Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Playlist 2017

Classements d'albums

 
2015  2014   
2013  2012 • 2011 
2010 • 2009 • 2008 
2007 • 2006 • 2005 
2004 • 2003 • 2002 
 
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 20:12

anti_bug_fckPop-rock            1967 - EMI *****    

the_beatles_sgt._pepper__s_lonely_hearts_club_band.jpg

It was 40 years ago today... 


Cet article fait un peu "doublon" avec celui sur les 40 ans de 1967, mais en cette date anniversaire de la sortie de Sgt. Pepper (1er Juin 1967), difficile de ne pas revenir sur l'album le plus important de l'histoire. Difficile, dans les deux sens, car que dire qui n'ait pas été dit sur un tel album ? Pas grand chose, sans doute. A moins de compter le nombre de fois où l'on entend des ré # dans l'album (et encore, des maniaques l'ont sûrement déjà fait). Pas grand chose, donc, mais ce n'est pas ça qui va m'arrêter...

Sgt Pepper n'est pas simplement un "grand album". Il est à la musique pop ce que la IX° de Beethoven est à la symphonie, ce que le David de Michel-Ange est à la sculpture, ce que Reign in Blood de Slayer est au metal, ce que Nevermind the Bollocks est au punk... oui, je sais, je mélange grand art et art mineur, mais c'est exactement l'effet créé par Sgt Pepper. Avant, les choses étaient simples. La musique pop était un loisir pour adolescents qui, au mieux, suscitait l'indifférence chez les mélomanes. Mais avec Sgt Pepper, les repères seront brouillés. Les intellectuels et les artistes ne verront plus la pop et le rock du même oeil.

Pourquoi Sgt Pepper est-il l'album le plus important de l'histoire ?

Parce qu'il est le premier à n'être plus conçu comme une simple suite de singles, mais comme un "tout organique" (ce qui ne l'empêche pas d'être aussi une incroyable suite de singles). Parce qu'on n'avait jamais entendu de telles orchestrations dans la pop auparavant (merci George Martin). Parce qu'aucun album n'avait jamais coûté aussi cher, ni demandé autant de temps de travail en studio. Parce que jamais une pochette n'avait autant intrigué. Parce que les Beatles et les Beach Boys se tiraient la bourre, vers toujours plus de perfectionnisme et de sophistication, et avec Sgt Pepper, les Beatles donnent le coup de grâce, Brian Wilson ne s'en remettra pas... 
Parce que les Beatles sont incontestablement le plus grand groupe de l'histoire du rock et de la pop, et, avec Revolver et le White Album - les deux albums qui précédent et suivent Sgt Pepper - on a le trio de tête des albums majeurs des musiques populaires modernes. Mais, surtout, parce qu'il y a eu un "avant" et "un après" Sgt Pepper. La musique pop n'a plus jamais été la même. Pour le meilleur et pour le pire. 
Le meilleur, c'est la créativité, l'alchimie parfaite entre tubes pop imparables et quête d'originalité, l'intelligence et l'exigence dans la conception d'albums pop. Le pire... ce sont tous ceux qui ont imaginé qu'il suffisait de parer la musique pop de concepts, de sophistication ou d'emprunts au classique pour faire de la "grande" musique, ou, du moins, une musique pop plus "honorable" que le blues-rock basique. Mais les dérives de certains, on ne peut les imputer aux Beatles. Car les Beatles, justement, ne sont pas tombés dans les travers des groupes de rock progressif qui suivront. Sgt Pepper est un album riche et conceptuel, mais il n'est en rien le genre de concept album indigeste ou d'un ennui mortel, c'est un véritable album pop qui s'assume en tant que tel, par sa spontanéité et sa légèreté.

Toute la différence, c'est que Sgt Pepper donne l'impression de musiciens pop sans complexes, foisonnants d'idées, insolents, qui repoussent les limites et se fichent des chapelles, le tout dans un joyeux et savant bordel, là où beaucoup des rockeurs progressifs ont l'air de simples suiveurs en quête d'une respectabilité de façade.

Il y a du Mozart, dans Sgt Pepper... car une des choses les plus difficiles à faire en musique, c'est d'arriver à rester joyeux, léger, sans être niais ou frivole. Il est beaucoup plus simple d'être profond avec des oeuvres sombres, des oeuvres graves en mineur. Mais Mozart, comme Sgt Pepper a su conquérir les auditeurs les plus difficiles, et s'imposer comme un modèle absolu malgré sa musique le plus souvent enjouée et "positive" (et l'on pourrait l'étendre plus généralement aux Beatles, même si Sgt  Pepper est sans doute le plus gai et jubilatoire de leur seconde période). 

Une des ironies de l'histoire des Beatles (et donc de la pop), c'est que Lennon est généralement considéré comme le génie du groupe et McCartney un "faiseur" sympa et doué, certes, mais faiseur quand même. Pourtant, c'est McCartney qui a eu l'idée de Sgt Pepper, c'est lui qui s'est le plus impliqué dans l'album, seuls trois titres sont de Lennon (Lucy in The Sky, Being for the benefit of Mr. Kite, Good Morning). Donc... l'oeuvre phare, l'album le plus révolutionnaire de la musique pop est avant tout l'oeuvre... du "soi-disant faiseur" McCartney, pas du génie Lennon.   

