Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 12:57

cohn---triksta.gifNik Cohn - Triksta 
Un écrivain blanc chez les rappeurs de la Nouvelle-Orléans
2006, Editions de l'Olivier







Nik Cohn est le type le plus rock'n'roll du monde. Affirmation qui peut sembler quelque peu déplacée au sujet d'un écrivain de 60 ans qui ne s'intéresse plus au rock depuis longtemps. Et ce n'est sûrement pas le fait qu'il soit considéré comme "le père de la critique-rock" et qu'il ait écrit le premier bouquin de l'histoire sur le rock qui va jouer en sa faveur. Si écrire des livres n'est déjà pas très rock'n'roll, écrire des livres sur le rock l'est encore moins (vous auriez imaginé une "histoire du rock" ou un "dictionnaire du rock" écrit par Elvis ? Sid Vicious ? Jim Morrison ?) A priori, Nik Cohn serait plutôt en lice pour le titre de "type le moins rock'n'roll du monde".
Car quand on est rock'n'roll :

1. On aime le rock
2. On n'écrit pas de livres
3.  A 60 ans... on est déjà mort depuis longtemps...
 
Alors pourquoi le présenter comme "le type le plus rock'n'roll du monde" ? Parce qu'à un âge où la plupart comptent leurs points retraite, passent leurs week-end en pantoufles devant la télé, Nik Cohn part s'installer dans les ghettos de la Nouvelle-Orléans, là où - comme il l'explique - on tue pour une poignée de dollars. Il ne part pas en touriste, ni en "aventurier inconscient qui veut jouer à se faire peur"... d'ailleurs, il fait preuve de beaucoup de dérision et de sincérité, bien conscient de n'être pas vraiment à sa place, d'avoir l'air d'un pathétique "petit blanc" qui cherche à s'encanailler et se retrouve dans de nombreuses occasions tétanisé par la peur. Mais voilà, sa passion pour le rap est telle qu'il dépasse ses doutes et appréhensions, et bossera avec plusieurs rappeurs du coin qu'il essayera de produire, pour le meilleur et pour le pire (surtout le pire).

Nik Cohn n'a rien du critique-rock qui veut lui aussi sa part de luxe, stupre et bling-bling en s'acoquinant avec des stars du rap, ni, à l'inverse, d'un "petit blanc" qui s'imagine investi d'une mission humanitaire pour aider les populations défavorisées. Il est bien loin d'un sociologue de gauche qui tiendrait à "faire remonter la parole des exclus", ou d'un idéaliste qui prend à son compte leur combat contre l'injustice sociale. Ce qui d'ailleurs ne serait pas très rock'n'roll... non, il est là pour une seule raison, la bounce, ce rap très "physique et sexuel" de la Nouvelle-Orleans. 
Si Nik Cohn s'est désintéressé du rock et s'est tourné vers le rap, c'est parce qu'il ne retrouvait plus dans le rock ce qui était son essence même : une musique brute, sauvage, une musique de l'urgence, faite de rythme, sang, sexe et sueur, une musique qui parle uniquement aux tripes et au bas-ventre. Dans son "historique" premier livre sur le rock (Awopbopaloobop Alopbamboom), il regrette déjà l'âge d'or du rock, celui des années 50, et voit d'un très mauvais oeil ces Dylan, Beatles et Doors qui "intellectualisent" le rock. Pour lui, le rock perd sa force lorsqu'il se pare d'ambitions métaphysico-philosophiques, d'intelligence ou de sophistication. Il l'explique d'ailleurs de façon très sarcastique dans Triksta (p.126-127) :

Pendant les années soixante-dix, à l'époque de mon installation en Amérique, j'avais complètement cessé de m'intéresser aux vieillards cacochymes qui torturaient une guitare. L'hypothèse centrale du rock d'alors, pré-punk, était que la musique pouvait changer le monde. Je n'y croyais pas, pas plus qu'en un nirvana acide de karma instantané. Je ne croyais pas que l'amour est tout ce dont nous avons besoin, ni que les réponses nous sont apportées par le vent, et je pensais qu'"Imagine" est plus ou moins le morceau le plus cruche jamais écrit.  
La musique qui me touche ne se préoccupe pas de métaphysique de pacotille; elle est dure et coriace, et elle est l'écho des lieux d'où elle vient, du bruit des rues. Le moment où quelque chose de nouveau surgit d'en bas en bouillonant, plein de sexe et de fureur, juste avant que l'industrie de la musique l'enchaîne et en fasse une marchandise - de ça, je ne me suis jamais lassé.

On ne s'étonnera donc pas que les Who soient un des derniers groupes de rock qui ait passionné Nik Cohn. Il a pas mal traîné avec eux (il raconte son premier voyage à la Nouvelle-Orléans lorsqu'il accompagnait les Who en tournée), et, fan de flipper, il a inspiré Townshend qui a écrit Pinball Wizard et intégré le thème du flipper dans Tommy en son honneur. Certes, les Who se sont lancés dans des albums concepts, et Townshend était loin d'un "crétin rock'n'roll". Mais la musique des Who avait cette puissance rythmique, cette spontanéité qui ne pouvait que plaire à Nik Cohn.

