Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 18:33
Encore un article sur Obama ? Les cyniques dont je fais souvent partie pourraient se dire "mouais, faut arrêter un peu avec Obama, c'est un politicien, pas le messie, faut être naïf pour croire qu'il va changer radicalement les choses..."
C'est vrai... mais peu importe, son élection est tout de même un événement considérable. Qui me tient peut-être particulièrement à coeur parce que, passionné par le jazz, le blues, le hip-hop, j'ai lu pas mal de choses sur les noirs américains, beaucoup de biographies de musiciens où l'on bondit à chaque page tant leur histoire est douloureuse, tant ils ont pu être infériorisés, méprisés, maltraités... sans parler de la situation plus générale des noirs dans le monde... et Sarkozy qui nous raconte que l'africain n'est qu'un paysan qui n'est jamais rentré dans l'histoire... alors après tout ça, un fils de kényan du nom de "Barack Hussein Obama" élu président des EU, l'homme le plus influent et puissant du monde... c'est un des symboles les plus forts qui soit, un véritable pas de géant...

J'ai donc pensé à une playlist pour l'occasion, car :

1. C'est en grande partie par la musique que les noirs américains ont pu exprimer leurs frustrations, leurs revendications, leurs espoirs.

2. Obama aime la musique, il s'y connaît et a plutôt bon goût... ça tombe bien.

3. L'enthousiasme que suscite Obama pourrait en amener à découvrir d'excellentes choses via cette playlist, donc, pas de raison de se priver..

Pour élaborer cette playlist, je me suis basé à la fois sur les goûts d'Obama et les titres qui me semblent les plus pertinents pour "célébrer" l'événement. Des musiques noires 60's et 70's, essentiellement soul et jazz (il en écoutait déjà vers 15-16 ans, surtout Parker, Miles Davis, Coltrane). Un seul titre "blanc", Maggie's Farm de Dylan, le titre "fétiche" d'Obama. Un politicien qui dit avoir été vraiment inspiré par les chansons de Dylan et Springsteen ne peut être totalement mauvais...
Il a déclaré : "Je suis de la vieille école, donc je suis plutôt dans le jazz, Miles Davis, John Coltrane, ou des artistes comme Marvin Gaye, Stevie Wonder".... e
t dire que nous, on a comme président un type fan de Johnny, Chimène Badi et Amel Bent... il n'était pas besoin de comparer leurs goûts musicaux pour réaliser qu'il y a une différence de classe immense entre les deux, mais la musique ne fait que la creuser encore plus...

D'habitude, je snobe les textes et me focalise sur la musique... mais pour une fois, j'ai tenu à trouver un bon équilibre entre le sens des textes (ou des titres) et ce que véhicule la musique. Cette "Mood Obama Playlist" commence par Sinnerman de Nina Simone... tout simplement parce qu'il fait partie des titres favoris d'Obama, et que c'est un morceau absolument génial...  






Nina Simone - Sinnerman
Solomon Burke - It's been a Change
Etta James - Paths of Victory
Charlie Parker - Now's the Time
Gil Scott-Heron - Lady Day and John Coltrane
John Coltrane - Giant Steps
Marvin Gaye - Right On
Stevie Wonder - Black Man
Sam Cooke - A Change is Gonna Come
The Isley Brothers - Work to Do
Edwin Starr - Stop the War Now
The Last Poets - Related to What
John Coltrane - Afro Blue
Abbey Lincoln - Afro Blue
Bob Dylan - Maggie's Farm 
Otis Redding - Shake
Stevie Wonder - Don't You Worry about a Thing
Miles Davis - Directions I

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Playlist
commenter cet article

commentaires

G.T. 12/11/2008 22:15

CHRISTIAN et K. : Peut-être... c'est vrai qu'en y réfléchissant, il y a tout de même pas mal de signes qui laissent à penser qu'elles ne sont pas si partagées que ça... j'ai été un peu trop optimiste sur ce coup-là^^

kfigaro 12/11/2008 09:33

Entièrement d'accord avec Christian, l'humanisme (au sens traditionnel du mot ou au sens plus général) exige une "foi" et un sens du "sacré" (dans l'art, la religion ou la justice) mis à mal par la civilisation post-moderne puis hypermoderne, c'est ce qu'un Lipovetsky passe son temps à expliquer.

Dernièrement un Giuliano da Empoli (très jeune journaliste et sociologie italien) a même parlé de "brésilianisation" pour définir le monde du 21ème : tour à tour excessif, ultra-violent mais en même temps "orgiaque" et inégal.

