Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 17:37
Je n'ai pas eu à chercher longtemps pour trouver comment illustrer ce jour symbolique où un noir est sur le point de diriger la plus grande puissance occidentale. Obama est un métis qui est toujours (comme tous les métis), plus noir que blanc (au propre et au figuré). Et s'il y a bien eu un génie métis dans l'histoire de la musique, c'est Charles Mingus. Difficile, même, d'être plus métissé que Mingus, qui a des origines afro-américaines, suédoises, mexicaines et chinoises... Le caractériel et impulsif Mingus a une personnalité loin de celle de l'élégant et modéré Obama... mais peu importe, ce qui nous intéresse ici, c'est la musique, pas leur personnalité. Et la musique de Mingus a beaucoup de choses à nous dire sur le métissage, en ce jour pas comme les autres. 

Un métis est sur le point d'occuper la place de président de ce pays où Mingus n'a pu devenir le violoncelliste classique qu'il souhaitait être dans sa jeunesse (années 30)... à cause de la couleur de sa peau. Mais sa musique aura toujours cette "double origine", jazz et classique, avec, bien sûr, le côté noir beaucoup plus prononcé... les métis n'ont pas les droits des blancs, et leur situation n'est pas forcément plus enviable que celle des noirs : rejetés par les blancs, et pas toujours acceptés par les noirs (ce qu'explique Mingus dans sa passionnante et truculente autobiographie, Moins qu'un Chien, à lire même si on ne connaît rien à Mingus ou au jazz).
L'inspiration classique, on la trouve aussi chez le grand modèle de Mingus : Duke Ellington. Ils sont deux des rares illustres jazzmen de l'histoire qui aient autant tenu à écrire leurs propres compositions, et le soin qu'ils portent au travail orchestral vient de leur goût pour le classique. On pourrait alors penser que leur musique est une musique noire "blanchie", voire "aseptisée", critique récurrente au sujet du "cool jazz"... au contraire. Leur génie, c'est d'avoir su intégrer la subtilité orchestrale du classique sans avoir à gommer la dimension noire de leur musique, mais plutôt en l'exacerbant. Ellington avec ses orchestrations "jungle", Mingus par une musique excessivement "terrienne", physique, comme l'illustre à merveille son jeu de contrebasse particulièrement puissant.    

Pourquoi Moanin' ?


Le choix d'un titre de Mingus signifiant "gémissement", "plainte", ça peut sembler curieux pour l'occasion... mais :
1. Si l'élection (croisons les doigts) d'Obama est une formidable revanche symbolique pour la communauté noire américaine, elle ne nous fera pas oublier que l'histoire de ce peuple est une histoire douloureuse... et c'est bien parce que l'Amérique est en souffrance, en crise, qu'elle a besoin d'un Obama pour changer les choses. De plus, si Obama perdait, ce titre restera de circonstance... 
2. Oubliez le 1, la vraie raison, c'est que Moanin' est tout simplement mon morceau de jazz favori.

Moanin' n'est pas le titre de Mingus le plus "métissé"... les influences latines, espagnoles, sont fréquentes chez Mingus... mais assez peu ici, on reste dans un cadre très jazz. Pourtant, on y sent bien les apports classiques, et, surtout, c'est toute l'histoire du jazz que porte Mingus dans ce titre (il a les épaules larges et solides)... donc toute l'histoire des noirs américains au XX° siècle... 

