Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 22:02

Rock           Parlophone - 2003 *****

radiohead-hailtheif.jpgRadiohead, c'est une des plus remarquables carrières de l'histoire du rock, un des plus bel exemple de progression qui soit. Faut dire qu'ils partaient de très bas, avec un premier album, Pablo Honey, assez médiocre, mais qui leur a permis de connaitre le succès grâce au tube Creep

La force de Radiohead, ce n'est pas simplement comme on l'entend si souvent d'avoir su se renouveler - car, après tout, tous les groupes qui le veulent bien peuvent se renouveler - mais aussi de faire preuve d'une intuition esthétique rare. Comme s'ils pouvaient mettre en musique le moindre de leurs désirs, ils réalisent avec une maestria et une facilité insolente leurs ambitions musicales toujours plus élevées à chaque album. Il n'y a guère que les Beatles qui peuvent se vanter d'avoir su en faire autant... 
Il existe de nombreux objectifs que se donnent les groupes de rock : composer un album qui devienne un classique, avoir un grand succès public et/ou critique, innover et être considéré comme le groupe le plus inventif de sa génération, toucher le public au plus profond par des chansons très émouvantes, arriver à concilier expérimentation et accessibilité... La plupart des groupes ne visent qu'un seul de ces objectifs et mettent une vie à l'atteindre, quand ils y arrivent. Radiohead a de quoi dégoûter ses pairs, ils sont parvenus à chacun de leurs albums à au moins un de ces objectifs, et les ont tous atteint dans leur carrière qui est encore loin d'être finie. La progression qu'ils ont montré, d'un album sur l'autre, est plus que stupéfiante.

Pour mieux saisir en quoi Radiohead est un groupe hors du commun, il faut imaginer ce qu'auraient fait à leur place un groupe sans vraies prétentions artistiques et un bon groupe. Parce qu'à chaque fois, Radiohead n'a pas été simplement "bon", mais exceptionnel. 

Le bon, la brute et Radiohead

Après un album assez quelconque comme l'était Pablo Honey, qui a pu malgré tout propulser Radiohead sur le devant de la scène grâce au super-tube Creep, un groupe moyen ou médiocre aurait passé sa carrière à tenter de refaire des Creep 2, 3 ou 4 et de rester au top des hit-parades. Avec un peu de chance, il aurait su refaire un ou deux tubes en gardant la même recette. Aucune évolution esthétique, pas d'amélioration du songwriting, mais quelques tubes dans le meilleur des cas.
Un bon groupe aurait su travailler un peu plus ses chansons, la production, et sortir 3-4 chansons plus intéressantes dans le prochain album.
Radiohead a accompli, dès le 2° album, ce que tout groupe auteur d'un premier album moyen rêverait d'atteindre un jour : un parfait album de rock indé, avec du style et des chansons qui vont marquer leur génération. Tout se passe comme s'il suffisait à Thom Yorke de dire à ses acolytes "bon, notre problème, c'est qu'on n'a pas su écrire des chansons accrocheuses et de qualité, Creep a été un accident, une exception qui nous permet d'enregistrer un 2° album... et si on composait de super-morceaux et un album qui fasse date ?" Facile à dire, mais on ne devient pas du jour au lendemain un groupe capable de produire d'excellents morceaux de rock... sauf Radiohead, qui y arrive avec The Bends. Voilà qu'il passe de "groupe d'un tube" à "groupe phare du rock indépendant". Impressionnant.

Des groupes moyens, après The Bends, auraient essayé de faire un "The Bends 2". Un groupe moyen n'aurait de toute façon jamais pu composer un album de la qualité de The Bends. Et si, par magie, il l'avait fait, il aurait passé sa carrière à tenter de rééditer l'exploit, sans succès, The Bends restant le sommet de sa discographie. 
Un bon groupe aurait peut-être su continuer dans cette voie, et sortir des albums de la même qualité. Ou suivre les traces de U2, revoir ses ambitions esthétiques à la baisse pour devenir plus populaire. Ou encore contenter les critiques et perdre en popularité avec des albums plus complexes. 
Mais Radiohead va au-delà de toutes les espérances. Il réussit non seulement à accroître son succès auprès du public, mais aussi l'intérêt des critiques par un album qui est un des albums essentiels et incontournables de l'histoire du rock : OK Computer. Un album qui a profondément marqué son époque, un album d'une richesse, d'une beauté, d'une sensibilité et d'une intelligence rares. Rien que ça.