Christian 11/11/2008 22:53

Détrompes-toi, GT

G.T. 11/11/2008 20:47

CHRISTIAN : La tradition française humaniste, oui, je la revendique, bien sûr... mais ce n'est pas si "distinctif", ce sont des valeurs auxquelles l'essentiel du peuple adhère (enfin, j'espère...)

Christian 11/11/2008 20:28

Kfigaro, tu a surement raison de rappeler ce que tu rappelles toujours à ce moment là, mais pour Obama, le fait qu'il aime la musique afro-américaine reste quand même assez logique ! Et évidemment son milieu, sa culture, son héritage viennent se rajouter à ses origines. Mais si Obama avait mis en avant Elvis Presley, Leonard Cohen et Dire Straits, là j'aurais été vraiment surpris !GT, tu n'as peut-être pas aimé l'école, mais je penses que tu y crois, que tu as la foi comme dit kfigaro. Tu es, je pense, bien dans la tradition française humaniste. Et ce n'est pas une injure, hein, je la revendique moi aussi !

G.T. 11/11/2008 14:12

K. : Oui, là on se rejoint déjà beaucoup plus... même si je ne suis pas (enfin, plus) un "dandy absolutiste"... mais c'est une façon de voir les choses qui m'a marqué, et fait toujours partie de moi. J'ai appris à devenir un peu plus modéré et tolérant (ça dépend des jours), mais je ne suis pas devenu "bobo" pour autant (la "sécurité de la vie bourgeoise", j'en suis loin, je fais pas grand chose pour l'avoir...)Même si le bobo a intégré un esprit plus "rebelle et créatif", je pense qu'il reste tout de même assez soucieux de ce que ses goûts ne soient pas trop radicaux, et il est souvent dans une "bonne volonté culturelle"... ce n'est pas un passionné d'art qui va creuser en profondeur, il ne maîtrise pas tous les codes esthétiques, il va aimer tel ou tel artiste parce que dans Télérama, on lui a dit que c'était bien, il va aimer quelques trucs dans les musiques du monde comme on se donne bonne conscience en achetant "commerce équitable"... il va parfois s'intéresser à quelques trucs vaguement subversifs pour "s'encanailler"... mais ça ne témoigne pas chez lui d'une révolte profonde, d'une sensibilité d'écorché vif et de celle d'un vrai dandy qui rejette le consensualisme...  

kfigaro 11/11/2008 03:03

Alors nous nous rejoignions par rapport à l'aspect "dandy", tu n'avais effectivement peut être pas la "foi" dans les pensums purement scolaires que l'on t'imposait à l'époque (même si tu reconnais sûrement leur valeur et leur légitimité maintenant) mais tu la possèdes à présent grâce à ce dandysme "aristocratique" qui t'a fait juger sévèrement par la suite ce que tu pouvais adorer avant - ça a mis plus de temps que prévu, c'est tout la différence avec les non-dandys comme par exemple un Sarkozy.

J'ai lu un bouquin sur les bobos récemment (écrit par le créateur de ce mot et le théoricien de ce concept) et il y explique (à raison) que le bobo est le mélange paradoxal de l'ancien bourgeois un peu "réactionnaire" et vieux-jeu avec l'artiste "dandy", rebelle, intransigeant, "libéral" et adepte de "l'Art pour l'Art" (façon Baudelaire mais aussi Nietzsche, Flaubert et bien d'autres). Pour l'auteur, l'artiste dandy d'avant rejetait les valeurs bourgeoises tandis que le bourgeois-"bobo" actuel s'est réconcilié avec cet esprit rebelle tout simplement en mariant la sécurité de la vie bourgeoise du 19ème avec l'esprit "libre" et créatif de la vie d'artiste.

n fait, toi et des gens comme Lemarrec, vous vous rapprochez assez de ces dandys "absolutistes" du 19ème, adeptes de "l'Art pour l'Art" et ennemis du trop "commun" comme Flaubert ou d'autres, tandis qu'un type comme Sarkozy est très proche du "bobo", ce sont deux philosophies radicalement différentes, l'une plutôt ancienne et "romantique", l'autre qui est un pur produit de la fin du 20ème siècle.

Finalement nous pensons grosso modo la même chose mais nos conclusions et notre manière de voir ne sont pas exactement les mêmes (sans parler des différences générationnelles qui sont bien plus importantes qu'on ne le croit)...

