Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 14:00

S'il y a bien une critique qui revient souvent lorsqu'on témoigne d'un mépris réel pour la variété, c'est celui d'élitisme... et de "élitisme" à "mépris du peuple", il n'y a qu'un pas que beaucoup franchissent. Autant les démagos qui veulent nous faire croire que détester les stars de la musique pop, c'est du snobisme, que certains sociologues qui confondent "musique du peuple" et "musique populaire".

Une confusion somme toute compréhensible, puisque personne ne s'attarde sur ces différences... ce qui entraîne beaucoup d'incompréhensions de part et d'autre, et de caricatures. Il est donc nécessaire de rentrer un peu plus dans le détail pour saisir au mieux les nuances...

Les musiques traditionnelles, tziganes, blues, folk, rebetiko etc... sont de vraies musiques du peuple. Elles expriment "l'âme" d'un peuple, ses aspirations, frustrations, désirs, sa souffrance, sa misère... Elles viennent du peuple, elles parlent au peuple, elles parlent du peuple. Ce qui n'est pas du tout le cas de la variété et de toutes les prétendues musiques populaires qui monopolisent les ondes. 
Dans ce cas, plutôt que de "musique populaire", il faudrait parler de "musique populiste", ou, mieux encore, de "musique industrielle". Parce que c'est l'industrie musicale qui est à l'origine de ces musiques dont le but n'est pas de parler au peuple, ni de parler du peuple, mais de le séduire. Ce qui n'est pas du tout la même chose. Idem pour le cinéma dit populaire... (bien entendu, une chanson du peuple peut parler d'amour, elle n'a pas pour unique objet les problèmes sociaux... mais le cadre est différent). 

La musique du peuple est avant tout une musique collective... ce qui explique pourquoi, lorsque vous tombez sur des reprises de chansons traditionnelles, il n'y a pas le nom de l'auteur, mais simplement écrit "trad." On ne se préoccupait pas de savoir qui était l'auteur, ce qui comptait, c'est la chanson, le collectif, pas l'individu. Les musiques du peuple circulent, sont réinterprétées, reprises, transformées, sans focalisation sur l'auteur. On utilise parfois juste la musique sur laquelle on chante de nouvelles paroles, on s'approprie une mélodie, une grille d'accords particulière... à l'opposé de la musique classique et de sa conception forte de l'artiste, démiurge indissociable de son oeuvre...

Toute l'ironie de l'histoire... c'est que l'industrie musicale s'est enrichie et développée en utilisant cette musique du peuple, en profitant de chansons qui n'appartenaient à personne, et d'artistes, tels les bluesmen qui ont été largement exploités... et elle vient crier au scandale quand, grâce au net, le peuple, à son tour, vient se réapproprier ces musiques. 
Pourquoi, alors qu'on peut télécharger des vidéos, des films, jeux, etc... la musique est-elle au centre de la question sur le téléchargement illégal, pourquoi est-ce qu'elle est ce qu'il y a de plus téléchargé, et pourquoi un tel sentiment d'impunité chez les internautes ?
Le problème de ceux qui étudient le phénomène, c'est qu'ils manquent cruellement de vision globale, de culture musicale et historique... car s'il y a quelques facteurs évidents (prix des CD, facilité du téléchargement de musique, baisse du pouvoir d'achat, concurrence du DVD etc...), le plus important, peut-être, n'est jamais évoqué. Cette impunité doit se comprendre par le fait que, pendant des siècles, la musique du peuple appartenait à tout le monde. Pas étonnant que beaucoup de gens aient le sentiment que ces musiques leur appartiennent toujours, qu'ils aient le "droit" d'y avoir accès sans pour autant systématiquement payer.   

Pourtant, soyons honnêtes... c'est en grande partie l'industrie du disque qui a raison, dans le combat industrie vs p2pistes... parce que l'essentiel des musiques piratées n'ont strictement rien de "musiques du peuple", ce sont des produits commerciaux. Quand des Zazie, Nolwenn & co viennent se plaindre qu'on télécharge leurs musiques, assimilent ça à du vol... c'est faux dans le sens où il n'y a pas d'objet matériel volé, aucun manque à gagner de ce point de vue, mais vrai dans le sens où leurs musiques ne sont pas des musiques du peuple, ce sont de purs produits industriels.    

Hip-hop et électro, d'une certaine manière, ont su un peu retrouver quelques unes des valeurs des musiques du peuple. Le hip-hop en se basant sur des samples (une musique qui circule, n'appartient à personne), l'électro en refusant la starification, la mise en avant de l'auteur... une musique collective où auteur, DJ, public se fondent (même si les choses ont changé depuis ses débuts).

En revanche, variété et musiques populaires actuelles ne sont pas des "musiques du peuple". Une glorification de la star et une identification de l'artiste à son oeuvre comparable à celle du compositeur classique (sans le génie ou le talent). Gros travail de production, de mixage, le but n'est pas d'être fidèle à une tradition, à un esprit, mais de trouver des gimmicks accrocheurs et le son le plus luxuriant possible.
La variété n'est pas une musique du peuple, elle joue "contre" le peuple : elle l'abêtit, l'endort, le berce mollement et le gave de sucreries musicales industrielles...

Les émissions de télé-réalité musicales de l'époque illustrent parfaitement le fait que les musiques populaires actuelles n'ont plus rien de "musiques du peuple".
Ce que propose la star academy, c'est de permettre à des gens du peuple non pas de "s'exprimer", mais de sortir de leur condition... de "quitter le peuple", en quelque sorte, pour espérer rejoindre le camp des privilégiés. Quant à la Nouvelle Star... l'idée est plutôt de marquer sa différence, on attend des apprentis chanteurs qu'ils montrent leur singularité. A l'inverse des musiques traditionnelles où le sentiment d'appartenance à un collectif est fondamental.

Il se trouve pourtant toujours des gens pour venir vous expliquer que ces émissions sont "populaires", et que de leur taper dessus, c'est taper sur ceux qui les regardent, taper sur le peuple... et de sortir le même argument devant le succès d'artistes varièt'... argument imbécile... toutes les émissions qui flattent les plus bas instincts ont de fortes chances d'avoir de gros succès d'audience, ça n'en fait pas des émissions en phase avec "l'esprit du peuple"...  

Quand on vous parle des pénibles Johnny, Sardou, Obispo, Pagny, Zazie, Céline Dion, Hélène Ségara, Calogero et que vous répondez Dylan, vous avez toutes les chances de passer pour élitiste... alors que celui qui est le plus en phase avec l'esprit du peuple, c'est bien entendu Dylan (particulièrement le Dylan des débuts). Les chanteurs de varièt' sont "populaires", mais le terme n'est pas à prendre dans le sens "qui vient du peuple", plutôt dans le sens "célèbre". Ils sont plus proches de Paris Hilton - la gosse de riche vivant dans un monde complètement décalé - que de Woody Guthrie, le chanteur folk qui a si bien su parler du peuple. Et Paris Hilton a une bien plus grande "popularité" que n'en a jamais eu Woody Guthrie...

La musique du peuple est-elle encore possible ?

Elle semble maintenant loin derrière nous... l'industrie a gagné la partie, a substitué une musique lisse et racoleuse aux musiques du peuple, et il est sans doute impossible de revenir en arrière. On pourrait même aller jusqu'à dire qu'il n'existe plus vraiment de culture populaire... paradoxal, à une époque où l'art avec un grand A a perdu de sa superbe, où la facilité d'accès aux "biens culturels" est exceptionnelle... mais la culture actuelle n'est pas une culture horizontale, faite par et pour le peuple, c'est une culture verticale, avec en haut, des producteurs, artistes, grands médias qui ne parlent pas au nom du peuple, et en bas, le peuple qui prend ce qu'on lui donne... quand on sait le séduire.
Les musiques traditionnelles sont nées d'un besoin, un besoin d'expression vital...  mais les musiques industrielles actuelles ne répondent pas à un véritable besoin, elles le créent, tentent de persuader que tel album est "l'album événement", le disque qu'il faut absolument avoir... du business avant tout.

