Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
10 mai 2006 3 10 /05 /mai /2006 16:14

Pour faire suite à l'article sur " l’exception culturelle " et le cinéma hollywoodien engagé voire " subversif ", en voilà un qui met particulièrement les pieds dans le plat. Légitimer le terrorisme, en rendre responsable les gouvernements belliqueux et sécuritaires qui jouent sur la peur et ceux qui les élisent… V for Vendetta est on ne peut plus d’actualité et totalement incorrect.

Certes, le personnage de V ne balance pas des avions sur des tours surpeuplées. Mais présenter la destruction de bâtiments symboliques (dont le parlement britannique !) comme une libération, un feu d’artifice salvateur a de quoi dérouter. Cependant, V for Vendetta n’est pas un film provoc’ de gamins irresponsables. L’action et le spectaculaire ne sont pas omniprésents, on y discute beaucoup et les parcours individuels, la focalisation sur les fêlures des personnages tiennent une place d’importance. Comme pour Matrix, les frères Wachowski (qui n’ont pas réalisé le film cette fois-ci mais l’ont conçu, écrit et produit) ne craignent pas le mélange des genres. Film d’action cartoonesque et film politique, film divertissant, engagé et subversif, à l’esthétique baroque et gothique, V for Vendetta part un peu dans tous les sens, ce qui peut décontenancer et irriter. Surtout ceux qui aiment qu’une œuvre respecte les codes du genre auquel elle appartient et que tout soit bien compartimenté. Le fond est parfois noyé par la forme, mais c’est en fin de compte aussi le cas des attentats terroristes les plus spectaculaires, qui en deviennent presque irréels, voire fascinants et esthétiques (comme le suggérait Stockhausen dans sa phrase malheureuse sur le 11 septembre).

S’il fallait trouver un lien avec le rock… ce serait sans nul doute avec le Bowie des années 70 : mégalo, cultivé, pop, parano, baroque, nietzschéen, subversif, jouant sur l’ambiguïté sexuelle et l’androgynie, apocalyptique… We can be heroes chantait Bowie, mais la voie choisie par V pour le devenir n’est pas la plus recommandable…

Bien sûr, le film est discutable, il a ses faiblesses… mais il a au moins le mérite d’appuyer là ou ça fait mal, de s’inscrire dans son époque et de chercher à la faire réagir. Pendant ce temps-là, en France, après le succès monstre des bronzés, voici venir celui de Camping. Sans commentaires…

V for Vendetta (V pour Vendetta, la traduction française du titre n'a pas été un insupportable casse-tête, mais il faut le voir dans la langue de Shakespeare puisque celui-ci est régulièrement cité par V)

De James McTeigue, avec Natalie Portman, Hugo Weaving et Stephen Rea

Sorti le 19 Avril 2006

Un autre article sur le film :

http://systool.over-blog.com/article-2519085.html

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

GT 24/05/2010 21:34



VINCENT : Je ne crois pas que l'on garde ses "réflexes d'arriéré mental"... à partir du moment où l'on a un rapport au cinéma un
peu plus esthétique ou intellectuel, on vient souvent à la VO, un jour où l'autre. On a presque tous commencé par la VF et des films de pur divertissement dans notre jeunesse, et on
change à partir du moment où l'on a un autre rapport au cinéma... si l'on change de rapport au cinéma...


Ce que je trouve vraiment stupide, c'est qu'Arte ne diffuse plus (ou si peu) les films d'auteurs en VO... de la part de TF1, on peut le comprendre (de toute façon, pour le peu de "films
d'auteurs" qu'ils diffusent...), mais de la part d'une chaîne comme Arte qui n'a pas pour impératif n°1 l'audience, c'est assez lamentable. Dernièrement, plusieurs Jarsmusch en VF sur Arte, par
exemple... c'est du gâchis... et ce n'est pas du snobisme que de le dire, on perd beaucoup en "immersion" dans cette Amérique, sans la VO...


 


ANTOINE : Oui, c'est sûr qu'il y a aussi la qualité du doublage qui joue, et le problème français des voix qui sont toujours les
mêmes... notamment le type qui fait la voix de Bruce Willis, qu'on entend trop souvent^^


Même chose pour les séries, quand j'en regarde une en VF avec ma compagne, j'arrête pas de lui dire "tiens, c'est la voix de X dans Lost, de Y dans Nip/Tuck et de Z dans Prison Break"^^
(pour les quelques séries que je regarde en VF, mais les plus subtiles, comme les Sopranos, Six Feet Under et autres The Wire, je ne m'imagine pas les voir en VF)


Ca doit être super chiant pour les aveugles, ils doivent ne rien y comprendre, retrouvant sans cesse les mêmes voix pour des personnages et séries très différents :-)


 


CHRISTOPHE : :-)


Sinon, je ne me souviens plus trop des dialogues du film, l'ayant vu qu'une fois, il y a un moment déjà... tout ce dont je me souviens, c'est que l'anglais que parle "V", très littéraire et
théâtral, joue beaucoup pour la "dinguerie dandy" du personnage...  