Lennon et McCartney co-signaient leurs chansons, mais ils les écrivaient chacun de leur côté. Une des rares chansons des Beatles qui soit réellement l'oeuvre des deux est peut-être (sans aucun doute, à mon avis) leur meilleure (de là à dire qu'elle est la plus réussie de l'histoire de la pop, il n'y a qu'un tout petit pas à franchir, et je le franchis allègrement). Cette chanson, c'est bien entendu la mythique A Day In the Life, qui conclut l'album en apothéose. Impossible de se tromper sur "qui fait quoi", elle associe ce que les deux savent faire le mieux, dans leurs styles si caractéristiques (Lennon, dans la première partie : influence folk, superbe mélodie, voix traînante et envoûtante, suivi par McCartney : rythme plus sautillant, ligne de basse swingante et... superbe mélodie aussi, évidemment). Avec en plus un Ringo Starr impérial dans sa partie de batterie, et l'orchestration "historique" de George Martin... impossible de terminer la lecture de cet article sans l'écouter... d'autant plus que la vidéo, faite à partir d'images d'époque - où l'on voit bien qu'ils ne carburaient pas qu'au jus de pomme - vaut le coup d'oeil :


A Day in the Life  anti_bug_fck




The Beatles - Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band

  1. Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (Lennon / McCartney)
  2. With a Little Help From My Friends (Lennon / McCartney)
  3. Lucy in the Sky with Diamonds (Lennon / McCartney)
  4. Getting Better (Lennon / McCartney)
  5. Fixing a Hole (Lennon / McCartney)
  6. She's Leaving Home (Lennon / McCartney)
  7. Being for the Benefit of Mr. Kite! (Lennon / McCartney)
  8. Within You Without You (Harrison)
  9. When I'm Sixty-Four (Lennon / McCartney)
  10. Lovely Rita (Lennon / McCartney)
  11. Good Morning Good Morning (Lennon / McCartney)
  12. Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (Reprise) (Lennon / McCartney)
  13. A Day in the Life (Lennon / McCartney)

Partager cet article

Repost 0
Published by G.T. - dans Rock
commenter cet article

commentaires

Raphaël 15/02/2016 19:48

J'ai pensé à ton blog en lisant un topic dédié aux Beatles et ça m'aurait intéressé d'avoir ton avis concernant les arguments de l'un des participants (qui poste sous le pseudo MKBulgakov) car je trouve son argumentation assez solide.

Lien du topic : http://www.jeuxvideo.com/forums/1-25-5410389-32-0-1-0-0.htm (il poste dans les 3-4 dernières pages du topic)

Voilà, si tu as le temps un jour de jeter un oeil, je suis assez curieux de voir quelle réponse lui fournirait un amateur et connaisseur des Beatles, groupe que j'adore aussi !

G.T. 22/01/2009 01:49

DEB : Sa valeur ? 1 ou 2 euros, pas plus... puisque je suis sympa, je te l'achète pour deux euros...GUIC : On ne pourrait mieux dire...

Guic' the old 20/01/2009 17:37

Valeur artistique et historique: enorme.Valeur financière: pas assez pour se priver d'un objet aussi important.

deb 20/01/2009 17:07

moi j'ai le vrai album l'original qui a eté acheter en 1967 pouvez vous me dire svp sa valeur d'aujourdui merci

G.T. 25/10/2008 14:59

DAMIEN : Je ne dirais pas que Doctor Robert est une mauvaise chanson... mais je trouve tout de même qu'elle est en-dessous des morceaux habituels des Beatles (et j'aime bien Love you to)Sur Abbey road... j'ajoute tout de même Octopus's Garden dans les mauvais titres...

Damien 25/10/2008 01:35

Pas d'accord avec Thom qui voit dans "Doctor Robert" une mauvaise chanson !!! C'est du tout bon John, ça... "Love You To", par contre... :(Sur A.R., les titres les plus faibles me paraissent être "Oh Darling" et "Maxwell's Silver Hammer". Du Macca, comme par hasard...

Crafty 25/08/2008 19:36

"Octopus's Garden" une daube ?On aura tout lu ! Pour une fois que Ringo Starr sert effectivement à quelque chose, on serait bien salaud de lui reprocher !Non non, les titres faibles sur AR, c'est pour les sourds.

