Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 22:10











Peu d’articles ces temps-ci, mais là, j’ai une sacrée bonne excuse :
un congrès à Rome… où j’ai eu la chance incroyable de voir en personne le grand, l’immense, le génial… Ennio Morricone !

 

Morricone fait partie du « comité artistique » de la fac de lettre et philosophie de Rome et sa conférence était donnée dans le grand auditorium de la fac, qui porte d’ailleurs son nom… Morricone ne parle pas anglais, un comble tout de même pour un homme qui a une telle carrière internationale, mais sa communication et les questions qui suivaient étaient heureusement traduites. L’essentiel de sa communication et des questions concernaient – pas très étonnant – ses musiques de films. Il a d’abord parlé de ses rapports aux musiques de films, de périodes de doutes, voire de crise, qu’il a connu, les studios n’acceptant pas toujours qu’il expérimente. Il s’est particulièrement étendu sur un projet qu’il avait avec Pasolini : faire des musiques de films… sans films. Il a terminé par la lecture d’un texte de Pasolini.

Après… ce furent au tour des questions. Bien évidemment, je crevais d’envie de lui en poser. Ils étaient 6 ou 7 à y aller de leurs questions, souvent assez longues, avec des réponses aussi généreuses de Morricone (sans compter qu’il fallait lui traduire les questions puis traduire ensuite ses réponses). J’arrive enfin à chopper le micro, j’ai ma question bien en tête… quand le directeur-traducteur de la séance se tourne vers Morricone et lui demande s’il veut arrêter là (il a tout de même 78 ans). Morricone répond que oui, je suis dépité mais lève malgré tout le micro, le directeur de séance me voit, demande à Morricone s’il accepterait encore une petite question, Morricone répond « oui, mais une toute petite ». Du coup, je suis un peu mal à l’aise puisque ma question était à rallonge et concernait en plus sa collaboration avec Leone - le genre de questions dont il est peut-être un peu lassé car on doit lui rabattre systématiquement les oreilles avec Leone. J’allais tout de même pas changer au dernier moment pour le premier truc qui me passe par la tête, du style « What’s your favorite colour ?», ou « Il est sympa, Clint Eastwood ? » donc je lui pose quand même (elle concernait la musique qui transcende le visuel et propose un autre sens au film, notamment The Ecstasy of gold dans le bon, la brute et et le truand). A la fin de mon interminable question, il ironise sur « c’était ça la question brève ? », explique 2-3 trucs, chantonne le thème du film (inspiré par le cri du coyote) et, divine surprise, alors qu’on n'y croyait plus, il va se mettre derrière le piano, sous les applaudissements, et nous joue un autre extrait du film. Bref, j’ai donc l’honneur à la fois d’avoir légèrement emmerdé « il maestro Morricone », et de l’avoir fait lever de sa chaise pour nous (enfin, je préfère penser « me ») jouer un bout de Le bon, la brute et le truand, un des films que j’ai du le plus voir dans mon enfance.

 

Rome est une ville pleine de superbes monuments… mais aucun ne m’a fait autant d’effets que l’immense Morricone au piano !

 

 

Vidéo de cette formidable scène, où le truand "affreux, sale et méchant" court dans tous les sens pour récupérer l'or caché dans le cimetière... accompagné par cette musique dans un sens totalement "décalée" car lyrique, grandiose avec une voix féminine très pure et éthérée :  

 

 

 

Du grand Morricone (et du grand Leone, bien sûr...)

 

 

 

 

http://www.enniomorricone.it/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

G.T. 13/03/2007 19:28

Salut,
Effectivement, c'est un honneur et une rencontre que je risque pas d'oublier ! Mais après son oscar d'honneur, comme tu dis, croisons les doigts...
Merci de ta visite et bonne soirée !

Thierry 13/03/2007 18:34

Salut G.T., quel honneur ! Tu as eu bien de la chance de rencontrer cette légende vivante. J'espère que son Oscar d'honneur ne lui portera pas "malheur" trop rapidement.
Bonne soirée !

jdm 12/10/2006 19:28

Une page de journal émouvante.
Une page qui nous rappelle qu'Ennio Morricone est le compositeur de 'Teorema', kfigaro l'a écrit, de 'L'uccello dalle piume di cristallo', de 'Indagine su un cittadino al di sopra di ogni sospeto' et + de 'Una lucertola con la pelle di donna'.
Des compositions surgies de Nuova Consonanza et qui rejoignent les inventions de Stockhausen.
Dans un double cd, 'Crime and dissonance', on peut découvrir, par des extraits.
Merci à toi, GT.

xav 09/10/2006 23:13

Bonjour,

Félicitations pour votre site qui est vraiment bien conçu! J'ai créé un annuaire de blogs et si vous souhaitez vous y inscrire voici l'adresse: http://netblog.site.cx !

Bonne continuation

G.T. 03/10/2006 20:48

C'est aussi par K que j'ai pris connaissance de ton blog. Tout passe par lui !

Fred Duglin 02/10/2006 23:44

Bonsoir G.T., merci de ton passage sur "Nos îles". Par le plus grand des hasards, j'avais justement lu cet article sur la maître italien, en explorant les liens de Kfigaro ;-)

@++

Systool 30/09/2006 12:07

Un compositeur fantastique... il apporte tellement grâce à sa musique dans les films... c'est rare.

SysT

G.T. 29/09/2006 23:54

Chtif : je ne suis pas sûr que l'histoire soit passionnante pour tous, mais pour moi, c'est une rencontre que je ne risque pas d'oublier !

K. : il y a quelques gimmicks de Morricone qui me plaise moins... et merci pour ta liste, il y a certaines de ces B.O. que je ne connais pas et que je vais chercher au plus vite.

Olive : je suis revenu... mais je n'aurai encore pas trop le temps de publier régulièrement. Je ferais au mieux. Content aussi de te revoir par ici

olive 28/09/2006 22:47

c'est bon? t'es revenu? parce que je suis en manque de conseils crédibles moa, espèce d'égoïste. zou au boulot...

kfigaro 28/09/2006 17:58

ça tombe bien, je comptais en parler moi aussi dans quelques temps, ;)

Je n'aime pas tout chez lui (j'ai du mal avec ses mélodies romantiques et avec certains de ses gimmicks) mais dans ce que j'adore :

- I comme icare (ma 1ère BO écoutée de lui)
- Leonor (les thèmes de vampirisme sont hyper hyper flippants)
- Les 1001 nuits (superbe thème principal)
- Theorème (theme atonal très très flippant) et Salo (thème dodécaphonique pour piano - très court)
- Le syndrome de Stendhal (basé sur une passacaille)
- La bataille d'Alger (sans doute ce qu'il a fait de mieux)
- La cité de la violence (le thème est vraiment fabuleux)
- Le clan des siliciens (là encore, les thèmes de suspense sont hallucinants)

ravi de te relire en tout cas, tu me manquais ! ;)

Chtif 28/09/2006 13:24

Belle histoire, GT !