Bien sûr, certains chanteurs diront qu'ils viennent d'un milieu populaire, qu'ils font eux-mêmes leurs chansons, que ce ne sont pas des producteurs qui composent à leur place... mais ils ont de toute façon noyés dans cette culture industrielle, et leurs musiques n'ont pas grand chose de véritables "musiques du peuple".     

Et le rock dans tout ça ?  

Le cas du rock est assez particulier... c'est un genre batard qui tient plus de l'industrie que du peuple (c'est l'industrie qui l'a vite propulsé, il ne s'est pas développé durant des décennies au sein du peuple)... mais il a aussi un fort ancrage dans la réalité sociale (rock 60's contestataire et libertaire, punks...), il sait, parfois, exprimer les besoins du peuple (révolte, défoulement, remise en question des valeurs et de la hiérarchie).
La variété, elle, "sert les puissants"... elle fait tourner l'industrie musicale, entretient le peuple dans un sommeil comateux, le berce d'illusions sucrées, ne s'engage que pour des causes hyper-consensuelles... elle ne cherche pas à frapper, réveiller, déranger l'auditeur comme peuvent le faire le rock ou le hip-hop.

Il ne faut pas oublier que les chansons du peuple ont souvent une tradition de subversion, crudité, elles parlent de misère, de crimes, de révolte, d'injustices, de violence, et ce, depuis des siècles... elles ne sont pas que de simples bluettes (même si elles le sont aussi parfois...)
Bref, les chansons du peuple sont à son image... elles ne sont pas lisses, mais franches, directes, authentiques... "roots". Tout le contraire de la varièt'... le prochain article l'expliquera en partant d'un exemple précis...


Pour terminer et illustrer le sujet, une petite sélection de chansons du peuple, musiques traditionnelles... qui ne se veut pas exhaustive (il n'y a bien sûr pas de la musique de tous les pays - de toute façon, il me manquait pas mal de choses sur deezer - certains continents ont été privilégiés... j'ai construit cette playlist avant tout en fonction de mes goûts - et connaissances - en matière de "musiques du peuple"...) : 


    


Une réflexion intéressante et amusante sur les clichés des musiques traditionnelles aujourd'hui : Berceuse Electrique

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lou de Libellus 23/04/2014 19:06


 


Je l'avais bien dit, commentaire n°1, qu'on irait vers les trois cents.


Et Dieu - je veux dire : et Christophe Maé dans tout ça ?


Tu ne connais plus tes grands classiques ?


 

GT 21/04/2014 23:33


PIETRO : Oui, autant le génial Elliott Smith que la nettement moins géniale Rihanna...

Pietro 18/04/2014 18:07


Qu'entends-tu par "musiques populaires actuelles"? Ce terme peut recouper aussi bien Rihanna que feu Elliott Smith par exemple.

yosemite. 08/03/2009 14:33

je viens de trouver ça :http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/03/07/comme-une-chanson-populaire-par-nicolas-truong_1164907_3232.html

Dahu_Clipperton 28/02/2009 02:13

Christophe : comme le disaient les (che)velus d'Iron Maiden :
6 6 6 THE NUMBER OF THE BEAST

Christophe 28/02/2009 00:28

Aaaaargh ! Mais qui est quiiiiiii ?!?!?!... 

Dahu_Clipperton 27/02/2009 20:41

MB : si tu me soupçonnes, parce que je saute des pages,  d'être un alias de Christophe / Mario Cavallero Jr / Jean-Claude Stratagème / JCS, eh bien tu te trompes !(si tu as toujours des doutes, demande au Grand Timonier de vérifier l'IP ^^) 

mb 27/02/2009 20:29

Moi, ça fait un moment que je me démande si Dahu... hehehe...

Dahu_Clipperton 27/02/2009 20:26

...et Hercule ! ^^

Dahu_Clipperton 27/02/2009 20:25

PIf...

Thom 27/02/2009 20:23

"rimshot, un anagramme de Sir Thom"... oh là là... ça s'arrange pas la parano, mon grand. Christophe est en train de te faire fondre un câble ^^Je ne suis évidemment pas Rimshot, que je salue au passage :-)

G.T. 27/02/2009 20:11

RIMSHOT : oué, je sais, j'ai eu le bac, je connais un minimum la géogrpahie. evidemment que je sais que c est pas un pays, puisque je l'ai mis entre guillemets .. par contre tu ne réponds pas à ma remarque sur la comparaison entre les 2 musiquesMais si, je te réponds, je te dis que ce n'est pas comparable puisque la musique de Sardou n'est pas pour les français ce que la musique tzigane est aux tziganes !Sur "ce ne sont que des produits indiustriels"... ok, je vais un peu vite... disons qu'il y a deux conceptions : soit on considère de façon globale que toute musique produite par l'industrie est "industrielle", soit on le limite aux produits les plus "commerciaux", ces chansons variétoches simplistes (et le rock mainstream, le r'n'b, la techno de boite etc...)encore une fois, les critiques n'ont vraiment pas d'humour ou quoi ?... evidemment que ca n'existe pas (encore ..), mais c'est pour défendre ma thèse du "moyen qui justifie la fin" . j'ai dit porshe, mais j'aurai pu dire "voiture", ou "poele à frire" , ou "stylo à bille" ...? La phrase que tu cites sur les Porsche, c'était justement une plaisanterie de ma part... pâr contre, ce que je dis avant, je maintiens... tu connais beaucoup de gens qui limitent pour les voitures gratos, les poeles à frire gratos, les stylos à bille gratos ? La musique, justement, c'est quelque chose de tout à fait différent...Il y a aussi plein de gens qui téléchargent des films, des jeux vidéos, qui sont autant "hors la loi"... et pourtant, on les entend très peu argumenter sur le fait qu'il faut un accès le plus simple possible aux films/jeux vidéo...bon et si tu veux vraiment pinailler sur les "j'ai pas dit ca" :tu dis : on ne passe pas du Sardou dans toutes les fêtes françaises ; mais moi je n'ai pas dit "toutes" ...enfin, c 'ets pas le point principal ..Je n'ai pas dit que tu l'avais dit^^Je prends juste cet exemple pour montrer que la musique de Sardou... ce n'est que la musique de Sardou, pas la "musique du peuple"...  

rimshot 27/02/2009 18:07

d'accord avec MB, ce rapport a du etre pondu dans un coffee shop , c est pas possible!

mb 27/02/2009 18:04

Oups ! J'ai oublié de préciser que le début de la citation est écrite "souvent." lol

rimshot 27/02/2009 18:00

comme si dans les pays où on ecoute de la musique "tzigane", ils n'ecoutaient pas aussi leur "Sardou" locaux..c'est comme si moi j'allais dans le métro en "tziganie" et que je passais du Sardou ou du Aznavour , non ?[Il n'y a pas de "tziganie"... la musique tzigane n'est pas la musique d'un pays, c'est la musique d'un peuple...]oué, je sais, j'ai eu le bac, je connais un minimum la géogrpahie. evidemment que je sais que c est pas un pays, puisque je l'ai mis entre guillemets .. par contre tu ne réponds pas à ma remarque sur la comparaison entre les 2 musiques..oui, tu n'as pas dit que c'etait juste franco-francais, c'est la le probleme.. tu ne parle que d'artiste variotoch francais, que tu compares à des musiques de pays étrangers .. le lecteur lambda ne peut que comprendre qu'en france on a pas de "tradition et d'identité" musicales, et que les autres pays sont davantage dans l'authenticité ..pour le téléchargement :le fait que les gens téléchargent gratos, c'est vraiment "le moyen qui justifie la fin", pour moi ... ce n'est en rien défendable. la "musique pour tous" c'est pas plus défendable que "nourriture pour tous" (qui est payante), ou "confort pour tous" qui est payant aussi .. (enfin, c est un autre débat..)non, mais excuse moi tu fais expres quand tu dis "la tziganie c'est pas un pays, c est un peuple" ? evidemment que je sais que c est pas un pays, puisque je l'ai mis entre guillemets ..mais j'ai bien compris ton histoire de musique "du peuple" (pour tout le monde, pas de "propriété") vs musique "populaire" .. mais le probleme c'est que tu finis encore une fois ta phrase par "ce ne sont que des produits industriels" !!! qu'est ce que ca veut dire "ce ne sont que des produits industriels" ??? y a des tas de gens qui téléchargent des musiques que tu aurais tendance à défendre quand meme , et qui ne sont pas -selon ton appelation- des "produits industriels" non ?tu connais beaucoup de forums où des gens, sérieusement, défendent l'idée que chacun devrait avoir une Porsche gratos ?encore une fois, les critiques n'ont vraiment pas d'humour ou quoi ?... evidemment que ca n'existe pas (encore ..), mais c'est pour défendre ma thèse du "moyen qui justifie la fin" . j'ai dit porshe, mais j'aurai pu dire "voiture", ou "poele à frire" , ou "stylo à bille" ...bon et si tu veux vraiment pinailler sur les "j'ai pas dit ca" :tu dis : on ne passe pas du Sardou dans toutes les fêtes françaises ; mais moi je n'ai pas dit "toutes" ...enfin, c 'ets pas le point principal ..et si jamais on ne passait Sardou que dans les "bals populaires" (ce qui n'est vraiment pas le cas, je t'assure!!), il faudrait les renommer en "bals industriels" ? .. :)