Bien entendu, il n'est pas nécessaire de décortiquer le morceau comme je vais le faire pour le comprendre et le l'aimer... ce que je développe ici, ça ne m'est venu qu'après de très nombreuses écoutes où je ne me laissais emporter que par l'exceptionnelle énergie, beauté, et le groove irrésistible de Moanin' ... l'idéal, si vous ne le connaissez pas, c'est de l'écouter une fois en entier, bien fort, avant de lire la suite... pour le ressentir avant de chercher à le détailler :

Charles Mingus - Moanin' 





A : Exposition

0'00 à 0'18 : Un thème génial, joué par Pepper Adams au sax baryton. On pense aux riffs typiques du blues, avec la répétition immédiate de ce motif assez bref... mais une coloration qui n'est pas "propre" au blues. Une des particularités de ce "riff", ce sont ses notes graves mises en évidence et bien appuyées... on ne cherche pas à faire joli, à charmer l'auditeur, mais plutôt ces sons graves "impurs" caractéristiques des musiques africaines, du blues, du jazz, des voix noires profondes et viriles...
Ce riff répété deux fois se conclut par une partie qui sonne plus "improvisée", avec un groove impeccable d'Adams. Entrée "en douceur" de Dannie Richmond (batterie).
 
0'18 à 0'36 : Sur le thème joué par Adams viennent se greffer les trombones, en contrepoint. Leur thème est particulièrement intéressant, d'une couleur originale, légèrement exotique et mystérieuse...

0'36 à 1'30 : Entrée de Mingus en Walking Bass, du piano, l'orchestre s'étoffe, motifs puis chorus de sax sur le riff d'Adams et la partie de trombones... un génial contrepoint à 4-5 voix, donc. Qui peut nous ramener au classique... mais aussi au Jazz des débuts, le New-Orleans, avec ce "collectif improvisé" où se superposaient des mélodies de clarinettes, trompettes et trombones. Sauf qu'ici, on a tout de même quelque chose de plus élaboré, de vraies superpositions de couleurs... qui fait inévitablement penser à ce génial "coloriste de l'orchestration" qu'était Ellington.
On continue la montée progressive en intensité, l'espace se remplit par l'ajout d'instruments, et tous jouent de plus en plus tendus... Mingus harangue ses musiciens en déclamant "Yeah i know !"... habituel chez Mingus, dans la plus pure tradition noire américaine du "preacher" (les musiciens noirs américains doivent beaucoup aux negro spirituals, au gospel, à ces chants qu'ils entendaient généralement très jeunes dans les églises)... le "preacher" qui pousse les fidèles par sa voix puissante à sortir d'eux-mêmes, à exulter, renter en transe, à se libérer... ce que font ici les musiciens.

1'30 à 1'46 : Le signal de "libération" donné par Mingus nous mène justement... au free. C'est l'impression que donne ce passage paroxystique, où les musiciens expriment au maximum les tensions pour s'en libérer, peu importent les dissonances. Mais ce n'est pas du free-jazz hermétique où l'on est déboussolé du début à la fin du morceau, tout a été remarquablement préparé et amené, la plupart des éléments précédents sont toujours la base de ce moment de transe chaotique...
On a donc jusqu'à ce paroxysme un génial crescendo orchestral, les instruments agrandissent l'espace au fur et à mesure (sax baryton seul... auquel s'ajoutent les trombones et la batterie... puis la contrebasse, le piano, les sax). Qui dit crescendo orchestral pense "musique classique", et particulièrement à Ravel et son Boléro. Ravel est un des musiciens préférés des jazzmen qui s'intéressent au classique, non pas tant pour avoir intégré des éléments jazz dans sa musique (pas ce qu'il y a de mieux chez lui, il ne connaissait sans doute pas le "vrai" jazz, mais le jazz un peu lissé et blanchi qu'on pouvait entendre son époque en Europe), mais pour ses qualités d'orchestrateur et de coloriste.
Crescendo orchestral avec une montée en intensité de chaque musicien, un irrésistible tourbillon musical comme on en entend que trop rarement. Ecoutez bien fort, ces deux premières minutes, c'est jubilatoire.


1'46 à 2'22 : Une rupture brusque... pour souffler un peu. On passe du free... aux big-bands des années 30, avec un riff typiquement swing, comme les affectionnait Count Basie. Deux styles de jazz opposés se succèdent : le fureur et la liberté du free-jazz et le swing très construit et carré. Chronologie inversée. Le thème principal revient assez rapidement, puis on passe aux solos... 
Jusqu'ici, ce n'était pas du jazz avec pour base une même grille d'accords sur laquelle les solistes improvisent, il y a un vrai sens de l'architecture, un travail sur les structures... hérités du classique. 