G.T. 11/11/2008 01:02

K. : Toujours pas vraiment d'accord avec cette "foi" dans les valeurs de l'école... d'autant plus que tu pars de là, pour en venir à mon cas... alors que, comme des millions d'écoliers, je n'avais pas la moindre "foi" en l'école, je m'y emmerdais... la plupart des bouquins qu'on nous imposait, la musique dont on nous parlait dans les cours de musique, ça ne m'intéressait pas du tout. Sauf... un bouquin qui m'a vraiment marqué... les Fleurs du mal de Baudelaire (là aussi, comme des tas d'ados). Pourquoi ? Sûrement pas parce que j'avais confiance et foi dans la "culture" imposée à l'école (sinon, j'aurais aussi été intéressé par les autres bouquins qu'on étudiait), mais parce que j'avais enfin l'impression de lire quelqu'un qui me parlait, qui exprimait ce que je ressentais au plus profond...Et mon goût pour des oeuvres exigeantes, mon côté "élitiste"... ça vient à mon avis en grande partie de Baudelaire... parce que je buvais ses paroles, et qu'il avait des avis très radicaux sur l'art (et Baudelaire m'a conduit à Wagner, etc...) Il y a eu aussi Nietzsche... pourquoi j'aimais Nietzsche et Baudelaire ? Non pas parce que c'étaient des "valeurs culturelles légitimes" car à peu près à la même époque je découvrais le hard et le metal, et j'écoutais des trucs absolument indéfendables... Non, si j'aimais Nietzsche, Baudelaire, le hard et le metal, c'est juste parce que pour moi, à l'époque, c'est ce que je trouvais de plus "violent", ce qui exprimait le mieux ma révolte, ma colère et mon malaise... (et, en fin de compte, Baudelaire et Nietzsche, c'était autrement plus subversif que le metal)... sans doute que Nietzsche et Baudelaire ont su faire naître en moi ce côté un peu "élitiste", dandy, radical, qui m'a aussi fait rejeter après le metal... Et s'il y a "foi" dans l'art, ce n'est sûrement pas une acceptation des "valeurs culturelles bien comme il faut", mais plutôt un manque total de foi - comme pas mal d'ados, mais en vraiment extrême pour moi à l'époque - dans les valeurs de la société : tu t'emmerdes à l'école, tu vois que ce qu'on attend de toi (parents, école), c'est un truc encore plus emmerdant à vivre (boulot ennuyeux, mariage, enfants, un chien, tout le monde le soir devant n'importe quelle connerie à la télé, bref, une petite vie banale), tu vis dans un monde qui ne te plait pas... alors quand tu te plonges dans Baudelaire ou Nietzsche, tu tombes enfin sur des gens qui ont un rapport à l'existence bien plus passionnant, excitant, vertigineux... Et je suis bien sûr loin d'être un cas à part, chez les nombreux amateurs d'art et de musique que je peux lire, je devine un côté "écorché vif" qui les ont fait se passionner pour la musique (et/ou d'autres formes d'art), non pas parce que c'est un moyen de se "socialiser", mais plutôt parce que l'art exprime ce rejet de la société, de ses lourdeurs, de sa bêtise, de ses normes, et nous transporte dans un univers bien plus fascinant... il possède aussi cette "foi" en la culture légitime sans quoi il tomberait lui aussi dans ce qui résonne pour toi comme une "faute de goût" impardonnable (si jamais il aimait Michael Jackson par exemple ou Eminem)Euh... c'est très bien, Eminem, j'aime beaucoup, je le considère comme un des rappeurs les plus intéressants de ces 10 dernières années...Pour moi, Obama commet tout de même une faute de goût impardonnable : il a dit qu'il aime bien les chansons d'Elton John, qu'il les écoutait pas mal dans sa jeunesse...Discuter du "pourquoi et comment" des goûts d'Obama, en même temps, je ne trouve pas ça très intéressant... c'est un politicien, après tout, on ne sait pas quels sont ces véritables goûts, s'il ne parle pas de tel ou tel juste parce que "ça fait bien" (même si j'ai lu qu'un patron de label a dit qu'il n'avait jamais rencontré un politicien qui connaissait aussi bien la musique qu'Obama)... et d'où lui viennent ses goûts ? Peut-être aussi d'une conscience politique assez précoce, ce pourquoi il adore Dylan, Springsteen, Marvin Gaye (mais aussi Parker, Coltrane, Miles Davis, qui ont tout de même représenté quelque chose de fort pour les noirs américains)... les Stones ont aussi baigné sa jeunesse (et dans les années 60 et 70, les Stones n'étaient pas reconnus comme de "grands artistes" pour les gens à "fort capital culturel") tout ça, au fond, peu importe... ce qui compte pour moi de ce point de vue, c'est juste qu'en plus d'incarner tout ce qu'il incarne, il a des goûts musicaux plutôt classe, c'est simplement la cerise sur le gâteau, ça me permet de faire une chouette playlist et de fêter l'événement avec de la bonne musique^^

kfigaro 10/11/2008 23:29

GT :
>Pas tout à fait d'accord avec ce "il n'y a aucun hasard"
>et "un individu cultivé le devient essentiellement parce
>qu'il n'est pas mauvais à l'école et parce
>qu'il "croit" en elle et en ces valeurs" 

Bien sur, je me doutais bien que tu n'allais pas être d'accord avec ce type de posture "critique", en même temps je ne viens pas ici pour bénir tous tes propos, ça ne serait pas marrant ! ;-) il faut bien que je mette un peu de piment de temps en temps.