mb 27/02/2009 17:52

" Ce n'est pas si simple... un rapport hollandais vient de montrer que le p2p aurait un impact positif sur l'économie"En effet, ce n'est pas simple, mais sans vouloir lire le rapport de 142 pages, je n'ai appris grand choses par cet article apart que l'industrie du spectacle et les peitits groupes inconnus se trouve (peut-etre) renforcé par le piratage.Citation : " souvent utilisés pour voir ou écouter un contenu qui sera acheté par la suite. La plupart des “pirates” n’auraient jamais acheté les contenus qu’ils téléchargent mais le simple fait d’avoir accès à un tel catalogue augmente considérablement le bien-être (welfare) des citoyens Hollandais"Hahaha !!! XD Celui-la j'adooore !  Bref, pas d'arguments du tout. ;)

G.T. 27/02/2009 17:07

MB : Ce n'est pas si simple... un rapport hollandais vient de montrer que le p2p aurait un impact positif sur l'économie. Le lien que m'a envoyé Thierry :http://fr.readwriteweb.com/2009/01/20/a-la-une/rapport-gouvernement-hollandais-conclu-impact-positif-p2p-economie/GUIC : Je sais pas... je ne traîne pas dans ce genre d'endroits, le contact avec la plèbe me file de l'urticaire^^

Guic 27/02/2009 14:23

on ne passe pas du Sardou dans toutes les fêtes françaises (encore heureux)...En effet. On en passe que dans les bals populaires.

mb 27/02/2009 13:04

" le net ce robin des bois des temps moderne, vienne réparer l'injustice dans chaque foyer "Ironie de la chose, c'est qu'il nous reste plus qu'a fermer les magasins de disques, ne plus produit le support physique et n'avoir plus qu'accès au streaming.  Fini tous les emplois direct où indirect, perte de millions en tva où taxe professionnels, impots etc.  C'est comme l'exposé de cette article à l'envers.  On crois s'attaquer aux majeurs, on s'attack au peuple, lol.

G.T. 27/02/2009 13:01

RIMSHOT : Là encore, tu me fais dire beaucoup de choses que je n'ai absolument pas dites... et tu commets pas mal d'erreurs.comme si dans les pays où on ecoute de la musique "tzigane", ils n'ecoutaient pas aussi leur "Sardou" locaux..c'est comme si moi j'allais dans le métro en "tziganie" et que je passais du Sardou ou du Aznavour , non ?Il n'y a pas de "tziganie"... la musique tzigane n'est pas la musique d'un pays, c'est la musique d'un peuple...J'ai l'impression que tu cherches à dire que nous "francais" on n'a pas de chanson "populaire/traditionnelle"(la seule qui vaille à tes yeux), alors qu'ailleurs, leur chanson populaire (qui passe à la radio, à la télé) c'est aussi de la musique traditionnelle .. je m'aventurerai pas sur ce terrain là, perso .. je suis sur que si tu allumes la radio en Roumanie , tu vas tomber sur la meme soupe que chez nous ... et en espagne, ils ecoutent pas tous du flamenco à longueur de journée non plus ..???Où est-ce que tu as lu un truc pareil dans ce que j'ai écrit ? Je n'ai jamais dit que c'était un phénomène franco-français, c'est bien sûr pareil dans la très grande majorité des pays...Ensuite, sur Sardou, ce n'est en rien la musique du peuple, c'est du Sardou... et il y a plein de gens en France qui ne supportent pas Sardou, qui n'écoutent jamais sa musique... on ne passe pas du Sardou dans toutes les fêtes françaises (encore heureux)... et on peut parfaitement s'intégrer en France sans connaître Sardou...Tu parles des musiques "du peuple" qui n'appartenaient à personne .. et qu'on se reapproprieraient par le téléchargement .. tu crois vraiment que les gens téléchargent en priorité ce genre de musique? tu dis ailleurs que justement c'est le contraire et que c'est la variété qui est la plus visée ..C'est tout de même très clairement exprimé dans l'article, c'est parce que beaucoup ont tendance à confondre "musiques du peuple" et "musiques populaires", à estimer qu'ils ont le "droit" d'avoir accès librement à ces musiques... alors que ce ne sont que des produits industriels...
Quant à l'exemple particulier de la messe et ta grand-mère, c'est un peu stupide... ça ne change rien au fait que des phénomènes qui ont été là pendant des millénaires, même quand les choses changent sur plusieurs générations, restent quelque part ancrés... bien sûr qu'on n'en est pas prisonnier, sinon l'humanité n'évoluerait jamais, mais on ne s'en débarrasse pas définitivement en une génération. Depuis la préhistoire, la musique est essentielle à l'homme, on la trouve sur tous les continents, dans toutes les civilisations, elle a toujours jouée un rôle social important... et même si les pratiques musicales et le rapport à la musique ont changé radicalement depuis la possibilité d'enregistrer de la musique, on retrouve toujours des rapports à la musique qui nous ramènent à ceux d'autres époques...
les gens téléchargent parce qu'ils ont les moyens de le faire .. si on pouvait télécharger des Porsches, tout le monde roulerait en Porsche .. je crois pas que les gens ecoutaient plus de musique 'avant", que cette musique leur ait été "volée" par les l'industrie du disque, et qu'enfin, le net ce robin des bois des temps moderne, vienne réparer l'injustice dans chaque foyer en mal de nourriture musicale ..Tu caricatures totalement... rien à voir avec ce que j'écris... je parle d'un sentiment d'impunité, d'être dans son bon droit... il n'ya qu'à lire tous les débats qui ont eu lieu sur le net, ou beaucoup de gens militent vraiment pour la musique "libre et gratuite", estiment qu'elle devrait être le plus facile d'accès possible à tous... tu connais beaucoup de forums où des gens, sérieusement, défendent l'idée que chacun devrait avoir une Porsche gratos ? 