B : Solos

2'22 à 5'50 : Une grande place est laissée maintenant aux solistes... dans un cadre très be-bop. Le be-bop, c'est le jazz des années 40-50 (Charlie Parker, Dizzy Gillespie...) ce mouvement de révolte où l'expression individuelle domine et se manifeste par la place primordiale accordée au soliste. Les musiciens noirs ne veulent plus servir simplement à faire danser ni charmer les blancs par de jolies mélodies, mais donner à entendre leurs frustrations, leur colère, s'exprimer... exister. Utilisation dans le be-bop de tempos trop rapides pour que les blancs puissent danser... ici, après un break (de 4'41 à 5'15) où le sax est quasiment seul (quelques ponctuations rythmiques seulement), le tempo est justement doublé à 5'16.
Des solos magnifiques, des modèles de groove et de sens du phrasé durant tout ce passage... Jackie McLean au sax alto de 2'22 à 3'32, Booker Ervin au tenor de 3'32 à 4'41, puis John Handy à l'alto de 4'41 à 5'50. Faut dire qu'ils sont aussi servis par une section rythmique d'exception. Il m'arrive souvent de fixer toute mon attention sur la basse impériale de Mingus lorsque j'écoute Moanin'... un régal.   

C : reprise (variée)

5'50 à 8'01 : J'ai encore fait suffisamment long (désolé...) pour ne pas m'attarder sur la reprise, puisqu'on y retrouve, avec quelques variations, les éléments de la partie A.

Si Moanin' est un morceau hard-bop... il ne s'arrête pas là, mais brasse toute l'histoire du jazz, du New-Orleans au free en passant par le swing et le be-bop. Avec des références blues, gospel... et un métissage jazz/classique très réussi. Une expressivité typiquement jazz, mais un jazz qui a su s'inspirer avec intelligence et pertinence du sens de l'orchestration et de l'architecture classique. Rien à voir avec les kitcheries des groupes de metal symphonique ou de prog à la Emerson, Lake & Palmer... qui, eux, balancent quelques plans "à la Bach" et clichés classiques pour que de jeunes ados ignorants se disent "waow, c'est de la grande musique, ils maîtrisent le classique"... non, il a su, comme Ellington, enrichir le jazz de ses connaissances classiques sans jamais trahir l'essence de sa musique, sans chercher à policer, sans le kitsch de musiciens metal/prog qui confondent technique et musicalité, mélange fourre-tout et véritable métissage. C'est le monde qui sépare les vrais génies des tâcherons...

Le métissage n'est pas la seule raison pour laquelle j'ai voulu écrire sur Mingus aujourd'hui... il est aussi un des jazzmen qui a été le plus engagé, virulent, contre l'injustice de la condition des noirs américains. On aurait aimé qu'il puisse vivre ce jour (il aurait eu 86 ans) et voir un fils de kenyan devenir (re-croisons les doigts) président des Etats-Unis...

L'article sur l'album :

Charles Mingus - Blues and Roots 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

GT 19/06/2010 19:13



VINCENT : Merci à toi, et oui, c'est un morceau génial, un de ceux que j'ai dû le plus écouté dans ma vie, et je ne m'en lasse
pas...


(c'est vrai, ce n'est pas une chanson, je ne sais pas qui choisit les noms des catégories sur ce blog, mais il devrait penser à les mettre à jour^^)


(ou plutôt le mettre dans la catégorie "jazz").. 



Vincent 19/06/2010 11:33



Au fait, techniquement, Moanin' n'a rien à faire là non plus non ? A part les "Yeah I Know", c'est pas vraiment une chanson...


 


Bon ok j'arrête. =)



Vincent 18/06/2010 22:55



Ce morceau est vraiment génial, au fait, et tu l'analyse remarquablement, c'est toujours un plaisir !