Un tel album, c'est un poids et une pression énormes sur les épaules d'un groupe. Tout le monde les attend au tournant. Un groupe médiocre n'aurait jamais pu atteindre ce niveau une seconde fois (et n'aurait de toute façon jamais pu composer un tel album). Un bon groupe, et même un très bon groupe aurait compris qu'il a trouvé la recette idéale et l'aurait appliqué à ses prochains albums, avec plus ou moins de réussite.
Faire au moins un OK Computer 2, pour asseoir leur statut de "plus grand groupe rock de l'époque" semblait la voie la plus logique. Mais non. Radiohead va dérouter tout le monde en passant directement à autre chose, sans aucun compromis. Ils prennent le risque de se couper de leurs fans par un virage très expérimental et original, Kid A, où l'electro prend subitement une place de choix. Résultat : c'est une très grande réussite et Kid A a eu droit aux honneurs d'une des plus belles pluies de superlatifs qu'on n'ait jamais entendu de la part des rock-critics. Le public est un peu désorienté... mais il suit tout de même, car Radiohead garde toujours cette capacité de composer des morceaux attachants.
N'importe quel autre groupe se serait reposé sur ses lauriers après 3 albums aussi importants, laissant du temps au public pour "digérer" un album étonnant comme l'est Kid A. Pas Radiohead. Moins d'un an seulement après Kid A, ils sortent Amnesiac. Ils confirment ainsi que leur virage "expérimental" n'est pas une lubie, mais qu'ils ne sont pas près de refaire des The Bends et des OK Computer pour plaire au plus grand nombre. Ils enterrent ainsi définitivement les illusions des fans de la première heure qui souhaitaient retrouver des tubes pop-rock plus accessibles à la Creep ou Fake Plastic Trees.

Le plus dur reste maintenant à faire... comment succéder à Kid A et Amnesiac ? Aller encore plus loin dans l'expérimentation ? Ils deviendraient trop conceptuels et abstraits. Les critiques auraient pu se pâmer devant tant d'audace, devant ce "suicide commercial", mais le but du rock, c'est aussi de savoir toucher d'autres personnes que les plus pointus des mélomanes. Sinon, ils auraient pu en finir avec l'expérimentation et revenir à une musique plus accessible.
Pas le genre de Radiohead de faire dans la demi-mesure. Ce casse-tête sera résolu avec génie dans Hail to The Thief (on y arrive enfin !) Qui ne perd rien en originalité, et gagne en immédiateté. Ils ont toujours le chic pour surprendre, trouver des mélodies, harmonies, structures, instrumentations inédites. Sans renoncer à l'électro, ils se cachent un peu moins derrière les bidouillages pour revenir aux guitares (ce qu'ils avaient déjà légèrement amorcé dans Amnesiac). 
Hail to the Thief, c'est l'équilibre parfait. Equilibre parfait entre expérimentation et accessibilité, entre électronique et sons rock, entre l'intelligence et l'émotion. "Synthèse" est le mot qui revient le plus souvent dans les chroniques de l'album. Comme si Radiohead, au sommet de son art - sommet qu'ils n'ont pas quitté depuis The Bends - avait su tirer le meilleur des albums précédents pour un disque qui reflète à la perfection l'identité du groupe. 
Mais Hail to the Thief souffre tout de même d'un gros handicap... il succède à des albums qui ont été de telles claques qu'on attend de Radiohead qu'ils soient plus qu'exceptionnels. Ils ont placé la barre tellement haut que l'on voudrait les voir révolutionner le rock à chacun de leurs albums... ce qui est bien sûr impossible. Un autre handicap est qu'ils ont exercé une telle fascination, ont été couverts de tant d'éloges que certains amateurs de rock les sous-estiment après les avoir encensés. Car l'unanimité autour d'un groupe, c'est pas très rock'n'roll. Mettez 10 passionnés et boulimiques de rock dans une même pièce, s'ils ont tous le même avis sur le "meilleur groupe de l'époque", soyez assurés qu'au cours d'une prochaine rencontre, plusieurs auront changé d'avis. Ce n'est d'ailleurs pas symptomatique des seuls fanas de rock, on retrouve ces mêmes comportements pour tous les styles musicaux, et même tous les arts.

