Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 19:31

Comme d’habitude, la plupart des journalistes politiques passent leur temps à commenter des petits détails de la campagne, mais oublient de prendre du recul. Dommage, car il est évident que la dimension symbolique est fondamentale dans le choix d’un président et que l’inconscient guide la main qui dépose le bulletin dans l’urne. Et cette élection, pour la première fois en France, oppose deux candidats (enfin, les deux favoris autour desquels se focalisent les médias) qui sont les parfaits archétypes du père et de la mère. Je précise bien qu’il s’agit d’archétypes, qu’on ne vienne pas me taxer de vieux réac avec une vision figée des rôles des pères et mères.

L ’éducation et la protection de l’enfance c’est aussi un cheval de bataille de la « mère protectrice » Royal. Qui s’est fait connaître il y a quelques années en montant au créneau pour fustiger la violence à la télé et la pornographie. Alors que ce n’est pas un discours traditionnellement de gauche.

Comme tout bon père à l’ancienne, Sarkozy est celui du couple qui a un réseau, des relations haut-placées. Comme toute bonne mère à l’ancienne, Royal est « coupée des sphères d’influence » car elle est accaparée par les tâches familiales et l’éducation des enfants.   

C’est plus anecdotique, mais on pourrait aussi s’amuser à voir dans les candidats à la présidence une « famille » comme il en existe tant en France. Avec le fils aîné, Bayrou, qui se cherche et se construit quelque part entre papa Sarkozy et maman Ségolène. Avec le grand-père qui regrette la France d’antan, qui dit « je ne suis pas raciste, mais faut bien admettre que les noirs et les arabes… », avec la tante « hippie », et le petit dernier, encore ado, plein d’idéaux utopistes et révolutionnaires.

Pourquoi la France a-t-elle besoin de retrouver en Sarkozy  et Royal ces images de père et mère ? Parce qu’on est un peuple de gamins. Des gamins turbulents, jamais contents, qui votent systématiquement contre le gouvernement en place (Sarkozy l’a bien compris, en se positionnant comme « en rupture »), des gamins qui attendent tout de leurs parents. Des gamins paumés en quête d’un père et d’une mère sécurisants, car fidèles aux archétypes. Le problème, c’est qu’ils ne peuvent avoir les deux, et devront choisir (à moins qu’ils n’aillent se réfugier chez le grand-père ou le grand frère, dégoûtés des luttes mesquines entre les deux pour avoir leur garde).

On aurait pu imaginer un duel Hollande - Alliot-Marie (MAM, justement). Mais le père mou et la mère rigide, c’est moins rassurant.

Certains m’accuseront de me vautrer dans la psychologie de comptoir… mais les présidentielles, ça fonctionne sur de bons gros clichés. En 2002, tout le monde se foutait de Bayrou, jusqu’à ce qu’il donne une claque à un gamin venu lui faire les poches. Ce geste totalement anecdotique a profondément modifié l’image que les médias et français se faisaient de lui. Jospin, favori, a commencé à chuter dans les sondages le jour où il a déclaré que Chirac était « vieux, usé et fatigué ». Le manque de respect aux anciens, ça ne pardonne pas. En 1995, Chirac a battu Balladur… simplement parce qu’il était « au fond du trou », lâché par tous, et qu’il a continué à s’accrocher. Entre le bourgeois comfortablement installé au pouvoir et le type qui part de zéro et lutte contre vents et marées, peu importe les programmes, c’est la dimension symbolique qui joue.

Sarkozy et Royal m’agacent au plus haut point, j’ai fait mienne depuis longtemps cette maxime de Desproges « il n’y a rien que je déteste autant que la gauche, mis à part la droite », mais je vois quelques raisons de voter (sans enthousiasme) pour Royal :

- Un 2° tour Sarkozy – Le Pen, ce ne serait pas bien folichon…

- Farouche opposant à DADVSI, j’ai vraiment apprécié ce qu’à écrit récemment Royal sur le sujet. Elle a pris en compte les avis des internautes publiés sur son site, compris ce qu’on lui a expliqué (j’y suis allé de ma modeste contribution) et saisi donc que le p2p pouvait être une chance, contrairement à l’UMP qui n’a fait sur le net que de la propagande. Je vous recommande de lire ce qu’elle a écrit, c’est ici.

