Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2016

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 12:37

Hip-hop      Slam Jamz Recordings - 2007 ****


public-enemy-how.jpgOn aurait pu dire de ce nouveau Public Enemy "le groupe phare des débuts du rap n'est plus que l'ombre de lui-même, il se contente de repiquer les recettes des nouvelles stars du genre".
 On aurait pu dire avec ironie que tout est dans le titre, que le groupe emblématique du rap radical et engagé a vendu son âme, qu'il a si peu d'inspiration et de fierté qu'il pompe allègrement les éléments qui ont fait le succès d'Eminem (Sex, drugs and Violence), 50 cent (Amerikan Gangster), avec de grosses guitares bien lourdes (Black is Back, Frankenstar) pour racoler les amateurs de rock, le très nostalgique A long and whinning road pour tirer les larmes de la ménagère et même un titre d'abstract hip-hop pour conclure l'album (Eve of Destruction), afin de séduire aussi les amateurs de rap actuel plus exigeants. Bref, un album qui bouffe à tous les rateliers, histoire de ratisser large. On aurait pu voir en Flavor Flav le symbole de cette déchéance, un Flavor Flav prêt à tout pour continuer à "exister", n'hésitant pas à déballer dans une émission de télé-réalité ses problèmes de "sex-addict"... et le fait que sur deux des trois titres chantés en solo par Flavor Flav, il martèle son nom pendant le refrain en serait la meilleure illustration.
 
On aurait pu... mais on ne le dira pas. Pour une simple et bonne raison : cet album d'une efficacité redoutable et son irrésistible énergie emporte tout sur son passage. L'inspiration et l'intensité, Public Enemy en a toujours à revendre. On n'a donc pas affaire ici à un énième groupe has-been pathétique - comme le rock en connait tant - qui s'approprie ce qui marche pour tenter de retrouver une gloire passée... mais à un groupe qui donne une vraie leçon de rap à tous les petits jeunes du moment, capable d'intégrer avec pertinence les éléments les plus modernes du rap à sa musique, montrant qu'il faut toujours compter avec lui et qu'il n'est pas près de céder son trône. Le morceau titre, qui ouvre l'album, fait taire d'emblée tous ceux qui pensaient que Public Enemy était de l'histoire ancienne. Du Public Enemy en très grande forme, puissant et rageur, et, à mon sens, un des tous meilleurs morceaux de rap de ces dernières années. Suivent le très musclé Black is Back et le single Harder Than You Think, efficace, certes, mais avec des cuivres un peu trop triomphants à mon goût pour être honnêtes... après cette entrée en matière fracassante, les ambiances se feront plus diversifiées, chacun pouvant trouver son compte dans cet album d'une grande richesse. 

S'il fallait mettre un bémol - quoique je viens déjà d'en mettre un petit sur les discutables cuivres triomphants du single - disons qu'on aurait pu attendre de Public Enemy une oeuvre plus radicale... mais ce qu'ils perdent en radicalité, ils le gagnent en diversité et en accessibilité. Cela fait de How you sell Soul un album idéal comme "porte d'entrée" dans le monde du hip-hop. Fear of a Black Planet ou It takes a Nation of Millions to hold us back resteront bien évidemment comme plus essentiels dans l'histoire du rap (en même temps, très peu d'albums -pour ne pas dire aucun - le sont autant que ces deux-là)... mais il est plus difficile d'y pénétrer pour des oreilles d'habitude frileuses quand il s'agit de rap. Par contre, How you Sell Soul a toutes les qualité requises pour conquérir un plus vaste public. Les rares déçus par How you Sell Soul seront sans doute quelques "fans hardcore" de Public Enemy... mais pourquoi bouder son plaisir, face à des titres aussi réussis et accrocheurs ?   
D'ailleurs, cet album est aussi la preuve - si besoin était - qu'il y a quelque chose de vraiment pourri dans le royaume du music-business. Oui, je sais, j'enfonce la plus grande des portes ouvertes. Mais un album pareil, c'est un des événements musicaux de l'année. Un groupe de légende qui ne s'enferme pas dans sa tour d'ivoire mais livre un album d'une très grande qualité truffé de titres imparables, sans rien de la putasserie du pseudo r'n'b que nous vomissent les ondes à longueur de journée, ça se fête. Pourtant, How You Sell Soul a été sorti relativement discrétement, en plein mois d'août, alors que les majors nous survendent tout et n'importe quoi toute l'année durant. Une profonde injustice - d'autant plus stupide que cet album, très nettement au-dessus du lot, a tout pour être un best-seller - injustice qu'il convient de réparer au plus vite en se procurant ce grand cru des indispensables Public Enemy. 

