Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 22:42
Hier soir, je suis tombé sur un sujet consternant dans le journal de la nuit de France 2. Un sujet sur un jeu en ligne, Clodogame, qui propose d'incarner un SDF et ainsi de mendier, chaparder, s'acheter un chien, se battre contre d'autres SDF, apprendre à jouer de la guitare et s'extraire de sa condition. Le sujet était très partial, prenant le parti de ceux qui se scandalisent. On interroge un SDF qui dit que la vie dans la rue, c'est dur et il n'y a vraiment pas de quoi s'en amuser... merci France 2 pour ce scoop énorme, sans doute que la plupart des gens imaginent que les pauvres hères qu'ils croisent en train de mendier dans leurs villes s'éclatent comme des fous... Je ne louperai pas le journal ce soir, avec un peu de chance, on ira interroger un milliardaire pour qu'il nous explique en une phrase qu'être plein de thunes et en bonne santé, c'est mieux que d'être miséreux et atteint d'un cancer. C'est ça, le service public...

Mais ce qui m'a vraiment fait bondir, ce sont juste après, deux personnes interrogées (je ne sais plus si c'étaient des membres d'une association ou juste deux passants) racontant qu'être SDF et vivre dans la rue, ce n'est "pas un jeu". Voilà l'angle principal utilisé dans le sujet, être SDF, ce n'est pas un jeu, il est "indigne" de s'amuser des conditions de vie des clochards, et l'on regrette que ce type de jeu ne puisse être interdit...

Sans doute ne faut-il pas trop en demander à France 2, ils viennent d'apprendre que "vivre dans la rue, c'est pas marrant", on ne peut s'attendre à ce qu'ils comprennent le monde du jeu vidéo... où une des activités les plus banales est... le meurtre. On y tue joyeusement à grands coups d'épée, d'arc, de flingue, de couteau, de fusil, de mitrailleuse, de bazooka, de canon, de laser... et même à mains nues. Il existe des tonnes de jeux de guerre, et France 2 n'en fait pas chaque fois un sujet "offusqué". Parce que la guerre, c'est une activité humaine plus ludique que la mendicité ? Les jeux vidéo devraient ne permettre que de se plonger dans des univers fun et sympathiques ? Heureusement que le jeu vidéo a évolué, qu'il est devenu plus "adulte" et moins naïf, et qu'il ne s'arrête pas à Mario...

Je ne connais pas grand chose au monde du jeu vidéo, je n'ai pas de console, je ne suis pas journaliste, mais pour traiter de ce sujet, je me suis un minimum informé... En allant notamment sur le site 
Jeuxvidéo.com, je consulte leur "hit-parade" (d'après leurs notes et celles des lecteurs) des 20 meilleurs jeux du moment... et on trouve :

En n°2 : The Witcher : Un jeu de rôle médiéval "pour adultes" avec des dialogues assez crus, vous pouvez coucher avec toutes les femmes que vous croisez, voler, piller... ou pas, puisqu'il laisse au joueur la liberté de décision.

3. Dead Space : Un jeu particulièrement flippant, une sorte d'Alien en jeu vidéo, mais bien plus gore que le film -  " 
Cependant, notre armement se montre très efficace dès le départ et entre une mitraillette, un découpeur, un lance-flammes, un trancheur laser, le massacre se poursuit au rythme d'éclats de rire un brin sadiques. Car oui, Dead Space aurait pu être validé par le marquis de Sade et Vlad Tepes réunis tant cette production EA ne fait pas dans la dentelle."

4. Mount & Blade : "  
Vous en avez marre d'aligner les jeux d'heroïc-fantasy propres sur eux. Vous, ce que vous recherchez, c'est de la baston réaliste et sans concession, c'est pouvoir lancer dès les premières lueurs de l'aube des charges sauvages à dos de monture, c'est piller et incendier sans vergogne des villages ennemis. Ce qu'il vous faut, c'est Mount & Blade, un authentique concentré de plaisir comme seul un petit studio indépendant pouvait nous l'offrir. " (un jeu qui offre une grande liberté, et vous permet aussi d'aller massacrer de pauvres paysans si ça vous amuse).       

5.
Empire : Total War 

6.
Left 4 dead : Un jeu "horrifique" où vous dessoudez une armée de zombies.

Ensuite, toujours dans les 10 premiers, des jeux qui répondent aux doux noms de Street Fighter IV, Warhammer 40.000 et Blood Bowl... je ne suis pas allé lire les chroniques de ceux-là, mais ça m'étonnerait qu'il y soit question de partir en mission humanitaire au Darfour. 
Si on suit la logique du "être SDF, ce n'est pas un jeu"... fini les jeux de guerre, car la guerre, ça n'a rien de marrant, c'est même pire que la mendicité, puisqu'on y meurt en masse... fini les jeux policiers, pas de jeux non plus où il faudrait diriger une ville, où l'on serait au chômage, où il faudrait élever des enfants, conduire une bagnole... bref, pas de jeux où l'on peut "vivre", car la vie, ce n'est pas un jeu. A la limite seront autorisés des jeux de dés, de cartes... mais pas de simulations où vous jouez au poker pour de l'argent, parce que l'argent, ce n'est pas un jeu, la preuve, regardez ceux qui n'en ont plus du tout, les SDF, paraîtrait - la source est sûre, c'est le journal de France 2 - que leur vie n'est en général pas marrante...  

La vraie question serait de savoir ce qui pousse les journalistes à faire ce type de sujet : de l'idéologie ("il faut dénoncer, s'indigner, voire censurer les créations qui ne sont pas politiquement correctes") ou de l'ignorance et de l'incompétence ("A bon ? Il existerait des jeux dans lesquels on tue ?")... un peu des deux, peut-être. Le gouvernement s'est d'ailleurs prononcé sur ce jeu, se disant aussi "scandalisé"... ils perdent une nouvelle fois une bonne occasion de se taire. Car tout ce qu'on peut leur répliquer, c'est que s'ils trouvent cette misère si terrible - au point qu'on ne puisse ironiser ou la prendre au second degré - qu'ils se donnent les moyens de l'éradiquer. N'était-ce pas Sarkozy qui avait dit lors de sa campagne : "
Je veux si je suis élu président de la République que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid. " L'objectif "zéro SDF", ça devait être pour fin 2008... mais peut-être fallait-il comprendre "objectif zéro pour les SDF". Et c'est bien ce même Sarkozy qui déclarait que la différence entre lui et les autres, c'est que lui tiendrait toutes ses promesses. Mais ça, on vous expliquera que c'est normal, c'est le "jeu politique"... on ne tient pas ses promesses et on en vient même à un degré supérieur dans le cynisme et la démagogie : je vous assure que moi, contrairement aux autres, je vais les tenir. Du coup, tout semble un peu flou... la politique, c'est un "jeu", mais les jeux vidéo, c'est du sérieux avec lequel on ne peut faire n'importe quoi ?    
Benoist Apparu, secrétaire d’État chargé du Logement et de l’Urbanisme souhaite trouver un moyen d'interdire le jeu. Il a déclaré "Tous les clichés les plus sordides sont utilisés dans ce logiciel, au mépris de la dignité des personnes sans-abri, du travail remarquable des associations et de l’engagement du gouvernement". Quand il dit "l'engagement du gouvernement", il fait référence à l'objectif zéro SDF prévu pour la fin 2008 ? Quand il parle du "mépris de la dignité des personnes", il fait référence au
répulsif chimique anti-SDF proposé par l'UMP ? Ce gouvernement est tout de même très mal placé pour donner des leçons de morale sur le sujet...  