>Bien sûr, ce sont des facteurs importants... mais tu as plein
>de gens qui "croient" aux valeurs de l'école... et ont des goûts musicaux
>très variétoches... des gens qui peuvent parfois avoir une
>bonne culture littéraire, et adorent Cabrel, Goldman & co...

Déjà il faut bien faire la différence entre le fait d'"être brillant à l'école ET croire en les valeurs de l'école républicaine au sens global et un peu vague" et le fait d'être '"être brillant à l'école ET d'avoir la FOI dans les "vertus" et le sens du "sacré" - intellectuellement parlant - des "valeurs culturelles" que défend peu ou prou l'école même de façon tacite", c'est pour ça que j'ai parlé de "foi" dans mon commentaire précédent. Généralement les professeurs, les instits et tous les élèves qui veulent devenir eux-aussi des enseignants possèdent cette "foi" en la culture d'élite et en l'esprit "scolastique".

Pour le dire autrement, si toi GT (mais on pourrait également prendre exemple de Lemarrec par rapport à la musique classique), tu "crois" autant en les "valeurs" musicales ("légitimes" et "hautes") que défendent Coltrane, Sonic Youth, Charlie Mingus et co, c'est que tu détiens une véritable "foi" que ne possèdent pas ceux qui préfèrent la variété (et ce quand bien même ils auraient fait des études longues ou auraient grandi dans un environnement bourgeois), l'exemple de Sarkozy est d'ailleurs magistral : voilà un bourgeois pas vraiment passionné par l'école, CROYANT en ses valeurs républicaines mais sans aucune FOI pour la culture "légitime" et "sacrée" dont il se moque visiblement éperdument (cf l'affaire de "La princesse de Clèves" ).

La métaphore religieuse me parait très pertinente, tu as la FOI tout simplement : non seulement tu sais pertinemment que cette musique est "valorisante" (aimer Coltrane et Mingus ou se passionner pour Schubert ou Debussy est non seulement gratifiant sur le plan esthétique mais aussi sur le pur plan "social", même si l'heure est au relativisme culturel, dans certains milieux, il apparaît évident que tu ne commets aucune faute de "goût" en affirmant une telle foi dans ce type de musique "exigeante" et "chic" tout à la fois, même auprès d'un "inculte", ça force le respect parce implicitement "l'inculte" sent bien que cette "culture" là est "supérieure" à la sienne, c'est toute la force de la violence symbolique qui découle presque mécaniquement des hiérarchies culturelles élaborées depuis plusieurs siècles et "incorporées" tout autant par les dominants que par les dominés).

Donc pour résumer et revenir à Obama : pour moi non seulement il est un "héritier" au sens bourdiensien du terme mais il possède aussi cette "foi" en la culture légitime sans quoi il tomberait lui aussi dans ce qui résonne pour toi comme une "faute de goût" impardonnable (si jamais il aimait Michael Jackson par exemple ou Eminem), sans parler du fait qu'il est noir (enfin plutôt métis) donc le fait qu'il se passionne pour la culture musicale afro-américaine la plus "légitime" (donc la plus conforme par rapport à son éthos de classe) me parait somme toute plus que logique...

