Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 18:08

A écouter le SNEP français (Syndicat National de l’édition phonographique), le p2p est la cause de tous les maux, un ennemi de la musique à éradiquer au plus tôt. Mais chez les canadiens, c’est un autre son de cloche. Des études ont été menées par le SNEP canadien, et elles montrent que le p2p ne nuit pas à l’industrie du disque, que le téléchargement n’est pas incompatible avec l’achat de disque et que ceux qui téléchargent le plus achètent toujours beaucoup d'albums (d’autres études l’avaient déjà démontré).

Lire à ce sujet l’article paru sur ratiatum :


Le SNEP canadien brise les idées reçues sur le P2P

Partager cet article

Repost 0

commentaires

G.T. 16/02/2009 13:40

THIERRY : merci pour cet article, très intéressant, qui montre encore une fois que les choses ne sont pas aussi simples qu'on veut nous le faire croire...

Thierry 16/02/2009 13:04

Un article somme toute assez intéressant, par ici :http://fr.readwriteweb.com/2009/01/20/a-la-une/rapport-gouvernement-hollandais-conclu-impact-positif-p2p-economie/

SxOxB 04/05/2006 14:36

Je connaissai ce livre juste de nom, c'est vrai que ça me dirais bien de le lire, merci je vais essayer de me le procurer.
Je suis sûre qu'en lisant ce livre je risque d'être partagé entre consternation et indignation...mais bon y'en à toujours à qui l'escroquerie paye, et ce sont toujours les mêmes...

G.T 03/05/2006 15:00

D'accord avec toi sur la SACEM.
Il faut lire le livre "Main basse sur la Musique. Enquête sur la SACEM" (2003-Calmann-Lévy) d'Irène Inchauspé et Rémy Godeau. C'est... édifiant.

Entre toutes les zones d'ombres de la SACEM, ses dépenses hallucinantes, ses employés et directeurs surpayés (qui ont les avantages des fonctionnaires avec des salaires du privé), son lobbying, ses injustices dans la répartition des droits... juste un exemple consternant :

p.42. : "Dès qu'il a atteint l'âge de 55 ans, l'auteur ou le compositeur touche sa retraite, calculée grâce au total des points accumulés, même s'il reste en activité ! Le système garantit ainsi aux sociétaires un complément de revenus qui peut aller de 150 euros à 4570 euros par mois pour ceux qui ont eu le plus de succès. Alain Souchon, Julien Clerc et autres Michel Fugain perçoivent cette retraite alors qu'ils continuent à chanter leurs compositions. Mais attention, tout sociétaire qui serait exclu de la Sacem sur vote de son assemblée générale perdrait automatiquement ce droit."

On croit rêver... ils touchent des droits pour leurs anciennes chansons toujours diffusées et rediffusées, pour la vente de best-of, de leurs nouveaux CD, pour leurs concerts... et en plus ils ont 4570 euros par mois de retraite ! ! ! Par contre, les musiciens moins "populaires" peuvent toujours se gratter !

SxOxB 03/05/2006 13:59

Bon vu que je ne voulais pas faire trop grand je fais 2 commentaires car la c'est pour un autre débat.

je pense que un autre problème en France (ailleurs je ne sais pas) concerne aussi la SACEM (et oui tout est lié vous allez voir). Voici un court résumé de son fonctionnement que j'ai chopé sur un forum et qui explique en gros son fonctionnement... eh beh c'est pas trés reluisant je trouve...:

"en gros quand tu t'i,scris a la sacem tu a des droits (ton oeuvre est protegé tu touche de minuscules droit d'auteur dessus) lmais aussi des devoirs (cotisations mensuelle ou annuelle (je sais plus a payer), interdiction de diffuser tes titres sur un autre support qu'un support declarer al a sacem (he oui on ne le sais pas mais diffuser en libre telechargement ses titres sur son site web quand on est societaire del a sacem est ilegale et on doit payer 30 euros par titres telechargé), declarer toutes nouveau titre a la sacem). hors ses cotisations sont reversé en grande majorité au gros artistes car ils sont plus diffuses sur les medias que les petits.
c'est pour ca qu'un groupe parlementaire parle , afin de reequilibré la balance, de creer une "licence globale" qui moyennant une redevance menssuelle de quelques euros permetrais a tous le monde de telechargé des mp3 sur le net et d'utiolisé n'importe quel support pour etre diffusé. la somme sera reparti equitablement aussi bei nsi tu t'appelle johnny que jean dupond. bien sur la sacem est contre...."