- Enfin – on me taxera de dandy, et je le revendique – je ne vois pas comment donner ma voix à un type soutenu par tout ce que la France compte de plus médiocre. Johnny, Steevy, Barbelivien, Sevran, Doc Gynéco… rien que d’écrire leur nom, j’en ai la nausée.

Dans le même temps, Sollers – qui fait partie de ce que la France compte de meilleur – soutient Royal. Et quand je pense à Sollers, au-delà de ses excellents romans, je pense à Mozart, Nietzsche, Hölderlin, Rimbaud, ces génies qui le passionnent tant et dont il parle si brillamment. Et Mozart, Nietzsche et Rimbaud, ça a tout de même plus de gueule que Johnny, Steevy et Sevran…

Très bientôt, promis, je reviens aux choses sérieuses car le cirque des présidentielles, c’est marrant deux secondes, mais faut pas perdre de vue l’essentiel… la musique !   

Sarkozy, vous l’aurez compris, c’est l’incarnation jusqu’à la caricature du père. Le père autoritaire, qui est sûr de ses convictions et les impose, qui menace et punit, et qui la plupart du temps ne sait pas trop quoi dire à ses rejetons à part « tiens-toi droit et travaille ». Bien sûr, quand il est en conflit avec la mère pour avoir la garde des enfants, il sait qu’il doit séduire sa progéniture en se montrant plus conciliant (et se met à citer Jaurès et Blum)…

Royal, difficile d’être plus maternelle qu’elle. Sur quoi a-t-elle axée sa campagne ? Sur l’idée de « démocratie participative », sur le fait d’être à l’écoute, de tenir compte des désirs et plaintes de ses enfants. Le père impose, la mère écoute et propose. De plus, qu’ont retenu tous les médias de son discours de Villepinte, quel passage a été repris partout et à quel moment s’est-elle montrée la plus « habitée » ? Bien entendu lorsqu’elle souhaite que tous les enfants de France aient les mêmes chances que les siens. Symboliquement très fort. Elle confirme et étend sa fonction de mère à toute la France.

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

jdm 22/02/2007 14:10

Bonjour GT,
« entre l'image que se donnent les politiques (ou qu'on leur prête) et ce qu'ils font une fois élu, il y a un monde ! »
Eh, oui, on peut promettre le p2p universel et tenir sa promesse en annonçant que ce n’est pas gratuit…
« le Johnny qui est en moi ? »
Tu n’es donc pas perdu, je le savais.
Merci de ton sens de l’humour et de ta gentillesse.

G.T. 21/02/2007 19:46

Cher Jdm :

"Il me semble pourtant que Sarko fait bonne figure dans les patelins et que Ségo parle comme un homme des missiles nucléaires et autres jouets bénins. Le sens de l’indifférencié est devenu le mieux partagé au monde."
C'est vrai qu'il y aurait des nuances a apporter, mais Royal ne compte pas "comme un homme" les sous-marins nucléaires !

"Evite ce genre de discours si tu traverses la région Poitou-Charentes ;-) Le Budget Participatif Lycéen (BPL), en expérimentation dans ce coin sinistré, c’est, notamment et en priorité, pour répondre au désir des enfants, l’internet en accès libre (c'est-à-dire X.com) dans les établissements d’enseignement. Malheur à la ville dont le prince est un enfant !"

ça, je ne savais pas, merci de me l'apprendre. Mais on sait aussi qu'entre l'image que se donnent les politiques (ou qu'on leur prête) et ce qu'ils font une fois élu, il y a un monde !

« Cessez de peindre de votre propre main des dragons et des tigres et de vous effrayer ensuite à leur vue. » (Bodhidharma, 470-543)

Vénérable citation. Vraie dans la plupart des cas, même si, parfois, peindre des dragons permet de les expulser hors de soi. Peut-être ai-je besoin d'exorciser le Johnny qui est en moi ?

Merci de tes commentaires et à très bientôt !