G.T. 25/08/2008 15:50

THOM : (tu as vu comme la maison est bien gardée quand tu t'absentes ?)C'est vrai, grand merci... sauf que du coup, je me demande à quoi je sers :-)Oui, bien sûr qu'il n'a pas dû digérer "le rock, c'est de la merde", sauf que là, je ne fais aucun "ethnocentrisme" (le terme est d'ailleurs un peu grotesque ici), je juge les beatles sur les critères qu'ils ont mis en avant dans cet album.Je suis tellement surpris que tu mettes le troisième dans le lot, que je suis près à oublier que tu mets aussi le deuxième ;-) fou rire de la journée ^^CRAFTY : Ah si, il y a quelques titres faibles sur Abbey Road... Octopus's garden, c'est une des plus grosses daubles beatlesienne (ah, Ringo Starr...)GUIC : La vérité c'est qu'on ne peut pas comprendre Sgt Pepper à moins d'être sous LSD Très bien vu... c'est un peu comme Pink Floyd, d'ailleurs. Faut-il en déduire que tu n'as jamais pris de LSD ??? Si c'est le cas, c'est un coup à te faire bannir de la communauté rock, fais gaffe....LOU : merci pour ton soutien, et kenavo aussi ^^KMS et THIERRY : Je note vos liens, je verrais dès que j'ai un peu de temps...KMS : Chacun a le droit de penser que l'histoire du rock s'est faite avec des groupes mineurs voire insignifiants pour ne pas dire pire   Chacun a le droit de penser ce qu'il veut, c'est sûr. On peut considérer en effet que le rock est quelque chose de très communautaire et underground, et que tout ce qui est "visible" dans les médias, tout ce qui est encensé par les journaux rock est à jeter... mais si on suit cette logique, le Velvet, on s'en fout :-) 

Kill Me Sarah 23/08/2008 20:09

Et sinon, pour revenir au Sergent Poivre, imagine que tu reviennes en 74...

Thierry 23/08/2008 00:09

http://www.music-download.cc/2008/08/18/bee-gees-sgt-peppers-lonely-hearts-club-band-1978/glandiose !

Christophe 22/08/2008 22:53

Fight ! Fight ! Fight !

tqx

Thom 22/08/2008 14:31

Je suis tellement surpris que tu mettes le troisième dans le lot, que je suis près à oublier que tu mets aussi le deuxième ;-)

Kill Me Sarah 22/08/2008 11:35

"The Sound ( par exemple the BBC sessions) et Comsat Angels "sleep no more" ; il y aura une chose dans l'esprit et le corps du rock qui t'échappera toujours et qui t'empêcheras de comprendre"Chacun a le droit de penser que l'histoire du rock s'est faite avec des groupes mineurs voire insignifiants pour ne pas dire pire même si j'aime bien The Sound pour des raisons totalement nostalgiques (what else?).En plus Revolver est loin d'être le meilleur album de rock de tous les temps puisque ce sont les trois premiers albums du Velvet Underground (quoiqu'en pensent certains malveillants).

lou 21/08/2008 22:04

Je n'écraserai pas Martial, lou ne fait pas dans la facilité et ici, on a le respect de toutes les créatures, même les bugs.Juste un petit mot, une petite promo, lou a l'heur de penser ce qu'il dit et parfois de dire ce qu'il pense.La pochette de Sgt. Pepper's... s'est faite avec Stockhausen, dont il sera question, chez nous, demain.Bon ! j'ai déjà écrit que l'anagramme de mon nom était "quand j'absous j'écrase". A moins d'être très fort, ce qui n'est peut-être, je dis bien peut-être, pas le cas de M., ce n'est déchiffrable que pour ceux qui me connaissent en privé.Alors, je termine, soupçonner G.T. d'avoir une culture musicale, pas seulement musicale, classique, ça relève d'une telle évidence que ce n'est plus de l'intuition, c'est médiocre.Kenavo ;)

Guic' the old 21/08/2008 19:37

Et si la vérité était qu'on ne peu pas plus comprendre Sgt Pepper's en ne connaisant rien au rock qu'on ne peut le comprendre en ne connaissant rien aux autres genre auquel il emprunte en permanence ?La vérité c'est qu'on ne peut pas comprendre Sgt Pepper à moins d'être sous LSD. (Chacun sa manière de "comprendre le Rock ;-) )

Crafty 21/08/2008 19:30

J'aime beaucoup Abbey Road... mais il est tout de même moins
"historique" que Revolver, Sgt Pepper et le White Album. Moins
"révolutionnaire", même s'il contient plein de titres formidables (et
quelques-uns plus faibles, aussi...) Des titres faibles ? Justement non !Par contre dans Revolver il y a "Doctor Robert"... Et comme le dit l'excellent George Starostin, AR est leur album le plus abouti, le moins boursouflé (pas de "Revolution 9") et pas spectorisé.Leur dernier, celui qui est passé entre tous les défauts suscités qui font brocoli-sur-les-dents des autres.