Voilà... Je pense que ça mérite aussi un article se sujet là.

Et je suis d'accord aussi avec toi GT pour les CD vièrge...

SxOxB 03/05/2006 13:53

Moi je suis plutot d'accord avec Marco et G.T.
9a m'énerve ces artistes qui compare ça à du vol.. eux non ils ne téléchargent pas, non bien sûre... du moins pas ceux que la maison de disque ou autres leurs à offert...
Y'a moins de disques vendus? y'a peut être moins de gens qui rachètent en cd leur albums qu'ils avaient en vinyls ou K7 (au bout d'un certains temps c'est normal)... et oui, vu les prix, on va pas les acheter en plusieurs exemplaires non plus!
et puis y'a combien d'albums téléchargés qui n'auraient pas été achetés de toute manière? beaucoup je pense...

G.T 23/03/2006 18:55

Entièrement d'accord avec toi, Marco.

Heureusement, beaucoup d'artistes de talent ne sont pas opposés au p2p, comprennent tout à fait que l'on télécharge pour découvrir de la musique. Par contre, s'ils sont chez Universal, je réfléchirai à deux fois avant d'acheter leur disque... pas envie de financer une boîte qui nous insulte comme ils le font. S'ils sont chez Universal Music France, sûr que je n'achèterai pas. C'est déjà assez pénible de savoir que des centimes des CD vierges que j'achète pour graver des données vont dans la poche de Pascal Nègre... je ne lui en donnerai pas plus.

Marco 23/03/2006 17:29

voilà encore un petit exemple d'artistes qui ne veulent rien comprendre sur le fonctionnement du téléchargement.
interview de The Gathering sur Krinein

Ces jours-ci en France, les hommes politiques se penchent sur le futur du téléchargement illégal... Qu'est-ce que vous en pensez ? Est-ce que vous téléchargez vous-mêmes des choses ?
Anneke (scandalisée) : Non !! Bien sûr que non !
Frank : Quelquefois, j'ai téléchargé quelques chansons, pour me faire une idée, mais je ne télécharge jamais d'albums entiers. Ca équivaut quand même à voler de la musique !

En fait, il y a deux points de vue divergents : ceux qui pensent qu'on ne doit pas télécharger car c'est illégal, et d'autres qui pensent que ça peut permettre de découvrir plus de choses...
Anneke : Oui, c'est génial de découvrir de la musique...
Frank : Oui, ça peut aussi aider des musiciens à se faire connaître... Et c'est beaucoup plus accessible.

... Mais selon vous, on doit acheter.
Anneke : Oui, voilà ! Et c'est pour ça qu'on doit éduquer les gens, parce que beaucoup de jeunes ne se rendent pas compte qu'ils volent ! Si tout le monde se met à télécharger, il ne nous restera plus d'argent pour faire nos albums ! Des groupes comme nous ou plus petits disparaîtront. Donc je pense qu'il faut en parler aux gens, leur expliquer les conséquences de leur geste.