rimshot 27/02/2009 11:23

"ce n'est pas attaquer le peuple, ce n'est pas du "mépris de classe" => je suis complétement d'accord, moi-meme je suis souvent victime de ce genre d'accusations .. :)mais, ensuite, quand tu dis :"les tziganes font de la musique de leur peuple... alors que la musique de Sardou, ce n'est pas la musique du peuple français, c'est juste du Sardou (et c'est pas grand chose). " :Je ne sais pas si on peut présenter les choses comme ca .. comme si dans les pays où on ecoute de la musique "tzigane", ils n'ecoutaient pas aussi leur "Sardou" locaux..C'est un peu rapide de comparer Sardou avec les "tziganes", c'est une question de "style" encore une fois, peut-être que les tziganes chantent le meme genre de paroles que Sardou, mais bon, pour nous, francais, ca sonne "authentique, tradition, et couleur locale" .. enfin, michel Sardou, on aime ou on aime pas, mais tout le monde connait ses refrains, on les passe dans les soirées, en boite, et ca parle au "peuple", meme pour rire, chez les jeunes .. Et Aznavour, par exemple ? c'est de la variété, mais ses chansons font partie du "patrimoine", et pour des étrangers, c'est ca la France. Et il chante des "bluettes" aussi .. Les tziganes qui jouent dans le métro, pour moi c'est de la variété "tzigane".. c'est comme si moi j'allais dans le métro en "tziganie" et que je passais du Sardou ou du Aznavour , non ?Tu parles des musiques "du peuple" qui n'appartenaient à personne .. et qu'on se reapproprieraient par le téléchargement .. tu crois vraiment que les gens téléchargent en priorité ce genre de musique? tu dis ailleurs que justement c'est le contraire et que c'est la variété qui est la plus visée .. à cause d'un "sentiment" ancestral (bon moi ma grand mere avait le sentiment qu il fallait aller à la messe tous les dimanche, et ce sentiment ne s'est pas transmis à moi pour autant..) , je trouve l'argument un peu rapide là aussi .. les gens téléchargent parce qu'ils ont les moyens de le faire .. si on pouvait télécharger des Porsches, tout le monde roulerait en Porsche .. je crois pas que les gens ecoutaient plus de musique 'avant", que cette musique leur ait été "volée" par les l'industrie du disque, et qu'enfin, le net ce robin des bois des temps moderne, vienne réparer l'injustice dans chaque foyer en mal de nourriture musicale ..J'ai l'impression que tu cherches à dire que nous "francais" on n'a pas de chanson "populaire/traditionnelle"(la seule qui vaille à tes yeux), alors qu'ailleurs, leur chanson populaire (qui passe à la radio, à la télé) c'est aussi de la musique traditionnelle .. je m'aventurerai pas sur ce terrain là, perso .. je suis sur que si tu allumes la radio en Roumanie , tu vas tomber sur la meme soupe que chez nous ... et en espagne, ils ecoutent pas tous du flamenco à longueur de journée non plus ..enfin, globalement, je ne vois pas l'industrie du disque comme un méchant monstre qui ravage tout sur son passage ..c'est qui "l'industrie du disque" ? l'industrie du disque, elle est autant chez Dylan, que chez Johnny, que chez Miles Davis ou Prince..(mais j'adore les débats ! c'est cool , ton article permet d'en faire un..)

G.T. 26/02/2009 17:54

RIMSHOT : Là, je suis déjà un peu plus d'accord... et je comprends mieux ce que tu voulais dire... sauf qu'à mon sens, tu réduis trop mon propos...Qu'il y ait de la bonne et de la mauvaise musique dans tous les styles... certes, mais ce n'est pas "tout"... si on s'arrête-là, c'est même pas la peine de parler musique, chacun a sa conception de la "bonne et mauvaise musique", et on n'a plus grand chose à dire...Pour moi, les musiques ont un sens, un contexte, une histoire, portent un message...si tu me reponds que tu ne te caches pas pour défendre le téléchargement grtos/"pirate" , et qu'en meme temps tu me dis que les majors ont raison de se défendre ... bé y a quand meme un truc qui coince ..Je ne vois vraiment pas ce qui coince... j'ai déjà écrit des articles très nettement en faveur du téléchargement, je n'ai pas besoin de me "cacher" pour ça, de "suggérer" les choses au lieu de les dire... je ne fais ici que nuancer, dire que l'industrie du disque a, d'un certain point de vue, raison... il n'y a rien d'autre à "lire" que ce qui est écrit...
Quant au reste... je peux comprendre qu'on perçoive dans mon article l'idée qu'il y ait une "bonne" musique du peuple face à une mauvaise "musique du peuple", car il y a un peu de ça, et que le ton est à certains moments radical, pamphlétaire... mais ce n'est pas tout ! Et ce n'est même pas vraiment le propos initial...Comme je le dis au début, je pars de l'idée que d'attaquer les musiques populaires actuelles, ce n'est pas attaquer le peuple, ce n'est pas du "mépris de classe" (ça peut aussi en être, bien sûr...) car la musique populaire actuelle est une musique de l'industrie.Je ne résume pas les choses aussi sommairement que tu le dis... la question n'est pas tant ici de savoir ce qui est de la daube et ce qui n'en est pas, mais plutôt de montrer que la musique populaire actuelle a perdu son ancrage dans le peuple, et cet esprit collectif... les tziganes font de la musique de leur peuple... alors que la musique de Sardou, ce n'est pas la musique du peuple français, c'est juste du Sardou (et c'est pas grand chose). Mais bien sûr que des musiques qui viennent de l'industrie peuvent être intéressantes, réussies... seulement, ce n'est que rarement ce qui monopolise les ondes, puisque le but est de vendre, on ne recule pas devant  ce qu'il peut y avoir de plus putassier...

rimshot 26/02/2009 15:45

je suis l'annagrame de personne, je sais pas qui c'est Sit thom (?), non non ... :)on va pas se battre tous les 2, c'est pas ca le but, mais bon, celui qui tape sur un style et qui fait des classifications, c'est quand meme toi, dans l'histoire :)entre Zazie et Woody Guthrie, y a quand meme de la place, non ? enfin, pour moi c'est pas une question de style tout ca, y a de la bonne musique , et de la mauvaise, c'est tout, et ce, dans tous les "styles".. Je parlais d'Elvis parce que je voulais comparer ce qui est comparable .. on va sortir du tiroir des trucs qui ont 5 siecles et comparer avec ce qui passe aujourd'hui sur TF1 , ca servirait à rien .. je parlais d'Elvis, parce que c'etait justement qq'un de tres "populaire", comme Johnny, si tu preferes ; enfin, la variété ne se résume pas qu'à de la soupe .. les beatles aussi c'etait "populaire", ca passait 30 fois par jour à la radio, et ca posait dans les magazines..J'ai bien vu que tu disais que l'industrie du disque avait plutot raison, mais comme tu termines ta phrase par une petite boutade .. ca laisse planer le doute ..enfin pour la contradiction, si tu me reponds que tu ne te caches pas pour défendre le téléchargement grtos/"pirate" , et qu'en meme temps tu me dis que les majors ont raison de se défendre ... bé y a quand meme un truc qui coince ..sur le hip hop, je donnerai certainement pas de lecon, mais bon .. opposer starification/guimauve/gimmicks accrocheurs (en quoi c'est mal?) de la variété , et le hip-hop .. c'est pas un peu exagéré , quand meme ?..globalement, je suis d'accord avec toi , disons qu'on a les memes gouts .. zazie, sardou, c'est pas mon truc .. mais bashung, gainsourg, christophe, et ailleurs, les beatles, sinatra, elvis, ou prince, c'est des trucs que j'aime et qui sont aussi de la "variété" , selon tes criteres .. donc mettre tout dans le meme sac, ca sert à rien. y a aussi la culture de l'image dans le rock, le hip-hop, y a aussi le souci de faire des trucs qui rentrent dans l'oreille et qui y restent (ce n'est pas un mal), et y a pas forcément de "message"..le rock aussi, "sert les puissants", je pense qu'on peut pas dire le contraire ..A lire ton article, en résumé , on retient que : musique populaire = daube, et musique du peuple = vraie bonne musique. et comme musique du peuple = (selon toi) subversion, authentique, tradition ...tout ce qui ne repondait pas à ces criteres, ce serait de la soupe (en sachet)..(c'est comme ca , que c'est dit, franchement :)le rock aussi peut endormir, s'engager pour des causes "consensuelles" (c'est quoi d'ailleurs , une cause "consensuelle") ?enfin, pour moi, tout n'est pas si tranché.. et ton article à l'air si "engagé" qu'il tire un peu sur les grosses ficelles, et abuse des raccourcis.. mais bon, le débat continue ..