Il semblerait que le jeu ne donne pas une "bonne image du clochard". Mais c'est la société qui n'en a pas une bonne image, que ce jeu existe ou non ne changera rien au fait que les mendiants doivent subir toute la journée des regards de dégoût, de gêne, d'indifférence, et, au mieux, d'une pitié qui ne les rend pas plus "dignes". Il est même tout à fait probable que les gens qui auront pendant des heures incarné un clochard essayant de se démerder comme il peut avec rien - même s'il y a du second degré et des clichés - ne fuient plus du regard les SDF qu'ils croisent, mais aient l'impression de mieux les comprendre.
Si l'on commence à s'indigner et à vouloir interdire ce type de jeu... il faudra donc que dans tout livre ou film, il n'y ait pas de SDF qui puissent prêter à rire ? C'est une atteinte à leur dignité si on ne les présente pas comme propres sur eux, sympas et sobres ?
Si je parle de ce sujet... c'est bien entendu car c'est toujours la même histoire : quand ce n'est pas le jeu vidéo, c'est le cinéma, quand ce n'est pas le cinéma, c'est la littérature, quand ce n'est pas la littérature, c'est la musique. Faut toujours que politiques et médias portent un jugement moral sur les oeuvres, ce qui n'est en rien leur rôle... du moins, dans un pays véritablement libre et démocratique. Après, bien sûr, on peut discuter du caractère "artistique" d'un jeu vidéo... le jeu vidéo est-il un art ? Certains semblent avoir de grandes qualités graphiques, une imagination visuelle étonnante, des scénarios riches, des musiques originales... et sont sûrement plus des "oeuvres d'art" que bon nombre de mauvais films et de mauvais albums... faut-il considérer le jeu vidéo comme un art à part entière, voilà une question plus intéressante que ce pseudo-débat sur un jeu qui ne mérite sans doute pas toute la "pub" que lui font médias et politiques.
Toujours la même histoire, donc. On se trompe de cible. Le problème n'est pas que des chansons, films, livres ou jeux vidéo ne soient pas moraux, il est que notre société ne l'est pas et que certains politiques et médias s'offusquent des symptômes, pas des causes. Et, surtout, prennent le peuple pour un ramassis de crétins incapables de faire la distinction entre un livre/album/film/jeu vidéo et la réalité. Des millions de types se sont retrouvés à prendre leur pied dans un jeu vidéo en butant tout ce qui bouge des heures durant, ils ne vont pas pour autant se payer un flingue et faire pareil en bas de chez eux. Chansons subversives, films et jeux vidéo violents sont bien plus des "soupapes" qui permettent à beaucoup de défouler leurs tensions et frustrations, libérer leur rage d'une manière qui ne nuit à personne, plutôt que d'aller foutre le feu à leur immeuble. Le problème n'est pas de savoir s'il est bien ou non de jouer à ce type de jeu, mais plutôt - si l'on estime qu'il y a vraiment un problème - de s'interroger sur le mal-être d'une société où tant de gens ont besoin de ce "défoulement", parfois très violent, que peuvent proposer musiques, films, et jeux... à moins de considérer qu'il n'y a rien de grave, car tout cela, au bout du compte, ce n'est qu'un jeu. 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

clovis simard 09/01/2011 21:46



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-3 et No-16, ACTIVITÉ HUMAINE ! LA MORTS DES OISEAUX ! IL Y A QUELQUE CHOSE EN COMMUN  ?


Cordialement


Clovis Simard



lou 17/09/2009 12:55

 Oui, c'était vrai, ce n'est qu'un jeu sans lien avec la réalité, Patrick Balkany nous l'avait déjà enseigné.Toute leçon de morale sur ce sujet est déplacée, je viens faire pénitence pour avoir suggéré, dans l'ignorance, à nos jeunes lecteurs [et non pas : à nos jeunes lecteurs dans l'ignorance] que les clochards d'aujourd'hui vivaient dans la misère contre leur vocation.http://www.dailymotion.com/swf/xkfts_balkany-piege-par-les-yes-men_news">http://www.dailymotion.com/swf/xkfts_balkany-piege-par-les-yes-men_news 

Pietro 04/09/2009 11:48

C'est ce que je dis Tireub, c'est la recherche du concept. Dans l'exemple que tu cites, on se trouve très proche de la réalité. Je ne dis pas qu'il y a de gentils militaires (antinomie) mais il est vrai qu'il font de plus en plus d'humanitaire. Je suis d'accord avec ce que tu dis Christophe. Concernant mon inspirateur, ce n'est pas entièrement Ska puisque j'ai écris mon premier commentaire sans lire les autres.

Christophe 04/09/2009 09:56

Comme Pietro (et Ska, opportunément cité ici comme l'inspirateur d'icelui), je pense aussi qu'on est dans la déconne, et que la guerre ou la misère (ou la supposée violence que seraient GTA ou Wow) sont bien mieux dans des jeux que dans la vraie vie.Ne dit-on pas que la pédopornographie japonaise serait responsable d'un taux de viols moindre que la plupart des autres sociétés ? 

Tireub 04/09/2009 07:22

Pietro, j'ai quand meme un peu de mal avec ce que tu dis. Le fait qu'il y ait moins de guerres et des gentils militaires qui sont la pour faire de l'humanitaire, je n'y crois qu'a moitie. Et pour ce qui est du jeu de guerre, a ton sens moins attaquable parce que plus traditionnel et moins "reelle", tu devrais voir que la tendance est a l'immersion de plus en plus poussee du joueur, dans des environnements de plus en plus realistes. Alors quand c'est couple a un scenario plausible, par exemple celui d'un mercenaire au milieu d'une guerre de clans en afrique noire (Far Cry 2, l'un des plus gros succes de l'annee derniere), je ne vois pas ce qu'il te faut de plus comme rapprochement du virtuel et du reel. Quid des populations prenant les balles perdues (ou gratuites)? Ce n'est pas parce qu'elles sont moins visibles a nos yeux qu'elles n'existent pas, et au final elle ne sont pas si eloignees du sujet aborde dans cet article, pourtant on ne s'en offusque pas.
 