Si la lecture des écrits de Nik Cohn est indispensable à tout fan de rock, c'est parce qu'il nous ramène à nos fondamentaux, et va à contre-courant des 9/10° des critiques-rock et goûts de la majorité des passionnés de rock. Nous tous qui encensons des Beatles, Dylan, Doors, Velvet, Radiohead, Pink Floyd, Cure ou autres Smiths, ne devons pas oublier que le rock est à l'origine un truc qui prend aux tripes, accroche et frappe fort. Une musique de défoulement faite pour générer de la sueur, pas de grandes réflexions. Jailhouse Rock, Sweet Little Sixteen, Rock around the Clock, Tutti Frutti, c'est pas de la poésie, et encore moins de la philosophie...

Au premier abord, Triksta peut en rebuter beaucoup... ceux qui imaginent qu'il faut être fan de rap pour apprécier le bouquin, sachant, de plus, qu'il n'est même pas question de grands noms du rap, mais de rappeurs quasi-inconnus dès qu'on sort de la Nouvelle-Orléans. Tant pis pour ceux qui s'arrêteront à ce préjugé, ils louperont un excellent bouquin, vif, drôle, très ironique, intelligent, et parfois même émouvant. L'épilogue, par exemple, où il est question des ravages de Katrina. Nik Cohn était parti de la Nouvelle-Orléans à ce moment, mais il reprend contact avec quelques amis rappeurs du coin, qui lui livreront des témoignages rageurs et poignants de ce désastre et du scandale du laisser-aller des autorités.

Un rappeur qu'a fréquenté Nik Cohn, 5th ward Weebie, dans un titre libérateur de circonstance : "Fuck Katrina" :



Un des "tubes" de la bounce, par Choppa, autre rappeur avec lequel collaborera Nik Cohn : Choppa Style.

Pour terminer... à tout seigneur tout honneur, un petit passage assez réjouissant du bouquin qui, j'en suis sûr, saura donner envie à certains d'en lire plus : 
    
La critique principale, chez les Noirs comme chez les Blancs, était que le rap n'était pas de la musique. On aurait pu penser qu'une industrie qui s'engraissait avec Olivia Newton-John et les Bay City Rollers se serait gardée de porter des jugements esthétiques. Toutefois, l'ironie n'a jamais été la qualité principale de l'industrie du disque. Tout au long de son histoire, chaque fois que quelque chose de nouveau et de stimulant surgit, elle hurle au meurtre et proclame la mort de la vraie musique. Quand la menace venait du rock'n'roll, la vraie musique était représentée par Frank Sinatra et Perry Como. Sous l'effet des assauts du rap, elle l'était maintenant par Paul Simon et Billy Joel.  (...) Ces paniques ne sont pas tant provoquées par l'amour de l'art pour l'art que par une paresse crasse. Il n'existe pas de secteur professionnel plus parasitique que l'industrie du disque. (...)
Tout ce qui faisait du rap une chose neuve et stimulante était considéré comme une menace. A l'écoute, le fait que le rap ait mis à la poubelle la forme pop classique - la chanson de trente-deux mesures définie par l'industrie du disque - était un immense progrès. Qu'y a-t-il de si merveilleux à régurgiter les mêmes suites d'accords et les mêmes progressions harmoniques jusqu'à plus soif ? Il se trouve que nous vivons dans une époque électronique. Mieux vaut une machine, utilisée avec inventivité, que des milliers de ballades sentimentales décervelées. Sacrilège, hurlaient les vétérans de l'industrie du disque; les machines n'ont pas d'âme. Davantage d'âme que Michael Bolton, selon moi.   
(p.138)

PS : Cet article a beau concerner un livre qui parle de musique... il ne fait en rien partie du crossover de Thom. J'avais commencé cette chronique il y a... 5 mois, l'ai laissé tomber, vient juste d'y revenir... Mon article pour le crossover sera publié dans une ou deux semaines... 

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Livres
commenter cet article

commentaires

VINTAGE VENDETTA 19/04/2008 00:07


VINTAGE VENDETTA
Un groupe rock français a découvrir :
Une opinion ou un commentaire ?
Viens nous rejoindre sur : http://www.myspace.com/vintagevendettamusic
Salut a bientot TOINO

G.T. 29/03/2008 20:08

JDM : Bien noté... et je vais aller voir ça !

jdm 29/03/2008 17:21

G.T., il m'arrive de parler par antiphrase ;)[private][Je t'ai envoyé un mot... de la plus belle eau !]

G.T. 28/03/2008 21:31

STE : Il l'est...