Ecoville : c'est une idée intéressante, mais j'ai peu de temps actuellement pour m'occuper de ce genre de choses. Et les pactes et les pétitions (même si j'ai signé celle contre DADVSI), c'est pas trop dans mes habitudes...

ecoville 21/02/2007 13:21

Connaissant ton combat pour le P2P, est ce que tu envisage de faire une pétition ou un pacte ( c'est la mode) au futur président.

jdm 21/02/2007 13:21

« Sarkozy, vous l’aurez compris, c’est l’incarnation jusqu’à la caricature du père. Le père autoritaire […] Royal, difficile d’être plus maternelle qu’elle. Sur quoi a-t-elle axée sa campagne ? Sur l’idée de « démocratie participative », sur le fait d’être à l’écoute, de tenir compte des désirs et plaintes de ses enfants. » Il me semble pourtant que Sarko fait bonne figure dans les patelins et que Ségo parle comme un homme des missiles nucléaires et autres jouets bénins. Le sens de l’indifférencié est devenu le mieux partagé au monde.
« L’éducation et la protection de l’enfance c’est aussi un cheval de bataille de la « mère protectrice » Royal. Qui s’est fait connaître il y a quelques années en montant au créneau pour fustiger la violence à la télé et la pornographie. » Evite ce genre de discours si tu traverses la région Poitou-Charentes ;-) Le Budget Participatif Lycéen (BPL), en expérimentation dans ce coin sinistré, c’est, notamment et en priorité, pour répondre au désir des enfants, l’internet en accès libre (c'est-à-dire X.com) dans les établissements d’enseignement. Malheur à la ville dont le prince est un enfant !
« une « famille » comme il en existe tant en France. Avec le fils aîné, Bayrou, qui se cherche et se construit quelque part entre papa Sarkozy et maman Ségolène. » C’est vrai que certains ont un lourd karma… « Avec le grand-père qui regrette la France d’antan, qui dit « je ne suis pas raciste, mais faut bien admettre que les noirs et les arabes… » Il a dit, exactement, qu’il n’était pas raciste du fait qu’il avait employé, bien longtemps, à son domicile, un couple de noirs. Un homme qui crée de l’emploi en favorisant l’intégration des « autres » ne peut pas être mauvais ; en tout cas, il est désintéressé. « avec la tante « hippie » Le joint ne fait pas le hippie ! « et le petit dernier, encore ado, plein d’idéaux utopistes et révolutionnaires » Il est hostile au partage libre des musiques que tu aimes ?
« j’ai fait mienne depuis longtemps cette maxime de Desproges « il n’y a rien que je déteste autant que la gauche, mis à part la droite » Dans un autre texte ou une autre version, il remplace gauche et droite par arabes et racistes. Voilà un choix qui te fait honneur, mieux que ces vilains mots, déjà lus sous ta plume, contre Johnny : ô GT, si tu savais tout le mal que tu lui fais !
« Cessez de peindre de votre propre main des dragons et des tigres et de vous effrayer ensuite à leur vue. » (Bodhidharma, 470-543)
Merci pour ton article d’humeur et d’humour, loin des comptoirs.
A bientôt :)

G.T. 21/02/2007 13:06

Merci du compliment...

Je ne suis sûrement pas un "vrai journaliste", mais le fait est que les "journalistes traditionnels" semblent avoir si peu de distance face à cette élection qu'on trouve sur les blogs beaucoup de journalistes "amateurs" plus pertinents que les vrais.
Les politiques sont avant tout des séducteurs, et les journalistes se laissent très facilement grisés (et pas qu'au figuré) par leurs jeux de séduction.
Les quelques rares qui font vraiment de l'investigation, qui posent les questions qui dérangent, qui ne se laissent pas apprivoiser, sont marginalisés (Denis Robert, John-Paul Lepers...)

Si j'ai écrit ce texte, c'est aussi parce que j'ai l'impression qu'on tente, comme à chaque élection, de nous aveugler et nous endormir avec des détails, de l'anecdotique, sans ne jamais prendre en compte la dimension symbolique. Cette dimension est d'autant plus essentielle que la majorité des votants sont indécis jusqu'au dernier moment, et que le "petit quelque chose" qui les fait voter pour tel ou tel, c'est bien plus la force du symbole, les pulsions inconscientes que le reste.
ça fonctione comme ça à chaque élection, et les journalistes l'oublient systématiquement...

ecoville 21/02/2007 11:19

Je suis assez d'accord avec ton analyse sur la personnalité des candidats à cette éléction, et je suis assez étonné de ne pas avoir lu, vu ou entendu ce genre de comparaison dans les médias actuelles.
Peut-être que les vrais journalistes n'existe plus...