Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 18:32

Vous venez de découvrir Muse et Placebo, vous pensez écouter de la bonne musique et pas la même daube commerciale que vos copains de classe... vous vivez dans un trou perdu, vous avez l'impression d'avoir bon goût parce que vous, vous n'écoutez pas Céline Dion, Johnny et Michelle Torr comme vos voisins, mais des "grands du rock", Dire Straits, Queen, U2... vous êtes décidés à partager vos goûts et votre passion du rock sur le net... n'en faites rien, malheureux ! Ou alors, lisez bien attentivement ce guide du rockeur qui vous permettra d'éviter de vous ridiculiser dans la communauté très select des fans de rock. 

Etre un rockeur, c’était plus simple avant… fallait une guitare, une chevelure désordonnée, les fringues de circonstance et bien tenir l’alcool. Maintenant que le monde a changé, et que l’on a tous une autre vie sociale sur le net... s’agit de s’adapter et de savoir comment, en 2008, survivre dans l'univers sans pitié du rock.
Ce premier article a pour objectif de poser les bases, viendront ensuite le "Guide du rockeur 2.0" (pour bien réussir votre entrée dans le web rock) et le "Guide de la rockeuse".

Les principes de base

Le rock est vaste, mais il est truffé de pièges. Certains groupes ou courants sont à proscrire d’emblée. En gros, tout ce qui n’est pas « cool ». Le metal symphonique (voire le metal en général), Coldplay, Keane, le rock progressif, le hard FM, Sting, les groupes pseudo post-punk pour ados débiles (Blink machin, Offspring & co, My chemical romance etc…), bref, évitez en général les groupes qui se prennent trop au sérieux (Joy Division excepté), et ceux qui ne sont pas sérieux du tout (le Bonzo Dog Doo-Dah Band excepté).

Quel que soit votre genre de prédilection, il est IMPERATIF de connaître ses classiques sur le bout des doigts : les grands du rock 60’s. Beatles, Dylan, Stones, Who, Velvet, Doors, Hendrix, Pink Floyd (avec Syd Barret, bien sûr)… et notez qu’on ne dit jamais « le Velvet Underground », « les Rolling Stones », « les Pink Floyd », mais « le Velvet », « les Stones », « le Floyd ».  Il faut donner l’impression que « le Velvet », c’est vos potes, un groupe qui vous accompagne depuis toujours, pas un groupe que vous venez de découvrir et avec lequel vous gardez une certaine distance respectueuse.

Exemple 1 : On ne dit pas « j’aime bien le Velvet Underground » mais « rien ne vaut le Velvet » 

Exemple 2 : On ne dit pas «J’adore Pink Floyd, Dark side of The Moon est mon album favori » (de toute façon, on ne dit pas Dark Side of The Moon, mais « Dark Side »), on dit « le Floyd, c’est devenu chiant après le départ de Barrett » 

Une fois ces fondamentaux acquis, à vous de choisir parmi les artistes et courants respectables du rock… il y en a plein, dans tous les styles, aucune excuse si vous tenez tant à revendiquer publiquement sur le net votre attachement à des trucs honteux.

Pourtant… il n’est pas recommandé d’avoir un « bon goût parfait ». C’est forcément suspect. On risque de croire qu’en fin de compte, vous n’avez aucune personnalité, et que vous ne pouvez aimer que ce qui a été « écouté et approuvé » par le milieu rock. Il vous faut un ou deux trucs honteux, que vous brandirez sans complexe, histoire de montrer que vous n’avez pas peur de vous affirmez et de prouver (enfin, de faire croire) que vos goûts ne dépendent pas de ceux des autres. Le rockeur est snob, il a besoin de montrer sa différence, et de faire preuve de panache en osant – mais à petite dose - défendre ce qui est critiqué partout ailleurs. Attention tout de même, il y a des indéfendables...

Le top 5 des groupes indéfendables :
1. Tokio Hotel
2. Superbus 
3. Manowar
4. Nightwish
5. Poison

Le top 5 des pires groupes qu'il est - avec beaucoup de mauvaise foi et de panache - possible de revendiquer (mais un seul dans cette liste, si vous prenez les 5, vous êtes bon pour le grand prix du mauvais goût rock'n'roll)
1. Queen
2. Bon Jovi
3. U2
4. Coldplay 
5. Yes

 A vous de trouver la juste mesure… et n’hésitez pas à préciser que vous n’êtes pas dupes, et que vous savez bien que tel groupe est un peu honteux.

On ne dit pas « Je suis fan de Queen  », mais « entre deux Sonic Youth, il peut m’arriver de me passer un vieux U2, pour déconner ».

Dans le même ordre d’idées, il vous faut une ou deux têtes de turc (mais pas trop non plus), parmi les grands du rock. C’est un des plaisirs favoris du fan de rock : tourner en dérision un groupe devant lequel tout le monde se prosterne. N’importe quel grand… sauf trois intouchables : le Velvet, les Stooges, Tom Waits. Si vous ne comprenez rien au Velvet, c’est que vous n’êtes pas assez « cool ». Si vous ne comprenez rien aux Stooges, c’est que vous n’êtes pas assez « sauvage » (donc pas assez rock’n’roll), si vous ne comprenez rien à Tom Waits, c’est que vous n’êtes pas assez « roots ».    

Le vrai fan de rock n’appartient à aucune chapelle, il n’a besoin de personne pour lui dire quoi écouter (il a un bon goût rock’n’roll inné), il doit savoir tout avant les autres.

On ne dit pas « J’ai écouté le premier album de X., il est génial », mais « J’ai été déçu par le premier album de X., je n’y retrouve pas les qualités de son tout premier EP, beaucoup plus rêche et spontané »

Il est obligatoire de dénigrer la presse rock. Sinon, vous risquez de passer pour un suiveur, un rockeur sans personnalité qui a besoin de l’avis des journalistes pour se faire le sien.

On ne dit pas « J’ai lu un excellent article sur Radiohead dans les Inrockuptibles », mais « On m’a dit qu’il y avait un papier pas trop mauvais sur Radiohead dans les inrocks » (oui, même si on n’est pas censé les lire, il faut dire « les inrocks »)


Etre un rockeur moderne

Si vous n’êtes plus tout jeune, évitez de passer pour un vieux rocker pathétique coincé dans les années 70.

On ne dit pas « Styx, Rush, ça c’était de la vraie zik, maintenant, y a plus que du rap de merde et de la pop de taffiolle genre Coldplay »… là, c’est l’exemple extrême (et il en existe des comme ça) qui cumule toutes les fautes.