G.T. 10/11/2008 20:58

K. : Pas tout à fait d'accord avec ce "il n'y a aucun hasard" et "un individu cultivé le devient essentiellement parce qu'il n'est pas mauvais à l'école et parce qu'il "croit" en elle et en ces valeurs" Bien sûr, ce sont des facteurs importants... mais tu as plein de gens qui "croient" aux valeurs de l'école... et ont des goûts musicaux très variétoches... des gens qui peuvent parfois avoir une bonne culture littéraire, et adorent Cabrel, Goldman & co...bref, on en revient toujours à la même chose... pour moi, tout ça est à nuancer, on ne peut pas dire "il a fait de bonnes études et vient d'un milieu cultivé, DONC, il a des goûts musicaux élitistes et pointus"... il y a beaucoup de gens de "bonne famille", qui ont une bonne culture générale,  un goût très sûr et plutôt classe pour les fringues, qui se moquent des "incultes" qui lisent du Marc Lévy & co... mais quand tu regardes leur discothèque, tu pleures...ARBOBO : Stand, Feeling Good et Power to the people... plutôt bien vu.Funky president, j'y ai pensé, mais bon, cétait un peu trop... Obama n'est pas non plus si "funky"...Freedom de Mingus... j'ai failli la mettre, mais j'ai renoncé, elle manquait tout de même de l'enthousiasme que je cherchais...What's going on... ça parle tout de même d'une situation qui part en couilles, pas vraiment de circonstance, non ? ^^THOM : qu'on a tous hâte de te voir consacrer le mois décembre à chroniquer tous les albums de tous les artistes qui ont soutenu Obama (miam miam)Ah non, ne me provoque pas... souviens-toi de la folle histoire du hard...CHRISTOPHE : Tu ne crois pas si bien dire, il existe une parodie "Obamasqué"  

arbobo 10/11/2008 19:29

ça ressemble à un compliment kfig alors je le prends comme tel :-)côté jazz je mettrais volontiersMingus, FreedomCharlie Haden Liberation orchestra, the people (sur El pueblo unido jamas sera vencido)Archie Shepp, Attica blues

Christophe 10/11/2008 18:49

la compagnie créole : Au bal masqué m8q

Thom 10/11/2008 17:41

Oui... j'avais dit deux "de suite" mais effectivement il y en a quatre en tout... tout ça pour dire qu'on a tous hâte de te voir consacrer le mois décembre à chroniquer tous les albums de tous les artistes qui ont soutenu Obama (miam miam). Après "vu à la télé", "vu à la Maison Blanche". Art-Rock, décidément toujours à la pointe :-D

arbobo 10/11/2008 17:15

bon allez, juste de tête comme ça :Curtis Mayfield : power to the people / people who are darker than bluePhiladelphia international allstar, Let's clean up the ghettoSly & the stone family, Stand??, don"t call me brother, whitey ; don't call me whitey, brotherArchie Shepp, Average white band, work to do (je sais, ils sont blancs et écossais)Gil Scott-Heron, a message to the messengers + whitey on the moonNina Simone Backlash blues + Feeling goodMarvin Gaye what's going onRoy Ayers, ain't got time to be tiredJames Brown, "say it loud" + "funky president"more later ^^

kfigaro 10/11/2008 17:01

ah bon arbobo ? toi aussi Coltrane c'est du chinois pour toi ? je pensais que tu nageais là dedans comme un poisson dans l'eau...

arbobo 10/11/2008 16:42

comme je n'ai pas encore compris coltrane (mais alors vraiment pas du tout),j'aurais plutôt mis nina simone,et probablement "stand" de sly & the stone family :-)

kfigaro 10/11/2008 14:10

Ce que je voulais simplement dire, c'est que la culture "classe" et "chic" d'Obama découle surtout du fait qu'il était brillant à l'école (en plus du fait qu'il était un "héritier") et que généralement (et hormis le cas à part et très complexe des autodidactes, qui ne s'applique pas ici) il n'y a aucun "hasard", un individu cultivé le devient essentiellement parce qu'il n'est pas mauvais à l'école et parce qu'il "croit" en elle et en ces valeurs (entre autres en ces valeurs "culturelles" avec toute la hiérarchie implicite et "tacite" que celles ci impliquent).

G.T. 10/11/2008 13:17

THOM : deux Obamarticles de suite, c'est au moins un de trop pour moiComment ça, deux ? Il y en a eu 4 ! ^^Sur 24... celui sur John Lee Hooker n'était peut-être pas directement lié à Obama, mais si je tenais à parler de blues et de cette musique comme "âme" des noirs américains, ce n'était pas un hasard...Si je ne me retenais pas, je continuerai bien à en écrire 3 ou 4 de plus en rapport avec Obama, mais t'inquiète pas, je compte bien me retenir :-)Est-ce que Sarkozy en  a quoi que ce soit à foutre de la musique et de Chimène Badi ?Il connaît par coeur tout le répertoire de Johnny, dont il est ultra-fan... et j'avais enendu Rama Yade déclarer qu'elle essayait de faire découvrir des choses à Sarkozy (en suggérant plus ou moins qu'il avait des goûts ringards... mais les siens ne sont pas super classes non plus...)Mais bon, peu importe qu'il en ait quoi que ce soit à foutre, dire qu'on adore Chimène Badi et Amel Bent, quellle que soit la raison, c'est pas classe du tout...CHRISTOPHE : Marrant, moi aussi, Say it loud m'a trotté dans la tête ces jours-ci, sans même que j'ai à l'écouter (mais je pense qu'on n'est pas les seuls...) par contre - et heureusement - pas "L'amériqueuh, l'amériqueuh..."Et très bien vu ce que tu dis sur Scott Heron...K. : Peut-être... mais, semble-t-il, c'est vers 15-16 ans qu'il s'est intéressé au jazz... et si Sarkozy n'a pas fait d'études aussi brillantes... c'est peut-être juste parce qu'il est moins doué...    