Pour autant, dire de Radiohead qu'ils sont le "meilleur" groupe de rock de ces 20 dernières années est discutable. Le plus important, sans doute... mais après tout dépend des conceptions de chacun. On peut penser que le rock, c'est du sang, du sexe et de la sueur, et Radiohead serait alors un groupe bien trop subtil pour remporter la palme. On peut aussi être insensible, voire réfractaire, à "l'inconsolable mélancolie" du groupe et à la voix de Thom Yorke...

Hail to the Thief a reçu un accueil enthousiaste... mais il mérite encore mieux. Les membres de Radiohead sont un peu comme des aventuriers qui réalisent exploits sur exploits, des exploits qui suscitent le plus grand intérêt au début, puis qu'on regarde un peu distraitement au bout d'un moment. La force de l'habitude. 
Pourtant, Hail to the Thief n'est pas fait pour être écouté 3-4 fois. Dans un album aussi riche, avec tant de strates, on continue à la 40° écoute à y découvrir de nouvelles choses. Il y a plus d'idées dans cet album que dans toute la carrière de la plupart des groupes de rock.    


Si l'évolution artistique de Radiohead est exemplaire, elle n'explique pas à elle seule la fascination pour le groupe. L'essentiel n'est pas là, il est dans la "formule magique" de Radiohead, qui est de conjuguer sans fautes de goûts émotion et expérimentation.

Tout le monde peut émouvoir avec la musique, ou expérimenter. Mais arriver à marier les deux, c'est un exercice très périlleux, qui est l'apanage de quelques très grands. 
Emouvoir, c'est facile... suffit de s'inspirer d'une ballade triste, repiquer ses accords avec 2-3 variations, et transformer légèrement la mélodie. Mais peu de chances de faire quoi que ce soit d'original et d'intéressant avec ça.
Expérimenter... c'est pas plus compliqué. On désaccorde sa guitare, on plaque des accords au hasard pendant que la batteur martèle une machine à laver avec une batte de base-ball et que le chanteur crie des insanités. Ce qui ne donnera pas à coup sûr de la bonne musique.
Arriver à conjuguer émotion et originalité, sans tomber dans l'expérimentation gratuite ou l'émotion frelatée, là est l'extrême difficulté. Et là est tout le talent de Radiohead, maître en la matière.

Savoir, comme le fait Radiohead, composer des chansons très mélancoliques, émouvantes et lyriques sans tomber dans le pathos adolescent et pompier, c'est déjà un exploit. Exploit qui fait toute la différence entre les subtils Radiohead et les boursouflés Muse. Quand on ajoute à cette sensibilité une capacité d'innovation étonnante, du style et une très grande qualité des compositions, pas de doute, on tient un des meilleurs groupes de l'histoire du rock. 

Le titre que j'ai choisi n'est pas le plus original de l'album (il n'en reste pas moins bien plus original que ce que font beaucoup d'autres groupes), mais un excellent morceau de rock. Après Kid A et Amnesiac, tout le monde s'attendait à ce que Radiohead continue dans une lignée qui en ferait un groupe encore plus cérébral. Mais Radiohead, comme à chaque fois, surprend d'entrée avec ce titre émouvant, écorché vif et puissant :

Radiohead - 2+2=5 





Après un tel titre, on imagine que le reste de l'album sera dans cette couleur, bien plus rock que les deux précédents albums... mais ils surprennent à nouveau avec le morceau suivant, particulièrement original, Sit down, Stand Up :

Radiohead - Sit Down Stand Up

Tout le problème lorsque l'on chronique ce genre de disques et que l'on cherche à placer des exemples musicaux... c'est que deux titres à écouter, ça ne donne qu'une très petite idée de l'album. On aimerait faire écouter les excellents Where I end and you begin, The Gloaming, la très belle progression lyrique de There there, l'harmonie vocale de I Will, l'instrumentation et l'originalité de We Suck Young Blood etc, etc... mais il faut chosir. Et, à moins d'être insensible à la musique de Radiohead, précipitez-vous pour acheter cet album - si vous ne l'avez pas déjà - afin de vous plonger plus profondément dans ce chef-d'oeuvre fascinant...   