Faute de goût rock’n’roll (Styx et Rush, c’est indéfendable), tout en passant pour un vieux con et un gros réac (ce qui revient au même). Le seul bon point, c'est le mépris pour Coldplay... sauf qu'il vous est retiré à cause de l'injure homophobe. Si, vraiment, vous êtes définitivement coincé dans les 70’s, dites au moins : « mon univers, c’est les Stooges, les New-York Dolls, les Pistols, les Clash, mais il y a tout de même eu quelques bons trucs ces dernières années » (par contre, là, ne surtout pas ajouter « comme la reformation des Stooges », sinon, vous perdrez toute crédibilité rock’n’roll).

La hype : un rockeur qui se respecte doit la détester, cracher dessus dès qu’il le peut… mais être au courant du moindre petit début de frémissement hype. Le tout, c’est d’avoir l’air blasé, de faire comme si vous aviez les bons réseaux, les bonnes infos, comme si tout passait par vous avant les autres… sans laisser croire que vous traînez toutes les nuits sur le web à dénicher les dernières nouveautés et à voir ce qu’en pensent Pitchfork et vos blogs rock favoris.
Sachez modérer vos enthousiasmes. Vous découvrez un nouveau groupe qui vous a emballé ? Restez un minimum mesuré, sous peine de passer pour le type qui oublie tous les grands anciens et les échelles de valeurs… vous vous retrouverez vite ridiculisé par des « Mouais, du calme, c’est tout de même pas Dylan » ou « Un chef-d’œuvre, ça ? Alors le White Album, c’est quoi ? »

Tout est dans le juste milieu… être suffisamment blasé pour ne pas avoir l’air d’un ado hystérique, mais suffisamment curieux pour ne pas avoir l’air du vieux rockeur perdu dans les décennies précédentes dont il était question ci-dessus.


Quelle culture ?

La seule culture rock ne suffit pas… là encore, tout est question d’équilibre. Si vous lisez Homère en grec ancien, ne l’ébruitez pas. Mais ne faites pas non plus comme si vous n’en aviez jamais entendu parler (Homère qui ? Simpson ??). Le rockeur a de la culture, mais juste ce qu’il faut. Le tout est de ne pas avoir l’air d’un gros bourrin inculte, ni d’un rat de bibliothèque.

Le rockeur doit-il écouter du jazz et du classique ? Oui, mais pas trop… il est snob, il a du goût, il doit avoir des références… mais ne pas avoir l'air trop élitiste. Il se doit de respecter le jazz et le classique, de prouver qu’il a ainsi une oreille suffisamment fine pour en percevoir les richesses, sans être un grand connaisseur. Pour autant, pas question de passer pour un lourdaud qui, une fois sorti du rock, n’a plus les bonnes références.

On ne dit pas « Aaah, la grande musique… j’adore le Canon de Pachelbel, l’adagio d’Albinoni et les Carmina Burana », mais « Le classique, ça peut m’arriver d’en écouter… j’aime bien me mettre un peu de Debussy et de Schumann, parfois ».

Même chose pour le jazz…. On ne dit pas « Je me relaxe en écoutant Diana Krall », mais « De temps en temps, j’aime écouter de bons vieux disques de Billie ou de Miles » (oui, car même si on ne connaît rien au jazz, même si on n’a que Kind of Blue de Miles Davis, toujours sous emballage plastique, on dit « Miles » ou « Billie », le rockeur est partout chez lui, tous les grands musiciens sont ses potes…)

Pour ce qui est de la culture populaire autre que le rock… il faut avoir des références, mais ne surtout pas passer pour quelqu’un qui s’y intéresse de trop près. Pas de « Britney qui ??? Connais pas… », c'est pas crédible, mais par exemple, un « Christophe Willem ? ça me dit quelque chose, mais j’vois pas trop…  il joue dans quel groupe ?» c’est risqué, mais si ça passe, vous pourrez susciter l’admiration, et renvoyer vos interlocuteurs à leur médiocrité car eux connaissent forcément ce genre de daubes. Vous pourrez laisser entendre que vous ne regardez pas la télé, que vous ne suivez rien de l’actualité people, que vous ne gardez pas en mémoire les informations inutiles, voire même que vous n’habitez pas dans la Creuse, mais à Londres…    

Maintenant, il s’agit de définir les principales catégories de rockeurs acceptables. Avec, à chaque fois, les indications nécessaires sur les groupes à aimer, les pièges inhérents à chaque catégorie et comment les éviter.  En-dehors de celles-là, point de salut...


Roots ou dandy ?

Les deux catégories de rockeur les plus valorisantes sont les catégories « roots » et « dandy »


Le rockeur « roots »

C’est le vrai de vrai, le pur et dur, celui qui aime les bons vieux blues rugueux, le punk furieux et le rock foutraque et déjanté à la Beefheart. Son truc, c’est le rock 50’s, le blues, le rock garage, Johnny Cash, le MC5, Hendrix, les Stooges, Zappa, Captain Beefheart, Tom Waits, The Birthday Party, Nick Cave, les Ramones, Springsteen, les Sex Pistols, Clash (voire les Pixies, Mötörhead, AC/DC et les Stones période Beggar’s Banquet-Exile). Il aime les Doors pour leur côté bluesy, mais se doit de toujours préciser : « par contre, les solos d’orgue de Manzarek, qu’est-ce que c’est chiant ».

Il existe des variations et sous-catégories. Vous pouvez privilégier le folk-rock et le blues. Dans ce cas, vos modèles seront Johnny Cash, Dylan, Neil Young, Woody Guthrie, Tom Waits, John Lee Hooker, Robert Johnson, Blind Willie McTell etc… ou privilégier le rock punk et teigneux : MC5, Stooges, Pistols, Clash, Fugazi, Black Flag, Mötörhead...
Pourquoi "roots" dans ce dernier cas ? Parce que tout ce qui compte pour lui, c'est qu'il y ait guitare, batterie, basse, de la hargne et de la bière, le reste est superflu...  

Evitez les pièges, roots ne veut pas dire « gros bourrin ». Pour cela :

- Pas question de rester coincé dans le passé… vous devez avoir aimé certaines choses – mais pas trop, sinon vous perdez votre crédibilité roots - dans les 15 dernières années, par exemple les débuts de PJ Harvey, 16 Horsepower, The John Spencer Blues Explosion, les White Stripes (même si le succès d’Elephant vous a un peu refroidi), les premiers Kings of Leon (mais vous détestez leur virage pop-rock), The Angels of Light, The Black Keys, The Bellrays, Mark Lanegan.