Thom 21/08/2008 19:11

(tu as vu comme la maison est bien gardée quand tu t'absentes ? :-)Je pense tout simplement que Martial a encore le Rock c'est d'la merde en travers de la gorge, qu'il n'a toujours pas compris que c'était pour rire, qu'il a lu l'article sur Sgt Pepper en diagonale, et que celui qui lui a indiqué n'a pas été malin (ton article sur Highway 61 démontrant tout de même de manière nettement plus évidente que tu maîtrises mieux que quiconque les codes du... rock).:-)

G.T. 21/08/2008 14:01

CRAFTY : J'aime beaucoup Abbey Road... mais il est tout de même moins "historique" que Revolver, Sgt Pepper et le White Album. Moins "révolutionnaire", même s'il contient plein de titres formidables (et quelques-uns plus faibles, aussi...) MARTIAL : On voit bien que tu viens du monde classique et que tu juges par conséquent le rock sur des critères non appropriés à ce genre de musique (ethnocentrisme). "On voit bien" ? Tu ne vois pas grand chose... ton argumentaire ne tient pas, tout simplement parce que... je viens du rock ! Le classique, j'y suis venu bien plus tard. Et même si je suis un grand passionné de classique, le rock est toujours resté le genre que j'écoute le plus.Et question "agressivité condescendante", tu es mal placé pour faire la leçon... c'est quoi ce postulat fantaisiste comme quoi considérer Revolver comme le meilleur album de rock et avoir écouté the Sound et Comsat Angels est nécessaire pour comprendre le rock ?1° : La plupart des fanas de rock considèrent que Sgt pepper est l'album le plus important et "historique" de l'histoire du rock. 2° : Entre Revolver, Sgt Pepper et le White album, les avis divergent et divisent les fans de rock. Il n'y a pas UNE vérité, avec Revolver incontestablement au-dessus des autres. En plus, il y a des fans de rock tout à fait respectables et pointus qui sont pas trop fanas des Beatles.3° : Comsat Angels et The Sound : je rejoins THIERRY et THOM : penser qu'il faut avoir écouter ces groupes pour "vraiment" comprendre le rock, c'est du pur snobisme. D'autant plus absurde que ce ne sont pas deux groupes essentiels dans l'histoire du rock. Franchement, si je devais faire "comprendre" le rock à quelqu'un, ce n'est sûrement pas Comsat Angels et The Sound que je lui proposerais d'écouter. THIERRY : merci pour le lien, et d'accord avec toi sur Comsat et The Sound.THOM : Que dire de plus ? je suis parfaitement d'accord, et tu as vu juste, je n'écoutais pas Stravinsky a 10 ans, pas plus que d'autres compositeurs classiques.Très bien vu, ce que tu dis sur ce prétendu "ethnocentrisme". Et si le rock a ses propres codes, sa propre esthétique, et ne se juge pas sur les mêmes critères que le classique (ce que je ne fais pas d'ailleurs, contrairement à ce que Martial prétend), il existe des "recoupements". Le rock a lui-même "intégré" - en grande partie par les Beatles, justement - des conceptions de l'art propres au classique et au "grand art". Par exemple l'originalité. Traditionnellement, dans les musiques populaires, ce qui compte, ce n'est pas d'être "original", c'est d'être "fidèle au genre". Alors que dans le rock, comme dans le classique et les conceptions occidentales du "grand art", l'originalité est un facteur essentiel. Le rock, de ce point de vue, est un peu entre les deux.(bref, tu as encore plus "tout compris" que tu ne le pensais^^)

Thierry 21/08/2008 12:52

et en plus, c'est pas vraiment ce qu'on peut appeler du rock "d'exception". Daté à mort début des années 80 ...Juste sympa, mais ...

Thom 21/08/2008 12:50

Zut, j'ai oublié le meilleur :"tant que tu n'auras pas écouté The Sound ( par exemple the BBC sessions)
et Comsat Angels "sleep no more" ; il y aura une chose dans l'esprit et
le corps du rock qui t'échappera toujours et qui t'empêcheras de
comprendre"... ce qui signifie donc qu'une écrasante majorité des fans de rock n'a en fait rien compris au rock, puisqu'elle ignore l'existence de ces disques :-)(m'en fous, je les connais aussi)(p'tain : j'ai vraiment tout compris :-D)

Thom 21/08/2008 12:47

"On voit bien que tu viens du monde classique et que tu juges par
conséquent le rock sur des critères non appropriés à ce genre de
musique (ethnocentrisme)."C'est marrant ça, comme commentaire... parce que bon, à moins de s'être mis à écouter du classique à 10 ans, y a quand même pas mal de chances pour que notre G.T. national ait été un fan de rock bien longtemps avant d'entendre parler de Stravinsky (oui, je suis obsédé par Stravinsky... et alors ?). Quand bien même, je ne lasse d'être étonné de voir à quels points pour certains l'éclectisme (le vrai, c'est à dire celui qui ne se limite pas à écouter la diversité, mais à la connaître) semble être une maladie contagieuse. En quoi être capable d'appréhender le rock avec d'autres références que le rock lui-même serait-il de l'ethnocentrisme ? C'en l'exact opposé ! Pour comprendre parfaitement un genre musical ou un courant il convient bien entendu d'en connaître les codes et les exigences (l'esthétique, osons le dire)... mais il convient tout autant de connaître les codes et les exigences des autres pour parfaitement capter de quelle manière il se positionne par rapport à eux.Emettons une hypothèse folle : et si le vocabulaire de notre camarade était parfaitement approprié à un album où les Beatles lorgnent perpétuellement vers le classique (attention : ceci est une proposition hautement subversive, je ne peux en aucun pas prouver que Lennon et Macca s'intéressaient à des choses comme les harmonies :-). Et si la vérité était qu'on ne peu pas plus comprendre Sgt Pepper's en ne connaisant rien au rock qu'on ne peut le comprendre en ne connaissant rien aux autres genre auquel il emprunte en permanence ?Ok, sur la dernière phrase je pousse un peu :-) Si je me permets d'émettre une idée aussi choquante, c'est bien entendu parce que je considère que "Revolver" est le meilleur album de tous les temps - j'ai donc par conséquent tout compris au rock (et à la pop (et au classique aussi, pour la peine)). Non mais ;-)