Mon point de vue sur les jeux n'a pas change. Je pense que l'on devrait pouvoir etre capable de jouer a n'importe quoi, dans les limites de la conscience du raisonnable. Ce post etait juste une reaction d'incomprehension apres la raction de Pietro

Pietro 04/09/2009 02:47

C'est vrai que la guerre cloisonne les pays les uns contre les autres mais je trouve les jeux de guerres moins choquants. C'est un thème "classique". Les enfants jouent à la guerre, les adultes aussi (paintball). Aujourd'hui, la guerre est présente dans le monde mais elle l'est beaucoup moins qu'avant (des sociétés anciennes jusqu'aux dernières guerres de décolonisation). Les militaires font de plus en plus d'humanitaire. Je partage l'avis de Ska, on est dans la déconne, dans l'improbable (sur les 60 et quelques millions de Français, combien tuent des humains?). Pour moi, le virtuel sert à ça. Après, quand on touche à la réalité, à notre quotidien, le cloisonnement prend tout son sens. On touche à de vraies questions politiques actuelles. Ce n'est pas le cas avec une reproduction d'une bataille, qu'elle soit historique ou non. Je trouve malsain de vouloir mélanger le réel et le virtuel. Cependant, si un jeu très éloigné de la réalité véhicule trop de violence et/ou du racisme, je ne suis évidemment contre. 

Thom 03/09/2009 21:54

En tout cas je ne me lasse pas de voir comme ce genre de sujet peut faire rejaillir les moralisateurs sentencieux qui sommeillent en nous ;-)

seb 03/09/2009 21:12

Une proposition pour les no-lifes qui ont inventé ou jouent à ce jeu, mettez votre temps libre au service des autres en devenant bénévoles au resto du coeur ou au secours populaire. Pour les plus téméraires, militez pour le droit au logement pour tous....

G.T. 03/09/2009 17:07

THOM et ARBOBO : Bien sûr que la question du contenu est importante... tout le problème, c'est qu'à partir du moment où la question de l'interdiction et de la censure vient à la table, si l'on est attaché à la liberté d'expression, ça court-circuite la discussion sur le contenu. Car si l'on en vient à critiquer le contenu, à le trouver lamentable, méprisable... on fait le jeu des censeurs. et je rejoins tout à fait ce que dit THOM là-dessus.C'est pourquoi je ne me suis pas intéressé au contenu du jeu - je n'ai même pas essayé d'y jouer - parce que pour moi, il y a bien plus grave que des jeux qui ne seraient pas "dignes et respectables", c'est la tentation de la censure... El-F (et ARNO) : S'il fallait censurer tout ce qui est de mauvais goût et motivé par la cupidité... je veux bien, mais dans ce cas-là, c'est 90% des musiques qui passent à la radio et une bonne partie des films qu'il faudrait interdire avant ce jeu^^  LYLE : Oui, c'est là aussi toujours la même histoire... médias et politiques font une pub monstre à ce contre quoi ils s'offusquent de manière simpliste... le même système que les "explicit lyrics" sur les albums, qui ont eu pour effet de faire vendre mieux auprès des ados les albums ayant ce sticker...GUIC et TIREUB : C'est vrai, et cela d'autant plus que le jeu vidéo est devenu cette décennie le divertissement qui se vend le mieux, dépassant musique, cinéma et les autres... Ce n'est bien entendu plus l'apanage de quelques "geek"...CHRISTOPHE : :-)ALF : Je ne pense pas que ce soit un jeu qui attire de toute façon les "moutards"... entre incarner un SDF ou un héros guerrier comme dans la plupart des gens, leur choix est vite fait... Quant à ton jeu sur les gitans... ne donne pas de mauvaises idées ! :-)SKA : je n'imagine pas une seconde, bien entendu, que les journalistes de france 2 soient tous des types de plus de 50 ans qui ne comprennent rien au jeu... par contre, j'imagine plus facilement qu'ils balancent des sujets orientés sans avoir pris la peine de vraiment réfléchir à la question...PIETRO : Je ne pige pas vraiment... en quoi cela change quelque chose que le jeu touche au social ? heureusement que les jeux peuvent avoir cet aspect-là, sans pour autant faire "du social", ce qui n'est pas leur rôle...Tu dis que ce jeu "cloisonne la société"... mais les jeux de guerre "cloisonnent" aussi, des pays les uns contre les autres... on pourrait aussi imaginer que des gamins qui jouent à un jeu de guerre où ils doivent buter des tas de vietnamiens, allemands, russes etc... développent une animosité contre ces pays... Et je ne vois pas trop non plus en quoi ce jeu-là "cloisonne" la société... si le but était d'aller "casser du SDF" en incarnant un mec qui a du pognon, oui, mais ce n'est pas le cas, là, tout le monde est SDF à la base...Qu'il y ait des clichés sur les SDF... certes, mais bon, à mon avis, dans les jeux vidéos, il y a des clichés sur un peu tout le monde... comme dans bon nombre de films... 

Pietro 03/09/2009 12:42

Salut,  Je voulais donner mon point de vue sur le point qui parle de la comparaison entre ce jeu et les jeux de guerre. Avec les SDF, on touche au social. On cloisonne la société, ce qui n'est pas du tout républicain. Je trouve que c'est différent avec les jeux de guerre. Le concept y est plus basique, plus traditionnel. Chaque joueur peut mettre virtuellement en pratique la part maudite de l'homme. La guerre est un grand thème très classique. Au final, c'est l'aspect recherché, voire pervers qui me gêne dans le jeu sur les SDF. Il peut y avoir ensuite une course à la recherche des jeux les plus originaux et on pourrait être choqués d'un point de vue éthique (dans ce domaine, on est encore loin de battre la société hollandaise). Au niveau de la télé-réalité, il y a déjà cette recherche du concept le plus fantaisiste. Dans le jeu vidéo, entièrement virtuel, le concept peut être poussé bien plus loin comparé à la télé. Je pense que le danger est là.

Tireub 03/09/2009 11:57

Le fait est que dans la plupart des "grands" medias, les dirigeants, editorialistes, etc. ont plus de 50 ans (carrierisme, hierarchie oblige, ceci est une autre histoire). Soit, il est un peu reducteur de mettre tout le monde dans le meme panier et d'assimiler les medias à leurs dirigeants, mais au final c'est leur point de vue (sur des sujets de ce type) qui ressort et est communiqué.Pour ce qui est de la remarque sur le fait que tout le monde ne joue pas aux jeux videos, meme ceux qui ont grandi dans la periode de leur explosion, bien entendu, et heureusement. Mais l'important n'est pas qu'ils jouent, mais bien qu'ils aient conscience du but de tels jeux, de ce qu'ils apportent aux joueurs. Une idee un peu moins refractaire en somme.Un autre sujet qui pourrait etre evoque est la mauvaise image des joueurs adultes, quel que soit le jeu. Il semblerait qu'il y ait un age maximum pour jouer. Cela aussi devrait changer sous peu, grace aux jeux videos qui reunissent mine de rien une part de la population bien plus importante de la population que les jeux de plateaux, pour ne citer qu'eux.