G.T. 26/02/2009 15:03

RIMSHOT : Je ne sais pas si tu es un nouveau "fake", comme l'était JCS (rimshot, un anagramme de Sir Thom^^)... parce que tu sors tout de même pas mal d'énormités...dont le seul but est de taper sur l'industrie du disque (...) et de défendre en filigrane à peine voilé le téléchargement "pirate" ..Si c'est tout ce que tu as vu, tant pis pour toi, il y avait pas mal d'autres choses... et ces deux éléments ne sont pas l'essentiel.Je n'ai pas besoin de défendre "en filigrane" le téléchargement, je le fais en général de manière beaucoup plus claire... et là, justement, si tu avais lu correctement, je dis qu'en fin de compte, l'industrie n'a pas forcément tort de lutter contre le p2P, puisqu'on parle de produits industriels...déjà , j'en suis pas sur, que les gens avaient ce sentiment là pendant des siècles et puis en quoi ce "sentiment" se transmettrait-il ?...Quand des rapports à tel ou tel phénomène ont perduré pendant des siècles, ils restent "ancrés" chez les hommes...expliquer que la variété , c'est "flatter les bas instincts" du peuple, c'est n'importe quoi ... le rock, le hip hop, ca flatte jamais les bas instincts ?Bien sûr que la variété flatte les bas instincts, c'est mièvre, dégoulinant de pathos... et je n'ai dit nulle part que le rock et le hip-hop ne flattaient jamais les bas instincts...
et puis d'abord, la musique a-t-elle forcément besoin frapper, reveiller, déranger pour exister et etre de la bonne musique ?? Je n'ai jamais dit qu'elle avait "forcément" besoin de frapper... je dis juste que c'est une qualité de la musique, mais il en existe plein d'autres ! Tu n'arrêtes pas de me faire dire ce que je n'ai pas dit...Tout comme je n'ai jamais dit qu'il fallait obligatoirement "faire dans la tradition" pour jouer de la bonne musique.Et limiter mon propos à "Zazie c'est de la merde", c'est n'importe quoi...Enfin, preuve que tu ne sais absolument pas de quoi tu parles, que tu ne connais pas grand chose à la musique et à son histoire (et quand on ne connaît pas grand chose, mieux vaut éviter de porter des jugements tels que les tiens) :dire que la musique du peuple a des vertus subversives, et prendre comme exemple bob dylan, c'est complétement à coté de la plaque .. suffit d'ecouter ses chansons, c'est juste .. de la poésie .. Dylan se défend lui meme de toute tentative de subversion et passage de messages politiques dans sa biographie ..Limiter Dylan à "juste de la poésie", ne pas voir dans ses chansons de la subversion... je pense que ça a de quoi faire éclater de rire tous les fans de Dylan... tu ne peux pas être un "fake" de Thom, qui, s'il passait par là et s'il avait du temps à perdre (parce que là, j'ai pas trop le temps), tomberait de sa chaise et pourrait t'expliquer en long, en large et en travers à quel point Dylan a été subversif...Ce que Dylan a dit ensuite... peu importe ! Ses chansons parlent d'elles-mêmes, ce n'est pas un hasard, s'il a incarné mieux que quiconque la subversion et la "protest song"... Et si Dylan s'en est défendu, c'est tout simplement parce que ça le pesait qu'on le limite à ça, et parce qu'il était trop cynique pour s'imaginer en "leader social", en "prophète"... il n'en reste pas moins que ses chansons ont été porteuses d'un message social particulièrement fort...et puis ca me fait bien marrer ta facon de parler du rock (on voit bien que tu essaies de défendre comme tu peux un schema et que le rock arrive pas à rentrer dedans ..) C'est pourtant bien en chantant des chansons "consensuelles", des "bluettes" comme tu dis , qu'Elvis Presley a répondu à une "attente" du jeune peuple US, et a reussi a faire renverser les valeurs, à bousculer, et si c'est pas un des premiers à apporter un vrai caractere subversif dans la musique ...Je n'essaie pas de "défendre un schéma dans lequel le rock ne rentrerait pas", le rock est un genre batard, comme je l'explique, qui tient de l'industrie tout en s'y opposant et en portant un message social assez fort... et alors ? Je n'ai jamais prétendu qu'il y avait un schéma strictement binaire. Comme partout, il y a des nuances, des genres qui sont dans un "entre-deux"...Enfin, prétendre qu'Elvis est un des premiers à apporter un "vrai caractère subversif à la musique"... faut ne rien connaître à l'histoire de la musique et à la musique classique pour avancer une telle énormité... les hommes n'ont pas attendu Elvis pour faire de la musique subversive :-) Des musiques subversives, on en trouve au Moyen Age... et beaucoup chez les compositeurs du XIX°, du début XX°, dans le jazz, le blues, etc...Que tu ne comprennes pas certaines choses dans mon article, que tu ne ressentes pas les choses de cette manière... je veux bien... et je veux bien qu'on en discute, préciser certains points... mais, franchement, évite de faire la leçon sur des sujets que tu connais mal... perso, je ne me vois pas vais aller donner des leçons à un type qui écrit sur l'histoire de la sculpture...    

rimshot 26/02/2009 11:59

bah, non .. pour moi cet article est un concentré de mauvaise foi, de vérités assénées sans explication ni argument, dont le seul but est de taper sur l'industrie du disque (ces salauds qui décidément EMPECHENT d'écouter de la bonne musique), et de défendre en filigrane à peine voilé le téléchargement "pirate" ..je vois pas comment on peut dire que "starification", "grosse production", "formatage" , "argent" sont les seuls attributs de la "variété" , et pas du rock et du hip hop ...parler du sentiment d"impunité" chez les téléchargeurs sauvages, je suis d'accords, mais le justifier en expliquant que pendant des siécles, la musique appartenait à tout le monde, non là, je vois pas ... déjà , j'en suis pas sur, que les gens avaient ce sentiment là pendant des siècles , et puis en quoi ce "sentiment" se transmettrait-il ?...expliquer que la variété , c'est "flatter les bas instincts" du peuple, c'est n'importe quoi ... le rock, le hip hop, ca flatte jamais les bas instincts ?dire que la musique du peuple a des vertus subversives, et prendre comme exemple bob dylan, c'est complétement à coté de la plaque .. suffit d'ecouter ses chansons, c'est juste .. de la poésie .. Dylan se défend lui meme de toute tentative de subversion et passage de messages politiques dans sa biographie ..et puis d'abord, la musique a-t-elle forcément besoin frapper, reveiller, déranger pour exister et etre de la bonne musique ?? "Il ne faut pas oublier que les chansons du peuple ont souvent une tradition de subversion, crudité, elles parlent de misère, de crimes, de révolte, d'injustices, de violence, et ce, depuis des siècles... elles ne sont pas que de simples bluettes (même si elles le sont aussi parfois..." ... bah j'aimerai bien connaitre des chansons d'il y a plusieurs siécles , tiens ... surtout qui parlent d'injustices et de violence ..et puis ca me fait bien marrer ta facon de parler du rock (on voit bien que tu essaies de défendre comme tu peux un schema et que le rock arrive pas à rentrer dedans ..) C'est pourtant bien en chantant des chansons "consensuelles", des "bluettes" comme tu dis , qu'Elvis Presley a répondu à une "attente" du jeune peuple US, et a reussi a faire renverser les valeurs, à bousculer, et si c'est pas un des premiers à apporter un vrai caractere subversif dans la musique ...Enfin, je vois pas non plus pourquoi il faudrait obligatoirement faire dans la "tradition" comme tu dis, pour faire de la bonne musique ...
faire un atricle aussi long et avec autant de mauvaise foi pour juste dire que Zazie c'est de la merde ..c'est quand meme une bonne perte de temps .. :)
 
 


G.T. 22/02/2009 19:02

CHRISTOPHE : C'est ce qui fait tout mon charme ! (enfin... je crois...)

Christophe 22/02/2009 18:32

Ce que tu peux être snob mon pauvre Gitou !