Thierry 21/08/2008 01:01

Martial aime et vous présente :www.c-60lownoise.blogspot.comhttp://c-60lownoise.blogspot.com/search?updated-max=2008-07-09T10%3A47%3A00%2B02%3A00&max-results=20

Martial 20/08/2008 22:23

On voit bien que tu viens du monde classique et que tu juges par conséquent le rock sur des critères non appropriés à ce genre de musique (ethnocentrisme). Cela dit tu possèdes tout de même beaucoup plus de culture rock et d'arguments que nombre d'aficionados du classique.Sache bien une chose et médites là-dessus:1) tant que tu n'auras pas intégré que "Revolver" des Beatles est le meilleur album de rock de tous les temps (jusqu'à présent) ; et, 2) tant que tu n'auras pas écouté The Sound ( par exemple the BBC sessions) et Comsat Angels "sleep no more" ; il y aura une chose dans l'esprit et le corps du rock qui t'échappera toujours et qui t'empêcheras de comprendre totalement ce phénomène.Mais ceci tu le devines déjà intuitivement car sinon comment expliquer ton agressivité condescendante?

rafty 02/07/2008 09:48

J'ai beau beaucoup aimé Revolver et Sergent Pepper, je ne comprends pas comment on peu les préférer à Abbey Road. Tout ce qu'il y a d'intéressant dans les Beatles est dans Abbey Road, c'est la quintessence des Fab Four !Et voilà, j'ai lancé un débat (sera-t-il houleux et plus rock & roll que Jim Morrison ?).

G.T. 02/07/2008 00:01

ANNE : Bon, tu m'accordes When I'm 64, et je t'accorde Lucy in the Sky... marché conclu ? :-)

Anne 01/07/2008 18:13

Humm c'est vrai que ton idée se défend pour When I'm 64! Par contre sur Lucy in the Sky with Diamonds je ne suis pas convaincue, justement peut-être trop psychédélique pour une fanfare ...Mais, pour l'époque, c'est quelque chose de vraiment
nouveau, qui a fortement marqué les esprits. le "concept album"
n'en était qu'à ses débuts,
il "perfectionnera" ensuite, pour le meilleur... et pour le
pire. Totalement d'accord.

G.T. 30/06/2008 00:31

ANNE : Mais si on continue à me faire des compliments comme ca je risque de m'attacher et plus jamais je ne pourrais partir. J'y compte bien !Je suis d'accord pour l'idée de fanfare mais surement pas sur la quasi totalité des morceaux. Il y a effectivement un lien très proche entre "with a little help from my friends" et "sgt. Pepper's lonely hearts club band" et surement une ou deux autres que je n'ai pas en tête. Mais avec "Lucy In the Sky with Diamonds" ou "When I'm sixty-four", "within you without you" et d'autres j'ai du mal à m'imaginer une fanfare.Sur Within you Without you, c'est vrai. Aussi le cas sur She's leaving home. Lucy in the Sky... c'est discutable, ça fait tout de même (surtout le refrain) fanfare psychédélique.Par contre, When I'm Sixty four, on a ce jeu de basse typique des fanfares, ce qu'on appelle en musique "la pompe", et qu'on retrouve dans le jeu de guitare de Brassens. On le retrouve aussi ds Sgt Pepper sur Fixing a Hole.Et Lennon a beau dire qu'il n'a pas pensé ses morceaux "dans le concept"... dans Being for the Benefit of Mr Kite, il est question (dans les paroles, l'orchestration et le bruitage) de fête foraine, de cirque... on est parfaitement dans la "tonalité" de Sgt Pepper.Disons que... tu as en partie raison, dans le sens où le concept, sur Sgt pepper, n'est pas totalement élaboré, et pas aussi organique que je l'ai dit un peu rapidement.Mais, pour l'époque, c'est quelque chose de vraiment nouveau, qui a fortement marqué les esprits. lme "concept album" n'en était qu'à ses débuts, il "perfectionnera" ensuite, pour le meilleur... et pour le pire. 