Ska 03/09/2009 10:40

Pour préciser : on impose, dans les grandes rédactions, très souvent aux journalistes des angles précis, qui ne sont pas forcément ceux qu'ils auraient choisi eux-mêmes... Il faut faire du "sensationnel", ne pas aller à l'encontre des idées reçues, etc. Avec un cas de figure du genre : ok, tu parles de Clodogame, mais ça doit permettre de mettre en valeur la parole du gouvernement, ok ?".Par ailleurs, il y a vraiment des tas de gens qui ne jouent pas (ou plus) aux jeux vidéos. Y compris parmi ceux, qui, dès les années 80, ont grandi avec. Si, si, je vous assure...

Ska 03/09/2009 10:33

Par ailleurs, peut-être serait-il intéressant - et un peu plus mesuré - de ne pas mettre tous les médias dans le même sac et de cesser d'imaginer que tous les journalistes de France Télévision ont plus de 50 ans et ne peuvent, de toutes façons, rien comprendre aux jeux vidéos...

alf 03/09/2009 09:24

salut GT, excuse moi de n'avoir pas lu, par manque de temps,  les coms qui précèdent. je n'ai point vu le reportage de fr2 non plus, et... je ne connais pas le jeu. Je réagis donc juste sur ce que tu en dis. oui, probablement que ce reportage était mal fichu, qu'il surfe sur l'ambiance actuelle (s'offusquer à peu de frais de ce qui est bien évident et caricatrual et oublier le subtil). Mais en parlant de subtilité, peut-être que ce qui est dérangeant dans ce jeu, c'est justement que lui aussi ne fait que renforcer les poncifs sur les sans abris? chaparder, mendier, acheter un chien, jouer de la guitare... Vu le fromage blanc qui garnit le cerveau de pas mal de moutards, je me demande si c'est bien utile d'en rajouter une louche. A quand un jeu sur les Gitans qui volent des poules, aiguisent des couteaux et mangent des enfants? Ah note ca pourrait être marrant tt compte fait... ;-)

Mario 03/09/2009 05:59

Il est clair que la génération qui aura été confrontée à Mario aura des capacités cognitives surdéveloppées.

Tireub 03/09/2009 02:05

Guic souleve la un veritable probleme, a savoir la prise de conscience par les medias du public des jeux videos et de l'identification plus ou moins pousee de ce public avec leurs avatars virtuels.
Pour le public, ils ont encore et toujours l'idee de l'adolescent boutonneux et "legerement" associal comme le dit Guic. Alors autant cela pouvait etre vrai il y a une grosse dizaine d'annees, autant la communaute a grandi, muri et les ados de l'epoque sont aujourd'hui actifs, responsables, etc. Se rendent-ils compte, nos chers amis les medias, que la prochaine generation (ou la suivante) de gouvernants aura ete confrontee a Mario, Resident Evil, Quake, GTA et autres, et qu'ils auront aime ca. Difficile de trouver des gens completement refractaires aux jeux videos de nos jours dans la tranche d'age 20-30, et cela va s'amplifier avec les generations suivantes. Et alors quoi? Est-ce que cela en fait des psychopates en puissance? Seront-ils moins apte a gouverner? Non, il y aura toujours une tres petite partie de gens ne faisant pas la difference entre imaginaire et realite, mais ces personnes n'ont pas attendu les jeux videos pour se mettre a etre cons, et de nombreux autres vecteurs sont presents pour les encourager.
 
Les gens ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas. Ils n'ont pas grandi dans l'environnement virtuel, et sont donc assez refractaires. Est-ce seulement un probleme generationnel? Si oui on va encore devoir attendre une bonne vingtaine d'annees avant que le renouvellement des politiques ne presente des gens conscient de ce que sont vraiment les jeux videos.
Cependant, nul besoin d'etre un jeune con pour apprecier les jeux videos. La preuve m'en est donnee quandje joue a Alerte Rouge (ou assimile) contre mon pere, et qu'il me met des raclees a chaque fois.
 
Sur ce je vais lancer une petition, je pense que seul le demineur devrait etre autorise!

Christophe 02/09/2009 20:56

Sans parler du symbolisme hyper libéral de Pac Man.

Guic' the old 02/09/2009 18:40

Reste que là il y a un problème que vous éludez un peu: autant les médias, quelque soit le problème garderont un certain recul vis à vis d'une création artistique "au propos discutable", mais pour ces mêmes médias les joueur de jeux vidéos est un gentil neuneu un peu associal qui se recrée un monde via son écran.Et si la distance auteur / narrateur / personnage (en litté comme en chanson) est bien souvent prise en compte quand même, ou tout du moins rappelée, la distance personnage incarné dans le jeu vidéo / vraie personne est souvent passée à la trappe, pour la simple raison que le monde des gamers est principalement composé d'ados ... si influencables les pauvres.Rappelez vous le scandale passé des meurtres au cours de jeux de roles qui ont provoqué un tollé médiatique sans précédent... là ils voient le truc pareil, et "principe de précaution" oblige...Sinon, rapport à ce que disait arbobo sur GTA, je voudrais bien savoir dans quel GTA on trouve des viols?? des meurtres, des massacres, et des visites chez les putes, oui, mais des viols... ^^. J'ai joué à tous sauf le dernier, donc peut etre que c'est dans le quatre, mais permettez moi de rester sincèrement dubitatif.

lyle 02/09/2009 15:55

On admirera l'admirable clairvoyance des medias francais qui ont du multiplié au moins par 100 le nombre de personnes ayant essayé le jeu grâce à leur courageux reportages sur un truc sans intérêt (parce que savoir où vont dormir les clochards quand le froid va revenir dans quelques semaines et que leurs campements seront détruits par les pouvoirs publics, ça on s'en fout dans les médias). Il n'y avait sans doute ni mort célèbre ni fait divers glauque ou graveleux à raconter ce jour-là...Sur le fond, le jeu n'a pas l'air de bon goût (c'est peu de le dire), raccoleur et d'une bassesse mercantile rarement atteinte, mais de là à en faire un scandale et à vouloir l'interdire...

arbobo 02/09/2009 15:44

à la réflexion c'est assez simple. du genre : "même un macho sans cervelle comme Orelsan a le droit au respect de sa liberté artistique", et son corrolaire : "ne pas programmer Orelsan parce qu'on n'aime pas ce qu'il fait, c'est une logique artistique, irréfutable et échapant au débat, mais le déprogrammer pour des raisons politiques c'est très différent et dangereux, et il a toute légitimité pour s'en plaindre"punaise je devrais écrire des articles, moi :-)cela dit on s'écarte nettement du sujet

Arno 02/09/2009 15:43

Putain d'idée de merde pour un jeu, comme pleins d'autres trucs dans le meme style. On tire encore le niveau vers le bas, toujours plus bas! Et tout le monde l'accepte parce qu'au final, c'est pas pire que plein d'autres trucs, mais c'est quand meme de la merde! Plus c'est con, plus ca fait jouer les bas instincts, plus c'est primaire, mieux c'est, et faudrait plus jamais s'en offusquer! non, c'est le meme combat pour le musique, le ciné, l'art, ...C'est evidemment risible que des hommes politiques se scandalisent sur F2 de ca alors qu'ils font rien, ou pire la plupart de temps! Mais je trouve quand meme qu'il faut rester cohérent et se poser la question d'avoir un avis et se demander pourquoi on en arrive à créer de tels jeux pour réussir à vendre!