Radiohead - Hail to the Thief
  1. 2 + 2 = 5
  2. Sit Down. Stand Up.
  3. Sail to the Moon
  4. Backdrifts
  5. Go to Sleep
  6. Where I End and You Begin
  7. We Suck Young Blood
  8. The Gloaming
  9. There there
  10. I Will
  11. A Punchup at a Wedding
  12. Myxomatosis
  13. Scatterbrain
  14. A Wolf at the Door

    [edit] l'album en écoute intégrale sur Jiwa  
Acheter Hail To The Thief sur priceminister

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Rock
commenter cet article

commentaires

G.T. 09/04/2009 19:08

LAURENT : Merci beaucoup... et félicitation, encore une fois, pour ce bel album... mais bon, on va arrêter de se jeter des fleurs, c'est pas très rock'n'roll (en même temps, c'est plus facilement toléré dans le folk/psyché/électro, alors y a pas de mal^^)(Désolé, Tinalakiller et Hit hat de ne pas avoir répondu à l'époque...)

Laurent 09/04/2009 18:00

Excellent article. Il verbalise intelligemment ce que je pense, et puisque ce que je pense est intelligent, forcément, cet article est parfait! :-DJ'voulais pas trop faire m'as-tu-vu sur ton article sur Floating Wood, alors j'en profite pour te remercier ici d'avoir écouté notre album, merci d'avoir pris le temps de l'écouter apparemment plusieurs fois, et merci pour cette pub inespérée. C'était super cool, et en plus c'était pas manichéen, comme beaucoup de gens haineux ou, au contraire, de gens niais qui aiment de toute façon tout ce qu'un groupe amateur fait. Ca fait plaisir de lire un avis pertinent.Ton blog est monumental, mais je le pensais déjà avant hein! Peut-être oserai-je laisser un avis parmi ces commentaires de gens si éclairés. Ton blog a la particuliarité d'être très bien fréquenté il me semble!Un blog "qui se mérite" ;-)A plus dans l'bus-Laurent, chanteur de Blue Chill

tinalakiller 29/12/2008 13:12

ah ben ca c'est de l'article. Pour moi c'est l'un de leur meilleurs albums !! merci pour l'article (c'est la fan de radiohead qui parle)

Hit Hat 03/12/2008 15:57

de la ballemais Kid A, ce sale gosse, est de loin le meilleur de RH.

G.T. 12/12/2007 17:04

Guilhem : merci, et entièrement d'accord avec toi sur l'album !

Guilhem 12/12/2007 12:28

Pour moi le meilleur album de Radiohead.Le mix parfait entre électro et guitare, toujours aussi porteur d'émotion. Et cette voix, cette voix... tout juste magique.Très belle chronique au passage!

G.T. 13/10/2007 15:06

Magda : merci pour le compliment !Et les titres de Radiohead continuent à m'émouvoir moi aussi 10 ans après...

Magda 12/10/2007 11:28

Hello,Je découvre ton blog à travers la chaîne de Thom.J'apprécie beaucoup cet article sur Radiohead. Fade out / street spirit, quoique toujours rock, est pour moi la progression parfaite vers une électro éthérée et nostalgique qui annonce OK Computer. Plus de dix ans après, ça me file toujours des frissons.Merci pour ce bel article.

G.T. 07/10/2007 19:58

Et dire que j'avais loupé ce commentaire... mille mercis, je suis particulièrement flatté...

Thom 20/09/2007 10:45

G.T...il est génial, cet article. Tout simplement. T'es le meilleur !

G.T. 06/09/2007 16:11

En effet, on est bien d'accord sur Muse !Concernant the Eraser... je comprends ce que tu veux dire. Il est vrai qu'il est un peu plus "terne" que Kid-A, il est plus dans la demi-teinte... mais ça ne m'empêche pas de le trouver tout de même très beau. 