G.T. 15/03/2009 22:42

DAMIEN : Concernant les solos... j'avoue aussi attendre souvent le retour du thème, et il m'est arrivé de les sauter... mais bon, ce sont tout de même de formidables solos...Sinon, je pense comme Christian que Moanin est aussi une bonne "porte d'entrée" pour le jazz... son thème est vraiment marquant... et on en revient au génie du "mélange des genres" de ce morceau, qui contient à la fois tous les types de jazz, des humeurs très variées, et qui peut autant combler un "novice" qu'un érudit...

Damien 15/03/2009 21:16

CHRISTIAN : C'est marrant, je ne pense pas du tout que moanin' soit une initiation au jazz. Bien au contraire, ce morceau est complexe est sombre, et s'apprécie lorsqu'on y décelle tout ce qu'y a trouvé GT. Cette arrivée de batterie discrete, cette walking bass... Etc. Pourquoi l'entrée au jazz ne se ferait elle pas par la porte du swing facile... Un bon vieux Ring Dem Bells façon Zoot Sims, les "one day sessions" de Al Haig. Bref, ravi d'avoir pu lire tout ça, (Surtout le post de Sumavril).

Damien 15/03/2009 01:31

Alors que penser du thème de Pithecanthropus Erectus, et ses 20 premières seconde terrifiantes et lisses?? Ce que je trouve fascinant, c'est le réconfort que vient apporter le jazz après des passages comme celui ci... Cela dit je comprend aussi ton point de vue (tout le monde se comprend c'est génial!!). Concernant Moanin' j'attend toujours avec impatience la fin des solos (trop longs à mon gout) pour retrouver les cris chaotiques qu'on entend au début à la fin. 

G.T. 15/03/2009 01:07

DAMIEN : C'est la seule musique qui me fait peur. Les bas-fonds et la noirceur.  Marrant, ce n'est pas l'effet que Moanin' me fait... mais je le comprends, c'est vrai qu'il y a tout de même quelque chose d'assez sombre dans ce morceau... c'est aussi ça le génie de Moanin', on peut à la fois le prendre comme un titre festif, groovy, jubilatoire... et comme un cri de révolte très sombre et inquiétant... il mélange tous les types de jazz, mais aussi des humeurs très diverses...

Damien 14/03/2009 20:17

Superbe analyse...Ce morceau est, pour moi, au dessus de n'importe quel morceau de jazz. C'est la seule musique qui me fait peur.Les bas-fonds et la noirceur. 

G.T. 29/11/2008 21:36

KHIYEW : c'est vrai... le but dans le jazz n'est pas de faire des reprises "respectueuses", mais de livrer une interprétation la plus personnelle possible donc, parfois, on ne reconnaît pas l'original... 

Khiyew 29/11/2008 19:15

Je me disais bien aussi... Faut dire qu'avec les reprises de standard, les artistes prennent tellement de libertés parfois qu'on en vient à douter que c'est bien le morceau original :)

G.T. 29/11/2008 00:58

KHIYEW : merci... concernant le Moanin' de Blakey, c'est en effet un autre morceau. Il y a parfois confusion dans le jazz entre ces deux morceaux célèbres qui portent le même titre... mais ne sont pas du tout les mêmes !

Khiyew 28/11/2008 18:57

Un régal à lire et toujours à entendre :) Il me tarde déjà de plonger dans les autres articles de ta plume sur Mingus...
Je suis toujours plus fan de la "classique" version des Jazz Messengers (celle-là en particulier : http://www.deezer.com/track/1560224 ) mais elle a tellement rien à voir avec celle-là qu'il m'arrive de douter que ce soit vraiment le même morceau :D

G.T. 07/11/2008 00:11

OLIVE : merci... et quand il s'agit de compliments, faut pas te priver d'être redondant, ça me va très bien^^ 

Olive 06/11/2008 20:40

Bon, au risque d'être redondant,je te tire une enieme fois mon chapeau pour le brio de ton billet. Un vrai régal

G.T. 05/11/2008 21:49

CRAFTY : Ok, alors je n'ajouterai rien non plus ^^ SUMAVRIL : Les coloriages et les skyblogs... j'ai largement passé l'âge de ces conneries...