- Vous aimez quand ça cogne, quand c’est rêche, rugueux, mais vous avez du goût… pas question de revendiquer n’importe quoi. Nirvana doit vous laisser indifférent (beaucoup trop de succès pour vous) et interdiction formelle d’aimer le metal. C’est ce qui prouve que même « roots », vous avez du goût : vous aimez la violence et l’intensité des Stooges, mais pas la lourdeur du metal (et encore moins ses démonstrations techniques pompeuses et pas cool du tout).
 
Quelques grands du rock que vous pouvez vous permettre de descendre : Beatles, Bowie, Radiohead, Pink Floyd, Smiths. Attention tout de même à ne pas déraper… on a beau être roots et cash, pas de propos homophobes, le rockeur moderne est tolérant, sinon il passe pour un plouc réac. On ne dit pas « les Smiths, c’est de la musique de tapettes », mais « les Smiths, c’est de la musique de gonzesses » (parce qu’il y a une limite, tout de même, dans le consensuel, le rockeur roots est obligé de cultiver un petit côté macho)…


Les "gros mots" dans le vocabulaire du rockeur roots : synthés, violons, arrangements, remixage, sophistiqué, délicat, cristallin, romantique, planant, pop anglaise, disco, joliesse, électronique, aseptisé, girlie, Madonna, "signer chez une major", années 80.


Le rockeur « dandy »

Là, il y a deux écoles… l’école « Velvet », et l’école Smiths » (en gros, l’école américaine – enfin, surtout new-yorkaise – et l’école anglaise)


L’école Velvet
. Vous aimez quand c’est cool, sombre, arty, un peu glauque, désabusé, décadent… l’idéal, c’est tout à la fois. Comme le Velvet, forcément votre groupe favori. Vous aimez aussi Dylan, Syd Barrett, les Doors (enfin, sauf les solos de Manzarek, ça va de soi) Television, les New-York Dolls, Suicide, les Stooges, Can, Captain Beefheart, Nick Drake, Bowie (surtout la période berlinoise), Joy Division, la no-wave, la cold-wave, P.I.L., Sonic Youth, les premiers Cure, Bauhaus, My Bloody Valentine, Slint. Vous détestez la power-pop et, bien entendu, vous êtes totalement hermétique au funk.

Dans ces 15 dernières années, vous devez avoir apprécié Nick Cave, Morphine, Mazzy Star, Pavement, Smog, Red House Painters, PJ Harvey, Radiohead, TV on the Radio, Shearwater, Tortoise, Mogwaï, Low, Animal Collective, Gravenhurst, le post-rock, les Liars, The Black Angels.

Le piège : passer pour un sinistre dépressif. Pour cela, il faut dans vos références quelques groupes plus légers, colorés et « positifs ». L’idéal étant Love et les Beach Boys (Arthur Lee et Brian Wilson ayant eu des destins qui forcent le respect du rockeur dandy). Pour ne pas avoir l’air trop mou du bulbe non plus, il vous faut quelques groupes plus « directs et spontanés » ; privilégiez les Kinks, Clash, Who, Pistols.

Quelques grands du rock que vous pouvez vous permettre de descendre : Led Zeppelin (trop lyrique), AC/DC et Nirvana (trop simples et carrés).

Les gros mots dans le vocabulaire du dandy de l'école Velvet : puissance, héroïsme, joie, danse, festif, pop sautillante, simplicité, rythme entraînant, efficacité, tubes, McCartney, meilleures ventes, naïf, joli, agréable, cuivres pétaradants.    

L’école Smiths. Vous aimez le rock mélodique, délicat, raffiné, sensible, mais aussi le rock direct, sexy, entraînant, nerveux.

Vos favoris : Beatles, Kinks, Small Faces, Who, Love, Bowie, The Zombies, Roxy Music, Talking Heads, Nick Drake, Clash, Gang of Four, Blondie, Smiths, Pixies, Happy Mondays, Stone Roses.

Ce que vous avez aimé ces 15 dernières années : Elliott Smith, Radiohead, Divine Comedy, Sufjan Stevens, Damon Albarn, Pulp, Belle & Sebastian, Weezer, Richard Hawley, Suede, Supergrass, Arcade Fire, Andrew Bird, Libertines, The Coral, Strokes, Arctic Monkeys, Foals.

Vos références, ce sont surtout les anglais. Vous aimez la plupart des groupes qu’affectionne le dandy de l’école « Velvet », sachant que vous avez été, en général, nourri aux inrocks (même si vous ne l'avouez pas). Vous lisez la presse rock anglaise avec assiduité, NME en tête.

Les grands du rock que vous pouvez vous permettre de descendre : Queens of the Stone Age et Led Zeppelin (trop lourds), Springsteen (trop américain), Janis Joplin (trop de déballage de tripes), Hendrix (trop de solos)…    

Le piège : avoir l’air « précieux » et vous faire traiter de tantouzes par la branche plouc des rockeurs roots. Pour éviter cela, aimez aussi des groupes plus teigneux qui ne sont pas en contradiction avec vos goûts, les "3 S" en tête : Stooges, Stones et Sex Pistols.

Les gros mots pour le dandy de l'école Smiths : cradingue, bourrin, puissant, rock-progressif, beauf, metal, ploucs, solo, sueur, tripes, Lemmy, gros son, lourd, Black Sabbath, grunge, Yoko Ono.


Le rockeur éclectique

De plus en plus courant depuis l’arrivée du net et la possibilité d’écouter de tout en croisant des rockeurs de toutes les obédiences. Il ne s’agit pas d’écouter n’importe quoi, bien sûr, pas de rock pour la ménagère genre Queen, U2, Dire Straits, Sting, Coldplay, Phil Collins… non, essentiellement ce qu’écoutent les rockeurs roots et dandys. Mais, généralement, l’éclectique ne se limite pas au rock, il écoute de l’électro, du hip-hop, de la soul, du jazz etc, etc…

Pourtant, il est moins gratifiant d’être éclectique que roots ou dandy. Car eux ont une identité bien affirmée, et vous risquez de passer pour un type qui ne sait pas choisir son camp. Comment y remédier ? Il vous faut pas mal de têtes de turcs sur lesquelles taper régulièrement pour bien montrer que vous n’êtes pas consensuel. Du style et une très bonne culture musicale sont aussi indispensables pour être respecté.

Lorsqu'on est un rockeur éclectique, on ne dit pas "J'écoute de tout" mais on dit "Je déteste la varièt', le metal, le rock-prog, le r'n'b actuel, la nouvelle scène française, l'ancienne scène française, les comédies musicales, le hard FM, le rock mainstream, l'accordéon, la house, le disco, mais à part ça, j'écoute de tout."   