kfigaro 10/11/2008 10:35

GT :
>Il  a déclaré : "Je suis de la vieille école,
>donc je suis plutôt dans le jazz, Miles Davis,
>John Coltrane, ou des artistes comme Marvin Gaye,
> Stevie Wonder".... et dire que nous, on a comme
>président un type fan de Johnny, Chimène Badi
> et Amel Bent...

Franchement rien d'étonnant à ça pour le peu que j'ai lu et appris sur lui lors d'un docu sur Arte, Obama m'a tout l'air d'avoir été un élève archi brillant et ses parents n'avaient pas l'air franchement d'être des incultes non plus (le père était également brillant et a été à l'université et la mère a également suivi des études longues). Logique qu'avec un tel environnement (la moyenne bourgeoisie très cultivée et universitaire) il se soit tourné tout naturellement vers les musiques les plus "légitimes" et les plus "chics" de son pays et, de part son jeune âge vers le rock "raffiné" et "intelligent" ("distinctif" en somme).

C'est toute la différence avec Sarkozy : originaire d'une famille hongroise certes plus "aristocratique" (sa mère est une bourgeoise mais son père a travaillé dans la pub, milieu qui ne favorise pas forcement un ethos "cultivé") mais nettement moins brillant sur le plan universitaire (de plus il avait redoublé et il a juste un bac B, pas forcement le plus "côté" sur le "marché" scolaire). En clair, Sarkozy a des goûts qui ne sont pas si étonnants vu son peu de "foi" et de goût dans la compétition scolaire et son environnement familial mais surtout si l'on prend en compte l'éthos "éclectique" de la plupart des élites née après les années 50 et 60 (qui n'a plus rien en commun avec l'éthos "classique" ou purement "humaniste" et "aristocratique" des Chirac, Mitterrand et autres Giscard...).

Tout ça pour dire qu'un habitus "cultivé" (qu'il soit éclectique ou pas d'ailleurs) ne déboule pas comme ça par l'opération du Saint-Esprit, il exige obligatoirement un terreau favorable : soit familial (l'enfant est un "héritier"), soit scolaire (l'enfant a la "foi" dans le système scolaire et bosse dur pour parvenir à dépasser ses camarades en gagnant ainsi une sorte de "salut" qui sera plus tard "sanctifié" par un diplôme et par le "paradis" professionnel que celui ci promet, du moins aux USA, car ce n'est plus le cas en France depuis la fin des années 70) soit professionnel ou amical (et ce n'est pas avec les amis de Sarkozy que ce dernier pourra écouter "religieusement" les musiques "aristocratiques" et sophistiquées que tu défends ici, sauf peut être avec sa femme qui m'a l'air de bien cacher son jeu et qui provient, elle, d'une famille nettement plus cultivée et "humaniste" que celle de son mari).

Dans un livre datant de 2007 (sur les inégalités : culturelles et scolaires y compris), Olivier Donnat explique que :

L'intérêt pour l'art et la culture prend aujourd'hui des formes beaucoup plus variées qu'il y a 30 ans. Cette tendance se vérifie d'abord au sein même des équipements culturels : les bibliothèques, en devenant médiathèques, ont considérablement élargi leur offre de service

[...]

En dépit de cette diversification des modes d'accès à l'art et à la culture, les pratiques et consommations culturelles demeurent dans notre "société de masse" étroitement liées la position et à la trajectoire sociale des individus. [...] Les résultats des enquêtes montrent que les catégories de populations les moins favorisées continuent à très peu fréquenter les équipements culturels et que le "désir" de culture demeure étroitement corrélé au capital culturel.

[...]

La diversification des modes d'accès* à la culture a certes permis une augmentation des consommations culturelles, mais elle a jusqu'à présent surtout permis aux personnes ayant un intérêt pour l'art et la culture s'enrichir la palette de leurs comportements et de leurs goûts...