Boeb'is 05/09/2007 23:40

je dois avoir une vision bizzard de radiohead vu que je les ai découvert avec Amnesiac. J'adorais tellement cet album que j'ai mis du temps à écouter les autres car je me disais qu'ils seraient forcement moins bons. Je suis entieremment d'accord pour Muse. J'ai toujours été horripilé au plus au point que des fans de Radiohead puissent être fan de Muse et ose les comparer (arg). Je me suis toujours dit que forcément ils ne devaient avoir rien compris à Radiohead pour pouvoir apprécier les deux et ça me frustre toujours. Se dire que des fans ne comprennent rien à leur groupe favori est pas réjouissant.Par contre j'ai pas du tout accroché à the Eraser. Et je prefère pourtant la denière période de Radiohead. Je trouve les chansons plus plates, moins denses. Du sous-kid-A en somme.

NedLabs 29/08/2007 14:58

Merci. Tu es également en lien chez moi...A+Ned

G.T. 29/08/2007 13:28

Christian : Un "j'aime bien" venant de toi pour un groupe pop-rock actuel, ça vaut tous les superlatifs des fans de rock ;-)"mélancolique et pas prétentieux" dis-tu... et c'est très bien vu. Car ce qui les distingue de bon nombre de groupes rock, c'est qu'ils arrivent à faire passer du lyrisme et de l'émotion sans sortir "l'artillerie lourde". Rien à voir avec ces groupes qui imaginent qu'il faut être pompeux et naïf pour susciter l'émotion.NedLabs : c'est marrant, ce que tu ressens de Hail to the Thief par rapport à Amnesiac... c'est exactement l'inverse pour moi. je trouve Amnesiac plus abstrait que tous les autres Radiohead, c'est l'album qui me demande le plus d'attention pour vraiment rentrer dedans (ce qui n'empêche pas que je l'aime beaucoup, notamment pour les magnifiques Pyramid Song et Dollars & cents...)En tout cas, on attend effectivement le prochain avec impatience, pour voir s'ils peuvent encore nous surprendre !Merci pour le compliment et à très bientôt... car je viens de découvrir ton blog et il y a beaucoup d'albums qui me plaisent. Je te mets dans mes liens et passerai par chez toi régulièrement.

NedLabs 29/08/2007 09:33

Hail To the Thief est incontestablement un grand album. Pourtant, même après un sacré paquet d'écoutes, j'ai toujours du mal à accrocher "vraiment". Je trouve qu'on a du mal à s'y plonger aussi profondément que dans OK Computer ou Amnesiac (sûrement mon préféré). Peut-être parce que la subtilité des compositions efface un peu le côté "hypnotique" qui faisait certaines de leurs grandes chansons (Climbing up the Walls, I Might be Wrong, Like Spinning Plates...). C'est vraiment faire la fine bouche vu la maîtrise à laquelle Radiohead est arrivé, mais on a un peu l'impression avec cet album que "tout a été dit". Mais bon, ils parviendront sans doute quand même à nous surprendre avec le prochain!Très belle chronique en tous cas!A+Ned

Christian 29/08/2007 01:04

Tiens, j'aime bien Radiohead, et notamment ce Hail To The Thief. Bon, j'écoute pas souvent, mais ça passe bien ce rock mélancolique et pas prétentieux.J'ai découvert il n'y a pas si longtemps non plus, moins de 3 ans. The Bends, Ok Computer et celui-ci. Connais pas les autres par contre...

G.T. 29/08/2007 00:23

Joe : c'est peu banal que tu ais accroché tout de suite à l'album solo de Thom Yorke, qui n'est pas si facile d'accès... mais c'est un très bel album, un de mes préférés de l'année dernière. 