Thom 02/09/2009 14:28

souvent je n'entends, par exemple pour Orelsan, qu'une défense de principe de la liberté d'expression sans aucun esprit critique. En résumé, un hymne à la connerie et à la manipulation.Mais ça, c'est sans doute parce que la liberté d'expression, si régulièrement foulée au pied, passe avant tout le reste. Je m'explique : il est extrêmement difficile d'écrire un édito sur une histoire comme celle d'Orelsan en ménageant la chèvre et le chou, de dire "je ne défends pas les propos, mais le droit pour un artiste de créer l'oeuvre qu'il veut"... c'est très compliqué car cela brouille énormément le message (je parle d'expérience). Du coup, l'éditorialiste, ou le blogueur, va souvent préférer éluder la question du contenu et se focaliser sur l'aspect liberté de création (à raison d'ailleurs, car la liberté d'expression n'est pas conditionnée par la qualité de l'oeuvre ; à l'époque de Thérèse Raquin, c'est la TOTALITE des commentateurs qui trouvaient le texte nul et obscène... bref : les paliers existent sans doute concernant la morale, pas concernant la liberté d'expression). Mais cela relève plus à mon sens de l'artifice rhétorique que du refus de s'interroger sur le contenu de l'oeuvre impliquée.Reste que je te rejoint malgré tout sur une bonne part de ton commentaire ; la séparation fiction/réalité, artiste/oeuvre, comme tous les paradigmes, à ses limites. Un texte n'est jamais juste un style, c'est aussi bien sûr un contenu et un propos.Sinon juste pour dire : j'ai joué cinq minutes à ce jeu, j'ai trouvé ça très rigolo :-D

El Funcionario 02/09/2009 14:17

Ok, je vois ce que tu veux dire et le raisonnement se tient. Mais appliqué à ce cas pariculier, la motivation des créateurs du jeu semble être de total mauvais goût, et plus important, cupidement douteuse.En effet, le marché des MMORPG (massively multiplayer online role-playing game) (car il ne s'agit pas ici d'un jeu vidéo au sens propre, mais d'un jeu de gestion sur le web où il faut cliquer dans des menus) est saturé. La solution la plus rapide et efficace pour faire parler de soi, de plus pour pas cher et sans se fouler, est de provoquer un gros scandale.Les politiques, jamais à court de sujet d'indignation pour faire oublier à quel point ils sont nazes, et parce que sur-réagir fait oublier qu'il ne peuvent agir réellement, sautent dessus puisque ça les arrange.Problème: le jeu est mal foutu, bugue de partout, le temps de latence nous ramène aux heures pionnières du jeu en ligne. Pourquoi? Pour nous laisser le temps de cliquer sur un max de bannières de pubs. (NB un très bon plug-in de firefox existe si vous n'en pouvez plus des pubs, cherchez Adblock, très efficace) En gros, le jeu est tellement mauvais qu'il n'aurait pas pu attirer de visiteurs sans son thème polémique. Normalement la sentence "on a pas de pognon mais on a des idées" est flatteuse, dans le monde de l'entreprise pas forcément.Si quelqu'un veut se faire une idée d'un très très bon MMORPG violent donc comparable dans l'esprit mais impeccablement réalisé, il existe par exemple Hordes et son univers zombiesque post-apocalyptique. Aucune publicité: le modèle économique a été trouvé en proposant des options payantes pour les joueurs qui souhaitent avancer plus vite, ce qui est utilisé par la majorité de ces sociétés (en plus, ce sont des communistes http://www.motion-twin.com/team ^^)

arbobo 02/09/2009 14:07

il y a toujours un éventail disparate, GT,par exemple elmer food beat ou orelsan, quand tu écoutes et tu lis les parole,s tu t'aperçois que ce sont juste des crétins bas de plafond hyper macho,bref le trou du cul habituel que tu croises au lycée ou au comptoir du bistrot.Quand Jerry Lee Lewis chante "little sixteen", vu sa vie d'ordure quasi-pédophile, c'est méga glauque. Chez Sam Cooke, l'évocation des teenagers ne me lève pas le coeur, en revanche.Le corrolaire de ne pas interdire, c'est ma liberté d'auditeur de dire que tel mec fait de la merde, que tel groupe fait des chansons bas du front, etc. Et je ne compte pas me priver de l'utiliser :-)J'extrapole sans viser personne (personne qui fr(équente ce blog en tout cas, plutôt une vox populi gentillette et niaise) : la connerie en revanche c'est de refuser d'avoir un avis, de dire "oh mais c'est un artiste il a le droit de dire ce qu'il veut" et s'arrêter là, sans utiliser ses neurones pour savoir ce qu'on en pense, soi-même, du contenu.souvent je n'entends, par exemple pour Orelsan, qu'une défense de principe de la liberté d'expression sans aucun esprit critique. En résumé, un hymne à la connerie et à la manipulation.JL Murat, malgré ses sorties misogynes à répétition dans la presse (et ça vaut le détour, elles éclatent tous les plafonds de conneries ses déclarations), c'est un artistetalentueux dont les chansons, elles, ne sont pas un ramassis de clichés et d'insultes.Après, pour les jeux il y a jeu et jeu, certains jouent plus sur l'immersion que d'autres, notamment par le graphisme.Mais vu que quels qu'ils soient les jeux m'emmerdent, je suis mal placé pour en parler.

El Funcionario 02/09/2009 13:54

Ouch la mise en page... Je recommence:Je viens à l'instant de lire un bon article sur ce jeu. N'ayant pas encore lu le tien, je ne sais pas si vous êtes d'accord du coup :)http://www.rue89.com/2009/09/02/je-peux-dire-que-clodogame-est-repugnant-jy-ai-joueExtrait:
"Parmi les meilleurs arguments de ce genre d'initiatives commerciales, il y a le fameux : « Vous ne pouvez pas critiquer sans avoir joué. » L'argument a beau être rebattu, il est d'une habileté jouissive :
1/Il cloue le bec de ceux auxquels leur répugnance ou leur désapprobation interdit de participer
2/Il a cette vertu incroyable d'inciter vos détracteurs à accroître votre chiffre d'affaires."

El Funcionario 02/09/2009 13:52

Je viens à l'instant de lire un bon article sur ce jeu. N'ayant pas encore lu ton article, je ne sais pas si vous êtes d'acord du coup :)http://www.rue89.com/2009/09/02/je-peux-dire-que-clodogame-est-repugnant-jy-ai-joueExtrait:
"Parmi les meilleurs arguments de ce genre d'initiatives commerciales, il y a le fameux : « Vous ne pouvez pas critiquer sans avoir joué. » L'argument a beau être rebattu, il est d'une habileté jouissive :

il cloue le bec de ceux auxquels leur répugnance ou leur désapprobation interdit de participer
il a cette vertu incroyable d'inciter vos détracteurs à accroître votre chiffre d'affaires."