Crafty 05/11/2008 17:19

Mais Mingus c'est aussi cet étonnant mélange de couleur et de force, de rage même. Et toujours le blues.
Exactement ce que je sous-entendais dans mon premier commentaire, donc moi non plus je ne vois rien à y ajouter puisque ça va dans le sens que je veux. ;-)
 
Bon, faut que j'aille faire perdre du temps à G.T. sur Emperor là...

sumavril 05/11/2008 17:16

va sur ce blog de rock c'est trop bien http://sumavril.skyrock.com   laisse tes commentaires ! trop bien

sumavril 05/11/2008 17:15

va sur ce blog de rock c'est trop bien http://sumavril.skyrock.com   laisse tes commentaires !

G.T. 05/11/2008 13:00

CRAFTY : pas grand chose à ajouter de plus, CHRISTIAN a parfaitement répondu...CHRISTIAN : Oui, Moanin' est sûrement une excellente porte d'entrée dans le jazz, un morceau auquel il est difficile de résister... à moins d'être vraiment insensible au jazz...

Christian 04/11/2008 23:22

Pas si jazz que ça Mingus...Ouais, je peux comprendre dans le sens que beaucoup de gens qui n'aiment pas trop le jazz en général aiment Mingus.Mais quand même : le drive de Mingus, c'est le jazz ! L'écriture "Ellingtonienne" comme dit si bien GT c'est aussi le jazz. Mais Mingus c'est aussi cet étonnant mélange de couleur et de force, de rage même. Et toujours le blues.Et Moanin' c'est exactement ça : des couleurs, de la rage, et du blues. Et du swing aussi. Enfin le jazz quoi.Moanin', c'est même parfait pour faire aimer le jazz à des débutants à mon avis (et je pense que GT est un peu dans cette démarche) : le swing (tension / détente), le son (Pepper Adams est énorme, McLean & Handy si intenses, le contrepoint des trombones), la force de la section rythmique, et bien sur la rage de l'ensemble. Du sang et des larmes.N'oublions pas le titre de l'album : "Blues & Roots"

Crafty 04/11/2008 20:25

Ah voilà, tu illustres ce que je pensais, beaucoup s'accordent sur "il est extraordinaire", mais on lui préfère Armstrong le précurseur, Parker l'intrigant, Coltrane l'avant-gardiste ou Davis le mythique...
Mingus avait un jazz très blues, très folk même, d'où ma remarque. Ca a toujours joué contre lui sur ce terrain là, mais quel plaisir pourtant...

G.T. 04/11/2008 20:22

OYSTER : Merci...KMS : En effet, Moins qu'un Chien est indispensable... Si je ne devais garder qu'un bouquin de musicien (ou sur un musicien), ce serait sans doute celui-là...CRAFTY : pas forcément si jazz que ça d'ailleursAh si, tout de même...Le plus grand ? C'est celui que je préfère (avec Coltrane)... mais s'il fallait décerner un prix du "plus grand jazzman de tous les temps"... je pense qu'il irait plutôt à Ellington, Armstrong, Parker ou Coltrane... Mingus est juste en embuscade ^^

Crafty 04/11/2008 18:05

Effectivement très bon billet sur ce qui est le plus grand jazzmen (pas forcément si jazz que ça d'ailleurs) de tous les temps (ou pas bien loin de toute manière).

Kill Me Sarah 04/11/2008 14:42

De toute manière Mingus c'est bien (vraiment).Et il faut absolument lire son bouquin Moins qu'un chien (on le trouvait à pas cher du tout chez Mona Lisait (pour les parisiens)(à moins qu'il n'y en ait en province) il n'y a encore pas longtemps.

Oyster 04/11/2008 14:25

Très bon. Ta note, et Mingus, l'un des plus fascinants jazzmen.