Anne 29/06/2008 18:29

Et dire que tu disais après ton 1er commentaire "peut être
de remettre un commentaire qui sait!" tu fais bien de ne pas te
priver, tes commentaires sont maintenant indispensables ! :-)Arf c'est vrai que là je parrais plus trop crédible! Mais si on continue à me faire des compliments comme ca je risque de m'attacher et plus jamais je ne pourrais partir. il est dans le thème de l'album, l'idée de cette fanfare
imaginaire qui fait son grand retour... et on retrouve sur quasiment
tous les morceaux, par les rythmes et l'orchestrationcette idée de "fanfare"... en fait, par "concept-album", il
faut ici penser que ce n'est pas juste une suite de chansons, mais
qu'il faudrait l'écouter comme le concert d'un autre groupe "la
fanfare des Coeurs Solitaires du Sgt Poivre"...C'est effectivement l'idée de départ de Paul Mccartney, mais malheureusement elle n'a pas été super bien respectée. Déjà Harrison n'était pas embalé par ce concept, c'est le moins qu'on puisse dire, d'ailleurs c'est pour ca qu'il est quasi absent de tout l'album. Je suis d'accord pour l'idée de fanfare mais surement pas sur la quasi totalité des morceaux. Il y a effectivement un lien très proche entre "with a little help from my friends" et "sgt. Pepper's lonely hearts club band" et surement une ou deux autres que je n'ai pas en tête. Mais avec "Lucy In the Sky with Diamonds" ou "When I'm sixty-four", "within you without you" et d'autres j'ai du mal à m'imaginer une fanfare. Et pour apporter un peu de poids à mon argument =P, c'est John Lennon, lui même, qui avoua que les chansons qu'il avait écrites n'avaient pas de rapport avec le concert de la fanfare du sgt poivre.Ceci étant dit je te rejoins sur Pet sounds je le trouve aussi moins bon que Sgt Pepper et c'est vrai que les beatles vont bien plus loin.

G.T. 29/06/2008 03:58

ANNE : Et dire que tu disais après ton 1er commentaire "peut être de remettre un commentaire qui sais!" tu fais bien de ne pas te priver, tes commentaires sont maintenant indispensables ! :-)Alors... très bien vu ce que tu dis sur le "tout organique". je reconnais que j'y suis allé un peu fort sur ce coup-là. Par contre, le "concept" et le lien entre les morceaux ne se limitent pas à la reprise.... il est dans le thème de l'album, l'idée de cette fanfare imaginaire qui fait son grand retour... et on retrouve sur quasiment tous les morceaux, par les rythmes et l'orchestration, cette idée de "fanfare"... en fait, par "concept-album", il faut ici penser que ce n'est pas juste une suite de chansons, mais qu'il faudrait l'écouter comme le concert d'un autre groupe "la fanfare des Coeurs Solitaires du Sgt Poivre"...Sinon... ce n'est pas non plus mon album favori des Beatles, je préfère aussi Revolver... mais qu'on le veuille ou non, c'est l'album pop-rock le plus "important" de l'histoire, celui qui a été le plus grand "choc" , il y a un avant et un après Sgt Pepper. Plus que pour n'importe quel autre.Pet sounds... j'avoue que j'ai jamais vraiment aimé les Beach Boys... je reconnais la qualité, mais je les trouve... trop enfantins et mièvres...Plus objectivement, le travail sur l'orchestration, le son, l'originalité... les Beatles vont plus loins que les Beach Boys sur Sgt Pepper. Mais bon, là, ça demanderait de rentrer dans le détail... et ce serait un peu long... une autre fois peut-être.Les Zombies... c'est vrai, sont injustement méconnus. En même temps, aussi bons mélodistes soient-ils, ils avaient un peu moins que les Beatles (et Beach Boys) la capacité de pondre des mélodies imparables. Même si beaucoup de leurs mélodies auraient de quoi toucher bien plus de monde que les quelques rares privilégiés qui ont la chance de les connaitre....  

Anne 28/06/2008 22:47

It was 41 years ago today...Sgt Pepper, difficile d'en échapper quand on s'interesse un tant soit peu à la musique... Très belle chronique en tout cas mais je ne suis pas daccord avec tout.Bon je ne remettrais pas en question le fait que Sgt Pepper occupe une place majeure dans la musique, ca c'est certain! Par contre j'ai un peu plus de mal quand tu dis "l'album le plus important de l'histoire". A vrai dire je ne le considère même pas comme le plus grand album de la pop mais j'en reparlerai ensuite. Parce qu'on n'avait jamais entendu de
telles orchestrations dans la pop auparavant.Ne nous emballons pas!! Pet Sounds est sorti 1 an avant et je trouve que, même si c'est vrai il y a des differences entre ces 2 albums, on a affaire au même arrangement, à un même type d'orchestration. Bon d'un autre côté c'est un peu normal, Mcca. était un fan de Pet sounds. Donc pour moi ce n'est pas si revolutionnaire.Parce qu'il est le premier à n'être plus conçu comme une simple suite
de singles, mais comme un "tout organique"J'ai toujours trouvé ca un peu exagéré de dire que Sgt pepper était un concept album, ils ont repris la même chanson au début et à la fin certes mais sinon toutes les autres chansons n'ont pas de rapport entre elles. C'est surement le précurseur mais un "tout organique" est, me semble t-il, un peu abusé. Et encore là il y aurait matière à discuter puisque Pet Sounds (et oui encore lui!) abordait déjà ce concept.Comme beaucoup l'ont dit avant, Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band (pffiou c'est long à écrire) n'est pour moi pas le meilleur album des Beatles (trop sucrée surement). Revolver est je trouve d'un niveau au-dessus. Et dans ce style Pop psyche, Odessey and Oracles des Zombies m'a beaucoup plus touchée que le sergent poivre ou pet sounds. Je le trouve beaucoup plus raffiné, et moins mièvre.Néanmoins, je vais préciser que Sgt Pepper est un très grand album que j'apprécie beaucoup et je suis d'accord avec tout ce que tu as dit après.