Le furieux

Pour lui, c’est simple : plus c’est bruyant, noisy, subversif, violent, mieux c’est. Le rock n’a pas vocation à toucher le public, mais à le frapper à grands coups de marteaux (-piqueurs de préférence). Il déteste la sensiblerie et, par certains côtés, rejoint le rockeur « roots ».

Son univers : Punk, hardcore, indus, électro déjantée…

Ses favoris : MC5, Stooges, Sex Pistols, Genesis P-Orridge, Minor Threat, Fugazi, Black Flag, Dead Kennedys, Einstürzende Neubauten, Mötörhead, Throbbing Gristle, Front 242, Metal Urbain, Sonic Youth, Laibach, Ministry, Nine Inch Nails, Mike Patton, Mr. Bungle, Alec Empire, Aphex Twin, Merzbow.

Piège : le gros handicap du furieux, c’est le manque de « cool » dans ses goûts quelque peu bourrins. C’est pourquoi il lui faudra montrer un minimum de distance, de dérision et de cynisme. Il ne doit pas se prendre trop au sérieux (sous peine de passer pour un psychopathe) et mettre en avant les performances arty et décalées de ses groupes indus favoris.

On ne dit pas « c’est un groupe monumental, surpuissant, le diable en personne qui remonte des limbes pour détruire ce monde abject », mais « de vrais barges, totalement fracassés, je les ai vu sur scène découper des poussins à la tronçonneuse… délirant »

Il aime la violence, ne vibre que si les sensations sont extrêmes, mais il prend ça plutôt « cool ». C’est aussi pourquoi le furieux doit bien montrer son rejet du metal (Slayer et quelques autres sont autorisés). Un genre beaucoup trop naïf, lyrique et « premier degré » pour lui.

Concernant les « grands du rock » qu’il peut se permettre de descendre : même remarque que pour le rockeur roots.

Les gros mots dans le vocabulaire du furieux : ballade, sensible, unplugged, raffiné, symphonique, sobre, mollasson, nouvelle scène française, Coldplay, charmant, cristallin, finesse, pop, éthéré, mélodie ciselée, mélodie, McCartney, flûte traversière .   


L’iconoclaste

Très risqué, il vous faudra encore plus de style et de véhémence que l’éclectique... mais, surtout une bonne dose d’humour. L’iconoclaste rue dans les brancarts, défend l’indéfendable, ridiculise les intouchables, répond U2 quand on lui parle de Joy Division… mais avec un tel panache, un tel humour, que tout lui est pardonné.

Le piège : si vous n’avez pas les épaules assez solides, pas assez d’humour, et si vous n’avez pas un minimum de connaissance de l’histoire du rock et des goûts « autorisés », vous risquez d’être totalement ridicule. Il faut au moins avoir l'humour, le talent et la capacité de s'affirmer de Christophe (Pop-Hits) pour se permettre d'être un iconoclaste repectable et respecté, c'est dire si c'est périlleux... 


L’ultra-snob

Il existe des ultra-snobs roots, dandys, furieux, éclectiques… l’ultra-snob, c’est celui qui n’écoute que des groupes totalement inconnus, et les rejette dès qu’ils commencent à avoir un petit début de notoriété. Pour lui, les groupes qui vendent sont des vendus. Même les intouchables.

C’est une posture particulièrement difficile pour  deux raisons :
1° l’ultra-snob épate au début, en balançant des noms de groupes que personne ne connaît, mais il est difficile de converser avec lui… ça finit par devenir lassant de lui répondre à chaque fois « connais pas… » « jamais entendu parler… » « qui ça ? » « de la néo-cold-wave lithuanienne ??? »….

2° raison : maintenant que tout est accessible sur le net, les groupes obscurs dont parle l’ultra-snob, on peut les écouter… et c’est là que le présupposé bon goût de l’ultra-snob en prend un coup.

Certains, plus malins que d'autres, savent jouer de dérision pour court-circuiter ces critiques (par exemple Lyle, sur J'écoute de la musique de merde). 

Impossible de lister ici des noms de groupes que pourrait écouter l'ultra-snob, il nierait illico. Sa hantise, c'est tout ce qui est référencé et "officialisé".  

Il n'est pas obligatoire de se cantonner à une catégorie, vous pouvez prendre un peu dans chaque... encore faut-il savoir le faire intelligemment.
Si vous devez choisir... ne commencez pas par l'ultra-snob et l'iconoclaste, ce sont les plus casse-gueule. Le dandy de l'école Smiths a un avantage, vous pouvez vous enthousiasmer plus que les autres sur les nouveautés, et défendre la notion de "plaisir immédiat et pop"... mais le problème, c'est qu'il est généralement une des cibles favorites des rockeurs roots et furieux. Le dandy de l'école Velvet est plus polyvalent, il peut s'entendre avec ceux de l'école Smiths, les roots, voire même avec les furieux. Le roots est intéressant car il vous permet d'éviter les pires critiques pour tout fan de rock, voir ses goûts taxés de pompeux, superficiels, hype, mollassons, naïfs, lisses...

Maintenant, vous ne pourrez plus dire qu'on ne vous a pas prévenu...   


1. Guide du rockeur
2. Guide du rockeur 2.0
3. Guide du rock pour les filles
4. Lexique
5. Traductions 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Divers
commenter cet article

commentaires

G.T. 12/02/2012 16:22


PIETRO : Peut-être... mais j'avoue ne pas avoir un souvenir clair de cet album... je le réécouterai un de ces jours...

Pietro 09/02/2012 19:34


Je me fais l'avocat du diable mais ce premier album éponyme contraste à mon avis avec la suite de leur carrière, un peu comme d'autres groupes (Je pense à Iron Maiden notamment), non?

Pietro 08/02/2012 12:25


Concernant Dire Straits, je pense que l'on peut sauver leur premier album. Ce n'est pas génial non plus mais c'est toujours mieux que l'immonde rock FM de "Brothers in arms."

Dahu Clipperton 13/10/2011 18:14



La vérité, c'est que GT préférerait s'arracher les dents une par une sans anesthésie, plutôt que d'admettre que A night at the opera, bah c'est pas si mal



GT 13/10/2011 17:19



ECLECTIQUE : Je ne discute pas tes goûts mais apprends à ne pas te placer en maître à penser, au début ça fait rire, après
c'est lourd. C'est ça le rock aussi, non? "J'écoute ce que je veux, je fais ce que je veux, si on me fait chier je mets des pains dans des gueules." Sauf que j'y ajoute le "on essaye de pas
mépriser l'autre et ses goûts ou au pire de ne pas le montrer".


En premier lieu, il faut bien comprendre que ces "Guides du rockeur" ne sont qu'à moitié sérieux... je les ai fait autant pour me moquer des "mauvais goûts rock'n'roll" que me moquer de ceux
qui revendiquent un "bon goût rock'n'roll" (et donc en partie me moquer de moi-même).