Christophe 24/05/2010 15:03



NB : Je citai Batman : souriez ! et The Watchmen à cause des scénarios de Moore.



Christophe 24/05/2010 12:16



J'ai lu Batman : the killing joke en VF (Batman : souriez !) chez Comics USA (89) et les Watchmen en 6 tomes chez zenda en 88, traduction Jean-Patrick Manchette (quand même, ils ont mis le paquet à l'époque !). J'ai toujours été gêné par certaines
parties de ces traductions parce que la manière de parlée reste trop "américain traduit en français", comme plus généralement les traductions des comics américain (de Strange à
Zembla, le même baragouinage sévissait).


Un effort avait pourtant été fait chez Zenda également pour Ronin (6 tomes) et Dark knight
returns (4 tomes) de Miller, et pour Slaine de Simon Bisley (4 tomes, terrible ! les suites sont
inintéressantes) en confiant la tarduction à ce mythique (pour moi) Doug Headline (mythique parce que j'ai toujours eu des doutes sur la réalité d'un mec qui puisse s'appeler comme ça).


Ne lisant pas en anglais (surtout parce que n'achetant pas en anglais), je ne peux comparer que par imagination et par vraisemblance des dialogues et des mots employés. Et je trouve cela de bon
niveau.


Quant à V pour Vendetta, donc, cette série que j'achetai avidement à l'époque (chez Zenda, genre un album par mois vers 89) me laissai sur ma fin,
davantage pour l'histoire et surtout le graphisme, pas assez soignés (et quand je dis soigné, la sauvagerie des esquisses de Miller m'est préférable aux dessins retouchés 10 fois, comme pour ce
tâcheron de lloyd). Brefle, pas de souvenir de la qualité de la traduction, mais ça a peut-être également joué sur mon manque de passion à l'époque pour cette bédé certes culte mais pas ma
chouchoutte.


Et quand j'ai appris qu'un mec de Fulchibar avait repris la traduction française pour l'édition de l'an dernier, c'est par manque d'argent et par manque d'intérêt vital que je ne l'ai pas acheté.
Mais j'avoue que ça m'a titillé. ^^


 


mais tout ça nous éloigne du film, dont je ne saurais me rappeler de la qualité des dialogues d'une part (je pense l'avoir vu en VO, la VF me gavant sur ce genre de trucs mal post-produits, n'est
pas Spielberg qui peut), et de la préservation de la dinguerie des dialogues originaux de Moore dans le film ou non.


je suis preneur d'avis sur ce sujet.



Christophe 24/05/2010 11:20



Vu Viva Zapatta en VO : vavavoum !



antoine 24/05/2010 10:41



Bonjour à tous,


une remarque comme ça en passant pour dire que si effectivement la VO c'est mieux à prioris, il faut aussi admettre que la VF c'est à chier de base.
Explication : étant italophone et vivant dans une ville ou la VO est quasi absente au cine, j'ai vu des films en plusieurs langues. L'exemple frappant : The Road, vu en VF et trouvé minable. En
VI... ha ouai non en fait, ça le fait. En VO : confirmation.


Donc oui, la VO c'est mieux, mais le doublage - bien fait - peut parfois ne pas etre si pire. C'est l'ecole francaise qui est nul. (Ici, les gens dans la rue connaissent le nom des doubleurs des
acteurs les plus connus !!)


Voilà, ça sert à rien, mais je l'ai dit.


PS : lit la BD et de maniere generale les BD de MOORE. Ca merite.



Christophe 24/05/2010 10:03



J'ai vu C pour Chewbacca en VO sous-titrée ewok


 


B'eeennn... faut s'accrocher hein !



Christophe 24/05/2010 10:01



J'ai vu G pour Grosbéta en télétubby


 


Ah c'est sûr que ça prend tout de suite beaucoup plus de relief au niveau des intonations des dialogues.



Christophe 24/05/2010 09:58



J'ai voté M pour Michael Vendetta en marseillais.


 


M'ouais, pourquoi pas...



Christophe 24/05/2010 09:56



J'ai vu B pour Bandetta en crypté sur Canal.


 


Bof...



Christophe 24/05/2010 09:55



J'ai bvu S prour Sangria en Espradgnol...


 


eeeh b'en c'est -hips- terrib' bweuarp !



Christophe 24/05/2010 09:52



J'ai vu G pour Gambetta en Serbo-Corrèzien.


 


bof...