G.T. 29/08/2007 00:19

Thierry : Il fallait bien un avis un peu moins enthousiaste sur Radiohead... Tu dis qu'ils ne touchent pas assez le "grand public", mais, comme le faisait remarquer Thom, c'est en déjà trés étonnant que Radiohead ait pu avoir un tel "succès" avec une musique si exigeante.Je comprends ce regret qui est le tien que les meilleurs groupes ne soient pas les plus fédérateurs, comme cela était encore le cas dans les années 60. Mais... il y a 2 choses à prendre en compte. la 1°, c'est que les maisons de disques ont bien compris qu'il était beaucoup plus rentable d'investir massivement sur quelques gros "coups marketings" ponctuels, plutôt que sur des groupes novateurs. Et le matraquage constant des tubes les plus consensuels et faciles est leur credo... Eles ont largement contribué ainsi à conditionner le public à toutes ces daubes, en baissant le niveau au fur et à mesure.la 2°... c'est qu'il est inévitable dans tous les styles qu'au bout d'un moment les artistes les plus créatifs en viennent à une musique que le grand public a du mal à saisir. C'est un peu la même chose dans tous les arts. La musique classique et le jazz en sont de très bons exemples. Au bout d'un moment, à force de chercher de nouvelles choses, de vouloir faire évoluer la musique, on en vient naturellement à une musique trop complexe pour le grand public. Difficile de revenir en arrière sans régresser...Sinon... je n'ai pas encore entendu OK X, mais ça ne saurait tarder !Jdm : Communiquer mon login priceminister... à mes pires ennemis seulement ! Car ce qu'il me reste à vendre est vraiment sans intérêt, et en plus, à des prix pas très attractifs...Merci aussi à Thierry et à toi pour les compliments ! 

joe 28/08/2007 23:54

Hé bah G.T., c'était un sujet qui te tenait à coeur. J'ai découvert Radiohead sur le tard avec cet album, que j'ai beaucoup écouté. Mais j'ai pas pour autant eu envie de remonter le fil de leur discographie, alors que j'ai piqué Amnesiac et Ok Computer à un pote. Je les sortirai p'têt bientôt de leurs boitiers du coup. En revanche, l'album solo de Yorke, j'ai accroché d'un coup. Et vas-y que je te le mets en boucle, l'an passé.

jdm 28/08/2007 09:39

Très bel article, à joindre au livret de l'album (2 pages A4 en corps 7, ça fait, en 12x12, à peu près... mais pas moins).Une musique qui demande à être écoutée plusieurs fois, dès la "première écoute", signe qu'il y a bien des finesses à découvrir.2 + 2 = 5 est une bonne illustration. Je ne saurais trop faire un choix : peut-être A Wolf at the Door, Where I End and You Begin, Go to Sleep.A bientôt, merci.+ bonne idée d'avoir donné un lien vers PriceMinister (c'est à partir de 6 à 7 euros)G.T., tu as un login de vendeur sur PriceMinister : est-ce que tu pourrais le communiquer à ceux qui te le demandent (je) ou bien en ligne ?

Thierry 27/08/2007 21:43

Et as-tu eu l'occasion d'écouter le très réussi OK X, l'album "tribute" pour les X ans de OK Computer ?Il y a une très belle reprise de No surprises par Marissa Nadler, entre autres ...

Thierry 27/08/2007 21:09

Salut G.T., Très bon article comme d'habitude ! Néanmoins, je trouve la côte de Radiohead très surfaite. Sûr, ils ont su évoluer au fil des albums, se remettre en question, etc etc ... Et rien que pour ça, ils méritent d'être reconnus par la communauté rock.Sûr, ils sont plus intéressants que les pachydermiques U2 & Co ...Mais, comme avec le jazz moderne ou "expérimental", je ne vois pas l'intérêt pour mes oreilles d'aller écouter certains morceaux de Kid A ou Amnesiac, par exemple, trop pseudo-conceptualisés (ou trop pseudo-branchouilles) à mon goût.Sûr, comme  tu le dis, ils ont des morceaux d'une très grande sensibilité et d'une grande beauté !J'ai pourtant, je ne sais pourquoi, beaucoup de mal à écouter leurs albums complets, à l'exception de The Bends et OK Computer.Je prends beaucoup plus de plaisir à écouter une fois de temps en temps l'un des 10 volumes du coffret de faces B, inédits, raretés, live, ... intitulé Towering above the rest.http://rateyourmusic.com/release/unauth/radiohead/towering_above_the_rest/Peut-être parce qu'il n'y a pas de pseudo-concept derrière ces collections de chansons !Radiohead est néanmoins un des groupes "rock" les plus intéressants de ces deux dernières décennies. Même si, malheureusement, comme tous leurs confrères, ils n'arriveront jamais à sortir de la "communauté rock" pour toucher l'ensemble des générations. Tout le monde n'écoute pas Radiohead et cela les empêchera, je pense, de véritablement marquer l'esprit collectif.En dépit de ces réserves, félicitations pour ton talent d'écriture et cet article très très fourni !@++