G.T. 02/09/2009 13:25

CHRISTOPHE : Il y a même des petits cons qui s'amusent à taper sur les gentilles maisons de disques alors qu'elles se battent courageusement pour éviter aux musiciens de devoir retourner faire la manche...TIREUB : merci !LOU : Oui, les clochards ne sont plus "célestes", maintenant, mais plutôt bien au ras du bitume...CYBORG07 : Si le gouvernement préfère vraiment la révolution aux "soupapes", y a qu'à demander, on leur fera cette révolution...LES GANTS d'ALF : C'est à la fois la volonté d'interdire et le traitement de l'information qui me dérangent... il y a un manque évident d'analyse et d'interrogation.Bien sûr que les gens ont besoin un minimum d'être guidés, qu'ils ne font pas toujours preuve de "bon sens"... mais j'insiste sur le "un minimum"... car en les infantilisant, en jouant les offusqués et dans un registre purement émotionnel au lieu de réfléchir plus posément sur tel ou tel problème, on ne fait que contribuer à les infantiliser encore plus...XAVIER : Oui, je me souviens avoir entendu parler de ce jeu de bagnole... du pur défoulement mal élevé, comme une chanson de rock violente et provoc'...SKA : Que des mecs s'emparent d'une situation sociale, de la misère des autres pour gagner de l'argent avec un jeu, des tee-shirts, me fout en rogne...En même temps, c'est tout notre système qui est comme ça... et s'il y avait un message pas si simpliste et à méditer dans le Apocalypto de Mel Gibson, c'est que les civilisations se sont développées sur l'exploitation de la misère... On a pillé, anéanti d'autres civilisations, exploité des humains - avec toujours l'essentiel de la population en bas de l'échelle, à galérer - pour en arriver où nous sommes...Quant aux T-shirts... je trouve ça aussi plutôt con, mais ce qui est au fond dérangeant, c'est moins les conneries qui peuvent être écrites dessus que les conditions dans lesquels ils sont fabriqués. Et qui se soucie vraiment, lorsqu'il achète un truc, de savoir si ça n'a pas été fabriqué par des enfants exploités ou des ouvriers sous-payés ? pas grand-monde, sinon le commerce équitable serait la règle... Dans ce contexte, un jeu comme Clodogame me semble totalement anecdotique... si demain, je me retrouvais à la rue, ce serait vraiment le dernier de mes problèmes que des types s'amusent à incarner un clochard dans un jeu en ligne... et la dernière chose que j'attendrais du gouvernement, c'est qu'il se démène pour faire interdire ce jeu...Quant aux types qui tapent sur des SDF et mettent ça sur Youtube... c'est là, bien entendu, vraiment scandaleux, c'est la réalité, pas clodogame qui reste un jeu... tout comme ceux qui conduisent comme des tarés et mettent la vie des autres en danger, c'est scandaleux, pas ceux qui se défoulent dans des jeux de bagnole...Nous sommes tous des "enfants de la fiction et du virtuel", qui avons passé énormément de temps devant des écrans (de ciné, de télé, maintenant de pc) ou dans des bouquins... et on a la capacité de séparer les choses, de jubiler avec mauvais esprit devant la violence d'Alex dans Orange Mécanique, et de s'indigner des connards qui s'amusent "pour de vrai" à tabasser des clochards... de s'éclater en voyant Dexter buter et découper le moindre salaud, et d'être fermement opposé à la peine de mort de l'autre. Bien sûr, il y a des gens plus "faibles" sur lesquels cela peut avoir une très mauvaise influence... mais on ne peut sous ce prétexte condamner et interdire toute immoralité dans les oeuvres et les jeux...Je n'imagine pas que clodogame va avoir un effet forcément "positif", loin de là, qui permettra de changer le regard sur les SDF... mais je pense tout de même que certains vont du coup trouver les SDF plus "sympathiques"... au moins, il y aura un regard, même virtuel, même avec des clichés, qui est toujours mieux que pas de regard du tout et l'indifférence totale...je suis en partie d'accord avec toi sur la stylisation... mais dans ce jeu, on n'est pas non plus dans un truc hyper-réaliste, c'est un "jeu de stratégie"... et puisqu'il y a du 2° degré - semble-t-il - les gens voient bien que tout ça n'est qu'un jeu...ARBOBO : GTA flatte les bas instincts ? Tu veux dire... comme le blues, le rock, le hard, le hip-hop ?^^GUIC : Excellent :-)    

Ska 02/09/2009 12:32

De toutes façons, avec mes Claudettes, on a toujours préféré Clo-Clo GameBon, ok, je sors...

Ska 02/09/2009 12:31

Ok mais dans Clodogame, si j'en crois la définition de G.T., tu te bats contre d'autres SDF et le but, bah, c'est bien de "s'extraire de sa condition"... Alors, bon...

arbobo 02/09/2009 12:17

sinon, par rapport à ce que dit ska,les sdf c'est effectivement très concret dans notre quotidien,mais je préfère un jeu qui nous met à la place d'un sdf (fut-il un sale voleur), que les jeux où le "héros" tabasse les sdfil y a un sdf dans mon quartier, depuis des années, depuis peu les gens qui l'emmerdent le plus sont 3 trentenaires qui habitent le quartier et trouvent que ce mec y fait tache.pisser sur sa tente, faire chier le chien à l'intérieur, lui voler le peu de fric qu'il y a dans sa coupelle, voilà les jeux auxquels ils s'adonnentcomment ça, GTA c'est de la pure fiction?la connerie humaine est une pure fiction.j'ai du la rêver un soir de mauvais esprit :-/interdire je sais pas, mais dénoncer, ça me paraît aller de soi.de GTA je connais essentiellement la BO. Excellente, une vraie mine.

arbobo 02/09/2009 11:57

GTA et ses viols à répétition est aussi dans le colimateur de pas mal de gens,parce que côté imaginaire, on flate surtout les bas instincts,le côté exutoire je veux bien, mais que ce soit ça ou d'autres trips gore, le message est quand même "ah, dans le fond, t'aimerais bien pouvoir faire tous ces trucs dégueu, hein... t'en fais pas nous on te comprend"je doute qu'interdire soit une solution, même si c'est légitime de se poser la question au cas par cas,là où je rejoins GT c'est que notre société repose de plus en plus sur l'hypocrisie, des interdits soi-disant indiscutables ave des tandards de plus en plus élevés, et parallèlement une valorisation de tout ce qu'il y a de pire : violence à outrance, culte de l'argent facile, violence sexuelle, humilier les autres et les écraser (cf. Secret story, émisison phare de la 1), mépris des pauvres...et le pire, c'est que même ceux qui dénoncent ce cynisme versent par moment exactement dans le même travers, dans Groland, les scènes "obligées" de nanas à poil avec un vieux dégueu qui leur caresse les seins, sont un sommet de cynisme machiste (et comme je suis très client de Groland, ça me fait d'autant plus mal )autant dire on est mal...