Vincent 23/05/2010 17:45



Oui, je vois ce que tu veux dire... Mais bon, la VF ne devrait simplement pas exister ; pour mettons un jeune de 16 ans typique ( ;-) ), chiant, con, en train de grandir, c'est juste plus simple
de regarder les films qu'il aime en VF (oui, il est con, et comme tu l'a dit, le meilleur film depuis un an, pour lui c'est Avatar, --et puis "va trouver un film qui fait autant d'entrées, lol"--
qui précisément ne gagne pas vraiment à la VO...). Une fois qu'il découvre, on l'espère, un culture légèrement plus intellectuelle, plus profonde et ou plus vraie (biffer la, les mention(s)
inutile(s) ), eh bien il garde ses réflexes d'arriéré mental...non ?


 






GT 23/05/2010 13:50



VINCENT : Je suis bien sûr en grande partie d'accord avec toi, il faut voir les films en VO... mais il y a certains films pour
lesquels c'est plus essentiel que d'autres. Je pense notamment aux films de Tarantino, Lynch, Scorsese, où la langue, les intonations "jouent un rôle", participent totalement de
l'atmosphère, de l'univres du film... Mais c'est moins important pour les films de pur divertissement, "a grand spectacle"... je ne suis pas certain qu'Avatar gagne beaucoup à
être vu en VO^^ 



Vincent 23/05/2010 02:10



Bon film en effet... 


 


Juste : "mais il faut le voir dans la langue de Shakespeare puisque celui-ci est régulièrement cité par V". 


 


Hors sujet, je pense. Il faut voir un film en version originale, quelle que soit la langue d'après moi (à part pour les
rares aveugles cinéphiles et autres exceptions, cela va de soi...) , parce que  dans une oeuvre cinématographique, le réalisateur est supposé prendre en compte la voix de l'acteur (et celui
ci y joue un rôle imporetant, si je puis me permettre ...). Dans "In cold Blood", qui raconte la genèse du roman éponyme de Truman Capote, l'acteur, P. Seymour Hoffman, a une voix un peu aigue,
assez prétentieuse... Et en VF, c'est un massacre, l'ambiance 'est plus du tout la même.


Si la voix d'un acteur est partie intégrante de l'oeuvre, alors la version française entraine nécessairement
une réinterprétation. Et cette réinterprétation n'a souvent pas de visée artistique, mais un but d'adaptation...Donc, l'interprétation est bien trop régulièrement une
dégradation. 


Je n'évoque même pas la désynchronisation insupportable des mots qui
se posent, balourds, au dessus des lèvres des acteurs...



Cendres 14/11/2006 17:56

J'ai adoré ce film, pour son personnage principal et son côté "verbeux" inattendu. ! Pourtant la bande annonce ne laissait présager vraiment rien de bon. Ca avait l'air d'être encore un film de superhéro, noyé parmi ses clones. Et bien, c'est finalement tout autre chose. C'est un drôle de film : il est effectivement à la fois amoral et esthetisant. Ambigü en somme. Il dégage effectivement qq chose qui dérange, et la comparaison avec Taxi driver me plait. Moi, j'aurais plutôt dit Blade runner, pour le côté "la fin justifie les moyens", très dicutable, du personnage principal.

G.T. 18/05/2006 14:24

petit problème de manip...

Bref, je comprends tout à fait ta réserve sur le film. Mais je pense qu'un artiste n'a pas vocation à être "moral". Il n'est pas tenu de promouvoir l'idéologie dominante, mais de l'interroger, de mettre en évidence ses failles, de proposer d'autres manières de voir le monde, même les plus incorrectes.

Comme tu le dis, il faut le voir avec un certain recul. mais si le film a des effets négatifs, ce n'est pas son problème. Sinon, il faudrait interdire, en vrac, baudelaire, Céline, Sade, Shakespeare, Artaud, Bret Easton Ellis, Houellebecq, les Doors, le Velvet, Taxi Driver, le Parrain, les chefs-d'oeuvre de Kubrick... Il ne resterait plus grand chose...

V for Vendetta, sans être un chef-d'oeuvre, est un bon film qui a en plus le mérite d'interpeller le spectateur sur le terrorisme, de lui proposer un point de vue pour le moins déroutant...

kevin 18/05/2006 11:41

j'ai vu le film hier soir et mon avis reste maintenant mitigé. Je trouve qu'une grosse part du scénario fait l'appologie de la violence et du terrorisme et ça m'inquiète un peu ce genre cinématographique où les gentils sont les mechants et les mechants sont les gentils.
attention attention , à regarder avec un certain recul!!!!!

G.T. 12/05/2006 14:53

Je ne la connaissais pas, je suis pas un fana de bd, mais en ai emprunté un volume à la bibliothèque. Et c'est vrai qu'elle est pas mal du tout.

kfigaro 12/05/2006 10:49

j'avais beaucoup apprécié la BD jadis en tout cas... ;)