Par contre, sur "ne pas mépriser les goûts des autres", je ne suis pas vraiment de ton avis... le rock s'est aussi développé et construit "en réaction", ce n'est pas un genre doux,
tiède et gentiment consensuel. Des musiciens aux fans en passant par les critiques, quand on n'aime pas un groupe, on n'hésite pas à le dire, et à y aller franco.


"J'écoute ce que je veux, je fais ce que je veux, si on me fait chier je mets des pains dans des gueules."


Ben oui, justement, tu peux certes tout à fait me critiquer sans prendre de gants si ce que je dis ne te plaît pas, mais ça marche dans les deux sens, je peux aussi taper librement sur
les groupes que je déteste^^ 



Eclectique 13/10/2011 16:08



J'ai pas lu tous les commentaires et j'ai bien vu que j'ai un an de retard sur le dernier d'entre eux mais.... les catégories, je trouve que c'est fait pour dire au plus vite qu'on n'y appartient
pas. Une catégorie c'est rigide: tu dois écouter ça, pas ça. Y'a que celui qui a créé la catégorie qui y correspond, et encore. C'est pratique pour donner une idée de ses goûts: je suis un peu de
telle catégorie, un peu de celle-là, c'est tout.


Perso, je fais partie des gens les plus éclectiques que je connaisse (j'en connais donc qqs-uns comme moi et je ne me vante pas): Beatles, Floyd, Scorpions, MJackson(!), Who, Jimi, Deep Purple
etc mais aussi du metal (Nightwish et Manowar eh oui, et puis Arch Enemy, Bodom, Behemoth, Adagio....), énormément de hard rock/heavy metal, et quand même du Muse et du Queen!


Dur de me classer quand on sait que pour couronner le tout je suis une fille, de plus en plus accro au metal sans pour autant renier le reste, et qui manifeste bruyamment son approbation sur
certaines chansons parce que j'ai le snobisme en horreur.


Ton article m'a fait pas mal sourire, j'ai au passage noté pas mal de références que je compte écouter, merci. Par contre, cracher sur les autres groupes (même sous prétexte que c'est la majorité
qui le dit), c'est franchement désagréable.


Je suis une inconditionnelle de Queen mais évidemment si tu te limites à We Are the Champions..... Sans avoir fini d'écouter leur discographie, je peux te dire qu'il y a plus que ça, bien plus.
Ils ont scandalisé les puritains à l'époque, participé au changement des moeurs et introduit un grain de folie dans la musique (pas tous seuls, bien sûr). C'est ce que je vois en eux. Et je
regrette souvent de ne pas être née plus tôt pour les voir en concert.... alors tes commentaires agressifs....


Je ne discute pas tes goûts mais apprends à ne pas te placer en maître à penser, au début ça fait rire, après c'est lourd. C'est ça le rock aussi, non? "J'écoute ce que je veux, je fais ce que je
veux, si on me fait chier je mets des pains dans des gueules." Sauf que j'y ajoute le "on essaye de pas mépriser l'autre et ses goûts ou au pire de ne pas le montrer".


Pavé bien long et sûrement chiant. Ce qui m'a décidée à commenter ce sont tes citations de ces connards qui descendent Queen (dans un de tes commentaires), je leur chierai bien dessus. A côté,
t'as eu un traitement de faveur, entre autres parce que t'as quand même du bon goût à part ça, réjouis-toi. On aura compris que ce groupe est plus intouchable pour moi que son caniche pour ma
grand-mère.


J'vais quand même zoner dans le reste du site. D'ailleurs le guide pour les filles traduit bien un truc: le regard parfois lourd des autres, surtout des mecs, quand on est dans des milieux
musicaux historiquement masculins. (NB: dans le metal, ce sont les "extés" qui te regardent de travers, pas les metalleux.)



GT 23/08/2010 15:04



PIETRO : Désolé, j'avais loupé ce commentaire... alors je te dirais... oui et non ^^


Oui, parce que Led Zep, c'est assez "rugueux", bluesy, et non, parce qu'ils ont eu un succès gigantesque - ce qui énerve toujours les roots, un grand succès, c'est toujours suspect - et parce que
leur musique était tout de même assez élaborée, construite... Zappa aussi, certes, mais la musique de Zappa donne plus l'impression d'être "foutraque et barrée"...



Pietro 23/08/2010 14:12



Une réponse G.T?



Pietro 17/08/2010 17:48



D'accord. Dernière question: est-ce que Led Zep a sa place chez les roots?



GT 16/08/2010 16:33



C'est con j'avais loupé ce grand débat autour de la "question de la moustache" :-)


 


PIETRO : Oui, et je m'étonne moi-même de l'avoir mis dans les roots^^ Mais bon, c'est parce que j'ai aussi associé aux roots les
amateurs de rock foutraque... parce que si la musique de Zappa est en effet complexe et élaboré, elle n'est pas "lisse et sophistiquée", au contraire... et les "roots" aiment en général Zappa,
Captain Beefheart, Tom Waits qui, même s'ils ne sont pas des musiciens bourrins ou primaires, gardent quelque chose d'assez rugueux, "brut"...



Pietro 16/08/2010 15:22



Zappa dans la catégorie roots? Sa musique est pourtant très élaborée.



Thomas 29/10/2009 23:07


Laisse tomber, tu vaux pas le commentaire d'insulte de l'autre jour, t'as même aucun avenir dans le commentaire d'insulte (ni dans l'ironie, mais c'est une autre histoire)


Vins 29/10/2009 22:22


Mais qui tu es toi, qui a écrit cet article ??
Tu peut tout recommencer a zéro t'as rien compris au rock....