G.T. 08/09/2007 20:58

Le travail que fait Scaruffi est intéressant et assez impressionnant... mais, contrairement à ce qu'il veut faire croire, il reste très souvent subjectif (comme tout le monde). Il a ainsi ses têtes de turcs (Beatles, Radiohead...) qu'il sous-estime, parce que c'est pas son truc..Il préfère les musiques américaines, le rock progressif un peu foutraque, les musiques déstructurées, donc, la sophistication des Beatles ou de Radiohead, ça ne lui parle pas. Les Beatles et Radiohead étant encensés un peu partout... il se montre d'autant plus sévère avec eux... C'est à mon sens avant tout une question de sensibilité... 

Boeb'is 08/09/2007 18:11

Que penses tu de l'avis de Scaruffi sur les Beatles? Il est tellement aggressif que ça en devient suspect mais ça m'avait fait plaisir de lire ses commentaires désobligeant sur eux car je n'avais jamais été boulversé par les Beatles (sans y être insensible non plus) et je me sentais seul à pas les adorer.

alf 07/06/2007 22:40

ce qui me frappe dans ce disque c'est - aussi - le mélange des genres. Et donc la présence, également, de morceaux d'une simplicité apparente - ou qui ressemblent à des 'traditionnels' -  comme "when i'msixty four" : aujourd'hui , alors que macCa doit y être (64 ans) , il semble rechercher, sur ses deux derniers albums, cette simplicité qui touchait déjà dans Sergt's pepper 

Oliv 07/06/2007 21:46

Pas mon préféré mais quand même énorme !!

G.T. 07/06/2007 17:26

Guic : je comprends, il y a une période où Sgt pepper m'a fait aussi cet effet... sauf pour A Day in the Life, comme Fab, qui après la 20millème écoute me touche toujours autant. Fab, justement : le lien avec le prog... disons que c'était pour prévenir les critiques qui auraient vu une incohérence à taper précédemment sur le rock-prog, sa recherche de complexité, ses emprunts au classique en encensant maintenant Sgt pepper qui en fait autant. Il fallait donc que j'explique en quoi je trouve cela intéressant dans Sgt pepper, et pas dans la plupart des groupes de prog (mais pas tous !).Sur les bandes à l'envers, tu as entièrement raison, je ne sais pas pourquoi je n'y ai pas pensé car j'adore tomorrow never knows !Et merci pour le compliment !Thom : tu dis ça pour me faire plaisir, mais je me doute bien que tu te consoles dans les articles d'autres blogueurs. Quand je pense que je te suis resté fidèle, que je ne suis JAMAIS allé traîner sur d'autres blogs que le tien (si si, je te le jure sur la tête du chanteur de dream theater) pendant que tu papillonnes à tout-va...

Thom 07/06/2007 13:11

Salut G.T. ! Je voulais te dire que ça y est, tu me manques....:-(

Fab de l An Mil 07/06/2007 12:59

Ha! A Day In The LIfe! Même après la 20159846352741ème écoute, elle me fait toujours des frissons partout. Et puis Sgt Pepper!! C'est avec lui que j'ai découvert les Beatles, donc ça restera toujours le meilleur pour moi, je pense.Sinon, je vois difficilerment le lien avec le prog (à part la conceptualité, qui n'est pas l'apanage du seul prog-rock), mais je pense mon cher GT, que tu fais une petite fixette sur le prog, en ne ratant pas une occasion de taper dessus. ;-) En as-tu parlé à un psy?   :-))Sinon, perso, je ne zappe jamais un titre des Beatles dans un album (même pas Revolution 9) : j'ai trop de respect.Et pour les bandes à l'envers, j'aurais dit que les premières figuraient sur Revolver, notamment dans Tomorrow Never Knows. A vérifier, je peux me gourer.Voilà. Bonne continuation G.T., puisse-tu rester constant dans cette qualité.