toujours ce fameux VOL!! bon j'étais impatient d'entendre leur nouvel album, je l'ai téléchargé alors qu'il n'est pas encore sorti. Je ne suis pas déçu, je pensais l'acheter dès sa sortie. Là je pense ne pas l'acheter suite à la réaction de Anneke qui est SCANDALISEE et qui compare cet acte à un VOL!
J'ai téléchargé je l'avoue aussi Placebo avant sa sortie, ayant lu quelques chroniques je souhaitais vainement être agréablement surpris, il y a bien longtemps que je les ai zappés. Je me suis fait violence pour écouter chaque titre tant c'était pénible. Que dire ..sans le téléchargement on achète un cd même si celui manque d'intérêt.Avant je l'aurais peut-être acheté pour en connaitre le contenu. Mais maintenant j'ai le choix. Alors bien sûr il ya de gros manques à gagner pour certains. Les U2, Colplay, Muse et autres doivent sortir de bons albums s'ils veulent les vendre, puisque qu'on peut les écouter tranquillement chez soi.
J'ai tellement été écoeuré des réactions des artistes, signés en majors ou en indés, que maintenant je n'achéterai pas ceux qui m'ont considéré comme un voleur, une sauterelle ou un délinquant. Et pourtant j'en ai une sacrée collection de cd!


G.T 23/03/2006 11:35

Cette solution n'est pas aussi naïfve que tu le dis, elle est réaliste et profiterait à tous. Si les majors déclaraient ne pas poursuivre ceux qui utilisent le p2p mais achètent régulièrement de la musique, elles pourraient redorer leur blason auprès de leurs plus fidèles clients et amener ceux qui auparavant n'achetaient que très peu de musique à s'y mettre.
Ce qui est naïf, c'est la comparaison avec un mois au ritz pour le prix d'une nuit. C'est toujours le même type d'argument que celui du vol de croissants dans une boulangerie, un argument totalement mensonger:
Un mois au ritz pour le prix d'une nuit, c'est un énorme manque à gagner pour l'hôtel. C'est une chambre qui devrait rapporter de l'argent chaque nuit mais se retrouve bloquée. Quand tu télécharges un mp3, tu n'empêches personne d'acheter le disque ! De plus, un mois au ritz coûte cher à l'entretien, travail qui ne rapporte rien si tu ne paye qu'une nuit, alors qu'un mp3 téléchargé, ce sont des données qui n'ont pas coûté le moindre centime à l'industrie du disque, ce n'est pas elle qui fabrique ces mp3 que des internautes voleraient !
Le problème, le seul manque à gagner pour l'industrie du disque, ce sont les gens qui n'achètent quasiment plus de musique et se contentent de mp3 (pourtant la qualité sonore est bien moins bonne). Ceux-là ne sont pas aussi importants qu'on veut bien nous le faire croire (voir l'étude du SNEP canadien).

Les labels indés qui payent l'addition et les artistes qui deviennent des produits de consommation... aucun rapport avec le p2p ! C'est un phénomène qui est en marche depuis les années 80. Depuis ces années-là, l'industrie du disque ne cesse de se diriger vers plus de concentration et de créer des artistes et tubes kleenex. Si tu regardes, des années 80 à la fin des années 90 (donc, avant le p2p), le nombre de labels indépendants rachetés par les majors (ou devant fermer boutique), les majors qui fusionnent, se regroupent, les disquaires indépendants qui diminuent de façon spectaculaire... on constate que l'industrie du disque se dirige vers une situation d'hyper-concentration, de quasi-monopole, qui n'a rien à voir avec le p2p !

on air 23/03/2006 09:57

J'ai lu la lettre destiné aux maisons de disques sur le probleme du P2P...Je trouves cela bien naif! Cela équivaut à dire, pour prendre une image, que tu pourrais aller au RITZ tout le mois pour seulement le prix d'une nuit...(2 étant deja trop pour toi.

Il est évident que les majors ne t'ont pas attendu pour trouver des solutions et profitent deja de ce phénomène...(sonnerie de portable, téléchargement payant, logo,...)
Par contre, l'effet pervers de ce phénomène c'est que ce sont les labels indé qui payent tout de suite l'addition, bien que plus réactive elle n'ont pas le volume neccesssaire pour compenser les pertes sur les ventes d'albums. Il ne faut pas se leurrer, les majors ont fait des artistes des produits de consommation...
Le P2P en a fait un produit Mac do a consommer rapidement et même pas sur place...

ON AIR 22/03/2006 09:33

Interessant cet article...