Léa 31/08/2009 22:40

Et en fait, suite à une enquête approfondie de quelques milliards d'années, Nick Cave ne m'ayant pas apporté la réponse, j'ai trouvé toute seule. C'est le mauvais goût qui amène la moustache. Il suffit pour s'en rendre de compte de mater les fringues de notre grand ami Freddie sur cette photo, alors qu'il n'avait point encore la moustache. Héhéhé. Même que honte à moi, mais j'ai regardé live at wembley.PS : D'où Philippe Manoeuvre critique Queen alors qu'il a les même lunettes (ridicules, d'ailleurs) que le batteur ?PPS : Jolie intervention, Julian. =)

julian 31/08/2009 01:20

c'est un joli ptit site qui donne beaucoup de pistes de groupes à écouter quand on ne connait pas ses classiques. Cependant, c'est triste de peindre un rocker enclavé dans: "moi j'écoute ca par ce que c'est cool de le dire". J'ai l'impression qu'on est a un concours de "coolitude" ^^'. La musique logiquement c'est pas quelques chose de calculé, on aime ou on aime pas. C'est domage de dire qu'un groupe est a chier par principe (et inversement). Autre chose, je n'ai quasiment pas entendu parler de reagge, pourtant si proche du rock (le parallelle est évidant sur les albums des clash qui utilisent d'ailleur regulièrement des rythmes reagge dans leurs compos).Heu sinon...Ah oui, pour terminer sur une note positive: LE VELVET EST A CHIER (désolé même ci c'est pas mon avis j'était obliger de la faire pour me libèré de la lobotomie subie durant la lecture de l'article ^^). ps: désolé pour les fautes d'orthographe

yosemite. 24/08/2009 23:42

rockers à moustache : lee hazelwood ?la madamemonsieur de Le Tigre ?

aphex 22/08/2009 05:25

i want you sex

Christophe 21/08/2009 21:42

La phrase du jour, que dis-je, de la décennie :"rockeur, c'est un mode de vie, une attitude".Valium, t'es le Lao-Tseu qui manquait à ce blog. Tu as gagné une moustache gratos tiens.

Léa 21/08/2009 19:16

Il est évident que c'est la moustache qui est la cause et la raison de tout acte et de toute chose. La moustache, comme la pomme, est à l'origine du monde. Regarde, la moustache est la cause de Joy Division. (Et la pomme est à l'origine de Freud). De toute façon, Queen c'est bien parce que Brian Janvier il a des beaux cheveux. Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, je ne suis pas une grosse pouf superficielle mais une artiste : j'admire la beauté à l'état pur. ^^

Thom 21/08/2009 11:48

C'est vrai ça ! J'avais jamais fait gaffe !En même temps est-ce la moustache qui amène le mauvais goût, ou le mauvais goût qui provoque la moustache.Seul Nick Cave détient la réponse... ;-)

Léa 21/08/2009 00:09

C'est sûr que là, c'est imparable. Tu remarqueras que l'apparition du très mauvais gout coincide à peu près avec l'apparition de la moustache.

yosemite 20/08/2009 23:55

la moustache, Léa, la moustache...

Léa 20/08/2009 23:52

Je suis sûre que si tu es aussi méchant avec Queen, c'est parce que tu es jaloux de la beauté incroyable de Freddie Mercury et de sa moustache (ironie quand tu nous tiens...). Ils ont quand même réussis quelques trucs bien (si si si) et ils ont eu une bonne période avant de sortir de la merde. (comment ça, à peine 7 ans sur une carrière qui en a duré 20 ?) Et puis même, le clip de I want to break free est marrant, alors ça compense très largement. Effectivement, ils ont fait plus d'immondes daubes commerciales que de chansons sympas, et alors ? Les Doors ont aussi sorti de la merde (bon, ok un album) et c'est pas pour autant qu'on va se mettre à les critiquer de tous les côtés. Et pusi de toute façon, Queen c'est pas un groupe de rock, namého. Mais leur premiers albums sont quand même sympas. Et puis même dans le genre "pop rafraichissante et niaise qui a eu un énorme succès", j'ai jamais entendu quelqu'un critiquer les Beach Boys et en faire une tête de turc comme on le fait avec Queen. Peut-être parce qu'il n'y avait pas ces putains d'arrangements electros pitoyables. (Mais qu'a fait Freddie Mercury aux critiques rocks pour mériter tant d'acharnement ?)

valium 07/08/2009 22:40

non. perso, les pink floyd est un groupe que j'aime particulierement, et le premier est genial (beaucoups plus rock) comme les suivant (dark side, mais aussi, pendant la periode waters, qui est genial aussi avec the wall et wish you...), alors que j'ecoute aussi bien du hard rock que du heavy metal et autre.et franchement, jpense que, pour etre un rockeur ya pas besoin de plein de critere. rockeur, c'est un mode de vie, une attitude. perso le rockeur comme tu le decrit, jle prendrai plus pour un rigolo. pasque etre ça, c'est osez etre sois meme. pas avoir peur de dire quon ecoute du metal, du rock prog, du hard... etre rebelle c'est important aussi. et aimer la musique. jpense que c'est tout

G.T. 07/08/2009 21:20

VALIUM : Certes, Pink Floyd, c'est du rock progressif, mais comme je le dis, seul le premier album - le plus psyché - doit trouver grâce aux yeux des "rockeurs"... Parce que Barrett, l'acide, le Swingin' London... et pas de branlette technique...

valium 07/08/2009 19:04

salut mec. ton guide a l'air pas mal, malheureusement je l'ai pas lu. tu cherche a apprendre comment pas passé pour un con chez les rockeur, pourtant ta commit une faute qui t'enfonce.debut de la lecture, tu parle des style a bannir. deja je voit mon coup de gueule venir :p (prend pas ça mechamment hein, une petite correction ferrait juste pas de mal) et quesque je voit? rock progressif. juste apres tu enchaine sur les groupe a ecouté, et la les pink floyd.et les pink floyd c'est? du rock progressif!enfin voila c'est tout mec, jespere que tu changera la petite erreur, pour pouvoir montrer que toi aussi t'es un vrai rockeur ;)peace

Vince 04/04/2009 13:58

J'adore, bravo pour cet article même si j'aurais peut être ajouté une ou deux autres catégories ;)Je me retrouve assez bien dans une des descriptions...Je vais lire le lexique maintenant !

G.T. 15/01/2009 20:17

NICO : Faut vraiment ne rien y connaître pour voir du génie chez Queen... va écouter Coltrane, Ellington, Bach, Beethoven, tu verras qu'on ne peut pas utiliser le mot génie pour n'importe qui, et surtout pas pour des groupes totalement kitschs et pompeux comme Queen...pas besoin d'être une camioneuse pour aimer Motörhead Est-ce que j'ai dit le contraire ? Apprend à lire un peu les nuances... mais le problème, c'est qu'à partir du moment où nuances et subtilités te parleront, tu ne pourras plus aimer des trucs aussi emphatiques et boursouflés que Queen...Sans rancune non plus... JACK B. : Tout juste... et ne parlons même pas de "le rock, c'est de la merde"^^

Jack Balance 15/01/2009 18:35

G.T. heureusement que tu n'as pas mis ton article sur Yahoo music !