En extrait, le très "eminemien" Sex, Drugs & Violence, titre assez surprenant sur un album de Public Enemy, mais peu importe, c'est un excellent morceau :

Sex, Drugs & Violence


Public Enemy -  How You Sell Soul To A Soulless People Who Sold Their Soul 

1. How You Sell Soul To A Soulless People Who Sold Their Soul
2. Black Is Back
3. Harder Than You Think
4. Between Hard And A Rock Place
5. Sex, Drugs & Violence (feat. KRS-One)
6. Amerikan Gangster (feat. E.Infinite)
7. Can You Hear Me Now
8. Head Wide Shut
9. Flavor Man
10. The Enemy Battle Hymn Of The Public
11. Escapism
12. Frankenstar
13. Col-Leepin
14. Radiation Of A RADIOTVMOVIE Nation
15. See Something, Say Something
16. Long And Whining Road
17. Bridge Of Pain
18. Eve Of Destruction  

Lire la chronique de l'album chez Systool 

Chronique de l'album de DJ Spooky et Dave Lombardo, Drums of Death, avec Chuck D. (Public Enemy) chez
Nyko

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Professeur Stump 01/10/2008 12:04

Bonne chronique.  (Stump)

G.T. 10/10/2007 19:50

Au temps pour moi... j'irai y jeter un oeil !

Christian 08/10/2007 00:10

Si si, j'ai mis un lien : http://randomizm.blogspot.com/C'est juste que je me suis planté dans la syntaxe.Randomizm, c'est pas vraiment mon site. C'est celui de Damien, mais j'y écris de temps en temps quelques papiers. Juste quelques notes de lectures.

G.T. 05/10/2007 19:28

Jdm, je te réponds à la place de Christian... Il n'y a pas "How you sell soul" car ce site n'a sans doute pas été mis à jour depuis un petit moment.Pour ce qui est de l'évocation du sujet de l'industrie du disque, il faut aller en bas de la page, et clicker sur les questions, notamment : "The record companies don't develop the artists".Et si le lien vers le site de Christian ne marche pas... c'est parce qu'il n'a pas de site (mais il devrait) !

jdm 04/10/2007 15:03

Bonjour à tous,Christian, je ne comprends pas bien ton commentaire après avoir visitéhttp://www.shutemdown.com/pebtn2000.htm Il y a beaucoup de téléchargement libre (mais pas de droits...), il n' y a pas How you sell... et ce n'est pas un site "autorisé".Peux-tu donner le lien précis vers la ou les page(s) où Public Ennemy aborde le sujet que tu évoques ?Tu écris : Pour ma part, j'ai toujours eu un peu de mal avec Public Enemy.Tant mieux, la formule venant d'un amateur expert.Le lien que tu donnes vers ton site (?) ou un site est en erreur : c'est ma config ou c'est l'adresse qui est en cause ?A bientôt.

G.T. 04/10/2007 09:54

Merci pour le lien, je vais écouter ça ce week-end, quand j'aurais un peu plus de temps....

Christian 02/10/2007 21:07

Suffit d'aller sur leur site "officieux : http://www.shutemdown.com/pebtn2000.htm pour comprendre ce qu'ils pensent de l'industrie du disque et du téléchargement libre.Pour ma part, j'ai toujours eu un peu de mal avec Public Enemy.

G.T. 02/10/2007 20:48

Possible... je n'y avais pas pensé - faut dire que je n'ai pas suivi tout ce qu'à dit Public Enemy sur le sujet - mais ce ne serait pas surprenant.

SysTooL 01/10/2007 15:39

J'imagine que ça a à faire avec certaines déclarations de membres de PE au sujet de l'industrie du disque...SysT

G.T. 01/10/2007 02:09

Oui... et même plus qu'hallucinant, c'est rageant et désolant...

SysTooL 30/09/2007 17:01

Nous sommes tout à fait d'accord sur les différents aspects de cet album : parfois énervant dans sa présentation, mais diablement efficace. Sinon, en effet, aucun matraquage radio/TV/web, c'est hallucinant...SysTooL

G.T. 30/09/2007 13:40

OK, merci, j'en ai fait de même à la fin de l'article !Par contre, je trouve pas mal la collaboration avec E-infinite.... sans doute parce que le titre me fait penser à du bon 50 cent, et que je suis moins hostile à 50 cent que tu ne l'es :-)  

nyko 30/09/2007 11:52

salut G.T,en effet ce nouveau Public Enemy est une sacrée bonne surprise. Ca faisait un sacré bail qu'ils ne nous avaient pas proposé un disque aussi bon.Le seul défaut que je lui trouve est la participation de E.Infinite et en effet le single et ses cuivresAu fait, j'ai mis un lien vers ta chronique (comme je l'ai fait avec Syst) sur mon article sur le disque de "Dj Spooky & Dave Lombardo" auquel collabore Chuck D