Ska 02/09/2009 11:55

Bon, je vous laisse, faut que j'aile acheter mon cubis de Carré de vigne chez Leader Price...

Ska 02/09/2009 11:50

Guic' the old : oui, je suis allé jeter un œil... quand même... ça ne change rien au débat... peut-être est-ce même pire... puisque la bêtise est encore plus facilement accessible (tiens, cette dernière phrase ferait une belle définition d'Internet, non ?)...

Ska 02/09/2009 11:43

Certes, mais les gangs, etc, c'est un univers qu'on imagine, que l'on fantasme (à travers le cinéma, les séries notamment). Pas quelque chose d'aussi palpable, d'aussi présent dans notre quotidien, que la misère sociale environnante.Et encore une fois, le sang vert, c'est un bon exemple de stylisation (le genre de procédé qu'on va retrouver dans le cinéma gore pour faire passer des trucs atroces).

Guic' the old 02/09/2009 11:39

Euh, tiens, d'ailleurs, maintenant que j'ai été jeter un oeil... Vous avez quand meme conscience que ce n'est en rien un jeu vidéo, hein? Ca tient plus du jeu de rôle en ligne, comme il y a eu Ogame et d'autre trucs comme ça.

Xavier 02/09/2009 11:37

Ska, tu as raison, d'ailleurs je ne joue jamais au jeux qui sont dans le "réel", je préfère ceux qui mettent en place un imaginaire. Mais dans ce cas, comme le dit GT, la polémique vaut aussi pour des jeux comme GTA, quand tu joues dans un univers de gang ou de criminels, qui est lui aussi bien réel.

Ska 02/09/2009 11:22

Xavier, la grosse différence c'est que généralement, nous, dans la vraie vie, on n'écrase pas volontairement les gens en conduisant nos voitures, pas plus qu'on ne coupe quotidiennement des têtes ou qu'on décime des zombies. Et les gens qui font ça, bah, ils sont quand même assez minoritaires...Par contre, les gens qui vivent dans la rue, eux, ils existent, on les croise tous les jours... Bref, on n'est plus, contrairement aux jeux comme GTA, dans le registre de la déconne, là. On s'amuse avec du réel et du réel qui, personnellement, ne me donne aucune envie de rire ou de jouer avec...

Guic 'the old 02/09/2009 11:12

N'empeche... c'est un peu facile de dénigrer Mario, sans lequel on ne serait pas les mêmes...Et puis c'est un jeu dangereux aussi. J'ai un pote qu'a été tellement traumatisé que depuis mario 3 il essaye de rentrer dans tous les tuyaux qu'il croise dans l'espoir de trouver des champignons.

Ska 02/09/2009 11:05

Alors, je comprends bien ton agacement, G.T., mais je trouve que tu mélanges un peu les choses.La perfidie de ce gouvernement, son traitement de la misère sociale, etc, ne saurait être mis sur le même plan qu'une création aussi cynique que ce jeu vidéo (dont je n'avais pas entendu parler avant de te lire). Certes, c'est scandaleux de les voir (le gouvernement donc) s'indigner face à un tel jeu, avec des arguments assez fallacieux dans leur bouche, mais on ne se situe du tout, là, dans le même débat... Moi, ce qui me fait gerber, c'est donc le cynisme (probable) des concepteurs d'un tel jeu... C'est comme ces tee-shirts de merde qu'on voit dans les boutiques sur les plages (SDF marqué en gros pour un truc de beauf qui veut dire "sans demoiselle fixe" ou un truc du même acabit, je ne sais plus...). Que des mecs s'emparent d'une situation sociale, de la misère des autres pour gagner de l'argent avec un jeu, des tee-shirts, me fout en rogne... Je les entends déjà se justifier, prétendre avoir voulu dénoncer, etc. Sûr que leurs justifications seront aussi pitoyables que celles des deux Justice à l'époque du clip de Stress... On est là dans le même registre cynique que celui de la publicité qui fait feu de tout bois (tiens, je pense à cette compagnie aérienne dont le slogan décalquait avec malice une sorte de "La France, tu l'aimes ou tu la quittes"). (À quand le jeu vidéo où le sans papiers doit échapper aux flics, au rafles devant les écoles ? Le dernier niveau, tu vois, c'est à l'aéroport et si tu décroches le bonus final, tu as RESF qui vient te sauver...)Bon, à côté de ça, il paraîtrait qu'aux Etats-Unis, on organise désormais des bagarres de clochards... Qu'on parie là-dessus... Je crois bien aussi qu'en Angleterre on en a récemment tabassé et que les auteurs de ces exactions s'amusaient à filmer ça et à le mettre sur YouTube. Et ça participe du même truc. Tu veux me dire que ce ne serait pas grave ? Alors, non, si ces infos récentes sont avérées, on n'est pas loin, avec ce jeu, d'une triste réalité : et alors on a raison, de quelque bord que l'on soit, de se scandaliser...De là à interdire, non, évidemment... Mais informer, oui... Reste à le faire correctement et à ne pas mettre tous les jeux vidéos dans le même sac... Là je suis d'accord...C'est l'éternel problème de l'influence supposée des images sur les comportements...Sinon, tu te souviens d'Alex et ses potes tabassant un clodo dans Orange mécanique ? Ben voilà, on en est là...Par ailleurs, je te trouve pour une fois bien naïf quand tu écris que ce jeu pourrait permettre à ceux qui y jouent d'avoir désormais un autre regard sur les SDF... Je ne suis pas si optimiste que toi... Et rien ne me scandalise plus que le mythe "romantique" du clochard, gentil anar (Boudu)... Comme le rappelait Lou, cela était valide il y a quelques décennies, incarnés au cinéma par Jouvet, Gabin, Simon, etc, mais en 2009, franchement, le contexte est tout autre (on ne peut plus envisager la misère ainsi)...Enfin, le parallèle avec la violence dans les jeux vidéos ne tient pas. C'est comme pour le cinéma. C'est la stylisation, l'immersion dans un genre, les codes, les conventions, qui font passer les pires atrocités pour du divertissement dans les jeux du genre Grand Theft Auto ou dans des jeux de guerre ou d'héroic fantasy. Exactement comme au cinéma, le filtre du genre fait supporter le sang, la violence inadmissible (dans la réalité) dès lors qu'elle est stylisée, intégrée à des codes de représentation particuliers (le gore) ou transcendée par un récit qui la "justifie" (le film policier, etc). Et c'est un amateur de films de genre qui te dit ça...Le jeu en question, ça n'a pas l'air d'être ça...