La hiérarchie des taux de pratique triés selon la CSP, quelles que soient les formes de participation à la vie culturelle retenues, est toujours la même : qu'il s'agisse de pratiques amateurs, de fréquentation des équipements culturels, de lecture de livres, d'usages culturels des médias ou d'internet, les cadres et professions intellectuelles supérieures arrivent en tête, devant les professions intermédiaires, puis les employés et artisans, commerçants et chefs d'entreprise, dont les résultats sont souvent très proches, et enfin les ouvriers et les agriculteurs...

[...]

L'origine sociale - mais aussi le niveau de diplôme, le genre, le lieu de résidence, le métier exercé, etc. - peut être au coeur même du principe de la dispersion interne des rapports à la culture au sein d'une même catégorie socio-professionnelle entre les différents groupes qui la composent...

Tout est dit ! ;)

Christophe 10/11/2008 09:57

Le paradoxe du jour Le premier président black à la trempe d'acier est célébré par une black list sans black metal.Sinon, plus sérieusement (si si, ne rigolez pas, surtout après ce que vous allez lire), j'ai deux morceaux qui me tournent en tête ces temps-ci à cause d'Obama :Say it loud, Im' black and proud. je ne peux m'en détacher, et ça m'a accompagné toutes la journée de mardi.Et, (et c'est là que vous allez rigoler comme des baleines suffisantes de prétention anti-culture populaire de snobinards du rock de merde que vous êtes infâmes bobos satanistes), ma journée de mercredi fut bercée dès mon réveil par un de mes chouchous, grand arrangeur franco-américain : "L'Amérique, l'Amérique, je veux l'avoir, et je l'aurai".You know his name, you know is face.Allez hop, un chtiot smiley OB pour fêter ça :  Sinon, sympa c'te liste. même si Gilles, Scott et Ron se sont trompés dans un autre morceau par ailleurs quand ils annonçaient que la révolution ne serait pas retransmise à la télé.aqc (levez vous) 

Thom 10/11/2008 09:09

Non ! Tu n'es pas cynique voyons ! Nous aussi on croyait, mais là tu as franchi la ligne jaune de l'humanisme Télérama ^^Plus sérieusement... j'avoue que je n'arrive pas (pas complètement) à comprendre cet article... ne le prends pas mal, mais deux Obamarticles de suite, c'est au moins un de trop pour moi, et comme "Moanin'" est le seul morceau qui me fait pleurer chaque fois que je l'entends... :-(Sinon... crois-tu vraiment que Sarkozy est sincèrement fan de Chimène Badi ? J'ai de sérieux doutes à ce sujet ; je crains que ce soit en fait pire que ça : Sarkozy n'a rien à foutre de la musique comme de la culture en générale. Si la star du moment avait été Frédéric François ou Jacques Brel... c'est d'eux qu'il aurait été fan. Maintenant bon... certes il y a une différence de classe entre les deux. Chacun son tour : nous avons eu Mitterrand et Chirac, qui étaient d'incroyables mélomanes (Chirac l'est sans doute toujours, qu'il m'excuse de l'enterrer afin de respecter la concordance des temps...) pendant que les américains avaient la famille Bush, au sein de laquelle on idolâtre Garth Brooks. La route tourne :-)

G.T. 09/11/2008 23:57

CHRISTIAN : Tu viens de me faire réaliser... que je ne connais pas d'artistes kényans (ou alors, parmi les musiciens africains que j'ai pu écouter, mais je ne sais pas s'ils viennent de là...) Donc si tu as des noms intéressants à me proposer, je prends !ANNE : OK, alors c'est bien vu...KMS : Je vois qu'on se rejoint et qu'on a pensé à peu près aux mêmes choses... décidément, la capacité d'Obama à rassembler n'a pas de limites^^

Kill Me Sarah 09/11/2008 22:46

Et puis j'avais pensé à ues noms et quelques chansons aussi l'autre jour à chaud...

Kill Me Sarah 09/11/2008 22:19

Pas la deme mais la dame bien entendu (désolé j'ai pas enlevé mzs moufflzs)

Kill Me Sarah 09/11/2008 22:18

J'applaudis des trois mains la deme au-dessus pour sa proposition de 2000 blacks got to be free de Fela et Ayers... Fela ayant d'ailleurs un titre qui s'appelle Black president et ça permet de faire le lien avec l'afrique...

Anne 09/11/2008 18:07

Oui mais là c'est Roy Ayers qui chante!

Christian 09/11/2008 17:46

"Obama n'est pas encore président du monde^^ "Ah bon ???Mais tu aurais quand même pû mettre un artiste kényan ! Quoi ? Tu n'en connaitrais pas ?