G.T. 22/02/2009 14:53

DAHU : C'est vrai, il y a une distinction à faire entre musiques ayant une fonction "sociale"et "chansons du peuple"... mais bon, ce serait un autre sujet... et les deux ne sont pas sans rapports...YOSEMITE : Débiter de quoi ?CHRISTOPHE : Si "ça s'en va" est "l'âme du peuple", j'espère bien que KMILO a raison et que le peuple est mort^^DAHU : Idem pour celle-là :-)

Christophe 22/02/2009 11:35

et Marie Laforêt !

Dahu_Clipperton 22/02/2009 11:13

J'voudrais bien mais j'peux pointC'est point commode d'être à la modeQuand on est bonn' du curéC'est pas facile d'avoir du styleQuand on est un' fille comm' moiéEntre la cure et les figuresDes grenouilles de bénitierLa vie est dure quand on aim' rigolerMais quand le diable qu'est un bon diable me tire par les piedsÇa me gratouille, ça me chatouille, ça me donn' des idéesJ'fais qu'des bêtises derrièr' l'égliseJ'peux point m'en empêcherDieu me pardonne j'suis la bonn' du curé.J'voudrais bien mais j'peux pointJe voudrais mettre un' mini jupetteEt un corsage à trous trous,Mais il parait que pour fair' la quêteÇa ne se fait pas du toutQuand je veux faire un brin de causetteAvec les gars du paysJ'file en cachette derrièr' la sacristie.J'voudrais bien mais j'peux pointQuand c'est la fête j'en perds la têteJ'voudrais ben aller danserJ'voudrais monter en motocyclettePour me prom'ner dans les présEt qu'un beau gars me compte fleuretteAvec des disqu's à succèsCar les cantiques ça n'vaut pas Claude FrançouéLa la la la la la la ....................

Dahu_Clipperton 22/02/2009 11:12

CHRISTOPHE : tu m'eltonnes, John ! Un vrai archi-dandy de l'unedeurgrounde ultra-snob méga-segmentant ! Surtout que dans sa liste y a même pas ça :

yosemite. 22/02/2009 10:21

On pourrait débiter Thomas Dutronc, Diane Dufresne ou Michelle Branch ?

Christophe 22/02/2009 09:05

Bon, ma tronçonneuse m'a lâchée faute de carburant, donc je vais débiter autre chose que du chêne. Donc voici la contribution ultime, celle qui prouve que GT n'a rien compris, mais rien de rien au peuple, à la musique, à l'âme des peuples :Ça s'en va et ça revientC'est fait de tout petits riensÇa se chante et ça se danseEt ça revient, ça se retientComme une chanson populaireL'amour c'est comme un refrainÇa vous glisse entre les mainsÇa se chante et ça se danseEt ça revient, ça se retientComme une chanson populaireÇa vous fait un cœur tout neufÇa vous accroche des ailes blanches dans le dosÇa vous fait marcher sur des nuagesEt ça vous poursuit en un motÇa s'en va et ça revientC'est fait de tout petits riensÇa se chante et ça se danseEt ça revient, ça se retientComme une chanson populaire

Christophe 22/02/2009 07:23

La provo "t'es pas cap" du jour :"Il n'est bien évidemment pas question de mettre en pièces la musique traditionnelle thaïlandaise, par exemple, alors qu'on ne connaît rien de la culture, de l'histoire, des modes de pensée  "Ha ha Dahu, tu crois pas qu'on t'as vu venir ? ^^Z'avez d'la chance que j'ai des arbres à couper, y a d'la Ségara à défendre contre des assauts perfides. 

Dahu_Clipperton 22/02/2009 02:50

G.T. - Je voulais dire : est-ce qu'on n'est pas en train de faire se télescoper, dans ton article et nos commentaires, 2 types différents de "musiques du peuple" ? Soit : d'un côté, une musique ayant une fonction sociale assez clairement définie (mariage, enterrement, travail, célébration collective, etc.) ; d'un autre côté, des ritournelles (dans le sens non-péjoratif du terme), des chansons qui circulent, sont réinterprétées constamment, ce qu'on a coutume d'appeler les trads (que ce soit le musette, le rebetiko, ou "Whiskey in the jar"^^).(presque 3 heures du matin, je vais arrêter les commentaires, avant de sérieusement m'embrouiller les chamallows)

G.T. 22/02/2009 01:56

MB : On ne s'est pas compris... quand je dis "accessible à tous", je ne parlais pas du fait qu'on puisse écouter absolument toutes les musiques, je voulais juste dire qu'on n'a pas attendu l'industrie pour pouvoir écouter fréquemment de la musique...Bien sûr que moi aussi, je trouve formidable que l'on puisse maintenant si facilement écouter tant de musiques... mais bon, le progrès fait aussi perdre des choses non négligeables... avant, écouter de la musique, ce n'était pas un truc anecdotique qu'on pouvait faire n'importe quand. La musique avait quelque chose de plus "magique"... et, surtout, de beaucoup plus "collectif"...KMILO : C'est exactement ça, tu dis en quelques lignes tout ce que j'ai voulu dire dans cet article... j'aime ton esprit de synthèse^^ DAHU : Oui, sur le "degré de jugement esthétique" je suis plutôt d'accord...Sinon, je ne pense pas que la "musique traditionnelle" complique les choses, puisqu'elle appartient totalement aux "musiques du peuple" (c'est même l'essentiel des musiques du peuple...)  

Dahu_Clipperton 22/02/2009 01:29

G.T. !!!Ce serait pas ça le problème : qu'on est plus ou moins en train de s'embourber dans la distinction musique populaire/musique du peuple, et qu'on y a ajouté "musique traditionnelle", et que ça fout encore plus la zone ??? 

Dahu_Clipperton 22/02/2009 01:16

G.T : OK, on ne parlait pas, me semble-t-il, du même "degré" de jugement esthétique. J'étais plus basique que toi, je parlais de juger le morceau "en soi", pour lui-même, "hors sol" en quelque sorte. Dans ce sens, je ne vois pas ce qui m'interdirait de juger que tel hymne national est exagérément martial et pompier, et de le comparer négativement à tel autre que je jugerais délicat, sobre et recueilli (de toute façon, mon préféré c'est celui de la Radioheadlandie, version studio avec les cuivres^^). Mais cela en se basant sur des codes, des référents culturels QU'ON MAITRISE UN TANT SOIT PEU. Il n'est bien évidemment pas question de mettre en pièces la musique traditionnelle thaïlandaise, par exemple, alors qu'on ne connaît rien de la culture, de l'histoire, des modes de pensée plus ou moins "propres" à ce pays. Dans ces cas-là, on se contente de fermer sa gueule, c'est sûr ;-)

k-milodans le bain de mes nuits sans le bébé qui est dans l'o qui dort 22/02/2009 00:19

excellent ouais mais faut voir d'où j'essaie de me réunir pour faire une phrase à peu près plausible en gros les musiques traditionnelles de ce côté ci de la surface du globe  même si ailleurs de l'autre côté l'industrie du tourisme a dû quelque peu changer la donne aussi c'est un peu comme le latin et le grec classique, langues mortes,  musiques mortes ce qui n'empêche nullement personne de ne le parler, l'enseigner ou même de ne le jouer avec enthousiasme même si c'est là qu'hélène s'égara

mb 21/02/2009 21:56

" L'industrialisation de la musique ne l'a pas rendue "accessible à tous", elle l'était déjà avant... l'industrie de la musique a surtout changé le rapport à la musique, rapport qui est devenu plus passif et "vertical"..."Accessible à tous ?  Je n'aurais pas connu la musique de B.B. King, Bob Marley, Bob Dylan, enfin mettez les noms que vous voulez... voir même la musique traditionelle des pays comme la musique écossaise aux cornemuses (sauf que j'ai visité l'Ecosse) où Brahms où Schubert (sauf que j'allais aux concerts classiques), où Miles Davis où Yoyo Ma (sauf que je les ai vu)... etc...  mais pour ceux qui ne vont pas aux concerts, ou qui ne vis pas près des centres urbaine ou se produise des spectacles ?Pour le rapport "passif"... sauf erreur de ma part, chaqun peut choisir ce qu'il écoute ?  Et je ne régarde pas hélène ségara à la télé. ;)Et pour revenir à la "perte" des musiques traditionelles je suppose qu'il y a bien des artistes qui continue de les interpreter avec passion et brio et donc de conserver la mémoire...

