Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 18:41

Fado           1992 - Auvidis ****

 

Je ne suis pas un spécialiste de fado (musique traditionnelle portugaise), mais je n’ai pas de doutes sur le fait que ce disque est un des trésors du genre.

Un album qui mérite vraiment que l’on s’y attarde, car le décalage entre sa notoriété et sa qualité est considérable. En tapant Alexandra " un parfum de fado " sur Google, je ne tombe que sur… 27 liens ! Et la plupart sont des vendeurs de disques chez lesquels il est épuisé.

Si elle est quasiment inconnue en France, elle semble tout de même plus célèbre au Portugal. Je ne connais rien au portugais, mais pas besoin d’avoir fait d’études de langues poussées pour comprendre la phrase suivante sur un site consacré au fado :

 

Alexandra, é uma das grandes referências da música portuguesa das últimas três décadas.

A l’écoute de l’album, on n’en doute pas une seconde. Pourquoi cet album est-il donc si méconnu ? Je vous entends derrière vos écrans dire " il doit bien y avoir une faille, un défaut qui l’explique "…

Sa voix ? Sûrement pas. Une si belle voix est un atout majeur, pas un handicap. Dans le pire des cas, on pourrait lui reprocher d’avoir une voix et une façon de chanter assez proches de la " grande dame " du fado, Amalia Rodrigues. Mais face à elle, Alexandra ne souffre pas la comparaison (certes, ce n'est pas Amalia, mais elle a des qualités à revendre).

Les chansons ne sont pas exceptionnelles ? Au contraire ! Même pour un profane, elles ont de superbes mélodies, qui émeuvent et charment à coup sûr. Les 14 fados de ce disque sont des perles du genre. Je ne connais pas d’album d’Amalia Rodrigues avec autant de morceaux captivants.

Le son est mauvais ? Un disques de musiques du monde enregistré par un ethnomusicologue sur un magnétophone pourri ? Non plus…Remarquable prise de son, rien à redire.

C’est le genre de disques de " world-music " où l’on mélange tout et n’importe quoi, avec des boîtes à rythmes et synthés pas toujours de très bon goût ? Toujours pas… le disque a été enregistré en 1977, avec des instruments traditionnels joués par d’excellents musiciens.

Bref…que ce disque reste confidentiel est une énigme qui me dépasse. Capable de séduire à la fois les spécialistes du genre et les novices, il devrait être considéré comme une référence incontournable du fado. Mais que font les journalistes ? Pour en faire des tonnes sur des types qui jouent à la baballe, ils sont là, mais quand il s’agit de réparer cette scandaleuse injustice, y a plus personne…


Je laisse trois titres en écoute :


Fado das Queixas

Marcha do Bairro Alto

Anda O’Fado N’outras Bocas

 

Guitare portugaise : José Luis Nobre Costa

                                Antonio Parreira

Guitare : José Carvalhino

Guitare Basse : Joël Pina

 

Enregistré en 1977 à Lisbonne

 

Alexandra – Un Parfum de fado Vol.2 *

                    Portugal - A spirit of Fado


1. Fado de Cada Um

2. Al Se Os Meus Olhos Falassem

3. Adeus

4. Lenda das Algas

5. Marcha Do Bairro Alto

6. Adeus Mouraria

7. Grande Marcha de Alfama

8. Maria Severa

9. Fado das Queixas

10. Rosa Enjeitada

11. Anda O Fado N'Outras Bocas

12. Fado da Sina

13. Nem as Paredes Confesso

14. Novo Fado da Severa (Rua Do Capelao)


Vol. 2 car c’est une collection en plusieurs volumes. Le volume 3, avec le chanteur Rodrigo, est aussi très bon (je ne connais pas les autres…)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

GT 28/08/2014 21:49


ALAIN : Il est sur amazon, à cette page :


http://www.amazon.fr/Un-Parfum-De-Fado-Vol-2/dp/B00002474B/ref=sr_1_7?ie=UTF8&qid=1409252754&sr=8-7&keywords=alexandra+fado

Taillefert Alain 23/08/2014 01:31


Bonjour,


Juste une question: Ou se procurer ce CD d'Alexandra, je le cherche mais n'arrive pas à le trouver?


Merci pour réponse


Cordialement

Jean-Charles ROSA 08/08/2006 10:32

Alexandra est effectivement très connue au Portugal, et encore plus depuis qu'elle a incarné Amalia Rodrigues dans le musical de Filipe La Féria : "Amalia" qui a été en tournée internationale de 1999 à 2005. Elle continue d'ailleurs à chanter des Fados de la Reine Amalia. Le DVD de ce musical est disponible à la Fnac et autres : à ne pas manquer. N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez avoir d autres informations sur cette philosophie de vie qu'est le Fado

G.T. 29/06/2006 13:49

Tout à fait d'accord.

Je ne connais pas la musique "traditionnelle" albanaise ni leur langue, mais j'imagine qu'elle subirait les mêmes associations et clichés.

kfigaro 29/06/2006 12:26

exactement, tu as tout compris, tu prends l'Allemand et même l'espagnol d'ailleurs, c'est beaucoup plus "chic" - le portugais, ça fait "pauvre", un peu honteux quoi... Un ami à moi passionné par les langues trouve cette langue trop "molle" (sic !)

du pur snobisme français en somme, dramatique, n'est ce pas ?

G.T. 29/06/2006 11:59

Marrant, et pas idiot ton idée de "syndrôme Linda de Souza". Peut-être aussi que pour beaucoup, le portuguais est la langue des "femmes de ménages"... donc elle n'a pas le pouvoir d'envoûtement qu'ont d'autres langues.

Un peu tiré par les cheveux, certes, mais sait-on jamais...

kfigaro 29/06/2006 09:15

Moi non plus j'y connais presque rien en fado (j'ai du écouter 2 ou 3 CDs pas plus), mais j'aime beaucoup, Alexandra a une voix très agréable (ce qui n'est pas forcement le cas de toutes les voix du fado parfois hyper mélo et outrées).

Tu parles d'injustice, de mon coté, je trouve absolument scandaleux qu'on parle presque uniquement de Frank Zappa lorsqu'on cite un rocker intéressé par la musique contemporaine, alors qu'un Arrigo Barnabé ou un Gismonti ne sont quasiment jamais cités, je trouve également scandaleux que Vania Bastos ne soit pas connue ici alors qu'elle a une voix et un univers à couper le souffle !!

Je me demande si la langue portugaise, pourtant si belle dans ses sonorités ne souffre pas en France d'une sorte de mépris finalement, c'est ce que j'appellerais le syndrome "Linda de Souza" ;)

A +