Sté 28/03/2008 13:41

Il à l'air intéressant...

G.T. 26/03/2008 22:42

JDM : Je ne souris plus ??? Je t'avoue que je là, je n'ai pas saisi...CAIUS : Je n'ai pas lu "anarchie au Royaume-Uni", mais il faudra que je le fasse... en tout cas, heureux de t'avoir donné envie de lire celui-là !

Caius 25/03/2008 19:18

Je crois que je vais le lire ce bouquin tu ma vraimetn donné envie. Et "anarchie au royaume uni" du même auteur tu l'as lu ? Il est bien?

jdm 24/03/2008 23:30

Oui, et maintenant tu es dans mes blinks... tu ne souris plus ?Autrement, j'aime bien ton com auquel j'ai répondu.Dirai-je que c'est un com dans le mode G.T. ?

G.T. 24/03/2008 18:26

JDM : Je savais bien que tu "craquerais" un jour et que tu finirais par céder à "l'appel du blog" :-)

jdm 23/03/2008 00:14

quand on est rock'n'roll :
1. On aime le rockJusque là, ça va2. On n'écrit pas de livresJusque là, ça va3.  A 60 ans... on est déjà mort depuis longtemps...Arghhh !!!Bon, je ne rêve pas de ta mort sur le site, le mien, où je t'ai nommé en premier.Toute demande de reifiction ou recfectionnement etc.

G.T. 22/03/2008 19:07

CHRISTOPHE : En fait, il ne fallait pas mettre la note sous le "dernier article" tout court, mais sous le dernier article de la catégorie... "classement des blogueurs". Mais c'est vrai qu'on peut faire la confusion, j'aurais dû être plus précis...Donc... ton premier commentaire était à sa place, c'est celui-là qui n'y est pas :-)Signé : Le roquet taré (moi aussi, j'ai besoin de sommeil :-))

Christophe 22/03/2008 12:19

Re-Argh ! Je cite : "Il est possible de donner sa note sur un des albums proposés aujourd'hui plusieurs mois plus tard. ... Mais ne les mettez surtout pas sous les vieux articles où l'album était soumis à la notation, postez-les TOUJOURS sous le dernier article !"Bon, mon com' 63 du classement des blogueurs 2008 étant dans les choux (bien que j'ai voté 8 pour les bijoux concoctés par The Dø, pourvu qu'ils ne finissent pas comme de vulgaires cailloux, de vieux clous, sur les genoux, alors qu'il ne méritent que des bisous, bouhouhou...). Brouf, euh, bref : The Dø, a mouthful : 8. Bien gras !Sinon, pour le Nick Cohn, le Awop... m'avait bien plu, et je me laisserai peut-être tenté par cette livraison. On verra si je cèderait devant les tables de Mollat (libraire à Bordeaux) lors de ma prochaine visite.Et je m'en vais entrer enfin en lien dur sur Pop Hits ce lieu de partage et de passage où le rock est art (le rock est tard ? ah non : les roquettes hard ! (pff.. faut que j'aille me recoucher moi ^^))tbg 

SysTooL 20/03/2008 22:01

C'est noté ;-)

joe 18/03/2008 01:15

IL fait aussi des livres que j'aimerais lire si je trouve le temps.

G.T. 16/03/2008 20:31

THOM : Pourquoi ? Bah... je sais pas trop... je l'ai commencé, puis suis passé à autre chose... et ne l'ai repris que maintenant... ce n'est pas plus compliqué que ça :-) SYST : oui, c'est un bon choix... mais peut-être faut-il commencer par son livre "historique" sur le rock des 50's et 60's : Awopbopaloobop Alopbamboom

Christian 16/03/2008 20:17

Trés interessant tout ça ! Je vais chercher ce bouquin...J'aime bien ce que dit Nick Cohn sur l'urgence. Et si il parle de rock, je pourrais trés bien faire la même remarque pour le jazz. Enfin, je pourrais... C'est exactement la raison pour laquelle j'écoute plus de rap que de jazz aujourd'hui.

SysTooL 16/03/2008 19:20

Heureusement que tu as repris cette chronique... ça donne envie, en tout cas... est-ce que Tritska est un choix judicieux pour aborder Nik Cohn? Sinon que me conseillerais-tu d'autre?A+SysT

Thom 16/03/2008 18:38

Et pourquoi tu le chroniques six mois plus tard ???

G.T. 16/03/2008 18:09

THOM : Oui... mais le bouquin, je l'ai lu il y a déjà 6 mois... donc pas besoin d'attendre un an pour qu'on ne soit pas trop en phase ! 

Thom 16/03/2008 17:28

Si elle est pas belle, cette chute...Ca fait un moment que j'ai envie de le lire, ce bouquin de Cohn...tu m'en as évidemment donné encore plus envie ; cela dit du coup je vais le lire l'an prochain (faudrait pas qu'on soit trop en phase quand même).