G.T. 09/11/2008 17:41

CRAFTY : Sûr que Celebrate, c'est efficace... mais je suis pas trop fana...CHRISTIAN : Oui, belle playlist... sauf que je voulais vraiment "célébrer" avec des titres plutôt optimistes, entraînants (sans aller forcément jusqu'à Celebrate d'Earth Wind and Fire)... pour ça que je n'aurais pu mettre le sublimissime Strange Fruit, ni Fables of Faubus, deux titres pourtant emblématiques, mais emblématiques de la protestation et d'une situation scandaleuse (un peu comme What's going On, auquel j'ai préféré Right On)..Quant à Roach... je voulais vraiment mettre Freedom Day, mais ils n'ont rien de We insist! sur deezer et Jiwa (quoique je pourrais l'importer de mon CD).La différence entre ma playlist et celle de "jazz à part", c'est que la leur est tournée vers le passé et ses injustices (normal, aussi, Obama n'était pas encore élu...), je voulais en créer une qui reflète de véritables espoirs...ANNE : Pourquoi pas... c'est vrai que "War" est plus symbolique et célèbre, mais "Stop the War Now"... le message m'a paru plus clair et net... Is it because I'm black... très bon titre... mais plutôt pessimiste, tout de même...Fela Kuti... oui, mais je voulais ne mettre que des américains, Obama n'est pas encore président du monde^^ 

Anne 09/11/2008 17:00

C'est vrai qu'elle est vraiment très bien celle la! Deux trois autres qui auraient pu aussi être dans la playlist:-2,000 Blacks Got To Be Free de Fela Anikulapo Kuti & Roy Ayers-The Ghetto de Donny Hathaway -It is because I'm black? de Syl JohnsonEt puis j'aurais choisis plutot War d'Edwin Starr et Alabama pour Coltrane aussi.

Christian 09/11/2008 16:14

Le 18 juillet 2007, j'ai eu le plaisir d'écouter une playlist composée par l'émision de radio parisienne "Jazz à part" sobrement intitulée : Une autre Amérique (est possible).1 - Archie Shepp - Revolution (Gemini - Vol.1: The Reverse - 2007)2 - Billie Holiday - Strange Fruit (Commodore Master Takes - 1939)3 - Max Roach - Driva' Man (Freedom Now Suite - We Insist - 1960)4 - Charles Mingus - Original Faubus Fables (Charles Mingus Presents Charles Mingus - 1963)5 - John Coltrane - Alabama (Live At Birdland - 1963)6 - Nina Simone - Four Women (Wils Is The Wind - 1965)7 - Sun Ra Arkestra - Nuclear War (Nuclear War - 1982)8 - Charlie Haden's Liveration Music Orchestra - Not In Our Name (Not In Our Name - 2005)9 - Cooper-Moore & Assif Tsahar - Lament For Trees (America - 2003)10 - Chicago Underground Trio - Protest (Slon - 2004)Je crois bien que je ne saurais faire une liste Obama sans les titres 2 à 7.

Christian 09/11/2008 15:05

Trés bien cette liste ! Mais effectivement j'aurais pas choisi ces titres là non plus...J'y réfléchis, GT, et je te propose la mienne.

Crafty 09/11/2008 14:43

Un p'tit "Celebrate" d'Earth, Wind and Fire ?
 
Non ? :D

G.T. 09/11/2008 14:19

CRAFTY : "Lady Day and John Coltrane"... c'est un des seuls dont le titre et le texte ne soient pas en rapport direct et évident avec l'événement... mais bon, j'adore ce titre, j'ai pas pu m'empêcher de le placer, il suffisait juste de savoir qu'Obama aimait Coltrane (j'avais mis du Billie Holiday aussi, mais après, je me suis limité aux années 60-70) pour glisser ce titre qui correspond bien au genre de musiques qu'il aime... Sly... j'y ai pensé, mais il n'y a pas de morceaux qui m'aient sauté aux yeux et aux oreilles pour illustrer l'événement... si tu as des idées de titres, n'hésite pas !KLAK : ^^ Si j'ai fait cette playlist, c'est bien pour éviter les chansons à la con faites pour l'occasion et le célébrer par des morceaux un peu plus dignes, classes et "historiques" ! 

klak 09/11/2008 13:23

c'est dommage que tu te limites à des artistes us car l'élection de barack obama a fait naître des espérances nouvelles sur la planète entière et la compagnie créole avait sa place dans cette playlist.http://www.youtube.com/watch?v=xfLuCfZbAvw

Crafty 09/11/2008 10:23

Même du Gil Scott-Heron... C'est bien tout ça. Variée et efficace (même si, j'aurais peut-être pas choisi ces titres). J'aurais peut-être vu un ptit Sly dans le lot.
 
La playlist présidentielle de chez fluctuat était pas mal non plus.