SysTooL 27/08/2007 19:12

Merci à toi pour l'article! SysT

G.T. 27/08/2007 16:07

Alex : Une déclaration d'amour... c'est vrai que ça y ressemble. Je ne suis pourtant pas un inconditionnel de la complexité et de la sophistication dans le rock, je trouve salutaire que dans les années 70 'un Never mind the Bollocks soit venu mettre un grand coup de pied dans la fourmilière du rock-prog et de ses démonstrations techniques sans intérêt, j'aime le côté brut et rageur du rock... mais Radiohead, c'est autre chose... je peux écouter et réécouter leurs albums, j'y découvre toujours de nouveaux éléments, et une émotion intacte. Mon admiration pour leur musique est sans bornes (ou presque...)Sys  : tout à fait d'accord avec toi, Kid A et Amnesiac sont deux albums formidables, et OK Computer et HTTF sont vraiment très proches de "l'album parfait"... Faire se succéder 4 albums d'un tel niveau, c'est monumental.Rxqueen : "Chaque morceau, à sa façon, procure une pleiade de sons, de sensations et d'émotions divers ..." C'est exactement ce que je ressens chaque fois que j'écoute HTTF. Un album à la fois profond, très riche, varié et cohérent. 4 ans après sa sortie, il continue de me fasciner.  PS : Et merci à tous les 3 pour les compliments !   

rxqueen 27/08/2007 15:05

Clap!Clap!Clap! Excellente chronique!Je suis entièrement d'accord avec toi.Je crois que mes albums préférés sont justement "Kid A" et "Amnesiac".A la sortie de HTTT, je me suis jetée dessus les yeux fermés sans avoir lu aucune critique, ni écouté de morceaux au préalable.Et je dois dire qu'à la première écoute je l'ai trouvé plus accessible et plus rock que les 2 d'avant. Mais après de longues et répétitives écoutes, j'ai découvert quelque chose de beaucoup plus complexe (comme tu l'expliques si bien).Mon morceau préféré de cette album est sans hésitations "Site down, Stand up". Ce morceau qui va crescendo a quelque chose de particulièrement envoutant pour finir sur un rythme qui pourrait faire penser à de la "Jungle". Mais c'est sans compter sur l'excellent "Go to sleep" beaucoup plus folk. J'aime beaucoup aussi "A punchup at a wedding" et "Myxomatosis"...Bref, je ne vais pas refaire l'album. Chaque morceau, à sa façon, procure une pleiade de sons, de sensations et d'émotions divers ...c'est que du bonheur et on en redemande :)

SysTooL 27/08/2007 11:55

Bravo pour cette chronique, GT!Reprendre tout le parcours du groupe (assez sinueux, va-t-on dire) et ensuite traiter de cet album hybride et magnifique qu'est Hail to the Thief!J'avais été stupéfait par leur virage electro et je persiste à penser que Amnesiac et Kid A sont d'excellents albums, même si mon chouchou demeure OK Computer... mais je dois dire qu'avec HTTT, ils ne sont pas loin de l'album parfait non plus...SysT

Alex la Baronne 27/08/2007 10:00

La vache !(bon, je sais, ce commentaire ne commence pas bien)Quel article ! Quelle déclaration d'amour ! Je suis impressionnée, d'autant que certains fans du groupe se retranchent derrière des "c'est sophistiqué. Tu peux pas comprendre."... Car personnellement, à part "OK Computer" et quelques morceaux de "The bends", j'accroche moyennement. Peut-être est-ce trop mélancolique (ou sophistiqué) pour ma sautillante personne !Pour en revenir à Hail to the Thief, je trouve qu'il y a du très très bon (Go to sleep par exemple), comme du très très chiant... Cela dit, tu as très bien  décrit la démarche artistique du groupe, alors, bravo !