Nico 15/01/2009 18:29

Faut vraiment ne rien y connaître pour mettre côte à côte les vilains popeux plagiaires de Coldplay et les géniaux QUEEN. Et un conseil, évite de parler de métal, tu te ridiculises... Si tu n'aimes pas, laisse tomber, mais évite de critiquer gratuitement. On s'en foût de ce qui est soit disant "cool" ou non. Seul compte le talent. Que ça soit de la Soul ou du black metal... Quand à ton autre article sur le filles dans le rock, bonjour les clichés: viens au Hellfest et tu veras des filles super sexy, voir des demoiselles en corset et dentelles, headbanger sur des musiques ultra violentes....sans renier leur féminité. A bientôt 30 ans, dont 12 passés dans des centaines de concerts ou festis, je peux te l'affirmer: pas besoin d'être une camioneuse pour aimer Motörhead !!! Sans rancune...

G.T. 03/11/2008 12:06

CHRISTIAN : Dès que j'ai un peu de temps, je vais filer en chercher d'autres :-)

Christian 02/11/2008 21:36

Je t'en remets une pour le plaisir alors, GT :- Oh ! Fatima chérie, dit Djeha-Hodja Nasreddin, la boisson te rend si belle.- Mais je n'ai rien bu, dit sa femme.- Bien sûr, rétorqua Djeha, c'est moi qui ai bu.On en trouve des centaines comme ça sur le net en cherchant un peu.

G.T. 02/11/2008 21:04

LOU : où suis-je ?Disons... plus ou moins dans les iconoclastes, assez décalé, et très à l'aise dans ce décalage :-) Ce qui te permet d'avouer lire Homère dans le texte tout en étant "cool"^^
(Pour Indochine, on va dire que je n'ai rien vu...)(sinon, c'est bien parce que chez Télérama on m'oblige à écrire l'inverse de ce que je pense sous le nom H.C. que je viens rétablir la vérité ici et me venger^^)CHRISTIAN : Pas de problèmes, vous avez les clés, faites comme chez vous ! Surtout si c'est pour me faire découvrir d'aussi bonnes choses que cette citation de Nasreddin Hodja...

lou 02/11/2008 19:16

Merci, Christian, pour le lien, précisons que ce n'est pas le même texte que celui du premier lien et les deux valent la lecture.

lou 02/11/2008 18:59

Une fois l'éclat pâli des grandes questions métaphysiques (d'où viens-je ? dans quel état j'erre ?) et après avoir observé le cadrage étrangement précis des clichés relevés par G.T., le temps est venu de révéler des choses cachées depuis la fondation d'art-rock.Résumons le Guide du Rockeur à la hache.Le rock-man de série(s) est tendance mais, un peu, à contre-courant.Eh bien, l'authentique, la gemme secrète, est à double face, comme les vinyles adulés.Démonstration. Le nom personnel de G.T. est H.C., oui, le rédacteur des pages "Musiques" du magazine TV préféré par 99% des art-rockers.Dans le n° 3068, p. 74, on peut lire :The Cure, 4:13 Dream--- 4 f ---On entend déjà l'habituelle litanie des détracteurs ou des amateurs (désab)usés : The Cure, c'est du passé, le groupe ne fait qu'ânonner, n'est plus que l'ombre de lui-même… Autrement dit, le reproche que l'on peut faire à pratiquement tout artiste en activité depuis longtemps. Du moins à ceux qui, à l'instar de Robert Smith, ont tissé un univers si singulier qu'il finit forcément par se ressembler. Ce qui n'a rien à voir avec la stérilité. Pour peu qu'on veuille se donner la peine d'accorder à 4:13 Dream l'écoute répétée et impliquée qu'il mérite, il s'affirme comme un très grand disque de The Cure. Vraiment.Ce n'est pas tout, il y a la minute nécessaire de nuance pour échapper à la fan-plouc attitude.Reprenons.Et c'est d'autant plus enthousiasmant qu'on ne l'attendait pas.Conclusion :A l'approche de la cinquantaine, Robert Smith a toujours la flamme. Son râle unique enchante toujours autant.Page 75 :AC/DCBlack Ice--- 3 f ---Les musiciens d'AC/DC ne sont peut-être pas des lumières [indéchiffrable par ceux qui ne sont pas au courant, NoteDeLou] mais savent assurément tenir les rênes de leur extraordinaire carrière[…]Black Ice, leur meilleur album depuis vraiment très longtemps, fait plaisir à entendre. A condition, évidemment, qu'on ne soit pas déjà sourd.Tout y est, le style et, en même temps, comme une image inversée en miroir d'art-rock. Ce n'est plus une intuition. Philippe T.-D. (le patron) est notre copain depuis la maternelle. A 16 ans, nous passions nos vacances en Louisiane. Un vrai copain, il ne m'en a même pas voulu de mon escapade sous les tilleuls.Etonnant, non ?

Christian 02/11/2008 16:31

Je ne connais pas ce film, Lou, un western ?Cela ressemble un peu à la sagesse populaire et au sens de l'absurde de Nasreddin Hodja, ce turc qui prend d'autres noms suivant l'endroit du monde musulman où on le cite, et que j'ai récemment découvert.Ah, mes amis! Plus je vais plus je me dis que la vie est une fontaine d'eau chaude...clamait Djeha-Hodja Nasreddin-Très intéressant, fait son voisin après un long silence, qu'entends-tu au juste par-là ?-Qu'est-ce que j'en sais, moi? Je ne suis pas philosophe!Pour le dialogue Onfray/Sarkozy, tu as aussi ce lien : la vision d'Onfray GT, désolé de transformer cette partie de ton blog en annexe de Libellus...

lou 02/11/2008 15:14

Pour le film, ce n'est pas un test, c'est que je ne sais plus !

lou 02/11/2008 15:12

OK, comme disent les rockers, c'est icihttp://forums.resistance.tk/showthread.php?t=5145Belles répliques, austères ou à la manière d'un pince-sans-rire, de Michel Onfray qui dans le corpus de ses connaissances a lu les pages de gauche et de droite, lui.

lou 02/11/2008 14:58

Oui, Christian, c'est cela (à peu de choses près, je peux encore lire la page de droite, lentement).Extraordinaire ! tu as un lien ou une référence ? et qu'a bien pu répondre Michel Onfray, gai luron mais pas très sourieur ?Peut-être : vous êtes sûr que ce n'était pas Raphaël qui lisait ?En attendant, c'est dans quel film ?Un étranger : vous savez où est la Poste ?Un paysan : non.L'étranger : vous savez où est la banque ?Le paysan : non.L'étranger : vous savez où est le saloon ?Le paysan : non.L'étranger : Vous ne savez pas grand'chose !Le paysan : Moi, au moins, je sais où je suis.