G.T. 21/02/2009 20:03

BOEBIS : Mais après tout, est-ce qu'on ne peut pas dire qu'un artiste "variété internationale" est aujourd'hui le plus légitime pour parler de notre société de consommation ? La work song était le fruit légitime du paysan, la pop industrielle est peut être le produit qui exprime le mieux notre société, ou en tout cas la partie émergée de l'iceberg: amour, gloire et beauté ?C'est une idée pas inintéressante... mais je ne le verrais pas vraiment comme ça... on pourrait plutôt penser que la musique hyper-commerciale de l'époque, en effet, est la plus "représentative" de la société dans laquelle nous vivons... ce qui n'est pas tout à fait pareil...Est-ce que Johnny et britney sont "sincères" quand ils sortent leurs albums ? je ne crois pas vraiment... ce sont justement deux exemples types de chanteurs prêts à virer de bord en fonction de là où le vent souffle... en plus, ils ne composent pas leurs morceaux... après, qu'ils soient sincères ou non, ce n'est pas vraiment la question... si tu nages depuis toujours dans la musique de l'industrie, et que ça te plait, tu ne cherches pas vraiment à faire autre chose... des mecs d'un boys band peuvent être totalement sincères, ça ne rend pas leur musique plus "honorable"...DAHU : Mais à partir de quoi veux-tu juger des chansons d'autres cultures ? Comment peux-tu déterminer ce qui est de la bonne musique traditionnelle vietnamienne de la mauvaise ? Ton jugement sera le jugement d'un occidental, avec des critères esthétiques occidentaux... c'est aussi la même chose sur les musiques trad. norvégiennes, polonaises etc... et même sur des musiques trad.françaises, qui viennent de cultures qui nous sont souvent aussi lointaines que celles d'autres continents...Les critères esthétiques qu'on utilise pour juger une musique ne sont pas "absolus et universels", ils dépendent de périodes particulières, de culture et rapports à la musique... Je ne vois pas trop sur quels critères on pourrait se baser pour dire que la musique trad. de tel pays est meilleure que telle autre, faudra m'expliquer... C'est quoi la musique du peuple aujourd'hui ? il n'y en a plus vraiment dans nos sociétés occidentales (désolé^^), c'est ce que je dis dans l'article... on peut toujours trouver quelques artistes qui fonctionnent "en dehors" de l'industrie, dans de petites communautés... mais il n'y a plus de musiques du peuple fédératrices...KMILO : Excellent^^ 

kmilodanslebaind'acideetlebébédans la soupe 21/02/2009 17:47

les gars, si j'peux en placer une, j'ai une soucoupe violente :le peuple est mort.(j'avais vu sa nécro dans un libé mais je le retrouve plus)

Dahu_Clipperton 21/02/2009 15:57

Surtout, le souci ici, c'est le terme "peuple", il me semble. Le peuple, tel que tu l'entends, c'est celui qui était relativement homogène, du point de vue des référents culturels, des traditions, des origines ethniques, etc. Celui de l'époque où l'on pouvait dire "LE prolétariat", par exemple, où les classes, les catégories sociales étaient plus nettement définies. Un "bloc" de peuple, en quelque sorte^^ Un "peuple" très différent de celui d'aujourd'hui, qui est bien plus "brassé" ethniquement (ça, c'est bien sûr très bénéfique) et, dans une moindre mesure, socialement... Mais avant tout, un peuple infiniment plus parcellisé, fragmenté, communautarisé, où l'on a fort bien appris à se méfier du voisin et à se dresser les uns contre les autres. D'autres liens se créent malgré tout, mais qui n'ont plus guère à voir avec le "peuple" de la première moitié du XXème siècle.Je résume très grossièrement : n'en tirez surtout pas la conclusion que je fais du "c'était mieux avant", j'ai déjà dit tout le bien que je pensais de Francis Cabrel quelques commentaires plus haut ^^

Dahu_Clipperton 21/02/2009 15:35

G.T. : bizarre, tout de même, cette histoire de musiques qu'on peut juger et d'autres qu'on ne peut pas juger d'après des critères esthétiques... j'ai du mal à saisir. Tu voudrais dire qu'on ne peut pas juger les chansons révolutionnaires ? qu'on ne peut pas juger les hymnes nationaux ? Vraiment, explicite-moi ton point de vue !(de toute façon, j'm'en fous : "Ay Carmela" je la trouve très belle, et puis l'hymne argentin aussi ! et toc !^^)Dis-nous donc : pour toi, c'est quoi la "musique du peuple" aujourd'hui ??? Pour le coup, en essayant de suivre le fil de ton article et de tes commentaires, je n'arrive pas à voir où tu la "situes". Et ne me dis pas "nulle part !", ça voudrait dire que tu penses que les terrifiantes visions d'Orwell et Huxley se sont totalement concrétisées, qu'on est tous devenus des moutons amorphes dénués de tout sentiment et là y a plus qu'à se pendre... ^^

Boeb'is 21/02/2009 14:36

Déjà désolé de ne pas avoir relu mon message et oublié bon nombre de fautes de frappes. Je parlais de Carlos Gardel et non Guardel hein :-PGT, je comprends bien et rejoins ta distinction légitimité/qualité. Mais après tout, est-ce qu'on ne peut pas dire qu'un artiste "variété internationale" est aujourd'hui le plus légitime pour parler de notre société de consommation ? La work song était le fruit légitime du paysan, la pop industrielle est peut être le produit qui exprime le mieux notre société, ou en tout cas la partie émergée de l'iceberg: amour, gloire et beauté ?"Les chanteurs de varièt' sont "populaires", mais le terme n'est pas à prendre dans le sens "qui vient du peuple", plutôt dans le sens "célèbre"."Je ne pense pas que les Johnny et autres Britneys, soient avec leurs calculette quand ils sortent des albums. Je pense qu'ils sont sincères et ont l'impression de faire de la bonne musique, en phase avec celle qu'ils aiment. Ils produisent de la "variété internationale", mais ils en sont certainement aussi le produit. En tout cas, c'est clairement à mon avis une musique qui vient du peuple, mais juste pas la partie la plus intéressante du peuple. Laconiquement, on pourrait dire que, la musique people, c'est malgré tout de la musique du peuple, mais un peuple peoplisé.Culturo-fightement votre,PS: et j'aime aussi les barbecues :-) Comme j'aime la musique chicha et cumbia qui en sont les équivalents "cholo" !

