 

 

Sinueuse et subtile, deux mots qui définissent aussi bien Bates Motel, la série, que sa musique. Sinueuse et subtile, parce qu’avec un tel personnage central – Norman Bates, le serial-killer du Psycho d’Hitchcock, tiré du roman de Robert Bloch – on aurait pu s’attendre à une série choc et saignante, dans la lignée de Dexter ou du récent Hannibal. Mais plutôt que de jouer la surenchère, les créateurs de Bates Motel ont eu la bonne idée de travailler la cohérence, Norman Bates (plus encore celui incarné par Anthony Perkins chez Hitchcock que le personnage de Bloch) est après tout un individu assez fin et affable, voire… « sinueux et subtil », pas un monstre froid et machiavélique, ni une brute assoiffée de sang. Une série sur son adolescence (transposée de nos jours), permettait alors d’aller plus loin dans la nuance et de mettre en valeur sa fragilité et ses rapports ambigus avec sa mère.


Ce qui vaut pour le jeune Norman Bates vaut aussi pour l’écriture de la série, tout (ou presque) est plus nuancé que ce que l’on imaginerait pour une série sur un serial-killer. Quelques exemples (pas de vrai spoil dans ce qui suit, d’autant plus que je n’ai vu que la première saison, mais si vous ne l’avez pas vue et que vous souhaitez vous y mettre, évitez ce passage en italique qui dévoile certains éléments qu’il vaut mieux découvrir au fur et à mesure) :


Norman Bates est un des plus mythiques psychopathes de fiction, mais ne vous attendez pas, contrairement à Dexter ou Hannibal, à le voir tuer un personnage par épisodes, on est ici loin du compte…

L’irruption du frère, assez tôt dans la série, semble nous mener tout droit à des relations conflictuelles et intenses qui déboucheront vite sur un drame cathartique, histoire de se débarrasser de cet électron libre qui vient perturber la relation étouffante et fusionnelle de Norma et Norman. Fausse alerte, il reste assez présent et permet à Norman de se donner l’illusion de couper - l’espace de quelques instants - le cordon. Et le jeune rebelle caricatural qu’il semble être au début est finalement plus raisonnable, doux et mature qu’on l’aurait imaginé…

Norma Bates, une mère castratrice, incestueuse et monstrueuse qui fera de son fils un psychopathe ? Cela aurait été une solution de facilité, heureusement pas celle de la série. Elle est plus ambiguë que cela, elle ne materne pas Norman sans raison et se retrouve souvent elle-même dans une position de victime. Une mère un peu plus possessive et obstinée que la moyenne, et c’est cet « un peu plus » qui fait ici la différence…

Norman Bates perpétuellement dans les jupes de sa mère, étouffé par cette relation fusionnelle, incapable, donc, de séduire une fille et d’aimer une autre femme que sa mère… ignoré, incompris ou rejeté par les autres filles de son âge, il en nourrira une haine des femmes qui le poussera à les tuer pour les posséder et dominer symboliquement…  autre solution de facilité qu’évite la série. Il est plutôt bien accepté par les filles de son âge… un peu trop, même…


Subtile et sinueuse, la série l’est par de nombreux aspects. Mais elle n’est pas exempt de quelques grosses ficelles et passages un peu caricaturaux. Rien qui ne gâche vraiment le plaisir, plaisir constant grâce à sa qualité première, son ambiance. Quelque part entre Hitchcock et Twin Peaks… la référence à Twin Peaks n’est pas due ici à mon obsession pour la série de Lynch, elle est clairement assumée par les créateurs de Bates Motel qui déclaraient :

 

 "J'adorais cette série. Il n'y a eu que 30 épisodes. Kerry et moi avons pensé que c'était à nous de faire les 70 épisodes supplémentaires que cette fiction aurait dû avoir"

 

(Mais nul besoin finalement pour Bates Motel de reprendre le flambeau de Twin Peaks, Lynch va le faire lui-même l’an prochain, il l’a annoncé, conformément à ce que Laura Palmer disait à Dale Cooper dans la loge « rendez-vous dans 25 ans ! »)

 

Une ambiance qui, comme dans Twin Peaks, et comme dans la majorité des films et séries qui mettent en valeur l’atmosphère, doit beaucoup à la musique. Inévitablement, quelques accents de Bernard Herrmann se font entendre, mais là aussi, c’est plutôt subtil, on n’est pas dans le copié-collé ou le gros clin d’œil. Mélancolique, cotonneuse, mystérieuse, contemplative et délicate, la partition de Chris Bacon est une grande réussite, ce qui n’est pas si fréquent dans le monde des séries. Elle peut être écoutée en dehors de la série, et même sans en avoir jamais vu un épisode… mais, bien entendu (et comme pour Twin Peaks), elle est d’autant plus prenante lorsqu’on a vu la série, vecteur idéal pour retrouver cette ambiance captivante.   

 

Pour vous plonger dans la musique de Bates Motel sans de rédhibitoires interruptions publicitaires qui casseraient l’ambiance, voir la vidéo youtube au-début de l’article, ou l’album sur grooveshark :

 

Chris Bacon –  Bates Motel OST

 

Sur la musique de séries :


Twin Peaks - Audrey's Dance

Les musiques de Breaking Bad .

 

A lire aussi :


Bernard Herrmann - Vertigo (Hitchcock)

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

Merc 16/10/2015 13:23

Coucou,
J’aimais beaucoup la série. La musique de ce feuilleton laissait cependant à désirer.
A+

GT 12/12/2014 22:34


THOMAS : C'est vrai, mais prendre une part de l'ambiance de Twin Peaks en y ajoutant le même
côté surréalistico-déjanté, ça n'aurait pas été possible, le plagiat stylistique aurait été trop gros... et entre les 2, ils ont bien fait, je crois, de tenter plutôt de capter une part
de l'ambiance twinpeaksienne... enfin, c'est aussi la citation qui est un peu bizarre, Bates Motel ne peut évidemment être perçue comme une sorte de suite de Twin Peaks,
seulement comme une série qui - comme d'autres (et peut-être un peu plus que d'autres) - a été pas mal influencée par Twin Peaks...

Lou de Libellus 10/12/2014 18:12


Twin Peaks ? Lynch reprend du service ? On verra.

Thomas 09/12/2014 16:11


Toujours content de lire quelque chose sur cette chouette série, qui je trouve n'a pas le succès qu'elle mérite (enfin tout est relatif, je crois qu'elle marche extrêmement bien pour un truc
diffusé sur une chaîne microcospique, mais on ne peut pas dire qu'on en entende parler toutes les trois semaines).


 


Par contre, je connaissais pas la citation sur Twin Peaks et j'avoue que ça m'a arraché un sourire, car il me manque tout de même un truc de Twin Peaks dans Bates Motel : le second degré et le
côté sévèrement dérangé qui la rendait si singulière. En ce sens je trouve qu'un show comme Hemlock Grove (que je te recommande évidemment), est beaucoup plus twinpeaksien que Bates Motel, avec
son atmosphère indescriptible, ses personnages tous plus bizarroïdes les uns et que les autres aux comportements parfois très surprenants, ses acteurs au jeu totalement décalé, et sa manière
d'aborder le fantastique d'une manière vraiment différente de ce qu'on voit habituellement à la télé (ok, ce n'est pas bien dur non plus).


 


Mais bref ! Peu importe, Bates Motel, c'est bien, et il faut évangéliser les foules (mêmes la saison 2 est un poil moins aboutie, d'ailleurs je ne m'en souviens pas tant que ça).