Christian 02/11/2008 13:59

"je lis Homère dans le texte, surtout la page de gauche"Lou, allusion à Nicolas Sarkozy, ce rockeur émérite, lisant Seneque ?Extrait de l'entrevue Sarkozy / Onfray :"Nicolas Sarkozy : En 1995, j'ai traversé une période difficile. Aux yeux du monde médiatique, je suis passé du « Mozart de la politique » à qui l'on promettait tous les succès, au traître et perfide Iago. C'est à ce moment que j'ai lu, dans la collection orangée Guillaume Budé des Belles Lettres, les lettres de Sénèque à son disciple Lucilius. Je lisais dans le train cette édition où la page de gauche est écrite en latin et celle de droite en français. Mon voisin me regardait lire avec une admiration sans borne. À la fin du voyage, il m'a dit : « Monsieur Sarkozy, je n'ai jamais vu quelqu'un qui lisait le latin dans le texte comme vous. » Je n'ai pas eu le courage de le démentir !"

lou 02/11/2008 11:28

Je viens seulement de lire l'article...Même avec le dernier GPS de la planète Rock, je ne parviens pas à situer G.T. - est-il sur une autre planète ?Et Lou ?Très simple.Le ROCK, c'est Bill Haley, Dick Rivers, Led Zeppelin, The Cure, Metallica, Indochine, Portishead.[Rev. Tom Frost et György Ligeti, Hungarian rock, sont implicites évidemment]J'écoute avec délices la délicieuse élyséenne à qui je voue un culte et je ne suis pas inculte. Preuve : je lis Homère dans le texte, surtout la page de gauche et quand j'ai entendu pour la première fois Raphaël, j'ai cru qu'il s'agissait du maître des Stanze.G.T., où suis-je ?[d'où je viens, des rives du Mississippi, où je vais, le sais-tu ?]

G.T. 02/11/2008 02:09

JULIE : Ce sont loin d'être les seuls à être critiqués... mais ce sont des groupes qui servent en fait de "repoussoirs", qui symbolisent des aspects du rock que détetent la plupart des fans du genre. Queen, c'est le "pompeux kitsch", Dire Straits, le rock "mainstream", mollasson, et Coldplay, le groupe à la mode du moment, très consensuel et qui ne dérange personne...Par contre, les Stones ne sont pas du tout des intouchables, ils font vraiment de la merde depuis la fin des 70's, et je suis loin - très loin - d'être le seul à le penser...

julie 01/11/2008 23:01

alala coldplay c'est pas si mal sans parler de queen et de dire straits. Aussi tout est relatif, il n'y a pas que du bon dans leurs albums mais ça ne devrait pas être les seuls à être critiqués. Comme tu dis il y a ces intouchables rolling stones et autres. ça n'est ps juste pour les autres c'est tout. En tout cas moi je suis dandy école velvet, même si je trouve ça bizarre d'être rangé dans des catégories!

G.T. 24/10/2008 21:29

CARLLY : Ce ne sont pas des jugements à l'emporte-pièce... c'est vraiment parce que U2 et Queen représentent des faces du rock que n'aiment pas du tout de nombreux rockeurs... le versant mainstream et consensuel chez U2, celui pompeux-kitsch de Queen...Cracher sur Queen n'est pas une mode récente, ils ont longtemps été les têtes de turc (c'est le cas de le dire) du monde du rock... au contraire, depuis la mort de Freddy Mercury, les critiques sur Queen ont perdu un peu de leur violence...De toute façon, il n'y a rien à faire, c'est une tradition dans le rock de cracher sur tous ceux qui ont trop de succès et font une musique accessible au grand public (donc pas suffisamment sauvage ou originale)

Carlly 24/10/2008 19:05

Déjà, je voulais te dire bravo pour ce texte drôle et bien écrit. Je voulais revenir juste un truc qui me surprend. C'est devenu depuis quelques années la mode de cracher sur Queen (sur U2 aussi, mais en même temps ça me touche moins). Ce sont des groupes qui ont marqué des milliers de mélomanes, et qui ont laissé une trace dans l'histoire de la pop music. Coldplay aussi à sa façon.Je défendrais toujours bec et ongles l'idole de mon adolescence, ceux qui m'ont ouvert tant de portes vers d'autres ziks et qui ont forgé un univers inédit, fort et riche.Dire aujourd'hui aux djeuns qu'aimer Queen, Coldplay ou U2 c'est avoir mauvais goût est assez dommage, surtout que ça ne repose sur aucune critique véritable. Enfin chacun ses goûts, mais les jugements de valeur à l'emporte pièce de notre époque ont tendance à me déprimer...Gardez vos oreilles ouvertes et votre libre arbitre sur le qui-vive!Cheers

louise vanhelst 22/10/2008 18:09

merci d'etre allé voir ce que je fai !le rock et une vocation^^ mon trip ce seré de faire des pochettes d'album, ou des affiches ! Donc m'oublié pas !Mettez moi dans vos favoris ^^ hahaha , non c'est prétencieux!http://vanhelst.overblog.comVous etes cool !:)

miss leigh 21/10/2008 01:33

J'aime pas rater des choses. C'est tout.

G.T. 20/10/2008 22:40

MISS LEIGH : C'est la règle des choses... on ne peut pas tout aimer, et il y a des choses auxquelles on reste insensible... si on s'entendait tous sur les mêmes groupes, avec les mêmes avis, les mêmes impressions... ce serait moins marrant :-)

miss leigh 20/10/2008 14:00

J'ai été très lazy avec Radiohead....j'admets....j'ai entendu les debuts des trucs, ça m'a fait penser à eux, mais à vrai dire j'ai pas écouté l'entiereté des morceaux. Ca m'ennuyait trop et je suis trop instinctive, faut que ça me prenne directe. Sinon, je decroche rapide. Ce n'est pas une qualité, mais j'assume.Mais tu n'aimes pas les Stones des années 80? It's so wonderfully silly! J'adore, mais pas pour ce qu'il y'a de grand art, obviously...Watching girls go passing by, it ain't the latest thing...I never got the Beach Boys and all the hooplah around them, either.

G.T. 20/10/2008 13:43

CHRISTIAN : Oui, ça fait beaucoup pour un seul groupe ^^MISS LEIGH : On a tous des "grands" groupes qui ne nous touchent pas du tout et qu'on trouve surestimés... je n'aime pas du tout les Beach Boys, je trouve les Stones (et je parle des vieux albums, pas de ceux post-80's sans intérêt) souvent pas terribles du tout (Exile on Main Street m'ennuie)...Et je n'ai pas du tout la même perception de Radiohead... j'adore les Beatles, je les ai beaucoup écouté... mais je trouve les mélodies de Radiohead vraiment différentes, bien plus sinueuses, leurs harmonies plus étranges...