G.T. 21/02/2009 13:53

LABOSONIC : Je ne comprends pas vraiment pourquoi tu dis que " la distinction "Musiques populaires" et "Musiques du peuple" qui, à mon avis, relève de la plus grande foutaise qui soit."Et ensuite tu expliques que depuis qu'on a pu enregistrer la musique, la "musique du peuple" n'a plus court... parce que ça rejoint tout à fait ce que je dis... et ça montre bien qu'il y a une différence et une distinction à faire entre "musique du peuple" et "musiques populaires"...
Pour les bluesmen pillés par l'industrie du disque, je suis d'accord et je ne dis pas le contraire, ce n'est pas parce que leur "musique appartenait à tout le monde", c'est de l'exploitation... ce dont je parle, c'est des bluesmen qui vont reprendre les plans des uns et des autres (comme dans le flamenco)... je parle de comment la musique "circule" de l'un à l'autre.
Aucun plan marketing, aucun matraquage sur les ondes, aucune campagne de presse ne peuvent réellement tromper le public : si un artiste est mauvais et ses chansons ne parlent pas à ses éventuels auditeurs, ses disques partent au pilon.Là aussi, je ne dis pas le contraire... par contre, ce que je dis, c'est qu'il y a une grande différence entre une musique qui vient réellement du peuple et une musique qui lui plait.
JCS : Je ne vois pas en quoi Labosonic aura percé "l'inanité du postulat de départ", puisqu'au fond, je trouve qu'il me rejoint, et ne contredit pas vraiment ce que j'ai écrit (il est même par certains côtés encore plus radical puisqu'il dit qu'il n'y a plus de musique du peuple depuis qu'on a pu enregistrer...)
MB : L'industrialisation de la musique ne l'a pas rendue "accessible à tous", elle l'était déjà avant... l'industrie de la musique a surtout changé le rapport à la musique, rapport qui est devenu plus passif et "vertical"...
BOEBIS : Ce n'est pas vraiment la qualité que j'associe à l'authenticité, c'est surtout la légitimité... ce qui n'est pas vraiment pareil..
Bien sûr qu'il y a des artistes médiocres dans tous les pays, je ne dis là encore pas le contraire... ce que j'ai écrit, c'est qu'intrinsèquement, il n'y aurait pas la musique de tel peuple qui serait "moins bonne" que celle de tel autre... ce serait assez ethocentriste d'appliquer des critères esthétiques (et lesquels ?)... ce serait prétendre qu'il y a une "universalité" de l'esthétique musicale qui s'appliquerait à tous les peuples... alors que ce sont des cultures différentes...Sur la distinction "pop stars" vs "musique du peuple", oui, il y aurait des nuances à placer... parce que l'industrie du disque a permis la mise en avant de certains artistes qui ne restaient pas moins profondément liés à la musique du peuple (Dylan, Amalia Rodrigues, Mercedes Sosa etc...)DAHU : Les chansons paillardes ont une "fonction" dans la société, et sont un autre exemple de musiques du peuple qui ne peuvent se juger selon des critères esthétiques... 

Dahu_Clipperton 21/02/2009 13:18

Avant toute chose : je ne prétends pas une seconde avoir les connaissances, le sens de l'argumentation et la clarté de Labosonic, Boeb'is et Jean-Claude (c'était donc toi, JCS !^^).Malgré tout, je l'ouvre (comme si je n'avais pas assez pollué les commentaires jusque-là !).LABOSONIC : je suis assez d'accord en ce qui concerne la distinction musique du peuple / musique populaire, et c'est bien pour ça que je cherchais à dire à G.T. qu'il risquait très sûrement de se prendre les pieds dans le tapis... Par contre, j'ai toujours autant de mal à accepter les conceptions "à la Benjamin" (tout comme pas mal d'idées développées par Barthes, d'ailleurs), et sa fameuse théorie de "l'aura", beaucoup trop empreinte de religiosité pour être honnête, à mon sens. Le travail de Lomax est pour moi le contre-exemple parfait. Le fait de l'enregistrement, chez un homme comme Lomax, n'annule en aucun cas "l'aura" des musiques dont il cherche à conserver la trace, bien au contraire ! C'est même le seul moyen de conserver cette trace, ce n'est certainement pas une partition qui le permettrait... Et c'est d'ailleurs assez drôle de se dire que c'est un "stratagème" créé par l'industrie qui a permis de sauver du tourbillon de l'industrialisation et de la marchandisation ces petites flammes qui vacillent... (tiens, l'image que je viens d'utiliser me vient d'une citation du porte-parole des Residents, dont il faudra que je retrouve les termes exacts, ça pourrait vous intéresser^^)Comme je l'avais dit plus haut, je crois que c'est à partir de l'apparition du "phénomène Elvis" que l'on a pour de bon basculé dans l'ère "tout-industrielle" des musiques populaires, où tout type d'expression musicale "du peuple" se doit de passer par le filtre de l'industrie, d'être ré-approprié, ré-assimilé par celle-ci. Et G.T. a bien pointé dans ses commentaires cette ambivalence de l'arrivée d'Elvis.JEAN-CLAUDE : tu n'aurais pas la dent un peu dure, tout de même ? (en même temps, c'est parfait, on est bien censé être sur un blog "fighto-culturel" ;-) )BOEB'IS : tout à fait d'accord sur ces questions d'authenticité et de qualité ! (en même temps, je dis ça à quelqu'un qui m'a tout l'air d'être un puits de connaissances des musiques "du monde" et "traditionnelles", au vu de ton blog, donc je la ramène mais j'y connais rien^^). C'est bien pour ça que ça m'avait amusé (sans mépris de ma part, Arbobo !) de lire un commentaire du genre "La java bleue, pas tellement..." quand j'avais cité cette chanson comme exemple de musique "populaire/du peuple" (là, du coup, j'y perds mon latin), comme si la "vraie musique du peuple" était obligatoirement, se devait d'être de la bonne musique ! Il y a tout un pan de la musique du peuple qu'on n'a pas évoqué, d'ailleurs : les chansons paillardes ! et là, question valeur esthétique, c'est bien limité, et question profondeur des thèmes et tout ça, zéro ! Ce n'est absolument pas leur but, d'ailleurs...(je fais une pause dans les commentaires : j'ai faim, et ma délicieuse petite cousine a besoin de l'ordinateur... passionnant, non ? allez, si, un dernier commentaire...)YOSEMITE : à 100% d'accord avec toi !

Jean-Claude 21/02/2009 11:58

Tout à fait d'accord au mot près avec Boebi's

yosemite. 21/02/2009 11:43

moi j'aime bien les barbecues.

Boeb'is 21/02/2009 11:14

Pas forcément grand chose à apporter au débat, mais je pense quand même qu'il faut se garder de la généralisation des musiques traditionnelles/populaires. Il y a peut être un lien entre elles, en ce qu'elles sont souvent issues de sociétés traditionnelles, rurales etc. mais sinon, dans leurs fonctions, dans leurs attributs elles n'ont pas grand choses à voir. Musiques, de rituels, fesives, funéraires, guerrière, de transe, de travail... leurs rôle dans chaque société est différente, et on peut pas tout mettre dans le même sac sous pretexte qu'elles sont arrivées avant l'age industriel.Après, sur la distinction entre bonne et mauvaise musique populaire, c'est un peu comme le débat sur le bon et mauvais chasseur cher aux Inconnus :-) Je pense pas qu'on puisse donner un label de qualité et d'authenticité à toutes les musiques traditionnelles d'un coup. C'est comme la musique classique, il y avait en majorité de la musique pourrie, et seuls les génies ont perdurés. Je ne vois pas pourquoi il n'y aurait pas des artistes médiocres et opportunistes dans tous les pays et cultures.Et enfin, n'est pas trop optimisme d'associété authenticité et qualité? Une société médiocre n'aura t elle pas comme musique authentique une musique médiocre? La danse des canards n'a t elle pas une place dans la culture française authentique? Au même titre que le barbecue et bienvenue chez les chtis? On imagine souvent les sociétés éloignées comme des sociétés authentiques, pures, profondes... alors que la soupe existe et domine partout, même si elle recèle également partout ses petits bijoux. J'ai une amie péruvienne, et je lui faisait écouter avec enthousiame la musique "chicha" (pérou) et cumbia (colombie). Mais pour elle, c'était une musique ultra nulle, que seuls écoutaient les "cholos" (les indiens aculturés), en gros une musique ringarde de beauf alcolisés. D'ailleurs une compilation de Forro (Brésil) s'appelle non sans humour "Music for Maids and Taxi Drivers". Et enfin sur la distinction entre pop stars et musique du peuple, il est assez difficile de les opposer si frontalement. Carlos Guardel, une des premières authentique stars de l'age industriel, n'a t il pas également produit nombre de standards qui constituent aujourd'hui le fonds culturel argentin "authentique"? Et même en France, pour de nombreux touristes "les champs elysées" ou "mon amant de st Jean" sont certainement une musique du plus pure peuple français, et peut être les mettent ils dans leurs playlist deezer en parlant sur leurs blogs de la richesse du fonds musical traditionnel français :-D On est aussi le bon sauvage de quelqu'un. Mais je m'écarte ;-)