Xavier 02/09/2009 11:04

J'avoue que quand j'ai entendu parler du jeu (à cause de la polémique, bien sur... pour ca, les politiques offusqués sont bien cons...)j'étais un peu mal à l'aise. Mais je me suis "raisonné" tout d'abord parce que je ne connais pas le jeu, et puis j'ai repensé à un truc qui avait fait scandale il y a longtemps, le premier jeu ou on écrasait des gens en bagnole, et qui m'avait bien fait délirer. A l'époque je comprenais pas trop qu'on puisse etre scandalisé par un jeu. Comble de connerie, le jeu n'avait pas été interdit, car un des programmateurs avait eu l'idée géniale de changer la couleur du sang de rouge à vert (du coup, c'était acceptable pour les pioliticiens!!)Bref, bravo pour cet article une fois de plus très bien écrit, et qui m'a remis les idées en place!

Les gants d'alf 02/09/2009 09:43

Salut, déjà, je suis ton blog depuis longtemps, mais je n'ai jamais pris le temps de répondre, dsl. J'ai découvert plein d'artistes géniaux et je t'en remercie. Sinon, je suis d'accord avec toi sur l'essentiel. Il est stupide de vouloir interdire quelque chose parce que c'est trop violent, trop immoral (la morale de qui??), trop... Par contre, ce que je ne comprend pas vraiment pourquoi le fait que des gens parlent d'un jeu video comme immoral soit si désagréable. Est-ce plus le traitement de l'information qui te dérange ou le fait que certaines personnes souhaiteraient que ce jeu soit interdit (je pense qu'ils ont le droit tout de même d'être choqué non?)?Enfin, et c'est ce qui me dérange le plus, tu dis:"Et, surtout, prennent le peuple pour un ramassis de crétins incapables de faire la distinction entre un livre/album/film/jeu vidéo et la réalité."Tout d'abord, vu ton amour pour l'ump, je te rappelle que le peuple a voté majoritairement pour ce parti et pour un nain bleu. De plus, la violence à la télévision est un facteur prouvé d'agressivité chez les jeunes. Les gens ne peuvent pas tout le temps fait preuves de clairvoyance d'esprit, c'est pourquoi il faut de temps à autre les guider, un minimum (je trouve personnellement les pubs pour manger des carottes extremmenent énervantes, toutefois, si on doit surpoter des spots infantilisant, c'est par ce que des gens sont encore des gamins et ont besoin qu'on leur explique certaines choses quand leur cerveau est disponible (pendant la star ac)).A plus

Cyborg 07 02/09/2009 09:40

Causes et symptomes... Tu as bien raison : ce gourvernement n'existe plus que par les effets d'annonces sur les symptomes. Remarque : qu'il interdise toutes les soupapes, et en vitesse !! Son sort n'en sera que plus vite réglé.Bon billet.

lou 02/09/2009 09:12

 Autrefois, il y avait des clochards, des libertaires par vocation, il n'y avait pas de chômage sinon ponctuel, le temps de changer d'atelier, d'un trottoir à l'autre. Il y en a un beau, Georges Wilson, dans Une aussi longue absence d'Henri Colpi. J'en ai vu des beaux, un ou deux seulement à la station de métro, toujours les mêmes, on les connaissait, on leur donnait cinq centimes (en anciens francs) parce qu'on n'était pas vraiment riches, deux centimes pour celui qui ne faisait pas de musique.Aujourd'hui, ça a commencé en 1974 (quand un musicien de province est arrivé à l'Elysée), on ne les connaît pas, ce qu'on sait, c'est qu'ils n'ont pas la vocation.Je me rappelle Jean Rochefort, il y a deux ans, une nuit avec les Don Quichotte et les chiens, oui, des chiens, la belle chanson de Léo Ferré paraît décalée, avec bientôt des répulsifs comme pour les chiens qui pissent sur les devantures de magasins, Jean Rochefort, pas pauvre, pas jeune, pas déguisé (un pardessus et des gants, il ne triche pas), disant : "Notre espèce n'est pas faite pour vivre ainsi." - laconique et seul artiste présent (il y en a eu quelques autres depuis).Comment en est-on arrivé là ? les paumés du périph, les zouaves du pont de l'Alma, les africains qui tombent, gelés, des trains d'atterrissage, sans parachute doré.Non, ce n'est pas un mouvement d'humeur, comment tenir un blog qui ne soit pas dérisoire ou politiquement incorrect, interdit ? C'est vrai, GT, tu tiens le cap ! Bon, pour moi, ça doit être l'âge, mais justement ------ je ne sais plus quelle était la petite note du cocktail - j'allais écrire du cocker mais ce n'est pas lui qui paie - le 14 juillet, en tout cas, c'était au-delà du budget annuel des restos du coeur. Aigri, oui, ça doit être l'âge. 

Tireub 02/09/2009 08:47

Je te le souhaite, d'etre relaye et de pouvoir convaincre le plus de personnes possible. En ce sens ton titre d'article est particulierement bien choisi, vu qu'il risque d'amener pas mal de personnes en provenance de moteurs de recherche.
 

Christophe 02/09/2009 07:06

Je connais même des fadas qui s'étrippent en ligne sur le dos de pauvres postadolescents sous prétexte qu'ils feraient de la musique toute convenue.Dingue. 

G.T. 02/09/2009 03:24

TIREUB : Merci... et non, bien sûr que je ne pense pas que ce que j'écris puisse être suffisamment lu pour faire bouger quoi que ce soit... c'est surtout... que ça fait du bien de le dire ! C'est aussi une "soupape" qui permet de ne pas trop enrager quand on entend ce genre de conneries lorsqu'on allume la télé ou la radio... et puis, sait-on jamais, certains articles sont relayés sur différents blogs, forums, si je peux convaincre quelques personnes qui tomberaient plus ou moins par hasard dessus et qui imaginent que les oeuvres ont l'influence néfaste qu'on leur prête, c'est déjà pas mal... A plus et bon jeu !^^ 

Tireub 02/09/2009 01:57

Tres bon billet une fois de plus monsieur G.T.
Le probleme est cependant qu'il risque d'attirer la sympatie et la comprehension de la communaute blogueuse regulierement presente sur ces pages, surement le courroux et les insultes d'une paire de personnes incapables de lire plus loin que la troisieme phrase (mais ca tu commences a etre habitue). Malheureusement, en aucun cas cela ne risque de faire changer les choses.
Y a-t-il un reel moyen de protester? De se faire entendre? Tu semble penser que denoncer sur ton blog peut avoir un impact, tant mieux si c'est vrai, mais je suis un peu plus pessimiste et pense que cela fera juste passer un bon moment aux amateurs de ta prose (dont je fais partie, et je te remercie pour ce genre d'articles de qualite) et donnera l'occasion a quelques blaireaux de s'insurger et de lancer un debat fighto-culturel...
 
Sur ce, je vais me renseigner pour acquerir Blood Bowl, parce que une version de football americain opposant des orques a des vampires ou a des hommes rats, le tout sans regles (qui qui tape le plus fort?), ben il y a des chances que ce soit jouissif et defoulant. Et on en a bien besoin en ce moment.