Ska 06/06/2007 12:54

Petit Poucet, en fait je ne connais pas vraiment Les Ogres de Barback et serai bien incapable de recommander un disque. Ce n'est pas trop ce que j'écoute, mais l'info était tellement édifiante que cela n'avait pas d'importance. Du coup, comme toi, j'ai écouté les 4 titres sur Myspace et les ai trouvé plutôt agréables...

petit poucet 05/06/2007 19:41

Bonsoir Ska,Merci pour le lien qui m'a fait découvrir les Ogres de Barback[je n'en finis pas de me déconsidérer sur ce site]Depuis ce lien, on passe facilement au myspace des Ogres. Il semblerait que Terrain vague soit un meilleur premier choix pour un amateur de jazz - jazz manouche et un peu ménilmuch - que Du simple au néant.En tout cas, merci de ce commentaire (pas d'article sur ton blog à propos de l'échange de courrier dont tu donnes le lien : jeu, set et match pour les Ogres !), éventuellement tu donnes ton avis sur une préférence d'achat - on sort du sujet, mais on en profite pendant que GT courre les gueux.JDM

G.T. 05/06/2007 19:36

Ska : effectivement, c'est édifiant ! Et leur réponse est excellente, et très juste.Thierry : Merci par avance pour ta réponse.

Thierry 04/06/2007 23:38

Salut G.T., je viens de lire ton mail. J'essaie d'y répondre dès demain. J'ai encore réécouté Across the universe, tout à l'heure. Elle m'est définitivement indispensable ;-)@++

Ska 04/06/2007 21:29

Salut G.T.,Pas de rapport direct avec les Beatles mais ayant constaté (et apprécié) ici-même ton engagement, je me permets de transmettre une info que je trouve plus qu'intéressante. L'histoire arrivée aux Ogres de Barback pour des propos anti-Sarkozy tenus lors d'un concert à la veille du second tour mérite de circuler. Détail dans le lien ci dessous : http://blog.myspace.com/index.cfm?fuseaction=blog.ListAll&friendID=153733863Et n'oublions pas qu'il y a encore des raisons d'aller voter ces deux dimanches qui viennent...

G.T. 04/06/2007 19:46

Merci, Thierry,I'm the walrus et across the universe... en voilà deux autres que je ne pourrais exclure, Navarro ou pas :)  

Guic'the old 04/06/2007 17:39

J'ai beau etre un enorme admirateur des Beatles... Sgt Pepper, c'est vraiment pas mon préféré.. Préférant Revolver ou le double blanc selon les jours.Sgt Pepper, pour moi, c'est plus un document historique, une piece d'archive, la bible de Gutemberg de la pop music, je sais pas... Mais pas un album que je me passe en boucle: en ce moment, c'est Rubber Soul mon péché mignon, c'est dire si je suis loin des Lonely hearts en ce moment...

Thom 04/06/2007 12:56

Un grand penseur écrivit un jour :"...pas de Beatles, pas de pop."Ce grand penseur étant moi, c'est dire la portée du truc...:-)

Thierry 03/06/2007 23:52

Salut G.T., très bel hommage au SPLHCB. Bravo ! Comme Systool & Ska, j'ai tendance à préférer Revolver également. Ca dépend de mes humeurs en fait ... Mais tout comme toi et Titi, je reconnais volontiers que SPLHCB est bien plus important historiquement parlant. Comme tu le décris très bien, il marque un véritable tournant dans l'histoire de la musique pop, en étant le premier album "concept" et non plus un "ramassis de titres plus ou moins singleisants". En tout cas, l'un des seuls albums, avec AFTER THE GOLDRUSH que j'écoute au minimum une fois par mois depuis déjà près de 15 ans.Faire un top-3 des Beatles ... Impossible ! J'y mettrais presqu'à coup sûr I am the walrus et Across the universe. A moins que Navarro ne vienne dynamiter tout cela.@++

systool 03/06/2007 23:14

C'est le moins qu'on puisse dire... je ne suis pas (plus?) tellement un adepte des "tops", d'ailleurs... c'est un exercice illusoire et vain... :-) d'autant plus dans la discographie des BEATLES, comme tu disSysT

G.T. 03/06/2007 21:27

Pas mal, ton top3... difficilement contestable en tout cas... même s'il y a tellement de chansons incroyables chez les Beatles, que même un top 20, je n'y arriverai pas, il faudrait mettre de côté trop de chefs-d'oeuvre !

systool 03/06/2007 18:47

Exactement... "Strawberry Fields Forever" faisant partie, pour moi, du Top 3 des chansons des BEATLES, avec "A Day in the Life" et ... allez! "Yesterday"SysT

G.T. 03/06/2007 18:10

Sys et Ska : assez d'accord avec vous sur Revolver, même si mon coeur balance facilement entre les albums des Beatles, exceptionnels chacun dans leur genre.Magical Mystery tour... l'album a moins de poids que les autres, il est un peu particulier puisqu'il était aussi la "bande-son" du film des Beatles du même nom. Un peu moins de poids car le film n'a pas eu le succès escompté, et la pochette de l'album est franchement assez vilaine. Il n'en reste pas moins qu'il contient des morceaux absolument formidables (I'm The Walrus, The Fool on the hill, Strawberry fields...)Titi : Effectivement, si mes souvenirs sont bons, c'est dans cet album qu'on a les premières bandes à l'envers dans la pop.